• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Journaliste participatif ?

Journaliste participatif ?

Pas possible ! 

Une appellation usurpée.

1505069_755991147767395_8690994680260104393_n.jpg

Un jeune étudiant a souhaité me rencontrer pour mener à bien un travail universitaire à propos des journalistes participatifs de la toile. Me voilà donc affublé d'un titre qui me surprend tout autant qu'il me met mal à l'aise. Je l'écoute amusé, il prétend que je suis une référence, que mon pseudonyme apparaît en de multiples occasions lors de ses recherches.

J'avoue ne pas donner foi à cette promotion. Je pense faire tout autre chose à travers ces billets quotidiens qui n'ont vraiment aucun rapport avec ce qu'on peut trouver dans un journal. Je crois bien plus qu'il s'agit d'une divagation personnelle, proposée à la curiosité de quelques lecteurs, soucieux de partager mes réflexions, mes expériences et mes fantaisies.

D'ailleurs, pour bien montrer à mon interlocuteur la dimension vagabonde de votre serviteur, je le reçois sur « La Sterne » le bateau à passagers de l'association « Cigale et Grillon ». Nous voguons sur notre Loire, le fil rouge de mes chroniques, le théâtre de mes fables. Nous sommes bien loin de la Gazette Ligérienne et je pense qu'il comprend mieux son erreur.

Quelle drôle d'idée de vouloir me comparer à un journaliste ! Je n'ai pas à servir un maître ni à respecter une ligne éditoriale. Je peux, sans honte, me contredire moi-même et n'ai nul besoin de rendre des comptes à un rédacteur en chef sourcilleux. Je suis libre de mon format et de la longueur de mes textes. Dans un journal, combien de fois aurais-je eu droit à la serpe et parfois au pilon ?

Journaliste moi ? J'ai si souvent de mauvais rapports avec eux, que la comparaison pourrait me mettre mal avec moi-même. Tout pouvoir me donne de l'urticaire , des démangeaisons violentes et irrépressibles. Le cinquième comme tous les autres, et je ne me vois pas accepter le carcan d'une profession qui ne trouve que rarement grâce à mes yeux.

Et puis, je m'émancipe bien trop de l'exactitude, de la véracité supposée pour mériter de cette activité. Je suis Bonimenteur, terme qui à lui seul, m'exonère de toute fidélité, de tout scrupule. A ce titre, si je ne suis guère différent de ces messieurs, surtout dans notre presse régionale, je ne me leurre pas sur mon rôle : je suis un amuseur, un bouffon quand eux ne sont que des pantins pathétiques.

Quant à ce terme de participatif, il me gratte aux entournures. Je ne participe à rien de bien tangible. En marge des mouvements syndicaux, politiques ou pédagogiques, j'avance sans étiquette, m'autorisant des piques de chaque côté de l'échiquier, égratignant les uns comme les autres. Il se peut que ce soit lâcheté de ma part comme on me le reproche parfois ; il se peut tout autant que ce soit une marque d'indépendance qui se refuse à toute aliénation. Je ne roule pour personne ; même pas pour moi-même.

Alors, voilà ce que j'aurais pu dire à Nicolas et à son père qui l'accompagnait . J'ai préféré leur parler de la Loire, leur expliquer sa magie, sa beauté, la fascination que nous avons pour cette rivière sauvage et rebelle. Il y avait sur le bateau d'autres fondus de la belle dame : des photographes qui n'ont de cesse de la regarder avec des yeux énamourés, ceux-là même à qui je dérobe bien souvent des clichés pour illustrer mes billets.

Voilà la seule participation à laquelle je consens, à laquelle nous consentons. Nous qui nous donnons la main pour mettre en lumière notre passion, nous qui n'avons d'autre parti que celui de la belle dame Liger. Nicolas s'en est allé sans avoir pris de notes. Il avait dans la gibecière de sa mémoire des impressions et des sensations de Loire ;voilà bien l'essentiel de mon message. Qu'il sache retranscrire cela pour son travail est le plus cher de mes désirs.

D'autres sur le bateau ont pris sa suite. Une fois encore, le récit a suivi le cours de la rivière. Au groupe suivant, curieux d' histoire, nous avons proposé un voyage de l'Antiquité à la révolution industrielle. Les mots étaient accompagnés d'images vivantes ; force exclamations et intrusions magnifiques entrecoupaient le récit ; un héron qui pose sur le mur du canal, l'envol d'un canard, la hutte du castor, les difficultés de navigation dues à l'étiage particulièrement précoce cette année …

Nos voyageurs écoutaient, s'exclamaient, interrogeaient. En retenant leur souffle, ils prenaient des photographies, s'émouvaient,s 'émerveillaient Pensez-vous vraiment qu'un journaliste, fût-il participatif, leur aurait offert toute cette gamme d'actions et d'émotions ? Quant à Nicolas , sa découverte de Combleux puis du Musée de la Marine de Châteauneuf, aurait-elle été si riche et si complète avec un vrai journaliste ?

Journalistiquement sien

Reflets.jpg

JPEG - 618.6 ko

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • jmdest62 jmdest62 24 avril 2014 10:04

    bonjour C Nabum

    "......Je n’ai pas à servir un maître ni à respecter une ligne éditoriale. Je peux, sans honte, me contredire moi-même et n’ai nul besoin de rendre des comptes à un rédacteur en chef sourcilleux. Je suis libre de mon format et de la longueur de mes textes......"

    Ne donnez vous pas là pas la définition du ’VRAI’ Journaliste ?  smiley

    @+


    • C'est Nabum C’est Nabum 24 avril 2014 14:04

       jmdest62 


      Les vraies définitions sont souvent faites en creux

    • claude-michel claude-michel 24 avril 2014 11:04
      « Je me fie quasi jamais aux premières pensées qui me viennent. »
      Descartes


      • C'est Nabum C’est Nabum 24 avril 2014 14:05

        claude-michel 


        Descartes certes mais pas celle de journaliste ! 

      • claude-michel claude-michel 24 avril 2014 14:38

        Par C’est Nabum.....Hélas Nabum..il n’y a plus de journalistes dignes de ce nom aujourd’hui...et je n’aurais pas l’affront de vous mettre dans cette corporation perdue.. !


      • C'est Nabum C’est Nabum 24 avril 2014 22:55

        claude-michel


        Il en existe mais que cela doit être difficile pour eux

      • Prudence Gayant Prudence Gayant 24 avril 2014 15:25

        Pourquoi donc ne lui avez-vous donc rien dit ?

        Vous semblez avoir oublié le « participatif » du journaliste ce en quoi Nicolas avait raison. Vous êtes un journaliste participatif. Pas journaliste mais participatif.

        • C'est Nabum C’est Nabum 24 avril 2014 22:56

           Prudence Gayant


          Principe actif plus sûrement

        • gaijin gaijin 24 avril 2014 19:29

          dans un monde ou tous les mots ont été vidés de leur substance il vaut bien mieux en effet rejeter toute forme d’appellation .....


          • Xenozoid Xenozoid 24 avril 2014 19:31

            car même si les mots avaient un sens , tout le monde s’en fous de toute facon


          • C'est Nabum C’est Nabum 24 avril 2014 22:57

            gaijin


            C’est pourquoi je revendique ce Rien qui me va si bien

          • Alex Alex 25 avril 2014 02:05

            « Je ne roule même pas pour moi-même. »

            Comme tous les auteurs compulsifs, vous êtes un philanthrope... smiley


            • C'est Nabum C’est Nabum 25 avril 2014 21:40

              Alex


              Je suis un être à pulsions stupides 

            • Prudence Gayant Prudence Gayant 26 avril 2014 00:07

              J’ai rarement vu une personne se dévaloriser autant. 

              Si cela vous forge une carapace pourquoi pas mais, je n’approuve pas, pour la bonne et simple raison que, à faire trop pencher le fléau d’un côté vous allez basculer tête la première dans l’abîme de l’incompréhension.
              Vous prenez facilement la mouche pour certains commentaires alors que vous en rajouter
              une autre vous-même ! 
              Mais c’est vous qui voyez.

            • C'est Nabum C’est Nabum 26 avril 2014 08:05

              Prudence


              C’est ma méthode pour rester tel qu’en moi-m^me 

              J’en ai besoin car je ne dispose pas d’un esclave portant une couronne au dessus de ma tête pour me souffler discrètement
              Souviens-toi que tu n’es qu’un mortel

            • Prudence Gayant Prudence Gayant 26 avril 2014 15:10

              Nabum

              Je n’en ai pas non plus et pourtant je marche la tête haute. Même pas peur de me prendre un revers, puisque de toutes les façons ma tête restera droite quoi qu’il arrive.

            • C'est Nabum C’est Nabum 26 avril 2014 17:14

              Prudence


              J’ai souvent la tête ailleurs
              Il me faut ne jamais la perdre des yeux 

            • Prudence Gayant Prudence Gayant 26 avril 2014 15:13

              Et nous sommes tous mortels, même si certains se trouvent indispensables.

              Je ne suis pas certaine après avoir regardé une excellente émission sur « Histoire » hier sur la vie de Jésus, que celui-ci soit même de très très loin fils de Dieu. Donc pas d’auréole puisque pas de Dieu non plus. Pas celui dont on nous parle depuis deux millénaires. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires