Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Improbable et pourtant possible

Improbable et pourtant possible

Tant d’événements improbables se sont déjà produits qu’on pourrait douter de la réalité de ce mot, et il est probable que la liste des improbabilités s’allongera encore.

L’improbable sursaut citoyen, malgré ceux qui tentent de préserver le peu qu’il leur reste… l’improbable accident nucléaire, dont on sait aujourd’hui la cruelle réalité…

Bref notre vie est ponctuée d’évènements improbables qui n’auraient jamais du se produire.

On se souvient de cette centrale nucléaire, appelée à tort Superphénix, qui était présenté comme le fleuron de la technologie nucléaire et dont les concepteurs affirmaient que les probabilités d’une fuite de sodium était de une fois tous les 100 000 ans…improbable donc.

Pour comprendre l’enjeu, il faut connaitre la dangerosité du sodium liquide, destiné à assurer le refroidissement du réacteur nucléaire.

Il s’enflamme spontanément au contact de l’air, et explose au contact de l’eau… De plus, il est quasi impossible d’éteindre un feu de sodium de plus d’une tonne. vidéo

Rappelons que le 31 mars 1994, lors du démantèlement de Rapsodie, le prototype « ancêtre » qui avait servi de modèle à «  Superphénix », près de 100 kilos de sodium avaient provoqué une explosion, laquelle avait couté la vie au principal expert français en feux de sodium. lien

Or, il y avait pour ce «  Superphénix » 5500 tonnes de sodium liquide, dont 4000 dans le circuit primaire, et 1500 dans le circuit secondaire. lien

Voisinait avec ce labyrinthe de circuit de sodium, un circuit d’eau et on imagine sans peine ce qui se serait passé si des fuites d’eau et de sodium s’étaient produites en même temps.

6 mois s’étaient à peine passés qu’une fuite de sodium se produisait…fuite pour laquelle les techniciens sur place ont douté pendant près d’un mois, convaincus de l’improbabilité d’un tel accident…et pourtant, en l’espace de quelques jours, 20 tonnes de sodium avaient fui.

En effet, le 6 mars 1983 les techniciens signalaient l’apparition d’une alarme, convaincus de l’impossibilité d’une fuite, en supposant qu’il s’agissait seulement d’un défaut électrique.

Ce n’est que le 2 avril suivant qu’ils durent se rendre à l’évidence, il y avait bel et bien une fuite de sodium, (500 kg par jour) sodium qui se trouvait heureusement dans l’espace inter cuve, et donc sans contact direct avec l’air. lien

On peut suivre avec intérêt les débats qui ont eu lieu alors à l’assemblée nationale sur ce lien.

Mais il y a mieux dans le domaine de l’improbabilité : la chute d’un poids de 10 kg sur le dôme du réacteur était estimée une fois tous les 100 000 ans

Or en en novembre 81, le pont roulant situé au dessus du réacteur avait laissé tombé sa charge de plusieurs tonnes d’une hauteur de 40 mètres sur le dôme du réacteur. lien

Vous avez dit improbable ?

Tout aussi improbable était le séisme de force 9 à Fukushima dont on paye aujourd’hui les conséquences que l’on sait.

Cette vidéo prise par un automobiliste au moment du tsunami mérite le détour.

Mais l’improbabilité s’invite dans tous les domaines, y compris celui de la politique.

Ainsi quid des évènements de mai 68… ?

Ils étaient parfaitement improbables, personne ne les avait pressentis, et ils sont nés d’une suite d’enchaînements, colère d’abord des étudiants, puis des ouvriers, avant de se généraliser dans tous les domaines.

Au départ, il faut rappeler qu’il y avait eu dans les années 60 une explosion du nombre d’étudiants.

En 1967 ils étaient plus de 500 000 soit 2,5 fois plus que 7 ans auparavant…

Pour la petite histoire, les étudiants n’ont jamais été si nombreux qu’en 2015 : ils sont en effet près de 2,5 millions aujourd’hui. lien

Mais revenons en mai 68.

Tout commence pour la fermeture de l’université de Nanterre, le 2 mai, poussant plus de 400 étudiants à se retrouver à la Sorbonne le 3 mai, et à occuper la cour de cette institution.

C’est l’évacuation par les forces de police qui mettra le feu aux poudres, d’autant que cette évacuation était interdite, puisque la Sorbonne fait partie du cadre universitaire.

Pompidou aux abonnés absents depuis le 2 mai, ne reviendra que le 11 mai, décidera de rouvrir la Sorbonne, de libérer les étudiants dans l’espoir d’apaiser la grogne…lien

Mais c’est trop tard, les étudiants se sont organisés, et réclament alors beaucoup plus.

Il s’agit d’abord de dénoncer la violence de l’état, puis de supprimer la bureaucratie, le système hiérarchique, de dénoncer les manœuvres politiques et syndicales, de critiquer le capitalisme, la société de consommation, l’aliénation, l’exploitation des travailleurs, de renouveler les formes d’éducation…

Près de 1100 manifestations se dérouleront un peu partout en seulement 43 jours.

De barricades en barricades, une solidarité se construira petit à petit entre les manifestants, les syndicats ouvriers, et l’opinion publique.

Entre mai et juin 68, plus de 7 millions de citoyens seront en grève…puis viendront les négociations de Grenelle, avec un relèvement du Smig de 35%, la hausse générale des salaires de 10%, mais cette augmentation sera un feu de paille, et très vite le Smig reprendra son allure de sénateur. lien (page 18)

La victoire était amère, et bien loin des idées que défendaient les étudiants…

Il n’est pas inutile de se souvenir des réactions des principaux hommes politiques d’alors : Georges Marchais dénonçant le 3 mai « l’anarchiste allemand Cohn-Bendit », Mitterrand analysant l’idéologie des étudiants comme du « poujadisme savant », et tentant en vain de capter le mécontentement à son profit, De Gaulle fermant la marche, politisera la crise, dans l’espoir de s’en sortir grandi, en mettant en valeur le charisme de la personne présidentielle.

On connait la suite…lien

De Gaulle dissoudra l’Assemblée Nationale, puis provoquera des manifestations de soutien, faisant défiler 400 000 personnes à Paris.

Il sera largement aidé par les médias, l’ORTF couvrant les évènements très partialement en faveur du gouvernement, d’autant qu’en même temps, les radios périphériques avaient été privés du droit d’utiliser leurs fréquences.

Il n’est pas inutile non plus de rappeler l’implication des mouvements d’extrême droite aux cotés de De Gaulle et de son gouvernement, jouant le rôle d’auxiliaire de police, choisissant le camp de la bourgeoisie contre le peuple, assurés que les évènements n’étaient rien d’autre qu’un « complot communiste » contre l’Occident chrétien.

Pas étonnant que depuis plus de 40 ans cette même extrême droite essaye en vain de réécrire mai 68 en tentant de gommer le triste rôle qu’elle y a tenu, tentative d’oubli appuyée par un certain Sarközi... lien

On le voit l’improbabilité est plus souvent qu’à son tour battue en brèche, et au moment où, des agriculteurs aux ouvriers, en passant par les enseignants, les résistants aux grands travaux inutiles, les chômeurs, les chauffeurs de taxi, le mouvement des pigeons, et autres bonnets rouges, une bonne partie du pays se trouve en fracture avec le gouvernement, et les politiques en général, et les probabilités d’une colère générale ne peuvent être occultées.

La volonté gouvernementale de modifier le contrat de travail pourrait bien être un élément déclencheur. lien

Il est probable que François Hollande, qui devra inaugurer ce week-end, le prochain salon de l’agriculture, ne sera pas accueilli avec les mêmes fleurs qu’il s’est vu offrir lors de son passage polynésien. vidéo

Il faut dire que le monde agricole, en tout cas celui de l’agriculture intensive, ou industrielle, ne va pas bien, et c’est une litote.

La MSA (Mutualité Sociale Agricole) a recensé sur son «  agri’écoute » plus de 1200 appels de détresse, et les dernières statistiques ont répertorié, entre 2007 et 2009, 485 morts par suicides, la survie des exploitants étant souvent liée aux subventions qu’ils reçoivent, subventions françaises, ou européennes, qui représentent jusqu’à 45% de leur chiffre d’affaire. lien

Entre 1988 et aujourd’hui, le nombre d’exploitations a été réduit de plus de la moitié, passant d’un million à moins de 500 000lien

Comme dit mon vieil ami africain : « un peuple de moutons finit toujours par engendrer un gouvernement de loups ».

L’image illustrant l’article vient de ozartsetc.com

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Des tas d’urgences à l’état d’urgence

T’as pas mille balles ?

Le bras d’honneur hollandais

La France avance avec une canne

La droite en rêvait, Hollande l’a fait

Le changement, c’est pas tout de suite

Le poisson d’avril hollandais

En marche pour une 6ème

Un président tétanisé

La taxe carbonisée

La retraite au flamby

Qui Hollande trompe-t-il vraiment

Hollande, un pays au plus bas

Des sous et des déçus

La sauce hollandaise ne prend pas

L’improbable révolte des sans

Qu’est-ce qui cloche ?

Monsieur « Plan Plan »

Faire sauter la banque

Le discours du Bourget partie 1-partie 2


Moyenne des avis sur cet article :  4.03/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

138 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 23 février 10:07

    "

    Ainsi quid des évènements de mai 68… ?

    Ils étaient parfaitement improbables, personne ne les avait pressentis, et ils sont nés d’une suite d’enchaînements, colère d’abord des étudiants, puis des ouvriers, avant de se généraliser dans tous les domaines."

    pas vraiment mais totalement organisés.

    c’est une photo de toi à l’époque ?


    • Julien30 Julien30 23 février 10:08

      Cabanel qui nous dresse un bel éloge de la rébellion des jeunes bourgeois contre papa et la méchante autorité, avançant aux cris idiots et irresponsables « CRS-SS » (il aurait fallu mettre ces petits cons devant de vrais SS qu’ils voient la différence..) et de « il est interdit d’interdire », idéologie nihiliste issu de l’école de Francfort et de Marcuse qui aboutira notamment à ce que le gratin de la gauche de l’époque milite par la dépénalisation de la pédophilie, au nom du refus de l’interdit et de la liberté bien sûr, et a contribué a crée les hordes d’êtres immatures, capricieux et irresponsables qui n’ont plus que la consommation comme horizon que l’on a tendance a beaucoup voir aujourd’hui. Bravo Cabanel pour votre lucidité presque 50 ans après les faits !


      • Julien30 Julien30 23 février 10:09

        @Julien30
        « milite pour la »


      • olivier cabanel olivier cabanel 23 février 10:28

        @Julien30
        avant d’écrire votre commentaire, vous auriez du vous renseigner un peu : il y a dans l’article de quoi réaliser que mai 68 était tout sauf ce que vous décrivez.

        vous pouvez aussi lire ces archives secrètes de la police pour réaliser la réalité de la violence exercée des deux cotés des barricades. ici
        mais c’est vous qui voyez... c’est tellement plus simple de faire de l’humour a deux balles.
         smiley
        sinon, il y a ces témoignages tirés d’un film de jl Magneron (mai 68, la belle ouvrage)
        vous y découvrirez que mai 68 était tout sauf « une rébellion de jeunes bourgeois »
         smiley

      • Julien30 Julien30 23 février 11:42

        @olivier cabanel
        Oui c’est cela... Si vous êtes décidé à passer à des choses plus sérieuses renseignez-vous en priorité sur Marcuse et l’école de Francfort (toutes les idées de la gauche post-68, donc les vôtres, viennent de là) et sur les travaux de Clouscard sur mai 68.


      • olivier cabanel olivier cabanel 23 février 13:17

        @Julien30
        en tout cas, une chose est certaine, vous êtes amusant, et vous me manquerez.

         smiley

      • ZenZoe ZenZoe 23 février 10:11

        Olivier,
        Mai 68 n’est pas arrivé comme un cheveu sur la soupe. Mai 68 a été causé indirectement par la guerre du Vietnam et l’écoeurement provoqué un peu partout par les agissements des Américains en Indochine. Dans ce sens, mai 68 était prévisible, quand on tire trop sur la corde, elle finit toujours par casser.
        Et j’ai bien peur que la situation actuelle ressemble à l’autre, même pièce de théâtre, mêmes acteurs, même intrigue : les Américains veulent bouffer ce qu’il y a dans la gamelle des autres, déstabilisent à tout va, les autres finissent par se rebeller, c’est le bordel, tout part en vrille...
        Vieux comme le monde, un agresseur, des agressés, la guerre (sous des formes diverses), tout s’écroule et ça repart.. Comme avant peu ou prou.
        La seule inconnue est qui va se rebeller en premier et comment.
        Bien sûr, il y a toujours la possibilité d’une catastrophe naturelle, mais le scénario reste le même : tout s’écroule et ça repart (enfin, peut-être, peut-être pas si c’est une immense catastrophe !).


        • olivier cabanel olivier cabanel 23 février 10:16

          @ZenZoe
          tu dis que c’était prévisible, faisant valoir que la guerre du Vietnam était le déclic, et je respecte ton opinion...mais à l’époque, ce n’était l’opinion de personne, (en tout cas je n’en ai trouvé nulle trace)

          au moins dans le monde politique, tout le monde a été surpris de ce qui arrivait, ne prenant la mesure des événements que bien trop tard.
          il suffit de voir les réactions du gouvernement d’alors, lequel avait pris ça vraiment à la légère, ne s’attendant pas à ce qu’une fronde de 400 étudiants, puisse amener la mobilisation de 7 millions de français qui finalement se sont mis en grève.
          ni les politiques, ni les sociologues, ni la presse d’opinion, les analystes en tout genre n’avait vu venir ça...
          mais ce n’est que ma modeste opinion.
          merci de ton commentaire.


        • ZenZoe ZenZoe 23 février 11:11

          @olivier cabanel
          Il y a quantité de textes au contraire liant les deux événements. je voulais mettre quelques liens, mais le choix est grand. Il suffit de taper dans Google mai 68 et Vietnam.
          Les protestations ont commencé avec les étudiants contre l’anti-impérialisme des USA, la guerre du Vietnam, l’anticapitalisme, puis elles se sont ensuite étendues aux ouvriers et focalisé sur les problèmes franco-français (conditions de travail, manque de moyens des universités, et tout le reste...).
          Ci-dessous quelques extraits tout de même :
          ***"22 mars 1968 : l’université de Nanterre est occupée suite aux arrestations de jeunes lors de manifestations contre la guerre du Vietnam. Certains se distinguent dès ce jour, comme Daniel Cohn Bendit, Serge July et Bernard Henri-Lévy. Ils revendiquent une liberté d’expression politique. Dès mars, des affrontements avec les forces de l’ordre ont lieu.« 
          *** »Le Mai 68 français a été provoqué par la guerre du Viêt-nam. Le 18 mars 1968, une centaine de militants avaient attaqué le siège parisien de l’American Express dans le quartier de l’Opéra (vitres brisées, drapeau américain brûlé). Les flics arrêtent Xavier Langlade, le responsable du service d’ordre de la JCR, qui est étudiant à la faculté de Nanterre. Des arrestations de lycéens ont lieu les jours suivants. Nanterre s’embrase et les étudiants exigent leur libération et occupent la Tour qui domine le campus. Les étudiants seront relâchés mais l’agitation ne cessera plus et de Nanterre gagnera le Quartier latin."
          *************
          Quant à l’impréparation des politiques de l’époque, ça c’est carrément la règle en politique smiley
          De toute façon, je voulais juste dire que vu l’état du monde à l’époque, un embrasement était prévisible.


        • olivier cabanel olivier cabanel 23 février 11:24

          @ZenZoe
          oui, je prend... bien sur.

          mais c’étaient effectivement les prémices, ce qu’on a appelé le mouvement du 22 mars.
          sauf que c’était une marge qui s’exprimait avec ceux que tu cites. cohn bendit, etc
          j’y ai participé à ma manière puisque j’ai fais la musique d’un film sur le sujet, réalisé par un ami polonais, jean Tczepizur, lequel muni d’une cam 16mm avait tourné beaucoup de séquences à l’époque, à Paris..
          par contre, j’aurais pu ajouter que mai 68 ne touchait pas que la France.
          à l’époque, j’étais à Genève, et il y a eu beaucoup de manifs, assez violentes....comme partout ailleurs en Europe.

        • ZenZoe ZenZoe 23 février 14:02

          @olivier cabanel
          Souvenirs, souvenirs...
          J’aurais bien aimé écouter la musique du film, elle est sur Youtube par hasard ? Histoire de remonter un peu le temps, le temps de l’innocence, le temps d’un monde où tout semblait encore possible...
          Moi aussi j’ai participé à ma manière à mai 68, participation forcée bien sûr. smiley
          Les profs étaient en grève, ou ils étaient partis à la plage jeter des pavés, allez savoir... Bref, tous les lycéens, dont moi, avons bien profité de ces semaines de grâce, allongés dans l’herbe du stade derrière les salles de cours, à écouter des disques de l’époque.... Mai 68, j’ai adoré !


        • olivier cabanel olivier cabanel 23 février 16:21

          @ZenZoe
          j’ai adoré aussi... pour la musique du film en question, hélas... je crains qu’il ne soit difficile d’en retrouver la trace.



        • HELIOS HELIOS 23 février 17:29

          @olivier cabanel


          ... permettez ?

          Si tout ce que vous avancez est effectivement ce que j’ai moi-même constaté a cette époque, vous oubliez largement un élément beaucoup plus difficile a prouver par les faits : la fermeture de nos societés... partout en Europe et un peu moins en Angleterre.

          Les « bonnes moeurs » étaient tellement étouffantes que lorsque le couvercle de la marmite saute, toute la sauce déborde... comme aurait pu le dire le célèbre ami congolais.

          a cette époque, aller en Angleterre a Soho par exemple pour pouvoir s’habiller différemment était une des rébellions" de la jeunesse. Ces mêmes vêtements étaient prohibés dans les écoles, lycées, facs mais aussi au boulot alors qu’aujourd’hui on voit nettement pire... jeans déchirés faux pantalons trop courts etc...

          alors Mai68 ne fut pas une révolution vestimentaire mais un ensemble de revendications portées par les plus faibles, les jeunes et les ouvriers. La récupération, je ne vous en parlerai pas, même a ce jour elle continue.

          ... pour la musique, euhhh... sait pas, je ne retrouve rien, et pourtant j’ai beaucoup d’archives.

        • bakerstreet bakerstreet 23 février 17:50

          @ZenZoe
          L’année 67,et surtout 68, point d’orgue d’insurrections et de manifestations qui traversent la planète entière, de Prague, Rome, Amsterdam, San Francisco ou Mexico, ne sont pas que liées à la guerre du Vietnam. Je vais pas me lancer dans un article si rabattu que ce sujet, mais le mai 68 français n’en est qu’une des dernières composantes. Beaucoup d’éléments réunis pour que ça pête, comme en 89..Il est assez facile de dire après que cela ne pouvait pas se passer autrement, mais en fait, dans l’histoire, on peut se demander comment parfois, comme dans la circulation, on a pu échapper à l’accident, alors que le conducteur était ivre, délirant, sa voiture pourrie, et qu’il roulait trop vite....C’est pour ça qu’avec un peu de chance, ( le pistolet de Princip, l’assassin de l’archiduc qui s’enraye) on aurait pu éviter la guerre de 14, et qu’avec moins de pot, on aurait pu avoir droit à une guerre nucléaire dans les années 60, surtout lors de la crise des missiles...C’était moins une.....C’est marrant, mais on refait sans cesse l’histoire, et surtout ce qui agitait les gens..

          68, c’est la rencontre de deux vagues, l’une venue de la guerre qui ne veut pas dégager du pouvoir et des institutions morales, et l’autre issue du baby boom, qui explose et n’en peut plus...Sans compter les facteurs socio économiques. Non, ce n’est pas une révolte d’enfants gâtes, comme beaucoup le pensent de nos jours naïvement ; On se serre la ceinture en 68 : La France s’est enrichie, mais pas les français. Ils bossent, oui, mais comme des cons, et peinent à s’acheter un frigo une mobylette...Il a fallu attendre le début des années 60 pour que le pouvoir d’achat revienne à ce qu’il était dans les années 20 ! Le smic n’existe pas ! C’est encore toute une France rurale qui peine à vivre. Les 30 glorieuses sont une invention a posteriori de la fin du siècle. 

        • bakerstreet bakerstreet 23 février 18:00

          @HELIOS
          J’ai connu moi aussi cette époque, quoique très jeune.Mais je me souviens du passage d’Hendrix à Evreux, en 66. Un coup de pot pour ceux qui eurent la chance d’assister à ce concert unique, le premier d’une longue tournée « live experience » Jimmy passant en première partie de Johnny !....

          Personne ne connaissait ce parfait inconnu aux rifs de guitare furieuses !....Sinon, c’était très sage...Il suffit de regarder pour ceux que ça intéresse, l’émission « age tendre et tête de bois », qui passait sur l’unique chaîne de télé et qui réunissait la jeunesse pour saisir, le gouffre avec l’époque actuelle....L’ennui, la frustration, on connaissait par coeur. Nous allions deux trois fois par an, voir les cousins de Paris, qui habitaient en banlieue, une tour, au septième. Nous les envions ! Quelle chance ils avaient d’habiter dans un tel endroit !.....Les premiers échauffourées de 68 arrivent car le rectorat ne veut rien lâcher au niveau de la ségrégation. Non, je ne parle pas de caractères ethniques, mais simplement des gars et des filles, qui ne partageaient simplement pas les mêmes résidences universitaires...

        • 23 février 18:52

          @HELIOS, pour de l’improbable, il est évident que le net regorge d’événement , cela par exemple :
          https://www.youtube.com/watch?v=LdLdPiCqaQI
          où cela : https://www.youtube.com/watch?v=NmlMnbysxfw


        • bakerstreet bakerstreet 23 février 19:31

          @ZenZoe
          En tout cas l’esprit continua pendant des années. 

          Il suffit de regarder la production ciné de cette époque, ou sa musique, pour se faire une petite idée. La recherche mystique, la remise en question des valeurs matérielles, furent le déroulement logique des années 70, avec ce que sa supposait parfois de naïveté, de récupération et de démagogie ; les loups n’arrêtant pas de se déguiser. 
          Mais néanmoins tous ceux qui vécurent avec un peu d’intensité, de lâche prise et de débranchement, ces années de haute improbabilité, partant dans des voyages délirants, faisant des expériences limites, savent qu’ils ont du pot d’avoir eu vingt ans et quelques en ces années là, qui avaient précisément le même âge. 
          Rebellion, esprit de contestation. C’est sûr qu’un type comme valls à l’époque rasait les murs, the walls !
          Maintenant, de l’époque actuelle, je dirais qu’elle est plutôt troisième age, mais parait qu’il ne faut plus dire ça, que les vieux dont je fais partie en sont fâchés. 

        • HELIOS HELIOS 24 février 04:52

          @ soi même


          je n’avais pas remarqué que SPIP acceptait de ne pas présenter le nom de l’utilisateur...

          - merci pour vos vidéos, surtout la seconde... très connue mais toujours aussi sympa.

        • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 25 février 09:51

          @bakerstreet
          Bonjour,J’attends de pied ferme ton article.Car je suis en accord avec ton commentaire.Ont nous bassine le c.. ,avec 68 ,mais tous cela n’est que de l’intox,rien a voir ,avec la réalité. Du détournement de faits ,d’intentions.


        • Etbendidon 23 février 10:22

          Quel foutoir cet article (comme mai 68)
          ça commence avec les réacteurs nucléaires, puis fukushima pour terminer sur la pseudo révolution des enfants gatés dits soixantehuitards (devenus pour la plupart des rentiers aisés)
          Au passage une petite malhonneteté intellectuelle ; De Gaulle fera défiler plus d’un million de personnes sur les champs élysées et non pas 400.000 !

          Bref IMPROBABLE et pourtant possible
          Ben OUI qui aurait pu imaginer qu’un neuneu incapable de décider quoi que ce soit, au charisme de limace, ne sachant que faire de ses bras (comme un pingouin), tout a fait NORMAL puisse un jour devenir Président de la Ripoublique ?
           smiley


          • Shawford Heaven Sent 23 février 10:31

            @Etbendidon

            Gaffe, à force de taper sur François/Flamby/magic buster/bourrico 7et surtout Bouffon du Roi magistral de cette agora.. tu vas finir par te prendre les pieds dans le tapis et tapiner pour de bon smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 23 février 10:32

            @Etbendidon
            merci de retirer votre phrase m’accablant de malhonneteté intellectuelle.

            si vous aviez ouvert le lien (émanant de sciences po), vous auriez eu la confirmation de ce que j’avais écris.
            extrait
            De Gaulle annonce le 30 mai dissoudre l’Assemblée nationale. Une grande manifestation s’organise le 30 mai 1968 : environ 400 000 personnes défilent à Paris. 83 autres manifestations ont lieu dans les autres départements en trois jours.
            dans l’attente...

          • Etbendidon 23 février 11:19

            @olivier cabanel
            Non je ne retire pas
            Sciences Pipo (la fabrique des ANE non des ENA) n’est pas ma référence
            Tapez dans google : 30 mai 1968 manifestation un million de personnes et vous aurez l’embarras du choix
            comme dit mon vieux singe africain : « comme les rillettes bordeau chesnel, nous n’avons pas les memes valeurs »
             smiley


          • HELIOS HELIOS 23 février 17:31

            @Etbendidon


            1 millions de personnes c’était le total des manifestants en France !

          • olivier cabanel olivier cabanel 23 février 18:06

            @Etbendidon
             je vous laisse donc à votre déshonneur...ne pas reconnaître ses erreurs, surtout lorsqu’elles sont si évidente ne vous grandit pas...déjà qu’il manquait quelques centimètres.

             smiley
            le million que vous évoquez était la somme de toutes les manifs qui s’étaient tenues dans le pays, et non pas pour Paris.
            pauvre garçon.

          • sophie 24 février 19:07

            @HELIOS
            1 million en 68 ? vous plaisantez, la France était à l’arrêt total, tout était bloqué tout.


          • HELIOS HELIOS 25 février 03:24

            @sophie
            ... on parle de ceux qui sont allés manifester, pas de ceux qui faisaient la grève !


          • fred.foyn Le p’tit Charles 23 février 11:05
            Improbable en effet...Aléatoire..douteux..improuvable..incertain..etc
              Un pur hasard en somme...

            • Shawford Heaven Sent 23 février 11:07

              @Quiche Squaw

              Voui voui voui, c’est toujours à la FIN de la Foire que l’on ramasse les bouses et le diablotin sera au rdv, n’ai aucune illusion là dessus smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 23 février 11:11

              @Le p’tit Charles
               smiley


            • Abou Antoun Abou Antoun 23 février 11:23

              Monsieur Cabanel,
              Vous seriez moins surpris si vous plongiez dans un cours de maths consacré au probabilités.
              Prenez l’expérience aléatoire qui consiste à prendre un nombre réel au hasard dans le segment [0,1]. La probabilité pour qu’un tel nombre se trouve dans un sous-intervalle de longueur e est e/1=e. cela tout le monde peut le comprendre.
              Maintenant si e tend vers 0 cette probabilité tend vers 0. Cela implique que la probabilité pour qu’un nombre particulier x dans [0,1] soit choisi est nulle ! Je dis bien nulle et pas infinitésimale.
              Cependant à chaque fois que vous réalisez l’épreuve elle a un résultat : x et ce x avait une probabilité nulle d’être choisi.
              Cela veut dire que vous pouvez affirmer avec une probabilité de 100% qu’un événement élémentaire de probabilité nulle se produira.
              Cela vous aidera peut-être à mieux maîtriser l’aléatoire dans votre vie quotidienne.
              Ma, che sera sera !!!


              • olivier cabanel olivier cabanel 23 février 11:58

                @Abou Antoun
                merci pour ces conseils.

                 smiley

              • Passante Passante 23 février 12:23

                non Abou Antoun, c’est pas seulement ça,

                par exemple : événement improbable hollande président
                devient possible à calculer par le négatif ambiant entre 0 et 1 :
                DSK lui, vu nafissatou, très peu probable, et pourtant...
                Nafissatou a changé l’Histoire de France tu comprends, c’est dur,
                très dur l’improbable.

              • olivier cabanel olivier cabanel 23 février 13:15

                @Passante
                merci de cet humour bienvenu.

                 smiley

              • bakerstreet bakerstreet 23 février 18:32

                @Passante
                Déjà notre naissance est improbable, et tient du miracle : Mon grand père a fait toute la guerre de 14. Cuirassé, il a vu trois fois son cheval mourir sous lui. Puis Verdun, sans cheval tout de même....Pendant ce temps, je présume que le spermatozoïde qui était dans ses bourses, et qui donna la naissance à mon père n’en menait pas large....

                Revenu dans la vie civile, le spermatozoïde en question n’avait plus qu’un but : Sortir de la tranchée, au pas de course, griller tous les millions d’autres, et être le premier à réussir à féconder l’ovule adorée de la grand mère....
                Je ne parle là que de la probabilité liée à la naissance de mon père. Si je ne me retenais pas, je me mettrais à croire en dieu, ou au karma, la grande roue de la résurrection indienne....La pratique de la bicyclette avec ses 24 rayons à chaque roue me semble une alternative religieuse intéressante, avec son mantra de 3,14. 

              • bakerstreet bakerstreet 23 février 18:43

                @Passante
                Autre rencontre hautement improbable : Celle dans la même classe d’école, d’un des plus grands génie des sciences et de la philosophie : Wittgenstein, qui eut pour copain d’école détesté Adolph Hithler, un des plus grand génie du mal ! 

                C’est à croire que dieu, ou diable, ont le sens de l’humour noir !Ludwig Wittgenstein — Wikipédia

              • Henry Canant Henry Canant 23 février 11:30

                Que l’Humanité enfante d’un Cabanel, inventeur de la centrale à patates, était hautement improbable et pourtant ...


                • olivier cabanel olivier cabanel 23 février 13:16

                  @Henry Canant
                  ne soyez pas si pessimiste... après tout, vous êtes là.

                   smiley

                • olivier cabanel olivier cabanel 25 février 13:14

                  @Henry Canant
                  ça

                   smiley
                  les patates s’amusent beaucoup de vos réflexions énergiques.

                • rocla+ rocla+ 23 février 11:30

                  La probabilité selon Jacques Brel  :


                  si c’ est pas sûr  c’ est quand-même peut-être ...

                  Ces gens là ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès