• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Mangez-moi, mangez-moi... !

Mangez-moi, mangez-moi... !

On se souvient de la chanson du groupe « Billy ze Kick » « mangez-moi, mangez-moi, mangez-moi  » dont les membres étaient manifestement accros à la consommation de ces étranges champignons qui font naître de drôles de rêves. Mais certains ont d’autres déviations culinaires.

L’un d’entre eux est le célèbre écrivain, Jules Verne, atteint d’une véritable boulimie, au delà de la goinfrerie, comme nous l’a expliqué le Samedi 2 juin dernier, François Angelier dans l’émission « on ne parle pas la bouche pleine  » sur France Culture. lien

On sait que le légendaire conteur aimait à inventer des rencontres, et des voyages extraordinaires, de la Lune aux profondeurs de la Terre, en passant par les monstres des abysses, mais on sait moins qu’il était un énorme dévoreur, étant allé jusqu’à se fabriquer un fauteuil bas, en ayant fait scier les pieds de celui-ci, afin que sa bouche soit au niveau du haut de la table, facilitant ainsi l’ingestion des plats, pour ne pas dire leur engloutissement.

Au-delà du fait que l’écrivain a voyagé bien plus dans sa tête qu’en réalité, Verne avait effectivement un coté « ogre dévorateur ».

Ce bâfreur diabétique et angoissé ne cessait de manger, et en quantité, engouffrant dans un repas 6 énormes artichauts, attaquant parfois les repas avant l’arrivée des invités, allant même jusqu’à dévorer leur part, entraînant la légitime déception de ceux-ci, puisque la légende affirme qu’il pouvait, à lui tout seul, régler son sort à un gigot entier.

Dans son récit, de la terre à la lune, cette véritable passion pour la grande bouffe, transparait dans le récit, puisque dans le wagon obus qui va faire le tour de la Lune, les courageux astronautes se voient proposer autant au départ qu’à l’arrivée les plus grands vins, et les plus gargantuesques repas.

On peut découvrir ces récits dans « l’album Jules Verne  » (la Pléiade) chez Gallimard, 2012. lien

On ne peut pas en dire autant des voyageurs interplanétaires d’aujourd’hui, réduits à ingérer des bouillies aux couleurs incertaines, au point de perdre quelques kilos, même si récemment, de grands cuisiniers, comme le chef Richard Philippi, ou Alain Ducasse, se sont donnés la main pour proposer de la nourriture gastronomiques aux voyageurs de l’espace : du « magret de canard confit », au «  rôti de veau au miel  », en passant par « l’espadon à la riviera », ou aux « petits flans à la farine de châtaigne », on ne s’ennuie plus dans l’espace, même si ces menus gastronomiques ne sont pas proposés chaque jour. lien

Mais Jules Verne nous ouvre la voie à d’autres pratiques culinaires, puisque dans son roman, « Le Chancelor  », inspiré manifestement par un récit d’Edgar Poe, mais aussi par le drame du radeau de la Méduse, il évoque le cannibalisme et l’on découvre aujourd’hui que ces pratiques, sans remonter aux temps anciens, ou aux coutumes tribales de vieilles civilisations, se pratiquent toujours. lien

Comme l’affirme Walter Moser dans son étude sur le sujet : « ce qui distingue « anthropophagie » de « cannibalisme », c’est que ce dernier terme à partie liée avec le colonialisme européen et a été utilisé par les peuples dits policés pour parler des pratiques anthropophagiques des peuples dits primitifs et sauvages, en général avec rejet et indignation  ». lien

Dans « le Chancelor », des naufragés, à l’image de ceux du « Radeau de la Méduse  », en viennent pour survivre à se dévorer entre eux, nous rappelant l’aventure pas si ancienne, de ces rescapés d’un vol tragique, qui en étaient arrivés à ces extrémités pour survivre, déclenchant une polémique passionnée.

Le « vol 571 Fuerza Aérea Uruguaya », s’était écrasé sur un glacier Andin, a la frontière entre l’Uruguay et le Chili, un certain vendredi 13 octobre 1972.

C’est cette triste aventure qu’à proposé Arté en 2008, proposant dans un documentaire fiction, l’histoire de la survie rocambolesque de ces rescapés anthropophages. vidéo

Il y eut 16 survivants, lesquelles durent leur vie sauve à la consommation, pendant les 72 jours de leur périple, des restes des rescapés du drame, ajoutant à l’horreur, la polémique. lien

La pratique du cannibalisme n’est pas une nouveauté, (lien) et l’on sait que chez nos ancêtres néanderthaliens, c’était l’occasion de grands festins : c’est ce qu’ont révélé des fouilles pratiquées dans la grotte d’El Sidron dans laquelle les ossements de 9 humains ont été exhumés prouvant qu’il y a environ 43 000 ans, ces derniers avaient été victimes de cannibalisme. lien

Au-delà de ces dérives discutables, il faut évoquer d’autres raisons qui expliquent les raisons de cette pratique : en effet, la faim n’en est pas la seule, et certains guerriers dévoraient les attributs virils de ceux qu’ils avaient combattus afin de s’attribuer les vertus des vaincus. lien

Et quid de l’auto-cannibalisme que nous pratiquons lorsque nous nous rongeons les ongles ?

On peut aussi s’interroger sur le sens caché de ces expressions que nous utilisons régulièrement laissant suggérer un cannibalisme de mauvais aloi : « boire des paroles, être mignonne à croquer, s’en mordre les doigts… ».

Nelson Pereira dos Santos, ce réalisateur brésilien, proposa en 1971, sous le titre de « qu’il était bon mon petit Français  » un film racontant la mésaventure au Brésil d’un jeune français, qui s’étant intégré à la tribu cannibale des Tupinambas, sera finalement mangé par eux, son épouse en recevant le meilleur morceau. lien

Des tribus Papoues qui rôtissaient leurs prisonniers de guerre, aux Canaques de Nouvelle Calédonie, en passant par les Azandés du Congo, appelés aussi Niam-Niam, (ou homme à queue), ou par les Takous de Formose, voire même les soldats japonais lesquels commettaient des actes de cannibalisme sur leurs victimes parfois encore vivantes, le cannibalisme est plus répandu que l’on pense. lien

Plus près de nous, un nommé Armin Meiwes a publié en 2001 une étrange annonce : « cherche jeune homme bien proportionné pour le manger. Intérêt pour le cannibalisme et la tuerie demandé  ».

Ce ne sont pas moins de 430 personnes qui vont répondre à cette annonce et Armin va porter son choix sur Bernd Brandes, un ingénieur allemand de 43 ans, un homme tranquille, avec un métier, qui venait tout juste d’être plaqué par sa fiancé, celle-ci ayant appris son homosexualité passagère. lien

Attention, âmes sensibles s’abstenir : après lui avoir fait ingurgiter nombreux schnaps, et quelques somnifères, il va avec l’accord de son invité, lui trancher le sexe qu’ils vont déguster ensemble légèrement relevé à l’ail, puis, l’homme amputé se glissant dans un bain chaud, perdant son sang à grands flots, va finir lentement ses jours.

Il sera découpé méthodiquement, placé dans un casier de congélateur, afin de pouvoir être mangé par étapes.

Comme la loi allemande ne punit pas le cannibalisme, et que l’acte aurait été consenti, la justice finalement ne le condamnera qu’à 8 ans et demi de prison sur le motif de « tué sur commande ». lien

Il a eu plus de chance que Jeffrey Lionel Dahmer, surnommé « le cannibale de Milwaukee  » qui écopera de 957 années de prison pour avoir mangé nombre de ses victimes et qui sera à son tour assassiné en prison le 28 novembre 1994. lien

Et quid de Klara Mauerova, membre du mouvement du Graal, qui torturera ses propres enfants avant d’en donner des morceaux à manger aux membres de sa secte ?

On se souvient de cet étudiant chinois qui, en 1981 avait tué Tania, sa petite amie néerlandaise, l’avait mis en morceaux dans son frigidaire, pour la consommer petit à petit donnant un sens inapproprié au mot aimer. lien

Mais aujourd’hui les anthropophages ont d’autres profils, tel Luka Magnotta, ce psychopathe canadien de 29 ans, soupçonné d’avoir tué et dépecé un étudiant chinois à Montréal, et qui avait été aperçu le 2 juin en France, dans la région parisienne du coté de la rue des Batignolles. lien

Il vient d’être arrêté à Berlin dans un cyber café. lien

Mais combien reste-t-il de cannibales dans le monde de nos jours ?

Surement plus qu’on ne le croit puisque en avril 2012, la police chinoise a arrêté Zhang Yongming, un homme de 56 ans, suspecté d’avoir tué une vingtaine de jeunes gens, qu’il aurait vendu sur le marché sur l’appellation « viande d’autruche ». lien

Porté par un militantisme végétarien, cette vidéo d’un gout douteux, nous propose même d’acheter de la viande humaine.

Le mot de la fin revient à mon vieil ami africain : « la vie est un ballet qu’on ne danse qu’une fois  ».

L’image illustrant l’article provient de »ptérodaxtyle.free.fr »

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • Marc Viot Marc Viot 5 juin 2012 09:00

    Article intéressant, mais incomplet.

    Grand amateur de nourriture naturel et respectueuse, je me demande si manger du cadavre d’homme pourrait-être conforme à l’éthique végane à défaut d’être - au vu du caractère de plus en plus artificiel de la nourriture d’une énorme majorité - bon pour la santé ?

    Merci d’avance smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 5 juin 2012 12:48

      marc

      c’est une piste intéressante qui est proposée dans ton commentaire.
      car, s’il est judicieux (à mon avis) de contester les pratiques carnivores, surtout lorsque l’on connait les pratiques de certains abattoirs, il faut aussi logiquement s’intéresser à celles infligées aux plantes.
      j’ai évoqué dans plusieurs articles la sensibilité de celles ci.
      une salade souffre-t-elle lorsqu’elle est consommée vivante ?
      que pensent toutes les plantes des cultures intensives ?
      c’est une grosse parenthèse qu’il serait possible d’ouvrir.
      maintenant, de là a « blanchir » la pratique du cannibalisme, il y a un fossé.
      merci de ce commentaire 

    • olivier cabanel olivier cabanel 5 juin 2012 12:51

      nash

      j’ai bien peur que l’ingestion de légumes produise aussi des effets dévastateurs.
      dans « la soupe aux choux », on se souvient que les flatulences provoquées par la consommation de la dite soupe, avait aussi un effet positif, 
      le méthane, l’hydrogène sulfuré, etc ne sont pas anodins, et il ne faut peut etre pas opposer une alimentation contre une autre.
      le débat est ouvert.
       smiley

    • olivier cabanel olivier cabanel 5 juin 2012 13:17

      Nash

      c’est intéressant de confronter cette constatation a celle faite par ceux qui ont voyagé avec « le dépeceur » .
      ces voyageurs interviewé récemment parlaient de « l’odeur »
      de la à affirmer que c’est du à la consommation de viande humaine ?
      je n’en sais rien.
      car au fond, manger un animal (l’homme en est un) devrait-il entrainer des odeurs nauséabondes ?
      j’ai évoqué les choux.
      et on pourrait surement allonger la liste.
      j’attends votre réaction...
      et merci de ce commentaire.

    • Marc Viot Marc Viot 5 juin 2012 14:02

      Si tu penses que la souffrance des plantes est comparables à celle d’êtres vivants munis de terminaisons nerveuses qui permettent de réagir rapidement et de façon proportionnel à l’agression, alors peut-être seras tu plus sensible au fait de manger de la viande la multiplie par 2 - il faut deux fois plus de cellules végétales que pour produire la même quantité de cellule animales concernant les poules - et cette quantité monte à 10 quand on parle de gros herbivores comme le boeuf.

      Donc mon argument tient toujours. Enfin il me semble smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 5 juin 2012 14:48

      marc

      je ne sais pas si l’on peut comparer à ce point la souffrance d’une plante et d’un animal
      en tout état de cause, je crois qu’il ne faut pas caricaturer.
      le tout ne serai-il pas une question de « mesure », de responsabilité, d’éthique ?
      j’ai envie de dire qu’on peut être autant scandalisé par la culture intensive des plantes, et le sort qu’on leur réserve qu’avec le sort réservé aux animaux dans les élevages, et les abbatoirs.
      mais nous sommes des prédateurs.
      et sans nourriture, nous n’avons que peu d’espoir.
       smiley

    • Marc Viot Marc Viot 5 juin 2012 14:58

      Alors, je suis un peu surprise que tu penses que nous soyons des prédateurs. En fait, il semble que nous ne soyons simplement omnivore que par tolérance.

      çi joint un lien en anglais

      http://www.vegsource.com/news/2009/11/the-comparative-anatomy-of-eating.html 


    • Marc Viot Marc Viot 5 juin 2012 15:10

      Ceci dit je suis aussi gêné par les pratiques agricoles intensives que je condamne et contre lequel je me bats. Je constate juste qu’un retour à un régime plus proche de celui qui nous est pratiqué par les espèces des grands singes permettrait de réduire le problème de la souffrance des végétaux s’il en est.


    • foufouille foufouille 5 juin 2012 15:41

      si un animal est eleve correctement et transporte puis abattu de facon civilise, il soufre peu

      par contre une plante peut souffrir des semaines voire des mois


    • Marc Viot Marc Viot 5 juin 2012 16:18

      Répétition pour foufouille qui n’a pas fait l’effort de lire les premiers commentaires : 

      Et il mange quoi l’animal si ce n’est 2 à 10 fois plus de plantes qui donc souffre encore plus ?


    • foufouille foufouille 5 juin 2012 16:51

      la digestion prend pas des semaines


    • Marc Viot Marc Viot 5 juin 2012 17:24

      La durée de la digestion n’a rien à voir, c’est juste une question de logique. 

      Pour ingérer 100g de protéine, tu as besoin soit
      - de 100 g de protéine végétale
      - de 100 g de protéine animale qui elle nécessite 200 g à 1kg de végétaux 

      Donc manger de la viande engendre la disparition (et donc la souffrance s’il y a lieu) de 2 à 10 fois plus de végétaux que si tu n’en mangeais pas. 

      A besoin égal, manger de la viande conduit à consommer 2 à 10 fois plus de végétaux. Cela ne peut donc - à mon sens - se justifier que par une nécessité absolu (si tu n’as pas de végétaux sous la main).


    • foufouille foufouille 5 juin 2012 18:15

      sauf que les vegetaux ne sont pas frais
      ou tu broutes dans le pre jusqu’a la racine
      manger des vegetaux crus est encore plus sadique
      vu que c’est vivant
       smiley


    • Marc Viot Marc Viot 5 juin 2012 18:38

      Désolé, mais je parlais sérieusement et je trouve votre hilarité, dans ce cadre votre fade pitrerie des plus écoeurantes. Il me semble d’ailleurs que c’est plus ou moins l’effet recherché, soyez donc satisfait.


    • Marc Viot Marc Viot 5 juin 2012 19:00

      Allez donc retrouver vos congénères avec qui vous vous amuserez beaucoup plus qu’avec moi.

      http://productions-animales.e-monsite.com/pages/la-mentalite-de-ma-classe.html


    • foufouille foufouille 5 juin 2012 20:20

      qui plus est, un vegetosore tue plus d’etre vivant
      il est donc plus sadique q’un carnivore
      viens ensuite l’omnivore
      le vegetari(y)en
      tres tres sadique de manger cru


    • foufouille foufouille 5 juin 2012 20:23

      en ceuillant un fruit, tu fais soufrir l’arbre et le fruit
      si les plantes ne soufre pas car pas comme toi, les animaux non plus car le cerveau est « trop petit »


    • foufouille foufouille 5 juin 2012 21:00

      Donc manger de la viande engendre la disparition (et donc la souffrance s’il y a lieu)

      Donc manger des legumes engendre la disparition (et donc la souffrance s’il y a lieu)

      soit le vivant soufre, soit il ne soufre pas (y compris toi)
      voila ce qui me fait rire


    • foufouille foufouille 5 juin 2012 21:03

      les insectes ont pas de systeme nerveux
      pourtant si tu les brules, ils se tordent
      tu les entendra pas crier non plus


    • Marc Viot Marc Viot 5 juin 2012 21:38

      J’ai fait un effort pour vous expliquer un raisonnement qui me semble énoncé de façon clair.

      Au vue de vos différentes réponses, vous semblez à la fois quelqu’un de rationnel, tout en répondant à côté. Donc soit vous le faites exprès, soit vous êtes à la masse, ce qui d’un côté comme de l’autre fait de votre obstination à ne pas me comprendre quelque chose d’assez irritant.

      Maintenant soit vous comprenez que vous ne me comprenez pas et vous prenez le repos qui nous permettra peut-être d’échanger autrement, ce qui me semble assez mal parti. Soit je vous laisse, à l’avenir, débiter votre prose sans moi. Kapice ?


    • foufouille foufouille 5 juin 2012 22:51

      dis plutot que tu planques ton vegetosorysme derrière un alibi ecolo
      ou un un pseudo antispecisme
       


    • Marc Viot Marc Viot 6 juin 2012 14:02

      Réponse du végétosaure au trou du cul : ^^

      http://www.youtube.com/watch?v=27jIka7gmyg 


    • Marc Viot Marc Viot 6 juin 2012 15:34

      50% des terres arables du Tiers-Monde servent à nourrir “notre bétail” au lieu de nourrir les humains. Et 1/3 des terres arables mondiales sont utilisées pour produire des céréales destinées aux animaux.
      http://www.un.org/

      « La consommation de viande est une cause principale de la famine et de la malnutrition ». George Monbiot - Journal The Guardian

      LA SOLUTION AU PROBLEME DE LA FAIM 

      « L’action ayant le plus grand impact est de réduire votre consommation de viande ou de la stopper complètement. Vous créeriez alors un surplus de récoltes qui pourrait être utilisé pour nourrir les gens qui meurent de faim. » 
      Jens Holm (Membre suédois du Parlement Européen) lors du Forum européen « Nourrir le Monde en période de crise climatique » le 12 novembre 2008.

      Selon le Population Reference Bureau, un groupe de recherche basé à Washington : "Si tout le monde adoptait une alimentation végétarienne et que la nourriture n’était pas gaspillée, la production actuelle de nourriture pourrait nourrir 10 milliards de personnes, soit plus que la population mondiale en 2050.”
      Un boeuf fournit 1500 repas alors que les céréales qu’il a consommé sa vie durant pourraient fournir 18 000 repas.

      Un rapport du ministère de l’Agriculture des Etats-Unis nous apprend que plus de 50% des céréales produites en Amérique servent à nourrir le bétail - les vaches, les porcs, les agneaux et les poulets. Il faut savoir que l’utilisation des céréales pour la production de viande coûte cher. Le département de Recherches Economiques du Ministère de l’Agriculture des Etats-Unis a calculé que 8kgs de céréales ne donnent qu’un demi-kilo de boeuf.

      Au cours d’une entrevue télévisée, France Moore Lappé, experte en alimentation et auteur du best-seller Diet for a Small Planet, compara un steak à une cadillac. “Tout comme la Cadillac est une grande dévoreuse d’essence, commente-t-elle, la production de viande implique une très forte consommation de céréales.”

      Dans son livre intitulé La Chimie des Protéines, le docteur Aaron Altshul constate, après avoir comparé le taux de calories d’un régime carné avec celui d’un régime de céréales, légumes et légumineuses, que ce dernier fait vivre vingt fois plus de personne. Si les sols cultivables de la Terre étaient principalement utilisés pour la production d’aliments végétaux, notre planète pourrait aisément subvenir aux besoins d’une population de plus de vingt milliards d’être humains !

      De telle données ont amené les experts en alimentation à souligner que le problème de la faim dans le monde n’est, dans une large mesure, que chimère. A l’heure actuelle, nous produisons assez de nourriture pour subvenir aux besoins de tous les habitants de la planète ; hélas, il n’y a aucune répartition des denrées alimentaires.

      Dans un rapport soumis au Congrès Mondial des Nations Unies sur l’alimentation (Rome, 1974), René Dumont, célèbre économiste agronome de l’Institut National d’Agriculture de France, expliqua : “La sur-consommation de viande par les riches engendre la famine pour les pauvres. Cette forme peu rentable d’agriculture doit changer, en supprimant par exemple les étables où l’on engraisse les boeufs avec des céréales, voire en réduisant massivement le nombre de boeufs en boucherie.”

      Dans son best-seller L’Economie du Futur, le futurologue Alvin Toffler est optimiste quant à l’évolution de la crise alimentaire mondiale. Il prévoit que “l’apparition d’un mouvement spirituel en Occident fera diminuer la consommation de boeuf et fera augmenter les régimes alimentaires à base de céréales pour le bien du monde entier.”

      1 enfant meurt de faim toutes les 5 secondes,
      10 millions de personnes meurent de faim chaque année.
      923 millions souffrent de la faim dans le monde.
      http://www.bread.org/

      http://www.viande.info/elevage-viande-sous-alimentation

      http://www.veganisme.fr/Un%20Monde%20Vegan/Tiersmonde.html


    • foufouille foufouille 6 juin 2012 15:41

      tu oublis le gaspillage des hyper, entre autres
      certains pays qui crevent de faim depuis 20a, arrivent a avoir 6 momes par femmes
      leurs terres sont aussi utilisees pour produire du cafe, etc
      on leur fait importes du poulet de reforme aussi
      il y a donc une grosse marge utilisable


    • gaijin gaijin 5 juin 2012 10:42

      « c’est l’histoire d’un explorateur qui arrive dans une tribu et comme il s’inquiète de savoir si les coutumes cannibales existent toujours le chef lui répond : ne t’inquiète pas le dernier cannibale de la tribu..... je l’ai bouffé »
      désolé
      Au delà de la blague on s’épouvante de quelques faits divers bien sanguinolents mais pendant ce temps là une partie de l’humanité consacre son existence a s’enrichir en ruinant le reste du monde ....de tels cannibales conduisent à la mort des populations entières.
      est ce plus moral ?
      que penser de la sortie d’une madame lagarde expliquant que tant que les grecs n’en sont pas au niveau des africains ils n’ont pas le droit de se plaindre .......


      • olivier cabanel olivier cabanel 5 juin 2012 12:57

        gaijin

        oublions « l’experte » lagarde, dont la légitimité est discutable au vu de ses prévisions.
        (« la crise est derrière nous ») (c’était affirmé par cette « grande économiste » en 2008.
         smiley.
        mais au dela du cannibalisme, c’est le concept de la consommation de la viande qui est posé.
        ma réponse est dans la mesure et dans la « morale » de l’histoire.



      • gaijin gaijin 5 juin 2012 13:42

        manger de la viande est une mauvaise habitude parmi tant d’autres
        ce n’est ni rationnel économiquement ni bon a la santé ( plus un produit est haut sur la chaine alimentaire plus il concentre des toxines diverses )
        cela étant sur ce point là comme pour le reste malgré les évidences notre société n’est pas près de changer 


      • Soi Même 5 juin 2012 12:06

        Dans ce tableau horrible, il vous manque les actes de cannibalisme des paysans Russe pendant les grandes famines orchestrés par les soviétiques.

        Il est étonnant votre article, et même surprenant de constaté le pessimisme qui se dégage à la lecture d’une série d’article qui tourne autour de la fin du Monde !

        Depuis quelque temps, cela deviens de plus en plus ouvert.

        Certes, c’est inquiétant, de pensé qui y a des hommes qui sont résolument tourner à faire le Mal, et que d’autre non aucune retenue à dégénéré dans la bestialité !

        C’est difficile de faire avec cela, j’en conviens que cela puisse coutoyer les hommes qui vivent un autre idéals d’êtres confronter en réalité à l’expression du Mal !

        Et que l’on a comme réflexe de s’en défendre par tous les moyens quitte à répondre le Mal par le Mal !

        On voie toute de suite l’absurdité de cette réponse, répondre au Mal par le Mal,cela ne veux pas dire que la justice des Hommes ne doit pas passés.

        On peut aussi ce posé la question, quel est le rôle du Mal dans le Monde ?

        Quelle est son enseignement ? pourquoi un des livres les plus difficile à comprendre parle justement du Mal et de son déploiement sur l’Humanité, c’est que le Mal à une Mission au près des Hommes, non pas d’asservir l’Humanité mais bien de l’Éduqué !

        Le Mal dans l’Absolu n’existe pas !

        Le Mal est un Bien qui n’est pas à sa place !

        C’est par un plus grand Amour, que l’on combat le Mal !

        Ne désespérée pas des hommes, même si en apparence le Mal est en passe de remporté une victoire Terrestre, pensent à tous ces hommes qui on donnez leurs vies pour Lutter contre le Mal, pense tu sincèrement que leurs sacrifices sont vains ? 

        Son Expression triomphante dans le Monde, n’est qu’une Illusion comme le dit si bien l’Apocalypse de Saint Jean, Il aura un solde dans le Monde qui serra Thérapeutique pour les Hommes de bonnes volontés !

        Pour te ragaillardir dans l’Espérance des Hommes, pense que Dans le Roman de Tolkien, c’est Gollum qui en définitif sauve les Hommes de l’emprise de Sauron, celui qui est le plus soumis à l’Anneau causse sa perte !

        C’est la même chose avec le Mal, il ne peut que s’autodétruire par le fait qu’il n’est pas de ce Monde Humain, il est le Mobile pour un plus grand Bien !

        A nous de le vouloir !

         

         

         


        • olivier cabanel olivier cabanel 5 juin 2012 13:12

          soi même

          je sais que l’article aurait pu être complété par tant d’autres exemples,
          ça aurait pu devenir sanguinolent d’accumuler les preuves de cannibalisme.
          en tout cas, merci pour ce complément d’infos.
           smiley

        • rugueux 5 juin 2012 12:34

          Encore des élucubrations de cabanel au moins aussi crédibles que ses salades, contaminées au cesium 137, sur le nucléaire....

          En 1981 l’étudiant chinois qui a assassiné sa petite amie à Paris était japonais en fait....cabanel y confond un chinois avec un japonais et il veut nous faire croire qu’il est un spécialiste du nucléaire !

          Quant à parler d’anthropophagie chez nos ancêtres néanderthaliens et avancer que, je cite :
          c’était l’occasion de grands festins : c’est ce qu’ont révélé des fouilles pratiquées dans la grotte d’El Sidron dans laquelle les ossements de 9 humains ont été exhumlé
          Les paléontologues ne savent pas si ce dépeçage était pratiqué à des fins rituelles ou alimentaires...On peut très bien supposer que c’était des sacrifices humains....

          Les cadavres de gaulois tués au combat ou ceux leurs adversaires portent des traces de dépeçage et pour autant il ne s’agit pas de cannibalisme....cf. les travaux de de JL Brunaux...

          cabanel vieillard sénile...


          • olivier cabanel olivier cabanel 5 juin 2012 13:10

            rugueux

            le « vieillard sénile » vous demande poliment de vous excuser.
            le débat, voire le dialogue, ne se complaisent pas d’insultes en tout genre.
            je vous demande donc « vos plates excuses »
            au dela de ça (dont je n’imagine pas un instant que vous pourriez vous exclure) je voudrais apporter à votre connaissance qu’il n’y a pas d’erreur.
            j’avais proposé un lien pour confirmer ce qui était écrit.
            mais il n’est pas le seul exemple, preuve sur le lien qui suit.
            extrait :
            Les plus hauts gradés connus ayant pratiqué le cannibalisme sont le lieutenant-général Yoshio Tachibana (qui, avec 11 membres de son personnel, a été jugé pour avoir fait manger un aviateur américain en août 1944 à Chichi Jima) et le vice-amiral Mori (pour avoir mangé un prisonnier lors d’une réception en février 1945). 
            Selon le témoignage de plusieurs prisonniers, tel que celui du soldat indien Hatam Ali, les victimes étaient parfois dépecées vivantes. 
            qu’importe.
            je trouve amusant votre analyse sur l’interprétation que vous donnez sur la grotte « el Sibron »
            on peut logiquement en effet s’amuser de votre réaction, car s’il est vrai que des sacrifices humains ont été pratiqués au cours des siècles, je ne vois pas trop l’intéret de dépecer les cadavres ?
            les scientifiques en ont tiré les conclusions que j’ai indiqué.
            c’est seulement une affaire de logique, d’intelligence.
            et je suis sur que vous n’en êtes pas dépourvu, puisque vous me proposerez vos excuses dans les meilleurs délais.
            votre égo en souffrira peut etre quelques temps.
            mais vous resterez vivant.
            à bientot ?
             smiley

          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 5 juin 2012 13:14

            Salut vieil Arsène Hill,

            dans l’ordre de la nature, minéral, végétal, animal, il est normal que chaque stade plante ses racines dans le précédent. mais l’homme se condamne à deux stades ultimes, s’auto ingérer ou ses semblables après avoir réduit à la Shoah permanente toutes les autres espèces vivantes sur la planète, ou se libérer de ses chaines pour le stade suivant spirituel immatériel et immortel. chacun aura le choix mais comme dit ton ami africain, une seule fois...


            • olivier cabanel olivier cabanel 5 juin 2012 13:18

              lisa

              pas mieux
              je partage et remercie.
               smiley

            • Marc Viot Marc Viot 5 juin 2012 14:12

              Boa, il peut aussi bouffer sa propre production de merde. Quitte à en ingurgiter, autant savoir d’où elle vient avec certitude ^^

              D’ailleurs, il me semble que les recherches avancent à ce sujet. 


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 juin 2012 13:37

              Aujoud’hui y a plus beaucoup d’anthropophages,la mode étant aux réducteurs de tete de l’ile Bornée !


              • olivier cabanel olivier cabanel 5 juin 2012 14:04

                Aita

                pas mal trouvé.
                je partage aussi.
                 smiley

              • cathy30 cathy30 5 juin 2012 13:51

                Salut Olivier
                Les Etats-Unis assurent que ce ne sont pas des attaquent de zombies. Ben, j’en suis pas si sûre, ça zombite pas mal sur terre, nous sommes limites trépanés par la télé, jeux vidéos etc.

                http://au-bout-de-la-route.blogspot.fr/2012/06/les-autorites-americaines-dementent-une.html#more


                • olivier cabanel olivier cabanel 5 juin 2012 14:04

                  cathy

                  j’ai trouvé la solution.
                  j’ai débranché la tv depuis une bonne année.
                   smiley

                • Caroline Courson Caroline Courson 5 juin 2012 15:01

                  Passionnant article qui, bien sûr, suscite un débat houleux !


                  J’ai immédiatement pensé, en le lisant, au film « Soylent green » qui m’avait beaucoup interpellée lorsque j’étais très jeune : il allait, en plus de l’idée du cannibalisme érigé à l’échelle industrielle, jusqu’à poser la question de l’euthanasie, obligée autant que choisie, pour résoudre le problème du manque de nourriture, dans un futur ayant perdu toute humanité.

                  Vous en souvenez-vous ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès