• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Ce philosophe qui voulait être philosophe

Ce philosophe qui voulait être philosophe

Dans les quartiers nord, se trouve une avenue qui porte le nom d’un homme avec la mention « philosophe » : Alexandre Ansaldi. Certes, de nombreuses rues portent des noms qui nous sont inconnus. Mais celui-ci possède une histoire assez insolite, celle d’un homme autoproclamé philosophe et qui entendait bien être reconnu en tant que tel.

Les plaques de rues, on y fait surtout attention lorsque l’on cherche sa route, encore qu’avec les GPS, on a de moins en moins ce problème. C’est aussi un moyen pour les villes d’honorer la mémoire de personnes et de personnalités qui ont compté au niveau local ou national. On peut souvent voir une place du général de Gaulle ou une rue portant le nom d’un résistant de la Seconde Guerre mondiale. En France, dans le palmarès des noms de rues les plus fréquents on trouve celui de l’Eglise en tête avec 7 965 occurrences. Pour les rues baptisées du nom d’une personne, c’est Victor Hugo le gagnant avec 1 621 plaques.

Et parfois, ce sont d’illustres inconnus qui ornent les coins des façades avec une mention qui précise leur titre. À Marseille, dans le 14ème arrondissement donc, on peut lire sur le bord d’une avenue : Alexandre Ansaldi, philosophe. On en compte une dizaine en France, à Nice, à Martigues, à Montréal de l’Aude, à Perpignan ou encore à Charleroi.

Personne ne se souvient de lui et pourtant à la Bibliothèque Nationale de France on trouve ses ouvrages : Pensées et Maximes éditées en 1968. Pensées… profondes : « Nous aimons nous trouver ressemblant dans un portrait qui nous avantage », « Si le cœur a ses raisons, la raison n’a pas toujours de cœur » ou encore « Chaque jour au cours duquel on n’a rien appris de nouveau est un jour inutile ». Puissant non ? On dirait un extrait de dialogues de « Plus Belle la Vie ».

Décrit comme un « original qui a passé sa vie à l’inventer », on ne trouve quasiment aucune trace de lui sur la toile. Pourtant en cherchant bien on retrouve son nom au cinéma, le réalisateur Radovan Tadic lui a consacré un court-métrage en 1982 intitulé Un petit prince, qui a reçu un prix au festival de Clermont-Ferrant en 1985. Mais on n’en sait pas bien plus.

On dit de lui qu’il était prince, bien évidemment c’est faux. La farce est tout de même sophistiquée !

Le pire est que la Mairie est au courant de la supercherie mais qu’elle ne veut pas débaptiser la rue portant son nom…

Rencontre avec un homme curieux.

Pour voir le reportage, cliquez ici.

Juliane Damon-Scowcroft - News of Marseille


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 8 juillet 2011 07:27

    La philosophie n’est pas seulement affaire de chemises blanches et de cols ouverts, dans tous les cœurs, pourvu qu’à l’instant nécessaire ils soient honnêtes dans les causes qu’ils abordent, il y a de grandes postures philosophiques.


    • Nanar M Nanar M 8 juillet 2011 09:03

      Bof, bof....
      Ne serait-il pas plus utile de vous élever contre les pitres à la BHL que les médias s’obstinent à nous présenter comme philosophes....


      • Kalki Kalki 8 juillet 2011 10:37

        Prout

        voila de la philosophie

        Zizi

        Voila de l’intellectualisation

        Caca

        Voila de la politique

        Bourzouf

        Voila de l’économie

        Dites donc les penseurs en france ca n’existe pas, comme les scientifiques ils se cachent ce sont des mythes

        Et puis a quoi ca sert au final ?

        BHL et autres au niveau de castaldi : c’est pareil

        Les freres bogdanof au niveau ... et bien de leur niveau de figure refaite et « augmentée »

        Cyril Loriot : La révolution par le vide, et l’inutile – La singularité de l’inutile
        Vous n’avez pas compris que l’intellectualisation humaine n’est qu’erreur .... forcément ... tout ce que vous pouvez dire ou penser, ou créer, meme pour créer une pyramide de justification de meurtre en série, et de génocide

        tout ceci n’est qu’erreur

        et qu’il y a une fin à cette erreur, une fin a ce monde , un dépassement, les flux économiques et les flux d’information sont plus rapide et plus volumineux que ce qu’il y a dans les cerveaux de tous les humains

        Alors prout, oh oui prout

        il n’est pas nécessaire de chercher loin la vérité, des vérités simples qui sautent aux yeux sont là en vous

        la vérité vous la fuyez tous

        on meurt tous un jour



        • Gabriel Gabriel 8 juillet 2011 11:29

          on meurt tous un jour.

          Oui mais en attendant il faut vivre et comme disait Fragonard : "Débrouilles toi comme tu pourras m’a dit la destiné en me poussant à la vie ! "


        • Gargantua 9 juillet 2011 01:34

          je ne savais pas qu’il y avait des philosophe fastfood.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

NewsofMarseille

NewsofMarseille
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès