• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Comment gagner au jeu du Shifumi ?

Comment gagner au jeu du Shifumi ?

J’en vois déjà qui haussent les sourcils… Les premiers qui ignorent peut-être ce que Shifumi signifie. Shifumi, c’est une autre manière de parler du jeu le plus universel de la planète : le Pierre-feuille-ciseaux (PFC).

Si vous ne connaissez pas les règles, les voici :

Nombre de joueurs:2

Matériel de jeu : main

Figures possibles :

image

 

Pierre

 

image

 

Feuille (papier)

 

image

 

Ciseaux

 

Les deux joueurs choisissent simultanément un des trois coups possibles en le symbolisant de la main :

De façon générale, la pierre bat les ciseaux (en les émoussant), les ciseaux battent la feuille (en la coupant), la feuille bat la pierre (en l’enveloppant). Ainsi chaque coup bat un autre coup, fait match nul contre le deuxième (son homologue) et est battu par le troisième.

Bien qu’inventé en Chine, le PFC est parvenu en occident via le Japon qui nous a légué son nom alternatif de Shifumi du fait que les japonais comptent jusqu’à trois avant de montrer leurs coups (Hi-fu-mi (一二三) signifiant « Un-deux-trois »).

Il y en avait peut être d’autres qui, en lisant le titre de cet article, haussaient les sourcils en se demandant comment gagner un jeu qui semble totalement géré par le hasard. C’est sans compter le facteur psychologique qui peut permettre aux plus aguerris de gagner à coup sûr. Pas étonnant alors qu’il existe aujourd’hui des compétitions officielles de PFC !

Alors comment gagner à PFC ? Voici un petit infogramme qui va vous permettre de peaufiner votre technique et faire de vous un gagnant !

 

image

 

Transcription :

Beaucoup pensent que PFC est un simple jeu de hasard et de chance. Cependant, à l’instar des échecs ou de Super Mario Kart, PFC est un jeu de stratégie, d’observation et d’intelligence. Voici 8 étapes simples pour gagner à coup sûr.

Histoire : la plus ancienne forme de PFC fut observée au 18ème siècle au Japon et s’appelait Jan-Ken-Pon.

Le PFC constitue une épreuve sportive mondiale. Les précédents champions sont :

2009 Tim Conrad (USA)

2008 Monical Martinez (Canada)

2007 Andrea Farina (USA)

2006 Bob Cooper (UK)

Stratégie :

1.Les hommes ont tendance à jouer une pierre pour leur premier coup. Tentez une Feuille si vous jouez contre un homme.

2.Par contre des joueurs expérimentés vont commencer par une feuille. Du coup, jouez ciseaux.

3.Les joueurs inexpérimentés auront tendance à jouer le coups qui les a battu précédemment. Jouez donc l’opposé de votre précédent coup vainqueur.

4.Si votre adversaire joue deux fois Pierre, vous savez qu’il jouera papier ou ciseaux au prochain coup. Les gens détestent être prédictibles, et jouer trois fois le même coup est prévisible. Contrez le troisième coup avec Pierre.

5.Observez bien les doigts de votre adversaire alors qu’il s’apprête à jouer. Ses doigts seront lâches ou tendus en fonction du coup qu’il jouera : Pierre, tous les doigts tendus, Feuille, tous les doigts relâchés, Ciseaux, seulement les deux doigts du dessus relâchés.

6.La Feuille est le coup le moins joué dans un match. Utilisez la donc comme un coup non prévisible. Feuille : 29,6% Pierre : 35,4%, Ciseaux : 35%.

7.Observez bien le jeu de votre adversaire alors qu’il se bat contre un autre. A t-il des préférences ? Utilise t-il des suites périodiquement ?

8.Et si tout est perdu : jouez le coup du Spock. C’est un coup imprévu et illégal, mais imbattable !

Hein ? C’est quoi cette histoire de Spock ? Et bien il existe une version alternative du Shifumi, impliquant non pas 3, mais 5 coups différents. Récemment popularisé par la série The Big Bang Theory, le PFCLS (Pierre Feuille Ciseaux Lézard Spock) vous entrainera dans des passionnantes parties avec vos amis !

image

 Suivez le diagramme, et en avant pour une partie endiablée de PFCLS ! (attention à la crampe cependant...)

Update :

Je ne résiste pas à vous faire partager l’excellent commentaire de Lonironaute qui va nous permettre d’étendre nos connaissances en Shifumi : car voici deux alternatives particulièrement audacieuses du traditionnel PFC :

Le pierre-pistolet-éclair-diable-dragon-eau-air-papier-éponge-loup-arbre-humain-serpent-ciseaux-feu (ou PPEDDEAPELAHSCF)

Et le Pierre Pistolet Dynamite BombeA Eclair Démon Dragon Alien Eau Bol Air Lune Papier Eponge Loup Cafard Arbre Homme Femme Singe Serpent Hache Ciseaux Feu Soleil (ou le... trop compliqué...)

Et puis si vous avez un problème pour vous souvenir de la règle simple entre le papier et les ciseaux, voici une illustration qui devrait vous aider pour le restant de vos jours :

Merci encore à Lonironaute !

Liens :

Article Cool Infographics (PDF)

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Rounga Roungalashinga 17 août 2010 17:35

    Amusant.

    Savez-vous quelle est l’origine de ce nom « Shifumi » ? 


    • Ronald Thatcher vraimentrienafoutiste 17 août 2010 17:38

      « son nom alternatif de Shifumi du fait que les japonais comptent jusqu’à trois avant de montrer leurs coups (Hi-fu-mi signifiant « Un-deux-trois »). »

      faut suivre rounga !


    • Taupo Taupo 17 août 2010 18:00

      En fait la question n’est pas si saugrenue, même si je donne un embryon de réponse déjà dans l’article. Un lecteur de mon blog et moi avons échangé quelques commentaires sur le sujet. Je retranscrit le tout ici :

      Venom
      Salut,

      J’habite au Japon depuis 3 ans et j’ai un niveau intermédiaire en japonais. Je n’ai jamais entendu le terme de Shifumi ! Les japonais jouent tout le temps à Pierre-feuille-ciseaux, mais ils nomment cela janken, et pas Shifumi. Voir par ex. :

      http://jet.wikia.com/wiki/Janken

      Quand ils veulent annoncer que quelque chose va se produire, ils ne comptent pas un-deux-trois (comme nous le faisons en français ou one-two-thee en anglais), mais ils emploient « seno ». Toujours rien à voir avec Shifumi.

      Et enfin, le système basique pour compter est « ich, ni, san », et pas hi-fu-mi. 一二三 se lit donc « ich, ni, san » et non pas hi-fu-mi. Et si on prend le kanji pour un, 一, il peut se lire ichi ou hito, mais pas shi.

      Bref, je suis quelque peu perplexe par l’explication donnée pour le mot Shifumi dans ce billet. Elle ne correspond à rien que je connaisse.

      Sinon sympa pour les règles. Je pourrais les utiliser tous les jours, quand je joue contre mes élèves d’anglais...

      Cordialement,

      Moi :
      Bon, selon wikipedia, c’est l’étymologie du jeu. De plus, si on cherche la prononciation des 3 premiers kanji, on trouve :
      hito(tsu) / ひと(つ)
      futa(tsu) / ふた(つ)
      mi(ttsu) / み(っつ)
      Ce qui expliquerait quelque peu l’origine de Shifumi (qu’on peut d’ailleurs retrouver sous la forme tifumi). Par contre, on ne trouve cette explication que dans la page française. A mon avis, ce qui s’est passé, c’est qu’au moment de la découverte du jeu en France, il y a eu un bel amalgame qui fait qu’on l’appelle shifumi en France et nulle-part ailleurs.
      C’est un peu du même acabit que les « french fries » en amérique...

      Venom :

      Bonjour,

      Je viens de demander à une amie japonaise, et elle me dit que « hi-fu-mi » (et non pas « shi-fu-mi ») est une façon très archaïque de compter qui n’est plus usitée aujourd’hui. Et pour elle cela n’a aucun lien d’aucune manière avec janken (pierre-feuille-ciseaux en japonais).

      En tout cas cette partie de l’article était donc correcte : « hi-fu-mi » se traduit bien par un-deux-trois, mais est une façon de compter qui à disparu de la langue. Aucun de mes manuels ne l’avait mentionné...

      A propos de hito(tsu) / ひと(つ) futa(tsu) / ふた(つ) mi(ttsu) / み(っつ), le japonais est un langue avec de nombreux compteurs. Il y a énormément de façon de compter qui dépend de l’objet que vous êtes en train de compter. « ich, ni, san » est utilisé quand on ne compte pas d’objet, mais qu’on compte simplement des nombres (par exemple en faisant des pompages en sport : un, deux, trois). hito(tsu) / ひと(つ) futa(tsu) / ふた(つ) mi(ttsu) / み(っつ) est un compteur générique d’objets (une pomme, deux pommes, trois pommes), mais il y en a plein d’autres spécifiques (pour les grands animaux, les petits animaux, les objets longs, etc.). Hitori, futari, sannin sera utilisé pour compter les personnes, pour donner un autre exemple. J’avoue que les compteurs est un des aspects les plus difficiles du japonais, parce qu’il faut mémoriser les différentes façon de compter en façon des objets que vous êtes en train de compter...

      Sceptiquement vôtre,


    • tonio 17 août 2010 19:06

      Ma strategie serait differente au point 4. Si mon adversaire a joue 2 fois pierre et que je suppose qu’il va changer pour feuille ou ciseaux, j’aurai tendance a jouer ciseaux. Ainsi j’aurai une chance sur deux de gagner et une sur deux de faire nul. Si je joue pierre, une chance sur deux de gagner et une sur deux de perdre.


      • manusan 18 août 2010 03:18

        il y a une adaptation en jeux de plateau type echec/dame

        http://jeuxstrategieter.free.fr/Chifoumi_complet.php

        très sympa. Surtout à 4, là ça devient carrément de la diplomatie.


        • Le Gros Caillou Le Gros Caillou 18 août 2010 08:35

          Merci Taupo,

          Excellent article !

          A noter le cul de chouette et la grelottine découvert dans la série Kaamelot

          http://monq.biz/article-2442-Kaamelott++Le+cul+de+chouette.Q

          encore meilleur, le sloubi :

          http://www.wideo.fr/video/iLyROoaftq_y.html


          • Ronny Ronny 18 août 2010 13:00


            Interessant et amusant papier... qui demontre que le hasard n’a pas toujours toute sa place dans les jeux du meme nom.

            Je vais tester les conseils, en esperant que mon futur adversaire ne lit par Avox smiley !


            • Cipango 18 août 2010 13:13

              Bonjour,
              Juste pour vous confirmer ce qui a été dit plus haut. Au japon, on appelle ce jeu jan-ken-pon ce qui signifie pierre-ciseaux-papier. Jamais je n’avais entendu cet appellation shifumi... Sur la page japonaise de Wikipedia, il y a bien quelques références sur l’origine de ce nom mais il n’est nullement indiqué ce nom de shifumi. J’avoue ne pas comprendre d’où vient cette appellation.


              • Orwell 18 août 2010 14:08

                Maintenant qu’on sait gagner au Shifumi, on peut s’attaquer aux autres problèmes nous touchant de près ou de loin.


                • Radix Radix 18 août 2010 15:01

                  Bonjour

                  Quand j’étais gamin il y avait un quatrième signe : le puit !

                  La pierre tombait dans le puit ainsi que les ciseaux mais la feuille le couvrait.

                  Radix


                  • joelim joelim 18 août 2010 16:45

                    Oui, mais puits et ciseaux ont plus de chance de gagner que pierre et feuille.

                    Pour équilibrer il faut ajouter par ex. bougie, en prenant pour principe qu’elle gagne sur puits (la bougie éclaire le puits). 

                  • Radix Radix 19 août 2010 20:00

                    Bonjour Joelim

                    Non le puits rééquilibre car sinon c’est la pierre qui est plus forte !

                    Radix


                  • docdory docdory 18 août 2010 17:45

                    @ Taupo

                    Merci pour cet article divertissant et excellent.
                    Comme Radix, j’avais dans mon enfance une quatrième option : « le puits » .
                    Le jeu de pierre-papier-ciseau a marqué la littérature . En effet, dans le roman « On ne vit que deux fois » de Ian Fleming, une partie de « pierre-papier-ciseau » a lieu entre James Bond et le chef des services secrets japonais, et donne lieu a des commentaires stratégiques du déroulement la partie .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Taupo

Taupo
Voir ses articles







Palmarès