• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Pour boucler la boucle

Pour boucler la boucle

Le cahier d'écolier …

921_001.jpg

Il y a six ans de cela, j'allais sur les routes de France. Parti d'Orléans, je voulais rejoindre Albi en taillant ma route plein sud, comme un pèlerin du quotidien et des parcours intérieurs. Je voulais aller à la rencontre des gens ordinaires ; je marchais au hasard des rencontres, des indications et des suggestions. Lors de ce périple, parfois ma route croisait des gens d'exception dont je faisais le portrait qui fut couché sur la toile, par le truchement de mon blog.

C'est un matin, alors que j'allais le ventre creux depuis quelques heures, tentant de rejoindre Figeac après une étape à Assier. Au sortir d'un petit village, un femme prenait le frais devant sa porte, assise sur un banc. N'ayant rien pris pour le petit déjeuner, je me payai le culot de lui demander si elle pouvait m'offrir un café.

Elle me pria aimablement de « finir de rentrer », selon la formule chère aux gens de cette belle région. La suite fut alors un moment inoubliable, une demi-journée de récits et de confidences, une page d'histoire qui se déroulait sous mes yeux. Je prenais des notes, Georges et Josette avaient décidé de me faire le cadeau de leur histoire, me confiant la lourde responsabilité de coucher sur le papier ce récit qu'ils livraient ainsi à un inconnu de passage.

Ainsi naquirent des billets qui m'ont suivi, qui m'ont hanté, qui furent beaucoup lus et expliquent sans doute l'origine de cette folie rédactionnelle qui est la mienne. Si vous voulez me faire le plaisir de relire cette tranche de vie, je vous propose les liens ici :

Les années ont passé, je n'ai jamais osé retourner les voir, craignant ne plus les trouver, pensant sans doute, à tort, que je serais arrivé comme un cheveu sur la soupe. J'avais envoyé les textes à leur adresse, une gentille réponse m'était parvenue et, naturellement, je n'ai rien gardé de cet échange. La vie n'est faite que de regrets …

Leur histoire était pourtant en moi. Ils me l'avaient confiée ; je voulais la partager plus encore. Georges m'avait montré son petit cahier d'écolier, ses chansons désuètes qu'il était allé chanter à la Capitale. Ce cahier d'écolier tournait en boucle dans mes pensées ; il me fallait faire à mes amis de rencontre le cadeau d'une chanson, à mon tour, puisque j'avais fini par avoir, moi aussi, cette incroyable prétention : écrire des chansons !

Un texte est né, il est resté quelque temps dans mes tiroirs : je n'osais pas le proposer à mon ami Casimir qui est un merveilleux mélodiste et un chanteur au cœur tendre. Puis je me décidai et lui envoyai cette chanson qui m'était si chère mais il ne réagit aucunement. J'en éprouvais une certaine frustration. Mon texte n'était sans doute pas de nature à le toucher, à lui donner des idées de mélodie.

Ce mardi cependant, il me fit le cadeau de me chanter « Sur son Cahier d'écolier » ! Georges et Josette renaissaient dans l'instant. L'émotion de ce passage à Lissac et Mouret, le village dont Georges fut de longues années le maire, revenait, intacte. Pour notre prochain spectacle, la chanson sera au programme ; que de choses j'aurai alors à raconter aux spectateurs pour qu'ils puissent entrer dans ce texte ordinaire !

Et là me vient le désir fou, l'envie sans doute impossible d'aller chanter cette modeste chanson dans le village de mes deux amis d'un jour. Si un élu ou un responsable d'association, si des gens de la famille de Georges et Josette lisent cet appel, j'aimerais boucler la boucle ouverte un jour de juillet 2010. C'était il y a 6 ans : une éternité sans doute …

Hommagement leur

JPEG

 

 

Sur son cahier d'écolier

 

Sur son petit cahier d'écolier

D'une belle écriture soignée

Faite de pleins et de déliés

Il avait déposé son passé

Les heures sombres de notre histoire

De ce monde plongé dans le noir

La peur, l'angoisse, le désespoir

Et les quelques joies si dérisoires

 

Car Georges avait connu l'horreur

Les méchants coups qui font si peur

Expédié par les nazis

Dans les mines de Silésie

Josette étant encore enfant

Sous les balles des Allemands

Souvenir combien douloureux

Son père tomba sous ses yeux

 

Tous deux survécurent à la guerre

Pour se revoir c'était hier

Dedans un petit bal musette

C'est ainsi qu'il fit sa conquête

Elle le revoit en dimanche

Tout fier de socquettes blanches

Un détail qui la fit sourire

Bien assez pour la conquérir

 

Ils se marièrent aussitôt

La vie souriait à nouveau

Oubliés les anciens tourments

Ils étaient époux et amants

Le bonheur retrouva ses droits

L'amour serait toujours leur loi

Dans ce village si paisible

Où jadis ils furent des cibles

 

Georges fut le premier magistrat

Et jamais il ne renoncera

À défendre sa petite école

Dans sa belle région agricole

Il fit construire aussi une place

Afin d'ainsi laisser une trace

Et se souvenir de son destin

Ce serait la place Jean Moulin

 

Sur le petit cahier est noté

Ce bref récit de leurs deux passés

À coté de nombreuses chansons

Qu'ils chantaient tous deux à l'unisson

De simples rimes tout ordinaires

À fredonner sur de petits airs

Pour célébrer leur tendre passion

Et l'amour d'une belle région

Villorceau.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • petit gibus 22 janvier 2016 10:48
    T’as une belle bouille
    et un bel accent
    avec ton boniment smiley

    • C'est Nabum C’est Nabum 22 janvier 2016 11:56

      @petit gibus

      Est-ce un compliment ?


    • petit gibus 22 janvier 2016 15:16
      @C’est Nabum
      La sincérité ne s’embarrasse pas de circonlocutions
      elle reste brute de coffrage smiley

    • C'est Nabum C’est Nabum 23 janvier 2016 07:57

      @petit gibus

      Merci ami maçon


    • juluch juluch 22 janvier 2016 11:21

      Vous nous gâté. smiley


      Un beau récit, un beau texte.......simple, émouvant..............merci !!

      Pour savoir, votre périple vous l’avez fait à pieds ?? 

      • C'est Nabum C’est Nabum 22 janvier 2016 11:57

        @juluch

        OUI
        Je suis un marcheur des chemins intérieurs


      • juluch juluch 22 janvier 2016 12:43

        @C’est Nabum

        Bravo.....

        un vrais Compagnon......

      • C'est Nabum C’est Nabum 23 janvier 2016 07:57

        @juluch

        Je marche à la rencontre des gens


      • Gillesdd Gillesdd 22 janvier 2016 13:03
        Merci pour cette tranche de vie agrémentée d’un beau poème.
        Je suppose qu’il s’agit de Villorceau près de Beaugency et non pas près de Charsonville compte tenu des bords de Loire présents sur l’affiche ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès