• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > [Strange and Funky Animal Photographer] Nicolas Gompel

[Strange and Funky Animal Photographer] Nicolas Gompel


Hemikyptha marginata, Nicolas Gompel


Difficile de ne pas donner suite à l’article de début de semaine sur les Membracides… Surtout quand l’un des auteurs de l’article de Nature a fournit la majorité des images de ces curieux insectes. Celles-ci permettent d’une part de s’apercevoir de l’incroyable diversité morphologique de ces curieuses bébêtes, mais également de mettre en valeur les talents de photographes de Nicolas Gompel qui mérite bien ici qu’on lui dédie un article en tant que Strange and Funky Animal Photographer !
Commençons par un petit panel de ses plus beaux clichés de Membracides (glissez la souris sur les images pour avoir le nom de l’espèce) :

Gigantorhabdus, Nicolas Gompel

Bocydium sp, Nicolas Gompel
Membracis sp, Nicolas Gompel

Heteronotus, Nicolas Gompel

sphongophorus, Nicolas Gompel

Sphongophorus, Nicolas Gompel

Cladonota, Nicolas Gompel
Cyphonia clavata, Nicolas Gompel

Oeda, Nicolas Gompel
Nicolas Gompel n’utilise pas un matériel courant… Pour réaliser ces images, il utilise un microscope de dissection équipé d’une caméra JVC 3 qui de base, n’est pas à la portée de tout le monde, mais qui est surtout contrôlée par un logiciel appelé Automontage et qui réalise des séries de photos puis les assemble pour optimiser la netteté du cliché.
C’est un peu ce que réalise le photographe Tomas Rak avec son logiciel Zerene Stacker et son plan de travail en légos…
Nicolas Gompel et Benjamin Prud’homme ne travaillent pas seulement sur les Membracides. A vrai dire, ils sont plutôt portés sur les mouches et ont déjà publié un article très important en Evo-Devo sur l’origine de la diversité des pigmentations d’ailes de mouches… Dit comme ça, ça peut sembler rébarbatif, mais illustré comme ça :

Différentes ailes de mouches Acalyptratae, Nicolas Gompel

… C’est tout de suite plus la classe ! Je suis certain que la plupart d’entre vous ne soupçonnait pas à quel point les mouches pouvaient avoir des ailes aussi élégantes !

Drosophila melanogaster Drosophila biarmipes Drosophila guttifera, Nicolas Gompel

Mais saviez vous que certaines mouches étaient également dotées d’yeux fabuleux ?

Orthonevra nitida, Nicolas Gompel
Orthonevra nitida, Mâle à gauche, Femelle à droite, Nicolas Gompel
Mais Nicolas Gompel est également affecté du même travers que JBS Haldane attribuait au Créateur à savoir an inordinate fondness for beetles (le Créateur, s'il existe, a une passion démesurée pour les coléoptères !) :

Anatis mali, Nicolas Gompel

Ptilinus sp., femelle à gauche, mâle à droite, Nicolas Gompel


Anthrenus sp., Nicolas Gompel

Byrrhodes sp., Nicolas Gompel

Cucujus clavipes, Nicolas Gompel
Glischrochilus sanguinolentus, Nicolas Gompel

Rismethus squamiger, Nicolas Gompel

Adéridés Nord-Américaines, Jeff Gruber & Nicolas Gompel 2005



Adéridés Françaises, Jeff Gruber & Nicolas Gompel 2007

Vous pouvez le constater, l’Art n’est jamais très loin de la Science…


Liens :
Nicolas Gompel
Nicolas Gompel sur Flickr
Nicolas Gompel sur BugGuide


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • democraphile democraphile 28 septembre 2011 18:32

    Ces photos sont aussi magnifiques que rares. Une petite précision sur le procédé qui est utilisé en macrographie « extrême » (qui semble avoir été utilisé par Nicolas Gampel) pour ceux qui voudraient essayer ! C’est du « Focus Stacking », le principe consiste à prendre des clichés sur des plans de netteté différents et à les recomposer ensuite par l’informatique. On trouve des logiciels gratuits sur le Net pour faire ça. Ce commentaire n’enléve en rien la prouesse de ces clichés mais vous pouvez essayer avec un minimum de matériel pour occuper vos longues soirées d’hiver.


    • Annie 28 septembre 2011 20:50

      C’est vrai que les photos sont magnifiques, mais je me demande : ces insectes n’ont-ils pas des espèces de scoliose (au cas où ils auraient une colonne vertébrale). Comment font-ils pour rétablir leur centre de gravité ? Et comment est-il possible, si la théorie est celle de la croissance d’une paire d’aile supplémentaire, que cette paire d’ailes qui est disproportionnée par rapport à leur corps les handicape plus qu’autre chose parce que complètement inutile ? Il ne s’agit pas comme les princesses Eugénie et Béatrice de juste enlever leur chapeau après la cérémonie.


      • Annie 28 septembre 2011 21:31

        Bonsoir Perseus,
        Cela suppose que les femelles aient été capable d’établir une relation entre la queue des paons et leurs prouesses sexuelles. J’aime bien Darwin, mais je ne sais pas si je le suivrais sur cette avenue.


      • Annie 28 septembre 2011 22:21

        La théorie de Darwin n’est que la théorie de Darwin. Les théories qui sont construites le sont autour des connaissances qui ont été acquises jusqu’ici. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Taupo

Taupo
Voir ses articles







Palmarès