• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > C’est pas ce que vous croyez…

C’est pas ce que vous croyez…

Trop de Brandy dans mon Vichy, je marchais sur le ponton à une heure avancée de la nuit et sans doute de ma vie. C’est là que j’ai vu la petite qui se noyait et appelait vaguement au secours, d’une voix déjà plus là. Et j’y suis allé. Sans réfléchir, comme on va aux putes, malgré le froid et la raison qui te disent de rester peinard à attendre ton cancer du poumon, comme tout le monde.

J’ai plongé dans l’océan liquide, qu’était glacé comme un café liégeois à la terrasse de mes vingt ans, et j’ai ramené la fille en chemise de nuit (quand elles sont jeunes, les filles qui se noient sont toujours en chemise de nuit relevée jusqu’au nombril : un jour, faudra quand même comprendre pourquoi, camarade). Mais une fois la miss jetée sur le ponton, plus de jus pour moi : le palpitant en zone rouge, les artères bouchées comme le périph. à 19H00 et qui ne voulaient plus laisser passer le jus salvateur. J’étais vaguement béat, guetté par une narcose de bon aloi, une envie monstre de glisser à la baille pour de bon, d’envoyer tout le truc balader. Ouais, veaux, vaches, cochons, perdrix, le système et ceux qui pompent pour le faire marcher. Et c’est ce que j’ai fait.

Bon, autant le dire tout de suite : à part deux ou trois spasmes quand on se remplit les poumons, ce n’est pas la mer à boire. C’est même la première fois depuis longtemps que je buvais de l’eau, si vous voyiez ce que je veux dire. J’ai coulé à pic, bien droit, comme un fil à plomb ou un cierge de Pâques.

Ouais, faut démystifier toute cette histoire de grand bleu et de héros de l’Estaque, de dépassement de soi-même façon Mayol et Escartefigue. Tu parles, Charles : on plonge juste parce qu’on laisse glisser et que c’est pentu, voilà tout. Que pour une fois, il n’y a rien à faire, et qu’on sent confusément qu’on en a fini avec Cécile Duflot, les limitations de vitesse, Delanoë et sa clique, les femmes infidèles et les chiens qui aboient la nuit. Et que c’est bon, voilà tout.

 

Non, pas de mérite.

Peu à peu, comme on voit le fond du carafon, le lavabo de ma tête s’est vidé. Je pensais au ralenti, comme un diesel de vieux bateau : tchouc, tchouc…La mort, naturellement, j’ai bien vu sa gueule de raie, mais je l’ai doublé par la droite, en lui faisant l’intérieur au moment où elle réglait son autoradio. J’ai vu aussi des murènes, mais j’ai pas eu le temps de leur faire la cour, et puis des poissons clowns. A terre, on a les mêmes, mais ceux-là sont plus jolis. J’ai plongé dans des eaux vertes de nécropoles salées, avec des colonnades majestueuses de satin bleu, qui menaient à un temple englouti où une allée d’épagneuls faisait cortège à des filles vertes sanglées dans des maillots de satin blanc.

Leurs croupes tendues nettoyaient par petits cercles concentriques le pare-brise de ma vieille Ford Taunus qui filait un bon quinze nœuds dans l’irréel liquide, avec un gyrophare bleu lagon. J’allais mettre les essuie-glaces quand la radio a émis un truc en morse qui disait « j’fais mes pompes sur les restes d’un vieux cargo, j’ai le contrat de confiance, l’encéphalo qu’y faut, j’ai du bol, j’en vois un qui rigole… ».

 

Et c’est là que je suis tombé dessus, en train de faire son footing parmi les algues et les coraux. Il avait beau étre parti il n’y a pas si longtemps, j’ai failli pas le reconnaitre, avec son grand manteau noir, son chapeau et son harmonica dans lequel il sanglotait longuement. Il m’a dit que d’habitude, il passe l’hiver dans le désert de Gaby, où c’est pas trop mal, hormis les crotales qui n’arrêtent pas avec leur crécelle. Qu’il ne revient là que pour l’été.

Mais là, comme il savait que j’allais passer et que je suis un mec de parole, il avait un message. Rapport à Mauricette. Oui, que c’était pas ce que je croyais, pour Mauricette.

 Avec le recul, et sur les conseils de Joséphine qui avait enfin osé lui en parler, il estimait à présent avoir été dur avec Mauricette. Tout ça, c’était parti d’une connerie entre potes, cette histoire de Max Amphibie, un Gaby, quoi.

Que certes il avait chanté bien fort au monde entier que Gaby était bien plus belle que Mauricette, mais qu’avec le recul et le caractère dérisoire des choses, il s’en voulait à présent de l’avoir blessée. Que c’étaient des conneries qu’on sort quand on est jeune, quand on bande dur et qu’on croit que ça va durer comme les allumettes et les pompiers, qu’on aura toujours un cochonnet pour jouer aux boules.

Bref, « c’est pas ce que tu crois », qu’il m’a dit.

Ouais, que j’ai répondu.

Il m’a pris par l’épaule, et m’a demandé de voir ce que je pouvais faire rapport à Mauricette, si je la revoyais, ici ou ailleurs.

J’ai dit oui, pour faire mon intéressant. C’est ça mon problème : je dis trop souvent oui aux amis.

Et puis il a filé, sur la pointe des bottes, en deux coups de nageoires à assommer Laure Manaudou.

Plus loin, je suis tombé sur Nungesser. Qui m’a dit d’emblée que son histoire « c’est pas ce que vous croyez ». Qu’il était parti livrer en express un colis, avec Coli. Que c’était pas encore Federal Express, son truc, mais que même Federal Express, il leur arrive d’aller à la baille en 737, tiens, tu peux demander à Tom Hanks.

Non, pas de panne d’essence ou d’œil du cyclone, comme l’a raconté la radio : c’était juste un moucheron (une femelle moucheronne, les pires), qui lui a tapé dans l’œil, malgré les lunettes qu’il avait relevé pour faire son malin.

Et voilà. Parti direct à la baille, sans toucher 20 000 francs, à cause d’un moustique.

Bref, c’est pas ce que vous croyez.

Plus loin, la cata : je tombe sur un marrant. Tabarly, il s’appelait. Il persistait à dire qu’il y avait du gros temps, mais qu’il n’avait même pas peur. Que ce ne sont pas quelques paquets de mer qui l’ont mis aux poissons, non. Que c’est juste qu’il ne voulait pas être imposé à 75% sur la voilure. Que c’est pas ce qu’on croyait. Epicétou.

Vingt miles plus loin, rebelote : je me prends les pieds dans le gréement d’Alain Colas. D’un clin d’œil, il me fait signe d’approcher : il me glisse que pour son affaire, faudrait chercher vers les sous-marins en vadrouille hyper-secrète ce jour-là, rapport à la guerre froide qui depuis c’est un peu réchauffée, mais chut.

Un clin d’œil, un verre de rhum, on s’était compris : c’est pas ce que je croyais, c’est tout.

Comme j’allais partir, il m’a rappelé pour me confier un truc à l’oreille : il n’était pas du genre à aller voir les flics pour si peu, mais quand même, il avait noté des trucs bizarres, ces dernières marées. Un cargo sans feux qui filait à donf en faisant des bras d’honneur à tout va : le Dupond de Ligonès, il s’appelait.

Et puis un autre voilier, qu’il n’aimait pas voir trainer par-là, barré par un certain Godard, qui se disait toubib. N’empêche, les vieux marins disent qu’il y a toujours dans son sillage les âmes d’une femme et de gamins qui trainent autour, en colère. Et ça, c’est pas bon. Il a ajouté : « j’dis ça, j’dis rien. Vu ? ».

Ouais, je voyais. Enfin, à peu près.

Au bout d’un moment sans croiser personne, je vois un type soigné en redingote qui puait le fuel :

Rudolf Diesel. Il disait calmement à qui voulait l’entendre que ce n’était pas un complot de la CIA ou des Charbonnages de France qui l’avait mis à l’eau cette nuit de pleine lune, ce 30 septembre 1913 sur le Dresden.

Non. La vérité c’est qu’il a bien vu, après trois whisky et un éclair de lucidité, que le Diesel allait en 2013 constituer 70% du parc automobile sous la Hollandie, et que les particules fines allaient nous envoyer des tourteaux nous brouter le poumon plus sûrement que le Prince Gitanes et le Conte de Marlboro réunis. Et ça, il n’a pas pu le supporter.

Il s’est mis à la flotte, épicétou.

Bref, c’est pas ce que vous croyez.

 

Et c’est là que je suis remonté d’un coup à la surface tel une torpille, raide comme un cierge. Les gyrophares bleus lagon flashaient autour du ponton, j’ai vu des pompiers, des ambulanciers, et aussitôt après, j’ai rendu tripes, boyaux, Brouilly, Whisky.

Ils s’affairaient autour de la fille en chemise de nuit qui avait repris des couleurs.

« La voix du Nord » était là, et voulait faire une interview du héros, car j’avais sauvé cette pauvrette de Mauricette d’une mort horrible.

J’ai juste susurré aux journaleux un : « c’est pas ce que vous croyez ».

Ils ont répliqué « et modeste, avec ça... bravo ! ».

J’ai rampé jusqu’à la fille, qui s’est approchée de mes lèvres mi-closes. C’est là que je lui ai dit, pour Gaby. Qu’en fait, il s’en voulait, et qu’il n’avait jamais voulu dire que Gaby était plus belle que Mauricette.

Elle a eu un petit sourire gêné, celui qu’on réserve aux fous, aux personnes âgées et aux trisomiques. Elle m’a murmuré qu’il fallait que je sois sage avec les hommes en blanc et que je les suive dans l’ambulance.

Mais moi, je m’en fous.

J’ai pas rêvé, je sais ce que je dis.

 

C’est pas ce que vous croyez, c’est tout.

 

Crédit photo : M. Coastermann


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • jack mandon jack mandon 12 mars 2013 10:14

    Bonjour Sandro,

    Pèlerinage dans les brumes océanes abyssales. Le réel historique grouillant, un peu glauque se dilue avec l’imaginaire fluide fantasmagorique... foisonnent mille créatures.
    De ce magma imaginaire l’amitié têtue comme une bourrique illumine toujours.

    Sandro, Alain même combat. 


    • La râleuse La râleuse 12 mars 2013 10:34

      Bonjour Sandro Ferretti,

      J’ai pris un ÉNORME plaisir à vous lire mais je ne peux décemment vous considérer comme un rédacteur.
      Mon sentiment est que vous possédez un réel talent d’écrivain.

      Dites-moi, publiez-vous des romans ?

      Cordialement,


      • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 12 mars 2013 11:19

        @La râleuse,

        Oui, j’essaie et j’ai parfois réussi, dans une autre vie. On me demande des romans, mais je n’ai pas le temps. Et les recueils de nouvelles, comme celles que j’ai publié ici ou là, sont peu prisés des éditeurs en France, contrairement aux Etats-Unis.

        Heureusement, j’ai autre chose pour faire bouillir la marmite. Merci tout de même. En cliquant sur mon imper, vous en trouverez d’autres.


      • La râleuse La râleuse 12 mars 2013 11:42

        Votre imper est bien plus agréable que celui du lieutenant Colombo, cher Sandro Ferretti, et votre prose m’a définitivement conquise tout comme elle a conquise mes ami(e)s à qui j’ai donné à vous lire sur Facebook.

        Je garde précieusement le lien qui conduit à vos anciens écrits puisqu’il semble que vous n’ayez pas créé de blog, ce qui, à mon sens, est fort dommageable pour les personnes qui aiment la belle littérature.
        Je ne laisserai pas de commentaire mais je me réserve le plaisir de vous y lire.


      • Gabriel Gabriel 12 mars 2013 10:49

        Bonjour Sandros, ça fait un paquet de monde à la baignade dis donc ! Et du beau monde pour certain. Sur que sans la Géraldine à sortir de l’eau on aurait presque envie d’y faire un séjour prolongé façon Mayol afin d’oublier les turpitudes et le gros temps en surface... 


        • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 mars 2013 11:08

          @La Raleuse , 


          Ce nécrivain trempe son ancre dans le bleu pétrole . 

          Ses circuits sont niqués .

          Ca l’ prend les jours où il fé rien . 

          Alors il swing  sur un trapèze quand Madam  rève .

          Et y a sa plume qui fait masse ....



          • La râleuse La râleuse 12 mars 2013 11:27

            Bonjour rocla (haddock),

            Moi j’aime bien ces jours où cet écrivain ne fait rien.
            Parce que ce rien, il le fait joliment bien smiley


          • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 12 mars 2013 11:24

            @Jack et Had,

            Certes aux delà des EMI ( expériences de morts imminentes) , il y a un clin d’oeil à ce grand Monsieur :

            http://www.youtube.com/watch?v=stA3Rg3hemQ

            Mais plus fondamentalement, le message, c’est le père Nanard qui le livre ici, en accoustique et en barrés qui grincent :

             

            http://www.dailymotion.com/video/xglrrp_on-the-road-again-de-bernard-lavilliers-en-live-sur-rtl_music


            • JL JL 12 mars 2013 11:36

              Quelle aventure ! On n’en revient pas bredouille, tant les références sont nombreuses et les messages subtils.

              Un grand bravo pour cette narration, Sandro Ferretti.

              Un clin d’oeil : même dans les eaux anglaises on mesure les distances en milles marins, le nautical mile comme on dit dans l’international language.


              • PhilVite PhilVite 12 mars 2013 13:12

                Y’a un type qui est revenu comme ça après trois jours. Il a raconté des trucs mais personne l’a cru, lui non plus.
                Du coup, on fait sonner les cloches à donf tous les ans à Pâques ! Bon, enfin, chuis pas très sûr de cette histoire...


                • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 12 mars 2013 13:42

                  Phil,

                  Ouais, je vois qui c’est. Un mec beau comme un Dieu qui jouait de la gratte itou.

                  http://www.youtube.com/watch?v=y8AWFf7EAc4

                   

                  L’a fini à la baille, lui aussi. Wolf River, Mississipi.

                  Ah ben ouais, c’est comme ça. Quand ça veut pas, ça veut pas.


                • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 12 mars 2013 14:09

                  Merci. J’écris pour ceux qui manquent à la pelle autant qu’à l’appel.

                  PS : si vous aimez « le Stéphanois », le titre de la nouvelle est aussi un clin d’oeil à « cri d’alarme », avec son « c’est pas ce que tu crois »...

                  Ici :

                  http://www.youtube.com/watch?v=oVvS2SSwuug

                   

                   


                • Tall 12 mars 2013 14:16

                  Ouais.

                  L’alcool étant plus léger que l’eau, on ne coule jamais quand on a bu.


                  • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 12 mars 2013 14:35

                    Salut, vieux psychopathe.

                    J’en profite pour te dire de changer fissa l’à propos de ton avatar, avant que je t’ envoie Tony et les huissiers de la SGDL.

                    « E pericoloso sporgersi », c’est déposé depuis longtemps par l’artiste, ici :

                    http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/e-pericoloso-sporgersi-69443

                     

                    Nan mais, ces belges, ça ose tout...

                    PS : je pofite de l’occasion pour dire l’air de rien aux petits malins que tous mes textes sont déposés avant parution à la SGDL. Vu ?


                    • Tall 12 mars 2013 14:57

                      Mon plus lointain souvenir de « E pericoloso sporgersi », c’est la couve d’un « série noire » de mon vieux qui trônait sur une étagère dans le grenier.

                      Tiens, le génie google me l’a même retrouvé ( 1963 ), mate ici .. ça te rajeunira

                      Et fais gaffe : pour le brevet de l’eau tiède non pétillante, c’est trop tard aussi

                      • PhilVite PhilVite 12 mars 2013 15:24

                        Je crois que c’est dans un Fluide Glacial des années 80 que j’avais lu l’histoire d’un petit cochon nommé Jerzy adopté comme animal de compagnie par une famille. Seulement, voilà, le petit cochon devint un gros porc ....et forcément à la fin : « ...et père y colle au zoo ce porc Jerzy ! » (Je crois bien que ce titre est encore libre ! smiley )


                        • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 12 mars 2013 17:50

                          Ah, Fluide...

                          C’était l’époque où les wécé étaient fermés de l’intérieur parce qu’on lisait d’une seule main certaines pages de l’Echo des Savanes...

                          Pas de ça chez nous, mon bon Monsieur..

                          Dites , le temps qui passe et qui PhilVite, zavez rien d’autre à faire que d’appuyer là-où-ça-fait-mal-parce- c’est-le bon-temps- qu’est mort- et- je- m’en fous-parce que les -méchants, c’est -pas- nous ?


                        • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 mars 2013 19:16

                          et père y colle au zoo ce porc Jerzy ! 


                          J’ ai prévenu Brigitte Bardot pour dénoncer ce scandale consistant à mettre ce vieux porc au zoo .

                          Du tac au toc elle me répondât :

                          Me faites pas rire j’ ai les lèvres Jercy .



                        • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 12 mars 2013 19:14

                          Bon, ce petit texte était naturellement un hommage à l’indien Bashung, parti il y a 4 ans dans quelques jours, le 14 mars.

                          Pour ceux qui ne le savent pas, l’ancêtre de « Gaby », resté dans les cartons et les « chûtes » de Roulette russe, en 79, s’appellait « Max Amphibie », et était un truc cool au piano.

                          http://www.youtube.com/watch?v=ZS6JyqgS3zU

                          C’était un « hommage »/ clin d’oeil à Max Amphoux, décédé en 2008, et je ne dirais pas pourquoi « Amphibie », parce que c’est à la baille, tout ça.

                          http://barbot-pointbarre.blogspot.fr/2008/05/salut-max.html

                          Ce n’est que plus tard que, le texte remanié et la rythmique boostée, c’est devenu « Gaby ».


                          • siatom siatom 12 mars 2013 20:25

                            Belle ode à Bashung qu’une expatriation de plus de 30 ans m’a empêchée de’’ fréquenter’’ mais il n’est jamais trop tard. et sa dernière apparition à la télé pour les Victoires de la Musique 2009 était bouleversante.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès