• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Exclusif : Skype banni par l’éducation nationale

Exclusif : Skype banni par l’éducation nationale

Selon une information parvenue à Ratiatum, les services de défense du ministère de l’éducation et de la recherche auraient exigé le bannissement du logiciel Skype de toutes les universités et autres services attachés au ministère.

C’est un ordre direct envoyé par Bernard Vors, le haut-fonctionnaire de défense du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Celui-ci enjoint les directeurs de composantes, laboratoires et services communs et centraux de proscrire l’utilisation du logiciel Skype. L’outil en question a acquis une très grande réputation dans la voix sur IP (VoIP), et vient tout juste d’être acheté par le géant américain de la vente aux enchères, eBay.

Selon les services de sécurité du ministère, Skype présenterait des menaces pour la sécurité du réseau. Bernard Vors, que nous avons tenté sans succès de joindre cette après-midi, n’a pu confirmer l’envoi de l’avertissement ni la nature exacte des menaces.

Plus généralement, tous les logiciels de P2P sont déjà bannis des universités françaises et de leurs services.

"Il est tout à fait normal que si ces logiciels présentent des failles critiques mettant en danger la sécurité des réseaux universitaires et la confidentialité de certaines informations, leur utilisation soit proscrite", nous confie un fonctionnaire d’université. Mais, ajoute-t-il, "ce ne sera pas sans poser quelques problèmes, et notamment pour l’enseignement à distance, puisque, en la matière, ces logiciels présentent un intérêt certain, notamment en terme de coût".

Grâce à son architecture entièrement décentralisée, Skype permet de téléphoner gratuitement dans le monde entier d’un poste informatique équipé à un autre. Les économies réalisables pour les entreprises utilisatrices, ou les universités, sont évidemment sensibles.

Peut-être les services universitaires seront-ils intéressés par OpenWengo, une alternative libre, et gratuite, à Skype, ou encore par Gizmo, qui exploite également une architecture peer-to-peer.

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • iv (---.---.111.159) 7 mars 2006 22:52

    Bonjour !

    Tout d’abord, je tire mon chapeau à cet article qui se rapproche beaucoup plus d’une approche journalistique que certains autres qui composent ce dossier sur Skype.

    Pour en venir au fait, la déclaration de ce « fonctionnaire d’université » est très intéressante car tout à fait impromptue ! En effet, si l’utilisation de « ces logiciels [qui] présentent des failles critiques » est « proscrite », pourquoi utilise-on dans les écoles primaires, collèges et lycées des logiciels tels que Internet Explorer, Outlook, Quicktime, etc. alors que les newsletters d’informations comme celle du site de Secuser.com dénoncent très régulièrement les failles critiques béantes de ces logiciels plébiscités par l’Education Nationale ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès