• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Le grand carnaval

Le grand carnaval

Anarcho-autonome, militant alter-mondialiste, écologiste, libertaire, ultragauchiste ?

Que de noms pour si peu d’individus, le seul phénomène que journalistes et pouvoir comprennent dans ce fourre-tout idéologique est qu’ils n’y entendent pas grand-chose.

Nous nageons en eau trouble et le gouvernement veut nous apprendre la brasse, six mois que les forces antiterroristes surveillent des activistes et, après quelques esclandres qui auraient pu causer mort d’hommes, la police intervient. Nous sommes en droit de nous demander pourquoi la réaction fut si longue.

Mais là n’est pas le sujet, nos journalistes, perdus dans la nasse, cherchent à noircir du papier survolant de toute leur audace leur incompétence historique et politique.

On entend par-ci qu’un "groupe anarchiste dont le chef...", que le "groupuscule anarcho-autonome", ou par-là que "ces autonomes alter-mondialistes...", tirade bien rodée du "peut-être" au "possible".

Qu’en est-il vraiment des origines de la mouvance autonome ?

Née en Italie au début des années 70, prônant l’autonomie ouvrière (autonomie prolétarienne), elle est un ensemble de mouvements issus de sensibilités mao-spontex ou situationnistes, la caractéristique commune principale de ce bouillonnement activiste devint, peu à peu, la lutte armée, à l’instar de "la propagande par le fait" des nihilistes de la fin du XIXe siècle.

Les premiers groupes violents qui font irruption dans l’actualité au détour de 1970, sont les Brigades rouges (Brigate rosse) en Italie, émanation de la Gauche prolétarienne elles se revendiquent du marxisme-léninisme et préconisent le terrorisme comme propagande insurrectionnelle, à la même époque la RAF (Rote Armee Fraktion), en Allemagne tourne le dos au militantisme et verse dans la lutte armée. Autour de 1975, se développent d’autres groupes d’obédience marxiste-léniniste violents, en France (NAPAP, GARI), en Espagne (GRAPO) les uns teintés d’anti-nucléaire, les autres d’anti-fascisme ou bien encore d’anti-impérialisme. Les années 80 seront plus calmes bien que divers groupes terroristes continuent à frapper en Europe, les Cellules communistes combattantes en Belgique, Action directe en France, ou les BR-PCC en Italie, l’Espagne voit quelques résurgence des Grapo dans le courant des années 90.

Bien entendu, la mouvance autonome ne se réduit pas à ces seuls groupes terroristes tristement célèbres, pourtant deux axes sont à souligner chez la plupart de ses activistes, l’idéologie marquée du sceau marxiste-léniniste et l’utilisation de la lutte armée.

Maintenant, si on considère le mot "autonome" littéralement, on doit considérer que tout mouvement politique, syndical, social ou culturel est un mouvement autonome s’il vit sans les subsides le rendant dépendant. Sont donc autonomes les mouvements revendicatifs, les petites associations, les syndicats libres, les petits partis, les groupes libertaires ; sont donc autonomes, au même titre, les boulistes de Plumzec, les anarcho-syndicalistes, les membres de RESF, les militants du Parti fédéraliste ou les danseurs de la maison de quartier ; sont autonomes les branleurs qui brûlent un bus, les voleurs de portables en manif, les tagueurs de métros, mais aussi les CRS qui bastonnent en réunion privée, les harceleurs en entreprise, les patrons voyous.

Le gouvernement ne se trompe pas, et que vous déteniez un baudrier d’escalade, que vous soyez fiché pour militantisme, que votre numéro de téléphone apparaisse sur une liste douteuse, que votre père cheminot vous a laissé un mot sur un vieux schéma SNCF, vous êtes suspect, si en plus vous êtes Corrézien de naissance, que vous avez du temps libre et que par malheur vous ayez, il y a trente ans, manifesté à Golfech, la Hague ou Malville, si vous êtes objecteur de conscience, descendant de syndicaliste ou de déporté, si vous lisez Proudhon, Marx ou Bakounine, si vous avez eu une trop bonne note en philo au bac vous êtes suspect et qui dit suspect dit autonome, vous êtes un terroriste anarchiste d’ultra-gauche vert à tendance alter-mondialiste. Voilà en quoi se résume l’analyse des RG relayée avec plaisir jouissif par notre presse vassalisée.

Poussons le ridicule plus loin, nos joyeux babillards nous parlent d’"anarcho-autonome", maniant le presque pléonasme sans vergogne, de "chef anarchiste", pourquoi pas de baignoire sans fond, ils vitupèrent sur la mouvance alter-mondialiste, ATTAC en pleine attaque de ses octogénaires, d’ultra-gauche, celle qui après les strapontins imaginaires de Besancenot se tape le cul par terre au palais Bourbon. Ils dilapident le qualificatif, l’argument, l’adverbe qui ment, nous immergent dans la volupté des poncifs, vers la dépêche à venir, sous le dernier communiqué, ils nous pondent une myriade d’articles créditant spécialistes et experts. Et au final, rien, le néant le plus absolu, aucune démonstration, les arguties explosent comme feux d’artifice, la vacuité au service d’une insolite casuistique.

Marxiste-léniniste les anars ? Ils en sont tout retournés, depuis quelques lustres ils ont supporté les assimilations, les confusions, les amalgames, d’anarcho-chrétiens à "anarchistes de droite", d’anarcho-capitalistes à libertariens, mais se voir dans une mouvance hiérarchisée qui agirait dans la mise en péril de travailleurs innocents, ils se demandent ce que va donc encore sortir du chapeau l’ultralibéralisme pour défendre ce pouvoir corrompu aux intérêts privés.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • SANDRO FERRETTI SANDRO 12 novembre 2008 12:17

    Red,
    Article crypto-anar que j’ai néamoins reussi à decrypter.
    Des anars tendance foi(e) gras altermondialistes et courant alternatif étaient au courant que la nuit, y avait plus de courant dans les cathénaires.
    Au jus qu’y avait plus de jus.
    Néanmoins, on s’autorise à penser dans les milieux autorisés qu’il n’y a nulle complicité dans la Hacène Céhef, laquelle a un alibi en fer à béton.
    Circulez, y a rien à voir.
    J’ai juste ?


    • Emile Red Emile Red 12 novembre 2008 12:37

      Et bien voila une bonne transcription.
      Mais il est point besoin d’H aux caténaires pour les couper smiley

      Juste et coup de sifflet.


    • SANDRO FERRETTI SANDRO 12 novembre 2008 12:48

      Bon , je le signale aux Katangais de la Sorbonne. Ils mettent du "H" partout, que c’en est une horreur, Monsieur Red.


    • Emile Red Emile Red 12 novembre 2008 13:08

      Le katangais n’est qu’une question de penchant, voir Rachida pour les maisons de redressement.


    • JL JL 12 novembre 2008 14:22

      L’on hésite à plusser pour le style, roboratif à souhait, ou pour le message, aussi clair que subtil. Il faudrait plusser deux fois. Beaucoup de choses sont dites là. Bravo Emile, du grand art.


      • LE CHAT LE CHAT 12 novembre 2008 16:10

        si renvoyer dos à dos tous les politicars et ne pas vouloir gober la pensée unique qu’on veut nous faire gober de force , c’est être anar , et bien je suis fier d’être un matou écoloarnachiste ! smiley
        le chat , l’animal qui ne peut être dressé !  smiley


        • TSS 12 novembre 2008 19:01

          la devise des anarchistes :

          "ni dieu ni maitre"

          ils ne sont ni de gauche ni de droite, bien au contraire !!


          • wesson wesson 12 novembre 2008 21:47

            Salut Emile,
            aux dernières nouvelles, c’est pas si sûr que les crypto-anarcho-gaucho-écolo venu d’allemagne soient responsable de ces dégradations. ça commence à sentir le poisson pas frais cette histoire ...

            En tout cas, les fiston de kohn bendit sont rassurés !


            • Cartman 13 novembre 2008 13:04

              En relisant les quelques articles de presse sur ce sujet, il est effectivement question d’un groupuscule d’anarchistes menés par un chef. Je n’avais pas vu cet énorme oxymore à la première lecture.


              • Laurent Watrin Laurent Watrin 13 novembre 2008 19:38

                Il y a au moins deux éléments étranges dans cette affaire. D’abord, il est étonnant d’entendre la Ministre Michèle Alliot-Marie qualifier politiquement un groupe avant même la fin de l’enquête concernant ses membres. Ensuite, comment se fait-il que ces ’terroristes’, soi-disant surveillés depuis des mois, aient mis à exécution leur plan. En général, les forces anti-terroristes évitent les drames lorsque la surveillance fonctionne, non ?

                LW - citoyen fédéraliste

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès