• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Le coureur aux jambes coupées

Le coureur aux jambes coupées

pistorius-wired.1179297901.jpg Malgré ses deux jambes coupées au dessous des genoux et ses prothèses en fibres de carbone, Oscar Pistorius court plus vite que les championnes olympiques et pourrait sans doute se qualifier pour les jeux de Beijing en 2008.

La fédération internationale d’athlétisme (I.A.A.F.) envisage cependant de lui en interdire l’accès au motif que ses jambes artificielles lui confèrent un avantage exceptionnel.

Les spécialistes considèrent au contraire qu’une jambe artificielle ne rend que 80% de l’énergie absorbée dans un pas contre 240% pour une jambe naturelle.

Voici ce qu’en disent le New York Times , Wired et Wikipedia .

Cette vidéo (YouTube) vous montre Pistorius en action.

Le type est un athlète exceptionnel d’une force et d’une énergie hors du commun. Ça n’en fait pas nécessairement un cyborg de Troyes qui ouvrirait la porte à une nouvelle génération de surhommesetfemmes dopés au silicium, à la fibre de carbone et à l’aluminium.

Mais c’est une vraie question.

Si vous pensez qu’on courre plus vite avec des jambes en fibres de carbone, disent ses entraîneurs, faites vous opérer et rendez-vous sur la piste.

Vous en pensez quoi ?

[La photo fait partie des images qui accompagnent l’article de Wired]


Moyenne des avis sur cet article :  4.9/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • 16 mai 2007 13:55

    J’en pense que les Jeux Cybernétiques ne sont plus si loin…


    • 16 mai 2007 14:54

      Il a bien du courage. Et je pense qu’il faudrait en prendre exemple.


      • L'enfoiré 16 mai 2007 16:32

        La victoire n’est pas une affaire de corps uniquement. Elle est dans la tête. Pour tous ces gens que le sort a touché dans les chairs, j’ai le plus grand respect. Celui qui est monté sur l’Everest après l’amputation. Chapeau.

        Montrer au monde qu’ils ne sont pas des sous-hommes.

        Comment est-il possible que les Jeux Olympiques pour handicapés attirent moins de monde ?

        Une réponse ?

        Quant à la question du cyberhomme. Oui, c’est vrai. « L’homme qui valait un milliard » de la télé, on y va. Est-ce avec une puce non vérolée en plus dans le bastringue ? smiley


        • 16 mai 2007 17:16

          J’ai bien regardé la vidéo. Il est certain que ces jambes en carbone sont plus légères que des « vraies ». Mais de là à dire qu’il est avantagé, non. Et chapeau pour son courage. Et chapeau pour les types qui lui ont fabriqué ces jambes. smiley


          • GRL 16 mai 2007 17:46

            Ouais , franchement , c’est canon de voir un truc pareil , le gars , il court pas à moitié , il galope , apres , çà leur poserait un problème en compét ? Bon , la jambe carbonne est moins lourde , plus elastique , et plus résiliente qu’un jambe normale , çà semble logique , mais apres , qui peut réellement dire que c’est plus facile de courir comme çà .

            Apres tout , il y a l’exemple inverse aussi , si l’on considère que la chaussure est elle aussi une « prothèse » pour la course à pied , mais qui n’a pas déliré de voir les frères Tanui lourder leurs grolles et pieds nus , finir tous en tête sur une course de fond aux jeux olypiques ?

            Question d’habitude , dans les deux cas , sachant que dans le premier , l’athlète n’a pas vraiment le choix .


            • 16 mai 2007 18:44

              Si on accepte que cette personne coure dans la catégorie « normale » certains sont assez fous pour se faire amputer (ils se dopent déjà alors perdre leurs)...je dis donc prudence.


              • 16 mai 2007 21:36

                L’olympisme faisant une apologie de l’esprit sain dans un corps sain (idéologie aux connotations pouvant devenir/devenant rapidement nauséabondes), il n’est pas surprenant que les gardiens du temple ne veulent que des hommes et femmes 100% valides aux JO et cantonnent les accidentés de la vie aux jeux paralympiques dont on se demande parfois si c’est le courage qu’on célèbre ou s’il s’agit d’une forme refoulée de foire aux monstres. Cependant si j’ai bien compris le reportage, il ne s’agit pas de savoir s’il concoure avec les athlètes « entiers », mais bien s’il concoure contre d’autres handicapés qui eux sont sur chaises roulantes et donc désavantagés techniquement, d’ou ce qui est dit que le comité des JO n’autoriserait que du matériel « avalisé ».


                • Tarouilan 16 mai 2007 21:52

                  C’est tout simplement formidable, et quel exemple ce mec, j’ai du mal à comprendre, les différentes réserves de certains. ! Il a le droit de concourir ou cela lui chante, il redonne espoir dans la nature humaine, il y a probablement beaucoup de travail pour mettre cela au point, ........ smiley


                  • Ulmo 17 mai 2007 02:16

                    Comment expliquez vous que les personnes amputés d’une seule jambe courrent TOUS moins vite que ceux amputés des deux ?

                    Ils ont désormais tous ce genre de protèses et ceux qui n’en ont qu’une reconnaissent qu’ils sont largement désavantagés désormais.

                    Meme si ca restitue moins d’énergie, cette énergie ne vient pas d’un muscle, mais de la résistivité exceptionnelle de la prothèse qui est extrèmement légère et permet d’économiser énormément d’énergie.

                    Le principe meme de la compétition en sport, c’est de partir à armes égales.

                    Oui au développement de compétitions avec ces prothèses géniales, non à l’inéquité dès le départ, quelle qu’elle soit.

                    Une catégorie pour chaque condition.

                    Je suis plus favorable à la fusion femme/homme qu’à la fusion naturel/synthétique.


                    • 17 mai 2007 11:08

                      D’accord pour les catégories dans une compétitions, et pour le principe de partir à armes égales, mais faut avouer que si les jeux paralympiques se déroulaient au même moment et au même endroit que les jeux Olympiques et avaient la même couverture médiatique, la réponse négative de l’IAAF poserait moins de questions ...


                      • Gasty 17 mai 2007 12:13

                        En faisant abstraction de l’handicap, on saute quand même plus haut aidé d’une perche.

                        Alors pourquoi ne serait-ce pas un avantage de courir avec ce type de prothèse. Lancer un projectile à la main, avec une fronde, un arc, un mousqueton, etc..... ! ce sont bien des extensions redoutablement efficaces.


                        • 17 mai 2007 17:38

                          Pas si étonnant que ça. Dans la série « other there », un soldat amputé qui rentre d’iraq utilise ce même appareillage pour courir et se refaire engager dans l’armée.

                          C’est beau et c’est une belle leçon de civisme, de moralité et d’héroïsme. Bravo !


                          • Dégueuloir 19 mai 2007 22:04

                            les bras m’en tombent et ça me scie les pattes,bravo à ce grand monsieur car c’est un entrainement dûr qui lui permet de courir si vite.....beaucoup d’efforts !!!


                          • 17 mai 2007 18:02

                            Je ne vois pas pourquoi cet homme serait exclu des J.O de 2008.

                            - Ses jambes artificielles lui donneraient un avantage immérité par rapport aux athlètes « 100% biologiques » ?

                            C’est possible, mais ses records sont loin de ceux des athlètes « valides »... En 2007, il est à +1s aux 100m, +1.8 aux 200, +2.6 aux 400 par rapport aux vainqueurs des JO de 2004... Autrement dit, il ne représente pas une « menace » très forte pour les autres athlètes, étant donné ses records personnels, ses chances de médaille sont très faibles...

                            - C’est le début d’une dérive inacceptable vers le « cyborg » ?

                            C’est une façon de voir les choses. Cependant, on peut également se poser la question du côté « naturel » de ces athlètes shootés à toutes sortes d’anabolisants, hormones et autres drogues. Le cas Griffith-Joyner est un cas d’école... Certes, le « c’est pire ailleurs » n’est pas un argument des plus valables... Mais rien n’empêcherait cet athlète de participer aux qualifications et de courir sur la piste avec les « valides », tout en étant « hors-concours ».

                            Cantonner les athlètes handicapés aux J.O Handisport, c’est les mettre à l’écart du reste des athlètes, ce n’est pas très élégant, (c’est le moins que l’on puisse dire). Aussi, fût-ce en les mettant hors-concours ou en limitant leur nombre à 1 ou 2 athlètes par discipline, je trouve qu’il est normal que les athlètes issus du monde handisport aient leur place à côté des athlètes valides et puissent se mesurer à eux dans un stade olympique.

                            Parce que c’est ça, finalement, l’esprit olympique... Comme le disait un certain baron de Coubertin : « L’important dans la vie ce n’est point le triomphe, mais le combat, l’essentiel ce n’est pas d’avoir vaincu mais de s’être bien battu. » smiley


                            • Boileau419 18 mai 2007 08:44

                              Espérons que l’air pollué et la chaleur suffocante de Pékin ne lui enlèveront pas ses moyens, le pauvre !


                              • chmoll 24 mai 2007 18:32

                                chapeau bas monsieur,ça force le respect

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès