• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Paris-Le Cap... à la force des mollets

Paris-Le Cap... à la force des mollets

Rallier Paris au Cap de Bonne-Espérance, c’est le défi que s’est lancé un jeune couple de la région parisienne en début d’année. Un périple de plus de 17000 kilomètres à travers la montagne, la jungle et le désert. Baptisé Tand’Afrika, leur projet est prévu pour durer un an et demi. Retour sur le premier mois de leurs aventures.

C’était il y a un peu plus d’un mois. Avec -13 degrés au thermomètre, Adeline Reynouard et Olivier Godin, respectivement 23 et 26 ans, s’élançaient de la région parisienne en tandem direction le Cap de Bonne-Espérance, en Afrique du Sud.

Le couple vient d’atteindre la première étape de son long périple. Après plus de 2400 kilomètres à pédaler à travers la France et l’Espagne, les deux jeunes cyclistes ont accosté au Maroc.

Prévues pour être une mise en jambes, les premières semaines de voyage se sont révélées particulièrement intenses pour les deux aventuriers. Neige, grêle, tempête, les éléments ont soumis leurs organismes à rudes épreuves.

A l’heure d’entamer leur descente de l’Afrique, le duo préfère toutefois retenir la chaleur de l’accueil réservé par leurs compatriotes et par leurs hôtes espagnols. "En échange du récit de nos aventures, beaucoup de gens nous offrent le gîte et le couvert. Nous sommes touchés par tant de générosité et d’enthousiasme", ont confié Adeline et Olivier.

La biodiversité comme fil rouge

La beauté des paysages traversés a également marqué les deux jeunes sportifs. "En Espagne, quand le soleil daigne montrer son nez, la température grimpe au dessus de 20 degrés même en plein mois de février. Amandiers en fleurs, orangers et citronniers couverts de fruits, la nature révèle ses plus beaux atours", ont commenté les voyageurs.

Parmi les sites enchanteurs traversés, le pays auvergnat et ses volcans enneigés, l’Ardèche et sa gastronomie réconfortante, Barcelone la belle ou encore l’Andalousie et ses prairies bordées de cactus. "S’il ne devait en rester qu’un ce serait sans doute le parc naturel du delta de l’Ebre. Après une course de 932 kilomètres, le second fleuve le plus long d’Espagne en se jetant dans la Méditerranée, forme une vaste lagune dans laquelle plus de 300 espèces d’oiseaux trouvent refuge. Nous avons visité le site dans le cadre de notre fil rouge consacré à la biodiversité. Nous avons notamment observé une colonie de plus de 2000 flamands roses", ont-ils détaillé.

Au total, le projet d’Adeline et d’Olivier baptisé Tand’Afrika devrait durer un an et demi. Plus de 15000 kilomètres les séparent encore du Cap de Bonne-Espérance, leur destination.

Adeline et Olivier publient régulièrement le récit de leurs aventures sur www.tandafrika.com


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Thierry LEITZ 18 février 2009 00:02

    Il est sûr que parmi les cyclotouristes, dont je suis, vous n’en trouverez pas beaucoup pour faire l’apologie de la force de frappe ou du progrès mode libéral-mondialiste !

    Ils s’enrichissent d’un bagage immatériel sans causer de dégats à leur environnement, c’est déjà pas mal !

    Bonne route à tous les cyclos !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

fhelk


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès