Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Mon village en Utopie

Mon village en Utopie

Sans attendre les lendemains qui chantent, des citoyens innovants ont décidé de prendre les devants, et aux 4 coins du monde, les initiatives se multiplient dans tous les domaines.

Nombreux sont déjà ceux qui connaissent le S.E.L. (service des échanges locaux) fonctionnant déjà depuis de nombreuses années, et qui est en quelque sorte un troc « revisité ».

Association type loi 1901, le SEL a pour objet de développer la solidarité entre tous ses membres, favorisant la circulation de l’information entre eux, aussi bien à l’intérieur de la structure qu’à l’extérieur. lien

Ils s’appellent entre eux les « selistes » et leur « domaine de compétence » est très large : un seliste peut offrir un gâteau à celui qui répare son meuble, ou garder le chat de celui l’initie à résoudre des problèmes informatiques, un autre peut donner des livres à celui qui lui apporte un soutien scolaire, ou danser pour celui qui lui apporte des fleurs.

Sur ce lien, la carte des SEL en France.

Et puis il y a le SOL  : cette organisation dont les états généraux se sont tenus au mois de juin 2011 a été lancé le 7 octobre 2011 à Lyon. lien

Bien sur les « utopistes » n’ont pas encore totalement abandonné l’idée de se passer d’argent, mais il existe déjà des « banques solidaires ».

Il s’agit de remettre de l’éthique dans la finance, en plaçant son argent dans des projets permettant un développement durable, et pour ne pas se tromper de cible, le label Finansol garanti la sincérité de la banque. lien

Question énergie, le temps est au changement et aujourd’hui, on n’est plus obligé de choisir fatalement EDF, on peut s’inscrire chez Enercoop, fournisseur d’électricité verte.

C’est aujourd’hui le seul fournisseur capable de s’approvisionner directement, et à 100%, chez les producteurs en énergies propres et renouvelables. lien

Sur le même chapitre, les « viveurs d’utopie » choisissent bien sur l’énergie autrement, produisant et consommant sur place celle qu’ils fabriquent.

C’est le moment de rappeler qu’en France, pour 270 MTEP (millions tonnes équivalent pétrole) d’énergie produite, seulement 150 MTEP arrivent en fin de compte chez le consommateur, ce qui signifie que, si l’on consomme sur place l’énergie produite, on pourrait se passer de 120 MTEP, en répondant à nos besoins, provoquant ainsi la fermeture de tous les réacteurs nucléaires du pays.

En effet, un réacteur nucléaire produit 1,72 mtep/an, et les 58 réacteurs de notre pays produisent  100 mtep/an. lien

L’utopie a même son festival, dans le village de « Touchatou-bon-a-rien » avec ses 2 chapiteaux, ses concerts, dans un esprit d’autonomie, avec des débats portant sur « le rêve, l’utopie, la paresse… » lien

Mais c’est aussi dans l’organisation de la vie de tous les jours, de l’habitation, que le village des possibles est en train de naitre un peu partout dans le monde.

Allons à la rencontre par exemple de Sylvain Teysson, s’installant pour 3 mois d’hiver et 3 mois de printemps, dans une cabane solitaire, avec une centaine de bouquins, au bord du lac Baïkal, afin de vivre une forme de méditation, entre écriture, pêche, et coupe de bois, et dont l’aventure a fait l’objet d’un film « l’ultime liberté  », diffusé sur France 5 le 9 septembre dernier. vidéo

La vie dans une cabane en tente plus d’un, comme Emma qui s’est débarrassé de tous ses instruments ménagers devenus inutiles, puisque sa cabane était dépourvue d’électricité et qui raconte les 4 ans de bonheur qu’elle a vécu, avant de se décider à vivre dans sa maison bioclimatique de bois et de paille. lien

A voir aussi l’expérience vécu depuis 10 ans par Flo et Mika, cet architecte amoureux des arbres au point d’y installer un lieu de vie, équipé de 12 lits « trampolines », ponts suspendus, serres de verre, à l’aide de bambous, de branches, de cordages. lien

Coté énergie, l’imagination est au pouvoir : si l’on peut s’amuser de cette machine à laver actionnée à la force des mollets, (lien) on peut s’intéresser à une sono, bien pratique pour les manifs, puisqu’il n’est plus besoin d’avoir un groupe électrogène bruyant et polluant pour fournir de l’énergie.

Elle sera l’une des vedettes de la manifestation anti centrale nucléaire du Bugey le 15 octobre 2011 à partir de 13h30 devant la vieille et dangereuse centrale.

Ici, le programme de la manifestation.

DAvignon à Bordeaux, en passant par Dunkerque, Rennes, Strasbourg, et Toulouse, la lutte antinucléaire sera à l’honneur ce jour là.

Le photovoltaïque est aussi dans la place, et avec une simple mallette, rechargée grâce à des panneaux photovoltaïques, vous êtes assurés, pour une somme modique, de pouvoir consommer 350 Watt pendant 2 heures, la remorque photovoltaïque en propose 400 Watts pendant 10 heures. lien

J’ai d’ailleurs donné le premier concert photovoltaïque dans les années 90, sur la plage du lac de Paladru. lien

Mais au-delà de la nourriture intellectuelle, il y a la nourriture tout court, et là aussi, l’imagination va son train, avec les jardins partagés.

On en trouve aux quatre coins du pays, et c’est l’occasion de produire sa propre nourriture, mais aussi d’organiser des manifestations conviviales et citoyennes : troc aux plantes, repas de quartier (lien) et sur le Potiblog, on peut valoriser ses surplus de jardin.

Sur ce lien, on découvre comment organiser un jardin partagé, (ici leur charte) et le 8 octobre est leur jour dans toute la France. lien

Ces jardins partagés peuvent se trouver en plein cœur des villes, comme dans le quartier écolo Eden Bio, à Paris dans le 20ème arrondissement, (lien) ou à Lyon par exemple, ou un jardin partagé bio vient de se créer au pied des immeubles, ce qui change agréablement et utilement des tristes pelouses habituelles. lien

De fil en aiguille, certains décideurs originaux ont décidé de remplacer les arbres d’ornements que l’on trouve habituellement dans les villes, par des arbres fruitiers, afin, comme à Genève, (lien) de renforcer la biodiversité. lien

Quittons les villes pour la campagne où l’utopie fleurit elle aussi, comme dans les fermes collectives autogérées, animées par la volonté militante d’une « auto organisation collective » : elles produisent des aliments exempts d’engrais chimiques, de pesticides, d’OGM, favorisant les espèces anciennes, pour leur propre consommation, ou pour la vente directe, évitant les dérives productivistes. lien

Ce n’est pas un phénomène franco-français, puisqu’en Espagne, une petite ville de 2670 habitants a vu le jour il y a 30 ans dans la région de SévilleMarinaleda. lien

Les habitants y ont construit leur maison sur des terrains fournis par la Mairie, et ils payent à vie, un loyer de 15 € mensuels.

Antoine Chao en a fait un reportage : depuis 1978 ce village ne connait ni promoteurs, ni chômeurs, ni policiers, ni banquiers et les habitants y pratiquent la démocratie directe, celle que défendent les indignés espagnols. lien

Près de 200 de ces indignés sont arrivés à Bruxelles, dans l’attente de milliers d’autres qui devraient les rejoindre d’ici le 15 octobre au milieu d’un quasi silence médiatique, subissant les agressions régulière de la police partout ou ils passent pourtant pacifiquement. lien

Ils auront leur festival « prends ta place » le 16 octobre au Parc Gerland à Lyon. lien

Mais revenons à Marinaleda.

Les 1200 hectares de terre de la commune appartiennent à ceux qui la cultivent, et toutes les questions de gestion sont soumises au référendum populaire.

En 7 épisodes d’une dizaine de minutes, découvrez la vie de ce village hors du commun.

Cette « utopie vers la paix  » à été le sujet de l’émission culte de Daniel Mermet, « là-bas si j’y suis ». lien

Les écovillages, écolonies, et autres écolieux se multiplient et sur ce lien découvrez leur réseau : ils ont même leur journal.

Le projet Amopie n’a qu’un seul objectif de croissance : celle du bonheur.

La question transport n’est pas absente de la préoccupation des « utopistes », et le covoiturage en est l’une des facettes : il permet de se déplacer en partageant les frais de transport, et sur ce lien, organisez votre déplacement.

Mais on peut aller au delà, avec comme but l’autarcie, (lien) se préparant par exemple à une vie sans pétrole en 5 ans.

Michel Wautelet, professeur à l’université de Mons-Hainaut est l’auteur du livre «  vivement 2050 : comment nous vivrons (peut être) demain  » aux éditions l’Harmattan.

Il y regarde le pétrole par le petit bout de la lorgnette, envisageant une vie sans pétrole, c'est-à-dire sans plastique, et les conséquences en sont insoupçonnables : plus de fibres synthétiques, des cosmétiques différents, d’autres façons de se chauffer, et on y découvre qu’il faut 5 litres de pétrole pour amener dans votre magasin préféré un seul kiwi provenant de Nouvelle Zélande. vidéo

Son livre est consultable en ligne sur ce lien.

Fort heureusement, il y a d’autres façons d’obtenir du carburant, comme par exemple le méthane issu de l’activité humaine. Dans cet article, on apprend comment l’on pourrait théoriquement fabriquer suffisamment de méthane pour faire tourner tous les véhicules du pays, poids lourds y compris.

Alors comme dit souvent mon vieil ami africain : « les utopies d’hier seront les réalités de demain ».

L’image illustrant l’article provient de « claj.infini.fr »

Merci à Corinne Py pour son aide efficace


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

112 réactions à cet article    


  • joletaxi 11 octobre 2011 09:45

    Cabanel


    qu’est-ce que c’est que cette embrouille ?
    Votre devoir sacré est de nous dire où se trouve le corium de Fuku
    Tout l’hémisphère nord est menacé, et vous nous amusez avec vos contes pour enfants turbulents.
    Les réacteurs de Fuku sont maintenant sous les 85°, vomissant des tonnes de vapeurs maléfiques, car personne n’a oublié cette percée sublime dans les lois de la thermo :

    100° c’est bien au dela de la température d’ébullition de l’eau


    premier principe de thermocabanilstique.

    Alors au boulot Cabanel, notre inspecteur gadget,vous avez un monde à sauver.




    • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2011 13:49

      mon petit jo,

      vous êtes affligeant,
      vous avez sous les yeux des solutions pour changer votre manière de vivre, sans attendre les lendemain qui chantent (ou déchantent) et vous venez nous embeter avec des histoires de corium, dont vous savez bien que la suite s’annonce à grand pas, avec des nouvelles malheureusement mauvaises, voire très mauvaises.
      alors chaque chose en son temps,
      allez en paix, et finissez moi ce sacré chateau de sable.
       smiley

    • Robert GIL ROBERT GIL 11 octobre 2011 15:47

      enfin en altitude l’eau bout a moins de 90%, donc l’eau bout mais les pates ne cuissent pas !!!
      Plus serieusement il faut oeut-etre revoir notre maniere de comsommer,C’est a dire de ne produire que ce qui est vraiment utile, et délaisser les activités socialement inutiles. Il faut développer les activités sociales vitales (eau, énergie, santé, éducation, transport …) dans un service public universel. Il faut laisser les pays du sud développer leurs cultures vivrières locales au détriment des cultures d’exportation. Il faut réduire le transport de marchandises, en relocalisant les industries. Il faut une agriculture de proximité, sans OGM, sans pesticide et respectueuse de la nature.Voir :
      http://2ccr.unblog.fr/2011/01/03/de-quoi-avons-nous-besoin/


    • De la hauteur 11 octobre 2011 15:47

      A ce demandés si joletaxi n’est pas l’ombres obscure d’Olivier.
      Quand Olivier dit oui, on est sur que joletaxi va dire non.
      Dans ce cas Olivier va sans doute faire l’apologie du nucléaire pour révéler que notre joletaxi d’être un anti nucléaire convaincue ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2011 17:38

      Robert,

      pas mieux,
      je partage et remercie.
      au lieu de faire de la charité, souvent insidieuse, avec les pays qui ont faim, apprenons leur à pécher, comme disait mon vieil ami africain,
      mais surtout, cessons de piller leurs ressources, pour le seul bénéfice de quelques despotes autoproclamés.

    • foufouille foufouille 11 octobre 2011 10:07

      la plupart de ces iniatives ne fonctionnent pas (ou mal comme les sel), ou sont reserves aux csp+


      • traboule traboule 11 octobre 2011 11:49

        Putain t ’es lourd avec tes 50 euros de materiel... en plus il faut bien plus de 50 euros, je parle en tant qu’ adepte de la culture indoor.



      • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2011 13:51

        foufouille

        pas d’accord, pour une fois,
        désolé.
        tu devrais regarder ça de plus près, de beaucoup plus près, avant de jeter le bébé avec l’eau du bain.
         smiley

      • foufouille foufouille 11 octobre 2011 15:53

        ca fait des annees que je suis ca
        les sel ont des problemes de bons d’echanges important
        les ecovillages sont soit tres cher, soit tres demandeur de benevoles
        etc


      • ichris31 11 octobre 2011 19:35

        Les 50 euros, c’est pour planter des pommiers ?


      • Raymond SAMUEL paconform 11 octobre 2011 10:37

        C’est vrai que la concedntration de rigolos est considérable dans ces structures. Mais il n’y a pas que des rigolos, et les participants pourraient bien provenir d’une majorité de personnes efficaces quand ceux-là s’apercevront que le salut est dans ces perspectives.


        • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2011 13:53

          paconform

          bien sur, il y aura toujours quelques innocents pour gacher la fête, mais ça fait partie du jeu.
          les idées développées par ces « utopistes » sont belles, et une voie royale s’offre.
          n’attendons pas demain pour nous y mettre.
          merci de votre commentaire.
           smiley

        • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2011 13:56

          gelone

          bien évidemment, le bio pur et dur n’existe nulle part, puisque la pollution aérienne radioactive ou autre se déplace au gré des vents.
          ce qui n’empêche pas de limiter les dangers, et de manger le plus sain possible.
          enfin, c’est vous qui voyez.
           smiley

        • dom y loulou dom y loulou 11 octobre 2011 15:29

          ah non Gelone, depuis l’obolix la pollution atmosphérique n’est plus un problème... d’ailleurs si vous en mettez un dans votre région à 25 mètres du sol il n’y aura plus de pollution atmosphérique

          essayez au lieu de dénigrer
          vlable pour toutes les perspectives aternatives à la machine que vous entretenez pour qu’elle vous étrangle
          et qui manifestement vous tait TOUTE BONNE NOUVELLE
          elles n’ont pas droit de cité les bonnes nouvelles ou les idées de retour de civilisation... dans les journaux 
          et des gens comme vous, toujours à nous ramener à ces normalités qui n’existent pas, nulle part, vous nous imposez cette réalité du technoglobe, qui est une couche fine et superficielle de barbarie posée sur notre réalité comme une chape de plomb parfaitement déshumanisante
          si vous préférez ne voir qu’elle de la vie c’est dommage... pour vous

          bonne journée et merci Olivier, bel article.

        • al.terre.natif 11 octobre 2011 17:59

          « En mangeant des fruits et des légumes cultivés là où la concentration de substances polluantes est la plus forte, ben voyons... »

          Et oui ... en effet, tu penses peut être que cet endroit ou tu vie peut être (sinon ou tant de gens vivent) est vraiment malsain, mauvais, et que les légumes qui vont pousser ici seront plus malsain que des légumes arrosés aux pesticides ...
          Mais tu vie en ville ? toi, pas tes légumes, toi, moi, les autres urbains ... si c’est si mauvais pour les légumes ... remet en cause la notion de ville ....
          Sinon, et bien, oui, c’est mieux que de ne rien faire ou d’attendre la révolution devant sa télé (ou son ordi hein, je suis pas sectaire ;))


        • Walid Haïdar 16 octobre 2011 13:26

          Marc, savez-vous que les abeilles ont un taux de mortalité plus fort à la campagne qu’à la ville ?


          Par conséquent vos préjugés sur le bio des villes ne tiennent pas. Les végétaux des villes sont certainement agressés par les pollutions des voitures entre autres, mais surtout.

          La conclusion n’est pas forcément l’absurdité du bio des villes, mais peut-être l’absurdité de la voiture à pétrole, ce vieux machin qui pue et pulule.

          Jardin bio en ville, déchets revalorisés : méthane+compost, production et consommation en cycle, moins de travail, moins de pollution, bouffe moins chère, vie meilleure...

          Mais pourquoi faire simple ? continuons à rouler dans les embouteillages, à soigner nos asthmes découlant de la pollution, à pomper du pétrole pour rouler et fabriquer des emballages...

          Mais le plus dramatique dans tout cela c’est encore qu’on gâche une ressource (le pétrole) avec laquelle on peut faire des choses fabuleuses, on la gâche en la brûlant pour rouler.

          C’est STUPIDE comme un fasciste tout ça...

        • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2011 13:58

          orion

          au dela de toutes les mauvaises nouvelles, j’avais envie de donner matière à espérer.
          alors voila, c’est fait.
          ce n’est bien sur qu’un début.
          merci de ton commentaire.
          au fait je travaille sur ce qui se passe actuellement au niveau volcans et tout le tremblement,
          si tu as des infos...
           smiley

        • gaijin gaijin 11 octobre 2011 11:38

          salut a tous
          bravo pour l’article
          a coté des utopies « organisées » qui nous sont présentées il y a une autre possibilité :
          vivre en utopiste
          maintenant !
          ce que l’on pourrait appeler l’utopie sauvage
          principe de base : refusez que l’on vous dise quoi penser et comment vivre agissez
          si par exemple il vous prend l’envie incongrue et périlleuse de sourire a votre caissière de super marché et de parler a votre voisin faites le
          donnez ce qui ne vous sert a rien ( temps perdu vieux objets etc .....)
          chacun peu trouver une énorme quantité de petits actes en apparence anodins qui pourraient transformer notre monde
          commencez et vous découvrirez qu’il y a dans ce monde d’autres lois que celles qui régissent les plans comptables ........
          mais ce monde ne changera pas si vous individuellement et unilatéralement ne changez pas


          • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2011 13:59

            gaijin

            je partage et remercie sincèrement
             smiley

          • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2011 14:00

            Selena

            c’"est vraiment très sympa
            au plaisir d’échanger à nouveau.
             smiley

          • Frabri 11 octobre 2011 12:20

            « Un seliste peut offrir un gâteau à celui qui lui répare son meuble » ça c’est du troc, mais dans les sels il n’y a pas que du troc puisqu’il y a des monnaies locales. Chaque sel a sa monnaie qui peut s’appeler « grains de sel », « truffes », « sourires », « piafs », « châtaignes »...etc pour reprendre les nom indiqués dans le lien que vous proposez.
            Et avec ces monnaies locales dans les sels on peut se procurer de l’alimentation, des objets, des vêtements, des massages, des cours pour adultes ou enfants, de l’hébergement, de l’aide en informatique, du covoiturage...etc

            Comme mode habitation légère il y a aussi les yourtes

            http://yurtao.canalblog.com/

            Et comme mode de vie alternatif on a le documentaire de Pierre Carles « Volem rien foutre al paîs »

            http://www.dailymotion.com/video/x5g7s1_volem-rien-foutre-al-pais-1_tech


            • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2011 13:47

              Frabri

              je savais que les lecteurs y mettraient leur grain de sel,
              conscient qu’il y avait tant a dire,
              et je te remercie d’y avoir participé.
               smiley

            • jpm jpm 11 octobre 2011 15:55

              Le vrai probleme des SEL ou du troc a l´echelon local, c´est que ca peut paraitre solidaire a l´echelon local, entres amis et entre voisins, mais pas du tout a l´echelon national. En effet, cela permet de legaliser une sorte de travail au noir, sans impots et sans charges sociales, mais cela ne dispense pas ses acteurs de beneficier des services publics payes par les autres. C´est pour cela qu´il faut consommer du Sel avec beaucoup de moderation... et uniquement dan le cadre d´un regime tres local smiley En cas d´abus manifeste, il est normal que le fisc et les urssafs viennent vous rappeler a l´ordre.

              Orion a raison, le Revenu Universel est probablement l´une des solutions les plus prometteuses et les plus equitables pour revenir a une meilleure redistribution des richesses.


            • jpm jpm 11 octobre 2011 16:58

              Orion, tu sais que tu preches un convaincu smiley Alors continuons de faire decouvrir ce Revenu Universel... et peut etre qu´un jour prochain... lorsque l´idee sera mure... elle deviendra realite. Enfin, la plus grosse diffculte sur ce forum restera de convaincre JL de l´utilite sociale d´un Revenu Universel et inconditionel, distribue a chacun et cumulable aves les autres revenus, en contrepartie d´une hausse de l´imposition sur ces autres revenus. Je dois bien reconnaitre que jusque maintenant cela n´a pas vraiment ete un succes... mais je ne desespere pas smiley


            • babadjinew babadjinew 11 octobre 2011 12:47

              Bon article pour rappeler que certains n’ont pas attendu d’être au pied du mur pour résister(s’indigner) et construire des alternatives. Il nous faut maintenant imaginer des échelles plus vastes.


              Merci pour les nombreux liens. Dommage que certaines dates ce superposent 

              • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2011 14:02

                babadjinews

                oui, ça bouge de tous les cotés, alors fatalement les bonnes initiatives arrivent toutes en même temps,
                merci de ton commentaire.
                 smiley

              • joletaxi 11 octobre 2011 12:52

                c’est pour des découvertes comme celles-ci que la lecture de Avox devrait être obligatoire :


                Après l’eau qui bout à 30 ° voici une nouvelle découverte dont l’importance va révolutionner nos rapports humains:la monnaie

                « Un seliste peut offrir un gâteau à celui qui lui répare son meuble » ça c’est du troc, mais dans les sels il n’y a pas que du troc puisqu’il y a des monnaies locales. Chaque sel a sa monnaie qui peut s’appeler « grains de sel », « truffes », « sourires », « piafs », « châtaignes »...etc pour reprendre les nom indiqués dans le lien que vous proposez. 
                Et avec ces monnaies locales dans les sels on peut se procurer de l’alimentation, des objets, des vêtements, des massages, des cours pour adultes ou enfants, de l’hébergement, de l’aide en informatique, du covoiturage...etc


                Comment l’homme n’a-t-il pas tout de suite perçu les énormes avantages de cette solution ultime ?
                Merc i aux décroissants et autres « cintrés »

                Un jour ils découvriront le crédit, la société par actions etc...

                Je trépigne d’impatience à la venue de ce monde enchanteur.

                • gaijin gaijin 11 octobre 2011 13:01

                  vous oubliez un « détail » la monnaie des sels ne passe ni par les banques ni par les gouvernements
                  a multiplier ce genre d’initiatives il se peut que les gens finissent par comprendre qu’ils se font rouler dans la farine par nos soit disant élites ......
                  mais je vous l’accorde vous êtes un excellent contre exemple .....


                • babadjinew babadjinew 11 octobre 2011 13:03

                  Ce système de sel marche tellement bien qu’il y a quelques années il failli être détruit, par.......

                  Le FISC. En effet celui ci estimait qu’il devrait d’une manière ou d’une autre y récupérer des billes. Z’ont pas été d’accord du coté SEL.....

                  Bref ceci pour dire que vos propos pour le moins débiles et crétins, n’ont pas lieux d’être quant au sel, mais je présuppose que cela doit être idem sur bien d’autres sujets......

                   

                • francesca2 francesca2 11 octobre 2011 13:17

                  @joeletaxi, si sceptique

                  en plus avec la monnaie de sel on payera les emplois de l’épicerie intelligente de R-esiston

                  Tous ensemble nous pouvons changer le monde, peut-être.


                • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2011 14:04

                  jo

                  ce monde vous appartient,
                  il vous suffit de le faire vivre.
                  sortez des ornières de vos certitudes, la vie vrai n’est pas celle que vous croyiez.
                  vous n’allez pas passer le reste de celle ci a construire des chateaux de sable, et défendre l’indéfendable ?
                   smiley

                • oncle archibald 11 octobre 2011 14:52

                  Surtout il faut faire le choix fondamental : une société juste et régie par des lois ou bien le far-west avec celui qui a les plus gros poings qui fout sur la gueule des autres.


                • lavabo 11 octobre 2011 12:59

                  L’utopie c’est cabanel et ses maboulovoxiens decouvrant et acceptant les lois de la physique smiley smiley


                  • Kalki Kalki 11 octobre 2011 13:17

                    Ah un capitaliste qui n’a pas encore compris l’abondance de tout, d’énergie de matière

                    et de connerie capitaliste


                  • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2011 14:05

                    lavabo

                    disons que j’aime mieux mon utopie que votre triste réalité, et n’en parlons plus ?
                     smiley

                  • lavabo 11 octobre 2011 14:41

                    Qu’est ce qu’il raconte celui-la ?????????


                  • lavabo 11 octobre 2011 14:49

                    desole commentaire mal place ca s’adressait a kalki.

                    Olivier, je vais etre serieux une fois et une seule. En ecrivant des articles vous prenez une enorme responsabilite. Je c omprends votre combat pour plus d’ecologuie et un monde plus responsable. En cela nous ne sommes pas vraiment eloigne. Cependant, vos references sont quelquefois farfelues et pire non digne de confiance (par ex. une video sur youtube n’a jamais et n’aura jamais lieu de verite scientifique). En faisant cela vous vous privez et pas seulement vous mais les mouvements ecologiques en general, d’un public plus large.....
                    fin


                  • dom y loulou dom y loulou 11 octobre 2011 15:37

                    vous ne parlez tout de même pa de la version officielle wall streetienne du 11 septembre si ?


                    parce que si vous vous complaisez avec ces fous qui ont changé toutes les règles interntionales jusqu’aux règles sur l’or

                    plus rien n’a de logique que celle d’enrichir les banqueroute des lords rothschild et leurs valets de wall street en vous ruinant

                    donc si vous voulez continuer à perdre coeur et cerveau avec ces gens libre à vous.

                  • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2011 17:35

                    lavabo,

                    désolé, mais cette intervention ne m’a pas paru plus sérieuse que les autres.
                     smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès