• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > La cerise sur l’Arlicot

La cerise sur l’Arlicot

Balade gourmande

Le Loiret et la perle rouge

Entre Mareau et Cléry, il est une petite vallée qui n'a rien à envier au Japon. Les cerisiers y poussent avec bonheur et qui n'a jamais vu une forêt de ce bel arbre ne peut comprendre l'émotion de ceux qui découvrent cette merveille : la cerisaie en fleurs d'abord, puis couverte de ses petites perles rouges.

La cerise nous vient d'Asie. La légende attribue au général romain Licinius Lucullus, en soixante-dix avant le sauveur, l'introduction en Europe de cette merveille de délicatesse. Les Grecs en avalent un noyau, affirmant qu'ils avaient découvert ce fruit des dieux bien avant les soldats de Rome. Qu'importe la bataille, apprécions simplement cette gourmandise sans nous soucier d'en connaître l'origine, d'autant plus que ce sont les oiseaux qui firent l'essentiel du travail pour sa diffusion.

Cerisier viendrait d'une déformation d'une expression latine : « Le chemin de César ! » On ne prête qu'au riche et on donne bien souvent à Jules ce qui revient à de plus obscurs. Pourtant, nos cerisiers connaissent dans notre beau pays de vilaines attaques. Une loi aussi stupide qu'imbécile interdit aux jeunes de 16 ans de monter à une échelle. La cueillette des cerises en prend un sacré coup.

C'est au point que, dans notre belle vallée du Loiret, les paysans préfèrent couper l'arbre fruitier pour lui préférer le noisetier. La mécanisation de la cueillette pour les noisettes facilite la vie et réduit les charges. Nous vivons une époque moderne où la cerise est devenu un fardeau pour celui qui prétend vivre de sa culture. On y gagne plus sûrement la queue que le noyau !

Ces considérations n'ont pourtant pas découragé des amoureux de leur patrimoine local. L'histoire, à partir de Louis XI avait fait de la Vallée de Loire le vignoble de France. Trente mille hectares de vigne à l'époque et un petit vin de Cléry qui enchantait la cour de France. Comme cerisiers et vignes se disputaient cette terre riche et limoneuse, le rapprochement ne pouvait que se faire.

Ce sont les amis de la Confrérie de la Grande maison qui eurent l'idée de marier le vin et la cerise. Le cœur d'Arlicot est née de cette union des délices. Un apéritif au départ et bien plus, rapidement, tant ce nectar trouva sa place dans la cuisine. Le concours général du salon de l'agriculture de 2013, en lui attribuant la médaille d'Or, reconnaissait l'excellence de cette initiative.

La Loire et son histoire ne pouvaient demeurer en reste. Véritable rivière à vin, le fleuve royal avait transporté des muids venant de tout le pays. Parfois le vin, à l'étiage, tournait au vinaigre. Orléans se fit alors la spécialité de ce vin aigre qu'il fallait assaisonner à bien des sauces. Les familles Dessault et Pouret furent les plus célèbres dans ce commerce florissant.

D'autres se lancèrent dans cette aventure tandis que d'Amérique déferlaient de nouveaux produits. La canne à sucre et le cacao arrivaient par chalands entiers sur nos quais. Les frères Saintoin étaient vinaigriers. Ils savaient que le vinaigre empêche le sucre de jaunir. Ils ouvrirent une des trente-trois raffineries qui poussèrent en Orléans jusqu'à la Révolution.

Suivant alors l'exemple d'Auguste Poulain à Blois, ils créèrent un peu plus tard, la Chocolaterie Royale. La boucle allait enfin être bouclée pour ouvrir une voie royale à l'imagination de Daniel Mercier, le maître chocolatier, actuel propriétaire de la célèbre Chocolaterie Royale d'Orléans.

Il a uni les traditions locales pour mettre au monde l'Arlicotine. Dans une petite robe rose, un caramel fondant au cœur d'Arlicot vient enchanter vos papilles de mille et une saveurs délicates et subtiles. L'Arlicotine ne rassemble que des acteurs locaux : la Chocolaterie Royale, les Cerises des Bords du Loiret et le cœur d'Arlicot, produit à Olivet par Covifruit. C'est une belle initiative qui mérite d'être relayée ici.

Alors, laissez-vous mener par le petit bout du nez et de votre gourmandise. La cerise sur le cacao, un merveilleux mariage qu'il vous convient de déguster. Une petite gourmandise innocente, célébrée par la confrérie des mangeurs de cerises des bords du Loiret. Laissez-vous tenter !

Gourmandement vôtre


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Le p’tit Charles 26 novembre 2014 16:11

    Est il exact qu’il y a deux sortes de cerisier...ceux à fruits et ceux uniquement pour l’ornementation... ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires