• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Mystification

LA DOUBLE VIE DU DOCTEUR PATACHON

Lors de la dernière réunion de la Royal Academy of Sciences qui s'est tenue à Burlington-on-Sharewood, au Royaume Uni, en ce mois de septembre, une des sensations a été la présentation d'un exposé du Docteur Paul-Henri Patachon, un naturaliste peu connu jusqu'ici, devant la prestigieuse audience.


Ce savant s'est penché sur une particularité qui affecte un insecte dont le comportement intrigue les chercheurs depuis de nombreuses années.


En effet, le multipodus archipiendus Gobbii est un scolopendre animal ou mille pattes, moyennement répandu dans le désert de Gobi, partie d'Asie peu fréquentée par les voyageurs.


Il se trouve que ce scolopendre, lorsqu'il se déplace, présente une anomalie surprenante dans sa démarche déambulatoire. En effet, dans les moments de la journée qui s'étale, grossso modo entre 8 heures du matin et 18 heures, le sable qui constitue l'habitat de cet insecte, est très chaud et atteint plus de 6O degrés centigrades. Il se trouve donc que l'insecte confronté à ce phénomène ne pourrait pas se déplacer normalement pour vaquer à ses occupations quotidiennes.

Il a par conséquent adopté un comportement original d'adaptation rencontré fréquemment dans le monde animal. Pour ne pas se brûler les pattes, il ne soulève qu'une patte sur deux, permettant aux autres pattes de se refroidir. C'est grâce a ce phénomène unique que l'animal peut évoluer sur le sable très chaud, il faut le rappeler.


Ce qui a attiré l'attention du docteur Patachon, c'est le caractère ondulatoire du mouvement de l'animal. En effet, soulever une patte sur deux, provoque des déséquilibres dans l'économie mécanique de son corps. C'est ce phénomène que le docteur Patachon a appelé lors de sa conférence, le facteur de la double patte.


Les savants présents à cette réunion ont proposé à la quasi-unanimité d'appeler le phénomène "Double patte de Patachon", bien qu'il serait plus convenable de dire la demie patte de Patachon. Une erreur typographique impardonnable est responsable de l'appellation définitive du phénomène de "Double patte et Patachon".


La presse s'étant immédiatement emparée du nouveau terme désignant une sorte d'irrégularité dans le déplacement en question, s'est crue autorisée à forger une nouvelle expression concernant les moeurs de certains de nos concitoyens. C'est ainsi que des journalistes peu scrupuleux se sont laissé aller à parler d'une "vie de Patachon" pour caractériser les débordements de certaines personnes et les irrégularités de leur démarche morale. Il faut souligner que, malgré les allégations de certains de ces messieurs, le docteur Patachon, aperçu dans certains cercles de jeu, reste, à notre connaissance, exemplaire.


 Pour ajouter à l'injure déjà faite, certains sont allés jusqu'à appeler deux personnes de taille dissemblable et d'apparence nigaude "double patte et Patachon".


Il reste à voir si la postérité et les habitudes du public adhéreront à ces fâcheux écarts de langage .


Malgré ce dernier fait regrettable, il n'en reste pas moins vrai que le docteur Patachon a brillamment contribué à élucider un des mystères de la nature et apporté à la science des connaissances nouvelles..


(Extrait du Journal des savants du 28 septembre 1892)

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Doume65 27 décembre 2013 20:00

    « il ne soulève qu’une patte sur deux, permettant aux autres pattes de se refroidir. C’est grâce a ce phénomène unique que l’animal peut évoluer sur le sable très chaud… »

    Bon, j’ai compris que ton registre est l’humour, mais quand-même, si les pattes collées au sable sont celles qui se refroidissent, alors 2+2 font 1. Et soulever une patte sur deux me semble plutôt commun. J’aime bien l’humour quand il est crédible.


    • Jason Jason 27 décembre 2013 20:15

      Ah, mais non. Ce sont celles qui ne touchent pas le sable qui se refroidissent. C’est donc un mille pattes qui marche à cloche pattes. C’est toute l’originalité de la situation.

      Ca n’est pas crédible, et c’est tant mieux. Mais, dans ce texte, il y en a d’autres, en cherchant bien...


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 27 décembre 2013 20:17

        Si ça tombe le dahut est un scolopendre ...


        • Jason Jason 27 décembre 2013 23:03

          Oui, vous avez deviné ! C’est peut-être le Dahut du Gobi ?


          • claude-michel claude-michel 28 décembre 2013 09:45

            Par Jason...Le « DAHUT » est un animal originaire du sud de la France...on en trouve dans le parc du Mercantour en été (l’hiver il disparait ?)..et ne marche qu’autour de la même montagne sous peine de tomber si l’envie de faire demi tour lui prenait...le sable lui est interdit pas sa ’Mer"... !


          • Jason Jason 28 décembre 2013 10:01

            Oui, bien sûr. Mais le Dahut n’est pas vraiment le sujet ici. Vous êtes en porte-à-faux, si j’ose dire. Position que le Dahut pratique souvent.

            L’important, c’est la « vie de patachon ». Expression désuète aujourd’hui, mais qui connut son heure de gloire au début du siècle précédent et qui s’illustra (le siècle) avec des humoristes comme Courteline ou Caput.


            • claude-michel claude-michel 28 décembre 2013 10:16

              Par Jason...Désolé...mais vous parliez du Dahut.. ?

              heu...rien sur les nains de jardins.. ?

            • Jason Jason 28 décembre 2013 11:27

              Non, le Dahut, c’est Alta Pea Pea. Pas moi.

              Les nains de jardin, ce sera pour plus tard.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires