• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

La Croix à Tibi

Fable Dominicale

ou les lettres de mon moulin de bois ....

La vérité cachée …

_IGP8816.JPG

Il était deux fois....mais commençons par la première comme il se doit ! Nous sommes sur les bords de Loire, entre Sully-sur-Loire et Chateauneuf, tout près de Guilly , dans ce lieu magnifique qu'on nomme « Bouteille ». Une tuilerie majestueuse domine la levée en un lieu où les eaux de la rivière s'engouffrent sous la terre pour donner naissance au Loiret, trente kilomètres plus loin.

_IGP8800.JPG

Cette année- là, en 1812, la météo avait fait des siennes. Les bateaux allant sur la Loire, furent pris au piège d'un terrible embâcle. Je sais que beaucoup ignorent tout de ce mot dont seul le contraire, la débâcle, est resté dans les têtes et encore, dans son acception militaire, sportive ou économique. Les eaux de la Loire prises par les glaces, formaient de véritables montagnes qui enserraient les bateaux jusqu'à les écraser …

_IGP8801.JPG

Louis Groslier, dit Tibi, de Saint-Thibault-sur-Cher est un marinier allant son train avec toute sa fortune embarquée sur son chaland et, quand la catastrophe survient, il est pris au piège comme ses collègues. L'homme n'a qu'une idée en tête, sauver son embarcation et les marchandises qu'il transporte. Un naufrage sonnerait le glas de son petit commerce de voiturier sur l' eau.

_IGP8803.JPG

Pendant plusieurs jours, par un froid sibérien, Tibi lutte sans relâche contre la glace, en cassant l'étau solide qui se forme autour de sa « Belle Marquise ». Sa gabarre résiste grâce à ses efforts, aux dires des uns, beaucoup de chance, aux dires de quelques autres, et ses prières à Saint Nicolas, selon ce brave homme et ceux qui aiment à croire en la divine providence.

_IGP8806.JPG

Louis n'eut de cesse de psalmodier cette prière : « O grand Nicolas, toi qui as protégé bien des fois, tous les naufragés, toi qui as tendu la main à ceux qui étaient en péril sur les eaux furieuses, écoute ma prière pour que ne soient pas engloutis par la Loire et ses glaces, ton humble serviteur et son modeste rafiot. Si tu exauces ma supplique, je dresserai ici, une croix en ton honneur ! ».

_IGP8813.JPG

Le miracle eut lieu ; Tibi et son chaland furent les seuls épargnés de ce train de bateaux où hommes et embarcations finirent engloutis. Peu de temps après, l'homme tint sa promesse et vint planter une croix qu'on peut voir encore. Reconnaissant d'avoir échappé à la colère de la rivière, il remercia le Grand Saint Nicolas pour l'aide précieuse qu'il lui avait accordée, tout en la refusant à ses malheureux compagnons …

_IGP8815.JPG

Il était une fois....voici la seconde version, que seul un mécréant peut vous servir ici. Le Gars Louis, dit Tibi la malice, était certainement un bon compagnon mais un sacré coquin. En 1812, la Gabelle, qui avait été supprimée en 1790, était de nouveau à l'ordre du jour depuis 1806, rétablie par Napoléon premier . C'est ainsi que Louis, pour améliorer l'ordinaire, trafiquait le sel.

_IGP8808.JPG

C'était un faux saunier amateur, un petit trafiquant qui cachait pour lui- même, quelques livres de sel. Lors du terrible embâcle de 1812, année affreuse s'il en est, le Saint Laurent au Canada et la Loire chez nous sont pris par les glaces. Sont également prisonnières du terrible hiver russe , les armées de Napoléon, je dis bien, Napoléon, celui qui finalement sauvera indirectement Tibi.

_IGP8829.JPG

Louis Groslier s'activait comme un fou autour de son « soube », le troisième bateau sous voile d'un train de bateaux. Avantages non négligeables : son bateau était moins grand que les deux premiers, le chaland et le tirot, et plus solide aussi que les bachots qui suivaient. Mais ce qui l'épargna à coup sûr, c'est son petit commerce parallèle. En effet, pour combattre efficacement l'extrême péril, il dut sacrifier sa réserve de sel de contrebande. C'est ainsi qu'il fut aidé par la physique et non par le Très Haut …

_IGP8828.JPG

Quand on est seul à échapper au naufrage, bien des jalousies se propagent derrière votre dos. Louis le comprit bien vite et décida d'attribuer à un complice incontestable et d'excellente réputation, le miracle qui l'avait maintenu en vie. C'est donc en l'honneur de Saint Nicolas qu'il planta une croix sur la levée. Ce geste brisa net les plus vilaines rumeurs sur son compte et lui ouvrit les portes de la postérité.

_IGP8826.JPG

Il fallait bien un Bonimenteur pour apporter ici son grain de sel. Nul n'est obligé de croire en mon explication. Il n'y a que la foi qui sauve et cette morale fort commode, a toujours été utile en bien des cas mystérieux. Je vous accorde le bénéfice du doute et laisse en paix la mémoire de ce brave homme. Puisse-t-il me pardonner cette fantaisie sans autre ambition que de mettre en lumière, et une histoire ancienne , et un peu d'épice dans celle-ci.

Saunièrement sien.

_IGP8832.JPG

JPEG - 1004.4 ko

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Loatse Loatse 18 novembre 2013 12:51

    Bonjour C’est Nabum

    Une canicule étouffa l’Europe pendant l’été 1811. La faute au fameux anticyclone des Açores bien installé en Europe occidentale et centrale. Son effet sur les cultures fut dramatique. Un texte préfectoral en témoigne : « Un soleil de feu sécha sur pied les céréales : le grain, menu et rare, manquait même presque complètement dans certaines régions ». 76 départements français enregistrèrent des récoltes déficitaires. Au total, il manqua 10 millions d’hectolitres de grains (sur une consommation française annuelle de 93 millions). La crise s’amplifia dans les premières semaines de 1812.
    Les prix connurent une envolée formidable. Le prix national du blé passa de 20 francs en 1810 à plus de 33 francs en 1812"

    http://www.napoleon.org/fr/salle_lecture/articles/files/481711.asp

    Pendant ces années difficiles, chaque famille notamment du coté des pays de loire, la bretagne qui fut durement touchée, chaque famille cachait ce qu’elle pouvait de sel pour le revendre sur les routes, enfreignant la loi pour survivre au risque de se retrouver au cachot ou envoyés aux galères...

    Pauvre louis qui dut sacrifier son sel pour se sauver des glaces, mettant ainsi en difficultés les siens.. Il avait déjà dû se séparer de son ainé le mettant en apprentissage en ville ou il passait plus de temps à aller quérir les sacs de grain venant par bateau de l’étranger et à les apporter au meunier que devant le four à cuire le pain...

    Il était là sur sa barque, bloqué par la glace, ses pensées tournées vers son épouse et ses filles pour lesquelles il était le dernier recours pour ne pas mourir de faim et comme à Pont l’evêque en être réduit se nourrit de son, d’herbes trempées dans le lait et de sang de boeuf...

    Mais comme il avait la foi du charbonnier, Louis, quand saint nicolas en réponse à ses prières lui suggèra de répandre une partie de son sel afin de libérer sa barque, il optempera aussitôt.. smiley

    ps : votre article m’a rappelé un roman lu récemment qui se situait dans ces années là, dans cette région ci et qui m’a profondément marqué notamment lorsque les collecteurs et les soldats qui les accompagnaient retournaient coffres et couches pour chercher ce sel dissimulé, condammant les familles à une mort certaine..


    • C'est Nabum C’est Nabum 18 novembre 2013 16:45

      Loatse


      Je suis touché par votre commentaire

      À la fable, vous apportez une touche historique qui atteste du contexte hélas bien réel.
      Merci beaucoup.

      Je reprends en un autre lieu ce commentaire si précieux. Merci 

      • Loatse Loatse 18 novembre 2013 18:28

        j’ai beaucoup aimé votre fable, ainsi que ces merveilleuses photos de la Loire qui m’ont ramenée des années en arrière alors que petite fille, en colonie de vacances, je descendais la rue « du bout du monde » à Sully sur Loire espérant en vain apercevoir le fleuve à travers les roseaux..

        il s’y refusai le mois durant mais cette pudeur lui conférait une aura de mystère qui rendait ces lieux magiques :)

        et donc je ne lui en ai pas tenu rigueur :)

        merci à vous de m’avoir faire revivre ces instants

        cordialement, loatse...,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès