• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Gaza, Samson et Dalila

Gaza, Samson et Dalila

M. Maurice Sartre est professeur émérite d’histoire ancienne, membre de l’Institut universitaire de France et directeur d’études au CNRS. Ce samedi 14 février, ma télévision étant en panne, c’est un peu par hasard que je l’ai entendu sur France-Culture. Sujet de l’émission : "La splendeur oubliée de Gaza".

Première bonne surprise, M. Maurice Sartre nous fait revivre les textes bibliques.
Ainsi donc, contrairement à ce qu’on pourrait croire, la nouvelle archéologie scientifique de M. Israël Finkelstein n’a pas réussi à imposer à la communauté scientifique son audacieuse remise en cause des textes bibliques anciens. Malgré la puissance de la télévision et l’appui des médias, il s’avère que les auteurs de la "Bible dévoilée" se sont lourdement trompés en voulant interprêter ces textes comme des légendes tardives rédigées à l’époque du roi Josias. A leurs arguments, j’avais déjà objecté que si on ne retrouvait pas les traces archéologiques de l’exode du peuple hébreu dans le désert du Sinaï, cela ne prouvait pas que cet exode n’avait pas eu lieu mais qu’il fallait chercher ailleurs (mon article d’Agoravox du 30/1/07, Moïse et les eaux de Mériba). Qu’on se rappelle les commentaires hostiles à mon raisonnement pourtant argumenté, ce refus d’un véritable débat et cet autre argument massue qu’on m’opposait alors, à savoir qu’Abraham ne pouvait pas disposer de chameaux étant donné qu’à cette époque, ces animaux n’étaient pas encore domestiqués. Enorme erreur dont l’absurdité est aujourd’hui prouvée par des vestiges archéologiques indiscutables qu’on avait quelque peu oubliés. Juste retour de raisonnement, ces vestiges confortent l’histoire des patriarches et redonnent à la Bible la fiabilité historique que l’archéologie a voulu lui enlever. Citation : les tablettes de Canophori, en Syrie du Nord, qui datent du 18ème siècle avant l’ère chrétienne, établissent une liste des animaux domestiques, et le chameau y est expressément mentionné. Une autre découverte archéologique montre un chameau en position agenouillée. Un sceau daté de cette époque a pour illustration un cavalier assis sur un chameau. En fin de compte, le récit biblique, loin d’être une projection anachronique d’une réalité ultérieure, se trouve confirmé (http://facealislam.free.fr/chameaux_abraham.html).

Deuxième bonne surprise, M. Maurice Sartre nous retrace avec objectivité et une rare compétence l’étonnante histoire du pays de Gaza depuis le troisième millénaire d’avant J.C., la très grande richesse agricole de sa côte, sa position au carrefour de trois mondes qui en faisait un site marchand et stratégique parmi les plus importants de la côte orientale méditerranéenne. Histoire troublée certes mais que traverse Gaza sans jamais cesser d’être elle-même. Sait-on qu’elle fut une cité grecque prospère puis cité romaine, qu’elle fut, outre un grand centre économique, un centre intellectuel important et que ses rhéteurs ne figuraient pas parmi les moins réputés ? Vérité historique oblige, le conférencier n’a pas manqué de nous rappeler le sempiternel conflit qui opposa les Gazaouis de la côte aux Hébreux de Jérusalem... Samson, Goliath, David. Mais aussi, cette étonnante image d’une vente aux esclaves juifs sur la place de Gaza après la sanglante victoire des Romains sur les révoltés de Bar-Kokhba.

M. Sartre voit les Philistins occuper la côte au XIIème siècle avant notre ère. Il les fait arriver avec les peuples de la mer. Je doute (mon article du 9/11/07). Comme je l’ai expliqué dans cet article, la thèse d’une grande invasion des peuples de la mer est loin d’être prouvée et il me semble que les vestiges archéologiques mis au jour peuvent aussi bien s’expliquer sans faire intervenir une "grande invasion". Pour ma part, je préfère faire confiance à la Bible qui voit déjà les Philistins sur place au temps d’Abraham (Gn 21, 32). Mot dérivé du mot philistin, ce sont les Romains qui ont imposé à l’ensemble du pays ce nom de Palestine, et comme nous sommes restés dans l’héritage de la pensée romaine, nous continuons à l’appeler ainsi. Mais vérité historique oblige, il faut admettre que le pays de Gaza ne s’est jamais bien éloigné de la côte. Quant au reste du pays, il fut pays de Canaan, territoire des Amorrhéens, royaumes d’Israël et de Juda, pays du joyau, pays des Juifs, terre d’empire romain, chrétien puis terre d’islam.

Que l’histoire relativement récente de la région pose aux responsables politique des questions d’ordre moral ou autres, c’est une évidence mais ce n’est pas le sujet de mon article, même s’il existe des liens entre le passé et le présent.

Ceci étant dit, je demande à M. Sartre de bien vouloir répondre à mon interrogation concernant l’histoire biblique de Samson.

Après avoir réussi la première phase de son opération de conquête, Josué avait décentralisé son dispositif laissant à chaque tribu la mission particulière d’achever la conquête, chacune dans un territoire soigneusement délimité. Si cela se passa assez bien, si l’on peut dire, pour la plupart des tribus, il n’en fut malheureusement pas de même pour Dan à qui avait été fixé un territoire au nord du pays des Philistins. Ces femmes dont Samson recherche l’union et qui se dérobent ne seraient-elles pas - dans le sens caché du texte - des populations que Dan essaie d’enlever à l’autorité de Gaza et de rallier à sa cause ? Ce lion vaincu par Samson ne serait-il pas le signe d’une victoire prophétisée sur cette autorité et le miel issu de la carcasse, la promesse d’une meilleure gouvernance sous autorité hébraïque ?

La situation était probablement la suivante : les Philistins occupaient les riches terres et vallées proches de la côte. Quant aux Hébreux, ils n’avaient pu s’installer qu’en attente, sur les contreforts montagneux défavorisés. C’était, certes, une bonne main d’oeuvre pour le travail de la vigne, corvéable à merci... peut-être trop corvéable. Alors naquit chez eux un sauveur, un Nazir, sur la tête duquel le rasoir ne devait jamais passer, bref "un chevelu" comme on en voit encore dans un certain milieu du judaïsme conservateur avec leurs longues nattes tressées et leurs barbes pendantes, bref des "barbus".

Des barbus, c’est prosélyte. Cela aime prêcher, cela aime convertir, cela aime conduire le menu peuple sur le chemin de Dieu ; mais ce menu peuple, il faut le trouver. Alors, Samson dit à ses parents : « A Timna (dans les vignes), j’ai remarqué une jeune fille philistine et je désire que vous la demandiez en mariage pour moi ». Lors du festin qui dura dura sept jours, Samson posa aux vingt convives la fameuse énigme du lion :« De celui qui mange (le lion), est sorti ce qui se mange (le miel). De celui qui est fort (le lion), est sorti ce qui est doux (le miel). Qu’est-ce ?  » Le gage était principalement trente habits de cérémonie qu’il espérait bien gagner (probablement pour siéger en majorité au conseil de la localité : trente Hébreux contre vingt locaux).

C’est la femme qui vendit la solution aux convives : « Quoi de plus doux que le miel, et quoi de plus fort que le lion ». Reconnaissant sa défaite, Samson leur dit : « Je vois que vous avez labouré ma génisse ». Alors, tout s’enchaîna. Ayant perdu son pari et ne possédant pas dans son patrimoine le montant du gage, Samson est allé dépouiller trente (notables ?) dans la ville voisine d’Achqelôn et il a remis son butin aux vingt convives. Hypothèse : les vingt convives ayant désormais la majorité absolue au conseil, le pauvre Samson a dû retourner dans son bled tout en laissant à d’autres la responsabilité de gouverner "la femme" qu’il aimait toujours et qu’il espérait toujours reconquérir (Timna avait été aux Hébreux au temps de Josué avant que les Phlistins ne la reprennent). Furieux contre les Philistins de Gaza qu’il soupçonne d’avoir fait pression pour qu’il soit exclu du conseil, Samson descendit alors dans la plaine cultivée et brûla leurs moissons. Les Philistins dirent « Qui a fait cela ? ». Apprenant que les saboteurs venaient de la vallée des vignes, ils montèrent une expédition punitive, brûlèrent la femme de Samson et la maison de son père, c’est-à-dire qu’ils exterminèrent par le feu la localité de Timna et ses habitants. Et Samson s’écria : « Puisque vous agissez ainsi, eh bien ! je n’aurai de cesse que je me sois vengé de vous. » Samson partit en guerre, remportant quelques éclatants succès.

Tentative de conciliation : les Philistins se rendirent dans la tribu voisine hébraïque de Juda et demandèrent qu’on leur livra le turbulent Samson de la tribu de Dan, ce qui fut fait. Mais il faut croire que les barbus ne devaient pas manquer sur le chemin du retour, car Samson fit éclater ses liens et  trouvant la mâchoire d’un âne récemment tué, il la ramassa et s’en servit pour massacrer mille Philistins (c’est-à-dire beaucoup). Magnifique image d’une embuscade ou de plusieurs embuscades ! Une machoire qui se referme sur une troupe philistine qui s’est imprudemment engagée dans un défilé, quelle poésie... guerrière !

Et voilà que dans la logique de sa guerre révolutionnaire, Samson va porter l’insécurité depuis son réduit montagneux jusque dans la plaine. Les barbus s’infiltrent même jusque dans Gaza en couchant avec l’opposition politique de la ville (la prostituée). Les Philistins renforcent les rondes et les postes de guet, en vain. Pas d’attentats cependant mais un extraordinaire coup de commando du type "action psychologique". Les barbus arrachent les portes de Gaza et les déménagent jusqu’à une hauteur proche d’Hébron, le lieu saint d’Abraham !!!

Nous sommes toujours dans un processus logique de guerre révolutionnaire et de guerre contre-révolutionnaire. Les princes philistins offrent une prime en bon argent sonnant et trébuchant à quiconque qui, dans la vallée de Soreq, zône refuge des barbus, fournira au pouvoir les renseignements qui lui permettront de vaincre la rébellion. C’est le fameux secret qu’ils demandent à Dalila de percer en cajolant Samson.

Première solution qui se révèle infructueuse (hypothèse) : interdiction aux barbus de se déplacer en dehors de la vallée du Soreq. Samson fait éclater les liens en cordes d’arc qui le ligotent.

Deuxième solution également infructueuse (hypothèse) : Emprisonner les meneurs. Samson fait éclater les liens de fortes cordes qui le ligotent, car il y a toujours des barbus pour prendre la relève.

Troisième solution que Samson excédé livre enfin à Dalila : les cheveux. Evidemment, il fallait y penser. Alors, tous les barbus furent rasés - boule à zéro - et, avec leurs faces devenues horriblement glabres, ils perdirent toute influence religieuse sur le peuple. Ce peuple chéri - Dalila - n’assuma plus les missions de guet et d’alerte qu’il assumait jusque-là au profit des terroristes/guerilleros/combattants de l’ombre. Privé du soutien de la population, ou au moins d’une partie - condition indispensable pour gagner une guerre de libération - Samson avait perdu la vue. Je cite : « Les Philistins s’emparèrent de lui et lui crevèrent les yeux. »

Telle fut la belle histoire de Samson et de Dalila qui donna naissance à une incroyable filmographie ! Les insurgés furent condamnés jusqu’à la fin de leurs jours à tourner la meule à mouler le grain dans les camps de détention philistins. Dernier sursaut, il y eut encore la grande boucherie de l’attentat kamikaze du temple de Dagon où ils réussirent, en ébranlant ou en minant les colonnes, à faire s’effondrer le temple sur leurs ennemis et sur eux-mêmes. Mais l’aventure de Dan touchait à sa fin. La tribu quitta la région et émigra en direction du nord, à la recherche d’un autre territoire.

J’ai mis trois jours pour décrypter ce texte. Il est vrai qu’entre autres fonctions dans l’armée de la République où j’ai servi, je fus occasionnellement officier du Chiffre. Je pense qu’il est possible de compléter et d’améliorer ma traduction. Encore faudrait-il que le monde de la Recherche et de l’Université ne traite pas par le mépris les petits rédacteurs d’Agoravox que nous sommes.

Nous n’avons peut-être pas tous les diplômes requis mais il arrive parfois que nous ayons quelque chose à dire.

E. Mourey


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Emile Mourey Emile Mourey 21 février 2009 15:00

    Texte transmis ce jour à M. Maurice Sartre, sartre@wanadoo.fr


    • Jojo 21 février 2009 15:08

      Bonjour Monsieur Mourey,
      Un autre professeur émérite parle de fouilles archéologiques et d’une référence à une tête transportée donc à une éventuelle décapitation de Samson :
      http://www.interbible.org/interBible/decouverte/archeologie/2005/arc_050513 .htm
      Qu’en pensez vous ?

      Auriez vous une hypothèse quant aux sept tresses coupées par Dalila.


      • Emile Mourey Emile Mourey 21 février 2009 15:34

        @Jojo

        Bonjour

        Au sujet de l’inscription concernant la tête coupée de Samson, il faudrait avoir d’abord l’avis d’un linguiste.
        Au sujet des sept tresses de la chevelure de Samson, bien sûr que j’ai mon idée, mais pour pouvoir la prouver, il faut décortiquer un texte un peu plus récent.


      • Antenor Antenor 22 février 2009 10:59

        Un texte comme Le Règlement de la Guerre des manuscrits de Qumran où les troupes sont réparties en sept lignes de batailles... 

         smiley


        Dans l’Iliade la chevelure des héros est également sujette à débat car elle est souvent blonde, ce qui est assez étrange pour des méditerranéens. Cela a même conduit certains historiens a aller chercher la guerre de Troie jusqu’en Europe du Nord. Cette chevelure blonde doit probablement désigner les premières lignes des phalanges hoplitiques où prenaient place les guerriers les plus fortunés et par conséquent bardés de bronze étincelant. Quand Homère semble prendre un plaisir morbide à décrire précisément la trajectoire des lances à travers les corps des héros, il décrit en fait le déroulement de la bataille.


      • Emile Mourey Emile Mourey 22 février 2009 13:07

        @ Antenor

        Bonjour. Vous avez tout à fait raison de souligner l’importance des documents de la mer Morte. C’est une absurdité de considérer, encore aujourd’hui, les auteurs de ces textes comme des membres d’une obscure secte alors qu’il s’agit d’un courant du judaïsme le plus authentique et celui qui a eu une influence insoupçonnée, y compris probablement sur la pensée grecque ou en symbiose avec elle. Ce chiffre 7 en est la preuve.

        Votre idée est intéressante. C’est une piste à creuser. Mais, pour le moment, ce n’est pas dans l’air du temps.

        L’air du temps, c’est de philosopher, encore et toujours, sur les textes d’Homère jusqu’à lui attribuer de très hautes idées qu’il n’a peut-être jamais eues (cf. émission de France-Culture). Pour ces philosophes, Ulysse est toujours un individu, de même qu’Achille et autres héros de l’Iliade et de l’Odyssée. J’ai dû écrire quelque part - feuille qui s’envole au vent - qu’il me semblait bien plus raisonnable de penser qu’Achille ait été une oligarchie militaire, Ulysse l’aventure coloniale grecque et la belle Hélène, une troupe militaire d’élite.... Mais ce n’est pas dans l’air du temps.


      • Emile Mourey Emile Mourey 22 février 2009 13:11

        Idée d’autant plus intéressante que dans l’histoire de Mahomet et de son épouse Khadidja, il est question de "chevelure" dans un contexte qui semble plutôt militaire.


      • ASINUS 22 février 2009 13:51

        bonjour antenor
        . Le cimier des casques était surmonté d’un panache ou de crêtes fixées dans des rainures et faites ordinairement de crins de cheval. Quelquefois il y avait deux ou trois de ces crêtes et celle du milieu se terminait par une longue touffe de crins que le vent agitait." Le petit Astyanax est effrayé par la crinière du casque d’Hector". Les crêtes des côtés étaient courtes, droites et raides ; et "quelquefois en fils d’or."
        cette constance dans la chevelure dorée si on accepte l idée de guerriers majoritairement bruns l individu blonc " doré" peut etre vu comme un etre d exception , je ne sais si comme dans la légions la couleurs des crins conférait un" grade" ou statut ?


      • Emile Mourey Emile Mourey 22 février 2009 15:41

        @ Jojo

        Réflexion faite, votre lien http://www.interbible.org/inte... me semble un élément intéressant. Je suis d’ailleurs étonné qu’aucun commentateur chagrin n’en fasse état pour en déduire que notre Samson n’est pas mort en faisant s’écrouler sur lui le temple philistin et que, par conséquent, la Bible ment.

        Si on se remet dans le contexte de l’histoire, il faut se rappeler que les princes philistins avaient offert une prime à ceux (Dalila) qui dénonceraient (révèlerait le secret de) Samson. L’inscription sur un fragment de poterie pourrait donc être interprétée comme un texte écrit par un particulier disant en quelque sorte ceci : "Voilà ! J’ai tué Samson, celui que vous recherchez. Je peux vous montrer sa tête que j’ai coupée avec sa longue chevelure qui l’identifie. Donnez-moi la prime !"

        Or, si l’on suit le texte biblique, de deux choses l’une, ou bien ce particulier ment, ou bien il n’a tué qu’un Samson parmi d’autres, ce qui n’a pas résolu le problème philistin.

        Le croquis qui figure dans le lien est intéressant mais les indications de lignes ne sont pas claires. Si le profil de Samson correspond à la figurine du début de la ligne 3, il me semble que l’auteur a évoqué sa chevelure sous forme, non pas de sept tresses mais d’une chevelure en queue de cheval, peut-être rassemblée en chignon. C’est bien ce que je pense, même si j’ai parlé de barbus dans mon article pour faire "people". C’est beaucoup plus réaliste ; l’Histoire nous donne maints exemples de ce type de coiffure. Le problème, c’est que le croquis ne montre pas sept tresses mais une. Conclusion : pour qu’il y ait sept tresses, il faudrait sept hommes, sous condition évidemment que l’on considère le chiffre sept comme un chiffre fini et non comme un chiffre symbole voulant dire "beaucoup".


      • Emile Mourey Emile Mourey 22 février 2009 16:54

        @ Antenor et @ Asinus

        Extrait de Mohammed, sceau des prophètes, par Tabari, éditions Sindbad, page 66 : ... Alors Khadidja découvrit sa tête et ses cheveux...Réjouis-toi, ô Mohammed ; ce n’est pas un diw, c’est un ange. Car si c’était un diw, il n’aurait pas montré de respect pour ma chevelure et n’aurait pas disparu.  ????


      • Antenor Antenor 22 février 2009 17:38

        @ Emile

        Hérakles aussi perd ses cheveux ! Extrait d’une étude que j’avais mis en lien il y a quelques temps :

        (39) Comme Jonas (dont la légende populaire a confondu sur la côte de Syrie le souvenir avec celui de Persée, ainsi que l’a bien fait voir M. Renan), Hercule est avalé par le monstre marin qui va dévorer Hésione ; le dieu demeure pendant trois jours dans le ventre de la bête et il y perd tous ses cheveux. On a proposé de cette bizarre calvitie des explications astronomiques plus ou moins ingénieuses ; ne serait-ce pas le lieu de rappeler que Héraklès (7’Alkei/dhj ne prit ce nom que sur l’ordre de la Pythie, qu’il s’appelait (sic !) antérieurement 7’Alkai=oj (cf. Persai=oj variante de Pe/rshj et doublet de Perseu/j) ?
        Personne ne nie le caractère franchement phénicien d’une grande partie du mythe d’Héraklès ; nous sommes doc quelque peu en droit de demander aux langues sémitiques, sinon l’origine, du moins une explication du nom 7’Alkai=oj, comme on l’a déjà tenté pour 79Hraklh=j lui-même : or que voyons-nous ? En hébreu halaq veut dire chauve ; helqah, calvitie, de la racine qlx ; la suppression du khet initial dans la transcription grecque 7’Alkai=oj et son remplacement par le simple esprit doux est tout ce qu’il y a de plus correct (p. ex. 7’Anniba/j de Hannibaal, le Jupiter 71Aldoj ou 7’Aldh/mioj de Gaza = rlx et Myqlx, etc. ; cf. le nom juif presque identique de 71Alkioj que j’ai trouvé dans un sépulcre de Lydda et à Gezer, et qui correspond à hyqlm = Xelki/aj et 79Elki/aj des Septante et Josèphe). L’histoire de la calvitie d’Hercule n’a peut-être pas d’autre origine que le besoin d’expliquer un des sens apparents de 7’Alkai=oj (= quelque chose comme yqlx), nom, surnom ou épithète de Héraklès.
        Cette explication ne serait d’ailleurs pas incompatible avec celle d’7’Alkai=oj par a)lkh/ ; si même la philologie classique renonce à analyser le nom d’Héraklès, il sera peut-être possible d’y chercher quelque combinaison de Her (Horus) et de 70Alk[ai=oj] interverti. La mère d’Hercule était Alkmène.

        http://penelope.uchicago.edu/oddnotes/stgeorge/horus/hg1.html#I

        @ Asinus

        A la limite, dès qu’un soldat met en casque en bronze, il devient blond. Les cheveux clairs étant relativement rares dans cette région, ceux qui en avaient devaient être considérés comme portant une marque divine (bénédiction ou maldiction ?). Il est possible qu’Homère joue aussi là-dessus en insistant sur ce détail. Cependant si on considère que chaque héros incarne une armée, en dehors de l’armement en bronze, je ne vois pas ce qui pourrait expliquer cette couleur.


      • ASINUS 22 février 2009 18:32

        bonjour , antenor ma connaissance en ces domaines est fort limitée simplement je m interresse à l histoire militaire ,uniformologie, armes et techniques , une chose m a toujours interloqué nos precieux
        hellenistes nous montre le guerrier grec quasi majoritairement sous les traits d hommes murs racés
        grand eléguants " blond" ou de jeunes ephebes imberbes et blond , j ai vu des boucliers d hoplites à Athenes j ai idées que les gus qui se sont tapé l anabase devaient etre salement trapus je les imagines volontiers courts sur pattes avec des mollets de randonneurs , les 300 des thermopyles ont étés decrits
        dans une fiction récentes comme des athletes , j ai modestement idée que Sparte ayant raclé les reserves ce sont des gros peres de la "territoriale "un chouia inquiets qui ont du monter au front
        nonobstant ils ont fait le boulot ,comme reserviste la legende revisitée par mes soins me vas mieux , mr Mourey me pardonneras cette disgression mais quand je lis les doctes historiens l ancien modeste
        technicien s essaie au plausible et il apparait des lors évidents que des récits forts anciens meritent une autre traduction ou a tout le moins une autre vision 


      • ASINUS 21 février 2009 22:49

        décryptage intérressant , bonsoir Mr Mourey un nouveau rezzou contre les " doctus cum libro" ?yep le coup de la machoire m est particulierement plaisant


        • Emile Mourey Emile Mourey 22 février 2009 10:06

          @ Asinus non asinus

          Bonjour. En effet, ce coup de la mâchoire est particulièrement intéressant mais ne peut être compris que par les rares lecteurs qui possèdent à la fois l’esprit de géométrie et l’esprit de finesse tels que Pascal les a définis. L’auteur du texte biblique nous met sur la piste en nous indiquant que l’affrontement eut lieu vers Lèhi, mot qui signifie "la mâchoire". Il ajoute en outre que, comme Samson avait soif (après la bataille ?) Dieu fendit la cavité (le rocher) et qu’une source en jaillit (classique métaphore biblique on ne peut plus répétitive que les "docti cum libro" sont pourtant incapables de comprendre). Il est bien évident que ces noms de "baptême du terrain" n’ont pas été donnés par Samson comme semble le dire l’auteur du texte mais existaient avant lui. Ce rocher qui se fend, c’est bien sûr l’image d’un défilé et les deux parties de la mâchoire sont ses deux versants.

          Il existe de multiples exemples qui montrent que les Anciens s’inspiraient des formes animales pour désigner les formes du terrain. La croupe - éperon qui se redresse - en est un : croupe de terrain, croupe d’un animal. Et même aujourd’hui, on extrapole encore... croupe, mamelon, "telle belle personne a des formes" etc. Le "De bello gallico" est d’ailleurs très riche et plein d’enseignements, mais, comme vous le dites, les "docti cum libro" sont incapables ou ne veulent pas "lire"correctement le texte. Peut-être faudra-t-il attendre d’avoir un ministre de la Culture qui ait quelques notions de latin et qui comprendra enfin que le’"dorsum jugi" du texte de César "le dos de la ligne de crête" (cf. l’échine d’un animal) ne peut s’appliquer qu’à l’étroit plateau de la montagne de la Serre qui se trouve dans le prolongement de l’éperon barré du Crest... Gergovie !


          • ASINUS 22 février 2009 11:03

            tous n ont pas la pratique du chiffre Mr Mourey ils ne voient que la surface des " mots" d ailleurs pour beaucoup de ces "éminents" il est plus confortable intellectuellement et surement pour leur carriere
            de ne pas remettre en cause le " dogme"je n ai pas les connaissances suffisantes pour valider vos dires tout ce que je sais c est que vous proposez des pistes intérressantes pour rester dans un domaine qui nous a été commun vous auriez été un GV de pointe de premiere ,


            • Emile Mourey Emile Mourey 22 février 2009 12:36

              @ Asinus non asinus

              Grenadier voltigeur de pointe. En effet, ce poste est le plus intéressant car c’est l’éclaireur qui découvre mais c’est aussi le plus dangereux et le moins "confortable" comme vous dites.

              Je trouve dommage que la majorité des commentateurs fuient les débats que je propose alors qu’ils se pressent d’étaler ailleurs leur science et leurs certitudes sur ce même sujet (j’insiste sur le mot "fuient").

              C’est dommage car cela serait intéressant, par exemple, qu’un hébraïsant donne son point de vue.Je pense que mon idée de défilé est bonne. Il s’agit probablement d’une vallée. La source serait plutôt un cours d’eau qui coule au fond de cette vallée, ce qui devait permettre une culture (d’où la métaphore de la source qui "désaltère" en apportant aux hommes la nourriture terrestre en même temps que la sanctification). Le lieu n’a pas été identifié. Cela serait intéressant de le retrouver.


            • USA 613 6 mars 2009 04:40

              Qui a exploité l’autre avec cette histoire de réfugiés palestiniens ?

              La Haute et la basse Silésie ALLEMANDE.... vous connaissez ?
              En 45 les Allemands ont fui la Basse & la Haute Silésie laissant tout derrière eux
              Après qu’eux aient fui laissant TOUS leurs biens derrière eux ces deux régions devinrent une partie de la Pologne ACTUELLE
              La GRANDE Pologne
              Gdansk, rendue célèbre par Walesa, à l’époque où elle était allemande, s’appelait Dantzig
              Qui n’a pas entendu parler de Dantzig ?
              Les Polonais se sont donc installés dans les immeubles et meubles de ceux qui avaient fui
              Ils ont tout pris de ce que les Allemands avaient abandonnés derrière eux
              Les Polonais ont pris TOUT ce qui restait
              Qui a eu des échos de tous ces drames ?
              Ils se comptent par MILLIONS ? .....PERSONNE
              Où se trouvent les camps de réfugiés allemands ? ....NULLE PART
              Y en a-t-il jamais eu ? .....NON
              Quelles indemnités les Allemands ont-ils touchées pour les pertes endurées ? .....AUCUNE
              Quels montants ont été versés par les ONG et organisations mondiales pour CES Allemands réfugiés ? .....AUCUN
              Comment s’appelle l’UNRWA pour les Allemands ? .....N’EXISTE PAS

              Le Pakistan & l’Inde vous connaissez ?
              De quand date l’afflux des Musulmans d’Inde au Pakistan ?
              De la même époque que celle des "réfugiés" palestiniens
              Combien furent-ils ?
              15 millions de personnes ont fui dans les deux sens
              Où se trouvent les camps de réfugiés en Inde, au Pakistan et ailleurs dans la région ? .....N’Y EN A JAMAIS EU
              Quelles organisations comme l’UNRWA a financé ces populations déplacées ? .....AUCUNE
              Combien de morts ? .....plus de 1,5 millions de morts
              Quel écho a été donné à ces drames ? .....AUCUN

              Les Palestiniens
              Les informations qui suivent proviennent du QUID sous la rubrique population de la Palestine AVANT 1948
              Le QUID est un dictionnaire
              Est-ce un organe de propagande sioniste ? .....NON
              On y lit que les OTTOMANS JUIFS vivaient dans une région que l’on appelle la Palestine OTTOMANE
              OUI pendant des SIECLES CETTE région était OTTOMANE
              De tous les pays de la région ..... il N’en existait AUCUN
              Pour certains ils ont pris naissance à la même époque où Israël naissait
              Les uns suite à la fin du protectorat français (le Liban OTTOMAN, la Syrie OTTOMANE, etc... et cela PENDANT DES SIECLES...) les autres suite à la fin du mandat britannique sur des régions qui furent OTTOMANES DURANT DES SIECLES...
              Quant aux Arabes, selon le QUID, au début du XX° siècle ils ont afflué par milliers pour trouver du travail et survivre grâce aux OTTOMANS JUIFS de la Palestine OTTOMANE
              Ces Juifs de la Palestine OTTOMANE étaient là AVANT eux et leurs ont permis de NE PAS MOURIR DE FAIM
              Les ANGLAIS, avec Lawrence d’Arabie (entre autres), pour des raisons de déstabilisation des Ottomans ont intrigué et fait naître ce qui est devenu plus tard le nationalisme arabe.
              Ces mêmes Anglais ont DEPORTE par CENTAINE de milliers des Arabes dont des Syriens au moment où eux souffraient de la famine
              Les Anglais en ont fait des personnes déplacées en les IMPORTANT en Palestine
              La Palestine après 1918 était SOUS MANDAT britannique
              Ainsi ces Arabes IMPORTES ont été nourris et SAUVES de la famine par des Juifs britanniques de la Palestine BRITANNIQUE
              Donc le nombre des Arabes Palestiniens dans la région a grossi ARTIFICIELLEMENT au début XX° siècle du fait de la présence des JUIFS, qui les sauvaient de la FAMINE et ainsi ces Arabes, grâce aux Juifs ont aussi trouvé un emploi... cf le QUID 1993 et 2001.

              QUESTIONS
              Merci de m’expliquer POURQUOI de tous ces peuples déplacés entre 1945 et 1950 SEULS les "Palestiniens" NON Juifs se sont retrouvés dans des camps de REFUGIES ?
              Ils le sont encore à ce jour au Liban
              Quels sont les droits des Palestiniens au Liban ?
              Qu’en a-t-il été de ceux des Palestiniens en Cis-Jordanie à l’époque du Roi Hussein de Jordanie, des mêmes à Gaza sous le Roi Farouk puis sous la férule du Raïs Nasser de bonne mémoire... ? ? ?

              Un sinistre constat a droit à beaucoup d’HYPROCRISIES et cela dans le monde entier et de TOUTES parts...

              La réalité est bien autre que celle que l’on veut bien reconnaître.

              OUI il y a eu des Palestiniens NON Juifs déplacés...

              POURQUOI de tous les déplacés à cette époque seuls les Palestiniens ont eu un tel destin ?

              Il y en eut même de Juifs de toutes nationalités

              Leur seul défaut ?
              Etre identifiés et catalogués par les Autres comme Juifs
              Qu’en a-t-il été des Juifs des pays musulmans déplacés et dépossédés ?
              Où se trouvent les camps de réfugiés de Juifs originaires des Pays Musulmans ? Il N’y en a PAS
              Quelles indemnités ont ils perçues ? AUCUNE
              Quelles ONG les ont assistés et subventionnés ? AUCUNE N’a JAMAIS existé
              Quelle est l’UNRWA fondée par l’ONU pour ces Juifs originaires des pays arabes ? Il N’en existe PAS
              Combien furent ces Juifs ? 1,000,000..... UN MILLION
              Leur nombre excède-t-il celui des "réfugiés palestiniens" ? ....OUI.... qui le sait ?

              Comment se fait-il qu’encore aujourd’hui on nous empoisonne la vie avec ce conflit qui date de 48 quand tous les réfugiés quelle qu’en fut l’époque ou le lieu ont été absorbés par d’autres pays ?

              Seuls les Palestiniens sont devenus un problème.
              La faute à qui ?
              Pourquoi ?
              De tous les peuples déplacés, spoliés, pour les uns à la même époque (TOUS BIEN PLUS NOMBREUX que les Palestiniens), seuls les Palestiniens ont été maintenus dans des camps

              Les "réfugiés palestiniens" ont été UTILISES COMME UNE ARME
              Par qui ?
              Au profit de qui ?
              A quelles fins ?
              De tous temps ils furent une source de spoliation pour les contribuables européens et mondiaux étant les aides et subventions
              Combien de ces sommes qui leurs étaient destinées furent détournées au profit de ceux qui nous gouvernaient ou ceux qui les menaient à l’abattoir ?
              Seuls les Palestiniens ont été à la charge du monde.
              Pourquoi ?
              Qui a abusé l’Autre ?

              1.000.000 de Juifs expulsés et dépossédés des pays musulmans...
              Contre MOINS de 700.000 Palestiniens.
              TOUT LE RESTE n’est que FALSIFICATIONS de l’Histoire
              TOUTES les ONG, le CICR, l’ONU, l’UNRWA etc...
              TOUS savent ce qui figure ici...

              Il y a complicité active des nations sur une Palestine qui N’a JAMAIS existé.
              Merci de me lister l’histoire des gouvernements palestiniens et de leurs personnalités politiques avant 1948 ?
              JAMAIS il N’a existé de Palestine POLITIQUE.
              Avant 1948 la Palestine était OTTOMANE pendant des siècles, puis britannique...
              Il en va de même de TOUS les pays arabes de la région.

              AU PROCHE ORIENT
              AUCUN pays de la région NE peut se prévaloir de plus d’antérioté qu’un autre
              Israël a AUTANT de validité légale et historique que TOUT pays de la région
              La Palestine sera, quand elle existera, le pays le plus jeune de la région SANS aucune VALIDITE historique d’AUCUNE SORTE

              Le mythe ou la TROMPERIE de la Jerusalem arabe
              JAMAIS au cours de tous ces millénaires Jérusalem N’a été la capitale d’AUCUN pays ......
              EXCEPTE celle du royaume de Judée puis celle de l’état d’Israël depuis le XX° siècle.
              Avant d’être israélienne, JAMAIS Jérusalem ne fut d’un intérêt particulier pour les Musulmans de TOUT l’empire Ottoman ou d’ailleurs dans le monde.
              Qu’en ont-ils fait à l’époque ottomane, car les Ottomans ou Turcs sont des musulmans ? RIEN
              Qu’en ont-ils fait à l’époque de la Cis-Jordanie musulmane ? RIEN

              Ici quelques vidéos instructives sur ce qui s’est passé

               

              http://fr.youtube.com/watch?v=Nz9LPfB2ytM
              http://fr.youtube.com/watch?v=4BgrWigdK6E
              http://fr.youtube.com/watch?v=Hp5_LddyVys
              http://fr.youtube.com/watch?v=VyaF0dXJdOE
              http://fr.youtube.com/watch?v=yRgb7NjFac0


              • Emile Mourey Emile Mourey 6 mars 2009 10:38

                @ USA 613

                Dans ma méthode de recherche historique, j’ai fait le choix de ne traiter que des sujets limités de façon à approcher au plus près de la vérité historique de faits particuliers relatés dans les textes anciens. Nous sommes, en effet, dans une situation où un certain nombre d’historiens, tels qu’Israël Finkelstein, développent des théories sur l’histoire biblique que je dénonce car "erronées". Mais comme vous vous en doutez, je ne suis pas spécialiste de tout, et pas de l’histoire récente. Il existe des historiens "professionnels" qui se présentent comme des "spécialistes". Je fais partie plutôt des "amateurs" que ces professionnels rejettent et qui, interdits de parole dans les médias, n’arrivent que, péniblement à se faire entendre sur ce site d’Agoravox, à condition évidemment que mes articles ne soient pas "censurés" par la "modération".


              • Veilleur de Nuit 10 mars 2009 18:45

                Au delà des considérations historiques fort intéressantes proposées ci-dessus, le texte biblique de l’histoire de Samson et Dalila regorge d’énigmes, d’interrogations existentielles, de problématique d’unité et de dualité de l’humanité face à elle même et à l’expression de la volonté divine ...

                Selon le texte bibilique en ce qui concerne Samson « la consécration était sur sa tête », ce qui faisait de lui quelque part, dès le départ, quelqu’un de différent,
                que faire alors de la force sans le discernement ?,
                l’aveuglement infligé à Samson est- il synonyme d’épochè pour advenir à un autre mode de reconnaissance ?, 
                l’annonce d’un suicide pour que la communauté survive ?
                la perte de la chevelure symbolise t-elle la coupure avec le monde des philistins, une castration ?, 
                ou encore la perte de l’unité, et du centre , lieu de la paix dont Jérusalem est une image sur terre selon la tradition ? . 
                Est ce une exhorte pour tout un peuple à persévérer dans la foi sous forme de conte inspiré de faits réels, l’annonce et la mise en scène d’une prophétie ?...


                Samson (Livre des Juges 16,30).
                 
                "Les motifs invoqués pour ce suicide dans le texte biblique sont la réaction à l’échec et l’appêtit de vengeance. Samson, humilié et détruit, ne réintègre son image de puissance que pour en faire un instrument de destruction des adversaires, au prix de sa propre mort. Il veut arrêter le processus de destruction de son image de héros que lui imposent les ennemis et il fixe pour toujours son symbole : “meure ma personne avec les Philistins… il fit périr plus de monde à sa mort qu’il n’en avait tué de son vivant !”. Derrière le drame de ce superman, c’est la folie guerrière qui est dépeinte, la “folie-à-deux” entre deux joueurs guerriers obsédés de destruction. Dans ses deux bras Samson embrasse les deux colonnes du temple qui porte tout le peuple ennemi et il fusionne avec lui dans un orgasme mortel. 
                Cet épisode final nous renvoie à l’apparition précédente du mot “mort” quand il est dit que Dalila le poursuit pour lui voler son secret et le détruire : il intériorise les tourments et le harcèlement qu’exercent envers lui sa partenaire et il le fait, dit le texte, jusqu’à la mort. Aucun reproche n’est exprimé envers Dalila ensuite, le problème est justement localisé chez le suicidaire. Le symbole utilisé dans l’acte est l’effondrement simultané de soi, des adversaires et des bâtiments. "

                • ponyx 5 février 2012 20:09

                  Bonjour,
                  J’aimerais savoir où êtes-vous aller trouver que les convives étaient au nombre de 20 ? Toutes les versions que j’ai (hébreu, grec, latin, français, anglais, allemand, etc...) ont 30. Cela remet sérieusement en question l’hypothèse de la majorité au conseil.
                  Bien à vous, cordialement,
                  Eric de Putter

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès