• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > « Concorde » : la discorde

« Concorde » : la discorde

On pensait avoir définitivement clos le dossier « Concorde », l’affaire du « bel avion blanc », dont la carrière s’est arrêtée après l’accident du 25 juillet 2000 qui a provoqué la mort de 113 personnes.

Pourtant à la lumière de nouveaux éléments, les coupables ne sont peut-être pas ceux envisagés aujourd’hui.

La théorie officielle est connue : une lamelle de titane, abandonnée bêtement sur la piste d’envol par un DC10, aurait crevé un pneu du Concorde, provoquant l’incendie du moteur, la perte de l’avion et la mort de 113 personnes dans les premières secondes du vol.

Le 31 mai 2003, suite à une décision ministérielle, le « Concorde » effectue son dernier vol.

Sur ce lien le détail seconde par seconde de l’accident.

Celui-ci a même été filmé par un conducteur et on peut le découvrir sur cette vidéo.

Le vol a duré en tout et pour tout 2 minutes et une seconde.

Sur cette vidéo de 17 minutes, la reconstitution de l’accident.

Cette lamelle de titane, d’une largeur variable, de 29 à 34 mm, d’environ 43 cm de long, pliée à l’une de ses extrémités, percée de trous sont de type aéronautique « Cherry  », n’appartient pas au « Concorde », et fait porter la responsabilité de l’accident sur un autre avion.

Un DC10 de Continental Airlines avait décollé 90 secondes avant Concorde, et aurait perdu cette lamelle de titane, responsable selon Air France de la catastrophe du 25 juillet.

Air France demande donc à Continental Airlines 15 millions d’euros en réparation des préjudices. « dont la culpabilité et la responsabilité ne font à nos yeux aucun doute ». dixit Air France. lien

Les discussions allaient bon train entre les avocats des assureurs d’Air France, et ceux des familles des victimes, dont la plupart étaient allemands, et ils ont reçu 155 millions d’euros en guise de dédommagement. lien

Les représentants des victimes étant absents du procès, certains pensent qu’en indemnisant rapidement les familles des victimes, on les aurait écarté, en achetant en quelque sorte leur silence. lien.

Stéphane Gicquel, secrétaire général de la FENVAV (fédération nationale des victimes d’accidents collectifs) déclare « on dirait le procès du crash d’un avion vide  »

Après 4 mois de procès, au tribunal de Pontoise, le jugement est attendu fin décembre 2010. lien

A la barre, ont été entendus deux responsables, à l’époque, de la maintenance de Continental Airlines, un ancien directeur du programme Concorde à l’Aérospatiale, et un ex-directeur du service technique de l’aviation civile. lien

Mais personne d’Air France, ni des Aéroports de Paris.

Mais voila, à la lumière d’un reportage diffusé le 4 juillet sur Canal+, réalisé par Sebastien Turay, une vérité bien plus dérangeante pour Air France est en train de montrer le bout de son nez. lien

Pour Me Olivier Metzner « tout a été fait pour occulter la vérité ». lien

Tout le monde semble avoir oublié les incidents subis par «  Concorde » en 1979, à Dakar, et à Washington, concernant des éclatements de pneus, et là, il n’y avait pas « de lame de titane responsable de tous les malheurs du concorde ». lien

A l’époque, l’administration a accumulé des obstacles pour qu’il n’y ait pas d’enquête.

Michel Bourgeois, ancien membre du BEA (bureau d’enquête analyse) a affirmé : « à Dakar, il n’y a pas eu d’enquête pour ne pas gêner Air France  ». lien

Mise en cause, une surcharge de l’appareil, or lors du vol du 25 juillet, mais pas seulement.

En tout, Il y a eu au moins 5 incidents liés aux pneumatiques. lien

Or à la lumière du documentaire diffusé sur Canal +, les techniciens auraient oublié de remonter une pièce, l’entretoise, nécessaire à la stabilité du train d’atterrissage du Concorde.

En rencontrant une irrégularité de la piste (réparée discrètement en toute hâte par « aéroport de Paris »), un pneu fragilisé par le manque de l’entretoise, aurait éclaté provoquant l’incendie. lien

Sur ce forum aéronautique, un intervenant (pals) témoigne sur cette fameuse entretoise : 

A la question « quelqu’un sait-il quelque chose à propos de cette biellette d’alignement oubliée ? » le « pals » en question répond :

« Ce n’est pas une biellette, c’est une entretoise. L’alignement de la roue n’était pas assuré, il est certain que le pneu devait être soumis à rude épreuve (…) Pierre Sparacco à publié un article dans "Aviation Week" qui parlait de cette entretoise oubliée (…) sur son conseil, j’ai pris contact avec la gendarmerie chargée de l’enquête, je suis tombé sur un gendarme qui a semblé intéressé par mes observations. Il m’a dit que je serais convoqué pour enregistrer ma déposition mais je n’ai plus jamais eu de nouvelle. » lien

Continental Airlines ne dit pas autre chose, et fait front affirmant que le Concorde était en feu avant d’avoir roulé sur la lamelle en titane lien.

Dans la revue « Aviation Week », un rédacteur s’étonne de la myopie de la France à ce sujet. lien

Quelle sera la réponse de la justice française au mois de décembre 2010 ?

Sera-t-elle aveugle, à défaut d’être myope ?

Air France et Aéroport de Paris semblent rassurés d’avance.

Le « bel avion blanc » refait donc parler de lui, et on n’aura pas oublié qu’un Concorde se vendait plus de 40 milliards d’euros et que le programme aura couté plus de 20 milliards d’euros. lien

Il ne faut pas oublier non plus que le « Concorde  » était destiné aux classes aisées, et qu’il fallait payer plus de 7000 euros pour un voyage. lien

C’était l’époque ou l’on n’hésitait pas à balancer de l’argent par les fenêtres : « Superphénix  » (dont on connait aujourd’hui l’échec), nous coutera en fin de compte 20 milliards d’euros lorsque, en 2025, le démantèlement sera enfin terminé. (lien)

La leçon ne semble pas avoir été bien comprise, puisque l’état français est en train d’engager des milliards pour des centrales nucléaires EPR dont le prix de départ d’un seul exemplaire est de 3,3 milliards d’euros.

Il va manifestement doubler, et sa technologie prête à ne nombreuses critiques. lien

Les mauvaises habitudes ont la peau dure.

Comme disait mon vieil ami africain :

« Le tronc d’arbre à beau séjourner longtemps dans le fleuve, il ne deviendra pas crocodile ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

86 réactions à cet article    


  • MonsieurG MonsieurG 6 juillet 2010 12:27

    Bonjour Olivier,

    bon article, permettant de mettre en doute la thèse officielle publiée par le BEA.

    Pour information, le magazine « Spécial investigation » diffusé dimanche dernier (4 Juillet) sur Canal+ était en fait une rediffusion, car il a été diffusé une première fois le 22 janvier 2010.

    Comme je l’indiquais plus haut, la thèse « officielle » est celle qui est retenue par le BEA. Néanmoins, un certain nombre de témoignages permettent de douter du scénario retenu. Une autre information importante, c’est l’incident qui a eu lieu le 14 Juin 1979 à Washington. En effet, le point faible du Concorde était bel et bien les pneumatiques, problème connu et passé sous silence. Ce 14 Juin 1979, au moment du décollage, deux pneus gauche éclatent causant une fuite hydraulique et de carburant. Mais, heureusement, le carburant ne s’était pas enflammé. Cet incident est passé sous silence. (source)

    Le Concorde était interdit de vol aux États-Unis en 76 et 77, principalement à cause des nuisances sonores. La levée de cette interdiction est faite courant Mai 77. Il aurait été impensable de se voir à nouveau refuser le survol du territoire, suite à l’incident de Washington.

    L’un des enquêteurs du BEA qui avait eu écho de cet incident à voulu diligenter une enquête sur cette problématique. Il a reçu une fin de non recevoir de la part de ses supérieurs, prétextant qu’il n’y avait ni blessés, ni morts (vu dans le reportage de C+).

    Salutations.


    • jako jako 6 juillet 2010 13:27

      Bonjour Olivier
      Je vais relire avec les liens mais je me demande s’il n’y a pas des erreurs de chiffres
      (confusion francs euros) je vais vérifier avec vos liens.
      Sur ce que vous dites j’ai entendu de la bouche de pilote AF qu’il y avait des incidents , pas que sur Concorde mais toujours occultés ou non révélés sauf quand l’avion se crash, là on ne peux pas cacher.
      (Incidents tel panne de moteurs, incendies à l’atterissage etc)


      • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 13:32

        Jako,
        on n’est jamais à l’abri d’une erreur.
        j’avais aussi un doute, alors j’ai utilisé le convertisseur « euros/francs », et si vous avez ouvert les liens, vous aurez la confirmation du prix définitif qu’a couté à l’état français, donc à vous (et à moi !) le « concorde ».
        tenez nous au courant de votre enquête.
         smiley


      • jako jako 6 juillet 2010 13:35

        Lol mon enquête, effectivement les chiffres sont bons , j’étais juste étonné qu’un avion qui se vende à un prix pareil ne se soit quasiment jamais vendu , donc projet pharaonique, acheté par mon porte feuille... avec le projet rafale on doit être bien aussi.
        Excusez moi d’avoir douté smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 13:39

        Jako,
        pas de problème,
        j’ai aussi été surpris du prix que nous avait couté ce « bel oiseau blanc »,
        d’autant qu’il a surtout servi les plus riches d’entre nous, et couté aux plus pauvres.
        on est en terrain de connaissance !
         smiley
        rien n’a changé.
        faudrait quand même faire quelque chose.
         smiley


      • jako jako 6 juillet 2010 13:46

        Comme quoi les Russes ont été de bon copieurs, ils ont obtenu le même résultat sur Goussainville, devait y avoir une petite erreur , j’y retourne immédiatement...


      • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 13:29

        Monsieur G,
        oui, vous avez raison, le documentaire a été diffusé une première fois lors du démarrage du procès,
        a mon avis, il sera diffusé encore plusieurs fois,
        l’essentiel n’est-il pas que la vérité éclate, au lieu de faire porter le chapeau a une compagnie, qui même si elle n’est pas exempte de critiques, ne mérite pas le procès qui lui est fait ?
        en tout cas, merci d’apporter de l’eau au moulin d’une vérité qui ne demande qu’à sortir du puit.
        merci de votre contribution toujours constructive.
         smiley


        • fifilafiloche fifilafiloche 6 juillet 2010 14:06

          La leçon de Concorde, c’est encore une fois que la collectivisation mène à la négligence par la dilution des responsabilités.


          Air France, entreprise d’Etat, a été poussée à utiliser le concorde, vitrine technologique française, non pour sa rentabilité, mais pour une question de fierté nationale.

          Les différents incidents dus à la proximité des réservoirs et du train d’attérissage ont toujours été couverts par l’aviation civile, ce qui n’a pas permis de revoir la conception de l’appareil comme cela aurait été le cas pour une compagnie privée. Guessaut, ministre communiste des transports, a couvert la responsabilité d’Air France par une enquête falsifiée où la négligence des mécaniciens d’Air France a été ignorée, encore une fois, au nom de l’intérêt national.

          130 allemands sont morts au nom du collectivisme et de la collusion d’intérêts entre l’Etat et ses fonctionnaires, mais après tout, d’autres catastrophes collectivistes ont fait plus de morts, Tchernobyl en est un exemple.



          • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 15:44

            fifilafiloche,
            quelques approximations dans votre commentaire :
            les morts sont au nombre de 113, et non de 130...
            et gayssot ne s’appelle pas guessaut, ce qui n’enlève rien à ses responsabilités.
            ceci dit, si la théorie défendue par quelques uns était confirmé, la conception de concorde est moins en question que les erreurs de maintenance (je veux parler de la pièce manquante qui permettait de stabiliser le train d’atterissage)
            ce qui n’enlève rien à la question de l’intérêt du « bel oiseau blanc » destiné surtout à une élite,
            ce qui peut étonner le français ce serait d’apprendre qu’un communiste ait pu défendre pareil choix.
             smiley
            merci de votre commentaire.


          • Natariege 6 juillet 2010 14:38

            Suite à cet article, je souhaite informé les novives que cet avion a été certifié, avec les exigences de l’époque. donc par conséquence pas criticable. (ce qui est criticable c’était l’obstination à vouloir l’ exploiter)
            pour répondre à l’abscence de l’entretoise, le risque c’est que l’axe du boggie se mette en travers, et par conséquence c’est le roulement et non le pneu qui déguste.
            Dans l’aéronautique, les régles sont établis par EASA au travers de la CS25 pour les gros porteur, ces regles sont toujours de plus en plus éxigentes, par conséquence le concorde serait incapable de répondre à la CS25 aujourd’hui. (ex le concorde est incapable de voler avec un seul moteur !!!).
            Ayant trés bonne connaissance des avionneurs, je peux affirmer qu’il y aura bien d’autres problèmes dans un futur proche (avion composite irréparable, tenue à la fatique notamment à cause des problémes de dilatation (structure métal sur composite)), confiance aveugle envers les models par éléments finis par des ingénieurs qui n’ont jamais tenu une pièce entre les mains. je suis toujours surpris par la jeunesse du personnel dans les bureaux
            En lisant un article sur l’ A400M sur air et cosmos, j’ ai été surpris de voir que cette avion est capable d’ atterir et de décoller sur une piste boueuse et sommaire.
            une de mes connaissances m’ a expliqué que cet avion été concus pour de la piste conventionnelle .
            En bref nous sommes qu’au début des surprises.


            • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 15:49

              Natariege,
              que l’avion ait été certifié est une chose,
              mais qu’il y ait eu avant le crash final des incidents qui pouvaient faire redouter le pire en est une autre,
              ce qui justifie le rapprochement que j’ai évoqué avec le nucléaire,
              avant three miles island, ou tchernobyl, des incidents se sont multipliés,
              nous avions aussi l’information que l’erreur humaine, la négligence, étaient des facteurs aggravants,
              et malgré tout, l’administration a gardé le cap.
              c’est peut être la qu’il y a problème.
              l’aveuglement, et la dissimulation sont-ils compatibles avec la sécurité des hommes ?.


            • joletaxi 6 juillet 2010 16:25

              Vous avez raison, il nous faut absolument faire des économies.

              On pourrait par exemple cesser de subventionner l’éolien, dont le coût économique prend des proportions alarmantes, pour des bénéfices environnementaux dérisoires,ne parlons même pas de leur inutilité pour assurer la sécurité énergétique(c’est à tel point que en UK, on rétribue les éoliennes, pour ne pas se brancher sur le réseau, même par vent favorable, pour ne pas déstabiliser celui-ci !!!) .De même pour le photovoltaïque,où la plupart des pays commencent à revoir leur politique de « détournement » des fonds publics( comme en espagne, où les fermes photovoltaïques produisaient la nuit)
              On pourrait aussi utilement fermer la bourse carbone qui a pour effet essentiel de « vider les caisses » européennes, principalement au profit de la Chine, et de quelques banques et fonds exotiques bien « placés » auprès de nos politiques(les effets du plan Kyoto ont été absolument nuls )
              On pourrait en revenir aux bases:laisser les gens qui s’y connaissent proposer des solutions viables.
              Nier les retombées des conquêtes spatiales est bien digne d’un esprit« éclairé » architecte de surcroît, profession en plein délitement, il suffit de regarder autour de soi les oeuvres magistrales de ces grands esprits

            • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 19:09

              joletaxi
              mais que sont les quelques euros qui subventionnent l’éolien, face aux milliards qui vont etre gaspillés pour le projet iter ?
              http://www.sciencepresse.qc.ca/archives/2005/cap0407055.html
              5 milliards de dollars...sans compter les dépassements prévisibles
              http://europeecologie.eu/Triplement-du-cout-d-ITER-La
              il est question d’un triplement !
              ajoutons y les milliards gaspillés en vain pour concorde, superphénix, et ceux des réacteur EPR a venir,
              par ces temps de crise, qu’en pensez vous ?
               smiley


            • Waldgänger 6 juillet 2010 19:38

              @ Olivier Cabanel,

              Justement, en période de crise, les investissements en recherche publique sont utiles pour faire redémarrer l’économie, le rôle des innovations dans la croissance économique est une des thèses majeures d’un économiste comme Schumpeter. 

              Sur Iter, les montants par année ne sont pas gigantesques, et il faut bien continuer les recherches en fusion nucléaire, même avec des perspectives lointaines. 

              Vous croyez vraiment que le pétrole à 140 dollars en 2008 a aidé une économie européenne sur la pente savonneuse ? Après, si on veut éviter ce genre de problème, il n’y a pas 36 solutions, soit on trouve d’autres gisements d’énergies fossiles au même coût, soit on investit pour passer à autre chose.

            • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 20:20

              Waldganger,
              je suis d’accord avec vous, il faut investir dans la recherche, mais ne croyez vous pas que beaucoup de pistes existent aujourd’hui, très mal explorées.
              regardez par exemple le cas de Graetzel,
              un chercheur allemand, qui a en fin de compte pris la nationalité suisse, obtenu dans ce pays un prix pour sa découverte (panneaux solaires photovoltaiques basés sur le principe chlorophyllien)
              ils sont imprimés, sur support transparent, coutent deux fois moins cher que les panneaux au silicium amorphe, et sont maintenant fabriqués aux USA.
              il a fallu qu’il patiente vingt ans pour voir son invention enfin reconnue,
              et ce n’est pas un exemple isolé.
              le train magnétique japonais semble bien plus intéressant que notre tgv,
              il y avait aussi le système Bertin, signalé par un lecteur,
              mais il y a le moteur à eau (pantone) et d’autres systèmes, jamais aidé (air comprimé etc)
              en fret ferroviaire, depuis 15 ans un ingénieur se bat pour mettre en place son systeme (r-shift-r) système révolutionnaire qui pourrait relancer le fret ferrovairie.
              la liste est si longue...
              tout cela me semble bien plus intéressant que les gaspillages sur le nucléaire, le concorde et le reste...
              enfin, c’est mon avis.
              je crois que beaucoup de francais sont favorables aux innovations technologiques lorsqu’elles ne posent pas un problème d’environnement, et respectent les générations futures.


            • newphoenix newphoenix 6 juillet 2010 23:26

              «  (ex le concorde est incapable de voler avec un seul moteur !!!). »


              Permet moi d’en douter ! Le concorde en est tout-fait capable même sans aucun moteurs car grâce a sa voilure en ailes delta c’est un excellent planeur. Le problème c’est que l’incident est arrivé au décollage donc pas assez de vitesse est d’altitude pour ce faire.
              Il est parti sur une trajectoire en lacets presque immédiatement avant de décrocher au-dessus de Gonesse.
               Je suis sûr qu’un incident du même type sur un Boieng 747 ou un Airbus A340 avec la perte de deux réacteurs au décollage sur la même aile ça aurait été de toute façon la même issue. 
               Car en vol avec une vitesse et une altitude déjà suffisante biréacteurs ou quadri avec un seul moteur en etat de marche peuvent voler, ils y a même des cas ou des quadri ont eus des extinctions de tous leurs réacteurs en passant dans des nuages de cendres volcaniques avant de pouvoir les rallumer par la suite.


            • joletaxi 6 juillet 2010 15:03


              @Jacko
              « Sur ce que vous dites j’ai entendu de la bouche de pilote AF qu’il y avait des incidents , pas que sur Concorde mais toujours occultés ou non révélés sauf quand l’avion se crash, là on ne peux pas cacher »
              Effectivement, sur tous les avions, les pilotes remplissent à chaque vol un logbook retraçant tous les incidents de vol, toutes les pannes, toutes les anomalies.Chaque commandant de bord au moment de décoller sait que son appareil a connu telle panne, qu’elle a été réparée, ou pas, et en fonction de ses connaissances, décolle ou pas.Si tous les avions qui connaissent des anomalies devaient être cloués au sol, il n’y aurait pas grand monde en l’air.Que certaines de ces pannes, dans certaines circonstances, finissent mal, on le sait, et on l’analyse,pour tenter de comprendre comment une petite panne anodine peut finir en catastrophe.
              Concernant les pneus de concorde, tous les avions, ont éclaté des pneus,on eu des pneus qui prennent feu.Et dans ce cas précis, il a été démontré que lorsque cela arrive, la taille des débris n’est pas capable de percer le fuselage.par contre, la « découpe » par une bande métal est peut-être bien dans ce cas le facteur aggravant.Les assureurs US ne vont pas payer avec le sourire ,soyez en sur.
              Un copain ,pilote me racontait au moment de l’accident que dans sa compagnie, on avait remplacé tous les pneus par des neufs,sur tous les avions,allez savoir pourquoi ?

              @l’auteur
              Même avec Concorde il parvient à nous pondre un article antinuc.par contre il s’est abstenu de nous vanter au passage le crottin de cheval.

              Concorde a été un échec commercial, car arrivé sur le marché en pleine crise pétrolière.De plus, les américains ne se sont pas gênés pour torpiller le projet, la route transatlantique étant la seule rentable pour Concorde ;Les recherches, et le savoir-faire accumulé sur cet avion, ont eu pour « enfant » Airbus« une fierté européenne.Au passage, le savoir faire accumulé sur l’étude des réacteurs à permis à RollsRoyce de devenir un acteur incontournable du marché.
              Alors votre refrain sur l’argent public gaspillé pour construire un joujou pour les riches, cela devient aussi ridicule que votre sempiternel »mantra« sur Superphénix, qui a été fermé sur décision purement politique,avec le chantage éhonté des »gruns",qu’il fallait absolument calmer pour sceller l’amitié franc-allemande:la jolie photo de Mitterrand et ce bon Elmut ,main dans la main a effectivement coûté une fortune au conrtibuable français ,qui non seulement a épongé les frais de cette décision pûrement politique, mais en plus, a du indemniser tous les autres pays partie prenante dans cette réalisation( il s’agissait d’une coopération)
              Mais quand on aime on ne compte pas, c’est bien connu




              • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 15:59

                Joletaxi,
                je savais que le couplet nucléaire vous génerait, et que vous seriez frustré de ne pas avoir vu évoqué les bienfaits du crottin de cheval,
                au sujet des américains, si vous avez observé qu’il y a eu, a Washington, un accident similaire à celui que nous avons connu en France, vous ne devriez pas être surpris de leur décision d’interdire les vols de Concorde.
                quant à superphénix (super ?) vous voulez y voir une décision politique, grand bien vous fasse.
                permettez moi d’y voir d’abord un choix sage.
                quand une installation nucléaire est systématiquement en panne,
                quand elle subi en quelques mois deux accidents dont les probabilités étaient estimées se passer une fois tous les 100 000 ans,
                je trouve logique, et intelligent d’arreter les dégats.

                nous continuons de payer la facture de cette erreur technologique, et nous allons payer jusqu’en 2025.
                70 000 mètres cubes de béton,
                5500 tonnes de sodium liquide qui s’enflamme spontanément au contact de l’air et explose au contact de l’eau,
                14 tonnes de plutonium, dont la période de nocivité est de 24 000 ans.
                vous trouvez çà intelligent ?
                le plus grave c’est que manifestement la leçon n’a pas suffit, puisque sarkozy, dans sa logique de « rigueur » continue de gaspiller l’argent public pour des centrales EPR dont on sait déjà les faiblesses, et le prix pharaonique.
                vive la France.
                 smiley


              • Waldgänger 6 juillet 2010 17:00

                le plus grave c’est que manifestement la leçon n’a pas suffit, puisque sarkozy, dans sa logique de « rigueur » continue de gaspiller l’argent public pour des centrales EPR dont on sait déjà les faiblesses, et le prix pharaonique.

                Mais qu’a à voir la comparaison entre l’EPR et des centrales à neutrons rapides, ce ne sont pas les mêmes filières, pas les mêmes combustibles, pas du tout les mêmes perspectives énergétiques non plus, l’une n’est pas révolutionnaire mais maîtrisée, l’autre est plus expérimentale mais utilise des minerais cent fois plus abondants.

                Superphénix était un prototype grandeur nature, pas un modèle de série. Si en recherche publique on se met à tout arrêter à la moindre maladie de jeunesse, où en arrivera-t-on ? On aurait du arrêter la production des Airbus A 320 après le crash de 1988 ? Il aurait fallu rappatrier au sol le télescope Hubble après ses problèmes initiaux de miroir, heureusement corrigés avec le résultat que l’on sait.

                L’auteur a-t-il la moindre idée des chiffres qu’il manie ? 70 000 m cubes de béton, c’est dérisoire (enfin façon de parler).


              • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 19:04

                Waldanger
                vous doutez ?
                voici le lien qui confirme les 70 000 metres cube de béton.
                http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=108
                je vous rassure donc, j’ai tout a fait l’idée des chiffres que je manie et ils ne sont pas dérisoires.
                vous ne comprenez pas la comparaison que l’on puisse faire entre superphénix et concorde ?
                pourtant tout les rassemble :
                le cout pharaonique des deux projets,
                les erreurs technologiques capables de provoquer un accident,
                la volonté d’en faire une vitrine (et quelle vitrine !) pour la France...
                en ne peut pas tout ramener à une bete histoire de carburant.
                 smiley


              • Waldgänger 6 juillet 2010 19:25

                Mais aucun des deux n’était une simple vitrine. Le Concorde a été un banc d’essai pour l’aéronautique européenne, C’est la vie, il y a parfois des investissements qui se révèlent plus ou moins judicieux en fonction d’aléas imprévisibles tels que le prix du pétrole ou les coups bas des Américains, ce fut le cas de Concorde. Mais sur 10 investissements tels que celui-ci, la grande majorité se révèlent utiles. 


                Dans le cas de Superphénix, je comprends mal l’acharnement qu’il y a eu contre les filières à neutrons rapides. Faut-il rappeler que l’on parvient à faire fonctionner des prototypes dans le monde, malgré le manque d’investissements lourds en recherche publique, et qu’il n’y a pas de doute que la filière soit techniquement et économiquement viable si on y met le prix des investissements initiaux.

                Pourquoi ces projections fantasmatiques et qui ont fait l’objet de comptes-rendus dithyrambiques dans la presse sur ITER, alors que tout le monde sait que la fusion nucléaire est une perspective qui reste lointaine ? Cet enthousiasme est-il normal alors que Superphénix est voué aux gémonies et que l’on sert toutes les mauvaises raisons possibles contre les neutrons rapides ?

                De toute manière, je suis prêt à prendre les paris sur vingt ans. Le pétrole classique a atteint un pic de production, les non conventionnels sont plus chers et souvent plus polluants, on ne parle pas du charbon, le nucléaire classique est limité aux ressources en uranium 235. Bon gré mal gré, on retournera à la surgénération, les pays qui ont maintenu leurs installations expérimentales en sont probablement conscients. Si certains écologistes trouvent le lignite allemand meilleur pour les poumons ou le climat, grand bien leur fasse.

              • Waldgänger 6 juillet 2010 19:27

                Au sujet du béton, je voulais seulement dire qu’une quantité de cet ordre ne me semblait pas très importante, et qu’il n’y avait pas matière à scandale, c’est tout. smiley


              • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 20:25

                Waldganger,
                ne parlons donc plus de ce béton,
                mais déja 70 000 metre cubes, ce n’est pas rien, mais il est vrai que comparé au gaspillage occasionné par cette centrale qui n’était pas si super que çà, ce n’est pas grand chose.
                au sujet d’iter, même dans les rangs pro-nuke, il y a des personnes qui pensent que le projet ne menera à rien, et coutera bien plus cher que prévu.

                je suis fan de Durer, et je crois avoir reconnu la mélancolie dans votre avatar,
                j’aime bien.
                 smiley


              • Waldgänger 6 juillet 2010 20:39

                Bon, vu que je dois faire autre chose, c’est mon dernier message de la soirée. Evidemment que pour moi, ce que j’entends, ce que je comprends, ITER est un projet qui ne pourra aboutir à des applications industrielles avant 50 ans et encore c’est l’hypothèse optimiste. Si vous avez des doutes sur le projet, est-ce que l’on trouvera des matériaux capables de résister aux températures atteintes, est-ce que surtout on arrivera un jour à l’équilibre entre l’énergie utilisée et celle obtenue, évidemment que je vous comprends. Par contre, je pense que des recherches massives sur les neutrons rapides sont utiles, voire nécessaires, avec de fortes coopérations internationales, ce n’est qu’un point de vue de citoyen ordinaire. Bonne soirée à vous. smiley


              • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 22:20

                Waldganger,
                j’ai surtout des doutes sur l’intelligence, et l’intuition de ceux qui nous gouvernent.
                peut-etre sont -ils mal conseillés ?
                peut-être n’aurions pas du les élire ?
                en tout cas, ces gros gâchis financiers, par ces temps de crise, devraient nous amener à un peu plus d’humilité.
                bonne soirée aussi à vous.
                 smiley


              • Rudolph 6 juillet 2010 15:43

                20 milliards pour superphenix ? Mais c’est quoi comparé à l’argent détourné par la finance ? L’échec de superphénix est politique, la science avait grandement besoin de ce projet qui devrait continuer.
                Vieux de votre état, je peux comprendre votre mépris du progrès et de la recherche scientifique et technologique. Vous voulez voir fleurir des éoliennes et panneaux solaires, médiocre solution pour nos pays riches mais raisonnement assassins pour tous les pays qui ont de grands besoins en énergie et vite.

                Par ailleurs, malgré ses accidents, les travaux dont le concorde a été l’initiative a permis de faire de l’aéronautique française un fleuron (même si tout se perd aujourd’hui sans plus d’argent jeté dans la fenêtre de l’industrie comme vous dites si bien). Et cela, ce ne sont pas que des riches qui peuvent payer un billet à 7000€ qui en profitent.

                Vos arguments sont minablement comptables. Vous feriez un splendide ministre de l’austérité anti-progrès qui chie des rapports copié-collé sur greenpeace en guise de bien piètre inspiration. Vous êtes bien dans l’air de ce temps mesquin, monsieur. Peut-être que pour vous, marcher sur la lune représente également des milliards jetés dans l’espace ?

                Ne confondez pas politique et science.


                • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 16:03

                  Rudolph,
                  vous avez raison,
                  continuons a jeter l’argent par les fenêtres.
                  moi qui croyais bêtement que nous étions en période de rigueur.
                  sarkozy va nous faire économiser quelques cigares, c’est entendu, mais si j’en crois votre commentaire, on est en droit d’accepter un gaspillage de milliards d’euros au nom de la gloire de l’aéronautique française.
                  étrange conception de l’économie.
                  quand aux voyages dans la lune, plutot que de continuer dans une voie dérisoire, les décideurs de demain ne devraient-ils pas chercher d’autres solutions pour franchir des millions de kilomètres ?
                  MHD, çà vous parle ?
                   smiley


                • Rudolph 6 juillet 2010 18:36

                  Oui, le MHD, très bien. Mais si vous soutenez ce genre d’initiative, je ne vois pas ce que vous reprochez aux technologies de pointes en nucléaire pour lesquelles, certes, beaucoup de boulot reste à faire (c’est pas comme si on était en période de plein emploi n’est-ce pas ? ...).
                  Sinon, je persiste à dire que ces milliards dépensés dans l’industrie et la recherche ne sont pas proprement dit jetés par la fenêtre mais génèrent des profits dont vous ne tenez même pas compte (cela dit, qui saurait quantifier le savoir-faire, l’indépendance stratégique de la France dans ces domaines etc. ?). Les retombées positives sont plus importantes que ce que vous croyez.
                  Mais en un mot, tant que l’on a l’état d’esprit du progrès, l’essentiel est sauf. Et c’est là où vous m’inquiétez. Quant aux milliards jetés par les fenêtres, ils sont beaucoup plus nombreux que ce que vous dénoncez et mais ont lieu dans une autre industrie qui ne mérite pas son nom que l’on dit financière. N’allez pas taper sur nos seules richesses qui valent bien plus que du simple argent. Ca c’est la vraie économie Monsieur. Quand on voit ce que fait la BCE, on voit bien que l’argent ne représente plus grand chose.

                  Et quant aux découvertes technologiques de Jean Bertin dont un commentaire de cet article fait mention, je partage également totalement l’avis que ce soit un scandale qu’elles aient été abandonnées.


                • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 18:55

                  Rudolph,
                  à mon sens, les recherches sur la MHD sont assez éloignées de l’énergie nucléaire,
                  du moins dans le sens défendu par JP Petit, et d’autres scientifiques, mais j’ai bien peur d’être sorti du sujet,
                  çà mériterait un article, tant le sujet peut être passionnant,
                  c’est bien ce que j’espère faire un de ces jours, avec votre aide, éventuellement ?
                  merci de votre commentaire


                • rené 6 juillet 2010 15:44

                  L’absence de l’entretoise figure clairement au dossier, elle a été découverte par Le GTA (Gendarmerie des transports aériens). Une analyse des bagues acier du bogie a été effectuée à Toulouse montrant clairement leur migration vers le centre due à l’absence de l’entretoise (trois atterrissages depuis le changement du bogie je crois) et la perte du guidage du bogie considérée par airbus comme une « circonstance aggravante » !!!.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 16:04

                    rené,
                    merci de ce commentaire,
                    si vous aviez la gentillesse de donner, pour les lecteurs, et moi même, un lien sur votre affirmation, qui confirme ce qui est écrit dans l’article, je vous en serais reconnaissant.
                    (je parle de votre information du GTA)
                    merci d’avance.


                  • Natariege 6 juillet 2010 16:07

                    Circonstante aggravante, cela ne veut rien dire.
                    Oui cela fragilise le pneu, non cela n’ a rien à voir avec l’eclatement.
                    L’entroise est situé au centre du boggie le décalage de l’axe se traduit par un défaut angulaire de la partie roulante.
                    Ce décalage est sensiblement comparable à un décollage avec un vent de travers.



                    • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 16:15

                      Natariège,
                      je ne suis pas un expert en aéronautique, mais si je tiens compte de l’avis des experts cités dans l’article,je suis obligé de me porter en faux avec ce que vous écrivez.
                      le manque d’entretoise est bien l’un des facteurs déterminant de l’éclatement des pneus,ou du moins de leur fragilisation.
                      désolé.
                      ceci dit, si vous avez des preuves, avec les liens le confirmant, je vous serais reconnaissant de nous les proposer.


                      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 7 juillet 2010 00:24

                        Olivier,

                        je te joins le lien vers cette page d’agoravox tv où est fort bien traité ce sujet de l’aérotrain et sa si triste fin... : http://www.agoravox.tv/culture-loisirs/etonnant/article/aerotrain-25494

                        j’en dis pas plus, ça me dégoute.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 7 juillet 2010 06:43

                        Lisa,
                        merci de ce lien nous en apprenant un peu plus sur ce train,
                        à voir la photo de la structure en béton qui devait se voir de loin, çà ne m’encourage pas trop à défendre cette technologie, mais je me trompe peut-etre !
                        il y avait surement moyen d’améliorer la technique, en permettant de faire rouler ces trains plus proche du sol ?
                        je crois qu’il y a aujourd’hui quelques projets de trains « magnétiques » prometteurs, et des projets un peu fous, comme celui qui devait mener des voyageurs de Genève à Lausanne dans un tube « sous pression », 70km en quelques minutes...
                        toujours plus vite est-il toujours mieux ?
                        pas sur.
                        merci de ton commentaire.
                         smiley


                      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 7 juillet 2010 09:58

                        " à voir la photo de la structure en béton qui devait se voir de loin, çà ne m’encourage pas trop à défendre cette technologie, mais je me trompe peut-être  ! « tu sais qu’Orléans est la seule ville à avoir dit non au chemin de fer, la gare est donc Les Aubrays. à partir de cette gare, Jean Bertin a tracé et financé 45 km de ligne dix mètres au dessus des champs de la Beauce et tu peux très bien la voir du train comme de la nationale 20. » il y avait surement moyen d’améliorer la technique, en permettant de faire rouler ces trains plus proche du sol ? « Plus tu t’approches du sol, plus tu dois te défendre contre les biches et sangliers et poser de barrières et grillages. Plus tu t’en éloignes, plus tu peux continuer à exploiter la terre en dessous. Le tgv, lui, nécessite de couper toutes les régions sur un couloir de cent mètres avec un pont tous les kilomètres...Dans le lien au dessus, tu peux voir le rail béton franchir les boulevards, les villes, les cités et le train sans chauffeur peut avoir au départ quatre passagers. C’est le système le plus extensible en interconnexions jusqu’au centre des villes.
                         » merci de ton commentaire. " merci de tes réponses. L.S.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 7 juillet 2010 10:18

                        Lisa,
                        évidemment vu comme çà, pourquoi pas, d’autant que les tgv ne peuvent se permettre des pentes trop fortes (3%) et que fatalement, quand le terrain est en forte déclivité, çà signifie viaducs ou tunnels, et puis l’emprise au sol est importante dans le cas des TGV.
                        j’ai lu qu’il y avait des réacteurs et des fusées d’appoint, il devait quand même y avoir un certain risque a ce que çà déclenche un incendie. non ?
                        http://www2.ac-rennes.fr/cst/doc/Dossiers/aerotrain/replhistoire.htm
                        je pense que la technique MHD soit quand même plus intéressante.
                        mais je ne suis pas un scientifique !
                        http://www.lema.phys.univ-tours.fr/Materiaux/Supra/Enjeux/Applications.htm
                        je vais un de ces quatre faire un article sur cette énergie magnétohydrodynamique qui semble passionnante, et que j’ai déjà un peu abordé dans un article précédent.
                        à bientôt


                      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 7 juillet 2010 11:58

                        Olivier,

                        c’est vraiment un plaisir de travailler avec toi, même si je ne suis que le dernier wagon, j’aurais eu grand bonheur à suivre avec assiduité ton train de bonnes mesures et idées à développer. Lorsque l’on consulte le nombre de programmes alternatifs que l’Etat s’est ouvertement engagé à enterrer, il en ressort que les choix étatiques se sont tous tournés vers les grands projets aux factures à rallonges qui ont fait les choux gras de grands entrepreneurs ( Bouygues, Bolloré, Pinault, etc...). C’est dans ces grandes manœuvres qu’il est plus facile de détourner des sommes conséquentes ( epr iter 20.000.000.000 d’euros ), et évidemment au déficit de toutes les nouvelles technologies qui foisonnent maintenant et se bousculent derrière la porte qui doit céder. En somme, ton travail quotidien consiste à forger la clé pour l’ouvrir et je suis de tout cœur avec toi.

                        Forgeons, mes amis, forgeons, ce sont d’ailleurs les sept mille mineurs roumains partis à pied de la campagne vers la capitale qui ont renversé le pouvoir des caucescul...forgeons, car c’est en forgeant que l’on devient puissant et costaud !


                      • morice morice 6 juillet 2010 16:37

                        Continental Airlines ne dit pas autre chose, et fait front affirmant que le Concorde était en feu avant d’avoir roulé sur la lamelle en titane lien



                        il y a autre chose : 

                        Il a bien roulé sur la baguette de titane ....ou sur son déflecteur, ce qui a entraîné l’éclatement d’un pneu : il a toujours eu des problèmes de pneus, en a crâmé un nombre imposant mais jamais lun débris n’avait réussi à percer un réservoir : l’aile avait déjà été abîmé pourtant par des éclats... mais le plus souvent à l’atterrissage...

                        l« aile avait été PERCEE :
                        joli trou hein :

                        la suie donne le moment de l’impact :

                        il lui manquait peut-être le »chasse-clou« (le déflecteur) surtout : la barrette devant les pneus...

                        manquait ou c’est lui qui a valsé !!
                         »Est-il envisageable que le réservoir ait été perforé par un morceau de déflecteur ? Ce qui ne manquerait pas d’alimenter une polémique au sujet du Bulletin Service Optionnel non adopté sur les Concordes Air France..."

                        bielette, oui, également manquante, mais déflecteur plutôt je dirais....

                        • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 18:04

                          morice,
                          vous avez peut-être la science infuse,
                          moi je m’en tiens aux conclusions du documentaire signalé dans l’article,
                          1) l’incendie a pris bien avant que l’appareil ait pu rouler sur le morceau de titane
                          2) l’appareil était en surcharge (entre une et deux tonnes)
                          3) 4 jours avant l’accident, on avait procédé à un changement de boggie, et oublié de mettre en place l’entretoise.
                          5) comme il est dit dans le rapport "l’entretoise avait fonction d’empêcher les bagues de cisaillement de glisser et de quitter l’axe des roues à protéger.
                          ma bague de cisaillement du pneu numéro 2 (celui qui a éclaté) avait glissé et donc ne remplissait plus son role. les traces d’usures sur cette bague montrent qu’elle a glissé au cours des vols précédents l’accident (page 151 du rapport) cette absence engendre un débattement de l’axe du boggie atteignent 14,5 mm soit un battement de 5 degrés.
                          6) les conditions météo au moment du décollage n’étaient pas bonnes : à 10° prés le concorde a le vent parfaitement dans le dos, c’est à dire à l’inverse des règles habituelles.
                          7) 57 incidents concernant les faiblesses des pneumatiques ont été dénombrés.

                          en résumé, mon cher morice, un avion en surcharge, avec de mauvais pneus, une entretoise manquante, décollant à l’inverse du sens habituel, prenait de gros risques.
                          la suite l’a démontré.
                          quelques détails pour confirmer ce qui est écrit, à moins que vous ne vouliez relire le rapport global.
                          http://pagesperso-orange.fr/enperspective/concorde.html
                          bonne lecture, et gardez votre sang froid.
                          (dernier conseil, les petites vidéos que vous proposez sont anecdotiques, permettez moi de m’en tenir à la réalité du rapport.
                           smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès