• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > L’homme et le dinosaure

L’homme et le dinosaure

Pas un jour ne passe sans qu’une certitude de la science ne vienne en chasser une autre.

On retrouve des traces de l’homme de plus en plus anciennes, et des preuves de cataclysmes de plus en plus proches.

Comme disait Gabin « on ne sait jamais rien, mais çà je le sais ».

Pendant que les dinosaures des principaux partis politiques, écrasant les petits candidats, se préparent à aller briguer nos suffrages pour 2012, d’autres dinosaures pourraient refaire parler d’eux sous peu.

Le doute est scientifique, et pourtant, jusqu’à ce jour, la plupart des scientifiques continuent d’affirmer, vent debout, que l’homme et les dinosaures n’ont jamais pu se croiser.

Il est de coutume d’affirmer que les dinosaures aient disparu lors de la chute d’un météorite qui, il y a 65 millions d’années, provoqua un hiver nucléaire pendant une dizaine d’années. lien

Le choc aurait provoqué sur l’ensemble de la terre d’abord une température de 400°, puis une chute brutale des températures.

Un régime auquel pas grand-chose ne résiste.

Quand à nos ancêtres, aux dernières nouvelles, le plus ancien de tous, le samburupithèque, serait vieux de 9 millions d’années ( lien) battant haut la main le record d’Ardi cette femelle (ardipithcus ramidus) découverte par Tim White en Ethiopie en 1992. (4,4 millions d’années) lien

On le voit, il y a un large espace de 56 millions d’années pendant lesquelles ni l’homme, ni le dinosaure n’aient eu la moindre chance de se croiser, d’après les avis scientifiques.

Pourtant des questions continuent de se poser.

Quid des grands dinosaures aquatiques ?

Pourquoi auraient-ils disparus, protégés qu’ils étaient dans leurs éléments ?

Certains évoquent le fameux « monstre du Loch Ness » qui pourrait être un pliosaure. lien

Ce qui est contesté. lien

Régulièrement les témoignages s’ajoutent aux témoignages, sans que rien de probant ne puisse être confirmé.

Officiellement les derniers dinosaures ont donc disparu il y a 65 millions d’années.

le Xiongguanlong découvert en 2005 aurait été le premier tyrannosaure à vivre au début du Crétacé, il y a entre 113 et 117 millions d’années.

Il serait le chainon manquant entre les T-Rex et le Guanglong Wucali, petit tyrannosaure qui vivait il y a 160 millions d’années. lien

Sur ce lien, on peut voir défiler nos différents ancêtres.

Il est convenu que seuls sont morts les grands dinosaures, et que les survivants (les petits) auraient donné naissance à nos oiseaux d’aujourd’hui, mais comment ne pas imaginer que quelques dinosaures quelque soit leur taille aient survécu à l’extinction massive d’il y a 65 millions d’années ?

Et comment ne pas imaginer que nous retrouverons chaque fois des hominidés toujours plus anciens ?

Certains scientifiques s’interrogent aujourd’hui sur la survivance possible de dinosaures dans les premiers niveaux de l’ère tertiaire.

En effet, les découvertes d’œufs fossiles de dinosaures se multiplient dans le sud de la France. Ils sont datés entre 60 et 65 millions d’années, soit, pour certains, après l’extinction massive d’il y a 65 Millions d’années. lien

Sur cette vidéo, la naissance d’un dinosaure.

C’est ici que la science pourrait à commencer à douter.

Il y a par exemple les pierres d’ICA.

A 360 km au sud de Lima, la petite ville péruvienne d’Ica nous raconte une étrange aventure.

En 1626, un missionnaire jésuite, Pedro Simon fait une drôle de découverte.

Des pierres gravées représentant (entre autres) des hommes et des dinosaures.

Il consigne sa découverte dans son livre « noticias historiales ».

En 1909, l’archéologue Carlos Belli en trouve à son tour.

Puis en 1955, les frères Carlos et Pablo Soldi en récoltent 114. lien

Aujourd’hui on connait plus de 15 000 pierres en andésite gravée et même si certaines sont sujettes à caution, il est serait possible que d’autres soient tout à fait authentiques. lien

En effet, appâté par les offres alléchantes de scientifiques, comme le docteur Javier Cabrera qui monnayait chaque découverte, il est évident que certaines gravures puissent être des faux.

Pourtant, lorsque ces pierres, qu’il a appelées des Glyptolithes, sont découvertes dans des tombes pré-incaïques, l’authenticité de celles-ci devient incontestable.

D’ailleurs des analyses réalisées par un laboratoire péruvien, et un autre allemand les datent d’au moins 4500 ans. lien

C’est aussi ce qu’a constaté un architecte, Santiago Agurto Calvo, qui en 1966 en trouva quelques unes lors de l’ouverture de tombes incas à Ocucaje. Lien

Robert Charroux dans son « énigme des Andes  » de 1976 décrivait sa rencontre avec le docteur Cabrera, et pour lui, il était impossible qu’il s’agisse d’un canular.

Pourtant malgré les affirmations de spécialistes affirmant que toutes ces gravures sont contemporaines et donc des faux, un galet pourrait être révélateur de l’authenticité des autres.

Sur l’un des glyptolithes, apparait manifestement un titanosaure : l’ampelosaurus.

Or, l’existence de ce dinosaure n’est connue que depuis les années1970 ainsi que l’affirme V. Battaglia sur son site.

Dès lors comment des paysans péruviens auraient pu dessiner des dinosaures dont l’existence étaient alors inconnue ?

Et puis, ce n’est qu’en 1996 qu’un paléontologue trouva un crâne complet de Titanosaure.

A Campagne-sur-Aude, en juillet 1989 des fouilles importantes ont permis la découvertes de plusieurs dizaines d’ossements de sauropodes, qui sont pour la plupart des  ampelosaurus. lien

En 1986, l’architecte (et paléontologue par passion) Pierre Tréand fait des fouilles à Serre de Brigoule (Drôme) et découvre des silex gravés datant de plus de 20 millions d’années, représentants des dinosaures. lien

En voila donc un de plus qui découvre des gravures prouvant que l’homme et le dinosaure aient pu voisiner.

Henri Coupon en a réalisé un livre : « ces dinosaures dont la science ne veut pas  » (éditions Slatkine-1998)

Bien avant eux, en 1945 Waldemar Julsrud, un archéologue amateur, avait découvert à Acambaro, au Mexique, 32 000 poteries et figurines intactes montrant des hommes aux cotés de dinosaures. lien

A Lussac-les-châteaux, une campagne de fouilles (1938) à mis à jour plusieurs pierres gravées (15 000-30 000 avant jc) dont on nous dit pour celle de la page 169 qu’il s’agit d’un félin grondant, ce qui n’est pas évident. (le musée se visite)

Il faut donc croire que : soit nos ancêtres sont plus anciens que l’on ne l’affirme, soit que quelques dinosaures aient échappé à l’extinction des espèces il y a 65 millions d’années, et qu’en tout cas, la rencontre entre l’homme et le dinosaure soit possible.

Ce qui fait une énorme pierre jetée dans la mare des certitudes scientifiques.

Il est naturellement facile d’écarter d’un revers de main complaisant cette possibilité, capable de changer la donne en matière d’histoire.

Mais une fois de plus, le doute ne doit-il pas permettre de faire apparaitre une autre vérité, aussi dérangeante soit-elle ?

D’autant que si l’on y songe, la terre a subi déjà à plusieurs reprises des cataclysmes qui ont provoqué la disparition de milliers d’espèces.

Sans remonter à 65 millions d’années, il faut ici rappeler qu’il y a 75 000 ans un hyper volcan a provoqué la quasi disparition de l’espèce humaine, et il ne serait resté sur notre planète qu’environ 2000 êtres humains (dont nous sommes fatalement tous les descendants) qui manifestement étaient tous noirs. Lien

On peut aussi imaginer que la fin de chaque cycle de la terre ait des conséquences sur les espèces qui y vivent.

On le sait maintenant, notre terre à, tout comme tout ce qui vit sur elle, un cycle décrit par Milankovitch.

Il est de 25960 ans. lien

Si l’on compare la planète à une toupie, elle tourne autour d’un axe invisible, lequel se retrouve dans la même position tous les 25960 ans, ce qui n’est gère éloigné des 26 000 ans évoqués par les Mayas.

C’est d’ailleurs il y a 24 000-28 000 ans que l’homme moderne a remplacé l’homme de Neandertal, même s’il est prouvé depuis peu que nous avons dans nos gènes du Neandertal. lien

D’autant que l’homme n’est pas innocent non plus dans ces disparitions, et que les sommets censés s’attaquer au problème crucial posé par le réchauffement climatique se suivent et se ressemblent.

Ils accouchent régulièrement d’une souris.

A Copenhague justement, c’est Hugo Chavez qui affirmait : « si le climat était une banque, les pays riches l’auraient sauvé depuis longtemps ». vidéo

Ce qui a fait dire au Président Français : « Chavez est fou », ainsi que l’ont révélées les 250 000 documents secrets publiés par Wikileaks. lien

A se demander lequel des deux l’est ?

 Car comme disait mon vieil ami africain :

« Ton futur dépens de tes rêves, alors ne perds pas de temps, va vite te coucher ».

 L’image illustrant l’article provient de « ipapy.blogspot.com »


Moyenne des avis sur cet article :  3.35/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

136 réactions à cet article    


  • JC (Exether) 29 novembre 2010 10:41

    C’est un faux scoop :
     - nous avons des ancêtres mammifères qui ont côtoyés les dinosaures il y a 100 millions d’année et plus. Mais on ne les considère pas pour autant comme des hommes. (et je ne suis pas sur que samburupithèque soit un homme, plutôt un grand singe hominoïde).
     - nous côtoyons tous les jours des descendants des dinosaures : les oiseaux. (pas besoin d’aller chercher des monstres du Loch Ness)

    Un peu approximatif en somme.


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 10:46

      jc
      c’est peut etre pour vous un faux scoop,
      je ne suis pas sur qu’il en aille de même pour la majeure partie des scientifiques qui continuent d’affirmer que l’homme et le dinosaure n’ont pas pu cohabiter.
      mais peut-être n’avez vous pas ouvert les liens.
      c’est ballot.
       smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 10:53

      Perseüs,
      merci c’est sympa,
      c’est d’ailleurs la lecture de son article récent sur le sujet qui m’a incité à « en remettre une couche », avec des éléments supplémentaires,
      j’espère que le débat sera fertile.
       smiley


    • LE CHAT LE CHAT 29 novembre 2010 11:37

      à l’époque , il vallait mieux pas tourner le dos au déchirlanus ! :p


      • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 11:48

        au Chat,
        il parait effectivement qu’il était assez agressif, et avait tendance a agir dans le dos de sa victime.
         smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 17:35

        parkway,
        mais c’est bien sur,
        je trouvais qu’il avait une drole de tête,
        un regard cruel, et d’étranges agissements
        c’est sa petite taille qui faisait confusion ;
        comme quoi, quelle que soit sa taille, le dinosaure peut être redoutable
        merci de votre commentaire.
         smiley


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 30 novembre 2010 02:30

        Le pire, c’est qu’il a bien existé...

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Sarcosuchus


      • Daniel Roux Daniel Roux 29 novembre 2010 11:38

        Que l’auteur se rassure, nos ancêtres ont bien côtoyé les dinosaures. A cette époque, ils ressemblaient à des chiens fouisseurs.

        Notre plus vieil ancêtre, LUCA, doit bien avoir 4 milliards d’années.

        Pour la lignée humaine, le plus difficile est de se mettre d’accord sur la définition de l’ « humanité ».

        Pour ceux que cela intéresse, un petit article d’un modeste auteur à ce sujet :

        http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/les-origines-floues-de-l-homo-81709


        • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 11:49

          Daniel Roux
          j’ai peur que vous ayez mal lu l’article,
          il s’agit de « gros dinosaures »...pas d’un oiseau qui, effectivement, bien que descendant des dinosaures ne représente plus le même danger.
          l’article semblait pourtant clair sur le sujet ?
          faut croire que non.
           smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 11:53

          d.roux
          sinon votre article est intéressant, même s’il ne donne aucun lien, ce qui aurait confirmé vos écrits,
          dommage quand même d’avoir oublié l’extinction massive des espèces qui a eu lieu bien plus près de nous, il y a 75 000 ans, ainsi que je le rappelle dans mon article,
          n’hésitez pas à ouvrir le lien proposé.
           smiley


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 29 novembre 2010 12:50

          Sans danger, sans danger...

          Je ne sais pas ce qu’ il te faut alors...

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Gastornis
          http://video.google.com/videoplay?docid=-2967130132119079872#


        • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 13:06

          mmarvin
          le danger est donc partout.
          un gypaète barbu peut enlever un mouton,
          alors un marvin, ou un cabanel, çà doit pas effectivement lui faire peur,
          plus sérieusement, la possibilité que les grands dinosaures aient pu survivre à la catastrophe qui s’est déroulée il y a 65 millions d’années ne devrait pas être écartée.
          et là, les oiseaux de tout genre feront profil bas,
          tout comme vous, et moi.
           smiley
          merci de votre commentaire apeuré.
           smiley


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 29 novembre 2010 14:29

          Sauf qu’on n’en a retrouvé aucune trace.

          Aucune empreinte, aucun ossement.

          C’est bien plus parlant...


        • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 16:57

          marvin
          aucune trace ?
          de quoi ?
          des dinosaures ?
          vous devriez être plus concis, car en ce qui concerne les dinosaures, je vous rassure, il y en a beaucoup.
           smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 17:08

          Roux,
          vous avez mangé de l’agneau ?
          ou quelque chose de gras, ?
          vos doigts ont du glisser sur le clavier, car Luca se porte bien,
          par contre pour Lucy on n’a retrouvé que des os.
           smiley


        • Daniel Roux Daniel Roux 29 novembre 2010 19:31

          @ Olivier Cabanel et Par

          J’ai bien lu l’article. C’est un peu mon dada.

          Concernant Luca, cherchez et vous trouverez, comme dit l’autre.

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Dernier_anc%C3%AAtre_commun_universel

          Comme vous le soulignez, Olivier, les catastrophes sont quasi nécessaires à l’évolution, à la différenciation des espèces et à leur renouvellement. Paradoxalement, chaque catastrophe entraîne un appauvrissement génétique. Autre paradoxe mais inverse, la complexification des gènes à partir de Luca jusqu’à la tulipe.

          Saviez vous que le blé à 5 fois plus de gène que l’être humain et la tulipe, cette jolie fleur toute simple, 10 fois plus (environ et jusqu’à nouvelle découverte).


        • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 19:49

          Roux
          nous voila rassuré pour Luca,
          vos doigts n’ont donc pas glissés...
           smiley
          prendre l’histoire par les gènes ne manquent pas d’intéret
          j’ai évoqué dans un article ancien le cheval de Prezvalsky
          il semble que la différence génétique qu’il a avec notre cheval le protège mieux de la radioactivité,
          aviez vous vu cet article ?
          à+


        • orage mécanique orage mécanique 29 novembre 2010 11:48

          Quand à nos ancêtres, aux dernières nouvelles, le plus ancien de tous, le samburupithèque, serait vieux de 9 millions d’années ....

          En 1986, l’architecte (et paléontologue par passion) Pierre Tréand fait des fouilles à Serre de Brigoule (Drôme) et découvre des silex gravés datant de plus de 20 millions d’années, représentants des dinosaures.

          Il n’y a pas un problème de dates ?

          Sinon article très intéressant qui a le mérite de faire rester attentif à l’incertitude de l’histoire de l’homme en posant des questionnements sans imposer d’hypothèse.
          Comme toujours, on voit aux réactions qu’il en est de même pour ce sujet que certains autres et qu’il vaut mieux se ranger du côté du dogme.


          • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 11:55

            orage mécanique,
            merci de ce commentaire,
            toutefois ce serait de m’expliquer ou se situe le « problème de dates » ?
            votre conclusion est aussi mienne,
            il est toujours difficile de déranger les convictions « bien établies »,
            dans l’attente de votre réponse ?
             smiley


          • orage mécanique orage mécanique 29 novembre 2010 12:02

            samburupithèque 9 millions d’années...
            silex gravés de plus de 20 millions d’années...

            autant pour moi, puisqu’on se place dans l’hypothése que ...


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 29 novembre 2010 12:56

            Le problème se situe à deux niveaux :

            Déja, le gars en question est architecte, il n’a aucune formation en paléontologie. Qu’il en fasse son hobby, je n’ai rien contre, mais qu’il ne vienne pas prétendre en savoir plus que les scientifiques et les professionnels qui ont des décennies d’expérience professionnelle derrière eux.

            Deuxièmement, il faut voir la tronche de ses « silex gravés »... En regardant les cailloux au naturel, on voit parfaitement qu’il s’agit d’éclats ou de formes naturels, qui n’ont rien d’artificiel.

            Le pire, ce sont ses reproductions peintes à la main pour soi-disant souligner les contours. On touche le fond en matière de crédibilité.

            A ce niveau, ça en devient même pathologique.


          • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 13:07

            Orage,
            c’est bien ce qu’il me semblait.
             smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 13:15

            marvin,
             à la lecture de votre commentaire, une question me tarabuste.
            qui est pathétique ?
            j’ai un début de réponse.
            car s’il faut être un paléontologiste confirmé, adulé par ses pairs, pour pouvoir réfléchir, çà limiterait passablement le champ des réflexions, non ?
             smiley


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 29 novembre 2010 14:30

            Réfléchir, tout le monde en est capable, ou presque.

            Tirer les bonnes conclusions à partir des éléments disponibles, c’est plus difficile...


          • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 17:10

            marvin,
            tout le monde en est capable, bien sur,
            même un miroir,
            alors c’est tout dire.
            ce qui n’explique rien.
             smiley
            plus sérieusement, si vous pouviez expliquer le fond de votre pensée,
            çà aiderait le débat,
            essayez d’y réfléchir.
             smiley


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 1er décembre 2010 14:06

            Même s’il est porteur d’une thèse iconoclaste, un archéologue saura toujours se faire entendre de ses collègues incrédules s’il présente une thèse renforcé par des éléments matériels suffisamment parlant pour attirer leur attention et les faire réfléchir sur leurs acquis. Cela peut prendre du temps mais le doute est destructeur et il saura se faire entendre, comme Schiellmann qui a mis des années à faire accepter l’idée que Troie avait bien existé et qu’il en avait retrouvé la trace à Hissarlik.

            Ici, qu’est-ce que nous avons ?

            Un architecte, qui n’a aucune formation en archéologie, et des cailloux peints à la main pour « souligner » les « gravures » alors que la vue du caillou nu ne montre rien d’autre que des marques d’érosion.

            Car notre bon « archéologue » ne tient absolument pas compte de l’érosion !

            Comment un phénomène, qui te rabote l’ Himalaya en quelques millions d’années au niveau de la butte Montmartre, aurait pu épargner des griffures superficielles pendant 20 millions d’années ???

            Tu me diras, on a des parois gravées dans les grottes.

            Sauf qu’elles n’ont que quelques dizaines de milliers d’années, un temps bien trop court pour que l’érosion en vienne à bout.

            J’imagine que la réminiscence de Raquel Welsh en bikini de fourrure dans « un million d’années avant JC » y est pour beaucoup dans l’envie de voir les humains cotoyer des dinosaures.

            Malheureusement, on s’est manqués de 62 millions d’années à peu près.


          • zototo 29 novembre 2010 12:02

            Bon article, qui comme souvent pointe du doigt les incohérences de « l’histoire » et de la science...


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 13:13

              zototo
              merci de votre appréciation.
              je la partage.
              et encore, il est probable que l’on pourrait aller bien plus loin.
               smiley


            • Redrogers 29 novembre 2010 12:29

              "Pourtant des questions continuent de se poser.

              Quid des grands dinosaures aquatiques ?"

              Si je peux me permettre, votre lien fait référence à une espèce semi-aquatique ou amphibie. De ce fait, elle est aussi exposée que des espèces terrestres.

              Ceci dit, il n’y a pas de questions à se poser non plus pour les grands reptiles marins préhistoriques (plésiosaures, pliosaures, mosasaures, etc.). En tant que sommet de la chaîne alimentaire, ce sont les organismes les plus exposés (en terme de populations) à des modifications importantes de leur environnement. La théorie de la météorite (que l’on peut coupler à d’énormes éruptions volcaniques, avérées également) implique un blocage des rayons solaires impactant les organismes photosynthétiques. Tout le reste est un jeu de domino, pour ce qui est du principe général en tout cas. Les populations constituant le sommet de la chaine alimentaires sont peu nombreuses et avec d’importants besoins énergétiques, donc très vulnérables.


              • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 13:09

                red
                sauf qu’en grande profondeur, un dinosaure semi, ou completement aquatique ne devrait pas etre inquiété,
                vous n’avez pas oublié qu’il existe de très grandes profondeurs dans nos océans, et qu’ils couvrent les 4/5ème de notre planète ?
                alors ?
                 smiley
                où sont-ils ?


              • Redrogers 29 novembre 2010 13:53

                Certes, mais les grands reptiles aquatiques, comme tous les reptiles, respirent à l’air libre et ne peuvent vivre dans les grands fonds, isolés, contrairement à des poissons ou des mollusques.


              • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 17:12

                red,
                faites un parrallele avec les baleines, et vous poserez l’équation autrement.
                pour l’instant leur plus grand danger semble être l’homme,
                pas les bouleversements géologiques.
                 smiley


              • Redrogers 29 novembre 2010 18:23

                Olivier, je ne comprend pas quel parallèle il y a.
                Bien sûr que dans une période géologiquement stable à l’échelle de nombreuses générations, la prédation de l’homme est un cataclysme pour les populations de cétacés, grands organismes avec une durée de vie assez longue et, en tant que grands pédateurs, une dynamique de population assez lente. Mais on parle justement en période de « calme ».
                Déclenchez un épisode « catastrophique » de type météorite géante, avec obscurcissement du ciel pendant plusieurs mois (au mieux) et nos chers cétacés passeront un sale quart d’heure bien que parfaitement adapté à leur milieu. Si plus de lumière (ou beaucoup moins), plus de phytoplancton (ou beaucoup moins) donc plus de krill (si on prend l’exemple de cétacés à fanons) et donc plus de baleine (à fanons donc...). Rajoutez quelques intermédiaires dans la chaîne et vous pouvez faire la même chose avec les cétacés à dents (cachalots, orques, dauphins, etc.). Et tout comme les grands reptiles marins, les cétacés ne pourraient se planquer bien longtemps dans les abysses (au mieux quelques heures pour les plus performants...).

                Tout ça pour dire que suite à un événement de type cataclysmique comme celui dont on parle ici, il sera toujours beaucoup, beaucoup plus probable que des organismes plus opportunistes et ayant des besoins énergétiques moindre que des grands prédateurs ou des grands herbivores arrivent à s’en tirer. Ceci dit, on peut toujours trouver des exceptions qui confirment la règle mais il faut certainement des conditions tout à fait particulières pour une survivance de grandes espèces très spécialisées, avec la condition supplémentaire qu’il y ait encore assez d’individus pour constituer une population viable à long terme.
                 smiley


              • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 18:32

                red,
                bien sur, bien sur,
                ne croyez vous pas cependant que pour une période de 4 mois, (ce qui semble avoir été le cas lors de l’extinction massive d’il y a 65 millions) il reste suffisamment de réserves ?
                4 mois c’est relativement court,
                peut être que des scientifiques pourraient donner une réponse ?
                j’ai quand même l’impression que le milieu marin permettrait au monde aquatique de résister mieux que le milieu terrestre, mais je n’ai pas la science infuse.
                merci de votre commentaire.


              • Redrogers 29 novembre 2010 12:30

                "Pourtant des questions continuent de se poser.

                Quid des grands dinosaures aquatiques ?

                Pourquoi auraient-ils disparus, protégés qu’ils étaient dans leurs éléments  ?"

                Extrait complet...


                • Frabri 29 novembre 2010 12:53

                  « Pas un jour ne passe sans qu’une certitude de la science ne vienne en chasser une autre. »

                  Au 19 eme et 20 eme siècl le scientisme de droite et de gauche était convaincu qu’il allait résoudre tous les problèmes de la planète et de l’humanité

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Scientisme

                  IL n’y a jamais eu autant de scientifiques en France, en europe, sur la planète. cela devrait aller de mieux en mieux dans tous les domaines, or on a l’impression que tout se déglingue.

                  Il est urgent de surveiller les scientifique avant qu’il soit trop tard.

                  Attention danger ! science


                  • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2010 13:11

                    frabri
                    voila une approche qui est intéressante.
                    la curiosité doit l’emporter sur la certitude,
                    j’en connais au moins un qui a payé de sa vie d’avoir prétendu que la terre était ronde.
                    merci de votre commentaire.
                     smiley


                  • Cogno2 29 novembre 2010 14:29

                    Il est urgent de surveiller les scientifique avant qu’il soit trop tard.

                    Stupide.
                    Je dis stupide car la science ne s’arrête pas, elle ne s’invente pas, elle nous dévoile certaines chose, ou plutôt une interprétation de certaine chose.
                    Votre discours est celui des ignorants, terrorisés par ce qu’aux même ne comprennent pas.
                    Un discours rétrograde, accompagné d’un relent d’intégrisme religieux.

                    La science avance, ne vous en déplaise, et pour cette raison, le doute doit demeurer, car elle n’est pas la réalité, elle n’est qu’une interprétation de la réalité.

                    Bref, si vous n’y connaissez rien, taisez vous.


                  • Cogno2 29 novembre 2010 14:32

                    j’en connais au moins un qui a payé de sa vie d’avoir prétendu que la terre était ronde.
                    Commentaire en contradiction complète avec ce qu’il commente.

                    Il est urgent de surveiller les scientifique avant qu’il soit trop tard.

                    Ceci s’applique à celui qui prétendais que la Terre était ronde.

                    Attention danger ! science
                    La perle de son commentaire stupide, j’ignore si son auteur se rends compte de la portée de sa phrase et de ce qu’elle implique.



                  • Frabri 29 novembre 2010 18:18

                    @cogno2

                    Il s’agit pas d’arrêter la science mais de la contrôler de la surveiller.

                    S’il y en a de plus en plus qui critiquent le scientisme

                     http://schubert.b-blog.fr/billet-1147.html

                    Et le techno-scientisme

                    http://www.librairie-quilombo.org/Le-technoscientisme

                    c’est pas par hasard ou par erreur, mais parce qu’on croit qu’avec une alliance du capitalisme et du scientisme et technoscientisme, on va dans le mur

                    Si l’environnement se dégrade c’est en partie a cause du technoscientisme, avec les herbicides , insecticides, pesticides, fongicides (résultat des recherches scientifiques) qui polluent les sols et les aliments

                    Je vais pas faire la liste de toutes les pollutions qui mettent en cause la survie de l’humanité car elles sont innombrables.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires