• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Concavenator corcovatus, le dinosaure, mi oiseau, mi requin, mi (...)

Concavenator corcovatus, le dinosaure, mi oiseau, mi requin, mi chameau

Concavenator corcovatusPetit rappel pour commencer : certains dinosaures avaient des plumes (1,2 et 3), et même des plumes avec de jolies couleurs. Je sais je me répète, mais ça vaut le coup d’enfoncer le clou…

Maintenant reste à savoir quand à émergé les premières plumes ! C’est là que nous pouvons introduire un nouveau bestiau dans l’arène : j’ai nommé Concavenator corcovatus ! (enfin j’aurai bien voulu l’avoir nommé, mais en fait en fait ce sont les paléontologues Francisco Ortega, Fernando Escaso et José L. Sanz qui ont eu cet honneur). Les voilà d’ailleurs tous les trois en train d’étudier attentivement l’impressionnant fossile déterré de la province de Cuenca, en Espagne :

Francisco Ortega, Fernando Escaso et José L. Sanz autour du fossile de Concavenator corcovatus

Comme son nom l’indique (comment ça, vous n’êtes pas capable de parler le latin couramment ?), Concavenator corcovatus est un chasseur (venator) de la Province de Cuenca (Conca) avec une bosse (corcovatus), ou élongation de deux vertèbres pré-sacrales quand on veut avoir la classe.

Avec ces 6 mètres de long, on pourrait penser que Concavenator corcovatus est un cador ! Mais dans sa famille, les Carcharodontosauridés, on mesure en moyenne dans les 12 mètres… Et chez les Carcharodontosauridés (essayez de le répéter trois fois de suite tiens…), on est loin d’être des rigolos. Leur nom signifie en grec “lézards aux dents de requins” et 4 espèces au moins dépassaient en taille le pas si terrifiant Tyrannosaure, comme Carcharodontosaurus saharicus ou Giganotosaurus carolinii :

Comparaison de taille entre Spinosaurus aegyptiacus, Chacharodontosaurus saharicus, Giganotosaurus carolinii, Tyrannosaurus rex ... et Homo sapiensComparaison de taille entre Spinosaurus aegyptiacus, Carcharodontosaurus saharicus, Giganotosaurus carolinii, Tyrannosaurus rex ... et Homo sapiens

On remarquera que Spinosaurus aegyptiacus, ayant eu son heure de gloire dans Jurassic Park III, reste tout de même le dinosaure théropode carnivore le plus grand et gros de la compet’.

Pourquoi donc nous intéresser à ce nabot de Concavenator corcovatus ? On pourrait de demander par exemple à quoi pouvait lui servir cette bosse ornant ses vertèbres pré-sacrales (faut cultiver la classe...). Les hypothèses se bousculent : Dépôt de gras à l’instar des bosses de zébu (mais alors pourquoi posséder une armature osseuse pour la supporter), communication, régulation thermique… Pas une ne semble vraiment convaincante, et surtout testable pour l’instant.

Non ce qui est véritablement passionnant, ce sont les petits picots que les chercheurs espagnols ont observé sur ses os des avant-bras :

Comparaison de l'ulna de Concavenator et d'une dinde (Cathartes sp.) Comparaison de l’ulna de Concavenator et d’une dinde (Cathartes sp.)

Et oui, en comparant l’ulna (anciennement appelé cubitus) de la dinde et de Concavenator, on remarque une grande similitude à la fois topographique et morphologique ! Et à quoi sert ces petits picots chez la dinde ? Je vous le donne dans le mille, à accrocher des follicules de plumes (les rémiges) ! Cela suggère évidemment que ces parties n’étaient pas que recouvertes d’écailles mais qu’elles pouvaient également arborer de jolies proto-plumes. Non seulement de nombreux dinosaures à plumes adaptées au vol, comme les Maniraptor, possèdent également ce genre de structures sur leurs ulna, mais on en retrouve également sur d’autres théropodes définitivement non volant… comme le fameux Velociraptor !

Comparaison de l'ulna de Velociraptor (A et B) et de la dinde Cathartes (C, D, E et F) Comparaison de l’ulna de Velociraptor (A et B)

et de la dinde Cathartes sp. (C, D, E et F)

Ceci suggère donc très fortement que ces gros dinosaures théropodes (prédateurs marchant sur leur deux pattes arrière) – enfin gros, je vous rappelle la comparaison entre les versions réelles et hollywoodienne pour les velociraptor :

Velociraptor version hollywood

Velociraptor version la vraie vie

Bref disais-je, cela suggère que ces dinosaures de diverses tailles, possédaient des proto-plumes sur les avant bras.

Mais il reste deux informations cruciales que je n’ai pas dévoilées et qui rend cette découverte importante (et justifie sa publication dans le journal Nature) : c’est l’âge de Concavenator et sa place dans la famille des théropodes. Notre nabot de lézard à dents de requin et bosse de Zébu a … 130 Millions d’années ! Déjà c’est vieux, et c’est assez cool d’avoir ce genre d’indices tenaces sur un fossile pareil. Deuxièmement, Concavenator appartient à la famille des Allosauroïdes : image

Or, alors que parmi les théropodes, les traces de plumes ne semblaient exister que chez les Coelurosaures (dont font partie les oiseaux), trouver des traces de plumes chez un Allosauroïde repousse donc l’apparition des plumes depuis le Haut jurassique (161 à 145 Millions d’années) au Jurassique Moyen (175 à 161 Millions d’années) parmi les ancêtres communs des Allosauroïdes et des Coelurosaures : les Neotetanurés.

Par contre une déception de taille : les chercheurs ont eu beau chercher, point de squelette d’Esmeralda enlaçant notre dinosaure bossu…

Références :

Ortega F, Escaso F, Sanz JL : A bizarre, humped Carcharodontosauria (Theropoda) from the Lower Cretaceous of Spain. Nature 2010, 467:203-206.

Turner AH, Makovicky PJ, Norell MA : Feather quill knobs in the dinosaur Velociraptor. Science 2007, 317:1721.

Liens :

Article National Geographic

Article Nature News

Article Not Exactly Rocket Science


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 9 septembre 2010 09:43
    mi oiseau, mi requin, mi chameauCÉSAR (à Marius)
    Eh bien, pour la deuxième fois, je vais te l’expliquer, le Picon-citron-curaçao. Approche-toi ! Tu mets d’abord un tiers de Curaçao. Fais attention : un tout petit tiers. Bon. Maintenant, un tiers de citron. Un peu plus gros. Bon. Ensuite, un BON tiers de Picon. Regarde la couleur. Regarde comme c’est joli. Et à la fin, un GRAND tiers d’eau. Voilà.
    MARIUS
    Et ça fait quatre tiers.
     smiley

    • LE CHAT LE CHAT 9 septembre 2010 10:46

      Très chouette les dinosaures à plumes , les véritables ancètres de ces volatiles ! smiley

      merci pour cet article excellent , comme toujours !


      • Halman Halman 9 septembre 2010 11:25

        Très bel article vraiment intéressant.


        • beneolentia beneolentia 9 septembre 2010 12:09

          De quelle religion fait partie cette secte étrange qui pratique la divination dans les os ?

          Les maraboutos qui mettent les os bout a bout ?
          En tout cas c’est a vomir.
          (Il fallait au moins un avis négatif, c’est fait)





          • alberto alberto 9 septembre 2010 13:11

            Bonjour,

            "Par contre une déception de taille : les chercheurs ont eu beau chercher, point de squelette d’Esmeralda enlaçant notre dinosaure bossu…"

            Y z’ont bien cherché du côté des jardins du Luxembourg, près su Sénat ? Un des plus grande réserve de dinosaures s’y trouve, parait-il !

            Merci et bien à vous.


            • ZEN ZEN 9 septembre 2010 13:30

              Très intéressant
              Où l’on se rend compte que la classification du vivant est un problème épineux, surtout si l’on ne prend pas en compte l’aspect phylogénétique
              Darwin avait pressenti tout cela


              • Taupo Taupo 9 septembre 2010 15:48

                Bonjour à tous, merci pour les compliments (et haussement de sourcil pour la réaction négative peu compréhensible...),
                Une erreur s’est glissé dans le texte. Je parle de comparaison avec la dinde (Cathartes sp.)
                Il s’agit en fait d’une (odieuse) erreur de traduction. L’oiseau moderne qui est utilisé dans la comparaison est un urubu, (en anglais Turkey vulture d’où la confusion puisque Turkey signifie dinde en anglais) dont le nom savant est bel et bien Cathartes. Le nom savant des dindes est Meleagris.
                Veuillez m’excuser pour cette erreur !


                • ZEN ZEN 9 septembre 2010 16:46

                  Je me disais aussi... smiley


                  • HELIOS HELIOS 9 septembre 2010 23:09

                    ... ce qui m’impressionne toujours, c’est la certitude de certains a affirmer la couleur des plumes a partir de traces fossilisées... alors qu’ il est même impossible de retrouver la moindre molecule inerte (trace metallique, cristalisation etc) en provenance de la bestiole.

                    Mais, l’imagination, le rêve, apres tout c’est bien important n’est-ce pas....


                    • Taupo Taupo 9 septembre 2010 23:34

                      Avez vous bien lu l’article relatant la découverte de traces de mélanosomes dans les tissus intégumentaires de Sinornithosaurus ?
                      Vous pouvez y jeter un coup d’oeil peut être un peu plus prolongé en suivant le lien suivant :
                      http://ssaft.com/Blog/dotclear/index.php?post/2010/01/29/Dinosaures-agrave%3B-plumes%2C-drsquo%3Baccord%2C-mais-de-quelles-couleurs
                      Vous y constaterez que les scientifiques ne sont pas certains de leur découvertes (c’est le cas d’ailleurs de toutes les découvertes scientifiques : conclusions probables jusqu’à preuves du contraire), mais qu’ils ont été assez loin dans la minutie pour tester leur hypothèse, suggérant fortement que leurs conclusions sont vraisemblables.
                      D’autre part, d’autres équipes ont auparavant isolés des fragments de macromolécules organiques, comme du collagène, emprisonnés dans des ossements fossilisés de tyrannosaure (à voir ici http://ssaft.com/Blog/dotclear/index.php?post/2009/05/27/Les-dinosaures-agrave%3B-plumes%3A-les-fossiles). Là encore, il n’y a pas de certitudes, mais ces recherches sont soumises à de scrupuleux tests qui diminuent fortement la probabilité d’artefacts. Encore une fois, les conclusions sont robustes... jusqu’à ce qu’une autre équipe trouve des résultats contradictoires.
                      C’est le processus de la science. La science n’était pas certaine que la terre était plate, la science, à un état préliminaire de connaissances acquises et avec des moyens limité, était arrivé à un consensus... jusqu’à ce que quelqu’un vienne remettre cette idée en question et établisse un modèle plus robuste et en accord avec des phénomènes naturels inexplicables si l’on présuppose que la terre est plate. C’est comme ça que ça marche !


                    • friedrich 10 septembre 2010 00:55

                      L’ oiseau est le seul dinosaure qui a survécu à l’ extinction massive.


                      • Kakapo Harry Tuttle 10 septembre 2010 01:19

                        Si ces petits picots, se retrouvent sur la dinde de noël, voilà, une bonne occasion de briller en société.


                        • LE CHAT LE CHAT 10 septembre 2010 09:28

                          On aurait pu aussi bien l’appeler quasimodosaure !  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Taupo

Taupo
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès