• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > On achève bien les vieillards

On achève bien les vieillards

Qui ne connait Alain Minc ?

Le président de la République l’a choisi comme conseiller « spécial ».

Pour sauver la sécurité sociale, Minc a une solution radicale.

Dans l’émission « parlons net » sur «  France Info  » il était interviewé par Romain Gubert (Le Point), Pascal Riché (Rue 89), Marie-Eve Malouines (France Info).

Au cours de cet entretien, outre le fait qu’il pense que la crise actuelle est seulement de l’ordre de la psychologie,  l’énarque témoigne :

« J’ai un père qui a 102 ans, il a été hospitalisé 15 jours dans un service de pointe. Il en est sorti. La collectivité française a dépensé 100 000 € pour soigner un homme de 102 ans. C’est un luxe immense, extraordinaire pour lui donner quelques mois, ou quelques années de vie (…) je trouve aberrant que l’Etat m’ait fait ce cadeau à l’œil (…) je pense qu’il va falloir s’interroger sur le fait de savoir comment on va récupérer les dépenses médicales des « très vieux », en mettant à contribution, ou leur patrimoine, quand ils en ont un, ou le patrimoine de leurs ayant droit ».

On peut écouter l’intégralité de cette interview sur ce lien.

Si on comprend ce « génial » conseiller, n’est-il pas en train de suggérer une solution radicale pour se débarrasser des personnes âgées qui n’ont pas les moyens de payer, ou dont les « ayants droit » sont démunis de ces moyens ?

Va-t-on les perdre dans les bois, comme les légendes du moyen-âge le racontent ?

A moins qu’il n’envisage des solutions encore plus expéditives ?... Les priver de soins ?

Voila une solution qui va rassurer la propriétaire de la maison de retraite Avia, à Chelles en Seine et Marne.

Cette propriétaire a été mise en examen et écrouée pour « hébergement de personnes vulnérables dans des conditions incompatibles avec la dignité humaine » et « abus de bien sociaux ».

Aucune infirmière diplômée ne travaillait dans l’établissement, les sonnettes d’alarme ne fonctionnaient pas, ou étaient hors de portées des personnes âgées.

Celles-ci étaient régulièrement insultées et nourries avec des aliments périmés. lien

Hélas, ce n’est pas un cas isolé.

En 2009, la maison de retraite « les colombes » n’était pas si blanche que son nom pouvait le laisser supposer.

Elle se trouve à Bayonne dans les Pyrénées Atlantiques.

Les vieillards étaient attachés, parfois allongés dans leurs excréments, et de l’argent aurait été détourné par la directrice de l’établissement. lien

Le cout moyen à la charge du résident d’une maison de retraite est de 3200 € mensuels. lien

A ce tarif-là, on pourrait imaginer que les personnes âgées soient traitées différemment.

Frédéric Balard, docteur en ethnologie, ingénieur de recherche INSERM pour l’équipe « démocratie et santé » à Montpellier brosse un tableau assez saisissant de ce qu’il pense des personnes âgées :

« Être très âgé n’est pas suffisant pour accéder à une position privilégiée. Seules les personnes très âgées en bonne santé et parfaitement autonomes apparaissent encore comme des figures enviables (…) face aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, les personnes très âgées apparaissent obsolètes (…) la notion de vieillesse n’est plus associée à celle d’expérience, mais à celle de sénescence. »

Pour information, le mot « obsolète » est défini ainsi : « dépassé, désuet, périmé, démodé » lien

Le psychiatre Jean Maisondieu en remet une couche.

il écrit en 1999 : « les vieux citoyens des pays occidentaux ne sont plus des anciens plus ou moins totémiques et vénérables à ce titre, mais des ruines dont l’appartenance au patrimoine de l’humanité est discutée quand ils ne sont pas considérés purement et simplement comme des déchets d’humanité non recyclables ». 

Stéphane Essel, appréciera.

Âgé de 93 ans, il s’est remarié à l’âge de 72 ans, et il est auteur d’un pamphlet admirable « INDIGNEZ VOUS ! » lien

Reste à savoir si Frédéric Balard ou Jean Mainsondieu sont capables de s’indigner ?

Mais revenons à notre Alain Minc : On le sait, il  est partisan des méthodes radicales.

Ce qui ne doit pas déplaire à notre « Attila » présidentiel.

Récemment interrogé sur « LCP  », Minc donnait son avis sur François Fillon :

« J’étais pour l’idée que c’aurait été bien de faire une relève de génération pour le dernier remaniement ministériel, » lien

L’âge est décidément une obsession pour Minc.

En gros, pour lui, François Fillon est déjà trop vieux, et entre les lignes, il suggère qu’il pourrait faire perdre Sarközi en 2012, faisant dans l’interview un parallèle avec Giscard qui aurait pu gagner, s’il avait choisi un autre premier ministre… Ce qui n’est pas très aimable pour Raymond Barre.

D’ailleurs rien n’est moins sur que Sarközi aille à la victoire en 2012…quel que soit son premier ministre. Mais ceci est une autre histoire

On soupçonne aussi Minc d’être à l’origine du choix présidentiel de créer un « musée de l’histoire française ».

Interrogé par le couple d’enfer « Naulleau-Zemmour » il rêve d’une étrange France.

C’est Zemmour qui s’y colle et qui résume en une phrase la vision que Minc a de la France.

« Ah si la France avait été l’Angleterre, elle aurait été un pays formidable (…) elle aurait du choisir la liberté au lieu de choisir l’égalité, l’aristocratie plutôt que la démocratie… ». Et Minc d’approuver : « c’est pas mal vu !  ». lien

Il a publié en septembre 2009 « une histoire de France  » (Grasset) plutôt curieuse, avec une vision dans laquelle on devine plus ses choix, qu’une description historiquement objective du pays.

Minc a aussi été condamné pour plagiat, une mauvaise habitude qui gagne du terrain actuellement, si l’on se réfère à Patrick Poivre d’Arvor, surnommé maintenant Patrick Plagiat d’Arvor,

En effet, Minc a été condamné pour son roman, (Spinoza un roman juif, Gallimard 1999) qualifié de « reproduction servile et contrefaçon ».

Le tribunal a décidé que c’était une contrefaçon partielle du livre de Patrick Rödel, « Spinoza,  le masque de la sagesse ». lien

On pouvait écouter récemment, le 5 janvier 2011 une analyse de ce livre dans l’émission «  les nouveaux chemins de la connaissance  » sur « France Culture ».

D’autres dérives intellectuelles semblent être l’apanage de ce pauvre Alain Minc.

En effet, il s’en prend maintenant aux homosexuels, qui d’après lui constitueraient en France un lobby, entrainant une dérive communautariste. lien

Puis, après les gays, Minc s’en prend au Pape.

Suite aux propos du souverain pontife, qui blâme avec bon sens la France de ses exactions sur les Roms, Minc a reproché au Pape d’être allemand, lui enjoignant de se taire, se prenant du coup les pieds dans le tapis.

Car comme le dit très bien Christian Vanneste, député UMP du Nord dans une tribune du journal « le Monde » :

« Sans doute, par distraction, Alain Minc ne se rend pas compte que son discours est précisément celui qui rend le nazisme particulièrement condamnable ». lien

On le sait, Minc est lié d’amitié au chef de l’état, et le fait qu’il ait été nommé quelques temps après l’élection présidentielle à la tête du conseil de surveillance du Journal « le Monde » n’est peut être pas sans rapport avec cette amitié.

Mal lui en prend, les représentants des sociétés de personnels du Monde s’y sont opposés. lien

Minc a fini par s’en aller, avec la promesse présidentielle d’un autre emploi.

Tout çà ne l’a pas empêché d’être promu en janvier 2008 « commandeur de la légion d’honneur ».

On a les honneurs qu’on peut.

Et puis, par les temps qui courent, où de nombreux citoyens républicains refusent la légion d’honneur, il faut savoir choisir son camp.

Le Père Arthur vient de retourner la médaille de l’ordre du mérite, puisque c’est Hortefeux qui l’avait décoré, suivi par Anne Marie Gouvet, qui pour garder « la tête haute » suite aux expulsions de Roms, a refusé la légion d’honneur.

Le philosophe Jacques Bouveresse, le compositeur Jean Guillou, les journalistes Marie-Eve Malouines, et Françoise Fressoz  en avaient fait de même auparavant. lien

Alors, après avoir pointé un doigt accusateur vers ces « vieux qui nous coutent si cher », après avoir revu l’histoire de France à sa façon, après avoir plagié un roman, après s’en être pris au « Pape défenseur de Roms », après avoir dû quitter le journal « Le Monde » vu le peu d’enthousiasme que sa présence y suscitait, il s’en prend maintenant à l’internet.

Dans son « histoire politique des intellectuels  » il dénonce entre autres ceux qu’il appelle les e-intellectuels. lien

On le sait, depuis longtemps, Internet dérange le pouvoir, qui, à coup « d’erreur 404 » supprime les vidéos, photos, articles dérangeants.

La dernière loi Loppsi ne fait que le confirmer.

Etrange personnage en vérité que ce Minc, et comme dit mon vieil ami africain :

« Les moutons se promènent ensemble mais n’ont pas le même prix »

L’image illustrant l’article provient de « monbiblioblog.blogspot.com »


Moyenne des avis sur cet article :  4.28/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

179 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 12 janvier 2011 10:54

    A.Minc fait partie de ces « intellectuels-rive gauche parisienne », qui, en France, essaient de nous dire quoi penser, quoi faire, comment nous comporter. En toutes circonstances.
    Vraiment compétent nulle part, il a pourtant une opinion sur tout, vibrionne plus qu’il n’agit, et continue inexplicablement (?) d’apparaître dans les grand médias. Il semble bénéficier de l’aide de certains grand patrons, comme François Pinault, voire M.Levy (?).
    Par contre, chez les autres décideurs, grands PDG qu’il assure « conseiller », l’opinion est autre. On en dit généralement que pour analyser justement une situation, il suffit de chercher ce qu’en dit Alain Minc ... et de faire exactement le contraire.
    Avec un grand éclat de rire pour le « personnage ».


    • olivier cabanel olivier cabanel 12 janvier 2011 11:01

      Alpo,
      c’est donc une très bonne nouvelle pour les autres grands PDG, et une très mauvaise pour Minc,
      merci de cette info.
       smiley


    • spartacus1 spartacus1 12 janvier 2011 11:07

      Mais enfin, qui donc en France, ou ailleurs, prend au sérieux un Minc ? Tout au plus un vulgaire Sarko, mais c’est loin d’être une référence.


    • olivier cabanel olivier cabanel 12 janvier 2011 11:28

      Spartacus,
      oui, au fil des commentaires, j’ai l’impression que pas grand monde ne prend au sérieux ce minc,
      on se demande pour quelle obscure raison les médias lui donnent si souvent la parole ?
      peut etre pour passer un bon moment ?
      les occasions de rire sont si rares par les temps qui courent !
      merci de ton commentaire.
       smiley


    • robert 12 janvier 2011 17:01

      Olivier, merci encore. Depuis que Dieu est aux abonnés absents on voit bien que c’est le diable qui gêre les demandes. Son père Joseph vient de mourir, il doit être bien content le petit alain, son nom ne sera plus associé au communisme...


    • sisyphe sisyphe 12 janvier 2011 21:41

      @ alpo47 D’accord avec votre analyse, sauf ça : 


      Minc intellectuel rive-gauche ? Sartre doit se retourner dans son caveau....Minc est un pseudo-intellectuel rive droite voire extrême-droite : petit valet ultralibéral, il a toujours oeuvré , dans le sens du vent, en dispensant ses conseils ultralibéraux aux gouvernants de droite ; conseils qui se sont systématiquement avérés à côté de la plaque, mais qui ont continué à entretenir son entregent... fructueux.. Si vous voulez avoir une idée de ce qui peut se passer, dans un avenir en général proche ou moyen, il suffit de prendre exactement l’inverse de ce que prédit Minc : vous avez 90 chances sur 100 de tomber pile... 

      A.Minc fait partie de ces « intellectuels-rive gauche parisienne », qui, en France, essaient de nous dire quoi penser, quoi faire, comment nous comporter. En toutes circonstances.


    • sisyphe sisyphe 12 janvier 2011 21:44

      Pardon : il y a eu inversion de textes dans mon message ; c’est plutôt comme ça...


      Par sisyphe (xxx.xxx.xxx.90) 12 janvier 21:41

      @ alpo47 D’accord avec votre analyse, sauf ça : 

      A.Minc fait partie de ces « intellectuels-rive gauche parisienne », qui, en France, essaient de nous dire quoi penser, quoi faire, comment nous comporter. En toutes circonstances.


      Minc intellectuel rive-gauche ?

       Sartre doit se retourner dans son caveau...

      .Minc est un pseudo-intellectuel rive droite voire extrême-droite : petit valet ultralibéral, il a toujours oeuvré , dans le sens du vent, en dispensant ses conseils ultralibéraux aux gouvernants de droite ; conseils qui se sont systématiquement avérés à côté de la plaque, mais qui ont continué à entretenir son entregent... fructueux.. 

      Si vous voulez avoir une idée de ce qui peut se passer, dans un avenir en général proche ou moyen, il suffit de prendre exactement l’inverse de ce que prédit Minc : vous avez 90 chances sur 100 de tomber pile... 



    • Alpo47 Alpo47 13 janvier 2011 13:16

      @ Sisyphe,

      Vous ne connaissez pas Paris ?

      Dire de quelqu’un qu’il est « rive-gauche », sous entend, d’abord que c’est un intellectuel pérorant, pédant et condescendant ... également BCBG ou « bien né », et enfin, accésoirement, qu’il habite rive gauche de la Seine, les 6e-7e-et 8e arrondissements, où sont la majorité des universités . On peut les retrouver autour du boulevard Saint Germain, entre autre au « café de flore », les représentants de l’intelligentsia, c’est à dire de ceux qui prétendent donner des leçons à toute la société ...

      Il y est souvent de « bon ton » de se dire de gôôôôche, mais tout en gardant obstinément le portefeuille à droite.


    • sisyphe sisyphe 13 janvier 2011 18:36

      @ Alpo47 


      je connais parfaitement Paris, et ne suis pas du tout d’accord avec votre définition de « l’intellectuel rive-gauche », qui est une appellation qui se voudrait péjorative, envers les intellectuels en général, du style « gauche-caviar » ou « bobo » ; appellations données par les connards de la droite décomplexée, où on ne dénombre, d’ailleurs, aucun « intellectuel » ; tout juste des petits valets serviles, quand ce ne sont pas les pontes de la mafia financière. . 

      En revanche, pour ce qui est d’Alain Minc, je parle bien d’intellectuel rive-droite, dans la mesure où tous les centres de commandement et de pouvoir se trouvent bien rive droite ; l’Elysée, Matignon, etc... 

      Je connais Paris ; en revanche, vous n’avez pas l’air de connaître bien l’histoire de ses « intellectuels »... 

      Cordialement 

    • hypso hypso 17 janvier 2011 19:40

      @ alpo qui connait si bien et les intellectuels du XX - XXI° et la capitale :

      vous, vous positionnez Matignon «  » rive droite«  » ?? 
      Et les ministères alors ? 

      Hi hi hi .... commencez donc par reprendre un cours de géographie !
      ))


    • hypso hypso 17 janvier 2011 19:43

      message ci-dessus destiné @ Sysiphe bien entendu !

      Avec un merci à Alpo en revanche.


    • Fergus Fergus 12 janvier 2011 11:05

      Bonjour, Olivier.

      Sujet sensible s’il en est. Il est évident que l’on doit soigner les vieux autant que leur état le nécessite. Cela dit, il n’est pas illégitime de poser la question de la survie des personnes gravement diminuées au point d’avoir perdu quasiment tous leurs moyens intellectuels et parfois de souffrir atrocement.

      Oui aux soins, non à l’acharnement thérapeutique qui est pratiqué ici et là (parfois pour justifier l’occupation de certaines lits !) sur des personnes grabataires ou très mininuées ayant perdu l’essentiel de leur dignité d’être humain. Je ne parle pas là de recours à l’euthanasie (encore qu’elle soit amplement justifiée dans certains cas) mais d’attitude médicale responsable : à quoi bon s’acharner à donner quelques mois de vie supplémentaires à ces vieillards lorsqu’ils sont atteints d’une maladie, parfois banale, qui, depuis des millénaires, les aurait emportés en les délivrant d’une vie souvent devenue insupportable ou dont ils n’ont même plus conscience ?

      Une seule obligation morale : ne jamais agir en fonction d’impératifs budgétaires !


      • olivier cabanel olivier cabanel 12 janvier 2011 11:24

        Fergus,
        bien sur l’acharnement thérapeutique peut etre critiqué, mais je retiens surtout ta dernière phrase, qui est le sens de mon article.
         smiley


      • karpediem karpediem 12 janvier 2011 18:36

        L’auteur fait référence à ses derniers mots .... mais à quel sujet ?
        Qu’est ce que ce méli-mélo à la Minc  ? Ce salmigondis et ces mélanges de genres comme de thèmes n’a aucune structure et ne peut etre considéré comme un article.

        L’hypothèse était bonne puis tout part en vrille : dommage et pour l’auteur et pour Avox.
         smiley


      • clostra 12 janvier 2011 19:48

        On peut même réfuter ces propos avec des arguments budgétaires :

        - c’est la dernière maladie qui coûte très cher (quelque soit l’âge du malade en fin de vie)

        - il semblerait - je n’ai pas encore lu l’article adjacent - que la sortie de crise s’appuie sur la manne des dépendances

        De tels propos devraient être examinés et fermement condamnés par la HALDE


      • olivier cabanel olivier cabanel 13 janvier 2011 06:57

        Clojea,
        en effet, on peut s’interroger du silence de la Halde,
        merci de ton commentaire,
        et très bonne journée.
         smiley


      • clostra 13 janvier 2011 10:53

        C’était Clostra pour vous servir...


      • olivier cabanel olivier cabanel 13 janvier 2011 11:31

        Clostra
        pardon de cette erreur !
        désolé.
         smiley


      • hypso hypso 17 janvier 2011 21:28

        Dommage aussi qu’Olivier Cabanel
        ne se soit trouvé que des maisons de retraite à 3.200 euros par mois.

        SELON SON PROPRE LIEN (« Agevillage ») il est clairement écrit que «  » dans le secteur des maisons de retraite médicalisées, ou des EHPAD, les tarifs à la charge du résident sont de l’ordre de
        ** Paris : 2.700 à 4.600 euros
        ** Ile de France : 2.000 à 2.500 euros
        ** Province : 1.500 à 1.800 euros. «  »

        Fin de sa propre citation = l’auteur en arts de déformer ses sources est-il si peu honnête ?


      • alberto alberto 12 janvier 2011 11:18

        Bonjour Olivier

        Ainsi que tu l’écris, le bonhomme n’est pas avare de conneries !

        Mais ton article serait superflu si cet âne de Minc n’était pas si omniprésent dans les médias à nous servir ses inepties sous ses grands airs d’intellectuel inspiré...

        Je parle d’âne car il me fait souvent pensez à celui de La Fontaine qui portait les reliques et devant lesquelles le bon peuple s’agenouillait, l’âne croyant que s’était un hommage qui lui était rendu !

        Autre histoire d’âne mais qui colle bien à ce propos concernant une célèbre formule de Saint Augustin :« Asinus asinum fricat » ! Ca c’est pour ses copains...

        Bien à toi.


        • olivier cabanel olivier cabanel 12 janvier 2011 11:26

          Alberto,
          pas mieux !
          par contre, c’est faire injure aux ânes qui sont, contrairement à la légende répandue, bien plus intelligents qu’on le croit,
          et peut etre même plus intelligents que Minc.
           smiley


        • spartacus1 spartacus1 12 janvier 2011 11:42

          Olivier, pourquoi « peut-être » ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 12 janvier 2011 12:57

          spartacus,
          oui,
          tu as raison,
          j’enlève illico le « peut être »
           smiley


        • Linz 12 janvier 2011 22:32

           Ecoutez Alberto vous êtes franchement désobligeant pour les ânes lorsque vous faites ce rapprochement entre eux et ce crétin de concours, ne croyez vous pas ?


        • Ariane Walter Ariane Walter 12 janvier 2011 11:20

          Il me semble qu’Obama voulait faire passer cette disposition dans sa réforme. Ne pas soigner les trop vieux.Elle porte un nom. J’ai lu ça.

          A propos d’acharnement thérapeutique.
          Quand on soigne , on pense que cela va aller mieux.
          il n’y a donc jamais à dire vrai « d’acharnement thérapeutique » puisqu’il y a toujours de l’espoir.
          la définition est délicate.
          la notion d’acharnement thérapeutique" est dans la tête de ceux dont on ne soigne pas qq’un de la famille.
          Il y a aussi que même au moment où on les sent près de la fin, ils souffrent, donc il faut intervenir.

          En tout cas, pour Minc, il faudra laisser faire la nature.


          • Fergus Fergus 12 janvier 2011 11:38

            Salut, Ariane.

            Il y a acharnement thérapuetique à mes yeux dès lors que l’on fait tout pour maintenir en vie quelqu’un dont les fonctions neurologiques sont en grande partie détruites ou qui souffre d’une maladie dégénérative très avancée dont le processus est irrréversible.

            Bonne journée.


          • Ariane Walter Ariane Walter 12 janvier 2011 11:24

            je rajoute un mot. C’est un vrai salopard ce Minc.
            ca veut dire, bonjour le cas de conscience, que si vous avez un papy à la maison et s’il doit aller à l’hôpital il faut choisir entre le soigner et les études du petit ??? (Ou un voyage en Thaïlande ou réparer le toit qui tombe !) Bonjour l’ambiance !!!!! mais quelle m..... ce mec !!!

            Que va-t-il faire pour l’argent que l’hôpital a payé ? le rembourser ? Sinon , ce n’est pas la peine de nous donner des leçons !!!


            • olivier cabanel olivier cabanel 12 janvier 2011 11:27

              Ariane,
              100% d’accord avec toi sur toute la ligne.
              merci de ton commentaire.
               smiley


            • Sachant Sachant 12 janvier 2011 12:36

              Et dire que si le vieux était clamsé il aurait hérité...
              Ca tient à peu de choses...


            • olivier cabanel olivier cabanel 12 janvier 2011 13:00

              sachant
              bien évidemment,
              nous naissons tous avec une maladie terrible, dont nous ne sortirons pas vivant,
              à part un miracle,
              et minc n’a pas hérité de çà,
              par contre, il est vrai que sa carrière tient à « peu de choses »
              merci de votre commentaire.
               smiley


            • cmoy patou 12 janvier 2011 14:34

              Bravo Ariane, 

              On ne saurait mieux dire, j’aimerai que mon papa soit encore là, ce Minc ses conneries c’est à des hommes comme mon père et les autres millions qui sont tombés au champ d’honneur qu’il peut encore les exprimer.

              102 ans ! je fais un rêve que mon fils de 22 ans ne soit pas parti à cause d’imbéciles comme ce minc - quest-ce qu’il croit que que le coffre fort suivra son corbillard ?




            • Defrance Defrance 12 janvier 2011 20:22

               Bonjour,

               Personne ne parle des assurances vies ? N’y a t il pas avec l’euthanasie une astuce pour libérer les assureurs du payement des assurances décès ? comme dans les cas de suicides ?

               En Hollande l’euthanasie pourra être demandée dès la retraite ( 70 ans ) a quiconque le demande tout bénef pour les caisses de retraites  !


            • kemilein 13 janvier 2011 10:27

              tuer les vieux, ça n’a pas de prix.
              pour tout le reste il y a master-card


            • Redj Redj 12 janvier 2011 11:33

              Alain Minc, essayiste....


              et ben depuis le temps qu’il essaye, il aurait déjà dû réussir quelque chose non ??

              • olivier cabanel olivier cabanel 12 janvier 2011 13:01

                Redj,
                c’est la faute à « pas de chance »
                il prend toujours les mauvaises options.
                 smiley


              • Alpo47 Alpo47 12 janvier 2011 11:34

                Alain Minc a une « singularité » qui fait beaucoup sourire ceux qui le connaissent : Il se trompe constamment et invariablement, dans TOUTES ses analyses, économiques et autres.
                Et il s’est TOUJOURS trompé dans le passé... C’est pourquoi beaucoup prennent leurs décisions en prenant son contrepied.
                Qu’il puisse encore avoir quelque crédibilité et continuer d’être invité et sollicité n’est vraiment pas à l’avantage de nos « grands médias ».

                Et, pour revenir sur ses dernières déclaration concernant les personnes âgées, c’est juste « immonde ». Du Minc, pur jus, représentant d’une « élite », condescendant et avec un sentiment de toute puissante et d’impunité.


                • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 12 janvier 2011 14:04

                  Remarquez... il pourrait être utile le Minc. Vu qu’il joue le rôle d’un baromètre inversé il suffirait de faire l’exact contraire de ce qu’il propose.


                • olivier cabanel olivier cabanel 12 janvier 2011 17:03

                  Peachy
                  oui, un commentateur à eu la même idée !
                  çà doit être une bonne idée.
                  merci !
                   smiley


                • voxagora voxagora 12 janvier 2011 12:02

                  .

                  Vous avez bien du courage d’argumenter là-dessus, 
                  je n’ai même plus envie de m’indigner, j’ai envie de vomir. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires