• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Poussières d’étoiles

Poussières d’étoiles

Fable musicale

La dame sur le chêne.

Sur la lande, j'errais, claudiquant, à la recherche d'une légende. Bienveillante, la pleine Lune éclairait la dune ; complice m'était le murmure du proche Océan. Tout émoustillé par l'histoire « des fées des sables » à moi confiée par une conteuse gasconne, j'étais à la recherche d'un signe, d'un indice dans l'espoir de trouver grâce auprès des demoiselles ailées. Me feraient-elles participer, l'espace d'une nuit endiablée, à leur sabbat mystérieux, effaçant ma disgrâce , rendant la raison à ma patte folle ?

La conteuse m'avait affirmé que celui qui satisfaisait les dames recevait en retour une pièce d'or, quelques soins telluriques et la promesse d'être à nouveau convié à leur sarabande pour peu, naturellement, qu'il sût garder sa langue. Je n'avais nullement l'intention de m'enrichir ; j'étais là pour avoir nouveau récit à vous offrir tout en m'octroyant un petit plaisir sensuel et un mieux-être plantaire.

Je commençais à douter de ma bonne étoile quand, soudain, sur la dune, un spectacle me fit oublier mes désirs secrets et quelque peu inavouables. Un chêne, tortueux et fier, se dressait là où nulle végétation ne pousse, à l'exception de petites herbes obstinées qui résistent aux assauts du vent. Il se tenait, face à la mer, comme un défi aux éléments et à la nature.

Je n'osais m'approcher de cet arbre vénérable. Il se découpait sur le ciel, inquiétant et envoûtant, comme seuls les arbres peuvent l'être quand ils se trouvent isolés, à l'écart de leurs congénères. Il y avait en lui de la magie ou peut-être un message céleste. Détail troublant : quels que fussent mes mouvements et ma position, il restait imperturbablement planté devant une pleine Lune qui tenait bien plus d'Hollywood que de notre satellite naturel.

Il y avait certainement envoûtement ou sorcellerie dans ce prodige sélénaire à moins que ce ne fût une fiction née de mon esprit embrumé. C'est la Lune qui était son phare, son projecteur : elle n'avait d'yeux que pour lui. J'avançais doucement, me dissimulant derrière les quelques arbustes qui poussaient au pied de la dune, entre sable et forêt, craignant d'effrayer je ne sais quelle fée ou bien de briser ce mirage.

Il me fallut bien du temps pour l'apercevoir enfin. Sur la plus haute branche, une dame, toute de noir vêtue, dansait, au son de la musique argentine des vagues, ce qui me parut être un tango, en enlaçant un bel oiseau blanc. Spectacle magnifique de ce couple irréel qui me fascinait, me clouait sur place, comme pris au piège ! L'oiseau lui tendait ses ailes, la dame se collait à son plumage. C'était la plus belle parade que jamais œil humain n'eût contemplée .

Oubliées les lascives fées des sables ; celle de l'arbre avait conquis mon cœur d'autant plus que, sur mon pied blessé, je sentais un frémissement, une curieuse chaleur et quelques picotements. Avais-je pénétré dans un champ magnétique, moi si aimant ? En pleine nuit, des papillons phosphorescents voletaient autour de moi ; ma raison vacillait.

Qu'importe, j'aurais donné n'importe quoi pour être cet oiseau, pour tenir sous mon aile la gracieuse danseuse. Combien de temps ai-je passé ainsi, le souffle coupé et le sang battant mes tempes ? Je n'en ai aucune idée … Le temps était aboli, le monde se résumait à ce tango aérien, cette chorégraphie éclairée par la Lune.

Que se passa-t-il alors ? Avais-je marché sur une branche ? Il est vrai que mon pied, soudainement guéri, me donnait, lui aussi, des ailes. M'étais-je montré malgré toutes mes précautions, incapable que j'étais de maîtriser mes émotions ? Je ne puis vous dire ce qui fit que ma vie bascula en cet instant extraordinaire.

Ma présence venait d'interrompre le bal. L'oiseau blanc s'envola. Il s'éleva dans le ciel, telle une flèche qui veut atteindre la voûte céleste. Puis soudain, il fit volte- face et se dirigea vers ma position. Il planait à une telle altitude que j'avais peine à le deviner encore ; je ne distinguais qu'une petite tache blanche, tout là-haut !

Sur son chêne, la dame s'était assise, reprenant son souffle. Il n'y avait dans son regard ni reproche ni remontrance. Je crois même qu'elle me souriait en me fixant intensément, comme si elle m'invitait à la rejoindre. Mais malhabile et pataud, incapable de grimper si haut, comment pouvais-je escalader le vieux chêne ?

Soudain, dans le ciel, un cri perçant me fit sursauter. L'oiseau se trouvait juste au-dessus de moi désormais. Il fondit alors vers l'endroit où, il y a peu encore, je cherchais maladroitement à me cacher. Mais paralysé, j'étais incapable d'esquisser le moindre geste pour éviter l'animal en piqué. Fuir eût été, de surcroît, lâcheté indigne devant si belle et si engageante dame !

J'allais être embroché par un bec vengeur, celui d'un jaloux qui avait compris ma soudaine flamme pour sa cavalière. Mon trépas était certain mais mourir d'amour, quoi de plus beau pour un rêveur ? J'acceptais ce sort funeste pour le sourire de celle qui était, tout à la fois, fée et sorcière, enchanteresse et envoûteuse.

C'est alors que je la vis se lever et, d'un geste que je ne saurais vous décrire, elle présenta ses mains tendues aux étoiles qui se mirent à filer dans le ciel. Une fine poussière tomba sur les paumes de la fée ; toute nimbée elle-même d'un halo lumineux, elle reçut délicatement ce scintillement luminescent . La Lune se fit plus grosse, plus brillante encore.

Le prodige se déroula en quelques secondes. J'entendais l'oiseau qui fondait sur moi, pourtant, j'étais en extase devant la belle. Sans crainte ni inquiétude, j'attendais un signe d'elle : il ne pouvait en être autrement. Elle me mettait à l'épreuve ; je devais absolument me montrer digne de ce rite initiatique. Le bruit grandissait, l'oiseau allait me clouer de son bec quand, à l'ultime instant, la dame de la dune projeta sur moi ses poussières d'étoiles.

L'oiseau disparut, votre serviteur, docile spectateur, pareillement. Je n'étais plus ; je n'étais plus ce pauvre curieux qui se traînait misérablement sur la terre ferme. Je me retrouvais à mon tour sur la plus haute branche du chêne, comme sorti, en cet instant, d'un cocon : celui que j'avais été auparavant.

Ma cavalière avait repris sa danse et c'était moi, l'oiseau blanc qui dansait le tango avec elle. Je n'étais certes pas aussi habile que son cavalier précédent ; il lui fallut grande patience et bonne pédagogie pour m'initier à son art argentin. Nous n'étions guère pressés. Nous avions toutes les nuits devant nous pour découvrir les passes et figures de sa danse préférée.

Nous avions tous les jours pour nous reposer et nous aimer. Si oiseau j'étais la nuit, je retrouvais mon apparence aux premières lueurs du jour. La dame de la dune descendait alors de son arbre et me conduisait dans son antre. De ce lieu, jamais je ne vous dirai rien ; je ne voudrais pas qu'un autre curieux vienne me dérober ma belle cavalière.

Cavalièrement sien.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 8 octobre 2014 16:57

    Belle fable, Nabum

    .
    Pour ce qui est de la vision des étoiles, je ne sais si c’est le cas, chez vous, mais par ici, il y a trop de lumières pour en voir un grand nombre.
    La lumière des villes ne le permet pas,
    Si vous allez dans le désert, il en va tout autre.
    C’est là que vous verrez vraiment ce que c’est que la poussière d’étoiles. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires