• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > La Plymouth inhumée

La Plymouth inhumée

Un concours peut-il avoir son dénouement... Cinquante ans plus tard ? Il semble bien que oui ! Cette année 2007 a vu la clôture d’un concours qui a vu le jour... en 1957.

En 1957, dans le cadre des fêtes de fondation de la ville de Tulsa, en Oklahoma, un concours est organisé : le Tulsarama. Une Plymouth Belvedere 1957 flambant neuve est enterrée dans une capsule temporelle de béton sous les parterres du palais de justice de la ville. Est enterré avec la Plymouth une carte de la ville de Tulsa, une caisse de bière Schlitz, cinq chopines d’huile à moteur et 10 gallons d’essence. Ajoutons à cela un paquet de cigarettes, une bouteille de tranquillisants, des pinces à cheveux et une contravention impayée ! Soit le contenu typique du sac à main d’une dame de 1957, selon les organisateurs de ce concours inusité ! Les items fragiles et facilement périssables sont scellés dans une capsule soudée (journaux de l’époque, disques de vinyle, vaisselle commémorative du Tulsarama, etc.), puis enfermés dans la voute de béton avec la Plymouth.

Les participants au concours étaient invités à prédire qu’elle serait la population de la ville de Tulsa en 2007, soit cinquante plus tard. Les réponses des gens furent enregistrées sur microfilm, puis enterrés dans la capsule scellée. Lors du dévoilement en 2007, la personne ayant la réponse la plus près de la population de Tulsa en 2007 gagnera la Plymouth et ses artéfacts. Advenant le cas où la personne serait décédée, ses plus proches héritiers deviendrait propriétaire de cette Plymouth qui sera, supposément, flambant neuve et fonctionnelle à sa sortie de la voute. L’exercice avait pour but de démontrer aux gens de 2007, à l’ouverture de la voute, ce que les gens de 1957 pouvaient posséder comme savoir-faire. N’oublions pas que dans les années 50, les gens étaient persuadés qu’en 2007, des voitures volantes fonctionnant probablement au nucléaire sillonneraient le ciel.

Nul n’a pu prédire l’état dans lequel la Plymouth se retrouverait, même si celle-ci revêtait un apprêt antirouille et était protégée par un revêtement de plastique. Les Plymouth de cette époque étaient très sujettes à la rouille ! Les organisateurs ont choisie une Plymouth Belvedere parce qu’elle était un produit d’avant-garde à son époque, qui serait encore à la mode cinquante ans plus tard.

En 1957, Plymouth a produit 762 231 voitures, dont 67 268 coupés Belvedere, se plaçant ainsi en troisième place derrière Ford et Chevrolet. Les amateurs de cinéma se souviennent sans doute de ’’Christine’’, la démoniaque Plymouth Fury 1958, presque identique à la Belvedere, et vedette du roman de Stephen King et du film d’horreur présenté en 1983.

Précisons qu’en 2000, la ville de Tulsa comptait 393 049 habitants. Ce chiffre a baissé à 382 457 en 2005. La Plymouth Belvedere 1957 valait 3 000 $ à son époque. Elle se détaille aujourd’hui 25 000 $ en excellent état.

Finalement en juin 2007, la voute fut déterrée et ouverte. Le dévoilement du véhicule est prévu pour le soir même, au centre des conventions de Tulsa, où des milliers d’amateurs impatients s’attendent à voir une voiture neuve de 1957 parfaitement conservée. C’est un bien triste spectacle qui attendait les membres du comité organisateur du Tulsarama. De l’eau a réussi à s’infiltrer à l’intérieur de la voute protectrice en béton. Plusieurs pieds d’eau ont submergé, au cours des années, la magnifique voiture. Malgré tout, on pompe l’eau et extirpe la voiture de sa cage de béton à l’aide d’une grue, pour la déposer, toujours recouverte de sa bâche, sur une remorqueuse.

Au retrait du revêtement protecteur (dont il ne reste plus grand-chose !), on constate alors l’état lamentable de la Plymouth Belvedere 1957. Des années de rouille couvrent la voiture, les vitres sont noircies, les sièges désintégrés par la moisissure, la clé de contact rouillée dans l’ignition, et le moteur lui aussi est couvert de rouille et jamais ne démarrera plus. Nul ne sait s’il sera possible de restaurer cette voiture, ni si le gagnant du concours (ou ses descendants), en auront les moyens financiers !

Le contenu de la capsule temporelle scellée et soudée est retrouvé lui en excellente condition. Les artéfacts qu’elle contenait sont tous exactement comme ils étaient en 1957.

Les gens de Tulsa renouvelleront-il l’expérience ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Mickael 14 août 2007 12:10

    Il me semble que l’expérience sera renouvelée, cette fois dans une capsule réellement à l’épreuve du temps et avec une Plymouth Prowler, voiture considérée comme représentative de son temps (alors qu’en fait, c’est plus un néo-hot rod).


    • claude claude 14 août 2007 13:15

      merci pour cet article !

      quel dommage ! il aurait fallu encapsuler également la voiture dans un caisson étanche.

      mais l’expérience est belle.

      je crois savoir qu’en france, une expérience similaire a été faite en 2000 : je ne sais plus quelle municipalité a collecté des objets usuels (arrosoir, vase, nain de jardin, télé...) et des lettres destinées à nos descendants lointains. le tout a été scellé dans une chambre étanche à destination de l’an 2500, voire plus...

      je ne me rappelle plus du nom de la ville.


      • Marsupilami Marsupilami 14 août 2007 15:38

        Article très édifiant dans le genre underground. A noter que Neil Young n’a pas encore été enterré à Tulsa. Ce qui est heureux pour la conservation de son corps vu qu’à l’air libre il vieillissait assez mal... jusqu’à ce qu’il s’en prenne à Dabeulyou.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 août 2007 01:24

          @ Je suis étonné ; l’image qui me restait des Américains de 1957 était celle d’une nation compétente et j’aurais juré qu’ils ne pouvaient pas cafouiller dans une expérience de ce genre. Peut-être étais-je trop jeune pour voir la réalité derrière les apparences. Maintenant je regarde plus attentivement.

          Pierre JC Allard http://www.nouvellesociete.org


          • Bof 18 août 2007 15:08

            Je ne sais pourquoi, mais je pense à l’état des produits nucléaires qui sont mis dans des coffres en béton sous terre. Espérons que l’on ne fera pas la réflection de Monsieur Allard dans un siècle ou deux . Il faut que ça tienne environ UN MILLION d’années . Perso. ,je ne suis pas à 500.000 ans Mais, je crois qu’ils seraient les biens venus......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires