• lundi 21 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Le Canada face à l’horreur d’un tueur en série
21%
D'accord avec l'article ?
 
79%
(74 votes) Votez cet article

Le Canada face à l’horreur d’un tueur en série

Robert Pickton restera sans doute dans l’histoire criminelle comme le pire tueur en série du Canada. On lui prête vingt-six victimes, toutes des femmes. Le procès qui vient de débuter en janvier révèle des actes dont l’horreur dépasse tout à la fois la fiction et le palmarès des plus grands criminels de l’humanité.

20070121-081122-g.1169622346.jpg

Robert Pickton, Willy pour les intimes, n’est pas qu’un simple éleveur de porcs de la Colombie Britannique. Bien qu’actuellement seulement poursuivi pour le meurtre de six femmes, il est soupçonné d’homicide sur une vingtaine d’autres, et de participation dans la disparition d’une soixantaine, principalement des prostituées de la région de Vancouver.

Pickton est un agriculteur installé en banlieue de Vancouver. Outre son élevage, il a créé dans un bâtiment de son exploitation une discothèque, le Piggy’s Palace, fréquentée par la classe huppée de Vancouver et dans laquelle il organisait des festins et des spectacles. Dès 1998, à la suite de la découverte par sa femme de ménage d’objets et de vêtements de femmes tachés de sang, il est suspecté d’avoir fait disparaître plusieurs femmes d’un quartier défavorisé de Vancouver. Pourtant, un problème de territorialité entrave l’enquête.Ce n’est qu’en 2002 que les deux services de police concernés entament une collaboration qui permet de procéder à l’arrestation de Pickton.

Sur place, ils trouvent de très nombreuses preuves : des membres humains, des morceaux de chair dans un hachoir et, comble de l’horreur, des traces d’ADN humain dans le purin, qui laissent penser que l’éleveur aurait donné le corps de ses victimes à ses porcs.

L’instruction commence en janvier 2006. Pickton plaide non coupable à tous les chefs d’accusation, sauf à un, pour lequel il ne répond rien. Face à l’importance des charges, la cour décide de répartir le procès en plusieurs. La sélection des jurés a pris fin le 12 décembre 2006. Le premier procès pour les meurtres de six victimes a débuté en janvier 2007.

L’accusation a révélé ce lundi de nouveaux détails toujours aussi macabres. Des têtes humaines ont été découvertes dans un congélateur ainsi que des mains et une partie des pieds dans des seaux. En outre les victimes auraient été dépecées. Autant dire qu’il sera difficile à ses juges de trouver un peu d’humanité chez un homme d’apparence si ordinaire.

Pour visionner le reportage de la chaîne québécoise LCN, copiez le lien ci-dessous et collez-le dans votre barre d’adresse :
http://lcn.canoe.com/lcn/infos/fait...



par Henry Moreigne (son site) mercredi 24 janvier 2007 - 13 réactions
21%
D'accord avec l'article ?
 
79%
(74 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par ratatouille (---.---.194.249) 24 janvier 2007 14:30

    N’importe quoi. Et entre tuer un porc et poser vos fesses sur une chaise ce qui ne manque pas d’écraser de nombreux pauvres petits acariens, vous faites une différence ?

    En revanche il est vrai que la torture et le meurtre d’animaux sont considérés comme faisant partie des signes précurseurs d’une possible psychopathie. Un signe, pas une preuve. Et le tueur en question est probablement un psychopathe.

    Ça ne fait pas de tous les éleveurs de porc des tueurs en série. Sauf dans l’esprit des détraqués.

  • Par (---.---.195.83) 24 janvier 2007 15:02

    « Ca pose toujours un problème de soulever un corps en un seul morceau. Apparemment , la meilleure façon de procéder est de découper le corps en 6 morceaux et de les mettre en tas. Une fois que vous avez vos 6 morceaux il faut vous en défaire rapidement parce que votre maman ne serait peut-être pas contente de les trouver dans le congélateur. Il semble que la meilleure façon soit de nourrir les porcs avec. Il faut les mettre à la diète quelques jours. Pour un porc affamé des morceaux de cadavre c’est du coq au vin pour un poivreau. Vous devez raser la tête de vos victimes et leur arracher les dents. Ce sont les seules choses que les porcs ne digèrent pas. Vous pourriez les récupérer après bien sûr mais vous n’avez pas envi de fouiller dans la merde de cochon je suppose. Ils dévorent les os comme du beurre. Il vous faut au moins 16 porcs pour finir le travail en un seule fois. Aussi je vous conseille de vous méfier des types qui élèvent les porcs parce que ces bestiaux sont capables de venir à bout d’un cadavre de 100kg en moins de 8 minutes, ce qui veut dire qu’un porc peut engloutir, en moyenne, un kilo de viande toute les minutes. D’où l’expression se goinfrer comme un porc. »

    http://replikultes.lelombrik.net/films-S-141-0-snatch.html

  • Par Rémi (---.---.147.192) 24 janvier 2007 13:57

    Dans l’excellent film Snatch, le caid local a un élevage de porcs auxquels il donne les cadavres des victimes à manger. Ce canadien l’a peut être copié ?

    Encore une fois la réalité rattrape la fiction smiley

    Et pourquoi ne pas imaginer des pratiques SM de la classe huppée de Vancouver ? Après tout il a peut être également copier le film Hostel...

  • Par LE CHAT (---.---.75.49) 24 janvier 2007 18:09
    LE CHAT

    mon grand père était gendarme dans le pas de calais et il avait enmené aux assises de st omer un paysan qui avait donné sa femme à bouffer aux porcs , comme quoi l’idée n’est pas nouvelle et qu’on se fait piquer toutes ses bonnes idées quand on dépose pas de brevet !

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération