• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Pourquoi Simone de Beauvoir a-t-elle caché son lesbianisme ?

Pourquoi Simone de Beauvoir a-t-elle caché son lesbianisme ?

En cette année de centenaire de sa naissance, nous en savons plus sur la vie de Simone de Beauvoir. Plus que ce qu’elle a bien voulu confier à ses lecteurs dans ses Mémoires. Jusqu’à la fin de ses jours, elle a refusé de dévoiler sa bisexualité. A la lecture de ses lettres intimes, le doute n’est plus permis. Jeune femme, elle était déjà amoureuse en secret de son amie Zaza. Sa première vraie liaison lesbienne aura lieu avec Olga Kosakievicz, une de ses élèves, qui sera suivie d’une autre avec Bianca Bienenfeld, puis avec Nathalie Sorokine, autres élèves. Pour en rester là.
Pourquoi ce secret ? Simone de Beauvoir était pourtant de taille à affronter une opinion dressée contre elle. Bien que n’ayant jamais eu d’avortement, elle a prêté son prestige à cette cause, et ne l’a paradoxalement pas apporté à celle des lesbiennes.
 
Certes, les invertis devaient se cacher pour échapper aux quolibets. Comment ne pas l’admettre ? Mais cet argument est plutôt faible. Simone de Beauvoir avait voué sa vie à la philosophie existentialiste, qui exige une recherche d’authenticité, de transparence. Il y a fort à parier que ce secret recèle des raisons philosophiques, car il remet en cause le fondement du Deuxième Sexe, qu’elle a génialement résumé par cette formule : « On ne naît pas femme : on le devient. »
 
Dans cet essai, elle affirme que la féminité n’est qu’une réaction secondaire à une situation. Ce n’est que lorsque la femme n’est pas indépendante, n’est que l’Autre de l’homme, qu’elle se transforme en coquette, vénale, passive, immanente dans le temps qui passe, qu’elle se soumet aux idées de l’homme et à ses désirs… Ce n’est que cette situation impérieuse qui transforme les petites filles en femmes féminines, sous la pression des parents et de la société. Cette réaction secondaire est donc le fruit d’une éducation et, au grand jamais, ne peut être innée, naturelle. Il n’existe aucun facteur naturel à la féminité et c’est là tout le problème, comme si l’un devait exclure l’autre.
 
Dans le mouvement féministe, elle s’opposera farouchement aux féministes qui revendiqueront l’égalité des sexes « dans la différence ». Depuis, le temps a passé, et il semble bien que les filles des féministes beauvoiriennes prennent des libertés face au dogmatisme de Simone de Beauvoir.
 
La relecture de ses Mémoires laisse apparaître une tendance très masculine dans le caractère indomptable de Simone de Beauvoir. Et le moins que l’on puisse dire est que ce caractère trempé était naturel… sa famille catholique traditionaliste ayant tout tenté pour l’éduquer dans les bonnes manières féminines de son époque. Sa sœur Poupette se révélera docile, coquette et féminine, alors que vers les 20 ans de Simone, son père maugréait : « Simone est un homme !  »
 
Comment aurait-elle pu mettre en avant que son éducation traditionaliste avait été inopérante contre ses tendances innées sans ruiner sa thèse du tout éducatif, de l’absence de facteur naturel dans la construction d’une femme, plus largement d’un individu ?
 
Guillaume Moricourt
Simone de Beauvoir, une femme méconnue (Dorval Editions, octobre 2008)

Moyenne des avis sur cet article :  2.59/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • COLRE COLRE 20 octobre 2008 10:49

     l’auteur, 

    Vous avez voulu faire de la publicité pour votre livre (au fait : c’est normal, ça sur AV ?). 
    Pour moi, c’est raté. Voici un livre que les gens intéressés par l’oeuvre de Simone de Beauvoir auraient pu acheter sous la foi du titre accrocheur ("l’envers d’un mythe"), mais à la lecture de votre article, ils sauront qu’entre vos intérêts pour l’agriculture, la santé et la recherche spirituelle, votre essai sur Beauvoir doit être bien peu subtil et documenté !

    Vous voulez faire de l’argent en profitant du centenaire Beauvoir ? vous avez raison, ça peut marcher, et je crains que l’on ne vous voit traîner sur les plateaux télés : les journalistes adorent ce genre de polémiques ! ils inviteront Alonso ou Soral, et ils compteront les points avec un rire bien gras, comme d’habitude dès qu’il est question de féminisme.

    Alors : Beauvoir est un homme ! c’est même comme ça que vous auriez dû titrer votre article, ça aurait fait davantage de buzz… mais le lesbianisme, c’est pas mal non plus pour accrocher le chaland.

    (au fait : votre article est un tissu de conneries ! oser dire que pour Beauvoir : Il n’existe aucun facteur naturel à la féminité, et rajouter : et c’est là tout le problème ! c’est vraiment prendre Simone de Beauvoir pour une imbécile et vos lecteurs pour des cons !! vous semblez n’avoir rien compris au film…)



    • Calito 20 octobre 2008 14:44

      quel site cet agoravox....


    • zelectron zelectron 20 octobre 2008 10:52

      ...et donc Sartre était pédéraste sans le savoir ou en le sachant, ou ni l’un ni l’autre ?


      • maxim maxim 20 octobre 2008 11:00

        si on pouvait avoir quelques photos en plus on serait ravis !....

        on est bien contents d’apprendre que Simone de Beauvoir était lesbienne ,comme si c’était un scoop ....

        on en a rien à cirer !


        • Yannick Yannick 21 octobre 2008 11:16

          Savoir que S. de Beauvoir etait lesbienne relativise beaucoup son apport au feminisme.
          Sa vie personnelle a necessairement une influence sur sa pensee. La philosophie de S. de Beauvoir devient "faites ce que je dis , pas ce que je fais".
          Comment peut elle comprendre les desirs, les contradictions, les difficultes d’une femme heterosexuels ?
          Voila pourquoi elle a cache ses preferences sexuelles.


        • Vilain petit canard Vilain petit canard 20 octobre 2008 11:57

          Mon pauvre ami, vous confondez féminité et lesbianisme, qui n’ont rien à voir. Votre remarque sur la "tendance très masculine dans [son] caractère indomptable" vous trahit : pour vous, une lesbienne, c’est forcément une femme "masculine", c’’est-à-dire "indomptable". Les femmes, c’est bien connu, sont au contraire des êtres doux et faibles, et donc facilement domptables, et qui ont besoin du contact avec une épaule masculine forte et musclée pour s’épanouir. On est en plein dans l’idéologie du modèle dominant hétéronormé, comme diraient mes copains gays.

          Vous voyez une contradiction entre sa vie sexuelle et ses idées à travers ce prisme, ce qui discrédite toutes vos remarques sur l’influence que ça aurait pu avoir sur ses idées. 


          • sisyphe sisyphe 20 octobre 2008 12:13

            Titre racoleur et mensonger. 
            Simone de Beauvoir n’était pas lesbienne, mais bisexuelle : énorme différence. 
            Elle était un femme qui usait de son corps en toute liberté, ouvrant, ainsi que par ses écrits (notamment le deuxième sexe) la voie de la liberté aux femmes. 

            Article putassier..


            • Baltar 20 octobre 2008 12:27

              J’allais dire la même chose : cette amalgame entre lesbianisme et bisexualité est terrible. De très beaux propos dans les commentaires, telle cette épaule que toute femme attend, qu’elle soit d’un homme ou d’une femme, de même que l’homme attend qu’on vienne se blottir en lui, de la même manière.

              Un enième article traitant de la sexualité avec tous les poncifs habituels.


            • Sébastien Sébastien 20 octobre 2008 12:14

              Franchement je me fous de la vie sexuelle de Simone de Beauvoir. Si elle n’avait pas envie que ca se sache, il n’y a pas a chercher a comprendre pourquoi.

              Je ne me presente pas aux gens en disant bonjour, je m’appelle Sebastien, je suis heterosexuel.


              • Yannick Yannick 21 octobre 2008 11:27

                Bien sur. Mais tu n’es pas philosophe. Tu ne donne pas de conseils a tous les heteros.
                Si tu te definissait comme intellectuel donnant des conseils aux Gays, on te demanderai si tu connais quelque chose de la vie gay.
                Alors S de Beauvoir , lesbienne ou meme bisexuelle, donnant des conseils aux femmes heterosexuelles, ca relativise beaucoup sa pensee...


              • LE CHAT LE CHAT 20 octobre 2008 12:29

                un outing posthume ??? qu’est ce qu’on en a à branler que Simone broutait le gazon !


                • LE CHAT LE CHAT 20 octobre 2008 12:48

                  @patton

                   sous la burqa , c’est aussi à la mode !
                  http://images.forum-auto.com/mesimages/79122/poil.JPG

                   smiley


                • maxim maxim 20 octobre 2008 13:34

                  salut le Chat ...

                  chouette le lien .....

                  ah dis donc là ,y’a intérêt de partir à l’exploration avec GPS ,et fusées de détresse si on se perd ........


                • sisyphe sisyphe 20 octobre 2008 13:38

                  haddock, faudrait voir à pas travestir la réalité !!


                • LE CHAT LE CHAT 20 octobre 2008 13:45

                  @Sisyphe

                   surtout que c’est pas à son avantage http://www.free-tintin.net/dessins/crocgai.jpg

                   smiley


                • maxim maxim 20 octobre 2008 13:29

                  et Tintin .... ?

                  je vous dis pas avec Milou ,Minou dans l’intimité .....



                  • maxim maxim 20 octobre 2008 14:06

                    ah ouais ,extra ...

                    si tu peux retrouver ,aux Editions Glénat ,l’école Franco Belge ,Roger Brunel ,Pastiches ....

                    il a les principaux héros de BD en pastiches érotiques ,exemple : Kuly Kule,Fuck Danny ,Spinou et Bandasio ,Zizi Bricolin ,les Pieds Nickés ,Michel Braillant ,Aspénix le Grivois etc.....etc.....

                    on passe un bon moment .....


                  • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 20 octobre 2008 16:16

                    Le thèse de l’auteur de l’article est absurde : Simone de Beauvoir, était tellement peu pré-déterminée dans sa sexualité qu’elle était comme on dit bisexuelle, capable d’aimer des femmes et des hommes sans distinction de genre (construction sociale), ce qui est une liberté et non, par définition, l’expression un pré-détermisme biologique ou social Elle était tout simplement capable de s’autodéterminer sexuellement sans considération de genre.

                    Allons plus loin : on peut faire l’hypothèse avec Freud que nous sommes tous plus ou moins bisexuels, mais cela veut dire que nous n’avons pas à être enfermés ou à nous laisser enfermer dans un genre socialement pré-construit De plus cet ambivalence sexuelle fait que chacun est fondamentalement hétérosexuel, à savoir dispose d’ une certaine capacité (ou autonomie) à vivre une sexualité qui lui est propre. ce qui veut dire que nous sommes tous sexuellement différents et donc qu’il n’existe pas, sinon par réduction symbolique fantasmatique socialement déterminée, de relation homosexuelle, à savoir entre des individus ayant une sexualité identique.


                    • Yannick Yannick 21 octobre 2008 11:42

                      Peut etre. Mais c’est une hypothese.
                      Les origines de l’homosexualite sont inconnues. Genetiques, innees, liees a l’education ou simplement un libre choix ... ?
                      La definition de l’homosexualite est tres simple : Un garcon qui couche avec un garcon ou une fille qui couche avec une fille. L’acte sexuel est suffisant et necessaire pour definir que quelqu’un est homosexuel.
                      Partant de cette definition, les raisons peuvent etre nombreuses. Curiosite, test scientifique, genetique (peut etre), fantasme, defiance de l’interdit... etc etc....
                      On ne pourra , probablement, jamais savoir quelles etaient les raisons de l’homosexualite de S.de Beauvoir. Par contre, le fait qu’elle soit passe a l’acte relativise sa pensee a propos des femmes heterosexuelles. On peut maintenant se demander ce qu’elle connaissait des femmes qui n’aiment que les hommes.


                    • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 22 octobre 2008 11:08

                      La définition de l’homosexualité à laquelle vous semblez tenir est trop simpliste pour être juste. Comme toute construction sociale normalisatrice elle néglige, voire interdit l’expression(de) la complexité réelle de la vie sexuelle individuelle et ses ambivalences.

                      La sexualité n’est pas réductible au genre social. Par conséquent, quant à savoir ce qu’il en serait d’une femme qui ne pourrait aimer que les hommes, encore faudrait-il la trouver !...Laquelle pourrait le savoir sans avoir fait des expériences de vie nombreuses et significatives, sans jamais être assurée que ces expériences soient décisives d’une prétendue identité sexuelle stable et commune en terme de genre ?

                      Toute identification entre homo ou hétéro sexuiel(le) est essentialiste, à savoir contraire à la vie comme aventure personnelle : Elle en est le refus par besoin de sécurité (sociale) et rejet de la liberté (autonomie) sexuelle.


                    • Yannick Yannick 23 octobre 2008 12:57

                      @ Sylvain Reboul

                      "est trop simpliste pour être juste". Non, Non et Non. Le choses ne doivent pas etre compliquees pour etre vraies. Newton et sa gravitation s’ennonce en quelques mots et 3 formules seulement. C’est tres simple et ca explique tous les mouvements complexes des planetes. Pareil pour Einstein... 1 ligne... qui explique beaucoup. Lorsqu’on explique les choses, l’interet c’est de simplifier les donnees.

                      La definition de l’homosexualite est tres simple. C’est l’acte qui definit si on est dans la case Homo, Hetero, Asexuel ou Bisexuel. Il n’y a que 4 cases. On couche avec le meme sexe (Homo), le sexe oppose (Hetero), les 2 sexes (Bi) ou si on ne couche pas on est Asexuel.
                      Apres, que ces boites aient un interet, on peut en discuter. Ce qui amene a etre dans une case peut etre tres divers. Mais la definition est tres simple.

                      Pour revenir a S. de Beauvoir, je trouve cela domage qu’une intellectuelle comme elle, n’ai pas plus mis en valeur son homosexualite. C’est assez malhonete. C’est comme si B Delanoe ecrivait un livre sur l’education des enfants. Le livre pourait avoir une grande valeur mais sachant qu’il n’a pas d’enfant, cela relativiserait beaucoup l’interet de son livre.
                      Si on ecrit un livre sur le combat des femmes contre les homme mieux vaut il etre une femme qui aime les hommes. JP Sartre n’etait qu’une couverture pour elle. Ca sent l’imposture. En tous les cas ce n’est pas honete de la part de S de Beauvoir.


                    • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 24 octobre 2008 09:11

                      Je refuse quant à moi de classer les personnes quant à leur sexualité sans leur demander leur accord et je persiste à penser que nous sommes tous réellement hétéro-sexuels et qu’une telle classification ne dit rien sur la réalité des personnes mais tout sur une volonté de pouvoir de la société à leur égard et sur le regard disons normalisateur qu’elle porte sur la sexualité.

                      Cela est d’autant plus vrai pour S de Beauvoir qui n’a jamais caché qu’elle pouvait aimer des hommes et/ou des femmes et que cela ne dépendait que des rencontres personnelles qu’elle faisait et non d’une identification essentialiste discriminante et aliénante ; en cela, elle a toujours été cohérente avec sa philosophie de la liberté. Philosophie vous ne semblez en effet pas partager. Votre point de vue est, sur ce point, anti-libéral.

                      C’est votre droit, mais c’est le mien de le déconstruire.


                    • Martin Lucas Martin Lucas 24 octobre 2008 16:27

                      Merci S. Reboul pour votre discours nuancé.
                      Je crois par ailleurs que la revendication communautaire des gays (qui ne représentent pas tous ceux qui pratiquent le sexe hors-normes) joue plutôt en défaveur de ceux qui éprouvent des attirances pour des personnes du même sexe. Ils participent à la construction d’une identité collective là où il n’y a que comportement individuel. 


                    • Yannick Yannick 21 octobre 2008 11:49

                      Bien sur que la sexualite a une importance. Dans quel sens, je n’en sais rien ... c’est tres complexe....mais la sexualite d’une personne fait pleinement partie de sa personalite. Les manques, les frustrations, les amours, les rencontres ... influences la sexualite et la personalite.



                    • fouadraiden fouadraiden 20 octobre 2008 23:22


                       ceci dit , je plains Sartre . faut se dire que grâce sa taie il ne devait pas voir gd chose pas
                       chose. 


                       et sans son copain philosophe , cette bonne femme personne n’en parlerait.


                      • sisyphe sisyphe 21 octobre 2008 04:28

                        Moi, c’est toi que je plains, pour être aussi con...


                      • Roche 21 octobre 2008 01:19

                        quelle ironie, de l’autre coté un billet parle de laisser la vie privée de dati en paix et ici, des révélations a dormir debout, c’est tout ce qui vous inttéresse chez Beauvoir, ses écrits non jamais ? n’est pas la copine de Sartre qui veut hein !


                        • Roche 21 octobre 2008 01:22

                          fouadraiden

                          crétin, c’est elle qui a propulsé Satre relis son histoire ou plutot lis la parce qu’apparemment tu ne connais rien ni de Sartre ni de Beauvoir d’ailleurs, espèce d’inculte va ! punaise maisc ’est pas étonnant qu’on régresse avec des bourrins qui refont le monde sur la vie des morts !


                        • Yannick Yannick 21 octobre 2008 11:02

                          Venant de Sartre on a dit :
                          "Mieux vaut-il avoir tort avec Sartre que raison avec Aron et Camus pour ne pas desesperer Billancourt"
                          D’ou le defense des goulags Staliniens....

                          Maintenant, on apprend que Simone de Neauvoir etait lesbienne.
                          Le 2eme sexe et le feminisme ne serait en fait qu’un reglement de compte personnel de S. de Beauoir avec sa famille.

                          Ca ne m’etonne pas que personne ne suive ces qens qui se disent "intellectuels" ou "philosophes"...
                          Pauvre generation des 60ards qui se sont fait completement avoir...


                          • frédéric lyon 24 octobre 2008 09:23

                            Simone de Beauvoir n’était pas lesbienne, mais bisexuelle.

                            Le plus grand amour de sa vie (de sexe masculin) ne fût pas Sartre, qui ne devait pas être une épée au lit, mais son amant Américain.

                            Quant à Sartre, il aimait beaucoup les jeunes filles.

                            Mais à part ça, on s’en fout. Il est assez normal que des personnages ayant eu une vie exceptionnelle aient eu aussi des vies amoureuses assez peu conventionnelles.

                            Les femelles aiment beaucoup les mâles dominants. Et les femelles dominantes aiment bien taper à tous les étages.

                            Et alors ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès