• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Pour un Oui ou pour un Non

Pour un Oui ou pour un Non

Journal de bord 

Le piège des sentiments.

Écriveur compulsif, blogueur impudique, je suis souvent confronté au piège du genre. Je me retrouve englué dans une toile qui se donne l'illusion d'être un espace public. Je doute qu'il en soit vraiment ainsi. Les textes passent, les mots s'envolent tout aussi facilement que les paroles, ne blessant ou ne touchant que les quelques personnes directement concernées.

Rien n'est plus futile et évanescent que le support numérique. D'ailleurs, sa pérennité elle-même est remise en question. Les textes, les images, les sons, envoyés ici comme une bouteille à la mer, passeront dans le gouffre de l'oubli puis de l'effacement. Le blogueur s'illusionne de penser que son opinion, son récit ou ses sentiments laisseront une trace.

Je n'en suis ni fâché ni contrarié. Je sais cette règle du jeu : expression même d'une époque qui a entamé une course poursuite avec le temps. Seul l'immédiat a une existence fragile, le passé se dilue dans notre absence collective de mémoire. Le futur, tout comme le passé, sont des concepts bien trop exigeants pour les consommateurs forcenés du présent dans l'instant.

Nonobstant ces précautions oratoires, je n'en suis pas moins exposé au regard de quelques fidèles qui attendent de moi une réaction, un billet d'humeur, un commentaire ou bien un long exposé, à chaque fois que je me retrouve en situation d'acteur ou bien de spectateur. « Tu vas bien écrire quelque chose là- dessus ! » Terrible attente qui fausse ma perception des choses.

Je vais voir un concert ou bien une exposition, je découvre un restaurant ou bien un livre ; il faudrait qu'à chaque fois je couche sur le papier mon opinion, qui, à vrai dire, n'intéresse personne. Cette attente, elle ne se fonde pas sur le désir de savoir mais simplement sur l'envie d'être mis en avant par ce curieux prisme déformant que constitue mon modeste espace textuel.

Pour-un-oui-ou-pour-un-non_portrait_w193.jpg

Alors pour un « Oui » et surtout pour un « Non », pour une admiration et mieux encore, pour un coup de gueule, il me faudrait étaler mes sentiments, mes états d'âme, mes coups de cœur. Et le pire c'est qu'il m'arrive d'agir ainsi, me pensant, sans doute, affublé de la lourde responsabilité du journaliste participatif, comme prétendent me définir, ici ou là, quelques étudiants en sociologie des médias.

Je n'écris que lorsque une entrée se présente à moi ou que s'impose une nécessité de cicatriser une blessure par un écrit au vitriol. Ce n'est ni très malin, ni très adulte. C'est ainsi. Mon assuétude scripturale ne s'explique pas, ne peut se justifier ni se canaliser. Elle est le fait d'une personnalité instable, irritable, ingérable, certes, mais également d'un jeu de dupes qu'on peut appeler auto-fiction ou journal intime fictif.

L'écriture place en-dehors du réel ce qui s'appuie sur le réel. Il faut accepter ce décalage, ne rien en attendre, ne pas exiger une conformité absolue au réel. C'est- je n'aime pas cette formulation trop prétentieuse- une œuvre littéraire au quotidien, une pérégrination intime dans des pensées sans cesse renouvelées. La distance à la réalité s'explique par les exigences de la forme, la liberté de la création, la souplesse du propos.

Nulle confession, nulle introspection, nulle confusion avec l'individu qui existe derrière le pseudonyme. S'il existe, c'est justement pour établir une distinction qui se fonde sur les libertés que prend toujours le créateur. Ce pari insensé d'écrire chaque jour, depuis bientôt six ans (au premier mars), impose ce flou artistique qui gêne quand un personnage réel croise les jets acides ou acidulés de ma prose.

Il faut accepter que je n'écrive jamais pour un « Oui » ou pour un « Non » Je me situe dans le « peut-être » et plus sûrement dans un ailleurs qui se nomme « les mots ». Ne m'en veuillez pas : tout ceci n'est qu'une fiction mystérieuse. L'essentiel n'est pas dans le décryptage des faits. Laissez-vous porter par l'expression et ses circonvolutions. Oubliez les coups ou les fleurs ; acceptez d'embarquer au fil des phrases. Merci !

Introspectivement mien 


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Ben Schott 21 février 2015 13:50

    Faudra penser à écrire un truc sur le nombrilisme.


    • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2015 14:34

      @Ben Schott


      Je vous remercie de me recentrer sur l’essentiel


    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 21 février 2015 18:57

      M’ouais...
      Mais je ne comprends pas votre pseudonyme.


      • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2015 19:38

        @Jean J. MOUROT

        Il vous faudrait connaître le Celte et l’histoire d’Orléans ainsi que la Mésopotamie et sa représentation du Monde.

        Je devine qu’il n’est pas clair mais qu’importe, le mystère fait partie de son charme ...

      • Le p’tit Charles 22 février 2015 09:40

        De temps à autre se remettre en question avec une analyse ne fait pas de mal...ça peut ouvrir des portes.. !


        • C'est Nabum C’est Nabum 22 février 2015 10:07

          @Le p’tit Charles

          Vous voulez que je me fasse psychanalyser ? 

          Le pauvre praticien, il prendrait peur ..
          Je préfère importuner mes lecteurs ...

        • Le p’tit Charles 22 février 2015 10:50

          @C’est Nabum....Mais non...vous le faîtes vous même dans votre texte.. !


        • C'est Nabum C’est Nabum 22 février 2015 11:13

          @Le p’tit Charles

          Je dois être très touché, je ne m’en suis pas rendu compte ...

          M ... comme un arracheur de dents 

        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 22 février 2015 11:56

          Ah ! J’ai trouvé la réponse à ma question. On trouve tout sur internet !

          "Dans la confrérie des mariniers orléanais, il est un personnage haut en couleur, d’aucun dirait rabelaisien, doué d’une culture et d’un talent sans pareil pour vous conter les histoires d’Orléans et de sa Loire. Même son surnom il l’a fabriqué en s’amusant du nom de notre ville au temps des celtes et des Carnutes : Cenabum. Alors, pour passer un bon moment en vous cultivant et en s amusant, n’hésitez pas à vous plonger vous aussi dans les bonimenteries de C’est Nabum, un ouvrage édité par la maison d’édition castelneuvienne du jeu de l’oie. Vous pouvez aussi profiter du bonimenteur qui anime de temps à autres les balades en Loire sur la Sterne, le bateau conduit par Bertrand Deshayes naviguant quotidiennement depuis le quai Châtelet."

          http://aorleans.info/2014/08/conseil-lecture-les-histoires-du-bonimenteur-loire/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès