• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Mais pourquoi ont-ils encore un bateau au bord de l’eau (...)

Mais pourquoi ont-ils encore un bateau au bord de l’eau ?

Humeur marinière ...

Question de société !

1484904_267349736753637_1929993733_n.jpg

Qui aime à se promener en bord de rivière ou d'étang peut parfois se poser cette étrange question : pourquoi avoir un bateau au bord de l'eau ? De nos jours, le bateau amarré à quai ou bien à rive, est une incongruité notoire, un archaïque signe du temps jadis. Chacun y va alors de sa petite réponse personnelle, de sa fantaisie ou de son vice pour donner sens à cette étrange présence. Notre société n'est pas avare d'imagination en ce domaine comme en tant d'autres.

L'esthète et le promeneur tranquille (deux catégories fort heureusement en voie de disparition) ne s'interrogent nullement. Ils admirent la beauté de ce mariage entre la nature et une création humaine. Les photographes ou les peintres aiment alors à croquer ce délicieux instant, ce plaisir de l'œil quand les curieux s'exclament et s'émerveillent simplement. Mais ceux-là sont eux aussi des vestiges d'un temps passé de mode où l'on respectait le beau et la nature ; ces doux rêveurs n'ont plus leur place dans ce monde délirant. Attachons -nous donc à observer tous les autres ...

1508223_267349826753628_1154677598_n.jpg

Les parents de jeunes enfants à moins qu'il ne s'agisse parfois de grands-parents évolués et modernes, aiment à admirer l'intrépidité de leurs chères têtes blondes, brunes ou de tout autre teinte. Quel plaisir de voir ces enfants franchir le pas et s'approprier sans aucune retenue, ce bien qui s'offre à leur désir d'aventure. Ils les regardent, émerveillés, sauter, courir sur ce vieux rafiot, amusés même s'ils cassent quelque chose et offusqués qu'un mauvais coucheur puisse venir leur faire la moindre remarque. Il faut bien que jeunesse se passe !

Quant aux autres , d'âges divers , ils remercient la Providence d'avoir placé à portée de main, un réceptacle à leurs immondices. Ils viennent s'installer au bord de l'onde pour profiter de la fraîcheur ou du dépaysement et se font un petit repas agréable, une pause méridienne ou une soirée entre amis .Ils sortent alors des pizzas ou bien des sandwichs à étages, d'emballages encombrants, ouvrent quelques canettes, à moins que ce ne soient de bonnes bouteilles. Ils n'ont aucune mauvaise conscience quand ils se débarrassent des reliefs de leur repas dans l'embarcation avant de repartir puisqu'ils n'ont rien jeté à l'eau .

1543317_267349550086989_2026152528_n.jpg

De plus avinés profitent alors de l'excitation de l'alcool pour se lancer des défis. C'est à qui décrochera le bateau, le laissera partir au fil de l'eau. Il faut se donner des plaisirs, des sensations et parfois des frayeurs quand on se trouve dans un tel état. Ils franchissent le pas, sautent malgré le danger ou l'instabilité légendaire de ce mode de transport, sur ce rafiot qui n'est pas à eux. Poussés par les encouragements de leurs admirateurs, restés à quai, ils cherchent l'entrave qui libérera le prisonnier et l'abandonnent à sa course folle ; tout fiers de réussir à regagner la terre ferme, sous les applaudissements de leurs stupides comparses.

Les plus mal attentionnés se moquent de navigation. Pour eux, seule compte l'excitation du naufrage. Ils vont jeter tout ce qu'ils trouvent à proximité, se mettant eux-même en péril en faisant tanguer le bateau jusqu'à ce que l'eau vienne à s'y engouffrer. Quand on s'amuse, il faut le faire sur le dos de pauvres bougres qui ne demandent rien ; c'est désormais un principe incontournable pour les noceurs et les buveurs. Le bateau est une victime bien commode, un moyen de bien rigoler sur le compte de la société.

1483556_267236760098268_1377337251_n.jpg

Il se peut que d'autres esprits retors trouvent encore matières à plaisanterie ou facéties diverses. Le bateau à l'amarrage est un magnifique terrain d'expérimentation et d'initiatives, d'autant plus remarquable que son propriétaire est souvent bien loin. C'est ainsi que chacun y va de sa petite polissonnerie , de sa trace ou de son mauvais coup. Nos pauvres mariniers, pêcheurs ou bien plaisanciers n'auront que leurs yeux pour pleurer et leur rage pour essayer de sauver encore ce qui peut l'être.

Il leur en faut de la persévérance pour continuer ainsi à vouloir redonner vie aux rivières et aux étangs ! Quand un malheureux bateau est à quai, il est la cible de toutes les mesquineries d'une société dont bon nombre de membres ne respectent plus rien. Ne l'oubliez pas quand vous venez à passer sur une rive et, si d'aventure, vous êtes le témoin d'un acte de vandalisme, de grâce, ne tournez pas le dos et exprimez votre désaccord. Les gens qui vont sur l'eau vous en seront reconnaissants.

Arrimarrement leur

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 3 janvier 2014 08:54

    Les plans d’eau du plus petit au plus grand servent de dépotoir a l’humanité c’est vrai et bien dommage (étang..rivière..mer..océan)..Allez également en montagne vous trouverez à 4.000 mètres les restes de l’humanité jonchant le paysage et le transformant en poubelle...Les gens se parfument pour masquer leur odeur mais rien n’y fait...l’odeur de leur merde ressort.. !

    Nous croulons sous nos déchets...et si par malheur nous analysons toute cette eau...c’est le pompon..nous trouvons moult poisons qui pourrissent la planète.. !

    • C'est Nabum C’est Nabum 3 janvier 2014 09:05

      Claude-Michel


      J’ai mal à cette humanité de l’immondice.

      En arpentant les berges du Tarn à Montauban, une jeune fille très bien habillée a laissé un de ces maudits paquets à cochonnerie alimentaire sur un muret. Je lui fis les gros yeux pour qu’elle se reprennne. Madame sa mère, en manteau de fourrure était à deux pas de là. C’est moi que cette dame foudroyait du regard.

      Ainsi donc, c’est moi qui était coupable de rappeler la bonne règle. Elles sont parties toutes deux drappées dans leur dignité offensée laissant leur maudite boîte imputrescible là où elle l’avait abandonnée.

    • C'est Nabum C’est Nabum 3 janvier 2014 13:52

       lyacon


      Et si ça se trouve ils sont sous pavillon de complaisance !

    • Alsete Alsete 3 janvier 2014 23:15

      Pourquoi moinser ? C’est de l’excellent humour !


    • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2014 07:22

       Alsete 


      Je ne clique jamais sur le moins ...

    • gegemalaga 4 janvier 2014 08:56

      ? pourquoi ?

      je vous pensait un amoureux de la Loire ... ;

      moi , ancien Ligurien , j’en suis amoureux ( meme si je m’en suis éloigné ) ;

      en bord de Loire , un bateau : c’a fait parti de la culture ; 
      on s’en sert pour se promener, aller à la pèche , traverser la Loire ...etc 

      et oui , la Loire s’est réanimée ; 
      les bords de Loire sont classés ; 
      les fetes de la Loire ( Orléans) ont été relancées.

      voilà , pourquoi , les gens peuvent avoir envie d’un bateau... !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires