• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fin de partie

Chaque jeu possède sa fin de partie, et comme la vie, elle aussi, est une sorte de jeu, elle a aussi, comme chacun sait, une date de péremption.

« Fais plaisir ! » lança Pierrot, avec cet accent fatalement marseillais qui lui allait comme un gant, et dont il n’avait pu se départir malgré toutes ces années.

Jacques pris place dans le cercle prévu, les 2 pieds bien joints comme de règle, bien à plat sur le sol, le corps droit...

Son bras tendu soupesait la boule lourde et tiède.

Il était concentré, évaluant la distance, étranger aux quolibets amusés en tout genre de l’équipe adverse tentant de le déstabiliser.

Tel l’archer zen qui se substituait à la flèche pour atteindre, les yeux fermés, le cœur minuscule de la cible, il était « dans » la boule...Il était « la boule ».

Les secondes s’égrenaient, puis il la lâcha, totalement détendu, étranger à ce qui allait se passer.

La boule roula, doucement, parcourant tranquillement les quelques 9 mètres qui la séparaient du but final, comme si elle était vivante, téléguidée, dotée de sa propre énergie, s’approchant de la boule de l’adversaire, la dépassant, la contournant, et vint se placer tout contre le but, comme un bébé qui voudrait téter sa mère.

« 13 !  » crièrent les joueurs.

La partie était finie.

Jacques n’eut pas le loisir de se réjouir très longtemps, le ciel se mit soudain à s’assombrir, passant du bleu au violet sombre, puis au pire des noirs, un violent souffle de souffre s’engouffra dans ses poumons, et parmi les 7 milliards d’êtres humains qui habitaient cette planète, il ne restera bientôt que quelques milliers d’humains encore vivants.

L’hyper volcan du Yellowstone venait d’imploser, plongeant la planète entière dans une longue nuit froide et interminable.

On y était...la tragédie du Toba, ce volcan indonésien, venait de se reproduire, 75 000 ans après.

Il faudra probablement quelques siècles, voire millénaires, pour que le niveau technologique développé par la race humaine se retrouve...

On se souvient qu’à l’époque, d’après les scientifiques, seuls 2000 humains avaient survécu sur notre planète. lien

« Game over ! ».

Pour revenir au Yellowstone, les chercheurs sont convaincus, après avoir analysé des carottes volcaniques, qu’une explosion s’est déjà produite il y a 640 000 ans, et qu’elle aurait été assez puissante pour recouvrir de cendres la moitié des États-Unis, la colonne de cendre dégagée par l’explosion s’étant élevée à près de 30 000 mètres. lien

Quant au Toba, les cendres et le souffre de cet hyper volcan ont fait le tour complet de la Terre, alors que la surface du cratère, aujourd’hui un lac, fait 100 km sur 60 km, à comparer avec le Yellowstone : 85 km par 45 km.

Plus près de nous, il est intéressant aussi de découvrir la catastrophe liée à un autre volcan, le Tambora  qui, lors son éruption a mis entre autres en émoi la bonne ville de Genève, en 1816, puisque ses habitants ont appelé cette année, « l’année sans été  », ainsi que le relate Emmanuel Garnier, dans son passionnant et très documenté ouvrage « Genève face à la catastrophe 1350-1950  » (éditions Slatkine-2016). lien

Ce volcan, indonésien lui aussi, dont l’explosion fut entendue 1400 km à la ronde, se manifesta un certain 10 avril 1815. lien

Il perdit en quelques heures 1500 mètres de hauteur et provoqua un an après, de nombreuses famine en Europe, et donc aussi à Genève.

Extraits de l’ouvrage d’Emmanuel Garnier :

« Sa puissance est estimée de nos jours à 8 fois celle d’Hiroshima et Nagasaki réunies. Sous la forme d’une colonne gigantesque, puisqu’elle atteignit une altitude de 44 km, il aurait projeté 150 km3 de poussières dans l’atmosphère qui entraînèrent une baisse conséquente de l’insolation de la terre. Météorologiquement parlant, il s’ensuivit un brutal « changement » climatique, avec un déclin des températures moyennes de 0,5°. (...) l’été humide et froid hypothèque les récoltes, au point de menacer la survie des populations. (...) un peu partout en Europe éclatent des mouvements sociaux, généralement réprimés dans le sang par les états. En Grande Bretagne, mais plus encore en Allemagne et en Suisse, pays privés d’accès à la mer, les événements ébranlent l’ordre social. Au slogan des soyeux londoniens « le pain ou le sang », répondent les incendies de fermes en Belgique et dans les cantons suisses. (...) ailleurs, la crise climatique engendrée par le volcan suscite des réactions sociales plus dramatiques encore. Dans le royaume Zoulou d’Afrique du Sud, le roi Shaka engage une vague de persécution contre les « sorciers » et « sorcières » accusés d’avoir provoqué la sécheresse, à l’instar de ce qu’avaient fait les souverains européens durant le petit âge glaciaire au 17ème siècle ».

Pour la petite histoire, on pourrait aussi noter l’apparition d’un des 1er réfugiés climatique lié à cette catastrophe : un certain Aimé Barbier, helvète d’origine, avait quitté son petit village suisse de Boudry, poussé par la misère ambiante, et s’était installé non loin de Lyon, à Heyrieux, où sa descendance vit encore.

Restons encore un peu à Genève.

Entre 2012 et 2013, des scientifiques, portés par la volonté d’établir une cartographie très précise du fond du lac Léman, ont fait d’étranges découvertes.

Au-delà de cratères inexpliqués faisant parfois 200 mètres de diamètre, ils ont découvert des lignes de cassures de glissements de terrain, lesquels ont du provoquer des tsunamis avec des vagues de plusieurs mètres de haut. lien

Cocasse aussi de découvrir que cette éruption volcanique indonésienne a donné naissance à un autre monstre, celui imaginé par Marie Shelley, accompagnée du poète Byron, lesquels s’étaient réfugiés à la villa Diodati, sur la commune suisse de Cologny, pour échapper aux pluies incessantes du mois de juillet, et s’étaient lancés le défi d’écrire une œuvre à la hauteur de la météorologie ambiante.

Marie Shelley l’emporta manifestement avec son Frankenstein,  face au non moins célèbre Darkness, le poème de Byron.

« J’eus un rêve qui n’était pas tout-à-fait un rêve. L’astre brillant du jour était éteint ; les étoiles, désormais sans lumière, erraient à l’aventure dans les ténèbres de l’espace éternel ; et la terre refroidie roulait obscure et noire, dans une atmosphère sans lune... » lien

Au-delà de ces événements passés et de cette fiction moins qu’improbable, voilà notre situation bien relativisée...d’autant que si nous pouvons agir encore un peu sur le climat, sur notre vie, sur notre santé, il reste un domaine dans lequel nous ne pouvons rien.

La nature aura toujours le dernier mot.

Comme avait dit Claude Levi Strauss à mon vieil ami africain : « le Monde a commencé sans l’homme, et il s’achèvera sans lui ».

L’image illustrant l’article vient de hopital-territoires.com

Olivier Cabanel

Articles anciens

L’énigme sur l’origine du froid qui s’abattit sur terre il y a 75 000 ans

Le monde avant l’ère

Le futur existait déjà

Le futur existait déjà (2)

Des Hobbits aux Géants


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • oncle archibald 29 septembre 2016 10:27

    Après vous avoir lu cher Olivier on se demande bien pourquoi aller s’emmerder la vie pour quelques fumées de centrales à charbon ou le pot d’échappement de quelques moteurs diesels ... Polluons gaiement en attendant la fin du monde ! La vie est une maladie chronique et mortelle à 100/100.

    Tiens pour midi je vais nous faire quelques côtelettes d’agneau sur une belle braise de sarments. C’est gras à souhait, il fait Cers et ma maison est à l’Ouest, la fumée de ma grillade va embaumer tout mon petit village.


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 11:17

      @oncle archibald
      beaucoup de fumées dans votre commentaire.


    • oncle archibald 29 septembre 2016 12:42

      @olivier cabanel : certes, mais beaucoup moins cependant que dans votre article fumant et expectorant la cendre des forges de Vulcain. faits gaffe lors de votre prochain voyage en Italie, ne stationnez pas à proximité de l’Etna, il pourrait vous en cuire !

      "Vulcain fut jeté par Jupiter du haut de l’Olympe, à la suite de son intervention entre Jupiter (Zeus) et Junon (Héra). Mais on dit aussi qu’il a été jeté dans l’océan par sa mère, Vulcain qui fut ensuite recueilli par des nymphes. Sa forge se situe sous l’Etna. Il a forgé des bijoux pour les nymphes qui l’ont recueilli."


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 13:31

      @oncle archibald
      merci de ces sages conseils.

       à mon tour...
      pour vos saucisses, ne les cuisez pas au dessus des braises
      c’est hautement cancérigène...
      cuisinez à la verticale, c’est moins dangereux.
      ne me remerciez pas.
       smiley

    • oncle archibald 29 septembre 2016 14:56

      @olivier cabanel : horreur ! Vous me lisez en diagonale ! Il ne s’agissait pas de saucisses mais de cotes d’agneau, et d’un agneau artisanal élevé en liberté à Castans par un vrai agriculteur artisan. Il vend cher mais on ne le regrette pas. C’était délicieux, surtout le plus cancérigène sans doute, le gras bien grillé à déguster très chaud évidemment. MiaM !


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 16:22

      @oncle archibald
      bah cote d’agneau, ou saucisse, cuire au dessus des braises n’est pas conseillé pour la santé.

      l’idéal étant de revenir aux pratiques anciennes, la viande était piquée à la verticale, pour cuire à coté de la source de chaleur, et non pas au dessus....
      cuire au dessus, ou de coté, ne change en principe pas le gout... c’est juste une question de salubrité alimentaire, mais c’est vous qui voyez.
       smiley

    • oncle archibald 29 septembre 2016 17:00

      @olivier Cabanel : pratiques anciennes dites vous ?? mais pas du tout ! Aussi loin que remontent les mémoires dans le midi de la France on cuit les viandes sur le grill au dessus d’un lit de braises de souches si la pièce à cuire est épaisse ou de la braise de sarments si elle est plus mince. Mes ancêtres et aussi les vôtres sans doute ont vécu comme ça et s’en portaient très bien.

      Ce sont les écolos et les maniaques qui croient pouvoir devenir éternels ou pour le moins centenaires par le biais d’une alimentation « parfaitement saine et bio » qui ont mis en avant les risques inhérents à ce type de cuisson et préconisé le grill vertical.

      Moi c’est plutôt Alzeimer & Co qui me font peur et je ne souhaite pas vivre centenaire bourré de neuroleptiques à baver dans un fauteuil roulant comme on en voit tant dans nos mouroirs « derniers cris ».

      Donc tant pis, merci pour vos conseils éclairés à l’énergie éolienne, mais je vais continuer de me suicider lentement à la cote d’agneau sur le grill horizontal, avec de très multiples variantes : rumsteak, entrecôte, aloyau, coustellous (en français « travers de porc » je crois), araignée, magret de canard, voire même un petit lapin forain juste écartelé par deux brochettes retourné souvent et « repeint » de temps à autre avec de l’huile d’olive et du thym émietté pour ne pas le laisser se dessécher .

      Le thym : pas de celui de Ducros, eh ! Celui de la garrigue ! Il y en a plein les garrigues, il suffit d’aller le ramasser c’est gratuit et bien meilleur. En plus pas besoin de « pinceau de cuisine » : j’ai toujours vu ma grand-mère utiliser une grosse branchette de thym pour étaler sa préparation aromatique sur le lapinou ! Miam !


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 17:54

      @oncle archibald
      bien sur, bien sur...je sens bien qu’il va être difficile de vous convaincre.

      commençons par cette vidéo de 3 minutes
      si la fabrication vous semble compliquée, ça s’achète aussi. ici
      ou ça se loue. ici
      historiquement parlant, la cuisson verticale ne remonte pas d’hier...

      Les marins basques en abordant les côtes américaines ont appris des Amérindiens à cuire la viande à leur façon, en embrochant le gigot de l’animal verticalement (et non pas horizontalement) sur un pieu fiché dans le sol.

      L’avantage de ce type de cuisson est que les graisses retombent au sol et ne brûlent pas.
      Traditionnellement, le zikiro (prononcer « ciquiro ») fait l’office d’un véritable rituel le 18 août dans les grottes des sorcières à Zugarramurdi, dans les Pyrénées navarraises 

      la recette est ici

      même en Afrique du nord, c’est la pratique d’origine

      un bel article ici, avec de magnifiques photos qui devraient convaincre peut être un certain archibald
      mais c’est vous qui voyez
       smiley


    • oncle archibald 29 septembre 2016 18:23

      @olivier cabanel : j’ai suivi vos liens et pour rester dans la gastronomie je dirai qu’il y a une couille dans le pâté !

      « commençons par cette vidéo de 3 minutes
      si la fabrication vous semble compliquée, ça s’achète aussi. ici
      ou ça se loue. ici
      historiquement parlant, la cuisson verticale ne remonte pas d’hier... »

      C’est trois fois la même vidéo et ça n’est pas un grill vertical mais une broche !!!

      Ça je sais m’en servir aussi, mais pour faire cuire le gigot d’agneau, pas ses côtelettes ! Celle que j’utilise est magnifique, c’était un cadeau de mariage offert à ma mère ! Construite à l’unité par Monsieur Calvayrac, horloger à Lézignan Corbières qui a apposé sa plaque sur l’engin !

      A fait pour rester dans la gastronomie et les artisans doués, savez vous qu’un de vos ancêtres s’illustra à Carcassonne, tout près de chez moi ? La boutique existe toujours, dans son jus d’origine. Une vraie merveille que je fréquente de temps à autre. Production que je préfère : l’eau de noix ! Mais tout est très bon.

      http://chroniquesdecarcassonne.midiblogs.com/archive/2014/07/09/la-distillerie-cabanel-est-l-un-des-fleurons-du-commerce-a-c-811171.html


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 19:11

      @oncle archibald
      mille pardon pour cette mauvaise manipulation

      voici donc un barbecue vertical. ici
      pour une pièce plus grosse, on peut louer ici
      sinon mes amitiés au sieur Calvayrac.
      et merci pour les conseils...

    • marmor 29 septembre 2016 21:56

      @oncle archibald
      Pour accompagner vos côtelettes, je vous conseille de vous rendre à La Livinière, c’est tout près de chez vous, et allez acheter une bouteille de Château Sainte Eulalie, une pure merveille pour un prix modique !


    • oncle archibald 30 septembre 2016 09:26

      @marmor vous avez tout à fait raison, les viticulteurs de La Livinière ont été parmi les premiers à sortir du piège infernal dans lequel on avait depuis des décennies enfermé les viticulteurs du midi qui faisaient de la quantité et non de la qualité.

      Ils sont désormais nombreux ceux qui font des vins de très grande qualité qu’ils vendent à des prix raisonnables, tant dans les Corbières que dans le Minervois, dans le Roussillon, et aussi sur le piémont des Cévennes du coté de Montpellier à Faugères et autres lieux. Et les viticulteurs de La Livinière, précurseurs, ont su rester dans le peloton de tête.


    • soi même 1er octobre 2016 22:49

      @olivier cabanel, entre nous ton article c’est de la merde intellectualiste... !


    • slave1802 slave1802 29 septembre 2016 10:45

      8 fois Nagasaki et Hiroshima réunit, ça fait combien de Fukushima ?


      • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 11:18

        @slave1802
        on peut aussi inverser la question.

         smiley

      • slave1802 slave1802 29 septembre 2016 13:13

        @olivier cabanel

        Si c’est calculer au nombre de morts, les deux premiers sont loin devant.
        Si c’est calculer en nombre d’hectares « interdit » pour longtemps, le fléau penche nettement vers Fukushima
        Si c’est calculer en équivalent TNT, les deux premiers sont très très très loin devant.
        SI c’est calculer en nombre de cancers induits, on doit sensiblement être à égalité.
        SI c’est calculer en part de PIB ou en Dollar, Fukushima est très très très très loin devant.
        Si c’est calculer en vie de soldat américains épargné, Hiroshima gagne par K.O.
        Si c’est calculer en vie de civil japonnais, ça va intéresser qui à part les japonais ? (mode cynisme on)
        Si c’est calculer en dividendes d’action Areva, Fukushima est une vrai catastrophe humanitaire chez les banquiers.

        Le seul truc dont ont soit vraiment sur pour calculer la date de la fin du monde, c’est la durée de vie de notre soleil.
        Et ça c’est une mauvaise nouvelle pour les écologistes, plus de soleil, plus d’énergie solaire.


      • gaijin gaijin 29 septembre 2016 13:21

        @slave1802
        il y a très peu de chance qu’on survive jusque là a moins bien sur d’en confier la gestion a areva ( le soleil étant de l’énergie nucléaire )


      • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 13:29

        @slave1802
        grave erreur, si il n’y a plus de soleil, c’est une mauvaise nouvelle pour tous.

         smiley

      • gaijin gaijin 29 septembre 2016 11:05

        salut olivier
        bien des fins possibles depuis l’ astéroide farceur jusqu’à l’ultime manifestation du génie destructeur humain .....
        mais tout cela est incertain quoique certain ..........
        par contre il y a une fin finale de la partie qui est la seule certitude absolue on va tous y passer quoi qu’il arrive et quels que soient nos efforts pour nier ce fait ....dommage la mort étant la seule chose qui donne un sens a la vie


        • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 11:21

          @gaijin
          incertain ?

          hélas, il est certain que le yellowstone s’activera un jour,
          la seule chose qu’on ne sait pas, c’est quand !
          tout comme la fin de nos vies...
          mais l’essentiel n’est-il pas de mettre de la densité dans chaque jour de celle qui passe ?
           smiley

        • gaijin gaijin 29 septembre 2016 13:17

          @olivier cabanel
          oui yellowstone va péter un jour et un astrocroiseur va percuter la terre ce qui est incertain c’est de savoir qui va arriver le premier et si on le verra « de notre vivant »
          par contre la fin individuelle est certaine de notre vivant .........
          mettre de la densité oui c’est bien ensuite de la densité de quoi ? un dsk par exemple met de la densité a vivre en parfait esclave de ses pulsions ....
          les rationalistes en niant la possibilité d’une vie après la mort du corps font un paris irrationnel il ont une chance sur deux de perdre alors que ceux qui parient sur la survie n’ont rien a perdre a se tromper .........


        • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 13:26

          @gaijin
          je ne doute pas que dsk mette de l’intensité quelque part,

          ensuite, est-ce à nous de juger si il la met au bon endroit ?
          pour ma part, ça regarde son karma.
          pour la vie après... franchement je n’ai pas d’avis tranché.
          l’idée de se réincarner, de passer le flambeau à quelqu’un d’autre, pourquoi pas...
          mais pour moi l’essentiel est de vivre pleinement ce temps qui nous est proposé.

        • Alex Alex 29 septembre 2016 11:37

          Les Français n’ont rien à craindre : il suffira d’inverser le sens de rotation des éoliennes entourant le pays en les alimentant par des champs de patates à 600 watts plantées à leur pied. Elles fonctionneront alors en ventilateurs, repoussant les gaz toxiques, nuages et autres cochonneries vers l’étranger : ils ne passeront pas nos frontières.

          No-bel Cabanel !
          Je propose de lui réserver une place au Panthéon.

          • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 13:27

            @Alex
            en tricot, vous commencez par le point à l’envers, ou le point à l’endroit ?

            merci de votre réponse
             smiley

          • Alex Alex 29 septembre 2016 17:57

            @olivier cabanel
            Ingrat ! Vous devriez me féliciter de puiser aux meilleures sources et de souligner l’intérêt fabuleux de vos propositions !


            Je ne sais pas ce qu’est un point à l’envers ou à l’endroit : j’en ai fait pivoter un, mais il ne change pas d’aspect. Faudrait que je cherche des infos dans les Œuvres Complètes d’O.C.



          • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 20:00

            @Alex
            oui, d’accord... mais vous n’avez pas répondu ! alors à l’envers, ou à l’endroit ?


          • juluch juluch 29 septembre 2016 11:49
            Bonjour Olivier  smiley

            Les ’irruptions du Krakatoa furent aussi spectaculaires
            On parle qu’elle eu lieu en 416 environ et qu’elle aurait généré 400 megatones de puissance.

            celle de 1883 a été aussi puissante et on a pu mesurer ses effets sur la planete 


            merci pour l’article

            • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 13:33

              @juluch
              merci d’avoir rappelé aussi l’existence du Krakatoa...

              c’est peut être banal de le rappeler, mais nous ne sommes pas grand chose.
              qu’importe, si nous le savons, ça relativise beaucoup le reste de nos décisions.


            • oncle archibald 29 septembre 2016 15:02

              @olivier cabanel : tout à fait et je vous recommande de vous rendre dans votre eglise paroissiale le Mercredi des cendres. Souviens toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière. Si on en est vraiment conscient c’est le pied.


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 16:25

              @oncle archibald
              la seule église qui m’aille, c’est celle de la vie.


            • Henry Canant Henry Canant 29 septembre 2016 19:57

              @olivier cabanel
              Les éoliennes sont dangereuses, elles ralentissent la rotation de la terre, rendant les jours et les nuits plus longues. Cela perturbe la flore et fait mourir les animaux, gène les oiseaux dans leur migration, ils vont soit trop vite ou trop lentement.


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 19:59

              @Henry Canant
              je pense que vous avez raté l’heure de la pilule.

               smiley

            • Henry Canant Henry Canant 1er octobre 2016 00:25

              @olivier cabanel
              C’est cela cher Maître, mon intervention est aussi ridicule voire moins que vos articles sur l’Ecologie, vous le chanteur des parking des supermarchés.


            • olivier cabanel olivier cabanel 1er octobre 2016 08:44

              @Henry Canant
              ridicule !

              vous me l’ôtez de la bouche !

            • Robert Lavigue Robert Lavigue 29 septembre 2016 20:17

              Voyons les choses du bon côté et d’une façon un peu plus scientifique...

              1) D’abord, ce ne sont pas LES scientifiques, mais QUELQUES scientifiques qui ont échafaudé la théorie de la catastrophe de Toba. La plupart des scientifiques sont pour le moins sceptiques !
              "despite climate modelling and appeals to a variety of proxy climatic data, including geochemistry, pollen analysis, archaeology, and stable isotopes, the extent of the impact remains unclear."
              http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S104061821100485X
              (Voir en particulier en bibliographie une liste d’environ 150 articles publiés sur le sujet)

              2) Ces catastrophes ont du bon. Selon une théorie assez largement partagée (celle-là) la disparition des dinosaures a permis aux mammifères d’occuper des niches écologiques plus riches... avec comme lointaine conséquence l’émergence des humains !

              3) Le Toba c’est du pipi de chat. L’extinction du Permien-Trias (il y a 250 millions d’années environ) s’est soldée par la disparition de 95% des espèces marines et 70% des autres espèces !

              4) La théorie de la catastrophe de Toba est liée à la théorie du goulet d’étranglement génétique, théorie elle aussi largement contestée (However, subsequent research, especially in the 2010s, appeared to refute both the climate argument and the genetic argument. Recent research shows the extent of climate change was much smaller than believed by proponents of the theory)
              http://phys.org/news/2013-05-volcanic-winter-toba-super-eruption.html

              D’ailleurs, les promoteurs de la théorie du goulet d’étranglement fixent la population à 15 000 individus et non 2 000 (qui est le chiffre retenu pour la population sub-saharienne dans une variante de la théorie du goulet d’étranglement qui ne fait pas intervenir la catastrophe de Toba)
              http://mbe.oxfordjournals.org/content/17/1/2.long


              • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 2016 20:31

                @Robert Lavigue
                sinon, la santé ça va ? pas d’ulcère à l’horizon ?

                bon, ben, c’est essentiel, la santé...
                n’est-ce pas ?
                 smiley

              • Robert Lavigue Robert Lavigue 29 septembre 2016 20:47

                @olivier cabanel

                Je n’ai jamais été aussi proche de ma fin... Donc tout va bien !

                Et puis, je suis nettement moins anthropocentré que vous... surtout quand il est question de phénomènes géologiques !

                (Ca avance la lecture des 150 papiers de la bibliographie ? Vous pouvez vous contenter de lire les résumés...)


              • olivier cabanel olivier cabanel 30 septembre 2016 08:28

                @Robert Lavigue
                merci pour toutes ces bonnes nouvelles.

                tenez bon.

              • ddacoudre ddacoudre 29 septembre 2016 21:01

                salut olivier

                j’ai bien aimé j’ai appris beaucoup de chose d’un coup. voila au moins un domaine qui remet l’homme à sa place, une petite chose.
                cordialement.


                • olivier cabanel olivier cabanel 30 septembre 2016 08:30

                  @ddacoudre
                  merci... 

                  je dois avouer que moi aussi, c’est en créant l’article qu’au fur et à mesure de son écriture, j’ai appris pas mal de choses !
                   smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès