• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > L’allumette Espagnole

L’allumette Espagnole

L’allumette espagnole est une compilation musicale destinée à la compréhension de l’évolution de la musique cubaine. Le livret écrit suivant la méthodologie de l’improvisation artistique, une méthode d’origine Africaine et Chinoise a empêché l’auteur de signer son travail s’apercevant au stade final qu’il n’était plus pour grand-chose dans ce qui était devenu un jeu de stratégie. Une stratégie d’une puissance énorme propre à pouvoir ouvrir une voie dans une chaine de montagne, la puissance de l’explosif. Le titre original, Comprendre la musique Cubaine est devenu :

L’allumette Espagnole

Tout commence à la campagne, cubaine, noire, tropicale, polythéiste après la fin de l’esclavage ; la fin de la semaine ; l’ouvrier noir, jeune, célibataire, la paye en poche, va au bordel. Allègre il quitte la ferme par les sentiers pour se rendre au village :

Me voy pa’l Pueblo- Benny More - Guajira.

Cette composition est en fait une évolution de son comportement social, ici et maintenant, il est marié, sa femme est affairée à la cuisine, il a le temps, les chaines du mariage comme celle de l’esclavage de ses ancêtres, il en peu plus, il travaille dur, il se donne le droit moral de partir au village pour se bourrer, la suite il nous la suggère il dit : ne venez pas avec moi je ne sais pas comment cela finira...En fait il vous invite a venir en espérant pour votre bien que vous ne pourrez pas, ce qui suggère que l’amusement sera fort, les plus belles représentantes de l’autre sexe et le magnum s’unirons dans l’ivresse mais que ce ne sera pas sans conséquences. Des paroles très simples pour un signifiant très développé. Des paroles qui ne sont pas écrites par un gamin mais par un quadragénaire qui est dans la phase de retour des illusions de la vie. Ne cherchez pas la vérité historique si l’auteur avait vingt ans qui vous dit que son oncle, son voisin ne lui aurait pas inspire une histoire tellement banale de sa répétition. C’est une Guajira à interpréter dans son sens linguistique ‘Country’. Ce n’est ni le rythme ni l’harmonie qui se trouvent les mieux placés pour classifier le genre musical mais le sens social qui sous tend la composition.

Benny More chanteur hors classe mourra dans la quarantaine d’avoir trop fait la fête tout comme Edith Piaf ou peut-être tout comme Charlie Parker d’être beaucoup trop exceptionnel dans un environnement beaucoup trop médiocre. Des Supernovae qui brilleront encore pour longtemps.

L’orthographe du titre souligne le langage parle du descendant des esclaves. Les paroles vont changer au cours du temps, il n’ira plus aux putes, il ira draguer, danser, il ira a la plage, il ira ou se trouve la beauté, le mythe, la muse, l’inspiration, le mouvement ascensionnel, la voie, peu importe la vérité, l’état d’esprit de la musique Cubaine populaire est forge, allègre et suave. Allègre dans le mouvement de se rendre au bordel mais pas simplement pour une question de sexe mais pour l’approche sensuelle de l’amour, ce que l’on peu appeler la romance, une médication contre la folie amère des illusions de la vie. Le rythme illustre ce trajet ou le rêve du plaisir, la fin de la souffrance génère tous ces petits bonds, entrechats et fanfaronneries du polisson, les timbres en découlerons : flutes, violons et trompettes. Soumis à la tyrannie du mode de vie blanc, travestir pour cacher est une stratégie du mode de vie noir et plus généralement une stratégie du monde paysans soumis au pillage des brigands et des armées de passage. Faire des chansons sur de l’interdit catholique n’est pas un problème, les paroles a double sens et finalement toute une musique contenant une dimension cachée, une dimension spirituelle indissociable du polythéisme et de l’univers de la campagne, sera l’estampille de la musique cubaine populaire faites par des noirs pour des noirs enfin bien dans leur peau et mal dans la vie mais comme tout le monde. C’est d’abord une musique d’hommes, de troubadours, (Trovadores, musicien itinérant chantant ses créations, en s’accompagnant a la guitare) dont la femme en tant que jeune beauté est a l’origine. Plus tard, les blancs et les noirs vont se croiser, le mythe de la mulâtre, succédera au mythe de la catin (Jeune beauté de la campagne attirée par les lumières de la ville). La beauté magique de la mulâtre, café d’Afrique servi dans une tasse espagnole, va leur faire monter le rythme cardiaque et pour peu qu’elle ait deux perles vertes derrière laquelle brille la lumière de l’innocence, ils deviendront fous, et cela va doper leur créativité. Ecoutez bien comment Benny More est inégalable en pouvoir de séduction par une voie suave exaltée, le chat a sept vies dit-on, Benny lui a sept voix, et il va s’en servir. Il est prêt a tout pour séduire la jeune mulâtre encore innocente et naïve, capable de varier entre extrême douceur mourant presque dans un miaulement d’envie et poussée en puissance de l’âme vers le ciel ; il n’en fera qu’une bouchée de la belle et jeune mulâtre soyez en sur. La source de la séduction, la Guajira, la campagne et ses mares ou se reflète l’innocence de l’enfance.

La Mulata del Cha Cha Cha – Septeto Nacional

Tout comme le barbaro del rythmo, benny ; le septeto Nacional est dans les sept merveilles de la musique cubaine mais pas celui de cet enregistrement, celui de Ignacio Pineiro, bassiste, compositeur et directeur musical dans les années trente. Certains groupes légendaires ont survécu a la mort de leurs créateurs sont devenus des institutions. Cela ne date pas d’hier que la musique cubaine est devenu un produit d’exportation, on en trouve la trace des 1906 avec l’enregistrement de Yanquilandia.

Le septeto nacional est d’abord un sextet qui dans cette gravure se rapproche d’une formation type Salsa, plus de puissance plus en rapport avec la taille et le volume de l’audience du cabaret d’un casino que de la Bodega, de la grange d’une ferme transformée en salle de danse, en théâtre ou en bordel. La musique populaire cubaine contemporaine est à classifier Salsa, la musique ici jouée est classifiée Son Tradicional, en réalité elle n’est ni traditionnelle ni populaire, c’est de la musique pour l’export, le Japon entre autre.

C’est de la musique pour touriste, sur le plan de la créativité elle est à un niveau d’évolution inferieur à la Salsa. Toutes les règles souffrent d’exception et ce morceau présente l’intérêt d’intégrer des phrases de Cha Cha Cha dans le style du Son, le Style suave. Il n’est pas le roi des rythmes, car tout d’abord il est un son, autrement dit une ambiance, il est le plus proche, la reine. Le roi est arrive plus tard, il s’appelle Guaguanco, il est né à Cuba, à Matanzas, il est le fils du 6/8 Africain ternaire, sa mère, la matrice de tous les rythmes. Il est le roi parce qu’il est le plus puissant dans sa capacité a ouvrir l’espace/temps vers l’infini a pouvoir y recevoir toutes les géométries de formes, a pouvoir dessiner le corps de la mulâtre et de le faire danser jusqu’a ce qu’Icare arrose de rhum, nous fasse le coup de la crêpe, saute et flambe, se lâche et crie banco. En cela il est supérieur au Swing du Jazz version simplifiée du 6/8 Africain. Le Guaguanco est une danse de la rue, les dockers noirs de Matanzas à la retraite, dockers d’origine Africaines diverses, Yoruba, Bantou, Arara, mélangent leur répertoire de Rumba, le répertoire festif et crée le Guaguanco. Deux retraités s’assoient un tambour entre les jambes appelé aujourd’hui Conga, (Papa et maman) deux autres joue l’environnement rythmique sur du bois, la cascara et la clave (L’univers et ses dimensions) tous chantent. Le cinquième et dernier des retraités, le soliste met le quinto, la plus aigu des congas, l’enfant, ( Le seul autorisé a interpeller les dieux, le seul a être irrésistible ) entre ses jambes et joue un phrase d’origine spirituelle, un phrase d’interpellation par mélange binaire/ternaire, masculin/féminin, Yang/Yin, un phrase décalé ( l’enfant ne parle pas comme un adulte, il déforme ) à caractère magique ( L’harmonie, Langue des dieux ) mais qui n’appelle plus les esprits mais la mulâtre a venir danser seule a montrer son corps en mouvement mais aussi la puissance de sa personnalité ( nous sommes à la ville ). C’est une danse prénuptiale, un appel d’offre, une danse de séduction pour la recherche de l’autre moitié, le partenaire idéale, celui avec lequel, la consommation de l’énergie de la vie générera la puissance harmonique optimale pour la montée de l’échelle des dimensions universelles, la réalité par la fonction évolution ; l’amour, l’illusion, l’arbre qui cache le foret. Ce qu’elle cache, sa toison d’or, sa source de jouvence, elle invitera celui qui lui plait à tenter sa chance de la conquérir, elle l’invitera à rentrer dans cette danse de corps sépares mais s’appelant l’un l’autre, alors le guaguanco accélère son tempo et le soliste qui suit la danse de la mulâtre exprime l’explosion des sens, l’élévation de l’âme en tendance vers la transe grâce a un espace dilaté par la polyrythmie, la mécanique de la tornade. Le guaguanco est fondamental dans l’évolution du style de la musique cubaine, vous avez ici son reflet bleuté dans le solo de piano.

Suavicito- Celia Cruz con la Sonora Matancera.

Dans les sept merveilles se trouve la Sonora Matancera et surtout un trompettiste, a mon goût le plus beau jeu de trompette de la musique cubaine, le plus subtil. Mais cet exemple qui n’est pas le meilleur pour apprécier la Sonora me permet de revenir au style du son, un style rural venu d’un paysan espagnol qui tombe amoureux de l’Afrique et qui en cuvera à la ville pour devenir le Cognac dans la Salsa. Ce style peut exprimer la fluidité comme nul autre, Celia dit ici qu’il est le plus sublime pour divertir. Un grand cognac c’est bien aussi, dans un verre en forme propre a concentrer les parfums et sans modération, madame n’aime pas le travail bâclé, les images pas claires, le goût du paradis, elle le préfère haute définition.

Son de la Loma – Trio Matamoros.

La quintessence de l’expression suave avec une dimension cachée, l’ironie. Le voici le véritable Son rural dans une formation sans doute plus proche de son origine mais différente de ses premiers succès de la fin des années 20 en sextet et septet déjà urbain. La jeune fille (Craquante) demande a sa mère : Maman je voudrai savoir d’ou vienne ces chanteurs qui me semble si galants et ces chansons fascinantes que je voudrais apprendre...

Aucun doute Miguel (Matamoros) lui donnera un cours particulier, mais elle apprendra une autre chanson. Aujourd’hui il serait condamne pour détournement de mineure et la plaignante issue d’un monde paysan ou après avoir compris qu’il fallait mentir pour se protéger a compris que lorsque l’on est paresseux et incompétent il faut mentir pour faire de l’argent et donc de dire qu’il la violée.

Ne soyez pas naïf les frères Matamoros ne sont plus des gamins innocents, dans d’autres chansons ils ont écrits des paroles que tous les gens de langue espagnole connaissent :

-La femme est comme la poule, lorsque le coq se meure elle se raccroche à n’importe quel poulet.

-La femme est comme le pain, lorsqu’elle refroidit même le diable n’y mettrait pas les dents.

J’en ajouterai une de mon cru :

-La femme est comme la pie, lorsque cela brille elle le veut dans son nid.

Maria Cristina y Volvere – Nico Saquito

Nico Saquito de son vrai nom Fernandez Ortiz est le serge Gainsbourg de la Trova Cubaine, une machine à fabriquer des hits. Peut-être moins fort que le trio Matamoros dans la puissance de l’expression derrière la note mais sans doute plus important dans son apport a la musique cubaine aussi possible que cela fusse. L’ajout de la trompette est dans le sens de l’évolution du style cubain par l’évolution de l’orchestration, la trompette vient apporter l’illustration du chant comme des commentaires, des ragots de bled. Un fait a noter, le changement de timbre par la sourdine qui s’harmonise a merveille avec le caractère ironique du style, or cet enregistrement date de 1993 de nombreuses décades après la création de ce type de formation ou la trompette était jouée sans sourdine, appréciez la dans Volvere. L’album s’appelle Nico Saquito en la Bodeguita del Medio, le petit bar ou Orson Wells prenait son petit rhum. Un petit bar pour un artiste aussi grand, peut-être une petite punition pour avoir oublié de rentrer de tournée en Amérique du Sud sous le régime Castro, Les guarancheros de Oriente, ses musiciens eux, continuerons leur petite fugue. Nul besoin d’écouter avant d’acheter, les quinze morceaux que compte l’album sont tous un régal pour l’âme. Une seule faute, la couverture ; Messieurs de chez Egrem (Société de production Cubaine) ON NE PRESENTE PAS UNE PERLE RARE DANS DU PAPIER KRAFT !!!

Cela symbolise toute la problématique des systèmes communistes : L’incompétence.

African Salsa – Pape Fali

Le titre cache un morceau rendu célèbre par le Buena Vista Social Club a la fin du 20e siècle, El Carretero. Célébrité a mettre au compte de la machine capitaliste américaine beaucoup plus que de la qualité du Buna Vista du niveau d’une sympathique appellation contrôlée plusieurs étages en dessous de ces premiers grand cru classés que je me fais l’honneur de vous servir ici. Si l’incompétence symbolise le système communiste, la duplicité symbolise le système capitaliste. Non je ne vous laisserai pas faire prendre des vessies pour des lanternes. C’est du velours rouge venu du Sénégal que Pape Fali qui ne mange peut-être pas de porc, déroule, tel Ariane de son cœur dans une expression d’innocence rurale, belle dans sa pureté, toute tissée de tendresse, une bulle de pape harmonisée dans un arrangement tout en légèreté comme un courant ascensionnel d’air chaud pour pousser votre âme vers cette vibration originelle, celle de l’amour, alors peut-être que des larmes coulerons sur vos joues, retracerons le sens de la vérité, très loin du Capital Club, du Minautore assoiffe de souffrance animé par la faim du tigre.

Balcon de Santiago – Compay Segundo

Un mal amène un bien. Rye Cooder n’est pas Merlin l’enchanteur, il est guitariste et américain. Lui et sa production sont à l’ origine du Buena Vista Social Club qui nous a fait le coup de la conception artistique dictée par les lois du marketing. Ils ont mis une bande de vieux musiciens cubains au chômage sur la prestigieuse scène de Carnegie Hall, j’ai regretté l’absence des infirmières, sans la blouse bien sur, mais avec de la dentelle Made in France, évidement, un art urbain ne se délocalise pas à la campagne. Ce que l’on veut tous voir, le petit chou est bien plus chou lorsqu’il est flou. Vim Venders fait parti du complot de l’image cryptée et sort un film d’appui stratégique, non produit par Canal Ciel. Rye ne se contente pas de la faute de goût d’un son de guitare entre le cosmique et le caverneux totalement hors style, il nous ajoute des percussionnistes Africains dans un répertoire ou non seulement il est impossible de battre les percussionnistes cubains mais ou on a l’embarras du choix tellement les bons courent les rues. Peut-être une histoire de copinage, de famille, d’ailleurs il met son fils sur scène pour jouer une percussion d’arrière plan. Je suppose une consigne à l’ingénieur du son, ou une intelligence de sa part de tendre à mixer en sourdine tous ces éléments exogènes.

Ce n’est que pour la photo souvenir et surtout le fric mal tune. Il ne manquerait plus qu’il nous mette sa pute à tortiller du cul sur scène pour que la farce tourne à l’aigre et que je me mette à vomir. Ca c’est le mal, le bien c’est que cette partie du public américain habituée a bouffer de la merde et de se modifier génétiquement en montgolfières ( Cerveaux beurres, loin du point de l’overclock , de la montée en température qui elle nécessite du sucre quand ce n’est pas du goudron ( le turbo) ) en redemandent et les boucaniers du Buena vista appuyés d’autres musiciens cubains vont nous fumer des créations intéressantes comme ce ravissant Balcon de Santiago et cette très belle voie de Vionaika Martinez soutenue par une orchestration originale où la trompette est remplacée par la clarinette, un choix de retour aux sources. Dans l’univers de la musique cubaine Santiago de Cuba présente la particularité d’avoir accueilli les Français fuyant Haïti et sa révolution en 1790. Un mal pour un bien, l’évolution de la musique cubaine urbaine est indissociable de la contredanse apportée par les Français a laquelle tous les compositeurs cubains vont s’essayer puis développer en intégrant une nouvelle formule rythmique apportée elle par leurs esclaves, le cinquillo, cela donnera le Danzon qui a force de frotter le parquet donnera le Cha Cha Cha pour sa retraite. Frotter des pieds fait du bruit et peu donner des idées, n’est ce pas ? Monsieur Enrique Jorrin (accrédité de la découverte du Chat). L’utilisation de la Clarinette vient de la contredanse européenne internationalement populaire a la fin du 18e. Un accord de guitare répète trois fois établit un environnement léger, le climat, l’ambiance de Santiago, la cloche de la cathédrale puis la mélodie a la clarinette y suggère la douceur d’y vivre, la voix et les paroles le confirment, Santiago, elle adore et par contagion nous aussi, mais si une envie subite de vous envoler pour Santiago vous prenait, ne passez par le balcon, vérifiez la montgolfière, ne faites pas votre Barjavel, que le tigre ait faim n’est pas notre problème.

Clasiqueando con Ruben – Afro-Cuban All-Stars

Lachez le lest et accrochez vos ceintures si le mal conduit au bien il conduit aussi a l’excellence. Ruben Gonzalez pianiste au sein du Buena Vista Social Club est a l’honneur au sein d’une formation appelée All-Stars, tous des pointures comme on dit dans le milieux autrement dit des virtuoses virevoltants. Voici une des infinies possibilités de la fluidité du Son cubain, la reine des rythmes, mais vous n’en voyez ici que sa silhouette, si vous êtes sages je vous montrerai ses jupons, ou se cache le plus joli des nids, celui de l’hirondelle rose des forets grisantes. En attendant vous avez un aperçu de la nouvelle star de la conga cubaine Miguel Anga, oisillon élève par le fameux rumbero Tata Guines, allez pousse mon petit, le dernier solo, un peu court dommage, on aurait pu telle la créole Joséphine prendre son pied. (Si Hollywood se permet de bidouiller l’histoire, pourquoi pas moi ? Joséphine reste en rapport avec la canne à sucre, non ? Et N avec le sucre de betterave, bon l’important c’est la rose.) A l’origine la Conga n’est qu’un tambour comme un autre dont sa création vient de la récupération d’un tonneau de vin ou d’alcool sur lequel un esclave a cloue une peau de vache, que le tonneau, la peau et les clous ait été récuperé, volé, fabriqué, forgé, fondu on s’en fou de la vérité, la vache sera une vache a lait. Les Cubains le battront en ferons du beurre en développant une technique de jeu qui ne cesse d’évoluer et donne a ce tambour un pouvoir de fascination magique qui ont fait baver de jalousie les plus grand batteurs. Un solo de batterie a cote d’un solo de conga a la cubaine c’est peanuts en magie produite, don’t mean a thing. Avec du BCM.

It don’t mean a thing – Giovanni Hidalgo ( Duke Ellington )

Duke Ellington a dit : if it doesn’t swing it doesn’t mean a thing.

Je traduirais pas de magie sans rythme, pas de sens sans magie. Giovanni Hidalgo n’est pas Cubain mais Portoricain, peu importe il utilise la technique cubaine a laquelle il ajoute la technique du tambour militaire, mais il n’est pas aide du rebond et de l’aide de la baguette dans sa relation avec la gravite, la force de rebond, le niveau de tension, les caractéristiques d’élasticité des matières utilisées, le degré d’humidité de l’air, du vent  ! C’est tout dans les poignets après des années d’un travail a la limite de la capacité humaine, propre a génère la légende du demi-dieu, des taches impossibles, des écuries d’Augias, il est surnomme l’extra-terrestre, avant il s’appelait Hercule. Joséphine était veuve, Beethoven sourd, lui il s’appelle Hidalgo, Gio est le leader du mouvement de l’évolution de la conga moderne et condamne tous les congueros au travail a perpétuité, a avoir le foie becqueté par le corbeau, a mourir et renaitre, d’arrêter de faire les Dom Quichotte, de vouloir terrasser des moulins a vent, d’accéder a l’humilité puis au nirvana. Ecoutez son solo, c’est un feu d’artifice mais ce qui vous manque c’est de voir sa tète, il jubile, il est au paradis, en extase. Si les joueurs de Conga étaient classes comme au tennis les cent premiers seraient cubains avec quelques troublions venus de Portorico et de Colombie principalement et normalement tous noirs. Le fait qu’ils soient essentiellement Cubains relève de l’origine de la technique, le fait qu’ils soient noirs relève d’être des pratiquants d’une religion ou le concept de construction rythmique favorise les phénomènes de transe par déstabilisation des repères de temps dans le cerveau. Dans ce classement Giovanni ne peut pas être le premier il est blanc et catholique il ne maitrise pas le langage des dieux Afro-Cubains, il n’est pas ‘fluent ‘ mais il est un ...quoi ?...vous suivez ou je me fâche ! ( un élève s’est jeté avait lancé ACHILLE !!! ) mais un enfant voyons, oublie le pied, oublie le talon, mais c’est toujours affaire de coulisse et de mesure avec ou sans S, la grammaire est une chaine que les enfants sont autorisés a transgresser dans l’intelligence de la tolérance, accroche bien ça dans ta p’tit têt, tient je te prête un trombone, deux même, tu pourra les déformer m’en faire un 69, encore ! tient fais toi un collier de perles a te mettre autour de la tète et dans toutes les positions alors tu comprendras la multi dimensionnalité de l’univers. Le Français est une usine a gaz, mais il permet la multiplication des effets de hasards, des effets de sens cachés, il est la première des langues, apprend la correctement, elle en vaut la peine. Napoléon en était maitre, pas son sommelier.

Mambo No.5 – Perez Prado

Mambo signifie conversation avec les dieux dans son origine centre-Africaine. Le Mambo n’a cependant pas une origine spirituelle mais des plus matérielle. Perez Prado est considéré comme le premier musicien a marketiser sa musique, il élabore ses mambos en visant le marche de l’Amérique du sud et s’installe au Mexique. Qui sur cette planète n’a jamais entendu ce morceau qui va déclencher la mambo mania a New-York dans le milieu des années cinquante et ce bien au delà des expectations de notre petit malin, même les extra terrestres en parlent, tous le monde en parle mais tous le monde ne possède pas le Mambo, les professeurs de danse américains réclamerons des modifications because short time and Market is more money.

El Bodeguero – Orquesta Aragon

Tout comme le Mambo dégénère, le Cha Cha Cha est une musique urbaine destinée à une population blanche qui ne comprend pas la danse dans le même sens que la population noire. Ils aiment tourner en rond, ils aiment la valse, les motifs en fleur de lys, l’art qui gonfle comme les grenouilles de la Fontaine, jusqu’a aimer les ponts emballés. l’artiste américain cristo, avant, il emballait les grenouilles comme des Chupa, des grenouilles au pont le rapport est évident puisqu’elles montent a l’échelle puis quand elles entendent serge chanter les sucettes a l’anis, sautent ; très fort cristo, ça c’est de l’art contemporain conceptue elle, de l’Artis Dinausorus, le retour au Jurassique ; un grand parc où on mettra aussi les décongelés, ceux que les maître nageurs de la science sortiront de la piscine d’Azote, le retour aux phénomènes des foires du 19e, avec le pénis du messie qui tel un lama crachera à la tête des grand propriétaires de la connerie. Il se marre Gainsbar, ne le cherchez pas cela fait longtemps qu’il a quitté la chaise et passé le pont, même sans la pièce entre les dents. Bon arrêtons de faire fumer la Gitane. Fondamentalement la différence vient de la différence entre monothéisme et polythéisme à titre de simplification de première approche. Comme toujours l’approche de la vérité est plus complexe. Il s’agit en fait de la différence entre spiritualité codifiée et organisée par une communauté et spiritualité non codifiée, non organisée. L’exemple parfait est le Tao Chinois mais attention tout ce qui est écrit et portant le titre Tao n’est pas le Tao. Rappelez-vous Tintin et le Lotus Bleu, le fou le sabre a la main prêt a lui couper la tète qui lui pose la question : Connaissez-vous la voie ? Seuls les enfants sont autorisés au Mambo, ne dit-on pas que les artistes sont les enfants de dieu ? Du moins ils y ressemblent ; du moins ils ressemblent à des enfants.

La voie est un chemin de méditation que l’on suit parce que la vie vous y a conduit, on n’entre pas dans la voie parce qu’on le choisit, comme un moine rentre dans les ordres.

Siddhârta Gautama est devenu le Bouddha parce que la voie la aspiré avec ou sans H, mais vous ne pouvez pas devenir un bouddha en choisissant de devenir moine bouddhiste. Bouddha veut dire maitre spirituel ayant atteint le stade de la vision. On ne donne pas une canne a un aveugle tant que sa maladresse, son incapacité est utile a faire bouger les pièces d’un échiquier secret, la vision est donnée quand la conjoncture le nécessite. Ceci pour lancer une petite pique à la communauté bouddhiste qui prétend à l’intellectualisme et nous pond des discours notamment sur le bonheur alors qu’ils sont encore loin du niveau de la maitrise, des aveugles mais avec une canne, c’est déjà mieux, oh pardon ! J’ai touché quelque chose, je ne vous aie pas blessé j’espère.

Excusez moi monsieur Matthieu Ricard bonheur et souffrances n’ont rien à voir avec le cœur nucléaire qui sous tend l’idée de Siddhârta, sa vision et crée le bouddhisme. Décidément le patron est toujours injuste avec ses plus dévoues collaborateurs et radin en plus, heureusement qu’il y a la patronne.

Fait des plus fascinant pour ceux qui voudrait remonter a l’origine des religions est que le Tao Chinois et le Polythéisme Africain sont proches a se confondre alors que si on observe la physiologie des deux races, beaucoup d’eau ont coulé sous les ponts avant que le noir déteigne en jaune, que la patronne les reconnaisse en face des gammes de tons et demi-tons. Deux particules aux deux extrémités de l’univers peuvent prendre le même état, au même moment. Les principes de base qui sous tendent le Tao sont exactement les mêmes que ceux qui sous tendent non seulement la construction des rythmes mais la construction des gammes, rien d’étonnant le Tao est une Métaphysique de l’Harmonie au sens universel. Revenons a nos moutons, les blancs dansent a partir d’une codification, les noirs suivent le rythme aspires par les turbulences de la voie, le corps se met à bouger dans la condition de l’environnement harmonique peu devenir saumon. En clair le blanc contrôle son corps, le noir contrôle son cerveau, laisse son corps suivre le mouvement du rythme, ils sautent les moutons et les ponts, remontent le courant vers la source. Ceci peu paraitre une ponte hors sujet mais sinon vous ne pourrez pas comprendre l’improvisation musicale, vous pouvez en rester à tondre les moutons ou vivre sous un pont. En attendant, dans la chaleur et le moelleux de la laine, craquez l’allumette pour la flambée, savourez ce délicieux Orquesta Aragon sous la forme non pas d’un saumon suédois mais d’une Charanga à savoir essentiellement le rapport harmonique des timbres Flute Violon la légèreté allègre de la flute en opposition avec le glissé suave romantique du violon. Ce n’est pas compliqué l’harmonie cubaine, lorsque vous passez par la chine. Tous les ponts mènent à Precon, au pregon. Avec le saumon servez une bonne Vodka glacée.

El Manisero – Alfredo de la Fe

Alfredo de la Fe n’est ni cubain ni chinois mais Colombien et nous joue du violon. Le vendeur de cacahuètes est classifié Pregon. Cette appellation réfère au colporteur et sa harangue. Vous le connaissez encore l’été sur les plages de la cote d’azur il passe et chante chaud les beignets chaud, alors vous répondez tous en cœur nous les voulons, oui nous les voulons tous les petits ronds et vous avez un fait un Pregon. Cette version est instrumentale mais elle me permet de vous faire découvrir un violoniste que les fées elles n’ont pas oubliées, les airs de violon des patrons laissez tomber, le balai magique on y croit plus, pardon Karcher. Avec les cacahuètes préférez une abbaye correctement charpentée propre a résister au souffle de la bête, pour les beignets, après Leffe ou Gévaudan, tournez a gauche, prenez le TGV pour le soleil, les meilleurs viennent de Gérone, faites quand même attention aux risques de carries.

Ne me Quitte pas – Yuri Buenaventura

Le nain de jardin peut disparaitre, aller se faire photographier au quatre coins du Monde avec ou sans Amélie Poulain, nous quitter on s’en fou, lui ou un autre cela ne peu rien changer, le pape Borgia et surtout Lucrèce ont déjà démontré que le véritable pouvoir est spirituel et l’esprit c’est tout ce qui leur manque, quand a la secte des pseudo-intellectuels que l’on trouve derrière, formatés a l’identique que l’on dirait des clones et des clown ; je pense donc je suis ne semble pas avoir fait un séjour longue durée au sein de leur choux de Bruxelles emballé dans le papier de leurs diplômes. Des Talleyrand dont un N, un grand celui la, dira un tas de merde dans un bas de soie. Ce n’est pas une histoire belge, ne me quitte pas c’est du sérieux, il est Colombien et comme cela devait inévitablement arriver nous débouchons sur la forme moderne de la musique cubaine, la Salsa, la sauce, sortez à Champagne pour l’apéro géant et faites Pop ! La sauce est en fait un chaudron dans lequel on combine toutes les harmonies. Celle des timbres de la Charanga flute et violon, celle des timbres issus de la contredanse trompette et trombone ( Soleil/Ombre ) celle de tous les rythmes des Caraïbes et en réalité tout ce que vous voulez, il est tellement grand le chaudron forgé à Cuba que toute la production musicale de l’humanité finira par passer dedans le jour ou les blancs et les jaunes auront compris la danse, oublié la valse de la grande balayeuse, la bêtise qui rend le sol si brillant que l’on peu se regarder dedans. Cette danse portée par la rythmique du son ou plutôt des doubles croches soumises à la dimension de la clave (principe conceptuel de l’ouverture de l’espace/temps pour le développement de l’infini) a caractère d’éternité, cela fait trois siècle, cinq millénaires, sept millions, trois milliards d‘années que cela a commencé, le mouvement n’est pas prêt de s’arrêter. Le champ magnétique lui va s’inverser. La salsa ne nous quittera pas, le tao non plus, le temps est une illusion, la fumée d’une combustion d’un univers en 29 dimensions, ne me demander pas de le démontrer mathématiquement, je ne suis pas fou, je ne creuse pas de tunnel avec un piolet. Enseignez-moi le modèle des mathématiques harmoniques à condition que mon cerveau puisse le faire sans péter une corde et me plonger 29 ans dans la folie avant qu’il ne puisse réparer le court-circuit. A moins que le grand patron arrive avec son fer à souder, mais déranger le grand patron pour réparer les fous, cela le met en colère, je vous le dit en secret c’est un paresseux, mais c’est pour rire, il préfère jouer, si la patronne vous aime vous êtes peinard.

El Cantante – Hector Lavoe

Le Portoricain Hector Lavoe lui a fondu et nous a quitté et c’est bien dommage, le roi est mort vive le roi. C’est avec cette composition de Ruben Blades à ce moment là à New-York et de la création du label Fania qu’il convient de parler de Salsa et plus exactement de chaudron, de forge de fabrication de la composition musicale moderne. C’est là dans cet exemple que se trouve le point de maturation d’un mouvement d’évolution d’essence spirituelle dictée par une loi universelle et non pas par celle du marché. Hector est déjà hissé au niveau de la légende, les liasses de dollars gonflent les poches des producteurs à leur faire plier les talons, quelque soit le résultat cela rapportera plus que ce que cela coutera. Ils sont ivres du bonheur des illusions, la porte est ouverte, l’ovni s’introduit, les extra terrestre prennent contrôle du robot en chimie du carbone et tire les ficelles. La créativité libérées des contraintes matérielles se déchaine par les véhicules des Fania All-Stars, comme si une fée armée de son rayon cosmique les touchait tous ; le résultat est divin, c’est divin comme un premier grand cru classé présenté dans du velours rouge signé Chanel. Du Bacchus et Coco, fameux joueurs, fameuse équipe d’un jeu céleste qui compte le patron et la patronne mais ils ne sont pas tout seuls, sinon ils s’y feraient chier dans le grand casino qu’ils soient d’une taille cubaine ou universelle, appelez le, paradis si tel est votre conditionnement, les tournéfonds eux cherchent le boson de higgs avec leur pendule, suisse, donc beaucoup plus cher. Plutôt que de lire un bouquin vous pouvez toujours vous retenir de pisser pour comprendre la fonction harmonique souffrance/bonheur, sous fonction de l’évolution, elle même sous fonction de ...la grande horloge...permettez moi de garder le couteau, l’arme atomique pour moi, pour la France, pour le futur de l’Humanité, pour éviter le prochain cycle de destruction, qui touchera tout le monde même les Suisses, même les petits et en priorité les grands et gras.

13 la forme salsa sociale est apparue dans la deuxième partie du vendeur de cacahuètes, c’est fini la boucle est bouclée la magie ou plutôt : le point de crête de la puissance développée par la fonction harmonique génère l’énergie permettant le déblocage de la porte de communication avec la dimension supérieure. Si tel est votre karma. Autrement dit si le patron et la patronne arrête de faire mumuse avec l’enfant. Parce que lorsque l’enfant a comprit qui ? Met les jouets sous le Sapin, c’est beaucoup moins amusant !!! Si le fait qu’il y est et d’avoir des sens ait un rapport avec le fait qu’il y aurait un sens, ou c’est moi qui débloque. Enfermez-moi à Cuba.

Et comme nous avons tous beaucoup aimé l’inspecteur Colombo, il ne part pas, c’est a cause de sa femme :

Une espèce survie parce qu’une autre dimension est en charge du boulot, le patron lui oublie volontiers la gamelle du chat ; ca l’amuse pas, tout comme moi, tout comme Siddhârta, on a aucune envie d’être condamné a gérer les cafards, nous ce que l’on veut c’est s’assoir à la table des grands joueurs, Dieu ne joue pas aux dés mais au Poker, la patronne elle comme toute les femmes joue à l’amour, Albert elle l’adore, disons plutôt elle l’a adoré, elle est un peu volage la patronne, voyez, avez-vous vu ? Ou pas encore, Angkor.

1 Grupo Niche – Un Alto en El Camino – Salsa

Jeune fille tu peux danser tranquille, il a abandonné le cruchon, il n’a plus le cul terreux, il ne s’évapore plus dans tous les sens, il est conditionné il rentrera dans la lampe magique de l’amour, se fera Aladin. Pourquoi ? Parce que Lucrèce Borgia est la plus forte, c’est elle la patronne, Dieu est une Femme, elle aime a se travestir et moi d’être son chat, de lui grimper sur le ventre quant le patron n’est pas là. DSK pourquoi pas ? Moi la présidence de la France, j’en veux pas c’est trop compliqué pour mon petit cerveau de chat, c’est celle de Cuba que je vise, la canne a sucre c’est a ma portée, les miracles je suis pas sur de pouvoir les faire, par contre négocier avec le diable j’ai l’expérience. Pour peu que la patronne n’ait pas la tète ailleurs, tournée Bayon vers un nouvel amant et n’oublie pas de pousser son époux au boulot, alors je serais président de la république Cubaine, mais pour cela j’ai besoin de DSK, ce qui veut dire que vous aussi. Vous n’êtes pas obligés d’obéir, mais, si vous avez compris ce qui pourrait vous attendre après, la salsa du démon, vous avez compris que cet ordre là vient de très haut. Qu’est qu’il a fait Charles X en rentrant en Italie ? Lucrèce a sauvé sa famille, Charles a eu Naples, le Cardinal della revers, s’est fait mettre profonds et moi j’aurai Cuba servi sur un plateau platine. Qui vivra verra. La France volera l’idée aux ricains, avec ou sans Ricard, elle sauvera le monde, la fête Nationale sera décalée au 4 Aout, pour célébrer, enfin ! L’abolition des privilèges et des droits féodaux, sauf si les Français ne le méritent pas, ne prouvent pas à la gérance qu’ils peuvent retourner leur karma qu’ils sont incapables de s’unir pour nous faire une France version Champagne, qu’ils n’ont pas astiqué leurs églises, et à genoux fait sonner toutes les cloches en priant que le vent porte le son au-delà du channel. Messieurs les Anglais cette fois-ci nous tirerons les premiers ! Vous ne l’aviez pas prévu hein ? Le retour du petit Caporal qui vous faisait tant peur ?

Allons enfants de la patrie, le jour de gloire est, arrivé, contre nous de la tyrannie, l’étendard flambant est levé…

Signé le chat de la patronne, elle l’appelle MESSI, il est très fort a la balle, joli, non ?

Chat, balle, Cabale, un petit air de flute que tous les rats suivront, la billetterie des places au paradis, j’en suis l’imprimeur et comptable, comptez bien 60 millions de Français sur 7 milliards d’humains, putain ! C’est une rente ! Travailler plus pour gagner plus, mais il a rien compris, le lion est le roi des animaux, il est fou. Il y a le Bla Bla Bla pour la façade, ensuite la réalité, les sous par la science de la Cabale.

Vous allez élire Dominique Strauss Khan président de la république Française, avec un score à marquer les esprits, je veux plus de 99.9 % de participation et plus de 99 % de vote pour DSK, alors vous aurez les sous, parce que ça c’est de la Stratégie digne d’un N, B, J, M, et T. Alors vous verrez ce que c’est un lever de soleil d’Austerlitz, la démocratie tout comme la vérité scientifique est soumise à la vérité fonctionnelle, transformer l’imperfection en perfection. Echec et Mat. T’a pigé ? Soldats, Rompez !

Eric.

 

Mais 16 n’est pas premier, il appartient a une dimension inférieure à celle du peigne. Recoiffez-vous, comprenez d’abord les petits nombres, ceux que vous cherchez réfère a une mathématique au sein d’une fonction qui permet le contrôle du mouvement des galaxies, l’énergie noire.

Fiesta de la Rumba – Afro-Cuban All-Stars – L’énergie blanche

13 débloque la porte du temps, 17 et 19 les jumeaux génèrent le miracle espace matière c’est le Big Bang, a 29 la limite du développement possible de la tendance vers l’infini est atteinte, l’énergie noire se contracte et l’univers avec c’est le big crunch. Mais tout ceci n’est qu’un battement de paupière, un clin d’œil, les trois cents chevaux sous le capot, j’ai vérifié, ils y sont tous, c’est Chinois mais Made in Germany sous licence Française. A vous de choisir de rejoindre le cœur, prendre le contrôle ou d’en rester l’énergie. Le dernier Bouddha vous propose la nouvelle voie du milieu dictée par les lois universelle de l’évolution, de la transformation de la souffrance en bonheur, la voie suivie par l’ état d’esprit de l’éducation des classes moyennes Françaises, de la lutte de la connaissance contre l’ignorance mais enrichi de la vision Africaine et Asiatique de l’évolution : la fin du monopole, des monopoles, la justice sur terre mais par étapes, La France, Cuba et la Thaïlande seront privilégies, le patron l’a décide ainsi, il est le seul a avoir la gérance, je suis son comptable, seul autorisé a signer la balance Karmique, Saint-Pierre est parti a la retraite, le seul a avoir eu la vision de son fonctionnement en relation avec la physique des particules de toutes les sciences et du décryptage de toutes les croyances.

L’empreinte karmique, le billet de la place au paradis est modifiable. Tout comme un moine bouddhiste je ne peu pas recevoir d ‘argent, par contre comme tous les enfants j’aime beaucoup les cadeaux. Le cartel de la drogue est condamné a m’acheter 29 hectares de terre à Cuba mais dans la souffrance de deviner où je les veux, pour laisser libre cours aux autorités cubaines et autres joueurs de spéculer sur l’achat d’une terre qui va devenir une république dont j’assumerai la première presidence, le retour du Ché en Porsche, tu l’avais pas prévu celle la, non ? le coup de l’âne c’est dépassé. Décapotable la Porsche svp, c’est mieux pour que la fumée d’un Monte-Cristo ne monte pas à la tête, rate le virage et le pont pourtant bien emballé. Euh... toutes options même le GPS version Galileo, il aurait aimé Christophe, même si un chien ne peu pas s’égarer, reconnait toujours la voie de son maitre et remue sa queue. Euh...la Renault espace avec le toit transparent pour rêver en regardant les étoiles en écoutant Django Reinhard, la gitane verte dans la main, l’autre couchée le long, Tai-toi et regarde ! Sweet and Lowdown, Man !!! Woody Allen, Works !!! What ever.

Euh grande la maison parce que sinon vue la taille des garages, ce ne sera pas en Harmonie, donc beaucoup de chambres d’amis, ma couleur préférée c’est bleu outre-mer, mais pour la peinture des chambres prévoyez plus de rose que de bleu, une petite note jazz.

Euh...le Cowon J3 avec un AKG K450, c’est super mais je l’ai déjà, désolé pour les petits budgets, j’ai beaucoup plus de choix dans le cher.

Le moins cher. C’est un Vtt ,cadre Lapierre, c’est français, c’est beau, c’est solide, pour les deux moteurs de 750 watts, les deux chevaux Perm, ce sera allemand, ça tourne rond chez les Allemands, les suspensions américaines, le confort, ils connaissent et il faut bien que je lâche des cacahuètes, les freins type patin hydrauliques, les disques ça prends de la place, je sais plus ou les mettre, le produit s’appellera Anis, puisqu’il sera assemblé en Provence chez ?, prévoyez l’augmentation de capital, l’introduction, j’ai besoin de la bourse, vous pouvez vendre l’or, il est tout en haut, les anis préfèrent le Lithium, Total on conserve, LMVH, Areva, Airbus, Accord aussi, en general tout ce qui est Francais et rentre dans mes plans, faudra deviner, Macrolourd on jette, la pomme on se méfie. Anis le mulet du prophète pour qu’il puisse se promener sur sa propriété sans l’abimer, de son Anis il se hisse et en glisse, 40 c’est pas assez, on passera a 60.

Euh...la liste au Père-Noel elle tourne depuis longtemps dans ma tète puisque je n’ai jamais céssé d’y croire, elle est devenue longue, forcément.

Le package original de l’allumette espagnole fait de mes mains et portant donc une empreinte karmique de niveau 13 sera gratuitement a disposition au bistrot de Paris, chez Richard, rue Pasteur, Phnom Penh, Cambodge, vous pouvez lui demander de vous inscrire en liste d’attente, il y a 29 exemplaires d’un produit dont le concept révolutionnera l’industrie du disque, faites bien attention qu’il n’oublie pas vos additions, que je puisse avoir une clé de répartition, c’est un enfant Richard, un lucky, entre un havanne et du goudron, il n’y voit que des plumes. Promotion à valoir du 20 Aout au 20 Novembre 2011, c’est tout petit chez richard faites vite, après il faudra vous adresser à l’un des dix premiers (Ils sont 29). Spéculateurs a vous de jouer à mon jeu du Karma.

Celui qui ne veut pas faire trouve des raisons, celui qui veut faire trouve des moyens.

EB.

Ecrit fin Juillet 2011.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Kalki Kalki 31 août 2011 11:38

    Celui qui croit savoir quoi faire, quoi savoir vivre, se trompe.

    Quelque chose à ajouter ?

    Vous omettez de dire, oh l’omelette, il n’y a plus de travail, mais une surabondance de travail fait par de l’artifice

    ALORS TUONS TOUT LE MONDE : c’est la solution inévitable vers laquel le monde et l’idéologie tend

    et tend depuis longtemps

    des solutions vous n’en voulez pas, ca coute très chère politiciens de gauche ou de droite, trop chère : la vie tout court, la vie décente pour le peuple ca coute trop chère ! il faut les tuer !

    JE VOUS ASSURE C’EST la soLUTION

    IL ne suffit jamais de parler pour savoir QUE FAIRE PETIT INTELLECTUEL

    l’intellectualisation c’est le paradi de la connerie


    • Kalki Kalki 31 août 2011 11:40

       Vous savez que vous ne pensez pas ?

      Que vous ne savez pas un test de conscience ...

      zombie : « j’applique des schémas , dans ma vie et la politique » : « je ne vis pas »

      TUONS tout le monde


    • Eric Bailly Eric Bailly 31 août 2011 14:47

      Labor Omnia Vincit.

      Le chat de la patronne.



      .


    • Eric Bailly Eric Bailly 31 août 2011 14:55

      Vous n’avez pas la preuve que la mort est le néant, tuer est une prise de risque inconsidérée.

      Vanessa n’est pas conne pourtant...

      Serge et Joe. 


    • Taverne Taverne 31 août 2011 11:49

      J’aurais bien aimé pouvoir écouter des extraits musicaux. Là je reste sur ma faim malgré la présentation théorique très détaillée. Rien ne remplace l’écoute...


      • Eric Bailly Eric Bailly 31 août 2011 14:50

        Je ne suis pas détenteur des droits d’auteur de cette compilation mais citoyen Français dans le devoir de respecter la loi.

        Poussière d"étoile.


      • Taverne Taverne 31 août 2011 15:45

        Alors voici un lien vers You Tube  : Benny Moré « Me voy pa’lpueblo »


      • Eric Bailly Eric Bailly 31 août 2011 17:17

        J’ai réparé le lien avec le site de l"allumette Espagnole. Dans l’état d’esprit de récompenser les bonnes volontés, je vous enverrais par la poste et à mes frais une mémoire flash contenant toute la compilation en format flac et avec les images bien sur. Mon adresse mail se trouve à la fin du texte.
        Eric.


      • EmmaGilles 19 février 2012 18:00

        Bonjour Eric,

        Le lien est désormais rétabli...


      • Eric Bailly Eric Bailly 31 août 2011 16:50

        Voilà une idée qu’elle est bonne et de bonne volonté. lorsqu’un rat est bloqué par un grillage qu’il ne peut ronger, il creuse un tunnel dans la terre, s’il ne peut pas creuser, il passera par le ciel, le rat n’abandonne jamais.
        Merci.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires