• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Le Ciel sur la tête

Le Ciel sur la tête

Nos ancêtres les Gaulois ne cessaient d’avoir à l’esprit que le ciel puisse un jour leur tomber sur la tête.

Rien n'a changé aujourd’hui.

Mais il faut reconnaître que l’actualité y est pour quelque chose.

En la matière, il ne s’agit pas du ciel, mais d’un satellite d’une masse de 6,5 tonnes dont les débris vont s’écraser on ne sait trop où, sur notre planète, d’ici fin septembre. lien

La NASA pense que malgré leurs dispersions, la totalité pourrait quand même peser une demi-tonne à l’arrivée.

Ce satellite (UARS-Upper Atmosphère Research Satellite) avait couté 735 millions de dollars, il étudiait les changements climatiques, et c’est parce qu’il est à, « à court de carburant » depuis 2005 qu’il va retomber sur notre bonne vieille terre.

Selon toute vraisemblance, ce carburant pourrait être d’origine nucléaire, même si la Nasa s’est montrée très discrète la dessus, demandant seulement « de ne toucher aucun débris et de contacter la police locale pour une assistance » ceci semblant indiquer que c’est un combustible radioactif qui permettait le fonctionnement du satellite.

Le plus étonnant, c’est l’imprécision de la NASA quant au lieu précis où il devrait tomber, indiquant qu’il survole la zone équatoriale, ce qui devrait rassurer les populations du pole sud, et du pole nord, et qu’il est encore « trop tôt » pour définir la zone ou les restes de ce satellite, qui pourrait être de la taille d’un minibus, atterriront en fin de compte.

On peut espérer pour la NASA qu’il évite le Pentagone, voire Green zéro, ou même la Maison Blanche, et imaginer les répercussions qu’aurait la chute de l’objet s’il percutait le Vatican, la pierre noire de la Kaaba, ou pire qu’il tombe sur une centrale nucléaire…

Les autorités de la NASA ont quand même précisé qu’il s’était partagé en 26 « fragments » le plus lourd de ceux-ci pesant 150 kilos, et que le secteur de chute se situe entre le 57ème degré Nord et le 57ème degré Sud de l’Equateur, ce qui concerne des zones relativement peuplées d’Europe, d’Amérique du Sud, du Nord, et d’Asie. lien

Tout en affirmant que le danger pour le public est « extrêmement petit » elle avoue que « les chances  » qu’une personne soit touchée sont d’une sur 3200…par comparaison, les probabilités estimées par les scientifiques, qu’un poids d’un kilo tombe un jour sur le dôme du tristement célèbre réacteur de « Superphénix » étaient de une tous les 100 000 ans, alors qu’en réalité, une passerelle d’acier de 1600 kilos était tombée sur le dôme du réacteur au bout de quelques mois de vie de la centrale. lien

En tout cas la NASA sera en mesure de préciser le lieu de l’impact, mais seulement 2 heures avant son arrivée, affirmant que « personne n’a jamais été blessé par le retour d’un débris ».

Un satellite, naturel celui là, que l’on voudrait peut-être bien voir tomber sur la Terre serait un morceau d’une planète découverte récemment, dans la constellation du serpent, à 4000 années lumière de notre système solaire, essentiellement composée de Carbonne. lien

Cette masse grosse comme 300 fois notre planète serait donc un diamant géant et il gravite autour du pulsar PSR J1719-1438. vidéo

Sans aller si loin pour chercher fortune, on vient d’apprendre grâce à Matthias Willbold et son équipe de chercheur de l’Université de Bristol que notre bonne vieille terre serait composée de tant d’or que cela pourrait constituer une couche de 4 mètres d’épaisseur.

Cette découverte ne devrait pas laisser de marbre ceux qui cherchent à s’enrichir par tous les moyens, même si cette couche d’or se trouve à 3000 kilomètres sous nos pieds. lien

Comment ne pas imaginer que notre autocrate présidentiel, amoureux de tout ce qui brille, et gestionnaire d’une dette de bientôt 2000 milliards d’euros, n’envisage d’aller explorer ces grandes profondeurs afin d’en remonter un peu d’or ?

Et quid de ces 2 tourbillons géants observés dans l’Océan Atlantique ?

D’un diamètre de 400 kilomètres, jamais un pareil phénomène n’aurait été observé jusqu’à ce jour et certains océanologues imaginent qu’ils pourraient avoir une influence sur le climat. lien

Bien sur, ces activités pourraient être de nature à déranger tant soi peu le bel équilibre de notre chère Gaia, qui n’en demande pas tant, occupée qu’elle est par les séismes qui semblent se multiplier, (lien) mais d’après Jérôme Van Der Woerd, sismologue au CNRS, c’est difficile de l’affirmer car l’étude sismique au niveau mondial date seulement des années 1960. lien

Déjà des chercheurs ont établi la liste des 5 villes qui sont appelées à disparaitre dans un futur assez proche.

Seattle est a la 3ème place, précédé par Goma, en RDC (république démocratique du Congo), menacée par le volcan Nyiragongo, la première place revenant à Dacca, qui avec ses 13 millions d’habitants pourrait bientôt disparaitre, suite aux tornades et autres ouragans dont elle fait l’objet de plus en plus fréquemment.

A la 4ème place on trouve San Francisco, menacée par la faille de San Andreas, (lien) et c’est Venise qui ferme la marche, puisqu’elle s’enfonce lentement mais surement dans les eaux de la Méditerranée. Lien

Mais au-delà de tous ces craintes, justifiées ou pas, il y a une certitude : le nucléaire ne va pas bien, et l’accident récent de Marcoule repose la question cruciale sur la sécurité en matière nucléaire.

L’accident s’est produit le 12 septembre 2011 à 11h45 dans la zone du four à induction électromagnétique, et l’explosion a été suivie par un incendie maitrisé à 13h22, les pompiers de Bagnols sur Cèze n’étant arrivés que 30 minutes après l’alerte.

Le délai d’intervention ne devrait pourtant pas dépasser les 15’, mais les exercices d’alerte effectués ici où là ont démontré qu’il n’était pratiquement jamais respecté.

On déplore un mort, un blessé brulé à 80% et 3 autres blessés.

Comme d’habitude, les autorités ont rapidement voulu rassurer les citoyens inquiets, en assurant qu’il n’y avait pas eu de rejets dans l’environnement, ce qui reste difficile à croire.

D’abord parce que depuis des lustres, nous sommes confrontés à la désinformation, à la dissimulation, voire au mensonge, et qu’ensuite, il faut savoir que si le site de Codolet ne pouvait recevoir que des déchets nucléaires de « faible activité », ça peut aller jusqu’à 20 000 becquerels au gramme, soit 20 millions de becquerels au kilo, ce qui n’est pas rien.

Reste à savoir ce qu’il y avait dans le four, et là, c’est la politique du secret, justifiée par la présence sur le site de Marcoule d’armes nucléaires (missiles etc.) et que seule la gendarmerie est habilitée à mener une enquête.

Comment ne pas imaginer que les matières « faiblement » radioactives n’aient pas pris la poudre d’escampette lors de l’explosion.

C’est la question que s’est posé l’organisation « Next Up » découvrant qu’il y avait eu en fin de compte un lâcher de radioactivité, et qu’une partie d’Avignon avait été touchée.  lien

En effet, l’association CAN84 (collectif antinucléaire du Vaucluse) a révélé une augmentation anormale de la radioactivité qui pourrait être liée à l’accident.

Grace à un compteur Geiger-Müller Quartex, le taux de radioactivité mesuré a été 10 fois supérieur à la mesure quotidienne sur Avignon, et 4 fois supérieur au pied du Ventoux. lien

La CRIIRAD dont on connait le sérieux et l’indépendance a affirmé qu’elle n’avait pas mesuré de pollution radioactive, ce qui s’explique, car ce jour là, il y avait un fort Mistral, et la balise de la CRIIRAD, vu son emplacement et la direction des vents ne pouvait la détecter.

De plus le Mistral a engendré une rapide dissémination et une logique dilution.

Ce qui est moins connu, c’est que cette installation nucléaire relâche régulièrement une pollution radioactive par des cheminées habilement dissimulées comme on peut le constater sur cette photo.

L’entreprise de Marcoule avait déjà été sous les feux de l’actualité lors du rejet illégal de tritium en 2008 (lien) et régulièrement le site de Marcoule dans lequel est fabriqué le « fameux » mox, (combustible alliant de l’uranium enrichi et du plutonium) qui pose problème à Fukushima, est montré du doigt pour des disfonctionnements. lien

Pourtant l’autocrate présidentiel continue à n’en faire qu’à sa tête imposant à une population un nucléaire qu’elle ne veut plus à 77% ainsi que l’a démontré un récent sondage.

Il affirme : «  l’environnement, ça commence à bien faire  », (lien) déçu que toutes ses tentatives d’amener à lui l’électorat écologiste n’aient pas été couronnées de succès.

En attendant, une manifestation est prévue le 15 octobre prochain, devant le site nucléaire de Bugey, à quelques petits kilomètres de Lyon et au mois de mars prochain, un projet de chaine humaine allant du Tricastin à Bugey, soit sur 235 kilomètres, est en train de se préparer.

Car comme dit mon vieil ami africain : « il faut en finir avec le nucléaire avant qu’il n’en finisse avec nous  ».

 L’image illustrant l’article provient de « tarzane28.easy4blog »

Articles anciens :

Mystère au Tricastin,

Tricastin, vers une évacuation

Du plutonium dans la nature (2)

Du plutonium dans la nature

Nucléaire, c’est reparti comme en quarante

Accident nucléaire au Tricastin

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

232 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 14 septembre 2011 09:41

    bon
    les trolls ne vont pas tarder a te tomber dessus a bras raccourcis .......
    il faut bien dire qu’au vu de toutes les choses censées ne pas arriver qui arrivent il y à parfois de quoi s’inquiéter ( surtout quand des experts nous expliquent qu’il ne faut pas le faire )
    pour le truc qui tombe du ciel c’est quand même rassurant de savoir que l’on sera prévenu 2 heures avant
    comme ça s’il tombe sur une centrale on aura le temps de la déplacer ......


    • gaijin gaijin 14 septembre 2011 10:37

      je ne suis pas inquiet
      AREVA
      déesse des statistiques ( et du brouillard ) nous protège


    • BHL=MST 14 septembre 2011 09:43

      L’environnement, ça commence à bien faire...La guillotine à la concorde !


      • olivier cabanel olivier cabanel 14 septembre 2011 14:24

        BHL

        je pense que la méthode est radicale, mais comment ne pas en comprendre le besoin,
        même s’il est réducteur.
         smiley

      • gaijin gaijin 14 septembre 2011 15:06

        réducteur de tête ?


      • Aldous Aldous 14 septembre 2011 09:51

        Ben ? Quoi ? Pas un mot sur la comète Elenin ?

        En tous cas votre article m’a rappelé des souvenir d’enfance, les vacances d’été 1979 durant lesquelles tout le monde parlait de Skylab qui allait nous tomber sur la tête...

        Les gaulois ont été déçus, ce sont les australiens qui ont assisté au spectacle.

        http://adsabs.harvard.edu/full/1979LAstr..93..446H


        • olivier cabanel olivier cabanel 14 septembre 2011 13:54

          aldous

          vous avez raison, profitons-en...
          tant que le satellite, ou du moins ce qu’il en reste, ne nous est pas tombé sur la tête...
          ceci dit, j’ai eu, dans mon enfance, un copain dont le grand père était décédé d’avoir reçu un météorite sur la tête,
          et comme il avait beaucoup d’humour, lorsqu’on lui demandait de quoi était mort son ancètre, lorsqu’on lui demandait s’il était mort sur le coup, il répondait, « non, sur la tête »
           smiley

        • Marco07 14 septembre 2011 10:11

          Bonjour Olivier ;


          « personne n’a jamais été blessé par le retour d’un débris ».

          C’est surtout que les heureux élus ne s’en sont jamais plaint..

           smiley

          • Marco07 14 septembre 2011 10:14

            Il me semble qu’il manque un ou deux n à Carbonne... Mais Agoravox ne proposant pas l’édition après la publication


            • olivier cabanel olivier cabanel 14 septembre 2011 13:52

              marco...

              pourquoi tant de « N » ?
               smiley

            • Marco07 14 septembre 2011 14:14
              Aucune.
              Je vous seNt obsédé par les N en ce momeNt. Peut-être uN rapport avec un certain présideNt ? N’en faites pas tout un fromage, que ce soit d’un côté ou de l’autre, c’est un peu comme le steak qui choisit sa sauce.


              Hors humour, c’est dommage qu’ils ne proposent pas l’édition de commentaires & de news.

            • leguminator 14 septembre 2011 10:35

              La thèse du combustible radioactif n’est pas avérée. Les satellites comportent toutes sortes de produits corrosifs et toxiques qui sont dangereux mais pas nécessairement radioactifs.

              D’autant plus que le lancement d’un engin dans l’espace n’est jamais sûr : le nombre d’échecs de tirs reste élevé et la dispersion qui en résulte est un réel problème. Une telle dispersion radioactive serait immédiatement détectée par des laboratoires à travers le monde.


              • olivier cabanel olivier cabanel 14 septembre 2011 13:51

                orion

                j’étais parti sur un article un peu « ludique »
                quoique...
                et puis l’actualité m’a rattrapé en cours de route,
                j’ai la chance de connaitre ceux qui font vivre l’information (next up) et j’ai été l’un des privilégiés à connaitre la troublante réalité.
                je ne pouvais pas faire autrement que de raccorder cette actu au reste, et en fin de compte, même si ce pauvre marco ne le comprends pas, tout était lié.
                merci de ton commentaire.
                 smiley

              • Marco07 14 septembre 2011 10:56

                Pour en revenir à la pollution radioactive, le four contenait l’équivalent de 450kg de patates, (67000 Bq) ou l’équivalent de quelques kg de granit.


                Je me pose des questions, les relevés des différentes sondes dans cette zone sont en moyenne nettement supérieurs (Avignon à une moyenne de + de 50 nanoSievert)
                -cf le site de l’IRSN- (les sondes fixes). alors que les relevés de votre association donnent du 12 nanoSievert annuel..


                Donc si je comprends, l’ASN nous ment, l’IRSN nous ment, la CRIIRAD nous ment, TEPCO nous ment, AREVA nous ment...

                Concernant les becquerels, comme je vous le signalais dans l’article précédent, les normes classent (si il y avait bien 450 kg de patates dans le four) ça en TFA (la catégorie de déchets la moins radioactive)... Apparemment le site s’occupe des 2 catégories TFA et FMA.
                Donc ça serait conforme aux déclarations.


                De plus le Mistral a engendré une rapide dissémination et une logique dilution.

                Aurait, car ça se réfère à vos hypothèses qui ne concordent pas à la version officielle... (le temps vous donnera peut-être raison, peut-être pas... que je sache Tricastin n’a pas encore explosé)




                • Marco07 14 septembre 2011 11:02

                  Par contre Olivier, une question :

                  Pourquoi passer de l’espace à l’or, aux Océans, à la politique à la dette et au nucléaire ? 

                  • olivier cabanel olivier cabanel 14 septembre 2011 11:55

                    marco

                    oui...pourquoi ?
                     smiley

                  • Ni naïf Ni Crédule dede 14 septembre 2011 11:14

                    Concernant l’arrivée des pompiers, il faut savoir que le site de Marcoule est équipée d’une caserne de pompier (équivalent à une ville de 50 000 habitants). C’est ce que l’on appel la FLS (Formation Locale de Sécurité).

                    Celle-ci se déploie en moins de 5 minutes.
                    Les pompiers de la FLS sont intervenus sur le site de SOCODEI comme le montre cette photo http://www.20minutes.fr/article/785746/gard-accident-industriel-site-nucleaire-marcoule (sigle CEA sur le camion).


                    • Marco07 14 septembre 2011 11:20

                      Article intéressant.

                      Je cite :

                      « Une déflagration dont on ne connait pas l’origine s’est produite dans le local où se trouve le four de fusion des métaux faiblement radioactifs », a expliqué Roland Vierne, membre de l’équipe de direction. « Il s’agit d’un accident industriel, pas d’un accident nucléaire », a-t-il précisé.....


                      « aucune alarme n’a sonné, aucune fumée ne s’est dégagée du bâtiment »« Aucune trace de radioactivité n’a été constatée sur les vêtements des salariés », a expliqué Philippe Renaud, chef de laboratoire à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). L’incident, classé niveau 1, n’aurait pas entraîné de rejets à l’intérieur et à l’extérieur de l’usine, selon la direction. Des mesures plus fines sont en cours autour de Codolet.

                      « Aucune contamination n’a été constatée : les blessés ne sont pas contaminés et les mesures réalisées à l’extérieur du bâtiment par l’exploitant et les services publics de pompiers spécialisés n’ont révélé aucune contamination », a aussi précisé l’Autorité de sureté nucléaire (ASN), qui a déclaré l’accident clos à 14h. « Cet accident ne comporte pas d’enjeu radiologique ni d’action de protection des populations », a-t-elle ajouté.

                    • olivier cabanel olivier cabanel 14 septembre 2011 11:57

                      dede,

                      je ne demande qu’à vous croire, mais alors pourquoi ont-ils mis une demi-heure pour intervenir ?
                      si vous en avez une idée ?

                    • Ni naïf Ni Crédule dede 14 septembre 2011 13:28

                      « je ne demande qu’à vous croire, mais alors pourquoi ont-ils mis une demi-heure pour intervenir ?
                      si vous en avez une idée ?
                       »


                      Entre le moment où la FLS est parti de Marcoule jusqu’au moment de la prise en compte es blessés : il s’est passé environ 15 minutes.

                      A la suite de cette prise en compte, des moyens complémentaires (plusorientés médicalement) sont décidés par la FLS et ceux-ci ont dus demandés aux pompiers de Bagnols sur Céze d’intervenir.

                      Après, un hélico est arrivé pour envoyer le blessé le plus critique à l’hôpital.
                      Celui-ci se trouvant actuellement à Percy Clamart pour une greffe de peau.

                      Entre Bagnols sur Céze et SOCODEI, le trajet est d’environ 9 km (environ 15 minutes).

                      Ce qui fait, au total, grosso modo 1/2 heure (encore que là je fait une supposition, car n’étant pas sur place). 

                      Ceci expliquant cela.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 14 septembre 2011 13:48

                      marco

                      et vous trouvez ça drôle ?
                      ah bon, ce n’était pas de l’humour ?
                       smiley

                    • Marco07 14 septembre 2011 14:06

                      Olivier, vous avez tout pour vous : la conviction, le public, la tendance.

                      Il vous manque un détail, un seul... Il vous faudrait étayer le tout d’un minimum de preuves. Parce que la réalité, vous pouvez essayer de lui tordre le coup sur votre article, mais malheureusement votre article n’est pas parole d’évangile.
                      Et comme dirait mon ami Africain, la réalité fini par vous suivre et vous saute à la figure.
                      Si vous voulez des sources, n’hésitez pas, je peux vous en faire une liste.

                    • olivier cabanel olivier cabanel 14 septembre 2011 14:15

                      marco

                      vous avez totalement raison,
                      je n’etaye jamais mes articles de preuves, de liens...
                      et ceux qui pourraient prétendre le contraire devraient s’acheter des lunettes.
                       smiley


                    • Marco07 14 septembre 2011 14:21

                      Arf, méa culpa Olivier, vos liens ont dû sauter à la publication. Je ne les vois pas.

                      Vous avez des vrais mesures et preuves concernant ce que vous avancer pour l’accident de Marcoule ? Faites par des pros ?


                      N’hésitez pas à me les retransmettre. (mais de grâce, pas d’association sorti de nul part avec un compteur geiger venu de je ne sais où... des personnes habitués à faire des mesures avec des appareils testés, étalonnés et maniés par du personnel qualifié)

                    • Ni naïf Ni Crédule dede 14 septembre 2011 11:23

                      Concernant la cheminée ’habillement dissimulée", je pense que les critères actuels en terme d’architecture industrielle imposent que celle-ci soit dissimulée. 

                      C’est aussi pour cela, qu’il n’y a pas si longtemps, on a fait tomber la cheminée de G1 sur le site de Marcoule comme le montre ce document http://www.sfrp.asso.fr/IMG/pdf/11-ChristianBecker.pdf car celle-ci ne répondez plus aux critéres.

                      • olivier cabanel olivier cabanel 14 septembre 2011 12:02

                        dede

                        connaissant un peu la partie, si on discute l’architecture d’une centrale nucléaire, y aurait beaucoup à dire, et je trouve qu’il y aurait beaucoup à redire sur l’esthétique des centrales nucléaires...
                        mais bon, ce n’est pas l’essentiel
                         smiley

                      • Ni naïf Ni Crédule dede 14 septembre 2011 13:12

                        « connaissant un peu la partie, si on discute l’architecture d’une centrale nucléaire, y aurait beaucoup à dire, et je trouve qu’il y aurait beaucoup à redire sur l’esthétique des centrales nucléaires...
                        mais bon, ce n’est pas l’essentiel »


                        C’est vrai que les tours aéroréfrigérentes ne sont pas du plus bel aspect, même peintes comme celle de Cruas je crois. 
                        Malheureusement, les lois de la dynamique de la convection ne peuvent pas trop y déroger. Je crois que sur la centrale de Chinon, la technique avait permis de réduire la hauteur de ce type de tour.

                      • olivier cabanel olivier cabanel 14 septembre 2011 13:40

                        ecoutez dédé,

                        on va oublier le détail et tenter d’aller à l’essentiel
                        je vois que, par différents commentaires, vous tentez d’attaquer de biais...
                        les cheminées, les armes, le compteur...
                        bon, c’est vous qui voyez.
                        moi je découvre qu’il y a eu tromperie.
                        laché de radioactivité,
                        faudrait demander aux habitants d’Avignon et de sa région ce qu’ils en pensent ?
                        et cesser les futilités.
                        non ?
                         smiley

                      • Ni naïf Ni Crédule dede 14 septembre 2011 13:45

                        non !


                        Moi je suis assez cartésien, et comme dirait Saint Thomas : je ne crois que ce que je vois....et pour l’instant je ne vois rien qui corrobore vos dires.

                      • Ni naïf Ni Crédule dede 14 septembre 2011 11:33

                        « L’entreprise de Marcoule avait déjà été sous les feux de l’actualité lors du rejet illégal de tritium en 2008(lien) et régulièrement le site de Marcoule dans lequel est fabriqué le « fameux » mox, (combustible alliant de l’uranium enrichi et du plutonium) qui pose problème à Fukushima, est montré du doigt pour des disfonctionnements. lien »


                        - Quel est le lien avec l’accident de SOCODEI ?
                        - SOCODEI est à l’extérieur de l’INB de Marcoule (AREVA/CEA), tout comme MELOX !

                        « Grace à un compteur Geiger-Müller Quartex, le taux de radioactivité mesuré a été 10 fois supérieur à la mesure quotidienne sur Avignon, et 4 fois supérieur au pied du Ventouxlien »

                        - Permettez-moi de douter de l’utilisation de ce type d’appareil pour des mesures environnementales (http://radioprotection.eklablog.com/special-japon-resultats-fantaisistes-pour-des-compteurs-geiger-vendus—a5492959)

                        • Jr.Bupp Jr.Bupp 14 septembre 2011 14:36

                          Salut DD

                          Oui, ... 100% d’accord... Un appareil de mesure doit être régulièrement étalonné !!!

                          Sinon, on peut mettre en doute la mesure faite.

                          Donc M. Cabanel, ce Geiger à t’il récemment été étalonné ???? et par qui ????

                          Ce n’est pas un appareil Prisunic des fois qui aurait été utilisé ?

                          Et puis c’est curieux... Chaque fois que l’on a vraiment besoin de la Crirrad ou Greenpeace, ils ne sont jamais là !

                          On va finir par douter de vos dires M.Cabanel.Soyez plus précis dans vos accusations !

                           


                        • De la hauteur 14 septembre 2011 11:38

                           Bonjour
                          @ Olivier merci pour toujours nous ramenez à l’essentiel.
                          Votre combat contre le nucléaire ne devrait pas nous faire oublié que nous sonnes dans une situation bloqué.
                          Certes il est important de donné continuellement des informations sur qui se passe dans cette activité.
                          Votre travail à le mérite d être bien augmenté et sources. Votre démarche est salutaire à plus d’un titre.
                          Vous avez raison de continuellement nous tenir en alerte, et pourtant dans ce que vous dites je ne sens pas que vous avez une réflexion plus poussé pour véritablement nous sortir de ce guêpier.
                          Je m’explique, il y a t’ il une véritable mobilisation des gens pour en finir avec le nucléaire ?
                          Il y a que des intentions, et en même temps je constate qu’il y a pas de véritable lame de fond en France. c’est sans douté cette veille fatalité Gaulois qui a peur que le ciel lui tombe sur la tête qui serait à l’origine du manque de dynamise.

                          Par ailleurs à part les verts et mouvement écologie européen, dans les autres parties y a aucune volonté d’avancé sérieusement sur ce dossier.

                          En même temps les nouvement d’écologie politique en France sont une véritable tête de Janus, d’un côté il milité pour sortir du nucléaire, pour que l’on adopte une démarche responsable bios et de l’autre coté il se vautrent avec les pires adversaires de cette causse, car ce que l’on ne sait pas suffisamment, le lobby de l’atone et un état dans l’État.
                          Et que jusqu’à présent ils n’y aucune change que le futur élue à présidentielle soit un anti- nucléaire.

                          Partant de cette vérité amère, je constate soit que nous prenons en main, soit que l’on attend que le ciel nous tombe sur la tête.

                          voilà le dure constat que j’ai actuellement de la situation.
                           Et vous Olivier qu’en pensez Vous ?

                           
                            


                          • olivier cabanel olivier cabanel 14 septembre 2011 13:42

                            de la hauteur

                            je crois qu’une fois de plus on a tenté de nous cacher plusieurs évidences.
                            relaché de radioactivité
                            lenteur des procédures de sécurité
                            opacité du secteur
                            et pour tout dire, mise en danger de la vie d’autrui
                            il serait peut etre temps que tout çà s’arrête.
                            non ?
                             smiley

                          • De la hauteur 14 septembre 2011 13:56

                            @ olivier, je suis tous à fais d’accord, que ce mensonge et cette mascarade cesse.
                            Les échéance de 2012 arrive, que fait t’ on ?


                          • Patrick Samba Patrick Samba 14 septembre 2011 14:34

                            Olivier, et tous les anti-nucléaires de la première heure (et ils sont nombreux) sont fatigués. Olivier fait partie des quelques rares qui maintiennent la pression par une présence informative courageuse et permanente. Mais ils ne croient plus vraiment à l’action contestataire, elle a donné si peu de résultat, malgré l’énergie déployée, face aux pouvoirs démentiels de la croyance aveugle en la toute-puissance pathologique de la science nucléaire et de la cupidité suicidaire...

                            Tristement ils en arrivent à penser que seul un accident grave en France fera bouger les lignes. Mais quand on observe le traitement informatif sur Tchernobyl, sur Fukushima, sur l’incendie récent à la centrale du Tricastin et sur le dernier accident de Marcoule, on est en droit de se poser la question de l’impact réel qu’aurait un tel accident. Voyez, deux exemples parmi mille, ce qu’a osé affirmer le conseiller scientifique d’Areva, Bertrand Barré (D’après Bertrand Barré (AREVA), les cœurs sont solidifiés et refroidis - Le blog de Fukushima), et l’autre article d’AV de ce jour sur Fukushima... En cas d’accident « apocalyptique » l’omerta ou les mensonges les plus éhontés seront de mise, soyons-en sûr.

                            Comme me le disait récemment un célèbre militant anti-nucléaire de toujours, en dehors d’une ou plusieurs personnes s’immolant, ou se suicidant dans un fût de matières radioactives (!), devant une ou plusieurs centrales, il ne semble plus y avoir d’alternatives pour faire se lever le peuple français contre le nucléaire suicidaire.


                          • Ni naïf Ni Crédule dede 14 septembre 2011 11:39

                            « Reste à savoir ce qu’il y avait dans le four, et là, c’est la politique du secret, justifiée par la présence sur le site de Marcoule d’armes nucléaires (missiles etc.) et que seule la gendarmerie est habilitée à mener une enquête. »


                            - Il y a des missiles à Marcoule ? Là j’en doute vraiment ! Marcoule n’est pas une base militaire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès