• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > La planète des « singes »

La planète des « singes »

C’est entendu, l’homme est la race supérieure, il domine toutes les espèces animales, végétales, de sa puissance, son « intelligence », il s’est octroyé le droit de vie et de mort sur tous les autres animaux, et s’il le veut, il peut faire sauter la planète entière…et pourtant…

Et pourtant on pourrait s’interroger sur nos faiblesses, nos carences, et notre manque de lucidité face à cette nature qui nous entoure, dont nous semblons bien incapables de tirer des leçons et de comprendre les enjeux.

La comparaison entre notre espèce et l’animal sauvage n’est pas toujours à notre avantage.

La queue du lézard, une fois coupée, repousse comme si de rien n’était, alors qu’il reste impossible à l’humain de faire repousser le moindre de ses membres amputés ?

Cette queue qui repousse chez le lézard, et autres reptiles, provient d’une molécule appelée myosiverine.

Ce sont des chercheurs de San Diego qui ont découvert que cette molécule était capable d’agir sur les cellules musculaires adultes, lesquelles du coup régressent en cellules souche des muscles, celles-ci proliférant afin de reconstituer l’organe perdu.

Après la rupture de la queue, l’extrémité à vif de celle ci se ferme par des tissus morts, le moignon se recouvrant de cellules nouvelles, et un tube cartilagineux remplaçant les vertèbres. lien

La nouvelle queue n’est parfois pas à l’image de l’ancienne, et il arrive même qu’au lieu d’une nouvelle, il en repousse plusieurs. lien

Et que dire du sens de prémonition d’un grand nombre d’animaux, qui, sans avoir fait d’études supérieures, sans avoir ouvert des livres, consulté les experts, sont capables de prévoir très longtemps à l’avance, un séisme, un ouragan, une tempête ? Qui sont capables de discerner une plante comestible d’une plante mortelle ? Qui sont capables de se soigner sans passer par la case « docteur » ?

On sait que les chimpanzés de Tanzanie consomment une plante nommée Aspilia pour calmer leurs maux d’estomac, que les belettes ont été observées en train de consommer des fleurs pour se soigner et qu’un chamois mordu par une vipère consomme, pour se soigner, de leuphorbe, plante qu’il ne mange pas d’ordinaire. lien

L’homme n’a pas cette chance, même si la nature nous offre toutes les possibilités de nous guérir, sauf que nous n’avons pas la science infuse, et qu’il est probable que de nombreux humains sont morts d’avoir consommé l’amanite phalloïde avant d’en avoir découvert le danger.

Pourtant les limaces, et d’autres petits animaux, dévorent allègrement les champignons mortels sans le moindre dommage ? lien

Parlons de la prémonition chez les animaux.

Les pécheurs savent qu’avant un tsunami, les poissons se rapprochent des côtes, une force inhabituelle semblant les pousser vers la surface, et ils en profitent pour faire des pêches des plus fructueuses.

Lors d’un séisme survenu en Thaïlande, un pécheur nommé Chaïyoot Khongprachan, venant de mettre son bateau à l’eau, a été surpris d’être accompagné par 5 dauphins, lesquels poussaient des cris, agitant la queue, faisant des bonds hors de l’eau, ce qu’il n’avait jamais observé auparavant.

Ils l’ont accompagné pendant environ 5 minutes, puis sont partis.

Le tsunami est arrivé peu de temps après.

Le physicien Motoji Ikeya  affirme qu'un puissant courant électrique émanant de la terre survient plusieurs heures, voire plusieurs jours avant un séisme, et pense que les animaux pourraient être sensibles à ce courant. lien

Avant chaque séisme, il est régulièrement constaté que les animaux, et les chats en particulier, sont très agités, 3 ou 4 heures avant un tremblement de terre.

Ils miaulent, courent dans tous les sens, comme s’ils avaient la prémonition de la catastrophe à venir.

D’ailleurs, il n’est pas rare qu’avant un évènement géologique, les émissions tv soient perturbées, et que les téléphones portables sonnent sans raison.

Le géologue James Berkland est convaincu que les tremblements de terre sont consécutifs à une activité magnétique, laquelle serait perçue facilement par les animaux, mais pourrait l’être aussi par des hommes réceptifs parfois à ces perturbations électro-magnétiques. lien

Et puis, pour prévenir d’un futur séisme, il a une méthode originale, il lit le journal, ayant constaté que les disparitions d’animaux se multipliaient à l’approche d’un tremblement de terre. lien

L’humanité aurait donc beaucoup à apprendre de l’animalité.

Comment en douter encore lorsqu’on observe un conflit entre animaux : lorsqu’il y a dispute pour un territoire, l’animal vaincu s’en va, sans mise à mort, il part seulement à la recherche d’un nouveau lieu de vie.

L’homme ne peut pas en dire autant, et il aurait beaucoup à apprendre de la solidarité que les animaux ont les uns envers les autres. lien

Les bœufs musqués forment un mur de défense en cercle pour protéger leur progéniture des prédateurs. image

Et que dirent de notre difficulté à nous déplacer dans le noir alors que les chats, et d’autres animaux, voient la nuit comme en plein jour. lien

Et quid de notre résistance à la sécheresse, à la chaleur ?

On sait que le chameau, indifférent à la brûlure du soleil, et aux tempêtes de sable, peut passer 6 jours d’affilés sans boire une goutte d’eau (lien) et perdre le tiers de son poids lorsqu’il se déplace dans le désert : combien d’hommes pourraient en faire autant ?

L’artémia, petit crustacé, peut rester « en sommeil » de longues années, et ne renaître qu’avec l’apparition de l’humidité saline. lien

Et que dire des tardigrades, ces arthropodes surnommés "ours d’eau", qui peuvent vivre dans l’espace sans le moindre scaphandre ? vidéo

Ils résistent aux rayonnements ultra-violets, au vide spatial, à une pression de 600 mégapascals ou à une plongée dans l’hélium liquide à -272° C, sans le moindre dommage. lien

Comment expliquer que les cafards, sans le moindre masque et combinaison afférente, soient capables de supporter des doses de radioactivité qui seraient largement mortelles pour nous ? lien

Il faut dire que le cafard à 400 millions d’années d’expérience derrière lui, et qu’avec nos 50 000 ans « d’homme moderne », nous faisons piètre figure. lien

Rien à voir avec ce cafard là. lien

Encore mieux, le cerveau des cafards et des criquets, d’après les découvertes des chercheurs de l’université de Nottingham, pourraient permettre de développer de nouvelles formes d’antibiotiques (lien) alors que les nôtres sont de plus en plus inefficaces, (lien) provoquant l’apparition de bactéries hyper-résistantes, comme on à pu le découvrir cet été, avec celles de l’E. Coli, qui nous venaient d’Egypte. lien

Et comment passer sous silence cette capacité de certaines espèces sauvages, comme le cheval de Prjevalski, qui broute apparemment sans la moindre conséquence, une herbe hautement radioactive ?

Avec toute notre technologie, nous sommes incapables d’avaler une salade polluée par Tchernobyl, ou Fukushima, sans en payer le prix pour notre santé.

La question que se posent certains scientifiques est celle-ci : la chaine ADN plus courte du cheval sauvage est-elle la réponse à cette manifeste résistance à la radioactivité ?

Dans la zone interdite de Tchernobyl, il reste encore 50 à 80 tonnes de lave radioactive, de l’eau et des tonnes de poussières contaminées, et pourtant les espèces sauvages, dont ce fameux cheval, semblent proliférer sans dommages apparents. lien

21 d’entre eux avaient été introduits en 1998, et ils sont plus de 50 aujourd’hui.

Or le cheval de Prjevalski a 66 chromosomes alors que le cheval domestique n’en a que 64. lien

On trouve d’ailleurs les mêmes différences entre beaucoup d’espèces sauvages et domestiques : la chèvre à 60 chromosomes, le chevreuil en a 70, le chimpanzé, tout comme le gorille en a 48, alors que l’homme n’en possède que 46. lien

Si, au passage, on peut relever que l’homme a le même nombre de chromosomes que la pomme de terre (lien), qu’en était-il de l’homme primitif ?

Selon David Reich de la Harvard Medical School, la séparation entre le chimpanzé et l’homme s’est faite il y a moins de 6,3 millions d’années et comme l’écrit Wikipédia : « le regroupement de la tribu des Hominines (genre Homo à 46 chromosomes) avec celle des panines (genre Pan à 48 chromosomes) forme la sous-famille des homininés  ». lien

Pourrait-on alors imaginer que des membres d’une tribu sauvage d’Amazonie ou d’ailleurs aient encore 48 chromosomes ?

En tout cas, de nombreux chercheurs planchent sur la question. lien

Kenneth Miller, dans cette vidéo apporte un élément de réponse, expliquant qu’il y a eu fusion de chromosomes donnant naissance à nos ancêtres humains, et l’audace aidant, pourquoi ne pas imaginer que les humains d’aujourd’hui ne seraient que des « chimpanzés domestiqués » ?

Car comme dit mon vieil ami africain : «  l’homme est toujours son propre ennemi  »

Merci à Corinne pour son aide efficace.

Article ancien :

Noir, nous sommes tous noirs

L’image illustrant l’article provient de « tranchesdunet.com » 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

126 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 17 septembre 2011 09:21

    Bonjour, Olivier, et merci pour ce rappel des étonnantes facultés animales, imposée par la survie dans des milieux parfois très hostiles.

    Mais que dire de l’illustration de l’homo strausskahnus présenté dans l’illustration de l’article ?

    Cordialement.


    • Kalki Kalki 17 septembre 2011 11:35

      Ah et vous vous connaitriez pas comment s’appelle la pute de luxe anglaise qui baisait les anglais et les russes, dans les deux sens ?

      De la cour de recréation aux services de renseignements

      Les services de renseignements suisses ont fait surveiller des altermondialistes en Suisse et à l’étranger. Maintenant, un mouchard parle de ses activités.

      SI on commençait a faire la liste des putes de luxe on aurait pas finit il faut dire ... mais ca ferait bien une flopée d’articles.

      Sinon, concernant vos propositions pratiques pour changer tout ca ?

      En fait en retirant le TOP 500 des hyper riches, à mon avis, mais je peut me tromper d’un chouillat,

      il y a que des putes


    • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 11:49

      bonjour Fergus

      oui, je pense que l’image finale pourrait bien etre un clin d’oeil à destination de dsk,
      bien que le cochon ne mérite pas la mauvaise réputation qu’on lui fait
      lorsqu’ils sont dans un pré bien vert, ils sont bien proprets
       smiley

    • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 11:52

      Kalki

      j’ai bien aimé votre couplet sur les putes, et je pense que nous pensons aux mêmes.
       smiley

    • Kalki Kalki 17 septembre 2011 12:11

      Les italiennes, ne sont pas des putes, ce sont des mamas, on traite pas la famille comme ça

      Le bichon en est ou, perdu plus de nouvelle ? Insémination artificielle de bichon ?


    • zelectron zelectron 19 septembre 2011 23:38

      « C’est entendu, l’homme est la race supérieure, il domine toutes les espèces animales, végétales,... »
       voici LA question
      l’homme est parfait : pourquoi ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 11:55

      orion

      merci pour cette histoire de chat...
      à une échelle moindre, j’ai eu une expérience semblable
      nous avions déménagé et bien sur, nous avions pris notre chat,
      arrivé dans la nouvelle maison, il a brusquement disparu, et quelques jours après notre ex voisine, nous téléphonait en disant que le chat était revenu à son ancienne maison !!!
      la leçon, c’est qu’il faut le garder enfermé quelques jours dans sa nouvelle maison, afin qu’il s’habitue...ce que nous avons fait, et il est resté avec nous !
      ouf
       smiley

    • BOBW BOBW 17 septembre 2011 16:37

      Beaucoup de citoyens aimeraient bien qu’un certain petit toutou bien connu actuellement en fasse autant vers sa niche dans son château des Karpathes ! smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 17:53

      BOBW

      je crois voir à qui vous pensez,
      un espèce de vampire qui vide les caisse de l’état, suce le sang des pauvres, et aime bien ce qui brille...
      j’ai tout juste ?
       smiley

    • BOBW BOBW 17 septembre 2011 18:58

      Ouaff -Ouaff :Raouss-Raouss ! smiley


    • Perverseau 17 septembre 2011 09:30

      Merci Olivier de nous rappeler la toute importance de préserver la biodiversité, nos connaissances actuelles en sont encore à un stade précoce et cela sous entend que beaucoup de travaux et de recherches supportée par de nouvelles sciences (écologie appliquée, génie biologique...) sont encore à réaliser, mais nous sommes certain que le fruit de ce travail formidable des gens de l’ombre apportera des solutions viable à l’humanité dans un futur proche (médecine, agriculture, gestion des pollutions, urbanisation contrôlée, ect.).

      Le seul problème est de savoir quel sont les politiques qui choisiront le cap du développement durable au détriment du profit immédiat (le choix n’est pas si évident), la recherche suppose pour être efficace, de disposer des fonds suffisants, pour que les projets puissent concrètement aboutir.

      Le travail d’informer, d’éduquer les acteurs locaux sur l’intérêt de penser en terme de développement durable en ce qui concerne notre environnement et nos exigences socio-économiques, est très épuisant mais pas inutile et je constate (en France) que celui-ci peut porter ces fruits. La France dans ce domaine pourrait servir d’exemple pour le reste de l’Europe (notre biodiversité est exceptionnelle, mais menacée).

      j’encourage toute personne sensible à ces problèmes de soutenir bénévolement le travail formidable de toutes ces petites associations qui lutent pour préserver les milieux naturels remarquables qui font de ce pays ce qu’il est : un paradis sur terre !

      En préservant la biodiversité nous soutenons la recherche et de ce fait la possibilité de trouver des solutions viables à nos besoins.

      Je regrette toutefois le peu d’intérêt que suscite les sujets environnementaux sur AV, définitivement le no-nos DSK ou les théories ubuesque du 9/11 (OK pour la recherche de vérité sur les faits, mais point trop n’en faire) semble plus intéressantes que notre bien être ou la préservation de nos ressources

      A propos : la faculté première de l’homme (bien supérieur à ses capacités extra-sensoriels) est de s’adapter à tous les environnement et même les plus inattendu : des hommes vivent en apesanteur dans l’espace  ! 


      • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 11:57

        perverseau

        merci de ce joli commentaire que je partage totalement
        ils commencent un peu à nous gonfler avec dsk, 
        il y a, me semble-t-il, d’autres urgences...
         smiley

      • Kalki Kalki 17 septembre 2011 14:43

        Les élus sont des singes cons comme les autres.

        Pour qu’ils se mettent à l’énergie verte il faudrait les forcer


      • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 17:53

        kalki

        ou bien les virer ?
         smiley

      • BOBW BOBW 17 septembre 2011 19:01

        Qu’ils commencent à« bouffer les pissenlits par les racines » !


      • Ni naïf Ni Crédule dede 17 septembre 2011 10:06

        Et que dire de la radio-résistance de la bactérie Deinococcus radiodurans !?


        • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 13:29

          dede

          oui, j’ai entendu parler de cette bactérie...
          d’ici qu’elle puisse nous servir pour nous protéger de la radioactivité, il risque de se passer un certain temps,
          ne croyez vous pas qu’il serait plus sage d’arrêter le nucléaire tout de suite ?
           smiley


        • Georges Yang 17 septembre 2011 11:13

          L’homme est la mesure de toute chose disaient les sophistes
          Sans homme, à quoi peut servir la nature ? S’il n’y a personne pour la contempler elle perd de son intérêt
          Le chimpanzé est-il capable d’apprécier la beauté du vol de l’albatros ?

          Une planète sans humain est-il le but de l’écologie ?


          • pissefroid pissefroid 17 septembre 2011 11:36

            Je m’interroge sur la pertinence de votre dernière interrogation.

            Cependant il me paraît évident qu’une planète sans humain serait très probablement écologique.


          • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 13:30

            georges Yang

            « la beauté du vol de l’albatros » ?
            ici, la chasse est ouverte, et après avoir apprécié la beauté d’un chevreuil en train de bondir, ils lui tirent dessus...
            faut croire que la beauté ne les a pas trop ému...
             smiley

          • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 13:32

            pissefroid

            à l’évidence, les humains ont de la peine à s’intégrer sur cette planète,
            il nous faudra donc nous résoudre à la comprendre, ou a disparaitre.
            non ?
             smiley

          • Dominitille 17 septembre 2011 14:43

            Bonjour Olivier,
            Les humains sont trop intelligents pour apprécier la nature comme elle. Ils la préfèrent trop souvent saccagée et détruite. Mais ils se sont rendus compte depuis quelques décennies qu’ elle souffre et qu’il faudrait la guérir de cette maladie mortelle qu’est l’Homme ;
            Nous aurions dûs restés dans cette branche des grands singes au lieu d’évoluer dans la mauvaise direction.
            L’ être humain a fait de belles choses, découvert de belles choses créée de belles choses depuis la nuit des temps, mais il n’a mis que si peu de temps pour tout détruire.
            Dans très peu de temps, les orangs outangs n’auront plus d’habitat, détruit par nous ; Honte à l’humain.
            Magnifique article. L’image de l’évolution de l’hommes est très drôle mais a un côté cynique
             qui fait froid dans le dos.
            Bonne journée


          • Slipen’Feu 17 septembre 2011 16:29

            @Georges Yang
            La vie n’est réelle que lorsque « Je suis »
            comme disait
            .Gurdjieff



          • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 17:54

            Dominitille

            je partage bien évidemment et je remercie sincèrement
             smiley

          • BOBW BOBW 17 septembre 2011 19:06

            Je descends du chimpanzé, mais chaque matin je rends visite à mes merlettes qui viennet picorer les lombrics dans mon jardin. smiley


          • Marco07 17 septembre 2011 11:59

            Bonjour Olivier, concernant ce passage :

            L’homme n’a pas cette chance, même si la nature nous offre toutes les possibilités de nous guérir, sauf que nous n’avons pas la science infuse, et qu’il est probable que de nombreux humains sont morts d’avoir consommé l’amanite phalloïde avant d’en avoir découvert le danger.


            Petite anecdote :

            Notons les travaux du docteur Pierre Bastien qui mit au point un protocole à réaliser dès l’apparition des premiers troubles, c’est-à-dire une douzaine d’heures après l’intoxication. Il associe vitamine C en injection intra-veineuse, du nifuroxazide (un désinfectant intestinal) et un antibiotique (Neomycine...), des levures, de la vitamine B. Ce médecin consomma en 1971, 1974 et 1981 des amanites phalloïdes et s’administra son protocole, et échappa à ces terribles empoisonnements


            Il en faut une sacré paire pour oser !


            • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 13:41

              marco

              vous n’avez vraiment pas de chance.
              je connais le cas de ce docteur qui fait sourire tous les mycologues distingués.
              je vous explique :
              l’amanite phalloïde agit plusieurs heures après avoir été ingérée, et à ce moment vous pouvez bien prendre tous les remedes du monde, vous allez mourir.
              or ce Bastien, prenait son remede « miracle » juste après avoir avalé des phalloïde, et il guérissait, 
              sauf que, comme vous venez de le comprendre, s’il avait pris son remede au moment ou il éprouvait des douleurs, son remede ne servait a rien,
              d’autant que même s’il a réchappé a plusieurs reprises à la mort grace à son remede (dans les conditions que vous savez), les organes de son corps étaient de toute façon atteints,
              le foi, la rate, etc
              dommages irrémédiables,
              et ce pauvre Bastien a fini par quitter ce bas monde, avec son remede et ses champignons.
              croyez moi, apprenez plutot à connaitre la douzaine de champignons mortels, et ne revez plus d’un remede miracle.
               smiley

            • Marco07 17 septembre 2011 17:09

              Bien que son cas et traitement soit sujet à controverse, relisez mon commentaire. Et profitez en pour aller chercher la définition d’anecdote.

               smiley
              Sinon concernant le personnage et son traitement :

              Mais nul doute que je prends l’avis d’un musicien ancien architecte défenseur anti-nucléaire très au sérieux concernant tout ce qui est médical. Vous êtes une source de savoir, merci de partager avec nous.

              D’ailleurs il faudrait que vous écriviez au conseil de l’ordre des médecins, ces idiots ont officialisés son protocole. (nul doute qu’ils vous prêterons tout l’attention à votre requête)

              J’ajouterais à ça que concernant sa mort (un bestiau de 81 an) j’aimerais connaître le lien entre sa mort et ses expériences qui dataient des années 70-80. (mort d’infarctus) Mais bon en tant que personne lambda, -qui n’a pas le savoir d’un grand Olivier- j’aimerais avoir l’avis du spécialiste que vous êtes !

               Le rêve ne fait plus partie de la réalité depuis que je lis vos écrits... entre le corium, les politiques, deep water, les holographes meurtriers, tchernobyl, fukushima, Tricastin, Los Alamos, Marcoule, et j’en passe.... (sans compter la fin du monde en 2012), les astéroïdes, les météorites, la révolution verte, l’élection d’Eva, l’emprisonnement de tous les non-verts....

            • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 18:03

              marco

              puisque vous m’y poussez , je vais enfoncer le clou un peu plus,
              le hasard fait qu’une amie très proche connaissait le bestiau...
              personnage étonnant dont on dit qu’il punissait ses enfants en les mettant dans des tiroirs de commodes.
              ceci dit, j’ajoute qu’il avait un foi en très mauvais état, et qu’il est probable que ce soit les conséquences de sa pratique de phalloides
              ayant la chance d’avoir des amis parmi les mycologues, son cas les a fait tous sourire,
              il était connu comme le loup blanc.
              bref, je vous rappelle que les effets de la Phalloïde surviennent parfois deux à trois jours après, et que s’il avait attendu les premières douleurs, tous les médicaments du monde n’auraient réussi à le sauver.
              maintenant s’il vous reste quelques doutes, rien ne vous empeche de tenter l’expérience.
              ce serait dommage de se priver des avis éclairés (?) d’un pronucléaire aveuglé par ses certitudes infondées et qui vient régulièrement donner son avis sur mes articles contestataires.

            • Marco07 17 septembre 2011 21:19

              Les rumeurs font les meilleures histoires..... (le coup de la commode, on se croirait au beau milieu d’un roman)... D’après l’ami d’un ami d’un ami...


              Vous ne répondez pas concernant l’infarctus. D’autant plus que les délais entre son expérience répété 3 fois et son décès sont quand même de quelques années... (+ de 20 ans)
              Vous ne répondez pas non plus par rapport au commentaire. Enfoncer le clou ? Avec vous trouvé la définition d’anecdote.......

              pro-nucléaire ? Si vous le dites, si ça peut vous soulager...

            • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 22:55

              marco

              oubliez le coup de la commode,
              elle ne change rien à l’histoire,
              c’était comme qui dirait un aparté
              mais pour le phalloïde, si vous essayez, tenez nous au courant.
              un conseil : apprenez à bien le connaitre (le phalloïde) et n’attendez pas les premières douleurs pour prendre le « médicament miracle »
              sinon, personne ne pourra rien faire pour vous.
               smiley


            • Marco07 17 septembre 2011 23:11

              Olivier, je n’ai pas dit qu’il ne fallait pas connaître les champignons, j’ai juste dit dans le premier commentaire qu’il en fallait une sacrée paire pour tester son remède, de plus 3 fois d’affilé, et je réitère, il faut être sacrément sûr de son coup...(apparemment il a fonctionné sur d’autres personnes même si ça n’est pas un remède miracle)



              Bon cet article sur Tchernobyl, il en est où ? Quid du bois revendu hors zone à des bobos écolos qui achètent des poêles à granules ? 

            • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 13:42

              scalpa

              merci de nous avoir rappelé les phrases de ce sage.
              d’autant que je ne le connaissais pas.
              vive internet.
               smiley

            • Clojea Clojea 17 septembre 2011 13:07

              Salut Olivier. Merci pour cet article. La grande différence entre les animaux et nous, est la capacité à observer l’environnement. L’être humain est assez stupide quand à l’observation simple. Exemple : L’Amanite Phalloïde. ce champignon à une sale gueule, juste en l’observant. Donc cela suffirait à ne pas le consommer. La Girolle est nettement plus sympathique.
              Autre exemple : J’ai vu des nanas voulant attaquer un sentier de montagne en talons aiguilles.... Réel, observation nulle.
              Autre exemple : J’ai vu un mec mettre ses doigts dans une prise de courant, car il pensait que c’était l’interrupteur électrique (qui lui était situé juste au dessus)
              Etc, etc... Observation nulle. J’en connais même beaucoup qui vont voter Sarkozy ou Aubry en 2012..... Observation nulle.
              Voila, voila smiley


              • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 13:51

                Clojea

                pour une fois, je ne suis pas tout a fait d’accord.
                 smiley
                je connais de nombreux champignons mortels qui ont une gueule tout à fait sympathique.
                l’entolome livide, (bon d’accord, le nom n’est pas très sympa) mais c’est un magnifique champignons, et qui a une délicieuse odeur...
                et il est mortel.
                la phalloïde est légèrement verdâtre, mais il peut etre beaucoup plus clair de chapeau, pratiquement blanc, et dégage une très bonne odeur de champignon.
                non, décidemment, l’apparence et l’odeur d’un champignon ne sont pas des facteurs déterminants.
                par contre d’autres champignons, le lactaire déliciosus, ou le lactaire sanguin, par exemple, a des reflets verdâtres sur son chapeau, un peu comme le « vert de gris » que l’on trouve sur le cuivre, et il est pourtant un très bon comestible, vendu sur les marchés dans le sud de la France.




              • Gens_d_Ormesson Gens_d_Ormesson 17 septembre 2011 13:21

                Alors quoi ? Selon vous il existerait un lien entre le nombre de chromosomes de l’espèce et l’adaptabilité ? Je ne vous suis pas. Ou alors ais-je mal compris.

                « L’humanité aurait donc beaucoup à apprendre de l’animalité ». Vision largement anthropocentriste que je ne partage pas.


                • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 13:57

                  Gens,

                  ce n’est qu’une supposition...
                  surement audacieuse.
                  mais pourquoi ne pas s’interroger ?
                  au sujet de votre dernière phrase, c’et moi qui m’interroge.
                  je pense a Vinci (et a d’autres) qui n’a cessé d’observer les animaux pour proposer des inventions...l’avion, l’hélico...
                  non ?
                   smiley

                • Gens_d_Ormesson Gens_d_Ormesson 17 septembre 2011 20:59

                  Je vous cite à nouveau : « La comparaison entre notre espèce et l’animal sauvage n’est pas toujours à notre avantage. »

                  Donc l’espèce humaine se distingue de l’ensemble des espèces animales ? Et vous ne comprenez toujours pas ce que je relève comme de l’anthropocentrisme ?

                   

                  « Chaque fois que » on «  dit » L’Animal ", chaque fois que le philosophe, ou n’importe qui, dit au singulier et sans plus « L’Animal », en prétendant désigner ainsi tout vivant qui ne serait pas l’homme (...), eh bien, chaque fois, le sujet de cette phrase, ce « on », ce « je » dit une bêtise. Il avoue sans avouer, il déclare, comme un mal se déclare à travers un symptôme, il donne à diagnostiquer un « je dis une bêtise ». Et ce « je dis une bêtise » devrait confirmer non seulement l’animalité qu’il dénie mais sa participation engagée, continuée, organisée à une véritable guerre des espèces. "

                  L’animal que donc je suis, Jacques Derrida.

                • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2011 23:02

                  gens

                  bien sur, vous avez raison,
                  j’ai voulu (pour raccourcir la compréhension) différencier l’humain de l’animal, et vous savez comme moi, que nous sommes tous des animaux, 
                  l’humain, comme quelques autres, n’étant peut être qu’un animal domestique
                  ce qui au fond était le coeur de l’article.
                  un grand artiste disparu, (hélas),robert Hainard, grand sculpteur, dessinateur peintre et graveur, animalier (entre autres), aimait bien à me répéter que l’homme n’était, dans la chaine animale, qu’entre le singe et l’ours...
                  et non pas au sommet d’une pyramide comme il essaye de s’en persuader.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès