Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > L’imagination au pouvoir

L’imagination au pouvoir

La taxe carbone a réouvert le débat des solutions propres énergétiques en France.

Leur potentiel est si important qu’à terme on pourrait dans notre pays se passer autant du pétrole que du nucléaire.

Pour cela, il faut mettre l’imagination au pouvoir, et s’interroger sur nos certitudes.

Examinons l’énergie hydraulique : c’est une source énergétique bien connue, mais qui pourrait faire beaucoup mieux.

Le nombre des barrages français fait débat. Certains avancent le chiffre de 500, d’autres 700. lien Comment peut-on en 2009 être incapable d’en connaître le nombre exact ?

De plus, le député Christian Kert s’est récemment ému des problèmes qu’ils font peser en matière de sécurité.

Et puis, faire sur un fleuve un barrage à des conséquences environnementales graves, et il y a bien d’autres façons de se servir de l’énergie de l’eau.

Les micro-centrales sont un bon exemple de ce qui pourrait être fait. Le débit de la rivière ou du fleuve n’est pas le seul facteur : une faible masse d’eau tombant de haut produira autant d’énergie que beaucoup d’eau dévalant un faible dénivelé.

Le potentiel français est mal connu, mais si l’on songe aux 517 rivières de notre pays, sans parler des torrents, des chutes, des ruisseaux, il est logique d’imaginer que nous avons là une source d’énergie illimitée importante. lien

Le principal intérêt de cette solution est qu’elle peut être consommée à proximité, évitant ainsi le gaspillage énergétique du transport par les lignes THT (très haute tension).

Or aujourd’hui, l’hydraulique ne compte que pour 5 MTEP (millions tonnes équivalent pétrole), ce qui est plus que modeste comparé à notre consommation annuelle en France (275 MTEP).

Un programme ambitieux de création, doublé de rénovation, pourrait peut-être multiplier ce potentiel par dix. Or aujourd’hui, il est surtout question de fermer les barrages les uns après les autres.

Tournons-nous maintenant vers le méthane.

Ce gaz est le facteur le plus important du réchauffement climatique.

Or aujourd’hui on préfère se focaliser sur le co2 pourtant 23 fois moins impliqué.

Au lieu de laisser s’échapper ce méthane (compost, centre de tri, étables, lisiers, égouts, fosses septiques, etc…) on pourrait en faire un carburant, à l’instar de ce qui s’est fait à Bochum en Allemagne, ou les 45 camions qui ramassent les ordures ménagères tournent avec le méthane que ces ordures ont produit. lien

Lille a récemment suivi l’exemple, mais ces opérations restent minimalistes.

Le sénateur Claude Roy estime à 40 mtep le potentiel de la culture énergétique, sur une superficie représentant 15% du territoire national (lien) qui s’ajoutant au méthane produit par l’activité animale pourrait atteindre les 90 MTEP, soit le tiers de nos besoins. lien

Lorsque l’on sait que la consommation totale de pétrole en France a été en 2005 de 87,08 MTEP, çà donne à réfléchir. lien

Passons sur l’éolien et le solaire en plein développement mais qui reste insuffisant : en Allemagne, il est dix fois plus important que chez nous. lien

Pourtant des innovations arrivent, tel ce réverbère autonome (windela) doté d’une petite éolienne, doublée d’un capteur photovoltaïque.

Lorsque l’on sait que l’éclairage public consomme 5,35 TW/an, on voit quelle économie pourrait être réalisée. lien

En prenant le risque de faire couler beaucoup d’encre, je voudrais évoquer le moteur à eau.

Je vous invite à visiter d’abord ce lien. Il ne s’agit pas du vrai moteur à hydrogène mais du procédé Pantone. L’exemple proposé par Georges Duclos, qui a équipé sa tondeuse d’un moteur à eau est révélateur. lien Incorporer de l’eau au carburant : il fallait y penser. 75% d’eau pour 25% d’essence : belle économie.

Puis il y a le moteur à eau de mer de John Kantzius (les radio fréquences brisent les liaisons entre les molécules d’eau et les sels présents, libérant l’hydrogène). Lien

Et, cerise sur le gâteau, le moteur à eau du regretté Stan Meyer, dont vous pourrez sur ce lien découvrir l’application et les plans.

Cela consiste à faire « vibrer » les électrodes avec une impulsion de 0,5-5A qui dissocie l’eau.

Pour vous convaincre qu’il ne s’agit pas d’un hoax, vous pouvez lire cet article.

Au Japon, le moteur à hydrogène est lancé : Genepax a dévoilé une voiture roulant à l’eau dans la ville d’Osaka. Le PDG de cette entreprise, Kivoshi Hirasawa enfonce le clou en affirmant : « la caractéristique principale de cette voiture est qu’aucune alimentation externe n’est requise. La voiture continuera à rouler tout aussi longtemps que vous avez une bouteille d’eau à l’intérieur de la voiture, et que vous remplissiez cette bouteille de temps en temps ». lien

Alors comme disait mon vieil ami africain :

« le singe ne voit pas la bosse qu’il a sur le front  »


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Michel DROUET Michel DROUET 7 septembre 2009 10:39

    On ne perçoit pas trop l’imagination au pouvoir actuellement.
    On voit plutôt une belle cacophonie qui s’étend également à « l’opposition »
    Je retiens surtout qu’une nouvelle taxe va être mise en place. Pour ce qui est de la « redistribution » du produit de cette taxe, je pense que ceux qui la paieront ne seront pas nécessairement ceux qui profiteront de sa redistribution, si j’ai bien compris.

    Quant aux énergies alternatives... ces « braves gens qui nous gouvernent » n’y pensent mêmes pas : ce serait contraire aux intérêts de GDF, SUEZ ,TOTAL, et tant d’autres qui vivent grassement et se partagent les profits juteux réalisés sur le dos de la planète.

    Alors oui, l’imagination au pouvoir, mais pas avec ces gens là !


    • olivier cabanel olivier cabanel 7 septembre 2009 11:08

      Michel Drouet,
      l’imagination du pouvoir actuel est plutôt dirigée vers des opérations de communication,
      vous avez du entendre parler du buzz de ce week end avec ces employés belge qui ont été choisi en fonction de leur petite taille, pour que sarkozy qui venait les visiter ne paraisse pas trop petit...
      au sujet des énergies propres et renouvelables, comme vous, je doute que le gouvernement ait vraiment envie de les mettre au premier plan, surtout lorsque l’on se rappelle que sarkozy est un inconditionnel du nucléaire...


    • LE CHAT LE CHAT 7 septembre 2009 11:28

      avec les problèmes récurants de sécheresses , l’énergie hydroélectrique ne peut pas être considérée comme fiable .


      • olivier cabanel olivier cabanel 7 septembre 2009 11:46

        au chat,
        c’est pas faux,
        ceci dit, justement les retenues d’eau sont essentielles en période de sécheresse,
        et la plus grosse demande énergétique est en automne, hiver, printemps, au moment ou la secheresse est rarement là.
        pour finir, les chutes d’eau, les cascades, évoquées dans l’article ont toujours un bon débit...


      • Frabri 7 septembre 2009 11:40

        Il faut remplacer l’imagination au pouvoir , par le pouvoir de l’imagination


        • olivier cabanel olivier cabanel 7 septembre 2009 11:47

          Frabri,
          oui, çà aurait fait aussi un excellent titre,
          puisque l’un découle souvent de l’autre.


        • olivier cabanel olivier cabanel 7 septembre 2009 13:45

          chantecler,
          manifestement, vous n’avez pas ouvert les liens, sinon vous ne seriez pas « dubitatif »
          éolienne, tributaires du vent.
          c’est une lapalissade.
          le jour ou le vent viendra à manquer, il faudra s’inquiéter.
          le photovoltaique, tributaire du soleil
          là, c’est une erreur,
          en effet, meme par temps couvert, le photovoltaique est efficace.
          à preuve, l’allemagne, pourtant moins favorisée que nous, ou le japon, et tant d’autres pays plus au nord, l’exploitent sans problème.
          et puis le photovoltaique n’est pas la seule source solaire : il y a le solaire thermique.
          le moteur a eau n’est pas évoqué dans un seul lien mais dans quatre.
          de quoi prouver qu’il ne s’agit pas d’un canular.
          l’hydraulique : saturé !
          vous plaisantez, j’imagine, car c’est justement le contraire qui est expliqué dans l’article.
          peut etre une lecture en diagonale ?
          là ou je vous rejoins, c’est sur la meilleure gestion de l’énergie.
          si nous adoptions un coefficient d’isolation de 0,6 (ce qui est le cas dans de nombreux pays) nous pourrions diminuer notre demande pratiquement d’1/4.
          quant à l’argument du prix de tout celà, ce n’est pas honnete de l’évoquer.
          je veux bien comparer les prix entre les différentes énergies, mais alors, il faut tout mettre dans la balance.
          la santé.
          le recyclage.
          combien coute un cancer ?
          combien va nous couter la gestion des déchets du nucléaire ?
          un cancer coute entre 3000 € et 6000 € par mois et par personne à traiter, sans certitude de guérison.
          or vous savez (?) que l’énergie nucléaire en est en partie responsable.
          quand à la gestion des déchets (le jour ou l’on aura trouvé une solution) combien cela coutera-til ?
          j’attends votre réponse.
          cordialement.


        • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 7 septembre 2009 17:07

          @ chantecler
          Vous êtes dubitatif, et c’est légitime vu le manque d’informations sur le sujet, le plus souvent centrés sur l’éolien (une solution parmie d’autres... pas la meilleure) ou le solaire.

          Un reportage d’Arte m’a fait passé de « dubitatif » à « sur le cul », et c’est tout le mal que je vous souhaite (on est entre potes, hein..)
          Ci dessous des liens qui vous permettront de le visionner, ce que je vous invite à faire dés que possible

          http://www.artevod.com/programDetails.do?emissionId=2834 -
          Le lien officiel ou vous pouvez acheter le film, je pense que ça vaut le coup, les journalistes qui ont bossés sur ce sujet mérite un sacré chapeau bas..

          Ou, (je suis à l’étranger, connection très lente, je ne sais pas si les liens ci dessous sont bons)

          http://networkvidz.slcontakt.com/viewtopic.php?p=251
          http://www.torrenthub.org/torrent/2049348/arte-tv-energies—le-futur-%C3%A0-contre-courant.html
          http://www.mininova.org/det/2049348

          La fin du reportage est un peu débridée coté imagination, mais cela plaira surement à ceux qui la veulent au pouvoir.


          • olivier cabanel olivier cabanel 7 septembre 2009 17:18

            Vladivostok
            merci de ces liens proposés,
            une partie ne marche pas, mais le sujet d’arte mérite le détour,
            au sujet des informations dont vous dites que chantecler manque,
            il y en a quand même un certain nombre proposées dans mon article,
            et bien sur, celle ci est incomplète,
            je compte sur les commentateurs, comme vous, pour l’enrichir.


            • Karash 7 septembre 2009 21:03

              Comment expliquer tout ça gentiment ... bon ... essayons.

              L’un des problèmes actuels quand on parle d’écologie, ce sont les fausses pistes, les vraies fausses bonnes idées. Et malheureusement, il ne suffit pas de vouloir bien faire pour que ça marche.

              Le deuxième grand problème, c’est internet. Désormais n’importe qui peut diffuser n’importe quoi à l’échelle mondiale. C’est bien quand il s’agit d’un combat politique ou écologique, ou autre. C’est moins bien quand il s’agit de réussir à fourguer à quelques naïfs une voiture qui prétend marcher avec de l’eau (ou tout autre gadget payant, mais inefficace).

              Commençons par le moteur à eau : Diluer le carburant avec 3/4 d’eau n’a qu’un seul effet : diminuer la puissance de la machine de 3/4. Il suffirait de diminuer le régime d’autant pour s’épargner l’effort de faire le mélange, et en plus on économise l’énergie dépensée pour transformer -pour rien- ladite eau en vapeur.

              Le vrai principe du moteur pantone, c’est de préchauffer l’air avant admission en le faisant passer dans un tuyau au contact du tuyau d’échappement. L’économie est bien sur faible, mais réelle au moins.

              Le principe du générateur HHO est encore plus vicieux pour le néophyte.
              Ils utilisent le courant batterie pour électrolyser de l’eau (H20= H2 +1/2 02), et ensuite envoyer le mélange H2/02 dans la chambre de combustion ou se passe exactement la réaction inverse ... rien que la, on voit que ça cloche, sachant que de toute façon, à chaque étape de la chaine il y a des pertes. En effet, le courant de la batterie est fourni par l’alternateur de la voiture, qui va donc mobiliser en permanence une partie de la puissance motrice pour alimenter l’alternateur qui alimente la batterie qui alimente l’électrolyseur qui alimente le moteur en H2. Besoin d’en dire plus ? (Car évidemment le surplus de puissance apporter par l’hydrogène ne peut pas compenser les pertes de tout le circuit. C’est physique)

              Le génie de ces arnaqueurs, c’est de faire un gadget pas cher, car les gens, même s’ils ont conscience au fond que ça ne peut pas être miraculeux, ils se laissent tenter, pour voir quand même, parce que c’est pas cher, justement.

              C’est avec une infinie tristesse que je vous vous vois mettre sur un même pied la filière de valorisation du méthane des déchets, qui a réellement montré son utilité et son efficacité, et de telles salades, car il faut bien appeller les choses par leurs noms.


              • olivier cabanel olivier cabanel 7 septembre 2009 23:54

                Karash
                brillant exposé.
                on voit que le sujet est travaillé.
                que les arguments sont imparables.
                pour vous, il n’y a pas de salut hors du dieu Pétrole.
                je ne connais pas vos motivations, peut etre sont elles sans arrieres pensées ?
                elles manquent cruellement de preuves.
                s’amuser d’un bricoleur qui met 75cl d’eau dans 1 litre d’essence pour faire fonctionner une tondeuse à gazon à l’air de vous amuser beaucoup.
                grand bien vous fasse.
                et là, pour argumenter votre dédain, vous sortez l’argument massue : la tondeuse est « moins puissante »
                je ne suis que dans le pragmatisme.
                pour moi, l’essentiel est que la tondeuse fasse son boulot.
                qu’elle coupe l’herbe.
                je ne lui demande pas de faire les 24 heures du Mans.
                puis vous vous amusez, comme de bien entendu, sur le moteur a eau, dédaignant le fait qu’au Japon, et bientot ailleurs, on est sur le point d’industrialiser cette invention.
                çà me parait désuet de votre part.
                mais, après tout, c’est vous qui voyez.
                vous etes perché sur le dome de vos certitudes.
                et rien ne devrait pouvoir vous ne faire descendre.
                cerise sur le gateau : le méthane,
                vous n’y consacrez qu’une ou deux misérables lignes.
                pour vous, prouver que nous pourrions éviter de dépendre du « sacro saint pétrole » ne vous emeut pas.
                vous évoquez des « salades ».
                mais votre sauce a un drole de gout.
                celle d’un faux impertinent, qui s’amuse du contre pied sans amener à ses propos la moindre preuve.
                comme çà, juste pour rire.
                un seul mot pour résumer.
                pitoyable.


              • Karash 8 septembre 2009 20:26

                Au risque de vous surprendre, oui, j’affirme haut et fort que mes motivations sont sans arrières pensées.

                Monsieur Cabanel, je n’ai peut-être que 19 ans, mais je suis lucide, non seulement à propos du comportement des gens, mais aussi à propos de l’avenir du monde qui m’entoure : celui ci est condamné à disparaitre, à relativement brève échéance.
                Autrement dit, le temps est compté pour ceux qui veulent encore essayer de le changer. Et je suis de ceux la.

                Le temps est compté.

                Et donc, aussi prétentieusement que cela puisse paraitre, oui, du haut de mes connaissances (je suis étudiant en deuxième année de CPGE), appuyées par le travail rigoureux de générations de scientifiques, j’affirme que perde la moindre parcelle de temps pour les salades que j’ai pris le soin d’éplucher est un gâchis monumental.

                Votre discours est particulièrement incroyable vous savez.
                Si étiez en train de parler des OGM, vous diriez surement que c’est intolérable que monsanto et compagnie vendent leurs merdes sans avoir aucune preuve de leur non-nocivité, alors que justement celle ci est remise en cause par de nombreuses études scientifiques.
                Et la, vous faites exactement le contraire, parce que cela « arrange » vos croyances (il faut bien appeler les choses par leurs noms, bis).
                Car pour vous, la simple vidéo d’une voiture censée fonctionner « à l’eau » prouverait son existence, alors que des dizaines d’années d’expériences et d’analyses rigoureuses des phénomènes naturels qui nous entourent prouvent le contraire.

                C’est à marcher sur la tête, tout simplement.
                Vous qui citez souvent des proverbes africains, vous devriez vous les appliquer un peu plus souvent ; apparemment.

                Vous voulez des démonstrations rigoureuses de tout ce que j’ai affirmé, il en sera ainsi si vous le voulez toujours.
                Ce sera une perte de temps, mais c’est un investissement que je suis prêt à faire, car malgré le fait que je critique votre article, votre bonne volonté est honorable, et mon but n’est en aucun cas d’y porter atteinte.


              • olivier cabanel olivier cabanel 8 septembre 2009 23:30

                karash,
                du haut de vos 19 ans, vous décidez de ce qui est bon ou pas.
                l’intelligence ou la connerie n’ont pas d’age,
                et comme disait un vieil ami africain,
                « tu peux mettre des lunettes à un ane, il restera toujours un ane »
                vous pouvez douter de ce qui est proposé comme lien au sujet du moteur a eau,
                personne ne vous en empechera,
                mais si vous aviez un sens critique un peu mieux développé, basé sur des vérifications plutot que sur vos certitudes, vous auriez ouvert tous les liens,
                vous auriez téléphoné a cet homme qui fait marcher sa tondeuse à gazon en rajoutant 3/4 d’au au carburant,
                vous auriez essayé de contacté la firme japonaise qui va mettre sa voiture à hydrogène dans le circuit commercial,
                ou encore mieux, en bon étudiant que vous êtes, vous auriez essayé de mettre en pratique le plan du moteur à eau proposé dans les liens,
                je ne cherche pas à vous convaincre
                au contraire, je préfère que vous doutiez, mais au moins que vous fassiez votre propre enquête, en confirmant (ou pas) ce qui est écrit dans l’article, plutôt que de proposer des jugements à la sauvette, sans aucune preuve.
                c’est de cette seule façon que l’ont peut progresser dans la vie.


              • Karash 15 novembre 2009 19:39

                He bien justement, aujourd’hui j’ai eu un flash, et j’ai repensé à cette fameuse voiture à eau japonaise.

                Et oh, quelle surprise, une fois l’euphorie passée, on se rend bien compte que c’était du bidonnage : la voiture fonctionnait au peroxyde d’hydrogène, et non à l’eau. ( H2O2 au lieu de H20, un 2 qui fait tout)

                Lien

                Encore une fois, une des choses qui m’inquiètent le plus, ce sont tous ces marchands d’espoir qui se servent du mouvement écologiste pour dire, faire, et surtout vendre n’importe quoi.

                J’en profite pour retranscrire la réponse que j’avais rédigée après notre dernier échange, mais que je n’avais pas postée .. allez savoir pourquoi.

                « Je fais justement preuve d’esprit critique, en ne gobant pas tout se qu’on me met devant le nez, en exploitant ce que je sais, le tout avec un minimum de bon sens.
                Je ne dis pas qu’on ne peut pas faire fonctionner une tondeuse avec un mélange contenant 3/4 d’eau, je dis juste que, mécaniquement, vu que chaque explosion apporte 4 fois moins d’énergie, le moteur est quatre fois moins puissant.
                Autant prendre un moteur moins puissant dès le départ, ou faire tourner le moteur original moins vite.

                Concernant votre moteur à eau, j’ai bien ouvert tous les liens, et contrairement à ce que vous croyez, ce que je vous sers n’est pas un jugement, mais le simple aboutissement d’un raisonnement élémentaire ... car il n’y a pas besoin de plus ....
                L’enthalpie standard de la réaction de la dissociation de l’eau en H2 et O2 est de 285,8 kJ.mol-1 à25°C (ça ne sors pas de mon esprit tordu, se sont de vraies données, allez voir dans un handbook si vous voulez vérifier)
                C’est une grandeur positive, ce qui signifie que pour que cette réaction aie lieu, il faut FOURNIR de l’énergie.

                Que vous agitiez l’eau avec un diapason, un faisceau de micro, ou une petite cuillère, cette quantité d’énergie à fournir par quantité de matière ne variera pas, elle ne dépend que de la température (faiblement).
                L’enthalpie standard de réaction de formation de l’eau à partir de dihydrogène et de dioxygène est EXACTEMENT opposée.

                Ce qui veut dire que tout ce que vous pouvez récupérer comme énergie en formant de l’eau, c’est, AU MIEUX (car dans toute transformation réelle il y a des pertes), l’énergie que vous avez utiliser pour la dissocier.
                Vous voulez réfuter les lois de la thermodynamique ... allez-y ... mais il y a du boulot.

                Donc, tous les inventeurs qui prétendent avoir confectionné un moteur utilisant l’eau comme carburant sont, au mieux, en train de se tromper, au pire, en train d’essayer de monter une arnaque.

                Et dans le cas du générateur HHO dont on parle dans vos liens, ça ressemble plutôt à la deuxième proposition.(le premier lien envoie directement sur un site commercial, et le deuxième y fait référence)
                Toutefois, j’avoue, je ne suis pas allé assez loin.
                Dans le blog du moteur à eau, je vous cite un passage :
                 »Les conversions sont les suivantes : mécanique à électrique (alternateur), de l’électricité aux produits chimiques (électrolyse), chimique et mécanique (combustion du HHO).
                Au final, le gaz HHO une fois brulé, ne vous aura restitué que 20-25% de l’énergie utilisée pour le créer.« (Tient, ça me rappelle quelqu’un)

                L’utilité du gaz serait la : »Nos gaz d’échappement sont remplis de particules non utilisées, il y a là une énorme quantité d’énergie non utilisée, et le gaz HHO nous permet d’en « récupérer » une petite partie.« 

                Traduction : On espère que le dioxygène qu’on va introduire en plus, va, non pas se recombiner avec l’eau, mais avec les résidus de carburant, pour en tirer le maximum.

                Problème : Énergie dégagée par la combustion du gasoil = 38080 Kj/L soit 45 333 kJ/kg (ou J/g) En prenant une masse molaire du gasoil de 170 g/mol, ceci nous fait donc 7650 kj/mol de gasoil brulé
                 Énergie dégagée par la formation de l’eau : 285,8 kJ.mol-1 , comme il ne faut qu’ 1/2 O2 pour la réaction, ça nous fait 572 kJ/mol d’O2 consommée

                Formule de combustion d’un alcane : 2 Cn H2n+2 + (3n +1) O2flèche 2n CO2 + ( 2n+2) H2O
                Pour le gasoil, n vaut en moyenne 14.
                Il faut donc 21,5 mol d’O2 pour pouvoir bruler une mol de carburant.

                Donc, pour une mol d’02 consommée, on obtient 7650/21,5 = 356 kJ par combustion de carburant, et 572 kJ par formation d’eau.
                C’est très grossier comme calcul, mais ça donne un ordre d’idée. Et ça donne surtout que la bonne idée du départ est une fausse bonne idée, surtout quand on compte 3/4 d’énergie perdue dans le cycle de production du fameux mélange H2/02

                Pour que le processus fonctionne, en fait, il faudrait que l’énergie utilisée pour rompre les liaisons 0-H, serve à former des liaisons 4 fois plus stables (vu les pertes), ce qui est impossible, tout se tient dans un facteur 3 pour les liaisons courantes (entendre, statistiquement significatives).

                Première conclusion : Je parie un bras que si on met ce moteur bricolé sur une table d’essais, on voit qu’il pollue encore plus qu’avant.

                Deuxième conclusion (et la, oui, je spécule) : Tout ceci est pour moi très significatif de la mentalité de l’homme »moderne« , occidental. Un siècle a suffit pour qu’il s’habitue à toujours avoir à disposition une source d’énergie concentrée et apparemment inépuisable.
                Utilisant ceci, il a bati toute son économie dessus, avec un degré incroyable de mécanisation de l’industrie ... au final, dans bien des cas, l’homme ne »produit« plus rien lui-même. Nous nous sommes habituer à ne plus rien produire de concret.
                Et c’est relativement confortable, il faut l’avouer. On s’y accroche, on essaie de prolonger le rêve, de trouver d’autres sources d’énergie aussi intenses.
                Mais il faut bien regarder la réalité en face : il va falloir commencer à se sortir les doigts du cul, et commencer à réutiliser nos chères petites mains. »


              • ddacoudre ddacoudre 7 septembre 2009 23:34

                bonjour olivier

                intéressant ton article, j’ai aimé ton passage sur le moteur à eau car j’ai un ami qui me parle souvent de cela car quand il était plus jeune il avait fait fonctionné sa 406 peugeot de l’époque sur ce principe.

                ceci dit pour arriver à des innovation autre que la taxe carbone il ne faut pas mettre les marchand au pouvoir. j’ai expliqué cela dans un article paru samedi.
                cordialement.


                • olivier cabanel olivier cabanel 8 septembre 2009 00:02

                  ddacoudre
                  j’ai lu cet article,
                  les marchands sont au pouvoir, et même si je le voulais, je ne pourrais l’empêcher.
                  on ne reglera pas le problème du réchauffement climatique en instaurant une taxe carbone pour pénaliser le co2, alors qu’il n’est qu’un minuscule facteur de ce réchauffement.
                  d’autant que cette taxe va pénaliser les plus pauvres.
                  la défense de l’environnement ne doit pas être dans les mains de boy-scoots illuminés, et énarques, loin des préoccupations citoyennes, et aveuglés par leur certitudes universitaires.
                  il y a tant de solutions connues, et refusées en haut lieu que le débat doit se passer demain dans la rue, si nous voulons réellement changer ce monde.


                  • ffi ffi 8 septembre 2009 04:59

                    Tout faux !

                    Selon le principe de moindre action, qui stipule que « un corps prend la direction qui lui permet de dépenser le moins d’énergie dans l’immédiat (ou d’en gagner le maximum dans l’immédiat) », ce qui est déterminant c’est la puissance énergétique dont on dispose (une énergie dans l’immédiat étant une puissance).

                    En effet, imaginez devoir découper une barre en acier. Vous avez le choix entre utiliser une lime à ongle, et un tronçonneuse à métal. Grace à la puissance de la tronçonneuse, vous aurez réalisé votre opération en tellement peu de temps que vous aurez gagné beaucoup d’énergie.

                    Le concept de micro-centrale n’est donc absolument pas applicable. Elles sont tellement peu rentables et nécessitent tellement d’investissement à construire qu’écologiquement, on y perd.
                    De même pour les moulins (éoliennes) ou les piles (photovoltaïques). Elles manquent trop de puissance générées pour être des investissements rentables.

                    La seule solution viable est une évolution vers des énergies à plus forte puissance, dans des unités hyper-efficaces (atome)

                    Ensuite, c’est l’organisation de la société et la mise à disposition de cette énergie qui est déterminante :

                    - Amélioration du service ferroviaire.

                    - Service public de location de véhicules individuels dans toutes les gares. La meilleure technologie étant d’utiliser des véhicules à air comprimé (voir http://www.mdi.lu). Ce qui est faisable quasiment immédiatement car la SNCF possède de solides infrastructures électriques ce qui lui permettrait d’installer très rapidement des compresseurs pour « charger » les véhicules en location. La SNCF pourrait même gérer le covoiturage au départ de ces gares.

                    - Service public de navigation par overcraft (technologie à air comprimé) pour naviguer sur les rivières sans pollution.

                    Sinon, le réchauffement climatique, c’est une grosse blague, c’est un piège tendu aux écolos par la faction impérialiste pour avoir quelques alliés afin de faire passer la pilule de l’apauvrissement général.

                    Enfin, je suis un peu dubitatif sur le moteur à eau : Non pas qu’il soit impossible (je n’ai pas creusé la question), mais il me semble que l’eau étant un bien vital, le problème revient à celui des « biocarburants » : il ne me semble pas adéquat d’utiliser une ressource vitale pour la vie sur la planète à des fins de déplacement.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 8 septembre 2009 06:55

                      ffi,
                      j’ai lu attentivement votre réponse, et j’en cherchais les motivations,
                      une phrase ne m’a pas échappé :
                      « la seule solution viable est une évolution vers des énergies à plus forte puissance, dans des unités hyper-efficaces (atome) »
                      voila qui éclaire tout le reste de votre commentaire.
                      contester une loi physique telle qu’elle est décrite dans mon article, et connue de tous est une grosse ânerie.
                      tout le monde sait que la hauteur de la chute d’eau, indépendamment du débit, est facteur de puissance.
                      prôner l’atome en est une autre : tchernobyl et superphénix nous en ont montré les limites.
                      en France, cette activité a généré deux millions de tonnes de déchets dangereux, dont personne ne veut, et pour lesquels nous n’avons aucune solution raisonnable pour nous en débarrasser.
                      ce qui condamne définitivement la solution nucléaire.
                      solution qui contrairement à ce qui est souvent déclaré ne nous apporte pas l’indépendance énergétique, pour la bonne raison que les 3/4 de l’uranium viennent du continent africain.
                      (ce qui génère au Niger et ailleurs les guerres que nous connaissons)
                      quant au moteur a air comprimé, je connais mr Nègre, qui a mis un véhicule au point, et qui a reconnu que la difficulté consistait a franchir des dénivellements importants.
                      solution propre, d’accord, mais limitée.
                      au sujet du moteur à eau, si vous aviez ouvert les liens proposés, rien ne vous permettrait d’être « dubitatif »
                      merci au moins de les ouvrir.
                      d’un revers dédaigneux de manche vous renvoyez l’éolien et le solaire aux oubliettes.
                      un peu prématuré à mon avis, car ces deux énergies sont en plein développement, et ont déjà prouvé leur capacité à répondre à nos besoins énergétiques.
                      seule manque une volonté politique pour arriver au niveau des pays voisins.
                      l’Allemagne à développé une puissance solaire dix fois supérieure à la notre, alors que le soleil les favorise beaucoup moins.
                      révélateur d’une volonté sarkozienne de s’enfermer dans l’impasse nucléaire.


                    • ffi ffi 8 septembre 2009 21:33

                      Ma critique sur le moteur à eau ne portait par sur sa faisabilité mais sur le fait que l’eau est une ressource vitale pour tous les êtres vivants. Après avoir constaté la nocivité d’utiliser les biocarburants à grande échelle (même si l’huile végétale pure est plutôt intéressante au moins pour les agriculteurs), vous constateriez également la nocivité écologique d’utiliser l’eau comme ressource énergétique pour les transports.

                      Pour un écologiste, c’est assez étonnant de vouloir ainsi utiliser une ressource tellement vitale pour des besoins de transport.

                      Il y a des gisements d’uranium (Vendée, Limousin, ...) en France. Et on est loin d’avoir sondé tout le pays. Mais ils ont été fermés à cause, je suppose, des salaires trop élevés des travailleurs locaux et des contraintes législatives. Il fut préféré exploiter la population avec des salaires de misère et pouvoir polluer sans gène le Niger, il me semble. L’argument de l’indépendance n’a rien à y voir.

                      Je vous remets le lien (que vous n’avez pas pu lire - n’avez-vous pas Adobe Acrobat Reader ?) http://www.ensmp.fr/aflb/MEMOS/GLmonopole/GL_monopole_vulgarisation.pdf. Il y a de nouvelles découvertes qui changent toute notre vision de l’infiniment petit atomique, c’est à dire qu’il semble que l’on puisse modifier les temps de décroissance radioactive.

                      Il y a des ressources énergétiques extraordinaires dans les atomes, d’une densité incomparable par rapport à vos « chute d’eau ».

                      Dans le cas de Superphénix, 1 gramme de combustible produisait autant que la chute d’un litre d’eau sur 500 mètre de dénivelé (en supposant un rendement de plus de 50% pour la chute d’eau). Superphénix, sur une année aurait consommé 900 kg de plutonium, à comparer avec les 27 tonnes d’uranium nécessaire d’une centrale atomique à l’uranium ou bien les 15 000 tonnes de pétrole nécessaire pour une centrale thermique. La quantité des déchets est divisée par 15 000 ! Et en plus superphénix permettait de recycler le combustible usagé des centrales à l’Uranium. Alors vous avez beau dénoncer les déchets atomiques, mais vous avez vous-même milité pour qu’il ne puisse être recyclés.

                      Paradoxalement, votre idéologie - qui est en contradiction avec les principes physiques élémentaires - va vous pousser à multiplier les déchets, à construire des barrages partout, des éoliennes partout, à couvrir le sol de piles photovoltaïque, tout en asséchant les rivières pour vous en servir d’essence, pour un résultat, en terme de qualité de vie absolument déplorable. Il suffit de voir l’état de pollution déplorables des pays démunis du nucléaire pour comprendre que plus une population est acculée à la survie et démunis des technologies les plus modernes, plus l’environnement est pillé.

                      A noter que j’ai vécu sur une zone ou le radon s’échappe des sols de manière naturelle, que je n’en suis pas mort. Je suis la preuve que la radioactivité s’élimine bien du corps. De plus les nouvelles découvertes que j’ai cité plus haut montrent la possibilité de modifier les temps de décroissance radioactive.

                      Il est vrai que j’aime bien l’invention de Guy Nègre. Je trouve que stocker l’énergie par l’intermédiaire de l’air compressé est lumineux sur plein d’aspect. D’abord, le moteur est fortement simplifié, c’est un banal détendeur. Il ne subit pas d’explosion, d’où une usure bien moindre. Il ne consomme rien à l’arrêt. Par rapport aux batteries électrique, le stockage d’énergie ne nécessite aucun matériaux toxiques (pas de problème de recyclage de batterie), c’est un simple réservoir d’air. L’air peut être comprimé dans des unités hyper-efficaces à très haut rendement, dont la source énergétique n’a pas d’importance (moteur striling, compresseur électrique, moteur classique...), alors que pour une voiture classique, tous le moteurs doivent être construits avec le maximum de rendement et celui-ci ne tolère qu’un seul type d’énergie. Cela permet de découpler l’engin de transport, de la motorisation.

                      Vous indiquez qu’il y a certes un petit problème de puissance. Ici, vous avez raison. Pour de courtes distances en ville, cela reste très acceptable. Pour de plus longues distances, un adjuvant énergétique peut être ajouté (huile végétale, gasoil, essence, alcool au choix) qui va apporter un plus d’énergie et de puissance le tout bonifié par le travail en surpression. J’imagine que les résultats pourraient être très étonnants si on doublait l’ensemble d’une catalyse de l’eau, pour faire de l’hydrogène un adjuvant énergétique.

                      Ces versions bi-énergie affichent une autonomie de 1500 km avec une consommation de 2 litres au 100, pour des véhicules déjà pas plus chers que les véhicules classiques. Mais nous n’en sommes qu’au début de la recherche dans ce domaine. Le travail en surpression semble apporter quelque chose de radicalement nouveau et des effets qui n’étaient pas prévisible au départ.

                      Si vous en restez à vos moulins et à vos piles, vous avez 5 siècles de retard.
                      Si telle est votre ambition pour la société, je vous conseille de cesser la politique et d’aller vous installer dans un vallon de montagne ou vous laisserez libre court à votre imagination.

                      Votre imagination au pouvoir - fort mal ficelée et en contradiction avec les principes physiques élémentaires - n’a en pratique qu’une fonction : faire passer la pilule de l’appauvrissement aux gens, uniquement afin de sauvegarder un système dont le seul intérêt est de rendre les puissants légitiment toujours plus puissant et dont les conséquences sont le génocide des populations par la misère mais pour le profit de quelques uns.

                      Cette alliance de l’écologie et de l’impérialisme est une traitrise.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 8 septembre 2009 23:22

                        ffi,
                        bien sur, l’eau est une ressource vitale,
                        mais la différence avec l’uranium, le pétrole, le charbon, c’est que c’est une énergie renouvelable, elle est illimitée, et il vaut mille fois mieux utiliser une énergie renouvelable que de vider en quelques décennies comme nous l’avons fait les sous sol des stocks d’énergies fossiles (pétrole, charbon, uranium)
                        en plus c’est idiot d’utiliser le pétrole comme carburant,
                        il offre tellement plus d’utilité autrement,
                        c’est un peu comme si on utilisait des diamants comme combustible.
                        vous n’ignorez pas que le diamant brule admirablement bien
                        bref,
                        pour en finir avec le chapitre nucléaire, il vous faudra bien convenir un jour ou l’autre que c’est une énergie dangereuse, polluante, dont on ne sait gérer les déchets,
                        c’est une énergie désuette, qui nous rend dépendant des pays producteurs (niger etc)
                        c’est donc une énergie dépassé, chère, et dommageable à notre santé.
                        il faudra vous y faire.


                      • gloups 3 janvier 2010 15:28

                        Bonjour Olivier Cabanel,
                        Je ne lis votre intéressant article qu’aujourd’hui par le hasard d’une navigation...
                        Je vous remercie pour la simplicité et la richesse des informations fournies dans celui-ci.
                        Je pense qu’effectivement, un lourd couvercle pèse de tout son poids sur ces autres formes d’énergie : Le poids des intérêts en jeu énormes, des lobby du pétrole. Mais ça, on ne le sait que trop... et pourtant, rien ne bouge vraiment.
                        De toute façon, on peut dire ce qu’on veut, on arrive au bout de nos réserves pétrolières et les autres énergies fossiles ne sont raisonnablement pas envisageables pour cause de pollution atmosphérique dont le seuil est déjà largement critique (Sauf si on trouve le moyen de brûler le charbon sans dégager de CO2) C’est lorsque notre monde, dans sa forme actuelle, sera au pied du mur que l’ensemble des solutions que vous citez et d’autres innovations à venir verrons enfin le jour, de manière massive, jouant sur l’effet de nombre des différentes formes de production d’énergies. Espérons qu’il ne soit pas trop tard...


                        • olivier cabanel olivier cabanel 3 janvier 2010 19:31

                          Gloups,
                          merci de votre commentaire,
                          j’ai effectivement le sentiment que c’est un peu tard,
                          et l’échec de Copenhague n’a rien arrangé,
                          enfin, il faut vivre avec l’espoir, et comme disait un vieil ami africain :
                          « même si ca devait être mon dernier jour, je planterais un arbre ! »
                          et bonne année a vous !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès