• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > L’architecture autrement

L’architecture autrement

Par ces temps de pénurie et de cherté des logements, l’imagination monte au créneau et nous propose des solutions novatrices et facilement réalisables, à condition que les règles de l’urbanisme et de la construction le permettent.

De tout temps, des architectes ont aimé à jouer la carte de l’originalité, comme par exemple cet immeuble de bureaux en forme de panier que l’on peut découvrir à Newark dans l’Ohio, ou ce Bunker de luxe en forme d’œuf, cette maison en forme de soucoupe, la maison sculpture crée par le peintre et architecte Robert Bruno, cette maison tortue, cette maison totalement transparente, cette maison flottante, ou encore cette maison en forme de chien, mais il y a mieux.

Dans les hauteurs de Cannes, Pierre Cardin a conçu le « Palais Bulles » une résidence tout en douceur et arrondis, afin d’accueillir des évènements (lien) prenant le parti de la courbe, puisque dans la nature, elle est beaucoup plus fréquente que la ligne droite, et l’angle dur.

C’est le moment de découvrir les maisons organiques de l’architecte suisse Peter Vetsch : ressemblant à des cavernes, elles s’intègrent dans le décor naturel, telles des maisons troglodytes.

L’architecte, qui les a créées à la fin des années 70 s’était donné 3 règles de base : respecter le site naturel, être économe en énergie, ainsi qu’avec les matières premières nécessaires à la construction. lien

C’est peut-être dans cet esprit que Simon et Jasmine Dale, un couple de jeunes Gallois et leurs 2 enfants, viennent de construire pour 3500 euros une maison étonnante, et pas chère, tout en courbes et douceur, sans produits nocifs, ou cancérigènes, afin d’y vivre en harmonie avec la nature sur un terrain de 7 hectares qu’ils ont acquis.

Il leur a suffit d’environ 1500 heures de travail pour mener à terme la construction.

Toutes les étapes de leur construction sont sur cette courte vidéo.

Les paramètres qu’ils s’étaient imposés sont de plusieurs ordres : intégrer la maison au paysage, en la creusant dans une colline afin de diminuer l’impact visuel, mais aussi utiliser des matériaux bon marché, et efficaces.

Il s’agit aussi d’un projet auto-suffisant, puisque qu’ils ont des animaux, un jardin, un étang, mais aussi de vivre en relation directe avec la terre dans un souci de limiter au maximum l’impact de leur vie sur la nature environnante.

Ils ont donc utilisé des pierres pour assurer une bonne fondation à l’habitation, et des balles de paille pour le plancher, les murs et le toit, afin d’assurer une bonne isolation de la petite maison, et d’en faciliter la construction.

Sur le toit, une feuille de plastique, recouverte de boue, puis de gazon ont permis la réalisation d’un toit solide, et étanche.

Les murs ont été enduits de chaux, laquelle a le mérite de permettre aux murs de respirer, ce que le ciment ne permet pas.

Ils ont aussi beaucoup fait appel à la récupération pour la plomberie, la menuiserie, l’électricité…et ont prélevé le bois dans leur forêt.

Le chauffage a été rendu possible grâce à un poêle à bois performant, et l’électricité est fournie par des panneaux photovoltaïques.

L’eau qui ruisselle sur le toit est récupérée pour l’arrosage du jardin, et des toilettes sèches ont évité « la cabane au fond du jardin ». lien

Le projet total comporte outre la maison, une crypte, un atelier, et une grange

Le projet, lancé en 2003 a été inauguré récemment. lien

Au Canada, on cogite aussi pas mal, et la compagnie Ecopods donne dans l’utilisation du containeur, en l’utilisant comme matériau de construction.

Le plancher est à base de déchets végétaux recyclés, et l’isolation à base de soja. La toilette à compostage s’y est invitée, et lorsque l’on décide de partir en vacances, l’un des cotés qui sert habituellement de terrasse, se referme, rendant le bâtiment totalement hermétique. lien

Mais quittons le Canada et retournons en France, en Normandie pour être précis, afin de découvrir le village totalement autonome que Tomas Novince a décidé de bâtir.

Lui aussi, comme Jasmine et Simon Dale, s’est centré sur le respect de l’environnement, et sur 6 hectares de terrain il construit un village au lieu dit « hameau Bouet », en éco-matériaux, bien évidemment.

Lui aussi fait appel à l’énergie solaire, photovoltaïque et thermique, mais aussi a une petite éolienne, pour produire son énergie, et visant l’autosuffisance tant pour la nourriture que pour la production d’énergie. lien

Lui aussi a utilisé des ballots de paille enduits, en s’inspirant de la technique GREB.

Cette technique permet de construire avec de la paille, en intégrant celle-ci dans des structures en bois, puis en complétant le tout avec un mortier à la sciure, qui sera coulé derrière des coffrages. lien

La petite famille est aussi investie dans un projet d’échange avec d’autres producteurs, voire de procurer fruits et légumes contre services rendus, dans une logique de SEL. lien

A terme, l’idée c’est de refaire vivre le hameau qui comporterait une douzaine d’habitations, et si vous êtes intéressés, vous pouvez le contacter à cette adresse.

Et puis, il ne faut jamais oublier qu’il existe tant de hameaux abandonnés, qui ne demandent qu’à être habités.

Il suffit d’en demander la liste. lien

Pourtant il reste quelques difficultés, car en France, les règles qui déterminent la construction de maisons ou d’immeubles sont assez strictes, (lien) et il sera sûrement compliqué à ceux qui voudraient s’inspirer de l’exemple donné par la famille Dale de réaliser des maisons du même genre…cette règlementation sévère laisse pourtant se construire des maisons hideuses, implantées parfois en rase campagne au mépris de toute logique d’urbanisation, et très éloignées du style régional architectural.

Il est probable que construire une maison toute en courbe aura peu de chance d’être acceptée par l’administration… à moins de s’appeler Pierre Cardin…ou d’avoir des amis influents.

Et ne parlons pas des cités d’immeubles en tour, ou en barre, qui n’entrainent pas un enthousiasme délirant. photo

Fort heureusement, les règles évoluent, et on ne désespère pas de voir un jour se réaliser en France des citées comme celles que l’on peut voir au Canada (photo), au Japon (lien) et ailleurs. photo

Nos voisins italiens viennent de proposer un hôtel troglodytique et écolo annonciateur peut-être d’une nouvelle façon de construire et d’habiter. lien

La ville de Bordeaux vient de couronner d’un prix Agora architecture des logements pour le moins originaux, laissant espérer un changement assez radical. lien

L’architecte visionnaire suisse, Pascal Haüserman, qui nous a quittés en 2011, avait conçu en 1967, en plein cœur des Vosges, à Raon l’Etape, un motel composé de 9 bulles qui méritent le détour.

Il se serra battu toute sa vie contre le conformisme et les règles administratives rigides, en proposant une autre architecture, et un hommage mérité lui sera rendu en 2014.

Des nombreux ouvrages qu’il a réalisés, bon nombre étaient en train de sombrer dans l’oubli, et à Raon l’Etape, son motel, lieu unique au monde, est passé du stade d’abandon à celui de la restauration, grâce à la vigilance d’un groupe d’amis. lien

Il vient d’être référencé dans le très prestigieux guide « 1000 Européan Hotels » lequel recense le meilleur des établissements hôteliers européens. lien

Tout espoir n’est donc pas perdu.

Comme dit mon vieil ami africain : « une pierre donnée par un ami vaut une pomme  ».

L’image illustrant l’article provient de « beingsomewhere.net ».

Merci aux internautes de leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Au doux pays de l’autarcie

Mon village en Utopie

Ça sent le moisi

Changer de rêve

Des vacances enfin libres

Cent mille lieues sous les rêves

Margareth River, les premiers colons écolos


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • lerenard lerenard 20 août 2013 10:11

    pourtant il semble qu’en france il n’y ai pas de règlementation sur les maison troglodyte


    • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2013 10:54

      lerenard

      oui, c’est possible.
      il y a quelques endroits, en vendée, par exemple, où on trouve ces maisons ...et probable que si quelqu’un voulait relancer « la mode », il lui serait possible d’obtenir le permis de construire...
      je vais me renseigner

    • Croa Croa 26 août 2013 09:13

      Il faut disposer d’un site favorable. Celles que l’on voit dans certaines régions sont souvent anciennes et nous pouvons donc présumer qu’elles ne correspondent plus au standard social d’aujourd’hui. Ces habitations sont faciles à chauffer (effet de cave : avec une bonne collection de tricots on ne chauffe jamais !) mais toutes les pièces sauf une nécessitent des lumières artificielles !

      Par contre effectivement les maisons normales sont en France très réglementés : Les trucs ici proposés n’ont aucune chance d’obtenir une autorisation de construire !  (Sauf bras long et pour le bateau je ne sais pas.)


    • Fergus Fergus 20 août 2013 10:20

      Bonjour, Olivier.

      Merci de nous faire découvrir ces expériences originales, pas toutes très réalistes mais intéressantes intellectuellement.

      ’architecture est, sans nul doute, l’un des domaines appelés à évoluer fortement dans les années à venir. D’une part dans un souci de meilleure intégration, d’autre part pour prendre en compte les contraintes environnementales.

      Dans un article de mars 2013, Hundertwasser ou l’architecture conviviale, j’évoquais, avec différents liens, le créateur exceptionnel qu’a été cet architecte autrichien.

      Cordialement.


      • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2013 10:57

        bonjour Fergus

        merci de m’avoir fait découvrir ton article.
        en effet, j’aurais du évoquer ce merveilleux architecte, que je connaissais...
        à+
        cordialement

      • LE CHAT LE CHAT 20 août 2013 10:42

        Ces maisons se trouvent dans la comté ,au pays des hobbits , ça doit être pas mal pour l’isolation ce concept ...


        • gaijin gaijin 20 août 2013 10:51

          vive les maisons de hobbits !


          • alinea Alinea 20 août 2013 11:38

            "Pourtant il reste quelques difficultés, car en France, les règles qui déterminent la construction de maisons ou d’immeubles sont assez strictes, (lien) et il sera sûrement compliqué à ceux qui voudraient s’inspirer de l’exemple donné par la famille Dale de réaliser des maisons du même genre…cette règlementation sévère laisse pourtant se construire des maisons hideuses, implantées parfois en rase campagne au mépris de toute logique d’urbanisation, et très éloignées du style régional architectural.« 
            En France seule la laideur est autorisée, voire encouragée, mais surtout, surtout, l’endettement !
            Ah que de rêves déjà à l’époque de » Shelter", au début de nos belles années !
            Moi je réfléchis à un Algeco amélioré !!
            Bonne journée Olivier


            • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2013 13:10

              Alinea

              pareil pour moi
               smiley

            • Luc le Raz Luc le Raz 20 août 2013 13:18

              « quelques difficultés » Quelques, seulement ? Il y a un peu plus de 20 ans, j’ai construit une maison à ossature bois d’un style pas ordinaire. J’avais choisi une commune sans POS (devenu PLU, depuis), donc régit par le code général de l’urbanisme pour éviter tout problème avec les autorités locales, mairie, DDE etc... sinon Couic ! pas de permis.
              J’ai pu à cet égard vérifier, chez les habitants du village, ce que j’appelle le syndrome des trois petits cochons « le bois ça brûle, suffit de souffler dessus pour que ça s’envole, etc.. ». smiley
              Depuis, j’en ai dessiné et construit une autre pas ordinaire non plus smiley Reflexion d’une copine, architecte belge : « Aaaah enfin qq chose qui sort de l’ordinaire ».
              Elle n’a pas tort car si on regarde les maisons construites avec la superposition des carcans architecturaux, que constatons nous ? Que du nord au sud, seules les pentes et les revêtements de toiture changent en fonction des régions d’où la généralisation de ce que j’appelle« la boite à chaussures, toit deux pentes ».
              Seule un peu de liberté mettrait fin à cette monotonie. Il y aurait encore beaucoup à dire mais.. pas le temps !


            • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2013 14:04

              Luc le Raz

              en effet, il serait temps que ce syndrome des « 3 petits cochons » s’en aille voir ailleurs si nous y sommes...
              quand je vois les horreurs que l’administration laisse se construire, et qu’en même temps elle censure de bons projets, on a envie de tourner la page rapidement de ce système archaïque.
               smiley

            • Croa Croa 26 août 2013 11:59

              « quand je vois les horreurs que l’administration laisse se construire, »

              Elles est bien plus laxiste avec le reste qu’en ce qui concerne les habitations ! (Ce qui démontre encore une fois que le vrai pouvoir est aux entreprises et non pas aux gens.)


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 20 août 2013 12:31

              ’Jouratous,
              Il n’y a que les étrangers qui font ce qu’ils veulent en France http://documents.approchepaille.fr/pdf/construction-paille-greb.pdf exemple ce chais entièrement écologique http://www.youtube.com/watch?v=zhNl6K7Pw18 qui produit un vin renommé, construit en sept ans.
              Nous français avons projeté cette superbe tour, mais n’avons élevé que l’échafaudage pour cause administrative ; http://www.google.fr/imgres?um=1&client=firefox-a&sa=N&rls=org.mozilla:fr:official&hl=fr&biw=1200&bih=569&tbm=isch&tbnid=K8jaloLy4TeTmM :&imgrefurl=http://fr.wikipedia.org/wiki/Donn%25C3%25A9es_techniques_de_la_tour_Eiffel&docid=NTzYm2cikCQboM&imgurl=http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/ec/Dimensions_tour_Ei ffel.JPG/700px-Dimensions_tour_Eiffel.JPG&w=700&h=658&ei=lUQTUuKGKsLW0QWZqYDwDw&zoom=1&iact=hc&vpx=931&vpy=236&dur=2603&hovh=218&hovw=232&tx=175&ty=127&page=1&tbnh=132&tbnw=140&start=0&ndsp=22&ved=1t:429,r:6,s:0,i:107 après deux siècles...
              En Italie c’est pire, le forum est en travaux depuis deux mille ans ; http://www.google.fr/imgres?um=1&client=firefox-a&sa=N&rls=org.mozilla:fr:official&hl=fr&biw=1200&bih=569&tbm=isch&tbnid=a4HC4QrNUefzSM :&imgrefurl=http://www.rome-roma.net/forum_romain.html&docid=lvyEQ18PFtVaZM&imgurl=http://www.rome-roma.net/photos/forum-romain/Forum-romain-Rome_3841.jpg&w=800&h=533&ei=DUUTUo3PBK2b0wWfkIGIDA&zoom=1&iact=hc&vpx=186&vpy=296&dur=656&hovh=127&hovw=172&tx=147&ty=212&page=1&tbnh=127&tbnw=172&start=0&ndsp=17&ved=1t:429,r:6,s:0,i:107

              Scuse cette parenthèse d’humour c’est l’été !


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2013 13:11

                merci Lisa

                belle contribution !
                 smiley

              • L'enfoiré L’enfoiré 20 août 2013 14:07

                « une pierre donnée par un ami vaut une pomme  ».

                Vous oubliez la poire  smiley

                • L'enfoiré L’enfoiré 20 août 2013 14:08

                  J’oubliais.

                  C’est à l’Africain que je parlais.... 

                • LE CHAT LE CHAT 20 août 2013 15:28

                  « une pierre donnée par un ami vaut une pomme  ».

                  Les socialos qui nous gouvernent sont africains , on ne peut plus en douter !

                  ils ont pensé que le « coup de pouce » ridicule au smic se transformait dans l’esprit des gens en 20% d’un seul coup car ils sont nos amis ....


                  • sylvie 20 août 2013 19:29

                    Bel article très interessant Olivier, j’y songe depuis pas mal de temps , je note que votre morpion n’est pas là ??? il manque le mot sacré ?


                    • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2013 19:56

                      bonjour Sylvie

                      merci...
                      quand au morpion en question, il doit être occupé à des travaux de plages.
                      il ne vient parasiter que lorsque le mot nucléaire apparait.
                       smiley

                    • cosmic 20 août 2013 19:34

                      En France on croule sous les réglementations toutes aussi stupides les unes que les autres, tuant toute initiative ou créativité. Pour qu’un projet semblable voit le jour, il faudrait faire obligatoirement appel à un spécialiste architecte bac + 18 ayant une formation développement durable, et faire appel à des ingénieurs structure, qui seront bien embêtés car rien ne sera aux normes de construction CE, etc.....et puis les toilettes sèches sont interdites ( à moins d’être relié au tout à l’égout) Ensuite si votre terrain est en pente on égalisera tout ça bien à plat afin que les personnes à mobilité réduite ne se sentent pas discriminées, et puis on mettra des garde corps d’1m50 partout autour comme ça sera bien sécurisé ! j’ironise mais je ne suis pas loin de la vérité hélas !


                      • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2013 19:58

                        cosmic

                        même si on note quelques timides changements, il y a en effet beaucoup à faire !
                        je partage donc totalement votre commentaire.
                        merci.

                      • soi même 20 août 2013 20:32

                        Bonsoir Olivier pour les SDF, il peut avoir cette solution, à creuser :
                        http://www.osierprod.com/saule-osier-vivant.html


                        • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2013 22:48

                          soi meme

                          l’osier ? fallait l’oser.
                          ceci dit, ça me semble un peu limité pour habiter.
                           smiley

                        • soi même 21 août 2013 02:37

                          il y en bien qui vive dans yourte.

                          http://yourtedefrance.fr/fr/presentation


                        • olivier cabanel olivier cabanel 21 août 2013 07:14

                          la yourte n’est pas officiellement considérée comme une habitation, puisqu’elle a un caractère nomade, dans le sens démontable...

                          ce qui permet toutes les libertés...même si dans certains villages, les municipalités s’en prennent aux yourtes.


                        • jako jako 21 août 2013 10:38

                          Bonjour Olivier, désolé du HS, mais tout baigne au Japon...


                        • olivier cabanel olivier cabanel 21 août 2013 11:30

                          oui Jako, je suis ça de très près !

                          merci

                        • Croa Croa 26 août 2013 12:08

                          « les municipalités s’en prennent aux yourtes. »

                          C’est comme les caravanes, il faut les déplacer de temps en temps : L’employé du maire qui s’occupe de ça attend simplement l’expiration du délais. Un voisin ’’bien intentionné’’ peut aussi s’en charger...



                          • soi même 21 août 2013 02:15

                            Dommage le liens est mort.


                          • BarbeTorte BarbeTorte 20 août 2013 21:03

                            Permettez moi de ne pas partager votre point de vue. Pour deux raisons.

                            La première, c’est que bien souvent, dans nos belles provinces, l’architecture traditionnelle était en adéquation avec les conditions climatiques locales. Moi qui vous écrit de la Bretagne nord, je suis toujours surpris qu’on puisse faire construire une maison dans cette région avec un toit plat. Au delà de l’aspect visuel et économique de la construction, il faut prendre en compte son comportement vis à vis de l’environnement. Il se trouve qu’ici il pleut beaucoup, et qu’un toit plat, çà fuit dans au moins 30 % des cas dans l’année qui suit la construction...

                            La deuxième c’est l’aspect général des agglomérations. Il y a eu une période où les règles étaient beaucoup moins strictes qu’aujourd’hui et il faut voir quelles horreurs ont été construites. Je ne vous envoie pas de photos, je vous laisse ouvrir les yeux. Bien sur qu’il peut y avoir des réussites, mais qui va décider ce qui est beau et ce qui ne l’est pas ?


                            • soi même 20 août 2013 21:34

                              @ BarbeTorte vous mettez le doigt sur le principale problème de la contre culture, à force de vouloir s’émanciper de tous les bords, le risque est de développer une pensée hors sol qui ne tiens plus compte de la réalité du site et de construire de future, beau ? taudis moderne.


                            • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2013 22:53

                              Barbe Torte

                              il y a beaucoup d’erreurs commises au sujet de l’étanchéité d’un toit.
                              si vous mettez au dessus de votre tête une piscine en polyester renversée, jamais la moindre goutte d’eau ne viendra vous toucher...
                              par contre, un toit, quelle que soit sa pente, si une tuile a bougé, l’eau rentrera chez vous comme dans un moulin.
                              au delà de ça... je n’ai rien contre le respect d’un « visuel régional »...
                              ici, dans mon village,au nom de cette règle, l’architecte à donné au toit de l’école une pente impressionnante... juste du décor pour « s’intégrer »...plus grave : l’espace du premier étage, sous le toit, n’est pas utilisé, aucun accès. c’est juste du décor.
                              voila ou commence la connerie.
                              enfin, c’est ce que je pense.

                            • BarbeTorte BarbeTorte 21 août 2013 11:15

                              C’est juste un constat que je fais. Parmi toutes les constructions neuves dont j’entends parler par des collègues ou amis, il n’y a des problèmes d’étanchéité que chez ceux qui font un toit plat.


                            • olivier cabanel olivier cabanel 21 août 2013 11:25

                              barbe torte

                              j’en parlerais à un ami qui a eu une fuite due à une tuile qui s’était déplacée...
                              d’ailleurs, j’ai eu cet hiver le même problème...
                              ne vous arrêtez pas à des « a priori »
                               smiley

                            • Croa Croa 26 août 2013 12:13

                              Pas d’accord,  les pires horreurs sont celles d’aujourd’hui !  (Sauf que ça concerne d’autres constructions que celles destinées à l’habitation.)


                            • Marco07 20 août 2013 22:17

                              Bonjour m’sieu Olivier.
                              Enfin un article de votre branche.

                              Bon pour les photos des immeubles canadiens & cie, personnellement je trouve ça laid. (j’avoue que j’ai un problème avec les immeubles en général)

                              Même pas un mot sur le projet de la maison heineken ? (malheureusement oublié)
                              http://en.wikipedia.org/wiki/Bottle_wall#The_Heineken_WOBO_.28World_Bottle.29


                              • olivier cabanel olivier cabanel 20 août 2013 22:46

                                bof Marco, cette maison tout en bouteille, c’est marrant bien sur.

                                mais ça reste, à mon humble avis, anecdotique.
                                un peu comme si on collait au plafond d’une pièce des cartons à oeufs pour améliorer l’isolation phonique.
                                on reste quand même assez éloignés de l’architecture, même de récupération.
                                merci quand même

                              • Christian Labrune Christian Labrune 21 août 2013 09:26

                                à l’auteur
                                Il est agréable, votre article : ce que produisent la plupart des architectes manque en effet terriblement d’imagination. Et le plus souvent, c’est laid, horriblement laid.
                                A Paris, on a reconstruit toute une partie du 13e arrondissement, ces dernières années, et le résultat est consternant. Cela ressemble, dans l’incohérence et la misère stylistique, à n’importe quel quartier nouveau d’une grande ville de province, construit par des imbéciles autour d’un grand centre commercial.

                                Il serait temps qu’on commence à comprendre que l’architecture, c’est fini, et qu’il convient d’entrer dans l’ère du scaphandre. Mettre au point un scaphandre très léger, quasi étanche, muni d’un casque-bulle en plexiglas, c’est dans les possibilités de n’importe quel bricoleur. Le bloc portatif contenant la batterie et le micro-système de climatisation pour l’été et l’hiver peut aisément être réduit aux dimensions et au poids de cette bouteille d’eau minérale que la plupart des crétins emportent désormais partout avec eux, même au Louvre, pour « renouveler l’eau neuve de leurs cellules ».
                                Dans ces conditions, il n’est plus nécessaire de s’embarrasser à transporter un téléphone mobile : le téléphone, la radio, la télévision, l’accès à l’internet, tout cela est intégré au casque et permet une perception augmentée du monde.
                                Au plein milieu de la journée et de l’été, sous la canicule, on peut dès lors passer des heures à lire dans les paysages les plus surchauffés sans en être incommodé.
                                Et l’hiver, quand la glace s’accumule, quel bonheur de pouvoir rester dehors à lire son journal sur un banc, ou à écouter de la musique, à deux pas du bonhomme de neige !
                                Quel bonheur de pouvoir en toute saison se promener sous la pluie sans parapluie et sans avoir à se soucier des flaques d’eau où se mouillent les chaussettes !

                                Il n’y a aucune comparaison possible entre la quantité d’énergie qu’il faut consommer pour climatiser un scaphandre individuel et celle qui permet de maintenir au chaud un appartement, fût-il très petit, fût-il réduit aux dimensions d’une cellule de moine.
                                A partir de là, la ville peut disparaître, se transformer en un agréable jardin dans lequel on vivra, été comme hiver, au milieu des fleurs, des arbres, des cascades et des jets d’eau. La forêt, même, cesse d’être inhospitalière.
                                A l’immense réseau de bitume qui couvre l’espace des villes et des campagnes, on substitue dès lors un fort discret réseau de distribution du courant électrique : une prise électrique tous les cinquante mètres, dissimulée dans la végétation et signalée par une simple petite diode clignotante. Cela permet de recharger les batteries ou de s’en passer si on a décidé de passer là la nuit.
                                Pour augmenter encore le confort de ceux qui ne sont pas en voyage mais se sont sédentarisés dans un lieu particulier, on peut imaginer des rangées de boîtes aux dimensions 140*200*120 pour les couples et 90*200*60 pour les célibataires, munies d’un couvercle et également climatisées, où dormir sans scaphandre et s’adonner éventuellement à toute sorte d’activités qui s’accommoderaient mal du port de ce vêtement devenu universel.
                                 
                                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires