• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Il pourrait bien neiger

Il pourrait bien neiger

La belle prévision

Il s’appelle Simon, traîne sa solitude comme une gangue visqueuse ou poisseuse. Il est de ces gens dont la ville, dans son anonymat, a façonné l’existence autour d’un long rituel sans couleur : son travail, son logement, le cinéma parfois ou de rares voyages sans discussions avec quiconque. Il traverse la vie sans ami, sans rencontres, sans vie sociale. Il n'a pas l'air d'en souffrir, apparemment résigné : il aime lire, se perd dans les aventures exaltantes de ses héros préférés, des personnages invincibles entourés de jolies femmes. Il est fou de chanson française et sillonne la région à la rencontre de talents qui n’ont pas le bonheur d’éclater au grand jour. Il fréquente les petites salles, souvent désertées par la foule bruyante des zéniths, il se sent alors en symbiose avec ces artistes qui, en dépit d’un formidable répertoire, ne trouvent pas un vaste public.

Simon n’a ni enfant ni chien : c’est là sans doute son premier handicap. Il a souvent remarqué que ceux qui arpentent la ville, tenant un compagnon à quatre pattes au bout d’une laisse, ont droit aux remarques des passants. On s’arrête quelques minutes à leur hauteur, on s'extasie devant le gentil minois du molosse, on évoque ses congénères qui sont passés dans l’existence des quidams ; on se retrouve régulièrement si l'interlocuteur est, lui aussi, chargé d’une promenade vespasienne.

Les enfants permettent parfois les mêmes rencontres pourvu qu’ils soient bien élevés, tranquilles et dociles durant les échanges des adultes. Ils limitent cependant le panel des possibles : l’amour des bambins est bien moins répandu que celui de nos amis les bêtes ; tendance déplorable dont se moque royalement notre brave Simon. Lui est un célibataire endurci qui a passé l’espoir de se prolonger au travers d’héritiers de son sang.

Cependant, au fil des années, la solitude est devenue plus pesante, l'homme finit par détester sa vie, murée dans un silence désespéré. Travailler dans un vaste espace commun et ouvert à tous les regards comme à toutes les oreilles, ne partager avec ses collègues que propos creux, convenus, phrases vides de sens, pauvres banalités, cela vous décourage définitivement d’établir des liens. Seuls les petits commerçants du quartier et du marché sont les voix qui répondent à ses demandes tout en agrémentant le propos d’une remarque sur le temps qu'il fait.

Simon, au début, s’exaspérait de ce sujet qui ne cesse de revenir en boucle. Petit à petit, cependant, il s’amusait à étoffer ses réponses de dictons de son invention qui enchantaient le boucher ou le boulanger : « À la Saint Glinglin, on va essuyer un grain ! » ; « Cesse de te tracasser : quand vient la Saint Théodulfe, la nuit va enfin reculer ! ». Pour se donner l’air, Simon, se souvenant de son enfance, quand il écoutait Albert Simon à la radio, se documenta sérieusement pour devenir à son tour le prévisionniste de son quartier.

Le succès ne fut pas immédiat ; il fut long à s’imposer car le temps qui passe résiste quelque peu au temps qu'il fait. Mais, à force de prophéties réussies, d’annonces prémonitoires sur l’éventualité du pleuvoir, il se tailla une jolie réputation. On l’invitait dans le troquet du coin pour s’enquérir de l’état du ciel dans les jours à venir. Simon n’était plus seul : le ciel s’était éclairci pour lui !

Sa vie bascula tout à fait quand une voisine, charmante -se serait-il avancé à prétendre qu'elle était belle ? - l’interrogea à plusieurs reprises. Il fut séduit par sa voix, douce et mélodieuse, ses yeux pétillants de malice. Aimée était seule, elle aussi avait un emploi peu exaltant. Sa seule véritable distraction était de rendre visite à sa vieille mère une fois par mois et c'était à cette occasion qu'elle s'informait auprès de Simon des conditions de circulation.

Simon s’en voulait de la rassurer ainsi. Il savait qu’elle allait partir le vendredi pour ne revenir que tard le dimanche soir. Il traversait alors un long tunnel sans avoir le bonheur de l’apercevoir sur le marché dominical. C’est un vendredi du mois de mai qu’il se dévoila, discrètement, vous devez vous en douter. L’homme était timide et maladroit avec les femmes.

Aimée vint à lui pour savoir le temps qu’il ferait en fin de soirée. Sa route était longue ; elle redoutait par-dessus tout la pluie. Il faisait grand beau : un de ces jours de printemps qui vous donnent des ailes et la gourmandise de la vie. Simon, sans bien réfléchir, à son habituelle interrogation répondit très sérieusement : « Il pourrait bien neiger ! »

Aimée lui sourit. Elle n’était pas dupe : il lui mentait sans se moquer d’elle. Elle comprit ce message surprenant et lui répliqua : « Ce serait donc imprudent de ma part de prendre la route. Je vais différer ma visite d’une semaine. Je suis libre, que faites-vous ce soir ? » Simon n’en revenait pas de son à-propos ; il faillit manquer de saisir cette incroyable main tendue avant que de répondre d’un soupir : « Je vous invite au restaurant ! »

Cette première soirée ne fut pas digne des romances à l’eau de rose. Il y avait de la maladresse chez ces deux-là, le manque de confiance et d’habitude aussi. Ils tardèrent à se découvrir, échangèrent tout juste deux ou trois regards brûlants. Ils allaient se séparer à la sortie du restaurant quand Simon se jeta à l’eau et osa inviter Aimée chez lui.

Nous n’avons pas à les suivre. Ce ne fut pas une soirée torride, ni même une nuit aux ébats cinématographiques. Ils s’apprivoisèrent simplement, se donnèrent l’envie d’aller plus loin dans cette découverte de l’amour. Il faut du temps quand la vie vous a habitué à rester sur le bord du chemin. Ils prirent le temps de faire cette longue route ensemble …

Le rituel s’installa. Quand Aimée souhaitait passer son weekend avec Simon, quelle que fût la saison, elle lui demandait le temps qu’il allait faire. Simon immanquablement répondait : « Il pourrait bien neiger ! ». C’était le signal attendu : les bras qui s’ouvrent, les corps qui se découvrent et, au fil du temps, apprennent à se connaître et à éveiller plaisir et passion.

Ce jour-là, pourtant Simon désirait aller à un concert. Il savait qu' Aimée n’aimait guère ce groupe de chants de marine de Loire. Elle trouvait parfaitement ridicules ces vieux messieurs vêtus de larges chemises de coton. Leurs textes l’énervaient, la musique, plus encore, lui était insupportable. Elle n’aurait jamais accepté de l’accompagne ; alors, il répondit à sa sempiternelle question : « Aucun risque ce weekend, tu peux rouler sans crainte ! »

Aimée n’en fut pas contrariée. Un code avait été établi entre eux : chacun conservait son indépendance ; ils avaient passé l’âge de se lancer dans une vie commune. Elle respecta ce refus : manifestement son Simon avait prévu quelque chose qu’elle ne devait pas apprécier. Elle prit la route : nous étions en mars et soudain, le ciel se fit gris et plombé, la neige tomba à gros flocons et Aimée fut immobilisée en pleine campagne.

Elle fut hébergée dans un gymnase. Elle dormit tant bien que mal. Le lendemain, la situation avait empiré. Elle passa une seconde nuit dans ce lieu en compagnie d’autres naufragés de la route. Elle en voulut à Simon qui ne l’avait pas prévenue. Elle se dit que jamais plus elle ne lui poserait cette idiote question rituelle. Il fallait bien savoir se dire vraiment les choses plutôt que de tourner ainsi autour du pot.

Quand Aimée revint le mardi seulement, Simon était fou d’inquiétude. Il se jura, lui aussi, de cesser d’user d’un code stupide qui lui avait interdit de prévenir son amie du risque de précipitation ce soir-là. Pour se faire pardonner, il décida de lui faire une surprise, de lui offrir un voyage. Il savait qu’elle était, tout comme lui, en congé en août. Il réserva pour eux deux, un voyage sur l'île de la Réunion : un rêve qu’il n’avait jamais réalisé faute d’avoir trouvé un compagnon pour ce long périple.

Aimée fut enchantée. Il reprirent leurs habitudes, leur vie de célibataires qui se retrouvent une fois par mois pour une parenthèse bienfaitrice. Le temps arriva de ce voyage au long cours. Ils s’envolèrent comme deux vieux amis qui s’accordent un merveilleux cadeau. Ils dormaient dans des chambres séparées, s'étant joints à un voyage organisé qui laisse peu de place à l’intimité. Qu’importe, ils se contentaient de ce bonheur incomplet.

C’est un soir, au pied du Piton des Neiges, dans le petit village de Cilaos que Simon eut un curieux pressentiment. En août, dans ce lointain coin de France dans l’hémisphère sud, c’est l’hiver : un hiver doux où les fruits ne cessent de pousser, les gens de se baigner si les requins veulent bien les laisser faire. Pourtant, ce soir-là, un mauvais vent se leva, le ciel était chargé de lourdes menaces. Simon, qu’un autre touriste voyait soucieux, se leva et dit à la cantonade : « Il pourrait bien neiger ! » Dans le petit hôtel, beaucoup rirent de lui, Aimée sourit et lui répondit : « Si tel est le cas, je t’épouse ! »

Le lendemain, le Piton des Neiges était couvert d’un manteau blanc. Tous les Réunionnais s’extasiaient de ce spectacle rarissime. Aimée se lova contre Simon ; la neige qui avait failli les éloigner l’un de l’autre venait de décider de leur sort. Leur union allait être scellée : ils franchiraient ce pas qui les effrayait tant.

Le patron de l’hôtel, impressionné par la prophétie de Simon, émerveillé par la beauté de l’instant, leur promit de leur offrir la fête de mariage dans son établissement. Ce fut la suggestion qu’ils attendaient inconsciemment pour changer d’existence. Ils acceptèrent avec joie. Rentrés en métropole, ils décidèrent de rompre avec leur existence passée. Simon quitta son administration sans avenir, Aimée abandonna son métier sans intérêt et partit d'autant plus facilement que sa vieille mère n'était plus de ce monde

Trois mois plus tard, ils revenaient au pied du Piton des Neiges. Ils se faisaient « zoreilles » pour vivre leur amour dans un nouveau monde. Ils ouvrirent une petite boutique : « La Fée des neiges », le royaume des chionosphérophiles, les collectionneurs de « boulàneiges » pour vivre le reste de leur vie sous le doux soleil de l’Île. Jamais plus il ne neigea, ni sur le piton ni dans leur union. Leur amour fut comme la météo, soumis aux aléas et aux variations de l’existence mais jamais, ô grand jamais, ils ne connurent de tempête dans leur couple.

Météorologiquement vôtre.

boule-de-neige-mer-et-reunion.JPG


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • juluch juluch 25 novembre 2016 12:45

    Jolie texte plain de paraboles....


    Une vie que vous auriez pu avoir Nabum ??

    Bien à vous.
     smiley

    • C'est Nabum C’est Nabum 25 novembre 2016 12:56

      @juluch

      J’écris et je vis parce truchement


    • Bernie 2 Bernie 2 26 novembre 2016 00:44

      Chiant comme la pluie, du pur Nabum pisse copie.C’est con qu’on en profite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès