• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Rythmes scolaires et blouses grises …

Rythmes scolaires et blouses grises …

La basse-cour ne s'amuse pas ...

Le grand n'importe quoi !

Voilà c'est parti et nul ne peut se dispenser d'appliquer une loi qui finira d'achever ce qui tenait encore debout dans l'institution scolaire : l'école primaire. Les socialistes ont confié à des penseurs parisiens le soin d'établir les plans d'une usine à gaz qui va d'abord faire exploser les communes rurales avant de mettre en difficulté toutes les autres.

Mais là n'est pas le pire de cette réforme qui impose sans financer, qui suggère sans fixer de règles précises, qui incite sans vraiment poser un cadre et des valeurs éducatives. C'est la porte ouverte de nos écoles pour laisser pénétrer le meilleur et surtout le pire, la culture au même rang que l'occupation, le sport et la garderie, les experts et ceux qui sont contraints de s'y coller.

Car dans le grand bazar de ce capharnaüm monstrueux, c'est le système « débrouille-toi » qui fonctionne vaille que vaille. Chaque commune doit composer avec ses ressources, son environnement, ses concitoyens. Quand on vit dans un grand centre urbain, la chose semble plus simple même si elle a aussi un coût qui n'est pas et ne sera jamais pris en compte par le commanditaire. Mais qu'en est-il dans les zones rurales ? Qui viendra apporter ce supplément de culture pour équilibrer l'égalité des chances si personne dans le coin ne dispose d'un talent particulier ?

Renforcer l'inégalité culturelle, aggraver les différences entre la ville et la campagne, augmenter encore plus les différences de choix et de chance que fonde la répartition géographique, voilà la belle, la formidable réussite de ceux qui se pensent encore socialistes. Des bourgeois des grandes villes ne peuvent percevoir la folie absurde qu'ils ont mise en place.

Les rythmes de l'enfant en sortiront améliorés… Tu parles Charles ! Nouveau mensonge pour qui va d'une école à l'autre et voit que les gamins passent des journées démentielles, de 7 H 30 à 18 heures, avec de tout pour étirer la journée. Garderie le matin, des cours, une grande pause méridienne passée encore à l'école-quand on n'a pas la chance d'avoir un parent disponible dans un domicile proche-de nouveau la classe, les activités périscolaires et de nouveau la garderie …

Le rythme de l'enfant sera sauvé par cette demi-journée d'école supplémentaire. C'est bien le seul acquis dans cet immense bordel désorganisé. Mais une fois encore, les bobos ont frappé. Ils ont laissé le choix aux divorcés d'imposer, le mercredi matin pour jouir d' un week-end de tranquillité au nom de leur confort personnel.On invoque le bien de l'enfant ; je vous dis, juré craché, parole de politiciens qui jamais ne nous mentent !

Cinq jours d'affilée à un rythme de cadence infernale, avec la dilution des repères communs, avec la perte du principe d'unité de temps, d'unité d'action, si chère à notre vieille communale. Amusez-vous à relever les horaires des écoles au sein d'une agglomération ; c'est le grand n'importe quoi. Chaque établissement a des horaires distincts du voisin pour peu que ces derniers ne dépendent pas de la même commune. Parfois même, au sein de la même ville, il existe des différences entre la maternelle et la primaire. Pas facile d'être parents !

Pas simple non plus d'être un club sportif ou une association. Cette loi, c'est la mort de certaines d'entre elles et un casse-tête pour toutes celles qui n'ont pu jouer les chevaux de Troie. Car notre école est devenue un organisme de publicité pour des activités vendues par des animateurs envoyés en mission. J'avais une autre idée de l'école républicaine mais il est vrai que je ne suis pas socialiste.

Le samedi matin d'autrefois, l'école cherchait à rétablir un peu d'égalité sociale. Il y avait des enfants absents : ceux qui ont la chance d'avoir des parents qui partent en week-end. Ceux-là-mêmes que les instituteurs voyaient tous les jours et auxquels ils n'avaient pas grand chose à dire. Quand aux parents au travail, les parents des enfants qui ont un peu plus de mal, ceux-là, ils les rencontraient le samedi midi après une belle et bonne matinée de renforcement à effectif moindre. Une possibilité à jamais envolée dans ce système délirant qui brise à jamais la relation parents-enseignants.

Mais il y a encore pire dans cette folie si bien pensée. C'est l'intrusion de personnes totalement extérieures à l'école pour des activités périscolaires qui échappent complètement au contrôle des maîtres. Aucune communication, aucun lien et parfois des activités en d'autres lieux. Pas de transmission des choses importantes, des dossiers médicaux, des recommandations après une journée difficile. L'enfant est un objet qu'on se refile entre structures étanches. On prie même les pauvres enseignants de déguerpir bien vite pour laisser la place.

Un gamin peut ainsi passer entre les mains de trois structures, de trois encadrants de nature et de formations différentes, si tant est qu'il y ait eu formation … Quand on a compris comment certains animateurs ont été recrutés, quand on perçoit le peu de considération et la modestie du dédommagement pour une malheureuse petite heure de travail, on est effaré qu'une telle idée ait pu surgir de cerveaux brillants.

Cette réforme, annoncée à grand renfort de communiqués et de déclarations officielles triomphales est une aberration pédagogique, un foutoir organisationnel, une mesure parfaitement inégalitaire, un gouffre financier pour les communes, un casse-tête pour les parents, la rupture du lien avec les familles pour les maîtres et surtout une fatigue supplémentaire pour les enfants.

Bravo les artistes, c'est du grand art ! Faire pire eût été un exploit. La droite rêvait de tuer l'école primaire, la gauche a trouvé moyen de le faire. Chapeau bas ! Les blouses grises d'antan doivent se retourner dans leurs tombes. Les nouveaux rythmes scolaires c'est un coup de poignard dans le dos de ce qui fut jadis notre école républicaine.

Honteusement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Paulo/chon 26 septembre 2014 10:34

    C’est Nabum,
    Mais c’est du corporatisme pur et dur, excusez-moi d’employer un vocabulaire orienté, perso je ne vois qu’un conditionnement prénatal des employés de la grande-distribution et des services RH.
    Un de mes profs surnommé« sarreau » nous abreuvait, en dehors de ses cours magistraux une expression que je vous fais partager « un peu moins de s’il vous plait.......et un peu plus de politesse.Merci » accessoirement il n’avait eu aucun mal à nous programmer au nouveau Franc, sujet de moqueries incessantes auprès de nos anciens de préférence hors de la famille bien sur.
    Un connard, et je pèse mon mot, traitait ma fille de réactionnaire sur son dossier, elle avait 11 ans je pense que vous apprécierez la subtilité avec laquelle je me suis astreins à régler ce problème toujours présent d’ailleurs. C’est bien l’élaboration de la règle qui peut être dénaturée par la perversion instillée mais la lumière devrait jaillir.
    Encore merci de vos alertes autant spirituelles qu’à bon escient.


    • C'est Nabum C’est Nabum 26 septembre 2014 11:36

      Paulo/chon


      J’avoue n eplus saisir !

      Accord ou désaccord, corporatisme ou bien lumière ?

    • Paulo/chon 27 septembre 2014 17:21

      C’est Nabum,
      Il n’y a rien à saisir, n fois d’accord avec votre conclusion orientée qui est aussi l’objet de ce qui a pu vous apparaitre comme un désaveu en regard du « hussard de la République » qui s’est contenté d’initier au mieux, sans s’élever contre l’autorité tyrannique que vous perceviez surement. Ou voulliez-vous vérifier le degré d’impéritie de ceux qui osent tout car je ne peux pas imaginer que vous étiez dupe du conditionnement aux limites des diverses réglementations.
      La perversité financière des commanditaires suffit à déclencher une saine colère à tout contribuable. . 


    • C'est Nabum C’est Nabum 27 septembre 2014 17:45

      Paulo/chon


      La colère peut devenir révolte

    • gaijin gaijin 26 septembre 2014 10:48

      « des penseurs parisiens »
      l’article aurait pu s’arrêter là ....c’est plus que suffisant pour conclure qu’une catastrophe est en court....
      je ne résiste pas au plaisir de citer coluche :
      « technocrate une nouvelle race de feignants ....technocrate c’est un mec tu le laisse tout seul au milieu du désert au bout de trois ans il importe du sable ...... »


      • C'est Nabum C’est Nabum 26 septembre 2014 11:37

        gaijin


        Puisque tel est notre sort que d’être gouvernés par des gens qui ignorent tout de nos existences

      • FingerInZeNose FingerInZeNose 26 septembre 2014 11:45

        Si les Français ne passaient pas leur temps à chercher des moyens de contrer les évolutions au lieu de chercher des solutions pour les mettre en place, nous n’en serions pas là .

        Cependant, je pense que vous avez raison sur le fait que les communes n’ont pas été accompagnées dans la mise en place de ce nouveau rythme.

        • C'est Nabum C’est Nabum 26 septembre 2014 12:11

          FingerInZeNose


          Je ne chercherai nullement à contrer la réforme si elle avait préserver des principes essentiels et si elle avait servi l’enfant. 

          Permettez moi d’avoir un doute concernant le dernier point

        • njama njama 26 septembre 2014 15:30

          Si ces activités dites « péri-scolaires » ou « péri-éducatives » s’adressent aux enfants elles ne concernent pas l’école proprement dite en fait, car elles s’imposent aux seules communes, qui doivent les mettre en place en fonction de leurs potentialités, de leurs ressources (recrutement, financement, organisation, contrats de travail, salaires ...etc.)

          Seuls les locaux de l’école (ou autres installations publiques, genre salles de sport si disponibles) sont affectés pour ces activités. Les enseignants pour leur part, assurant exactement comme avant la réforme le même nombre d’heures d’enseignements ne pourraient être tenus d’y contribuer..
          .
          Il y a une confusion généralisée qui laisse accroire que ces activités (pour le moins très éclectiques d’une commune à l’autre) feraient partie en filigrane des programmes de l’Éducation Nationale, ce qui ne pourrait être le cas compte-tenu de leurs variétés de mises en oeuvre sur le territoire national, et de leurs très grandes disparités « éducatives » *

          * en supposant que ce soit le cas, et non de la garderie déguisée.
          Rythmes scolaires : « Les activités périscolaires c’est tout simplement de la garderie »
          .
          et nul ne peut se dispenser d’appliquer une loi ...

          Oui dans le cadres des écoles publiques, mais ce n’est pas exact pour les écoles (dites) privées * (en fait quasiment toutes sont sous contrat d’association avec l’Etat) qui ne sont pas tenues d’appliquer cette réforme qui concerne les communes, et dans leur quasi totalité (à ma connaissance), elles s’abstiennent de la mettre en place. Par quel artifice juridique(?) une commune pourrait-elle d’ailleurs décider de s’immiscer et de les organiser dans des lieux (scolaires) privés ...
          * environ 13,5 % des enfants dans le primaire, pour 86,5 % dans le public
          .
          Il est nécessaire de rappeler que ces activités sont  « facultatives », mais que les familles prises en otages pour différentes raisons (professionnelles, ou d’éloignement géographique de leur domicile) n’auront d’autres choix que d’inscrire leurs enfants à ces activités.
          Les taux de fréquentation à ces activités seront donc très variables suivant les lieux, horaires, tarifs pratiqués ici ou là
          Au final, la loi est destinée à s’appliquer aux communes et non aux écoles, ni aux familles

          En fait on peut dire que les préposés et services scolaires des mairies (pas forcément compétents en matière de pédagogie et d’organisations) auront été mis étrangement sous tutelle directe du Ministère de l’Éducation Nationale, et sommés d’exécuter la prise en charge et la réalisation de ces activités « péri-éducatifs »
          .
          L’Ecole, pas celle du grand bazar des activités péri-scolaires, la vraie, celle qui dispense un même programme d’enseignement national évalué par des inspecteurs d’académie, fonctionnera-t-elle mieux suite à cette réforme ?
          qui vivra verra ...
          pas impossible non plus que ce sujet éminent politique devienne sous peu (2017 n’est plus loin), l’os à ronger que se disputeront quelques opposants au PS


          • C'est Nabum C’est Nabum 26 septembre 2014 17:48

            njama


            À vous lire, l’inconsistance de ce texte est encore plus flagrant

            Merci 

          • Ruut Ruut 26 septembre 2014 15:40

            Pourquoi ce ne sont pas les personnes impactées qui valident ou invalident une telle loie ?
            Si la loie est bonne, elle est facilement acceptable.
            Sinon elle doit être revue.


            • C'est Nabum C’est Nabum 26 septembre 2014 17:49

              Ruut


              Cela serait ainsi dans une démocratie

              Vous voyez le chemin qu’il nous reste à accomplir

            • JMBerniolles 26 septembre 2014 20:26

              Cette réforme s’inscrit dans la démolition systématique de l’école républicaine de Jules Ferry, notamment décidée à Lisbonne en 2000 avec L Jospin.


              Ceci, combiné avec les problèmes familiaux de familles recomposées par exemple, interdit quasiment aux enfants de familles défavorisées d’avoir le tremplin de la réussite scolaire.

              Globalement il s’agit d’empêcher l’éducation de donner aux élèves les moyens de réfléchir seuls.
              On les conduit vers des formations cloisonnées, le socle général sciences, littérature, histoire est réduit. Cela fait partie d’un plan de domination des individus digne d’Orwell.

              Cette réforme à aussi des effets très pervers :

              * Le premier est la remise en cause de la condition première de l’enseignement. C’est à dire que pour apprendre il faut faire des efforts aussi doué soit-on. La réforme introduit le loisir dans l’école, remettant en cause ce principe qui en a déjà pris pas mal avec le laxisme, l’absence de vrai contrôle [j’ai vu des enfants qui ne savaient pas lire envoyés au collège. D’autres ne comprenaient pas ce qu’ils lisaient]

              * Le deuxième est l’ambiguïté de ces activités avec celles des éducateurs sportifs qui eux ont une véritable mission d’éducation : effort sportif, acquisition de la coordination, évolution en équipe... 

              * Le troisième point est assez incroyable. Alors que l’on recrute les professeurs des écoles à partir d’un haut niveau d’études, Maitrise, avec un concours au niveau très relevé, de même pour les éducateurs sportifs qui ont aussi leur concours, on confie les élèves à des éducateurs qui ont le BAFA pour ces activités de 4 à 6 heures par semaine tout de même. Certains de ces éducateurs peuvent être très biens, mais le niveau du BAFA est insuffisant comparé à ce que l’on demande aux prof des écoles et aux éducateurs sportifs.

              • C'est Nabum C’est Nabum 26 septembre 2014 21:25


                  • Remarquable anlayse. Que dire de plus ? 
                    Nous paierons au prix fort les trahisons du PS

                • JMBerniolles 26 septembre 2014 21:34

                  Merci. Aussi de traiter ce sujet très important.

                  Je suis très inquiet pour l’avenir de notre jeunesse.

                  Oui c’est exact, il s’agit de trahisons.
                  Plus générelement celle de nos élites. 

                • C'est Nabum C’est Nabum 27 septembre 2014 06:20

                  JMBerniolles


                  Les élites ne trahisent pas, elles servent d’autres maîtres ...

                  Il ne faut pas les déconsidérer de la sorte, elles savent parfaitement ce qu’elles font. Malheureusement, elles font contre le peuple !

                • njama njama 26 septembre 2014 22:14

                  On ne pourra pas faire de procès aux mairies (du moins certaines) de n’avoir pas essayé de mettre en oeuvre cette réforme abracadabrante digne des shadocks ainsi qu’en témoignent cette volonté communale à Lille, et ces appels à candidatures pour pourvoir les nécessités de la mise en place de cette réforme

                  Un job dans les NAP (Nouvelles Activités Périscolaires) pour la rentrée 2014 ?
                  http://inforum.univ-lille3.fr/2014/05/un-job-dans-les-nap-nouvelles-activites-periscolaires-pour-la-rentree-2014/

                  mais quelle viabilité sur le moyen ou long terme ?

                  Inforum : A qui s’adressent ces postes ?

                  Les postes proposés s’adressent principalement à des étudiant-e-s inscrit-e-s actuellement en licence 2 minimum et si possible titulaires du BAFA. Maintenant, il n’est pas obligatoire d’avoir le BAFA, c’est l’intérêt pour le poste qui prime avant tout !

                  Inforum : Pour ces postes, quel est le taux de rémunération et la durée du contrat de travail ?

                  Il s’agit d’un contrat d’une année sur une base d’un taux horaire de 14 euros / l’heure
                  ---------------------------------

                  même en admettant que la candidature soit retenue sur 2 postes, voire 3 postes dans différentes écoles, soit de 6 à 9 heures pas semaine environ ... et (6 - ou 9 x) x 14€ brut soit de 84 à 126 € brut par semaine pas de quoi jubiler, ni assurer les fins de mois, pas plus que d’envisager de rester en fonction bien longtemps sans chercher meilleure fortune ailleurs ...

                  Sans même parler de la qualité des interventions « péri-scolaires » des uns ou des autres, ni préjuger de leurs compétences et bonne volonté de concourir à une bonne éducation sereine de nos chères têtes blondes, la pérennité de ce système est-elle simplement crédible ?


                  • njama njama 26 septembre 2014 22:47

                    J’ajouterai que les conclusions que j’expose juste ci-dessus étaient clairement prévisibles dès l’annonce de cette réforme sous Vincent Peillon ...


                  • C'est Nabum C’est Nabum 27 septembre 2014 06:31

                    njama


                    Un travail qui coute plus cher en transport qu’il ne rapporte, le PS a osé.
                    Rien à ajouter 

                  • Seb GJ 27 septembre 2014 00:22

                    Bravo et félicitation pour cet article ! 

                    Si on ne fait rien ils vont détruire le peu qu’il reste d’une école gratuite, laïque et égalitaire pour tous ! 

                    Pour lutter contre cette réforme rejoignez le mouvement des Gilets Jaunes : www.giletsjaunes.org

                    • C'est Nabum C’est Nabum 27 septembre 2014 06:24

                      Seb GJ


                      Merci 

                      Je préfère m’exprimer à titre indivuduel. C’est ainsi que je pense le mieux agir. Je sais ce choix discutable mais c’est le mien.

                      Ce qui ne signifie pas que je compte renoncer à défendre notre école ! 

                    • France Républicaine et Souverainiste Signal d’alarme 27 septembre 2014 13:33

                      Cette réforme n’a qu’un but : transformer les écoles en garderies sociales et transformer les institutrices en animatrices....


                      • C'est Nabum C’est Nabum 27 septembre 2014 13:41

                        Signal d’alarme


                        De toute manière, pour le salaire qu’elles reçoivent ...

                        • Ruut Ruut 16 octobre 2014 17:09

                          Pourquoi les ministres n’ont pas l’obligation de mettre leurs enfants dans l’école publique pour montrer l’exemple et l’excellence de cette école ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès