• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Des effets du spam sur la prospection directe

Des effets du spam sur la prospection directe

Récemment, un petit cyber-marchand m’a signalé une difficulté intéressante provenant de la maigre différence entre le spam et la prospection directe.

Traditionnellement, la prospection directe englobe tout message publicitaire respectant les dispositions de l’article L. 34-5 du Code des postes et communications électroniques. A l’inverse, le spam - ces courriers électroniques publicitaires sauvages - serait l’ensemble des courriers ne respectant pas ces prescriptions.

Si la distinction est juridiquement compréhensible, dans l’oeil du grand public, cette frontière devient quasiment transparente, tout message publicitaire (ou politique) reçu s’apparentant alors à du spam.

Parmi les traditionnels conseils qui peuvent être donnés en matière de lutte contre le spam, il est recommandé aux destinataires de spam de ne pas cliquer sur le lien désabonnement et de signaler le message reçu à l’adresse abuse@ du fournisseur d’accès de l’expéditeur.

Or, en matière de prospection directe, le discours est inverse : pour ne plus recevoir de tels messages sollicités (ou portant sur des produits analogues), il suffit de cliquer sur le lien valide de désabonnement.

Mais comme dans l’esprit du consommateur, toute prospection directe est du spam, ces consommateurs ont rarement recours (notamment pour des petits cyber-marchands rapidement qualifiés de spammeurs) au lien de désabonnement et préfèrent directement notifier le spam au fournisseur d’accès ou à l’hébergeur dudit cyber-marchand.

Cette pratique n’est pas sans incidence : certains prestataires techniques n’hésiteront pas à mettre en demeure le cyber-marchand de cesser ses activités de marketing direct (conformément aux dispositions contractuelles qui interdisent classiquement le spam). Des fournisseurs d’accès à l’Internet grand public vont même jusqu’à suspendre le compte de l’abonné.

On est donc ici devant une difficulté importante. Comment communiquer les deux messages - de manière simple et compréhensible - aux consommateurs et leur expliquer : 1/ la différence entre le spam et la prospection directe 2/ la différence de comportement à avoir face au type de message reçu ? L’information du grand public devient très difficile et quelques cyber-marchands doivent s’attendre, à moyen terme, à quelques difficultés avec leurs prestataires. Ils devront sans doute apporter la preuve de leur respect des dispositions législatives applicables en la matière.


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • JanOks (---.---.254.173) 11 mai 2006 13:54

    Il n’y pas de différence entre les deux, la prospection directe est du spam dans le sens où le message reçu n’a pas été implicitement sollicité par le récipiendaire. Je considère le courrier postal non sollicité de la même façon : Ils me prennent le chou avec leur pub à la noix et c’est direct poubelle papier sans même les ouvrir. Un autre exemple : mon FAI m’envoie des pubs sur des personnages fictifs qui seraient des anti-hotLiners, cela ne m’intéresse pas et c’est du pourriel, si je réponds au message avec un unsubscribe je reçois en retour un message qui m’indique que si je veux contacter ce FAI je dois passer par l’interface du site du dit FAI alors que dans les paramètres de mon compte j’ai coché la case « Je ne veux pas que l’on m’envoie de la pub ».

    En bref, on ne vous écrit jamais pour vous donner de l’argent mais pour accéder à l’argent que vous pourriez dépenser ou dans le cas politique à votre vote en plus de votre adhésion à tel ou tel parti.

    Vous dites :« On est donc ici devant une difficulté importante. Comment communiquer les deux messages la différence de comportement à avoir face au type de message reçu ? » Il n’y pas de difficulté, je ne veux pas de pub qu’elle soit légale ou illégale et la seule solution qui reste aux cybermarchands c’est le bandeau de pub ou lors d’un achat le ’cochage’ d’une case dans le style j’accepte de recevoir des infos publicitaires sur mon courriel ou non et encore certains passent outre votre négation de la réception des dits messages.

    Pour finir le problème est plus général puisque la prospection par téléphone n’est pas évoquée ici mais c’est aussi un fléau dont il est plus difficile de se prémunir, j’ai reçu pendant 4 jours de 2 à 3 appels téléphoniques/jour d’un même société de téléphonie qui voulait que je m’abonne chez eux, votre seul recours c’est de dire que vous n’êtes pas intéressé, dans l’exemple présent cela n’ a fonctionné que lorsque j’ai évoqué la possibilité de porter plainte pour harcelement.

    En bref ce n’est pas parceque j’ai une adresse mail que je devrais recevoir de la pub.


    • JanOks (---.---.254.173) 11 mai 2006 13:57

      petite note : « si je réponds au message avec un unsubscribe » le dit mesage ne contenait pas de lien de désinscription.


    • (---.---.19.35) 11 mai 2006 14:50

      Tout a fait d’accord ! Je me contrefiche de savoir si le spam que je reçois est légal ou non. Je n’en veut pas, point ! Et les filtres anti-spams sont là pour ça.


    • Kelsaltan (---.---.178.45) 11 mai 2006 14:10

      La distinction que vous faites entre le spam et la prospection directe ne peut se faire dans la triste réalité d’une boîte aux lettres « repérée » et qui dégueule son lot quotidien de messages publicitaires non sollicités. Alors oui, ne jamais cliquer sur le lien de déshabonnement qui ne sert qu’à valider l’adresse et systématiquement reporter cet abus à son fournisseur me paraît la moindre des choses.


      • (---.---.3.44) 11 mai 2006 14:34

        Mais en quoi ce serait différent ? Même si nous sommes plus réceptifs à une pub qui annonce dès la ligne de sujet : « Promotions sur les téléviseurs : 500 Euros seulement » que sur le 300eme « Viagra at low price » de la journée - le principe est le même !

        Personnellement je « bounce » (retour à l’envoyeur avec message d’adresse invalide) systématiquement - mais le tri me prend bien 1/4 d’heure à 1/2 heure par jour qui est du temps de travail perdu. Et encore maintenant avec l’ADSL je ne paye pas les temps de connexion supplémentaires.

        Pour ce qui est du spam « papier », il est facile de le jeter mais je suis extrêmement gênée par l’impact sur l’environnement de telles pratiques. Je trouve normal de recevoir de temps à autres des informations sur les magasins du coin, à condition que ce soit raisonnable. Je reçois tous les lundis un paquet de publicité qui atteint souvent les 3 ou 4 kilos, comprenant (souvent en plusieurs exemplaires par magasin) des dépliants de 20 pages grand format, en couleurs, présentant des photos de boîtes de conserve, de viande crue, etc.. et c’est non seulement peu appétissant mais je trouve que c’est un gaspillage scandaleux.

        Quant au spam téléphonique... c’est pire que tout parce que cela fait perdre du temps. Il y a quelques années j’essayais d’être polie, mais maintenant je ne peux vraiment plus passer 10 minutes trois fois par jour (je suis dans les pages jaunes) avec des gens qui parlent de façon souvent difficilement compréhensible (la plupart des centres d’appel ne sont pas en France) et j’en arrive à pratiquement raccrocher au nez des gens. C’est dommage pour les employés qui ne font que leur travail, mais que faire d’autre ?

        Quant au petit cyber- marchand dont il est question dans l’article, il n’a qu’à faire comme tous ceux qui suivent les règles : il optimise ses mots-clés, il échange des liens et il se paye quelques espaces publicitaires sur Google ou autre. Et si les clients sont contents, ils se feront un plaisir de faire de la pub gratuite.


      • Kelsaltan (---.---.178.45) 11 mai 2006 14:53

        Je vous approuve pleinement, notamment en ce qui concerne le gâchis de papier. Quant aux télémarquetteurs et selon une amie dont c’est le métier, de s’entendre raccrocher au nez ne les dérangent pas plus que ça...

        Je ne connaissais pas le « bounce » dont vous parlez. Quelques recherches ne m’ont rien donné de plus que la définition. Comment faites-vous pour que l’expéditeur reçoive un message d’adresse non valide ?

        Cordialement,


      • J ;(e (---.---.86.184) 11 mai 2006 19:43

        Concernant le spam papier, une solution simple que j’utilise avec succès depuis quelques années est de coller un petit écriteau « Pas de PUB SVP » sur la boîte aux lettres.


      • (---.---.101.205) 16 mai 2006 19:03

        Pour « bouncer » un spam : voir Mailwasher pro

        Quant à la possibilité de mettre une étiquette « pas de pub » : c’est une bonne idée mais je pense que du coup on n’en a plus du tout, c’est passer d’un extrême à l’autre.


      • Eric D. (---.---.210.187) 11 mai 2006 17:24

        «  »« A l’inverse, le spam - ces courriers électroniques publicitaires sauvages - serait l’ensemble des courriers ne respectant pas ces prescriptions. »«  »

        Mais non. Le spam n’a pas attendu d’avoir de contexte légal ou que les français veuillent bien définir le terme. Spam c’est simplement « message non sollicité ». La « prospection directe » peut être sollicitée, mais ne l’est généralement pas.

        Notez que depuis la loi sur l’économie numérique, tout email publicitaire envoyé sans l’accord *explicite* de l’utilisateur. Il est donc plutot normal qu’un internaute se pleigne au prestataire technique si ça arrive.

        «  »la différence entre le spam et la prospection directe«  » Le problème c’est que les gens qui sont à l’origine de ces prospections directes considèrent toujours que eux font des la prospection et le spam c’est ce que font les autres. Ils trouvent toujours pire qu’eux pour se justifier. C’est un peu la même chose que le « je ne suis pas riche » : quelque soit sa situation, chacun trouve que le riche c’est l’autre qui a encore plus de sous. Ici chacun se considère légitime en mettant en avant le voiosin qui fait encore pire.

        De toutes façons à la base si l’internaute se pleind c’est que ça le gêne. Au nom de quoi devrait-il accepter les intrusions et les gênes d’un tiers dans son espace privé (adresse email privée) ?

        «  »« L’information du grand public devient très difficile et quelques cyber-marchands doivent s’attendre, à moyen terme, à quelques difficultés avec leurs prestataires. Ils devront sans doute apporter la preuve de leur respect des dispositions législatives applicables en la matière. »«  »

        Et ce n’est que normal. Il ne suffit pas de respecter la loi, il faut aussi respecter les CGV du prestataire. Or presque tous les prestataires sérieux interdisent le spam via leurs services (dans sa définition internationale de « courrier non sollicité », pas dans un éventuel cadre législatif franco-français). Du coup, peut importe que ce soit légal, ça ne l’est pas en rapport avec le contrat de service fourni ; d’où les difficultés.

        «  »« Or, en matière de prospection directe, le discours est inverse : pour ne plus recevoir de tels messages sollicités (ou portant sur des produits analogues), il suffit de cliquer sur le lien valide de désabonnement. »«  »

        Le discours est bien le même. Si l’expéditeur est de bonne foi et « éthique », il aura une liste d’exclusion et la respectera. S’il est de mauvaise foi ou souhaite profiter de la situation il placera au contraire les désabonnements dans une liste « email valide et lu, donc avec plus de valeur ». Le fait qu’on soit dans le cadre législatif pour l’envoi lui-même ou en dehors de ce cadre, le fait que le message soit sollicité ou pas ... tout ceci ne change rien. L’internaute n’ayant généralement pas de raison de croire à la bonne foi de quelqu’un qui vient remplir la boite email sans qu’on ne lui ait rien demandé, a plutot raison de passer par le prestataire technique (ce d’autant plus que le dit prestataire peut couper la connexion en retour et a une justification pour le faire dans ses CGV, cf plus haut).


        • (---.---.99.83) 12 mai 2006 02:52

          Revoilà encore l’argument du stylo bic et du bic stylo. ;)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires