• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Chéri, ni parfums, ni or, des terres rares

Chéri, ni parfums, ni or, des terres rares

Les métaux précieux comme l’or, l’argent, le platine ne font plus seul rêver. D’autres inquiètent, en plus, par leur rareté. Qu’est-ce qui crée « la » valeur de cette rareté ?


1.jpgFin d'année... De quoi allons-nous parler ? De souhaits pour l'année suivante, bien sûr. De valeurs à partager. Mais de quelles valeurs ? C'est précieux, les valeurs.

L'écrivain français, Claude Lezay-Marnézia lançait "L'âge d'or était l'âge où l'or ne régnait pas".

"La règle d'or, c'est qu'il n'y a pas de règles d'or", ne manquait pas de constater, George Bernard Shaw.

Hé bien, non, l'or a encore beaucoup de valeur dans les yeux de certains.

Comme métal précieux, il défraie toujours la chronique comme valeurs refuge. L'or, métal de prestige et qu'un Bretton Woods voyait comme lien de référence avec le système monétaire mondial grâce à sa stabilité légendaire.

A cette époque, bien rattaché à l'or, l'once de métal jaune valait 35 $. 

Il avait atteint un pic de 1432,5$, le 7 décembre dernier, dévaluant, de fait, toutes les monnaies qui se greffaient sur lui. Il faut dire que Ben Shalom Bernanke, le "Papy Soupline" pour les intimes, avait lancé son QE2 (quantitative easing, 2ème édition). Les convoyeurs attendaient ce que cette 2ème version allait donner. Ils n'ont rien vu venir. Les taux d'intérêts ne montaient pas et l'épargne monétaire attendra encore des jours meilleurs.

Robert Zoellicken proposait, une nouvelle fois, l'étalon-or pour arrimer les monnaies fiduciaires à l'or et ainsi les stabiliser. Fallait pourtant pas une licence en économie pour remarquer que 1.jpgle cours du métal jaune est devenu particulièrement instable. L'or en dollar a gagné +75% sur trois ans et +185% sur cinq ans. La rareté qui crée une pénurie ? On estime que la quantité d'or extraite depuis la Préhistoire est de 145 000 tonnes. Il en reste 120 000 t sous une forme ou une autre. L'or extrait chaque année représente environ 110 milliards de dollars. Donc, pas nécessaire de fouetter un chat d'or. Mid point, à peine dépassé.

L'or noir, dans le même temps, remonte la pente vers les 100 dollars. 

Force est de constater que l'arrimage à l'or jaune est devenu impossible, sauf si on accepte des dévaluations monstrueuses.

Le dollar, le yen, l'euro, la livre sterling et le renminbi comme épine dorsale pour fixer une parité, avec l'or comme "point de référence international", comme le proposait Zoellick ? 

Toute avancée dans le processus de réintégration de l'or dans le système monétaire international ne pourrait que repousser les cours vers de nouvelles hausses. 

1.jpgEn réalité, quand le taux court, en termes réels, est inférieur à 2%, le cours de l'or progresse ; à l'inverse, un taux supérieur à 2% fait reculer le métal jaune. L'once d'or varie huit fois plus vite que le taux court réel.

Tout est question de confiance et d'époque.

Le métal "argent" est plus dépendant de la demande industrielle et de la croissance économique. Ce sont le platine et le paladium qui ont, aujourd'hui, encore plus de valeur. L'argenterie intéressait plus les Pharaons que l'or.

Depuis le début de 2010, l'or progressait de 20,46%, l'argent de 44,03%, le platine de 14,53% et le palladium de 52,02%.

En 2009, la Russie faisait trembler le marché du palladium avec ses 42% de production mondiale. Le palladium est utilisé dans la fabrication de pots catalytiques pour les moteurs à essence.

Tout se tient en se bas monde...

Ce sont d'ailleurs toutes les matières premières qui flambent aujourd'hui. La raison en est simple, la seule étroitesse des marchés. Moins noble, le caoutchouc subit une augmentation de prix de 60%. Le cuivre, l'aluminium le nickel, le zinc sont produits par peu d'exploitants. Le coltan des GSM, des mobiles, ne fait pas trop monter leur prix malgré plus de possibilités et de technologies intégrées. Bizarre ? Non, une raison parasitaire ou artificielle existe mais cela nécessiterait plus de développement pour l'expliquer.

5.jpgMais, il y a plus rare, encore.

On les appelle, d'ailleurs, les "terres rares". Dans une conversation, quand on parle de terbium, de dysprosium, de néodymium, de cérium, de lanthanium, on a tout de suite l'air d'être plus savant.

Pour les situer, ils se trouvent être, pour la plupart, des lanthanides, avec des nombres chimiques sur le tableau de Mendéléïev entre 57 et 71 avec, en sus, le scandium (21) et l'Ytrium (39). Ils sont extraits de minerais de monazite et du sous-produit du minerais de fer, le bastnäsite.

Toutes ces matières premières ont une importance stratégique et sont indispensables dans beaucoup de domaines de la vie moderne. L'antimoine (SB) ne fait partie des lanthanides, mais il le pourrait. Mais, d'où viennent-ils et pourquoi en parle-t-on plus de ces matières premières si rares, aujourd'hui ?

Les exploitants sont exploités dans très peu de pays, voir un seul pays. Et, il y a péril en la demeure pour les autres.

Les Chinois en possèdent beaucoup dans leur sous-sol et sont devenus les producteurs principaux dans le monde. Un quasi monopole chinois, avec 95% de la production mondiale.

5.jpgRécemment, la Chine a décidé de minimiser, de manière drastique, ses exportations de terres rares pour 2011. Elle se les réserve pour sa propre exploitation. Pomme pour la soif ou pour faire exploser tous les autres marchés au moment opportun par une pénurie généralisée ?

Raréfaction artificielle qui a augmenté automatiquement les prix de celles-ci. Le lanthanium a multiplié son prix par 7 en quelques années.

L'enjeu est vital pour les économies technologiques de demain. Plus un produit est innovant, plus il demande de terres rares. Cela concerne les secteurs de l'aéronautique, de l'automobile, du raffinage, de la défense, de l'électronique, des énergies vertes, etc.

Ils servent pour les turbines éoliennes, pour les batteries électriques, pour les smartphones, les écrans plats, les lasers...

Ils sont indispensables pour la légèreté de l'écologique-compatible comme les voitures vertes, l'éolien, les lampes LED...

Le néodyme, par exemple, atteint 32 000 dollars la tonne en août 2010, soit une augmentation de 60% en un an !
 Les quotas d'exportation pour le second semestre 2010 ont eté réduits carrément de 70% !

En septembre, les deux plus grandes économies du monde sont privées de terres rares. Deux coupures, une cause : la politique.

Le Japon, pays de technologie par excellence, a eu, d'abord, "la mauvaise idée" de rappeler sa souveraineté sur un archipel d'îles que la Chine revendique.
Les États-Unis, ensuite, suite à une enquête défavorable américaine sur les subventions illégales accordées au secteur de l'industrie verte chinoise.

Depuis quelques temps, les dirigeants du monde entier s'en inquiétaient. Les industriels tiraient régulièrement la sonnette d'alarme, une trop grande dépendance vis-à-vis de la Chine. 

Le père du modèle économique chinois, Deng Xiaoping, avait comparé, un jour, la position de son pays sur les terres rares avec le pétrole d'Arabie saoudite.

Mais son pouvoir est bien plus grand. Si l'OPEP produit 40% du pétrole dans le monde, la Chine avec ses 95% brise certaines normes d'équilbre.

A partir de 2006, la Chine avait déjà commençé à réduire ses quotas d'exportations. Raison invoquée, les réserves pourraient être épuisées d'ici 15 à 20 ans si le rythme d'exportation ne diminuait pas. Depuis, chaque année, insensiblement, c'est entre 5% et 10% des quotas d'exportation qui étaient supprimés, resserrant d'autant le noeud coulant autour du cou des entreprises de hautes technologies. 

Les terres rares sont indispensables et non substituables. Le pétrole, si les économies ne l'avaient pas voulu comme énergie de facilité, auraient pu se retourner vers l'électricité depuis longtemps par des voies très nombreuses.

La Chine a compris l'avantage avant tout le monde. A partir des années 70, l'objectif de Pékin était de devenir l'unique producteur de terres rares au monde. Désormais, elle les stocke et vend ses dollars.

Le marché des terres rares atteint, aujourd'hui, les deux milliards de dollars. Mais de ce marché dépendent des milliards de dollars en produits finis.

Ces terres rares, sont-elles aussi rares dans le monde qu'on le dit ? Pas du tout. Elles sont même assez répandue dans l'écorce terrestre et à égalité avec les autres métaux. Pas de réelles pénuries, non plus. Alors, quoi, d'où vient cet empressement ? La pénurie a été créée artificiellement, de manière stratégique.

La stratégie chinoise s'est toujours basée sur une production à bas-coûts. Elle est occupée à asphyxer progressivement les autres pays producteurs. Les mines de terres rares sont polluantes et très coûteuses. De plus, il faut prendre des précautions pour les manipuler.

La Chine s'en est chargée. Les occidentaux se sont vus, ainsi, soulagés de pouvoir externaliser l'extraction en Chine.

Les États-Unis, premier producteur, à une certaine époque, fermaient leur principale mine californienne de Mountain Pass.

A long terme, la Chine a bien l'intention de monter en gamme. Le plan 2006-2020 met l'accent sur son propre développement scientifique et technologique avec la micro-électronique, aéronautique, aérospatiale. Comme nous avons vu, nous sommes en plein domaine des terres rares !

L'Europe, au 2ème plan, réagit et voudrait assurer son accès aux terres rare. 

Obligation est là de trouver, très vite, des gisements ailleurs. Il est vrai, deux tiers des ressources se trouvent ailleurs qu'en Chine.
 
Brésil, Russie, Inde possèdent tous des ressources importantes dans leur sous-sol. La Mongolie, au Kazakhstan et au Kirghizstan, le Vietnam, l'Australie, l'Amérique du Nord, en sont également des pays qui ont identifié des gisements, qui possèdent les infrastructures nécessaires et le personnel pour les exploiter mais ne seront pas opérationnels avant 2012/2014, pour rattraper le temps perdu. Dans le même temps, la demande mondiale doublera.

Pas de spéculations sur les matières premières, est-il rappelé pour calmer le jeu dans les grandes réunions du style G20. Tout est, pourtant, en place pour secouer le prunier des matières premières chez les investisseurs du secteur. Et, les cours s'envolent.1.jpg

L'uranium est également dans le circuit des hausses.

Le rapprochement des terres rares avec l'uranium n'est pas fortuit. Tous, des métaux "politiquement sensibles" et "stratégiques". Ils sont abondants mais souvent en des concentrations trop faibles pour être exploités immédiatement de manière rentable. L'uranium a connu cette pénurie dans les années 2006-2007, et c'est ce qui se passe pour les terres rares aujourd'hui. De nombreuses mines de terres rares et d'uranium avaient été abandonnées après plusieurs années d'exploitations, accusant trop peu de bénéfices. Les investissements reprennent mais en catastrophe. Simple manque de prévoyance, limitée par des bénéfices immédiats.

"China Guangdong Nuclear Power" vient d'acheter 29 millions de livres d'Uranium sur 15 ans au Canadien Cameco (en provenance de la mine de Siger Lake). Le prix a bondi de 50% en 9 mois, sans atteindre encore le sommet de mai 2007. Objectif, répondre à l'explosion de la consommation d'électricité prévue dans les grandes villes chinoises. Le kWH nucléaire reste toujours 1,4 moins cher que le charbon et 3,6 fois moins que le gaz. 

Quant à l'or, les Chinois pourraient, aussi, faire remonter, très vite, son prix à 1500$ puisque la Chine est jeune détentrice. Le jaune "or" a de ses vertus qu'un "Panda doré" pourrait idéaliser comme parure, question de protéger, aussi, son capital en attendant la crevaison de sa nouvelle bulle dans l'immobilier.

L'or cherche son point de fusion ou d'ébulition. La température du métal et des esprits ne sont, eux, pas liés aux bijoux de familles.1.jpg

C'est la période des fêtes de fin d'année. Certains peuvent ne plus voir de jaune, même pas en peinture. Peut-être entendrons-nous, quelque part, un dialogue qui contiendrait ces mots bizarres, surréalistes mais très tendances :

- Mon Trésor, je t'offrirai toujours des perles de pluie venant de pays où il ne pleut pas, mais, les temps sont durs et des bijoux en or, c'est plutôt ringard...

- Non, Chéri. Tu es gentil, mais, pour rester à la mode, offre moi un coffret-cadeau, avec un bijoux en néodymium. Je ne sais pas vraiment ce que c'est, mais cela me parait tellement plus nouveau et puis, le nom est tellement joli et mystérieux.

1.jpgConclusions à tirer :

  1. Ou les femmes sont nettement plus intuitives que les hommes, et donc, plus à la pointe dans leurs investissements ou elles ne comprendront plus jamais l'utilité des choses.
  2. Ou les hommes sont trop passéistes et imaginent, instinctivement, une nouvelle histoire de caoutchouc artificiel, qui ferait rebondir leurs économies hors de leurs poches ou pris à contre temps, ils ne remarquent pas que l'euro dans la balance ne fait plus le poids...
  3. Ou les hommes rêvent que ce qui est rare est cher, alors qu'en vérité, ce qui est cher est tout aussi rare ou, non qualifié, ils n'ont rien compris aux matières premières.

Ce que Georg Christoph Lichtenberg concluait très justement par "Ce qui est nouveau est rarement vrai ; ce qui est vrai est rarement nouveau".

De toutes manières, il restera quatre époques dans la vie de l'homme :
1) celle où il croit au Père-Noël ;
2) celle où il ne croit plus au Père-Noël ;
3) celle où il est le Père-Noël ;
4) celle où il ressemble au Père-Noël.

Comme tout se termine par des chansons, la révélation de l'année 2010 fut pour certains, la jeune Zaz. Elle a eu son "Je veux" pour le démontrer. Quant à moi, je préférerai "Le long de la route" car, là, on y trouve de véritables "Terres Rares".

Le Père Noël est reparti sur ses traîneaux enneigés. Il sait ce qu'il devra rapporter dans sa hotte, l'année prochaine.

En attendant son retour, il vous souhaite "Bonne année 2011".

 

L'enfoiré,


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • ALBIE Alain 27 décembre 2010 11:26

    Bonjour,

    ces terres rares sont devenues après le pétrole une arme politique et économique, ce qui est totalement anormal. Certaines de ces matières sont utilisées à des fins médicales et profitent donc à l’humanité dans son ensemble.

    Peu importe qu’elles oient en Chine ou ailleurs, même s’il est vrai que, comme dit dans l’article, les Chinois ont totalement annexé ce marché en « tuant » les concurrents.

    http://www.refletsdechine.com/les-terres-rares-un-des-enjeux-du-xxi-eme-siecle.html

    Au même titre que le pétrole qui est indispensable à la communauté mondiale, ces terres devraient donc être mises à disposition des nations en échange bien entendu d’une juste rémunération.

    Internationaliser ce genre de ressources éviterait ainsi ces chantages tout en promouvant un certain nombre de progrès.

    Si on nait quelque part par hasard, le sous-sol d’un pays ne doit pas être une arme utilisé à des fins nuisant au reste des populations.

    Utopyque, oui sans doute, mais on est à la fin de l’année ...

    Bonne journée.


    • armand 27 décembre 2010 11:38

      Bonjour Alain, c’est assez vrai, c’est pourquoi Michel Serre essaie de mettre en place une charte mondiale sur les matières premières et leur exploitation.
      Mais il y a du travail...


    • L'enfoiré L’enfoiré 27 décembre 2010 14:26

      Alain,

       Merci de confirmer ce que j’ai dit dans la substance de l’article.
       L’article mentionné, je ne le connaissais pas mais il vient parfaitement dans la ligne.

       La table de Mendéleëv a été longtemps ma table de chevet vu ma formation.
       Oui, ces terres rares font bien parties de l’avenir de tout ce qui tourne avec l’écologie et les technologies de l’avenir.
       Mais même celles-ci évoluent et d’autres techniques entrent en jeu pour créer de nouvelles voies, car il faut bien l’avouer ces terres rares sont très polluantes.
       J’en parlerai dans un article prochain.
       Bien dit : "Si on nait quelque part par hasard, le sous-sol d’un pays ne doit pas être une arme utilisé à des fins nuisant au reste des populations."
       J’aurais voulu le dire par moi-même. Le sous-sol, la nature sont des patrimoines de l’humanité entière et non pas destinées à une seule partie.
       L’antarctique est une démonstration de ce que le monde entier doit préservé.

      Bonne journée et bonne année 2011


    • L'enfoiré L’enfoiré 27 décembre 2010 14:17

      Egosum,
       Seriez-vous un kamikaze ?
       smiley


    • vinvin 27 décembre 2010 16:48

      Bonjour Guy !




      J’ ai trouvé encore une fois votre article passionnant !

      Bien sur a mesure que les époques et les générations changent, les intérêts de valeurs changent également.
      Je ne m’ attarderais pas sur les monnaies auxquelles je ne connais pas grands chose, comme l’ euros, le dollars, la livre sterling, etc...

      Mais en revanche, il est vrais qu’ il y a environ 50 ans les principaux intérêts se trouvant sous nos pieds, ( c’ est a dire sous-terre,) étaient l’ or bien sur, mais surtout le Nucléaire et le pétrole.

      Seulement voila : avec l’ évolution des technologies nouvelle, nous avons également besoins de nouveaux produits. par exemple le « LITHIUM » pour fabriquer des puces électroniques pour nos ordinateurs et phones portables, etc...

      Nous avons besoins avec les progrès de la médecine Du « TITANE » pour fabriquer des prothèses de hanche et autres...

      Les prothèses sont souvent constituées de plusieurs matières : TITANE, ainsi que du métal, et de l’ HYDOXYAPATITE, ( molécule proche de l’ os qui permet la fixation de la prothèse,) ainsi que du POLETHYLENE, ainsi que du CHROME et du COBALT, ou de la CÉRAMIQUE, pour la tête de la prothèse.

      Nos parents et grands parents avaient souvent des dentiers qu’ ils enlevaient le soir, et qu’ ils foutaient dans un bol d’ eau. ( C’ est ce moi j’ appelais des « râteliers escamotables » !...) A présent on fait de plus en plus d’ « implants de dents », et qui sont souvent fabriquées en CÉRAMIQUE. (Certains modèles sont également constitués en ACIER et recouverts d’ un produit pour que cela soit blanc comme des vraies dents.)

      Donc, pour fabriquer toutes ses ingéniosités, il faut automatiquement des nouvelles matières et produits.

      (Bon j’ ai prix l’ exemple des prothèses de hanches, car je suis concerné, vu qu’ il va ma falloir passer sur la table d’ opération un jour ou l’ autre...Et a plus ou moins long terme ce sera idem pour les dents,...) mais il existe des tas d’ autres exemples que l’ on pourraient cités, raison pour laquelle nous aurons de plus en plus besoin de ses nouvelles matières et produits.


      Bien cordialement, et bonnes fêtes de fin d’ année a vous.



      VINVIN.

      • L'enfoiré L’enfoiré 27 décembre 2010 17:02

        Salut Vinvin,

         Les monnaies ? Elles ne sont que les moyens d’échange entre une personne et une autre.
         Elles sont basées sur la seule confiance qu’on leur attribue à un moment dans le temps.

         Les matières premières, celles que nous donnent la nature, sont bien plus importantes.
         On oublie souvent l’intérêt stratégique qu’elle nous a légué.
         L’homme s’est souvent considéré trop longtemps comme son ennemi. Je crois qu’il devra comprendre bien vite que sans elle, il ne pourra apporté qu’une valeur ajoutée par son énergie, son travail mais qui ne servirait à rien sans l’input, la matière.
         On joue heureusement à construire des matériaux artificiels, parce qu’il faudra y passer quand on aura dépassé le point de non retour. Il arrivera, tôt ou tard.
         J’en parlerai dans un article futur.
         Merci pour votre commentaire et je vous souhaite à mon tour tout le bien pour l’année qui vient.
         smiley
         


      • L'enfoiré L’enfoiré 27 décembre 2010 17:28

        Je sais si vous aimez la lecture. Pierre Pean s’intéresse dans son livre « Carnage » s’est intéressé aux enjeux en Afrique, un continent qui détient énormément de potentiel dans son sous-sol.
        Il y parle du « principe d’institutionalisme stratégique » de la Chine. Gisements contre infrastructure. En cela il reprend l’idée de P. Cohen dans « Vampire du milieu ».
        L’Afrique produit 11% des importations de la Chine.
         


      • Defrance Defrance 27 décembre 2010 20:07

         Bonjour Vinvin,
         

         Pour ce qui concerne les monnaies, j’ai remarqué que leur valeur ne veut plus rien dire, il suffit qu’un MENTEUR lance une connerie et les cours plongent pour remonter trois jour plus tard, par contre les nouvelles technologie ont besoin de ces matières précieuses, par exemple depuis très longtemps les contacts électroniques des ordinateurs sont en or, certains « ferrailleurs » de gros ordinateurs ont fait fortune en le récupérant !
         J’ai habité dans un petit village (dans la région d’Ermenonville) ou un jour ont a vu des camions faire la navette pour extraire un sable blanc très pur ! C’était un village classé, et alors !
         Pour finir, j’ai fui quand on m’a montré la prothèse en titane, en me disant qu’il fallait scier la tête de fémur, un mois de rééducation... c’était en 2003... J’ai patienté jusqu’en 2009 en cherchant si il n’y avait pas plus simple et j’ai fini par trouver : 4 jours et trois nuit d’hôpital, j’ai remarché seul dans la nuit qui a suivi l’opération, une seule cane anglaises pendant une dizaine de jours, pas de rééducation, et montée de 400 marches un mois plus tard sans RIEN !
         Ces techniques existent, elle sont bien moins couteuse que la prothèse classique (3 nuits de chu, pas de kiné, ni rééducation et pas de risque de janbe trop courte )
         


      • vinvin 27 décembre 2010 22:09

        (@DEFRANCE).



        D’ abord merci pour tous vos renseignements, ainsi que pour votre lien que je viens de visionné.

        Bon, ceci dit, il semble que l’ on pratique ce genre d’ intervention chirurgicale au CHU de LILLE ?
        J’ habite un petit village a 25 euros de taxi de la gare d’ AVIGNON TGV ! (Premier problème...)

        (S’ il me faut aller courir a LILLE !...) Mais enfin ce n’ est pas le plus gros souci vu que je m’ y suis déjà rendu pour le concert d’ HALLYDAY.

        Simplement il est précisé sur le lien que vous m’ avez transmis que ce genre d’ intervention n’ était également pas compatible avec tous les cas. (Ce qui est un souci un peu plus grave).

        Par contre je veux bien les contactés, et leur envoyés des radiologie dans un premier temps, afin que le chirurgien me dise si cela vaut le coup que je déplace ou non.

        Il faut savoir, également que ce don je souffre est une « Luxation CON-génitale de hanche, ( si, si en deux mots !) Et que l’ os de mon fémur et de mon bassin, sont des os complètement »bouffés« et »bourrés« d’ arthrose. La hanche victime de cette luxation a fait que depuis mon enfance, elle et plus courte que l’ autre de 2,5 centimètres environ.

        Il faut également savoir que depuis mon adolescence, je suis de par rapport a cette hanche, et a un tempérament dépressif sous dépendance médicamenteuse, ainsi que éthylo-tabagique, ( ce qui n’ arrange rien au problème).

        Je viens d’ avoir 48 Balais depuis le 09 Décembre, et souffrant de plus en plus de la hanche je suis sous un traitement a base de »cortisone« .

        j’ ai rencontré un chirurgien a Marseille qui m’ a seulement proposé la prothèse totale de hanche en »Titane" après un régime pour perdre du poids ( vu que j’ ai franchi la barre des 100 kilos, ce qui n’ arrange rien non plus ).

        Mais cela ne m’ empêche pas de consulté un autre chirurgien, donc s’ il ne vous ennuis pas de me mettre en contact avec votre chirurgien, et s’ il me propose une meilleure solution, je suis ok !

        Pour cela je me permet de vous donner mon adresse E-Mail personnelle qui est la suivante :

        VINCENT.BOURGADE0474@ORANGE.FR

        Encore une fois merci infiniment, et je vous souhaite de bonnes fêtes de fins d’ année.


        Bien cordialement a vous.



        VINVIN.




      • Defrance Defrance 27 décembre 2010 22:55

        Vinvin ,

         @Vinvin,
        Le trajet est remboursé intégralement par la sécurité sociale, par contre il est vrai que beaucoup de médecin se font tirer l’oreille ? ( peut être a cause des verres de vin payé par les boites qui proposent les séjour d’un mois, avec piscines et maladie nosocomiales associées ? )
         Mon premier médecin m’a déconseillé, je suis allé en voire un autre ( qui ne connaissait pas cette technique) mais qui a contacté le professeur Girard)

         Girard a fait le diagnostique et a convaincu mon médecin qu’il n’y avait aucun problème !

         La secu est gagnante, même avec le transport, car il n’y a QUE 4 JOURS et TROIS nuits
         d’hopital, RIEN DE PLUS, on remarche normalement en 15 jours sans Kiné !

         Je communique directement par courriel avec Girard quand je veux lui poser une question !

         N’hésitez pas a lui téléphoner pour vous renseigner ou envoyer un courriel au chu .
         


      • brieli67 27 décembre 2010 18:25

        Fallait bien que le Chouchou de BXL nous « enfoire » avant Roger, avant Sylvestre...

        Terres rares nous dis tu ...
        un excellent site — de données bancaires- faut pas hésiter : gueule de loup, de lion , de tigre
        sur les énergies :http://www.oilsheetlinks.com/
        sur l’or et les métaux dt les rares bien sûr : http://www.goldsheetlinks.com/

        pour l’Au : ces graphiques
        c’est pire que ce qui se dit et se lit !
        l’or en barre le kilo à 1ooo euros extrait et façonné. On brade, les mines tournent au ralenti !!!

        Les stocks d’or des Banques Centrales.... notre Sarko a vidé les caves, notre dette abyssale oblige, valent des clous. Emplâtre sur jambe de bois.

        Voit le tonnage d’ or brûlé depuis notre Franc-or Poincaré, depuis notre Nouveau Franc.
        Il est passé où ?
        On nous dit pas tout, on maquille, on magouille....

        Des couilles en or, dans l’esprit du Fergus du jour.
        et des baffes qui se perdent !

        L’Or des Incas ( colliers et parures des Dames et objets de culte arrachés et fondus, plutôt que d’extraction de mines et de bancs de rivière) a été recyclé en armes par Franco en son temps. 

        So isses...


        • L'enfoiré L’enfoiré 27 décembre 2010 18:43

          Salut Briel,
           Chouchou de Bruxelles, j’adore.  smiley
           Rien ne vaut le durable. Le cyclable. Le reproductible ou le renouvelable.
           Merci pour le graphique de l’or. Il démontre très bien ce qui est dit. Dommage qu’il s’arrête sur le chemin du temps.
           Goldfinger a encore des années devant lui. Un des meilleurs de la sériesmiley
           Sarko en a peut-être sur sa Rollex. Pour ses couilles, je ne demande qu’à voir. smiley
           Il en restera toujours un peu pour nos dents creuses. Non ?
           Qu’en dis tu ?
           
            
           
           
           


        • Defrance Defrance 27 décembre 2010 19:45

          Bonjour l’Enfoiré,

           sans compter que la Chine achète des zones d’extractions entière en Afrique, au Vietnam, gardées par leur armée pour extraire et vendre à leur compte ?

           Je ne comprend pas pourquoi, l’EAU, la dernière ressource vitale n’a pas plus de succès ?


          • L'enfoiré L’enfoiré 27 décembre 2010 20:30

            Defrance,

             Exact pour l’Afrique. Le livre dont je parlais, je l’ai parcouru ce matin.

             L’eau a du succès. Soyez-en sûr.
             Pourquoi croyez-vous que les neiges de l’Himalaya intéresse tant la Chine ?
             Je peux vous donner d’autres endroits sur Terre où l’eau est une valeur stratégique et qui pourrait générer des guerres dans le cas de pénuries.
             
               


          • Defrance Defrance 27 décembre 2010 20:53

             Pour le Vietnam, c’est la même chose et cela produit d’ailleurs un « séisme » politique entre les Pro et anti chinois !
             Ne pas oublié que le Vietnam a été colonisé pendant mille ans par la Chine et qu’actuellement les iles Parracels et Spratley sont convoités pour le pétrole ?
             


          • COVADONGA722 COVADONGA722 27 décembre 2010 23:04

            @ll’enfoiré bonsoir c’est déja fait
            les ferme de sheba et le golan ne sont rien d’autre comme prise de guerre d’israel qu un controle de l eau et si vous avez une bonne culture mili vous comparez en israel les points
            « fortifié » et les sites aqueux vous verrez une corélation certaine, trés tot dés 1950 israel a perçu
            le controle de l eau comme une donnée stratégique.
            Et il y gros a parier que sans l invasion de l irak nous aurions assisté tot ou tard a un conflit turquie irak/syrie les barrages et retenue d’eau turc asséchant et spoliant ses deux voisins.


          • L'enfoiré L’enfoiré 28 décembre 2010 08:25

            Covadonga,
             Exact. La guerre de l’eau a bel et bien commencé. Elle est latente.
             Je pensais à l’eau du Jourdain. Israël est un exemple flagrant.
             Quand on voit le Nord cultivé méditerranéen et le désert Négev jusqu’à Eilat dans le Sud.
             (je connais)
             Il n’y a que la désalinisation qui y remédie.
             Les stratégies politiques sont menées selon la configuration du terrain ;


          • ddacoudre ddacoudre 27 décembre 2010 23:40

            bonjour l’enfoiré

            un bon article qui rappelle une réalité économique qui échappe à tous les politiciens de la politicienne politique people qui remplissent nos journaux, et beaucoup d’entre nous ignorent que les portable dont ils sont si fier sont l’objet de guerre dans les pays d’Afrique ou l’on extrait un mineré rare (jai oublié le nom t’en pis) utile à leur élaboration.
            a cotê de cela la valeur de l’or c’est bon pour les nases. mais bon ils trouveront toujours un plus nase qu’eux pour leur acheter encroyant faire une affaire, sur de l’illusion.
            en parlant de la monaie j’avais écrit une caricature sur sa valeur.

            La monnaie une valeur fictive…

             

            Le phénomène le plus important est l’organisation sociale qui s’est constituée autour de la monnaie depuis des siècles. Si sa circulation a facilité le développement économique, sa rareté est en même temps un frein au développement.

            La monnaie n’en demeure pas moins une valeur relative fictive réglementée qui n’a de valeur que celle que nous lui accordons.

            Imaginez-vous dans un désert, et devoir choisir entre un verre d’eau ou un compte bancaire opulent. Nul doute que c’est votre raison qui l’emporterait sur votre envie de posséder un compte opulent, et vous choisiriez le verre d’eau. Car c’est bien notre existence qui est une valeur fondamentale, et non pas une ligne d’écriture sur un compte, qui sans lui dénier son utilité, n’est pas une fin en soi.

            Si dans la même situation un tiers vous proposait le verre d’eau pour le prix de votre capital vous l’achèteriez. Si un autre tiers vous offrait ce verre d’eau vous le prendriez.

            Les deux cas donnent un résultat identique pour l’assoiffé. Pourtant, dans le premier cas, la valeur de votre compte qui valait, à un cours imaginaire un million de litres d’eau, n’en vaut plus que celui d’un verre. Dans le deuxième cas vous êtes bénéficiaire de tout. Dans le premier cas vous êtes sauvé mais ruiné, dans l’autre, sauvé également et propriétaire d’un capital qui ne représente rien parce qu’il n’a pas été désiré.

            L’exemple est réducteur et exclusif des autres types de situations possibles, mais indique ceci : Que l’éducation sociale de l’un et de l’autre n’engendre pas la même échelle de valeur pour l’ensemble des éléments qui composent la situation. D’autres appellent cela « la loi du marché », et ramènent de ce fait nos relations sociales à un seul échange commercial dénudé de l’humanisme que notre espèce a su définir en théories et qu’elle a tant de mal à réaliser.

             

            cordialement bonne fêtes.


            • L'enfoiré L’enfoiré 28 décembre 2010 08:36

              Salut DD,
               Au sujet de l’Afrique et des portables, j’en parlais dans l’article sans aller très loin.
               Il s’agit du coltan.
               Je dis et je le répète, la monnaie n’est qu’un outil utilisé pour les échanges dépendant de la confiance des interlocuteurs de celui-ci. Elles interviennent au milieu du processus complet.
               Les matières premières sont à l’entrée de ce même processus.
               Sans elles par de processus.
               Je l’ai dit ailleurs en boutade : dans un désert que fait-on avec un million de dollars, sinon un matelas pour la tête.
               Comme dans tous les processus informatiques que l’on appelle les TIC, vous avez un input, un traitement et un output. Cela, je le connais depuis tant d’années.
               Les marchés sont des périphériques, clients des processus, donc extérieurs.
              Bonne fête
               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès