• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Réflexe optocinétique et tête de poulet

Réflexe optocinétique et tête de poulet

(Auteur Vran)

Le plus souvent, pour trouver un sujet original, étrange et funky, on se tourne vers des organismes un peu exotiques, des habitants des grandes profondeurs marines, une flore tropicale carnivore ou des espèces animales vraiment uniques. Logiquement, c’est assez facile de trouver quelque chose d’inhabituel chez une bestiole qu’on a pas l’habitude de voir, et en plus ça donne souvent de jolies photos. Cependant, l’émerveillement peut tout aussi bien surgir du quotidien, et comme me l’a récemment fait remarquer un ami, même les animaux qui sont pour nous les plus familiers peuvent nous étonner. Démonstration. Ceux qui ont déjà passé un peu de temps à la campagne sont surement déjà au courant, mais par exemple, saviez vous qu’un poulet ça peut faire ça :

 

 

Soyons clairs dès le début, ceci n’est pas du tout spécifique au poulet, le phénomène est même assez facilement observable dans la démarche du pigeon ou dans le vol du colibri lorsqu’il “butine” une fleur entre autres. A peu près tous les oiseaux peuvent maintenir leur tête à une position à quasiment fixe dans l’espace tandis que leur corps se déplace, tout n’est qu’une question de réflexe et de stabilisation du regard. En effet, comme l’explique brièvement la vidéo, il existe des “boucles” d’information (feedback loops en shakespearien) entre les organes sensoriels et le cerveau. Dans notre exemple, l’information provient d’au moins deux sources : d’une part les yeux qui regardent un point fixe (en l’occurrence la caméra) et renseignent sur la position de la tête par rapport à ce qui est regardé, d’autre par le système vestibulaire de l’oreille interne, qui renseigne sur son orientation dans l’espace.

 

Différents stades du développement de l’oreille interne de poulet

(Image : JV. Brigande et al)

 

Voici donc ce qui se passe : Lorsque le Gugusse en T-shirt blanc déplace le corps du poulet, la tête (puisqu’en toute logique, elle y est rattachée) est tentée de suivre le mouvement. Cependant, à peine le déplacement est-il entamé que les informations (visuelles et vestibulaires) parviennent au cerveau qui analyse tout ça et décide qu’il vaut mieux garder la tête bien cadrée au milieu du champ de la caméra (dans sa vie, chacun à le droit à 15 minutes de gloire, ce serait bête de les passer la tête à l’envers). Ainsi, il va ordonner aux muscles (du cou notamment) d’effectuer des “mouvements compensatoires” qui, comme leur nom l’indique, vont compenser le déplacement du corps pour que la tête reste fixe dans l’espace. Il s’agit d’une “feedback loop” car les yeux et l’oreille interne permettent de vérifier que le mouvement compensatoire a bien eu lieu, et continuent d’envoyer des informations pour corriger en direct la position si le mouvement du corps se poursuit. Etonnant non ?

 

Eh bien non, pas tant que ça. En réalité, nous, pauvres primates, sommes également capables de stabiliser notre regard, et cela par deux moyens : Le réflexe optocinétique (partant d’informations visuelles) et le réflexe vestibulo-occulaire (partant d’informations vestibulaires). Qu’est-ce que cela ? Vous pouvez faire l’expérience vous même. Mettez vous face à un miroir et regardez vous droit dans les yeux, puis, tournez la tête d’un côté, de l’autre, en bas et en haut (vous pouvez également faire des cercles ou tout autre mouvement ridicule, du moment que votre regard reste fixé sur vos pupilles). Surprise, vos yeux restent face au miroir, votre regard ne dévie pas alors que votre tête elle a énormément bougé (plus difficile à voir mais assez drôle, ça marche aussi quand on hoche la tête, essayez de prendre un point de repère sur votre iris). Si vous avez peur de vous faire un torticolis, vous pouvez toujours essayer sur quelqu’un d’autre ou regarder cette vidéo. Ce réflexe est bien pratique pour lire (car votre tête tremble forcément un petit peu, même au repos) ou pour regarder quelque chose lorsque vous marchez. Chez le poulet c’est pareil, sauf que lui, il stabilise sa tête entière plutôt que juste ses yeux, ça lui évite de se secouer le cerveau.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 7 novembre 2009 13:11

    Très bon article auquel j’ajoute une nuance.

    Chez l’humain, l’oreille interne semble plus sensible pour stabiliser le corps.
    Ainsi, la quasi-totalité des humains ont un « sursaut » lorsqu’ils s’endorment. Car l’absence de contrôle des muscles du cou entraine que la tête peut légèrement bouger.
    Le cerveau interprète cela comme une chute, et vous tressaillez.

    Un peu la même chose si vous êtes en bateau qui tangue même sans voir l’horizon...
    Ca fait vomir....
    Bon appétit. smiley


    • Yohan Yohan 7 novembre 2009 20:54

      Etonnant. merci pour l’originalité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Taupo

Taupo
Voir ses articles







Palmarès