• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > L’art du canular

L’art du canular

A la lumière de la gaffe commise par notre grand penseur national dont le nom se résume en trois lettres, le canular revient au devant de la scène.

En effet, BHL a cité dans son dernier pensum  (de la guerre en philosophie) un improbable Botul dans son cheptel de philosophes, alors que celui-ci a été inventé de toutes pièces par des universitaires taquins.

 

Etymologiquement, le mot canular viendrait du mot canule, ce petit tuyau que l’on utiliser pour introduire un liquide dans le corps.

Ce mot, d’après wiki, a donné le verbe « canuler » qui signifie « importuner, ennuyer ».

Pour simplifier, sans tomber dans la vulgarité, disons qu’il s’agit de se faire entuber, ou pas.

Mais revenons à notre Botul.

Il a été créé de toutes pièces par Frédéric Pages et ses amis de «  l’association des amis de jean baptiste Botul ».

Il serait né le 15 août 1896, et mort le 15 août 1947.

La similitude des dates de naissance et de disparition du soi-disant Botul aurait dû mettre la puce à l’oreille de BHL.

D’autres canulars sont allés beaucoup plus loin.

On sait que la Tour Eiffel a été vendue à plusieurs reprises, (mais ça s’apparente plus à une escroquerie)

On doit l’un des canulars les plus célèbres à Orson Welles.

S’inspirant du livre d’H.G. Wells, « la guerre des mondes » il a semé la panique, ayant diffusé sur CBS une adaptation du roman de Wells, racontant comment les martiens avaient envahi victorieusement la Terre.

Près d’un million d’auditeurs pensèrent qu’il s’agissait d’un reportage réel, et il y aurait eu des scènes de panique, et même des suicides. lien

Vous pouvez découvrir sur ce lien, la version française avec bruitages, fidèle à ce qu’a diffusé Welles en 1938.

Et puis il y a les affabulateurs, comme Alexis Debat qui propose régulièrement des entrevues comme celle qu’il aurait réalisé avec Obama (lien) ou les actions « subversives » des « yes men » qui ont interviewé Balkany, le « séducteur » (manifestement fantoche) de BB, ou annoncé la dissolution de l’OMC.

Plus récemment, l’humoriste Gérard Dahan a piégé Zidane, se faisant passer pour Chirac, et faisant mettre la main sur le cœur à toute l’équipe de France, à l’occasion d’un match décisif. vidéo

Le même réussit à piéger Sarkozy en se faisant passer pour Pierre Palmade. lien

Les canulars aujourd’hui ont changé de nom, et sont rebaptisés « Hoax  » sur le net.

L’imagination n’y a pas de limites, et on peut y découvrir le « petit Singly », qui serait le premier fromage au lait maternel de femme. lien

On y apprend sur le net que le mot Pixel vient à l’origine d’un moine enlumineur qui aurait vécu entre 1099 et 1144. lien

Mais le plus gros canular reste peut-être à venir : de nombreuses personnalités scientifiques, et des journalistes affirment, preuves à l’appui, que la mission Apollo, celle des premiers pas sur la lune, ne serait qu’une imposture.

L’accusation est grave.

Ils posent des questions pertinentes : pourquoi, lors de l’alunissage, ne voit-on pas les traces du cratère qu’aurait dû former la navette sur le sol lunaire ?

Pourquoi le drapeau américain flotte-t-il alors qu’il n’y a pas de « vent » sur la lune ?

Les explications scabreuses ne changent rien, sur la vidéo, on voit bien que le drapeau flotte. ici

Pourquoi les images sont-elles si floues, alors que la technologie de l’époque permettait une bien meilleure qualité ?

Pour Bart Sibrel, journaliste d’investigation, la NASA a orchestré toute cette opération. vidéo

Sur plusieurs images, on voit le LEM, avec des montagnes dans le paysage, or, sur d’autres images ou le LEM n’apparait pas, le paysage est identique. lien

Pour Howard McCurdy, professeur à l’American University de Washington, il y a de gros doutes. Il signale que pour des images prises à deux jours d’intervalle, le paysage est exactement le même, alors que les astronautes s’étaient déplacés de 4 kilomètres.

Jan Lundbert a conçu les appareils Hasselblad, que les astronautes utilisaient pour prendre des photos sur la lune.

D’après lui, ces appareils posaient un problème de visée, car l’encombrant casque ne permettait pas de viser correctement.

Des lors, comment les milliers de photos, parfaitement cadrées ont-elles pu été prises ?

Autre point, les objectifs photo étaient quadrillés afin de permettre des repères sur les photos.

Ces quadrillages doivent donc apparaitre devant les objets photographiés, or, à plusieurs reprises, ces quadrillages sont derrière l’objet photographié, ce qui est impossible.

Encore plus troublant, le contrejour.

Sur une photo, un astronaute marche sur la lune, avec le soleil dans son dos, et logiquement la photo prise de lui à contrejour, devrait le montrer sombre, voire même noir, or les détails de son scaphandre sont tout a fait visibles, comme si un projecteur l’avait éclairé de face.

Dernier point, la fameuse empreinte de chaussure : les rainures de semelle sont parfaitement distinctes, comme s’il y avait eu de l’eau et une pression atmosphérique pour maintenir la cohésion des grains.

Logiquement, un sol lunaire, fait de poussières aussi fines que la farine, ne pourrait pas laisser une empreinte si nette. lien

Ca fait beaucoup de questions auxquelles certains ont des éléments de réponse. (lien), mais d’autres continuent de s’interroger.

La Nasa dément tout en bloc, et pour se faire une idée, il faut visionner attentivement la vidéo ici

Canular, imposture ou pas, à chacun sa vérité.

Elle est peut-être entre les deux.

Car comme disait mon vieil ami africain : « bouche de miel, cœur de fiel ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.49/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

391 réactions à cet article    


  • BABAYAYA BABAYAYA 15 février 2010 10:45

    hello olivier !

    tiens bonne idée, moi aussi je vais canuler aujourd’hui, je sais pas quoi mais je vais canuler !

    c’est dit !!!

     smiley, merci bonne journée


    • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2010 10:58

      babayaya
      les idées ne manquent pas,
      mais moi, j’ai des préférences pour le canular téléphonique,
      si vous manquez d’idée, je suis à votre disposition.
       smiley


    • BABAYAYA BABAYAYA 15 février 2010 11:13

      j’avais une idée pour canuler comiquement, mais bon c’est un peu limite....

      lancer un buzz comme quoi les optiques des radars seraient du karl zeiss et le bloc photo du leica....
      je pense qu’en 24 heures on retrouve pas mal de radars démontés pour voir...

      mais bon là le problème est que ça peut aller trop loin...


    • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2010 13:19

      Babaya,
      il y a aussi une autre solution :
      préparer un panneau fond blanc, lettres en noir,
      mis devant le radar avec la mention :
      attention, je roule à 91 km/h
      qu’est que t’attends pour prendre la photo.
      çà peut être amusant.
       smiley


    • Charles Martel Charles Martel 15 février 2010 10:47

      nan mais sérieux pourquoi reposer ces questions de merde alors que les explications sont trouvables partout

      pourquoi ne mettez vous pas les liens vers les explications ?

      êtes vous débile, ou profondément malhonnête ?

      c’est une technique de rabâcher toujours les mêmes idioties ?

      Incapable de faire une rechercher même sur le site AV qui donne une explication à vos pseudos délires ?

      L’arnaque c’est votre article.


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2010 11:01

        Charles Martel,
        chaque fois qu’un commentaire est ponctué de juron, çà ne laisse pas bien augurer de l’envie de débattre, de dialoguer du commentateur,
        j’ai bien l’impression que vous êtes dans cette catégorie.
        et si vous aviez lu attentivement l’article, vous auriez constaté que justement, j’ai donné ces liens qui prennent le contrepied des affirmations de ceux qui pensent que c’est une imposture,

        au lieu d’injurier les rédacteurs, tachez au moins de tout lire, et d’ouvrir tous les liens, avant d’ouvrir votre grande... bouche.
        oups !
         smiley


      • Charles Martel Charles Martel 15 février 2010 11:13

        Et à votre avis pourquoi le drapeau flotte ?

        et si vous SAVEZ pourquoi il flotte dans quel but reprenez-vous le questionnement à son propos dans un article sur les canulars ?

        si ce n’est pour faire de la PUBLICITE sur des conneries et répandre des idées que vous savez fausses.

        on peut vous prendre pour un rigolo sans aucune culture scientifique mais en réalité vous êtes malhonnête et la présentation de vos articles est malhonnête.

        Comme dit un ami africain : le mensonge donne des fleurs, mais pas de fruit.


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2010 11:16

        Charles Martel,
        est-ce qu’il vous est possible d’aligner trois mots sans injurier un rédacteur ?
        ce serait une bonne nouvelle.
        justement, l’histoire du drapeau est celle qui pose le plus de problème,
        mais apparemment vous n’avez pas ouvert les liens proposés,
        faites le, et je veux bien en reparler.

        merci de laisser tomber les jurons, çà ne vous grandit pas.
         smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2010 13:42

        le furtif
        l’injure ?
        « répandre des conneries »,
        ce qui ne sous-entend pas d’être traité de con, mais on n’en est pas loin...
         smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2010 13:44

        le Furtif,
        idem pour Morice,
        mais quelqu’un (vous l’avez vu ?) a répondu à ma place,
        et je l’ai remercié.
        çà va ?
         smiley


      • Arcane 15 février 2010 16:11

        Grave ! C’est plus le média citoyen, mais le média compltistes et soucoupistes à la cendre de mulot aillée !

        "Les rumeurs sur le programme Apollo sont une théorie du complot selon laquelle les vaisseaux du programme Apollo ne se seraient jamais posés sur la Lune et qu’il s’agirait en fait d’une mise en scène réalisée sur Terre. Ces théories sont apparues dès 1969 et continuent d’exister. Elles sont invalidées par un grand nombre de comptes-rendus fiables d’observations venant de multiples sources de plusieurs pays. Les arguments invoqués peuvent être divisés en trois catégories :
        • ceux qui mettent en doute l’authenticité des documents ;
        • ceux qui mettent en doute la véracité des missions ;
        • ceux qui présentent les mobiles à l’origine d’une telle désinformation.

        Entre le 11 et le 15 juillet 2009, la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) a photographié[1] pour la première fois les sites d’alunissage, faisant apparaître les objets (étages d’alunissages des LEM, traces d’activité, équipements ALSEP ...) laissés par les différentes missions Apollo sur le sol lunaire, néanmoins, les partisans des théories du complot avancent que les objets que la NASA montre comme étant les vestiges des expéditions, ne sont que des reliefs comme les autres, la qualité médiocre des images laisse une porte ouverte à l’interprétation. La NASA annonce que de nouvelles photographies des sites d’alunissage des missions Apollo seront prochainement réalisées par la mission LRO, avec une résolution trois à quatre fois supérieure.



      • Arcane 15 février 2010 16:15
        Historique [modifier]

        À l’époque du débarquement sur la Lune, il existait déjà une petite minorité d’incrédules qui se recrutait aux États-Unis dans les classes sociales les plus défavorisées, coupées de toute connaissance scientifique, et les minorités. L’audience de la thèse du canular lunaire (« moon hoax ») s’élargit dans les années 1970 lorsque un climat de défiance vis à vis des institutions s’installe chez beaucoup d’américains dans le sillage du scandale du Watergate et de la guerre du Vietnam ; c’est à cette époque, symbolisée dans les média par le film Les Trois Jours du condor, qu’est tourné Capricorn One (1978) qui raconte l’histoire d’un faux débarquement sur Mars mis en scène par la NASA. En 2001, l’émission Théorie de la Conspiration : avons-nous été sur la Lune ? [2], basée sur des pseudo témoignages scientifiques et diffusée sur la chaine de télévision FOX rencontre un succès d’audience qui témoigne surtout de l’absence de culture scientifique de ses auditeurs. Malgré ses incohérences évidentes, la théorie du faux débarquement sur la Lune continue à trouver des partisans pour les raisons déjà citées mais sans doute également parce que l’événement est si éloigné de toute expérience personnelle, qu’il dégage pour beaucoup un sentiment d’irréalité[3].


      • Arcane 15 février 2010 16:19
        • Argument : Quand les astronautes posent le drapeau des États-Unis sur la Lune, celui-ci « flotte » au vent, alors qu’il n’y a pas d’atmosphère sur la Lune. De plus, le drapeau n’a aucune ombre.
        Contre-argument : Le drapeau ne flotte pas, il donne l’air de flotter en raison de son aspect plissé. Il est en fait fabriqué dans une toile renforcée de fil de fer rigide imitant l’aspect fripé d’un drapé battant dans le vent et soutenu par une potence pour le faire tenir droit[4]. Il est en réalité parfaitement statique comme en attestent les clichés pris à différents instants. Les mouvements perçus sur la vidéo seraient dus aux mouvements des astronautes eux-mêmes pour enfoncer le drapeau dans le sol. L’absence d’atmosphère sur la Lune fait qu’aucune résistance n’est appliquée sur l’inertie des mouvements du drapeau, rendant exagéré chacun de ses mouvements pouvant laisser croire que le drapeau « flotte au vent » lorsque celui-ci est manipulé. Les tenants de la théorie du complot se contredisent sur le fait qu’ils disent que les images ont été tournées sur un plateau de tournage, non en plein air. Quand personne ne touche le drapeau, il reste immobile comme le montrent les images ci-contre.[5]
        • Les appareils photo emportés par les astronautes comportaient un système de marquage sous forme de petites croix ; or, sur certaines photos, ces croix sont cachées par les éléments d’avant-plan ce qui tend à prouver qu’elles étaient inscrites sur les éléments du décor.
        Les croix ne seraient pas masquées par les éléments du décor mais simplement « brûlées » par les éléments d’image de couleur blanche. Les zones blanches de la pellicule sont celles éclairées par la lumière, qui aurait tendance à se diffuser dans la couche sensible du film, provoquant cet effet de débordement du blanc.
        • Sur la Lune, en l’absence d’atmosphère pour diffuser la lumière solaire, la seule source de lumière est le Soleil. Or un certain nombre de photos montrent des objets dans l’ombre qui sont visibles comme s’il y avait une ou plusieurs autres sources importantes de lumière.
        Il existe des sources de lumière secondaire, comme les réflexions sur le sol ou sur la combinaison spatiale de l’astronaute qui prend la photographie. La luminescence du sol lunaire est d’environs 1 000 000 lx, ce qui est bien plus que nécessaire pour déboucher n’importe quelle ombre.
        • Sur certaines photos, des astronautes sont dans l’ombre du module lunaire, et pourtant, ils sont toujours visibles, or, ils devraient être drapés d’obscurité. De plus, à contre-jour, le contour des silhouettes devrait être imprécis, et pourtant, tous les détails sont visibles.
        La surface de la Lune et les parties métalliques et blanches du module lui-même et des combinaisons portées par les astronautes font effet de réflecteurs, les ombres sont 

      • Arcane 15 février 2010 16:20
        • « débouchées ».
        • Plusieurs photos montrent des ombres portées dans des directions différentes, alors que la lumière solaire venant de suffisamment loin, toutes les ombres devraient être parallèles.
        Ce ne seraient pas les ombres qui ne seraient pas parallèles, mais le relief du sol qui en donnerait l’illusion. De plus, si une seconde source de lumière était présente, les ombres seraient dédoublées, ce qui n’est pas le cas sur la photo.
        • Les appareils photo étaient difficiles à manipuler dans le contexte lunaire et en combinaison spatiale, il est donc difficile de comprendre comment autant de photos de bonne qualité ont pu être prises.
        Il suffit d’imaginer le nombre titanesque de photos qui ont été prises pour comprendre que certaines aient été réussies. Les optiques utilisées étaient des grand-angulaires, et le format du 6 x 6 cm, ce qui permettait une grande profondeur de champs et une marge pour éventuellement « recadrer » les images avant leur diffusion.
        • Durant l’alunissage, tel qu’il était conçu, le module aurait dû être déséquilibré.
        Voir l’article dédié : module lunaire Apollo
        • Le réacteur du module en alunissant aurait dû brûler et chasser la poussière de dessous le LEM, ce qui aurait créé un cratère qui n’est présent sur aucune image.
        Le réacteur n’est pas suffisamment puissant pour brûler le sol, et la couche de poussière n’est pas suffisamment profonde au site de pose pour qu’on voie un cratère. Sur les photos des missions suivantes, la couche de poussière était plus importante, et le cratère apparaît.


      • Arcane 15 février 2010 16:21
        • Les poussières lunaires chassées par le réacteur du LEM auraient dû se redéposer après, or les images montrent les pieds de celui-ci parfaitement propres. Ceci d’autant que les poussières lunaires sont réputées se déposer et s’infiltrer partout, car elles seraient maintenues en suspension au-dessus du sol lunaire à cause de la répulsion électrostatique due à l’accumulation de charges électriques induite par les rayonnements ionisants et particules émis par le Soleil.
        Le réacteur est coupé avant d’atteindre le sol pour ne pas renverser le module lunaire (surpression dans la tuyère du réacteur)[6] et en l’absence d’atmosphère la poussière lunaire retombe immédiatement (dans le vide la vitesse de chute est similaire à cette d’un objet lourd dans l’atmosphère terrestre) de sorte que la poussière a eu le temps de retomber avant la fusée, même si sur les photos des missions suivantes, on peut voir le cratère formé par le réacteur.


      • Arcane 15 février 2010 16:23
        • Les documents filmés, s’ils sont accélérés à vitesse double rendent l’impression d’être pris en gravité terrestre.
        Seuls les extraits choisis dans le documentaire donnent cette impression, ce qui laisse entendre que les réalisateurs ont construit un document visant à induire le public en erreur.
        Exemple : sur le document vidéo du premier alunissage (Apollo 11), on voit Aldrin faire des bonds absolument impossibles à faire sur Terre lors de sa descente du LEM. Il se sert de l’échelle comme d’un rail (guide) avec ses mains pour ne pas perdre l’équilibre, et saute de bas en haut, sans aucun effort apparent, alors qu’il porte une combinaison spatiale de plus de 70 kg[7].
        • Dans la vidéo, au moment du premier alunissage, le bruit du moteur n’est pas perceptible et il ne couvre pas les voix des astronautes.
        Le « bruit » ne peut se disperser en l’absence d’air. Dans la cabine, les microphones « voix » des astronautes sont conçus pour éliminer les bruits parasites et sont positionnés dans la combinaison et devant la bouche.
        • Dans le décor, on ne discerne aucune étoile. C’est un moyen simple pour ne pas être confondu par les astronomes.
        Le Soleil est une source de lumière intense, les appareils photographiques ont été paramétrés pour l’exposition de jour et quelques étoiles apparaissent dans la grande majorité des photographies et films de ces missions. Les quelques clichés utilisés sont une exception. Personne ne met en doute l’existence de la station spatiale Mir et pourtant, sur la dernière photographie la représentant, on ne voit guère d’étoiles.
        • Des photos prises à des moments et en des endroits différents présentent un arrière-plan identique. Deux photos présentent le même arrière-plan, mais sur l’une on trouve le module lunaire, pas sur l’autre. D’autres exemples du même type ont été mis en évidence.
        Il suffit de se déplacer par rapport au module lunaire pour obtenir une image avec ou sans le LEM dans le cadre, sans altérer l’arrière-plan, qui est éloigné. Sur Terre, chacun peut photographier un paysage lointain depuis plusieurs points différents sans constater de différences sur le plan de la perpective.
        • Lorsque le module décolle de la Lune, il n’y a pas de traînées de fumée derrière le module.
        Même si les dessins « scientifiques » montrés dans le documentaire (qui ne sont en fait que des dessins artistiques) représentent un LEM décollant dans une gerbe de flammes, le véritable LEM décolle en une brève et puissante poussée, suffisante pour échapper à l’attraction lunaire. La flamme en question est légèrement visible sur certaines vidéos[8] et il n’y a pas de fumée de combustion sans atmosphère. De plus, la poussée soulève de la poussière et déchire l’aluminium recouvrant la base du LEM.

        • La preuve ultime serait celle qui consisterait à retrouver les traces sur la Lune de ces missions (la base du LEM, le drapeau, les véhicules lunaire abandonnés sur place, les pas et autres traces d’activité humaine). Or, selon les tenants de la théorie du canular, personne n’a pu le faire et aucun télescope n’est assez puissant pour voir à ce niveau de détail à cette distance. Pourtant on prétend également avoir pu mesurer la distance Terre-Lune à l’aide d’un laser et d’un réflecteur posé là par les astronautes. Comment se fait-il que ce laser ait pu trouver ce réflecteur, et qu’un télescope n’arrive pas à voir le véhicule lunaire, par exemple ?
        Contrairement à une opinion répandue, un faisceau laser n’est pas parfaitement rectiligne. Pour plusieurs raisons, notamment la diffraction par l’orifice du laser et la présence de l’atmosphère terrestre, le faisceau laser a un rayon de l’ordre du kilomètre lorsqu’il atteint la Lune. Avec une dispersion du même ordre sur le trajet retour, on ne reçoit que quelques photons par impulsion envoyée. Ce n’est que par la répétition de ces impulsions et l’utilisation de capteurs haute précision que l’on peut estimer la distance Terre-Lune. On est donc très loin de faire une photo de précision suffisante du sol lunaire depuis la Terre mais les actuelles missions Lunaires telle Lunar Reconnaissance Orbiter ont apporté cet argument ultime. En orbite autour de la Lune depuis le 23 juin 2009, cette sonde a réalisé des photographies des sites d’atterrissage de cinq missions Apollo. On peut apercevoir le module lunaire d’Apollo 11 sur l’une d’entre elles. Une autre montre à la fois le module lunaire d’Apollo 14, des instruments scientifiques, et... des traces de pas attribuées à Allan Shepard et Ed Mitchell.

        Conrad, lors de la mission Apollo 12, posant à côté de Surveyor 3, une sonde américaine posée sur la Lune depuis avril 1967. On aperçoit le module lunaire en arrière plan. Plusieurs éléments de cet engin, dont sa caméra, ont été ramenés sur Terre pour analyse.
        Bien que la pose de tels réflecteurs sur la surface lunaire soit possible sans présence humaine, ainsi qu’y sont parvenues les sondes soviétiques Lunokhod (en 1970 et 1973)[9], les premières mesures ont été effectuées par l’observatoire McDonald en 1969 à la suite de la mission Apollo 11 et donc avant l’envoi des sondes Lunokhod. On peut aussi signaler les étages abandonnés de Saturn V dans l’espace que l’on a pu parfois repérer depuis la Terre, comme J002E3 ainsi que les éléments de la sonde.
        • Les bandes vidéo des alunissages diffusées dans le monde sont des copies à la qualité dégradée. La NASA a égaré les enregistrements originaux d’Apollo 11[10], lesquels, selon les adeptes de la théorie du complot, auraient permis une analyse plus poussée et mettraient ainsi fin à cette controverse.
        Ces images vidéo, en noir et blanc, ont été transmises de la Lune à la Terre par signal radio en SSTV, un signal de faible qualité, et à une époque où la technologie vidéo ne permettait pas une grande qualité d’image. Les données étaient reçues par des radiotélescopes situés en Australie et en Californie et enregistrées au sol sous forme de données brutes sur des bandes d’un pouce. Les images diffusées en direct (dont sont issues les « copies à la qualité dégradée ») ont été obtenues en filmant les moniteurs sur Terre avec des caméras de télévision, après démodulation du signal. Les bandes ayant servi à l’enregistrement des données brutes, avant décodage vidéo, ont été retrouvées par la NASA après quelques mois de recherche ce qui prouve qu’elles ont été réellement égarées et pas cachées. Leur nouvelle analyse est possible. Il faut également signaler les enregistrements des données envoyées par les instruments scientifiques des six Apollo Lunar Surface Experiments Package dont la mission de cinq d’entre elles a continué jusqu’au 10 septembre 1977 et dont les données ont entre autres servi à comprendre la tectonique lunaire.


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2010 16:25

        Le Furtif,
        oui, comme çà, çà me va bien !
        vous voyez, quand on y met les formes, j’aime bien dialoguer.
         smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2010 17:00

        Arcane,
        j’accepte bien évidemment ce que vous écrivez,
        il reste quand même des zones d’ombres,
        et puis quand vous dites que les « incrédules » viennent de « milieux défavorisés », c’est un peu réducteur, si vous voulez bien vous assurer de la personnalité des quelques scientifiques cités dans l’article, et qui sont tout, sauf d’un milieu « défavorisé ».
        non ?


      • Arcane 15 février 2010 17:10

        A Shawford,

        N’avez-vous pas lu l’ensemble de l’explication proposée ?

        « Les mouvements perçus sur la vidéo seraient dus aux mouvements des astronautes eux-mêmes pour enfoncer le drapeau dans le sol. L’absence d’atmosphère sur la Lune fait qu’aucune résistance n’est appliquée sur l’inertie des mouvements du drapeau, rendant exagéré chacun de ses mouvements pouvant laisser croire que le drapeau « flotte au vent » lorsque celui-ci est manipulé. »

        Mais ça, c’est l’explication officielle. 

        En vrai, comme la vérité est ailleurs (mais partout sur Agoravox), je serais tenté de croire à la théorie dite du « gâteau d’anniversaire » .
        On aime à répéter ,dans les milieux autorisés, que c’est une bande de petits-gris défoncés à l’Helium3 qui, hors-champs, ont soufflé tous en coeur sur le drapeau étatsunien au moment de la prise de vue.
         La méprise serait due à une mauvaise interprétation alien de la fameuse tradition des bougies sur le gâteau d’anniversaire.
        La faible qualité des images produites par la NASA donnent beaucoup de crédibilité à cette théorie....  smiley




      • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2010 17:16

        Shawford,
        bien sur, vous avez raison, comment être sur que les images proposées pour le drapeau sont bien les images officielles ?
        je pense qu’en fouillant un peu plus profondémment, on trouvera d’autres images du drapeau en train de flotter.
        je m’y emploie.
        à+


      • Arcane 15 février 2010 17:21

        A O.Cabanel,

        Ce n’est pas moi qui le dit mais Wiki ; en parlant des incrédules de l’époque du premier pas de l’homme sur la lune qui ne possédaient pas une instruction scientifique bien souvent.

        Vous devriez plutôt vous interroger sur le but de la théorie du complot lunaire à l’époque et aujourd’hui.



      • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2010 17:21

        Arcane,
        tous les contre-arguments que vous donnez, je les ai proposé comme lien dans mon article,
        et pourtant, même si certaines réponses sont intéressantes, pour quelques autres, je reste sur ma faim,
        l’empreinte des chaussures ?
        le drapeau qui flotte (pas la photo, mais la vidéo), comment expliquer çà ?


      • Arcane 15 février 2010 17:25

        « Les mouvements perçus sur la vidéo seraient dus aux mouvements des astronautes eux-mêmes pour enfoncer le drapeau dans le sol. L’absence d’atmosphère sur la Lune fait qu’aucune résistance n’est appliquée sur l’inertie des mouvements du drapeau, rendant exagéré chacun de ses mouvements pouvant laisser croire que le drapeau « flotte au vent » lorsque celui-ci est manipulé. »






      • Arcane 15 février 2010 17:30

        Au fait Olivier C., les russes( et les chinois aujourd’hui) , tous complices du complot lunaire US ?

      • Arcane 15 février 2010 17:46

        C’est un plaisir de dialoguer avec vous Shawford.

        Donc , vous avez bien compris l’explication mais n’en croyez pas vos yeux.

        Et c’est bien logique puisque votre référentiel (tout comme nous tous, sauf Pyralène peut-être smiley)
        est terrien. 

        Nous sommes habitués à l’inertie et aux mouvements de notre planète. J’ai reregardé la vidéo (pour vous faire plaisir) et que voit-on ? Un drapeau qui semble flotter au vent.

        Pourtant, si l’on sait de quoi est constitué ce drapeau (cf. un peu plus haut, j’vais pas répeter) et que l’on observe attentivement les mains du cosmonautes en rotation autour du mat du drapeau et lorsque l’on connait la gravité lunaire et l’absence d’atmosphère, tout devient limpide .

        Mais bon, comme pour les autres complots, je sais que tout argument ne sert à rien puisque les gens veulent croire. C’est pourquoi la plupart des complots se nourrissent de cela et réinvente perpétuellement des aménagements de leurs théories.

        L’important étant de croire qu’on nous cache tout mais que eux, savent mieux que les autres .

      • morice morice 15 février 2010 18:13

        Pourtant on prétend également avoir pu mesurer la distance Terre-Lune à l’aide d’un laser et d’unréflecteur posé là par les astronautes. Comment se fait-il que ce laser ait pu trouver ce réflecteur, et qu’un télescope n’arrive pas à voir le véhicule lunaire, par exemple ?


        d’un ridicule achevé.

      • Arcane 15 février 2010 19:41

        Au Sudiste,

        Votre démonstration est juste à un même moment .

        Cependant, Le réacteur est coupé avant d’atteindre le sol pour ne pas renverser le module lunaire (surpression dans la tuyère du réacteur).

        Donc votre démonstration serait juste si le module et les poussières étaient en chute libre au même moment. 

        Or, ce n’est pas le cas. D’abord rétro-freinage (donc pas encore chute libre) du module qui projette des poussières au même moment (qui elles tombent de suite) ; et ensuite on coupe le réacteur et alors le module termine l’alunissage en chute libre.

        Les poussières peuvent donc ainsi retomber très légèrement avant le contact des pieds du module sur le sol lunaire. 

        ps : ch’uis pas un spécialiste du tout, mais dans le lien ci-dessous, il est une « timeline » qui le démontrerait.(p115)






      • Arcane 15 février 2010 19:58

        Quant au jambes cassées des cosmonautes, j’ai pas trop compris. Vu la gravité, la chute terrestre me parait plus dangereuse que sur la lune, à hauteur égale.



      • JL JL 15 février 2010 20:28

        Si la gravité à la surface de la lune est de 1m/s/s, alors, une chute libre d’une hauteur de 4.5 mètres fait arriver au sol à une vitesse de 3m/s soit 10 km/H, à supposer que le module ait à ce moment là une vitesse nulle !

        Je crois qu’une telle vitesse de chite endommagerait considérablement l’ensemble qui pourrait même chuter et compromettrait les chances de décollage. N’oubliez pas que l’on ne connaissait même pas la nature du sol ! Et je doute qu’on réussirait à s’arrêter si près du sol (5 mètes) sans creuser un cratère !

        Une autre question qui n’a pa été posée : sur la lune il n’y a pas de GPS : comment ont-ils résolu les pb de navigation ? Avec leurs ordinateurs ? Ceux d’aujourd’hui pourraient le faire, mais avec celles de l’époque, j’ai des doutes.

        Bref, tout ça c’est des blagues justes bonnes pour des primitifs.


      • Mr SKOOL 15 février 2010 23:44

        ben tu n as ka nou lé mettre lé liens


      • morice morice 15 février 2010 11:03

        La thèse est RIDICULE enfin, vous n’allez pas répandre à nouveau ces CONNERIES lamemntables. On a la PREUVE DEPUIS 1969 que les américains y sont allés, et la preuve est utilisée depuis régulièrement par un labo FRANÇAIS !!! c’est lamentable de colporter encore ces mensonges et ses approximations sorties du cerveau d’un véritable demeuré appelé Lheureux  !! LAMENTABLE !




        • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2010 11:12

          Morice,
          ne vous énervez pas, vous allez nous faire une attaque,
          pour le reste, Papy vous a répondu à ma place,

          buvez un peu d’eau froide, çà ne peut pas vous faire du mal.
           smiley


        • le-Joker le-joker 15 février 2010 12:01

          Ah ça c’est du classique chez Morice dés que l’on fuit ses articles et ses comportements le voilà qui se jette sur tous les fils pour chercher querelle et relancer son audience.

          Ah les dégâts du mal de reconnaissance et de l’égo sont sans nuls doutes les pires maux de la société et Internet agit comme un accélérateur et un révélateur sans précédent.

          Signé : La société des chaudières à la place du cerveau.

        • COLRE COLRE 15 février 2010 12:20

           smiley mon dieu ! je vais défendre… m… mo… momo… mori… ah ! c’est dur à sortir ! smiley

          Salut ranta, non, ce n’est pas du tout ça la « démocratie », ça n’a rien à voir. Ou alors, j’ai aussi le droit de dire que cet article est aussi stupide et malhonnête que les autres du même auteur qui fait de la pseudo-science soucoupiste et autres thérapies de perlimpimpin… sous couvert de : « oh mais moi je n’ai d’avis sur rien, lisez bonnes gens, lisez »… comme si on n’avait que ça à faire de suivre ses liens de m…e smiley.

          Charles Martel a parfaitement raison.

          (il faudrait une rubrique : distractions, délires, cendre de mulot et soucoupismes : pb, la rubrique serait saturée !)


        • COLRE COLRE 15 février 2010 12:29

          mais je sais bien mon biquet à poil ras… smiley, c’était pour rire (je n’ai quand même pas été capable de le plusser ! smiley )


        • Nestor Nestor 15 février 2010 12:34

          Salut,

          Connerie, grosse connerie, les Riquins n’ont jamais mi les pieds sur la Lune, moi j’y suis souvent et je n’ai jamais vu de trace de pas ou autre d’origines Américaines, pas de drapeaux non plus, que-dalle.

          Bon je vous laisse je suis attendu sur Mars , ils ont une énorme fuite d’eau dans leur grande pyramide. 


        • COLRE COLRE 15 février 2010 12:37

          « mon biquet » : Susy Delair à Bernard Blier dans « Quai des Orfèvres », un des meilleurs films français d’après-guerre !
          « à poil ras » : c’est juste pour toi, personnalisé… smiley


        • le-Joker le-joker 15 février 2010 13:19

          Salut Nestor,


          Si tu passes vers Vénus fais-moi signe, je te payerais un coup. Bon je vous laisse j’attaque le mont là et faut partir tôt si on veut trainer en chemin smiley

        • olivier cabanel olivier cabanel 15 février 2010 13:21

          Pascal,
          merci.
          j’aime bien être défendu par un commentateur qui ne partage mes idées, ou du moins mes informations, mais qui est pour le dialogue.
          c’est sympa.
          un monde avec des gens comme vous, je prends.
          et je prends d’ailleurs aussi avec les autres, puisque tout le monde est perfectible.
          moi, y compris.
           smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès