• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Toronto rend hommage à son brigadier

Toronto rend hommage à son brigadier

En cette journée d’hiver, plus d’un millier de personnes se sont réunies dans la Ville-Reine pour venir rendre un dernier hommage à Brigadier. Ce devait être des funérailles intimes. Seuls les représentants de la police de Toronto et du gouvernement provincial de l’Ontario devaient être présents, et également quelques amis de longue date comme l’agent Kevin Bradfield, son collègue de travail avec lequel Brigadier avait noué des liens très forts. Personne ne s’attendait à un tel rassemblement, alors devant l’afflux, les autorités ont finalement décidé de déplacer l’évènement.

Selon les témoins, l’accident s’est produit très vite. Pesant plus de 680 kilos, Brigadier n’a pas pu éviter le véhicule qui lui a littéralement fracturé les jambes, le catapultant dans les airs. Ça ne l’a malheureusement pas tué sur le coup. Le 24 février dernier, une balle de police a mis fin à sa vie, pour apaiser ses souffrances.

Brigadier est mort durant l’exercice de ses fonctions, et qu’il soit un cheval, cela importe peu. Tous les policiers de Toronto s’accordent à dire que Brigadier mérite des obsèques solennelles. Dix jours après le drame, la population s’est déplacée pour honorer ce souhait. Lundi 6 mars 2006, des dignitaires, des agents de la paix ou de simples amoureux des chevaux se sont déplacés afin de dire adieu au « vrai héros ».

« Je suis ici pour dire au revoir à mon partenaire, et lui dire qu’être en selle ne sera plus jamais pareil », a déclaré en larmes Kevin Bradfield. L’agent se souviendra encore longtemps de sa chute qui lui donne toujours des douleurs au dos, aux côtes et au cou, mais sans la présence de « Brig », comme il aimait le surnommer affectueusement, le chauffard l’aurait sans aucun doute tué. « Je lui serai éternellement reconnaissant de son ultime sacrifice ».

Durant la cérémonie, la selle et la bride de Brigadier ont été déposées sous un grand portrait du cheval que des officiers en uniforme ont escorté dignement. Accompagnée de sa fille, la Torontoise Patricia Govaerts ne pouvait s’empêcher d’exprimer sa tristesse : « Nous sommes venues honorer les valeurs du cavalier et de son destrier ».

L’émotion était palpable. Beaucoup se souviennent encore de la fin tragique de Cargo. Deux mois auparavant, le chien de police de la ville de Vancouver était mort écrasé par un wagon de train alors qu’il pourchassait un suspect en fuite. Dès l’annonce de la perte de Brigadier, des dizaines de milliers de cartes, de lettres et de courriers électroniques de condoléances ont déferlé aux différents postes de police de la ville.

« Les chevaux, comme les êtres humains, ont une personnalité, pour cette raison nous regretterons terriblement l’absence de Brigadier », a assuré l’aumônier des forces de police de Toronto, Walter Kelly. Même si certains adultes pouvaient continuer d’en douter, les funérailles du cheval ont convaincu les enfants présents que Brigadier est aujourd’hui au paradis.


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • carl (---.---.224.173) 10 mars 2006 20:42

    drole d’histoire


    • Henry Moreigne Henry Moreigne 11 mars 2006 18:29

      Bel article ! heureusement qu’en europe on n’a pas le même cérémonial pour nos poulets lol

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès