• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Le français est une langue misogyne

Le français est une langue misogyne

C’est la légitime affirmation que l’on peut faire si l’on analyse attentivement les définitions masculines et féminines d’un même mot.

En effet, la mise au féminin de certains noms propres prend des aspects singuliers.

Prenons le mot « courtisan  » par exemple. Au masculin, le « petit Robert » le définit ainsi :

« Celui qui fréquente la cour d’un souverain ».

Le spectacle que nous en offre l’Elysée le prouve chaque jour un peu plus.

Au féminin, c’est beaucoup moins glorieux !

« Femme de mauvaise vie, d’un rang social assez élevé ».

N’en déplaise à certains, la courtisane peut même se retrouver à genoux pour offrir quelques « douceurs buccales » à son "roi".

Pareil pour le serviteur, il est au service de son maître, mais il est toujours plus valorisé que la servante.

Ceux qui ont vu l’excellent film « the servant  » de Joseph Losey savent même qu’il arrive que le serviteur prenne l’ascendant sur le maître.

Pas question de çà pour la servante à qui sont réservés définitivement le balai et le torchon.

Ce même maître est un patron, un modèle ou un exemple, alors que la maîtresse est fatalement une liaison cachée.

Le gueux n’a pas une vie très brillante, il faut en convenir, mais c’est beaucoup moins valorisant pour la gueuse, que l’on dit prête à vendre son corps pour quelques sous.

Le « petit Robert » définit ainsi le mot « gueux » :

« Personne qui vie d’aumônes » tandis que la gueuse est carrément une « femme de mauvaise vie  », ce qui donne tout son sens à l’expression « courir la gueuse ».

Le balayeur est un homme, la balayeuse est une machine et tout le reste est à l’avenant : un permanent est un homme, une permanente est aussi une coiffure.

Dans beaucoup de métier, comme on le voit, le féminin est dévalorisé, et la journée de la femme fêtée tous les ans le 8 mars n’a rien changé.

La boulangère n’est que la femme du boulanger, le caissier a un poste de prestige dans la banque, la caissière est prostrée à sa caisse de supermarché.

Le cuisinier est aux fourneaux, la cuisinière est aussi un fourneau…le péripatéticien est un philosophe, la péripatéticienne, une prostituée.

L’homme qui fait le trottoir est le plus souvent un « paveur », ce qui n’est pas le cas de la femme qui fait le trottoir.

En sport, un sauteur qu’il saute en large, ou en travers, reste un sauteur, mais une sauteuse est réduite à n’être qu’une casserole, à moins qu’elle ne soit une affamée nymphomane.

Un entraineur a une place de choix dans une équipe sportive, même s’il cristallise parfois beaucoup de haine, ou d’espoir.

L’entraîneuse, elle, fait des passes d’un tout autre genre, même si avec la récente affaire Ribéry/Zahia, il y a télescopage des genres.

Le coureur cherche à gagner sa victoire, mais la coureuse ne cherche qu’à attraper un homme. Même s’il existe des « coureurs de jupons », ils n’ont pas l’image négative de la coureuse, prête à tout pour gagner le septième ciel.

Dans le domaine des courses, justement, un turfiste joue et gagne parfois, rien à voir avec la turfeuse, réduite à « aller au turf ».

Un gagneur peut avoir réussi aux courses, mais la (bonne) gagneuse fait un tout autre commerce.

Un « homme léger » est un homme insouciant, bien éloigné de la « femme légère », s’offrant au premier venu.

Un « homme facile » est seulement facile à vivre, ce qui n’a rien à voir avec une « femme facile ».

Un « homme sans moralité » n’est pas digne de confiance, c’est entendu, mais il est moins enviable d’être « femme sans moralité ».

Un « homme à femme » est un séducteur, exactement le contraire d’une « femme à homme  » ravalée au rang de prostituée.

Le racoleur fait du baratin pour écouler sa marchandise, mais pour la racoleuse, c’est de son corps qu’il s’agit.

Un gars, c’est bien connu, c’est un mec en principe bien sous tous les rapports, mais on ne peut en dire autant d’une garce ?

Un homme galant cédera sa place à une belle, alors qu’une femme galante se propose volontiers pour une partie de jambes en l’air.

Et que dire du professionnel  ? C’est un homme de métier reconnut par ses pairs pour ses compétences, tandis que la professionnelle se voit ravalée à arpenter un trottoir.

Tout comme la « femme publique », évidente prostituée, qui doit jalouser avec raison « l’homme public », généralement bien estimé.

Tandis que le « maquereau  » souliers vernis et beaux habits fait le paon devant son « cheptel », la maquerelle est ravalée au rang de tenancière de maisons closes.

Le thon est un poisson dont on nous prédit avec pertinence la disparition prochaine, mais dès qu’il s’agit d’un sujet féminin, on ne peut pas en encourager la multiplication, tout comme pour le pouf que l’on est en droit de préférer à la « pouf » ?

Non, vraiment, la langue française n’est pas charitable avec la gent féminine.

Déjà dans notre beau pays, l’inégalité devant les salaires est flagrante entre les hommes et les femmes, tout comme pour les retraites, et sur beaucoup d’autres sujets.

Sur 630 prix littéraires attribués depuis le début du 20ème siècle, 15% seulement ont été décernés aux femmes. lien

Il serait temps d’y remédier et la récente naissance, le 31 mars dernier, du Laboratoire de l’Egalité pourrait y contribuer. lien

Car, comme disait mon vieil ami africain :

« Réfléchir n’est pas fléchir deux fois ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • Pascain Pascain 7 mai 2010 10:03

    100 % d’accord, même plus encore ...



      • Fergus Fergus 7 mai 2010 10:09

        Oui, mais la reine est une souveraine alors que le rein n’est qu’un organe !


        • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 10:37

          Fergus,
          pas mal,
          effectivement le rein n’est qu’un organe,
          mais j’ai bien peur que le masculin de reine ne soit roi,
           smiley
          quoique certains rois tenaient plus de la reine que d’autre chose,
          référence à Henri 3, qui dit-on avait une préférence pour les pages,
          et là, il ne s’agit pas de lecture.
           smiley


        • vivien françoise 7 mai 2010 19:48

          Bonsoir Olivier,
          Je viens à la rescousse d’ Henri III car il ne peut le faire lui-même. Ce roi n’ était pas du tout ce que vous pensez.
          Il n’ y a aucune preuve de son homosexualité. On connait ses conquêtes féminines mais aucune masculine.
          Ses « mignons » de l’ époque n’ étaient que des « préférés » terme que l’on emploierait aujourd’ hui.
          Françoise


        • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 20:16

          Françoise,
          merci d’avoir défendu Henri 3, et de m’avoir appris que l’histoire est souvent mal racontée,
          à+
          Olivier


        • Fergus Fergus 7 mai 2010 10:18

          Bonjour, Olivier.

          Globalement d’accord avec ce constat. encore que l’on puisse trouver de multiples contre-exemples.
          C’est ainsi qu’une star, une vedette ou une idole n’ont pas d’équivalent masculin.
          Quant à la maîtresse, citée dans l’article, elle est aussi une institutrice.
          Et la montagne est infiniment plus spectaculaire que le mont !
          Et que dire du vocabulaire catholique où il faut dénicher un très modeste oratoire pour trouver un article masculin alors que chapelle, église, cathédrale et basilique sont féminins.
          Et ne célèbre-t-on pas, tant sur le plan sportif qu’économique, une performance ?...

           


          • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 10:39

            Fergus,
            très vrai,
            pourtant l’église n’est pas tendre avec la gent féminine,
            et nos papes auraient bien besoin de papesses pour éviter certains écarts...
             smiley


          • King Al Batar King Al Batar 7 mai 2010 10:58

            @ Fergus, bonojour,

            Au dela de la performance, il y a l’exploit, qui lui sera masculin....

            Et puis pour revenir a la chapelle,l’eglise voir la cathedrale, elle seront toujours plus petite que le monument....

            Non sincérement, j’ai constaté que ce qu’il y a de plus grand sera dnas de très nombreux cas au masculin....

            Pour le coup ce sont les anglais qui se sont le moins fait chier, pas de genre, pas de nombre, et tout le monde est content !


          • King Al Batar King Al Batar 7 mai 2010 10:55

            Bonjour j’avais un prof de Francais en 1ère qui nous avait fait remarquer certains machisme de la langue francais que vous n’evoquez pas, me semble t il.

            Il nous avait parler de dimension et de genre.

            Ainsi tout ce qui est plus grand sera toujours masculin alors que ce qui est plus petit est feminin.

            Dnas le genre on trouve : une riviere et un fleuve
            une mer et un océan
            un montagne, un mont
            une voiture, un camion
            une region, un pays
            une constellation, un système
            une planête, un univers
            une maison, un chateau
            une cuisine, un salon (non celui c’est moi qui suis macho, mais c’était trop tentant....)

            Et je ne vous parle même pas d’un groupe de personne.... 1000 femmes et un hommes ca donne ils.

            Et enfin la cerise sur le gateau. D.ieu c’est il, bien sur !


            • King Al Batar King Al Batar 7 mai 2010 11:12

              une pierre, un rocher


            • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 11:25

              King Al Batar,
              je ne doutais pas une seconde que sur ce thème d’autres réflexions surgissent
              c’est vraiment intéressant, et très judicieux de la part de ce prof de Français,
              merci de ces exemples,
               smiley


            • Ploucman 7 mai 2010 11:39

              Toutes ces remarques me semble quelque peu farfelu ... 

              il n’y a pas de règle particulière quand a l’origine du genre d’un mot, il faut chercher pour chaque mot dans son histoire pour trouver des éléments de réponse.
              Cela aurai été intéressant dans cet article d’avoir ces éléments de reponse...

            • Fergus Fergus 7 mai 2010 11:58

              @ King Al Batar.

              Contre-exemples :
              l’immeuble et la tour
              le vallon et la vallée
              le fort et la forteresse
              l’escarpement côtier et la falaise
              le régiment et l’armée
              etc...

              Et que dire des grandes écoles ou des universités, toutes féminines pour former les élites ?
              Que dire encore de ces immensités que sont la toundra, la steppe ou la savane ?

              Autre chose : un fleuve est une rivière qui se jette dans la mer. En conséquence, la modeste Aa est bel et bien un fleuve du Pas de Calais alors qu’impressionnante Saône n’est qu’une rivière !

              Autre chose encore : un monument peut être tout petit, réduit à une sépulture à une statue commémorative.

              Bonne journée.


            • King Al Batar King Al Batar 7 mai 2010 12:28

              l’immeuble et la tour
              le vallon et la vallée
              le fort et la forteresse
              l’escarpement côtier et la falaise
              le régiment et l’armée


              Rebonjour Mister Fergus ;

              Pour la tour, elle restera toujours plus petite que le Gratte ciel,
              Le vallon et la vallée, seront plus petite que le plateau, mai sje ne sui spas expert dans ce domaine
              LE fort et la forteresse, je ne sais pas je ne suis pas expert, mais le chateau fort c’est plus petit ou plus grand ?
              La falaise et l’armée je cherche encore.

              Malheureusmeent ce n’est pas une constatation que j’ai fait moi même, je vous retrasncrit quelques 15 ans après ce que mon proffesseur de Francais nous avait révélé. J’imagine qu’il aurait su appuyer cet argumentation avec des exemples bien meileurs que les miens.

              Bien cordialement,


            • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 13:01

              Ploucman,
              dans vos deux commentaires, vous posez la question et donnez la réponse,
              mais, par rapport au dernier commentaire, pensez vous que notre époque ne soit pas encore pas mal misogyne ?
              regardez la chambre des députés,
              regardez les grands patrons,
              il y a eu quelques progrès, mais quand même peu signifiants.


            • Ploucman 7 mai 2010 14:08

              Notre époque, en France, n’est gouverné que par des « vieux » ... 

              Je ne peu parler que de ce que je connais, ma génération, les 20/30ans.

              Vous nous fait pars de votre expérience et moi de la mienne, la grande différence entre nos propos montre bien que le monde a beaucoup changé. 
              Pour le mieux espérons le ... 

            • Graindesable Graindesable 7 mai 2010 16:11

              Le village la ville la cité la métropole la mégapole smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 17:21

              Ploucman,
              je ne pense pas que l’âge y soit pour quelque chose,
              je pense plutôt qu’il y a un changement d’état d’esprit, et l’âge n’y est pour rien,
              c’est le grand Brassens qui aimait à le rappeler
              voici un lien : http://www.dailymotion.com/video/x3atmv_georges-brassens-le-temps-ne-fait-r_music
              merci de votre commentaire.
               smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 17:37

              Graindesable,
              il y a bien sur des contrexemples,
              et pourtant :
              une route : un boulevard
              et le contraire :
              un chemin, une avenue,

              ce qui m’a surtout intéressé, c’était le fait que la mise au féminin d’un mot soit le plus souvent au détriment de la femme.
              et je n’ai pas d’autres explication qu’une misogynie consciente ou pas.
               smiley


            • Ploucman 7 mai 2010 18:01

              Je ne parle pas d’age mais de génération, ici vieux = la vieille génération ... ceux qui ont été élevé avant 1970 et formaté femme = femmelle soumise. 


            • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 18:03

              Ploucman,
              eh bien, nous sommes d’accord !
               smiley


            • bonsens 7 mai 2010 11:13

              et elle est aussi illogique lol : pourquoi dit on UN vagin , mais UNE verge ? C’est à s’y perdre


              • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 11:26

                Bonsens,
                pour aller dans le même sens,
                on dit d’un homme très costaud qu’il est UNE armoire.
                comme quoi...
                 smiley


              • joelim joelim 7 mai 2010 11:21

                Rolland Magdane a bien analysé çà aussi dans un excellent sketch : http://michel.buze.perso.neuf.fr/lavache/roland_magdane_masculin_feminin.ht m

                Extrait :
                D’ailleurs, dès que c’est sérieux, comme par hasard, c’est tout de suite au masculin :
                On dit UNE rivière, UNE p’tite rivière, mais UN fleuve, on dit UNE voiture, mais UN avion avec UN réacteur et pas UNE hélice de merde, là !
                Et quand il y a un problème dans un avion, c’est tout de suite UNE catastrophe.
                Alors, c’est toujours à cause d’UNE erreur de pilotage, d’UNE mauvaise visibilité, bref à cause d’UNE connerie. 


                • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 11:28

                  Joelim,
                  merci de nous avoir donné ce sketch de Magdane,
                  je ne le connaissais pas,
                  en fouillant un peu, on pourrait peut-être le trouver sur youtube ?
                  encore merci.
                   smiley


                • Ploucman 7 mai 2010 11:30
                  Cela parait logique étant donnée que la langue française date d’une époque ultra misogyne ...



                    • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 13:04

                      mmarvin,
                      dans cette vidéo que vous nous proposez, tout est dit,
                      merci de l’avoir signalée.
                       smiley


                    • COLRE COLRE 7 mai 2010 11:39

                      Foin de circonlocutions, l’auteur ! vous êtes bien timoré, votre présentation mérite d’être simplifiée pour aller droit au but : 

                      • un courtisan fréquente la cour du roi / une courtisane, c’est une pute…
                      • un maître, c’est le patron / une maîtresse, c’est sa pute
                      • un gueux, c’est un mendiant / une gueuse, c’est une pute…
                      • un entraîneur entraîne / une entraîneuse, c’est une pute…
                      • un gagneur est riche / une gagneuse, c’est une pute…
                      • un homme léger est insouciant / une femme légère, c’est une pute…
                      • un homme facile est agréable à vivre / une femme facile, c’est une pute…
                      • un homme sans moralité est sans scrupule / une femme sans moralité, c’est une pute…
                      • un homme à femme est un séducteur / une femme à homme, c’est une pute…
                      • un racoleur est un baratineur / une racoleuse, c’est une pute…
                      • un gars, c’est un mec / une garce, c’est une pute…
                      • un homme galant est serviable / une femme galante, c’est une pute…
                      • un professionnel est un expert sérieux / une professionnelle, c’est une pute…
                      • un homme public est un mec qui réussit / une femme publique, c’est une pute…

                      Et on peut rajouter, mais il doit y en avoir d’autres…

                      • un masseur, c’est un kiné / une masseuse, c’est une pute…
                      • un pétard, c’est un explosif ludique / une pétasse, c’est une pute…
                      • un salaud, c’est un salaud / une salope, c’est une pute…
                      • un homme vertueux, c’est un mec bien / une femme vertueuse, c’est pas une pute…

                      • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 13:06

                        Corle
                        oui, d’accord,
                        c’est ce qu’on trouve dans le lien proposé par mmarvin :
                        http://www.youtube.com/watch?v=Qm624danVwo&feature=fvst
                        du rap cru
                         smiley


                      • Gavroche Gavroche 7 mai 2010 12:18

                        C’est vrai que quand quelque chose ne va pas, c’est toujours une galère, une frustration.

                        l’orgasme et le plaisir sont masculins.

                        Le mot sexe n’a pas de féminin, on dit le sexe d’une femme

                        Très bizarrement, on dit une verge et un clitoris

                        Ceci dit ne vous plaignez pas les femmes car vous avez la carte de crédit et nous avons le découvert smiley


                        • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 13:10

                          Gavroche,
                          j’ai construit cet article sur un powerpoint envoyé par un ami,
                          çà m’a semblé intéressant,
                          mais au vu des commentaires successifs,
                          y a vraiment un problème avec notre langue.
                           smiley
                          enfin, si y avait que çà...
                          j’avais besoin d’écrire un truc la-dessus, pour ne pas en rester à la Grèce :

                          au fait, la récession, c’est féminin, la faillite, aussi,
                          ce qui me rassure c’est que l’échec , c’est masculin.
                          on se rassure comme on peut.
                           smiley


                        • Emile Red Emile Red 7 mai 2010 13:24

                          On peut rajouter, puisqu’on les a caressé de loin, les mots scientifiques ou du langage savant pour lesquels le synonyme familier ou vulgaire change de sexe .

                          Restons dans le grivois :

                          Le phallus, le pénis ----> bite, queue, asperge, verge, biroute,

                          L’amour, le coït ------> baise, sauterie, copulation, fornication.

                          Bon je m’arrête là avant le censure....


                          • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 17:41

                            Emile Red,
                            merci d’avoir ouvert de nouvelles pistes,
                             smiley


                          • TSS 7 mai 2010 13:44


                            cet article n’est que la reprise d’un sketch de Roland Magdane... !!


                            • olivier cabanel olivier cabanel 7 mai 2010 17:12

                              TSS,
                              çà m’aurait été difficile, ne connaissant pas se sketch.
                              comme je l’ai écris précédemment, c’est un ami qui m’a fait parvenir un petit powerpoint qui m’a donné envie d’écrire la dessus, et rien de plus.
                              et puis à la lecture des prolongements qu’en font les lecteurs, je ne regrette rien,
                              n’est-ce pas ?


                            • TSS 8 mai 2010 00:33


                              ce n’etait qu’ une simple constatation... !!


                            • LE CHAT LE CHAT 7 mai 2010 14:08

                              oui ,un Hilton c’est un hôtel , et Paris Hilton c’est une pouf !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès