• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > La Cité des cloches

La Cité des cloches

JPEG

La Blottière pour un décor de rêve …

L’aventure s’achève en apothéose. À l’initiative de Karine, l’une de bénévoles de l’association : « La Cité des cloches », un organisme d’accueil de handicapés à qui l’on propose de vivre dans un cadre exceptionnel, nous avons offert un spectacle, toujours sur le signe du partage. Un cinquantaine de personnes ont répondu à cette invitation en apportant un panier repas et leur bonne humeur aux quelques handicapés présents ce soir là et qui avaient la fierté de recevoir tout ce monde chez eux.

Nous avons le bonheur de faire spectacle dans une grange qui constituait un décor parfait avec des vieilles malles, des roues de charrettes, de la paille, des meubles anciens, un soufflet de forge, une échelle en bois et une multitude d’autres éléments anciens, dignes d’une échoppe de brocanteur. Casimir m’ayant rejoint en camping car, c’est entre chansons et contes que se déroula cette belle veillée comme autrefois.

Je réalisais ainsi l’objectif essentiel de cette aventure : le partage. Que mon initiative n’ait pas trouvé d’écho à de rares exceptions dans la presse locale m’importe peu. C’est dans les regards des spectateurs d’hier que j’ai trouvé la légitimité de ma démarche. C’est encore dans la joie des handicapés qui ont vu ainsi tant de personnes venir chez eux que je trouve les raisons de me moquer de l’indifférence de ceux qui ont décidé de ne pas soutenir ma démarche.

Contentons nous d’évoquer plus avant ce lieu magnifique qui nous ouvrit ses portes. L’association fut crée en 1958 par un capucin jésuite, Bernard Valentin disposant de quelques biens qu’il mit au service d’une noble cause, offrir aux adultes handicapés un lieu de vie en relative autonomie. La ferme de la Blottière est à deux pas de sa maison familiale et constitue encore le symbole de l’œuvre de cet homme disparu aujourd’hui.

C’est en 1968 que le site de la Blottière fut ouvert. Il reçoit encore 3 adultes, Gérard, Jacqueline et Maryvone alors que les six autres centres reçoivent de 6 à 13 personnes. La différence s’explique dans le fait que les autres endroits sont gérés par les départements qui les reçoivent, tandis qu’ici, l’association a souhaité garder en état cette ferme qui ne serait sans doute pas aux normes de nos instances officielles.

13308707_627429644078976_5691907685803619814_o.jpg

C’est d’ailleurs cette authenticité qui nous a frappés. Dans un confort sobre et suffisant, nous fûmes reçus comme des rois. Les bénévoles se mirent en quatre pour nous offrir les meilleures conditions qui soient. Nous en fûmes particulièrement touchés. Je pense que notre prestation, en retour, satisfit pleinement tous ceux qui vinrent à notre rencontre. C’est la plus belle récompense qui soit.

Nous n’avons à offrir que nos contes et chansons. C’est bien peu, c’est beaucoup à la fois car nos spectacles parlent du cœur et se moquent des modes et des tendances. Nous déplaisons à ceux qui décrètent les goûts du public, nous ne serons jamais invités par les tourneurs et les agents, les guinguettes prétentieuses et les radios hautaines : c’est tant mieux. Nous honorons la langue française et n’avons que faire de flatter les facilités de l’heure.

Je n’oublierai jamais le sourire éclatant de Florence cette jeune trisomique à qui j’avais dit un conte à Mauves il y a six mois, rien que pour elle. Elle est venue avec une lettre, un mot touchant et même un peu troublant. Elle était accompagnée de ses parents, un message fort pour moi et je les en remercie. Je lui ai donné le CD de mes contes, elle fut aux anges ! C’est pour vivre de tels moments que je me suis lancé dans ce voyage du partage. Je pense avoir été comblé au-delà de mes espérances.

Il nous reste deux spectacles à proposer. Ce vendredi soir, c’est sur les quais de Chalonnes que nous nous produirons pour célébrer les Chalandoux, ces merveilleux fous qui construisent un gabarrot, un bateau en bois de 25 mètres. Un défi, une gageure qui mérite d’être encouragé et aidé. Leur chantier est ouvert au public. Il mérite un détour et une petite contribution pour que se réalise ce projet exceptionnel. Samedi nous serons reçus par l’association à contre-courant qui plus modestement mais tout aussi sincèrement, rénove des plates, des barques en bois pour les remettre à flot.

La Loire aura servi de toile de fond à ce périple. J’ai dû la laisser à sa colère mais je termine le périple en tenant mes engagements. C’est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup. Il me restera de cette aventure humaine et non sportive, des rencontres inoubliables, des découvertes et des coups de cœur. J’espère vous avoir fait partager ce voyage avec mes récits. Les photographies suivront un jour, quand l’ami Georges aura fait le tri.

Merci à tous ceux qui sont venus à ma rencontre, qui m’ont accordé un peu d’attention. Je continuerai ainsi et si vous voulez m’inviter, ce sera avec grand plaisir que je viendrai à vous. J’ai des histoires plein ma bourriche, il n’est qu’à trouver des oreilles bienveillantes pour les écouter. N’hésitez pas à me contacter. Merci

Finalement vôtre.

13308478_627432514078689_5697455407179665019_o.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Habana Habana 6 juin 2016 12:35

    Je m’attendais à voir la tronche de Hollande, président des cloches qui ont « veauté » pour le roi des cloches ! Et en plus il est lui aussi trisomique !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès