• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Les bus de Manhattan

Les bus de Manhattan

Parisien depuis quelques années, j’utilise les bus de la RATP sur des liaisons « bourgeoises », : les conducteurs ne sont pas agressés, les véhicules ne sont pas caillassés, une certaine convivialité règne.
 
Cependant, quelle divine surprise, retrouvant New-York après 12 ans, de se replonger dans l’ambiance de ces bus up ou down, est ou ouest.
 
L’accès et la sortie s’opèrent par l’avant. Les entrants attendent patiemment que les partants aient vidé les lieux. Les handicapés et les personnes âgées bénéficient de facto d’une priorité. Les sièges qui leur sont réservés se libèrent sur le champ.
 
Et, comble de stupéfaction, TOUT LE MONDE PAYE SA PLACE, soit par carte, soit en liquide. Pas de resquille.
 
L’accueil par le chauffeur est cordial, voire chaleureux.
A preuve !
 
Je verse au débat, tel un ethnologue ayant fait la fouille du siècle, une lettre parue dans le courrier des lecteurs du New-York Times, le 26 octobre :
 
« Ceci m’est arrivé l’autre jour et je fus à ce point émue que je pense que tous les New-Yorkais doivent en être informés.
Je traversais Lexington Avenue pour prendre un bus qui allait vers le bas de la ville quand j’en aperçus un qui attendait à l’arrêt. Etant mal voyante et ayant une canne, j’ai essayé de marcher aussi vite que possible.
Quand j’arrivai à l’arrêt de bus, celui-ci était déjà parti.
J’attendais le prochain quand un homme s’approcha de moi.
« Puis-je vous aider à prendre le bus ? » me demanda-t-il.
« Il est déjà parti. » lui dis-je. « Il a tourné le coin, donc il est vraisemblable que le chauffeur ne vous permettra pas de me faire monter. »
« Je SUIS le chauffeur . » me dit-il.
Je réalisai alors qu’il avait laissé le bus et tous ses passagers qui attendaient afin d’aider une personne étonnée et reconnaissante à parcourir un demi pâté de maisons pour grimper à bord. »
 
Imaginez un instant les clameurs de protestations et le concert de klaxons du côté de Denfert-Rochereau dès lors qu’un conducteur s’aviserait de procéder de la sorte, et les violences verbales, préludant à des échanges plus musclés, s’il s’avisait de refuser l’entrée aux non-payeurs.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 21 novembre 2009 09:24

    Intéressante, cette anecdote, François. Et tant mieux si des conducteurs de bus américains se montrent prévenants envers des personnes diminuées ou handicapés.
     
    Mais votre conclusion est fausse car des comportements de ce type existent également sur les réseaux parisiens, directement liés à la personnalité et à l’altruisme foncier de certains machinistes. Tel cet Antillais (un dénommé « Nénesse ») formidable de gentillesse et de disponibilité, qui a longtemps conduit sur le ligne 27.

    Côté client, il existe également des cas surprenants. tel celui de ce Français expatrié en Norvège après avoir longtemps fraudé la RATP faute de fric durant ses études. Sa situation faite, il a tenu à dédommager la RATP du manque à gagner qu’elle avait subi de sa part. Son chèque de 1500 euros a été intégralement reversé à une oeuvre caritative dont je connais le président. Véridique !

    Conclusion : le pire n’est jamais sûr, même dans une société en pleine déliquescence !


    • François Blocquaux François Blocquaux 21 novembre 2009 15:23

      Bravo pour ces « exceptions françaises » qui se comptent sur les doigts d’une seule main et qui laissent espérer que le pire n’est pas totalement inévitable !


    • vergobret 21 novembre 2009 15:53

      Ce que l’auteur décrit est sensiblement identique au comportement des espagnols, personne ne resquille. Sont pourtant loin d’être civiques les Castellonais, mais dans le bus, la courtoisie est de rigueur.
      Sans doute le conducteur américain fait-il une ligne qui échappe au timing ?
      A Paris, la sauvagerie est plus banale : rue Ménilm. (le 12, le 9 ?) heures de pointe, j’ai assisté à des pugilats dignes du marché de Brive-la-Gaillarde ( des anciens, pour ce cas), une autre fois même époque (2008) une Sénégalaise âgée se faire inviter à y retourner par une française même génération, pendant 10mn, rue des pyrénées...
      Les transports parisiens sont le lieu de toute les effervéscences...
      C’est un très joli article, évocateur aussi.


    • Fergus Fergus 21 novembre 2009 15:59

      Sur quoi vous basez-vous pour parler d’exceptions qui se comptent « sur les doigts d’une seule main » ? Etes-vous présent, jour après jour, et du matin au soir, sur les centaines de lignes de train, RER, métro et bus d’Ile-de-France pour affimer cela de manière aussi péremptoire ?

      Personnellement, j’ai énormément circulé dans les transports en commun de la région parisienne, et s’il est vrai que j’ai constaté, ici et là, des comportements désinvoltes, voire choquants vis-à-vis de la clientèle, j’ai vu aussi des employés très motivés et soucieux d’aider du mieux possible les déplacements des plus fragiles.


    • chrac31 chrac31 21 novembre 2009 11:09

      Meme si ca peut deplaire a quelques uns de nos grands esprits chauvins,je reconnais pour y avoir été cette année pour la premiere fois de ma vie, qu’a new york mais aussi dans d’autres villes des etats unis les gens sont respectueux les uns des autres dans les transports en commun et je parle du bus comme du metro.
      J’ai ete tres etonné de voir les gens faire la queue devant un arret de bus, premier arrivé premier placé, personne ne deroge a la regle, et la pression sociale faisant j’ai adopté la regle tacite moi aussi. Quand a dire que les chauffeurs de bus sont des bons samaritains, je relativiserai mais je pense qu’ils doivent regulierement etre evalués et notés sur leur attitude au volant et l’accueil des passagers, pour l’avoir vu moi meme. Tout le monde paie son ticket, et les transports ne sont pas degrades, pas de vitres gravés par une lame ou une clé, pas de tags.
      Alors meme si ca peut en gener quelques uns je reconnait que de ce coté là on a encore a evoluer sacrement pour arriver a leur niveau !


      • François Blocquaux François Blocquaux 21 novembre 2009 15:36

        Même si la serviablité et le souci du client ou de l’usager sont guidés par le respect des procédures, convenez que c’est quand même bien agréable, au restaurant, d’être accueilli et traité avec rapidité et déférence et, dans les libraries, d’être accompagné dans les rayons.
        Quant au respect de la « queue », c’est un gêne anglo-saxon.
        En Chine, à la banque ou dans les gares, vous avez intérêt à coller à celui qui vous précède, à ne pas laisser laisser le moindre espace vacant, voire à écarter manu militari ceux qui veulent passer devant vous.
        Quant au métro de Shanghaï, c’est une mêlée de rugby qui se déroule dès lors que les portes s’ouvrent. 
        Un sinologue m’expliquait que c’était en fait une survivance des années de disette et de rareté que l’Empire a connues.
        Je vous laisse juge...


      • chrac31 chrac31 21 novembre 2009 16:47

        tout a fait d’accord et merci de ces precisions


      • cg26140 cg26140 21 novembre 2009 16:18

        Qu’il est bon d’habiter la campagne profonde


        • colza 21 novembre 2009 20:03

          Oh, que oui !
          D’ailleurs, le problème ne se pose même pas, aucun bus à moins de 40 km.


        • François Blocquaux François Blocquaux 23 novembre 2009 18:50

          L’enfer, c’est les autres...
          Ce n’est pas de moi !


        • François Blocquaux François Blocquaux 23 novembre 2009 18:53

          Bien sûr !
          C’est plus excitant que l’Amérique profonde.


        • Surya Surya 21 novembre 2009 20:29

          J’aime bien votre article, mais je ne suis pas d’accord avec absolument tout.

          Je ne trouve pas que les bus en eux mêmes soient si mauvais que ça à Paris. C’est plutôt le comportement de certains usagers (pas tous) qui est à revoir. J’en profite pour dire que je ne comprend pas du tout pourquoi il faut faire « bip-bip » avec sa carte intégrale (pour les personnes non parisiennes, c’est une carte d’abonnement nominative sur laquelle sont enregistrées des informations sur vous, et il faut la passer sur un lecteur magnétique quand on monte dans le bus, et ça fait « bip »). A part pour enregistrer notre passage et surveiller nos allées et venues, ça ne sert strictement à rien. Selon moi, si ma carte est valable, ça devrait suffire. De toute façon, dans les bus comme le 27, le tramway, ou tous les autres bus « double taille » où l’on peut entrer aussi par l’arrière, beaucoup de gens ne valident pas leur passage, ce soir par exemple, j’ai pris le tramway par la porte arrière et je n’ai pas fait « bip ». Parmi tout le monde, il y a des gens dont la carte est valable et sûrement des resquilleurs, et c’est un point sur lequel je suis en accord avec ce que vous dites dans votre article. Il y en a trop ici, et quand il s’agit du métro c’est aussi un peu la faute à des gens comme moi, quand un gars arrive aux portillons et me dis « vous pouvez me faire passer avec vous, s’il vous plait ? » Je suis toujours d’accord, oops mea culpa !! smiley 

          Par contre je trouve que dans la très grosse majorité les chauffeurs de bus sont vraiment sympas. Il est arrivé une fois ou deux que des chauffeurs soient désagréables, mais c’est vraiment la minorité. Quand on monte dans le bus, ils aiment bien dire bonjour et qu’on leur dise bonjour, et en général ceux qui ignorent les passagers quand ils montent, et continuent de regarder la rue devant eux, c’est quand ce sont les heures de pointe et qu’il y a vraiment trop de monde.

          Par contre là où je suis également d’accord, c’est pour le mauvais comportement des automobilistes. Eux sont parfois très agressifs, et je pense que si les chauffeurs ne s’arrêtent pas pour attendre une personne handicapée à Paris, c’est plutôt par peur comme vous le dites des concerts de klaxon, sinon je suis sûre qu’ils le feraient. Mais vous citez la place Denfert Rochereau, c’est peut être pas le meilleur exemple  smiley Citer a place de la Concorde aurait été mieux je pense  smiley Sinon, j’ai vu aussi à Paris des chauffeurs attendre des gens, mais pas au point que votre article décrit, c’est vrai.

          Par contre, j’ai également rencontré un chauffeur de bus détestable (il y a longtemps, en 1992) à New York. A l’époque, le Musée des Indiens d’Amérique était encore à Harlem, nous sommes montés dans le bus. Au bout de quelques stations, nous étions seuls dans le bus. On a voulu vérifier auprès du chauffeur qu’on ne s’était pas trompés. « Et pourquoi vous voulez aller à Harlem au Musée des Indiens d’Amérique ? » nous lance-t-il en se fichant de nous. Et il arrête brutalement le bus, il ouvrela porte et nous oblige à descendre en disant , sourire aux lèvres : « je ne vais pas plus loin ! », ce qui était faux, on a vérifié le trajet ensuite. Pas grave, on a fait le reste du chemin à pieds et même si ça nous a pris pas mal de temps pour arriver, ça nous a permis de mieux visiter. Mais comme à Paris, ce sont des cas vraiment rares.

          Je veux bien croire que quand on a vécu dans un endroit où les gens sont vraiment respectueux, attendent leur tour, payent tous leur passage, on a un peu de mal à se réhabituer à Paris où les choses sont, disons, un peu différentes à ce niveau là... Mais si c’est une ville un peu spéciale, elle a aussi de très, très bons côtés, et il faut se concentrer sur ça, sinon, c’est vrai que c’est un peu dur de vivre ici si on n’est pas habitués.


          • François Blocquaux François Blocquaux 22 novembre 2009 15:40

            Deux autres choses vues :
            - A Séoul, Corée du Sud, quand un bus arrive au terminus, une fois tous les passagers descendus, le chauffeur empoigne seau et balai et nettoie. Le véhicule repart pour un nouveau trajet, propre.
            Imaginez un instant que cette obligation soit imposée en France, où au démarrage du terminus, le plancher du métro ou du bus, est jonché de journaux gratuits et de sacs McDo ! C’est la révolution dans les transports urbains, l’invocation des grands principes constitutionnels et la chute du régime.
            - Re aux USA.
            Dans les grandes surfaces, les queues s’allongent aiux caisses. Systématiquement, un espace est laissé après le troisième client, libérant ainsi un passage pour ceux qui circulent et n’ont pas terminé leurs courses. « Cheu nous », il faut forcer le passage.
            Conclusion : de l’utilité des voyages, sans avoir la moindre ambition d’ajouter une nouvelle Lettre Persane.


            • martien martien 23 novembre 2009 14:03

              Bonjour,
              au moins il y a encore quelque chose qui ressemble à un service public, en ile de France ( même si, quelquefois, il y a des petits « bugs »). 
              Chose qui devrait disparaitre progressivement à partir de 2012.
              L’efficacité devra être de rigueur, la rentabilité le maître-mot, la vitesse commerciale sera accélérée....
              Les chauffeurs seront « propres sur eux », souriants ( un des critères normalisés, jugés par des « voyageurs-mystères »..), donc accueillants.
              Mais faudra pas trainer pour monter dans l’autobus. Quand aux retardataires, ils prendront le suivant qui ne sera pas trop loin si ils habitent dans une ville susceptible de « se paye »r un service de transport de qualité.
              Voir les services de la Pos... pardon du GROUPE la Poste, les services hospitaliers, les maternités.... Enfin bref, nous aurons le monde que nous nous serons fait.
              Vive l’idéologie ultra libérale !!


              • François Blocquaux François Blocquaux 23 novembre 2009 18:48

                Je n’ai pas fait l’apologie du « marché » !
                Est-ce obscène de relever que , là-bas, il y a des « différences » dont je vous laisse juge.
                .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès