• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Sauvés par l’écorce

Sauvés par l’écorce

Nous ignorons pour la plupart d’entre nous que l’écorce des arbres fait partie de notre vie de tous les jours.

Bien sur, personne n’ignore les propriétés du liège, dont le chêne du même nom nous procure les bouchons qui ferment hermétiquement nos bonnes bouteilles, mais qui sait que ce même liège protège aussi la vie du chêne lors des incendies ?

Savez vous que nous mettons l’écorce d’un arbre dans notre cuisine ?
La cannelle, écorce du cannelier, fait en effet merveille pour parfumer les tartes aux pommes, et autres pains d’épices.

L’écorce est essentielle dans la préparation du cuir, puisque le Tan, extrait de l’écorce des chênes permet de tanner le cuir.

Les fibres de l’écorce du Tilleul servent à fabriquer des textiles, et les écorces du mûrier à papier et du lokta permettent de faire du papier.

Les amoureux des orchidées se servent aujourd’hui de l’écorce des séquoïas afin d’y faire pousser leurs chères fleurs, et les indiens utilisaient l’écorce des bouleaux pour faire des embarcations.

Mais il y a surtout l’écorce qui soigne :
Il semble que l’on doit la découverte de l’aspirine à un pharmacien, Pierre Joseph Leroux, qui vivait au 19ème siècle à Vitry le François, et connaissait l’utilisation de l’écorce de saule blanc comme fébrifuge. Voici un lien pour tenter de la fabriquer à votre tour :
http://www.uicchampagne-ardenne.fr/Utilisation-medicale-de-l-ecorce

Les animaux connaissent parfaitement les bienfaits que procure l’écorce puisque les ruminants n’hésitent pas à la ronger pour se soigner ?

L’écorce du quinquina, dont on extrait la quinine n’est pas une nouveauté, mais qui sait que l’écorce du Manguier permet de soigner le paludisme ?

Le bambou est remarquable : cette véritable source de silice permet une meilleure solidité des os, évite les ongles et cheveux cassants, soigne les douleurs articulaires et les règles douloureuses.

L’alcaloïde extrait de l’écorce du Prunus africana est utilisé pour soigner la prostate.
Comment ne pas évoquer aussi le cas de l’écorce du Lapacho, arbre d’Amérique du Sud. Elle élimine les toxines, stimule le système immunitaire, et permettrait de traiter le cancer.
http://www.fibrochat.net/rubrique,lapacho,1090715.html

On a aussi découvert que l’écorce de l’If dont on a isolé une substance : le taxol, synthétisée pour la première fois en 1994 est la base d’un nouveau médicament utilisé contre les cancers du sein et des ovaires.

Et ce n’est pas tout.

Des chercheurs de l’institut de pharmacognosie de l’université de Vienne, en collaboration avec l’institut de chimie et de technologie pharmaceutique de l’université de Graz et de l’institut de recherche biomédicale Wolfson de Londres ont découvert récemment que l’écorce du Trichilia Catigua ou Catuaba, (plante exotique utilisée dans la médecine traditionnelle brésilienne) permettrait de lutter contre l’impuissance sexuelle.
cette découverte a été publiée dans le magazine spécialisé « planta médica ».
Selon les chercheurs, les extraits de Catuaba ont un mécanisme d’action sur l’organisme très différent du viagra.

Une autre espèce intéresse les scientifiques : l’arbre Chione Venosa dont les extraits utilisés dans les préparations médicales traditionnelles contiennent des iridoïdes qui ont des effets physiologiques importants chez les êtres humains.
(voir le bulletin electronique Autriche N° 53 rédigé par l’ambassade de France en Autriche consultable sur www.bulletins-electronique.com)

Mais le plus intéressant reste à venir :

L’homme moderne pense toujours être à la pointe de la technologie.
Il pourrait bien pourtant avoir été devancé par nos ancêtres Néandertaliens.
En effet, deux chercheurs de l’université de Burnaby, au Canada, ont découvert en 2003 que l’homme de Néandertal consommait l’écorce des arbres.
Ils fondent leur affirmation sur l’observation qu’ils ont fait de différents outils fabriqués par nos grands ancêtres, datant de plus de 50 000 ans et utilisés pour enlever l’écorce interne des pins et des mélèzes, laquelle est très nutritive.
http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=3775

Comme disait un vieil ami africain :
 « Celui qui a planté un arbre avant de mourir n’a pas vécu inutilement ».

Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • morice morice 10 février 2009 14:35

     j’avais cru lire "sauvé par les Corses" Je me disais aussi...


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 février 2009 17:26

      Morice,
      c’est vrai que j’y ai pensé un peu aussi,
      pour l’instant notre naboléon national n’est pas tout à fait à la hauteur de la situation, non ?


    • maxim maxim 10 février 2009 14:59

      ah je me demandais pourquoi on m’appelle Rocco l’infatiguable ! j’ai un Catuaba sur mon balcon et je grignote l’écorce !


      • olivier cabanel olivier cabanel 10 février 2009 17:28

        Maxim,
        au cas ou une défaillance viendrait quand même, je te conseille le gnamacoudji, une boisson malenkaise a base de gingembre... çà vaut le déplacement.


      • XF Xavier Faureste 10 février 2009 15:00

        Bonjour

        Article intéressant. Sujet original. L’application la plus intéressante est certainement le bouchon de liège qui sert à fermer nos bouteilles. 


        • K K 10 février 2009 15:51

          oui car pour le papier, on n’utilise pas l’ecorce de nos jours. C’est trop complique a blanchir car il y a trop de lignine.


        • olivier cabanel olivier cabanel 10 février 2009 17:30

          xavier,
          sauf qu’il semble que le bon liège devient de plus en plus rare, et qu’on a hélas recours a du liège reconstitué, ou meme parfois, un horrible bouchon en plastique, imitation liège.
          la France est perdue, et il ne faut pas compter sur sarko pour y remedier...


        • krolik krolik 10 février 2009 23:10

          Si vous relisez les "Voyages" d’Arthur Young, cet Anglais qui fit trois voyages en France pendant les étés 1787, 88,89 on peut y lire que :
          Arrivant dans le Vivarais il avait pu constater que les écorces des arbres avaient été mangées. La famine régnait. La pomme de terre de Parmentier n’avait pas encore relégué les famines aux souvenirs.
          @+


          • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2009 07:33

            Krolik,
            merci de cette information qui confirme que les anciens connaissaient déjà les bienfaits de certaines écorces, et bravo pour votre érudition...


          • Yohan Yohan 10 février 2009 23:17

            Nos amis mes arbres


            • Gasty Gasty 11 février 2009 08:51

              Quel sont les propriétés de la racine de pissenlit ??? smiley 


              • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 2009 11:16

                Gasty,
                le pissenlit, comme son nom l’indique, est diurétique,
                la racine encore plus que les feuilles,
                il fait du bien au foie qu’il nettoye, il augmente la quantité de bile, permettant au foie de travailler encore mieux, (une décoction de feuille fraîches double le volume de bile)
                il combat la constipation
                et il est recommandé pour soigner le diabète, la cellulite, dermatose, la goutte et les rhumatismes.
                c’est pour cette raison qu’au printemps, tout le monde aime se faire une salade de feuilles, çà nettoie bien l’organisme,
                seule contrindication, il ne faut pas l’utiliser en cas d’insuffisance rènale, ou cardiaque.
                et on risque à ce moment de sucer les pissenlits par la racine, sous une belle pierre tombale.
                pour une décoction, il faut 30 à 60 gr de racines et de feuilles fraîches par litre d’eau, on fait bouillir une demi heure, on laisse infuser 4 heures, et on boit deux verres d’eau entre les repas,


              • Gasty Gasty 11 février 2009 13:32

                Je n’avais pas fait le rapprochement.... et pourtant le nom parle de lui-même. La racine, maintenant je sais. smiley 


              • brieli67 16 février 2009 16:27

                et de son aspirine !

                ni de l’absinthe d’ailleurs ...... ET DE SA THUYONE

                oui
                dans les ifs !

                surtout et à bonne dose dans le Maté ou herbes des Jésuites.

                pour de la vraie Absinthe _Fée verte _ 
                ajoutez à l’ersaz du commerce
                actuellement en vogue un doigt de conconction de maté concentré


                • la_gata la_gata 7 mars 2009 01:46

                  l’ ecorce la plus important pour l’ humanité es l’ecorce de

                  Banisteriopsis caapi vous ne savez pas de quoi il s’agit ? bon elle sert a preparer une boisson nommée ayahuasca ou yagé .
                  boisson que malheureusement , en France , a été inscrite dans le registre des stupefiants depuis 2005 ..
                  mais partout ailleurs est connue pour etre un puissant enthéogène .

                  voici un article en français qui peut vous expliquer ..

                  http://arutam.free.fr/Ayahuasca.html







                  • Veilleur de Nuit 7 mars 2009 13:00

                    Bonjour Olivier Cabanel,
                    Merci pour ce joli panorama de recettes naturelles aux multiples zestes de fraîcheur. 
                    Il y a l’écorce qu’on utilise, et ce qui se cache sous l’écorce, tel ce joli clin d’oeil boisé de la photo qui illustre votre article.

                    De l’écorce poétique des choses ... et de leurs métamorphoses.
                    Myrrha, fille de Cinyras (roi de Chypre) accouche d’Adonis par une fente de son écorce.

                    Sous l’écorce de l’arbre à myrrhe, les larmes ...


                    "Cette espèce de Commiphora est un arbuste ou un petit arbre d’une hauteur d’environ 3 m, avec de nombreuses branches écailleuses, noueuses et hérissées d’épines.
                     
                    Les petites feuilles ovales caduques sont composées de trois folioles inégales.
                     
                    À la fin de l’été, l’arbuste se couvre de fleurs rouge-orangés, tandis que son tronc se boursoufle de nœuds.
                     
                    C’est de ces boursouflures que s’écoule la myrrhe, en petites larmes jaunes que l’on recueille une fois qu’elles ont séché."

                    On en fit des offrandes ou des boissons narcotiques :

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires