• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > L’embuche de la rivière

L’embuche de la rivière

Cascades ligériennes

Les draveurs du port d'Orléans

11227128_10204277808886902_346545658_o.jpg

Il pleut sur le mois de Mai, vous devez l'avoir remarqué. Il pleut et nos rivières se gonflent d'importance. Elles sautent le fossé, emportent ce qui traîne sur la rive et transportent ainsi, au gré de leurs fantaisies, billes de bois et arbres morts, déchets et détritus. La Loire n'est pas en reste : son courant violent est une belle invitation à l'aventure et plus sûrement encore à la mésaventure. La dame charrie, roule des épaules et fait les gros yeux. Méfiance donc !

Pourtant, nous sommes bien loin encore des cotes historiques, de ces crues qu'on nomme « centennales » et qui laissèrent leur marque de gloire sur les murs de nos villes ligériennes. Nous pensons que la Loire gronde, elle ne fait qu'éternuer. Cela suffit pourtant à nous mettre en alarme alors que les eaux lèchent tout juste le pierré. Comment réagirons-nous quand elle se mettra vraiment en furie ?

C'est sur le port d'Orléans que j'assiste au sauvetage d'un ponton et de quelques embarcations. Un gros tronc à la dérive est venu s'encastrer dans l'étrave d'un ponton. La force colossale de l'eau, ce flux que rien n'arrête quand il est en colère, a poussé l'arbre mort sous sa proie. Le ponton s'est soulevé sous sa pression, mettant en déséquilibre les bateaux amarrés à lui. Il faut chasser l'intrus au risque de voir la situation s'aggraver.

1.JPG

La veille déjà, les Compagnons Chalandiers se sont essayés à repousser la bille entravée. Ils se cassèrent les dents devant l'obstination du corps inerte. Leurs efforts restèrent vains. Ils revinrent en force le lendemain, bien décidés cette fois à venir à bout du passager clandestin. Le tronc allait voir de quel bois se chauffent ces joyeux arcandiers des quais. Le spectacle du reste attira les badauds ; il y a toujours de l'animation en notre port ressuscité.

Les hommes sur le ponton s'échinent vainement à vouloir repousser le curieux visiteur. Le tronc s'accroche : il compte prendre racines, renforcé qu'il est par la pression d'une Loire qui a ouvert le débit. Ils ont beau faire, pousser de toutes leurs forces, rien ne se passe. L'obstacle s'enkyste davantage.

Il faut user cette fois des forces navales. Le bateau de l'agglomération semblant sourd à la demande d'aide qui n'a peut-être pas été formulée, c'est le Saint Bernard des quais d'Orléans qui prend le relais avec son Capitaine courage. La Sterne vole à leur secours. Elle tente quelques manœuvres audacieuses, dégage la belle et grosse toue sablière « Étienne Bury » en la poussant de sa proue libératrice.

3.JPG

Le ponton est quelque peu soulagé par cette première étape. Mais rien ne bouge du côté de l'étrave. L'arbre mort résiste obstinément, se refuse aux coups de boutoirs des hommes puis du bateau. Cette fois, les mariniers décident de passer à la phase rodéo. Un lasso est lancé du bateau audacieux. Après quelques échecs-on ne s'improvise pas vacher du jour au lendemain- le bout enserre une excroissance de l'arbre.

La Sterne pousse son gros moteur à fond. La Loire se met en travers de sa puissance. Il ne se passe rien. Le bateau évolue dans un environnement hostile : chaînes, amarres, déchets, repoussés ici par le fleuve, menacent de se prendre dans l'hélice. Il faut renoncer à cet expédient. Les mariniers font se faire draveurs d'antan : ces hommes qui naviguaient sur le dos des billes de bois flottant !

Ils ont les pieds dans l'eau. La moindre glissade serait fatale. Aucun moyen d'échapper à la puissance des flots qui plaquerait le maladroit contre les multiples obstacles de l'endroit. Il faut avancer prudemment, respecter la rivière tout en se refusant à sa colère. Cette fois, c'est décidé, il faut user des grands moyens ; la tronçonneuse est appelée sur le pont !

4.JPG

Sur le quai nous tremblons pour l'homme de l'art et du bois. Jean est certain de son fait : il est menuisier, il connaît l'outil, il a une longue expérience de bûcheronnage également. Il avance à pas de loup de mer vers cette bille à couper. Il a les pieds dans l'eau, il est assuré par une corde qui nous semble dérisoire …

La lame se tend immédiatement au contact de l'eau. Il faut adopter de nouveaux réglages, ne pas s'arrêter à ce premier couac. L'équilibriste des flots retourne affronter son destin. Il attaque le tronc mort, en dégage un premier fragment. Rien ne se passe pourtant. Il faut prendre plus de risque, aller plus avant dans les flots !

5.JPG

La lame s'enfonce, taille sans rien libérer. Elle a coupé mais n'a rien détaché. Il faut renoncer. Notre bûcheron se retire ; ses camarades reprennent leurs bourdes pour pousser l'intrus. Il bouge cette fois. Il cède un peu, il va partir … C'est une ruse de sa part : il s'engouffre vraiment sous le ponton.

Une partie dépasse encore. Les « cagneux » repoussent encore cette maudite bille. Elle finit par avouer sa défaite, pivote et tire sa révérence, partant pour de nouvelles aventures. D'autres arriveront sûrement de l'amont. La rivière va monter encore, le barrage de Villerest est plein : il va falloir ouvrir les vannes. Une vague d'un mètre est annoncée et il se remet à pleuvoir.

6.JPG

Voilà le quotidien des mariniers de Loire. Non pas celui des besogneux d'autrefois qui se riaient de telles difficultés et affrontaient des périls bien plus grands encore sans le secours des moteurs. Non, ce sont là les difficultés des amateurs d'aujourd'hui qui quotidiennement découvrent, parfois à leur dépens, le revers de la médaille. La Loire n'est pas fille facile ; chaque jour est une bataille pour la saisir dans ses multiples facettes.

Équilibristement leur.

7.JPG

Photographies de Jean-Claude Jalicon

Reporter et Rédacteur en chef du

Petit Marinier

JPEG - 427.6 ko

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Alex Alex 12 mai 2015 13:51

    Jolie (bien que facile) contrepèterie dans le titre !


    • C'est Nabum C’est Nabum 12 mai 2015 14:38

      @Alex

      Je suis incapable de la voir
      C’est vous dire


    • Alex Alex 12 mai 2015 15:09

      @C’est Nabum

      « La bûche dans la rivière »


    • C'est Nabum C’est Nabum 12 mai 2015 20:10

      @Alex

      Vraiment je n’aurai jamais l’esprit contrepet

      Merci


    • sls0 sls0 12 mai 2015 19:09

      Merci pour cette note de fraicheur*, il y a encore des rivières et des fleuves qui vivent.
      J’ai aussi une rivière à coté de chez moi, tout les deux jours je vais mesurer son débit. En se moment elle est bien calme avec son 1,5m³/s. Elle est tropicale, elle arrive à multiplier ce débit par 2000, là on sait qui est le maitre l’homme ou l’eau.

      En ce moment je passe le rio à pieds, parfois c’est pas trop conseillé.

      Ce que l’on ne voit pas ou entend pas sur cette vidéo c’est que l’on entend plus de rires que de pleurs. C’est pas trop du genre ici à s’inquiéter ou anticiper et ils n’ont pas tord.

      Il est pas beau mon rio ? J’apprécie la Loire aussi, elle vie.

      * 31° à l’heure où j’écris, c’est plus la transpiration que l’eau du rio qui mouille, d’où cette impression de fraicheur.



      • Vipère Vipère 12 mai 2015 21:05


        Nabum, 

        La Loire est une rebelle indomptable, qui vibre, vibre inlassablement au son de ses propres vibrations, sans jamais s’arrêter ! 

        Difficile de lui reprendre ses prises de guerre ?



        • C'est Nabum C’est Nabum 12 mai 2015 21:41

          @Vipère

          Elle est femme tout simplement

          Version:1.0 StartHTML:0000000167 EndHTML:0000005833 StartFragment:0000000451 EndFragment:0000005817

          La Fille Liger


          C’est une fille sauvage

          Qui vous conduit dans son lit

          C’est une femme rivage

          Qui s’écoule à l’infini


          A sa naissance on lui fit

          Un berceau d’une gerbe de joncs

          Elle aurait grandi au Puy

          Avant de rejoindre des garçons

          Ils étaient de bons marins

          Cœur gros et mœurs légères

          Ils suivirent son chemin

          Qui mène à sa tribu Liger

          *

          En été elle se prélasse

          Alanguie, elle prend son temps

          C’est sans fin qu’elle rêvasse

          Rêvant le long de ses bancs

          En automne, elle forcit

          Elle redevient fréquentable

          Si elle reste dans son lit

          C’est qu’elle se veut aimable

          *

          En hiver elle s’emporte

          En roulant ses fortes colères

          Se faisant plus accorte

          À tous les marins en galère

          Au printemps elle se lâche

          Débordant de toutes parts

          C’est alors qu’elle se fâche

          Et nous refuse le départ

          *

          Elle n’est jamais aussi belle

          Qu’en notre soleil levant

          Lorsque la brume l’éveille

          Aux petits matins naissants

          Elle se pare en majesté

          À son soleil couchant

          Quand un ciel illuminé

          Embrase le Ponant


          C’est une Loire volage

          Qui roucoule dans son lit

          C’est un fleuve sans visage

          Qui s’écoule sans souci



          • Vipère Vipère 12 mai 2015 23:51


            « Voilà ce que donne de l’eau qui coule d’un tuyau qui vibre à 24 hz »

            Difficile à croire....



          • C'est Nabum C’est Nabum 13 mai 2015 06:58

            @Vipère

            Merci

            J’ai partagé vos documents avec mes amis mariniers


          • Vipère Vipère 13 mai 2015 14:47


            Nabum

            C’est si peu, en rapport des si jolis textes dont on se régale à longueur d’année grâce à vous !

            Saluez les loups de mer de ma part, ils sont bien courageux... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès