• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Tourments et désagréments

Tourments et désagréments

Le livreur ne donne pas signe de vie

Déjà trois jours qu’il aurait dû donner signe de vie. Mais que fait ce maudit livreur ? Je suis dans tous mes états, je tourne telle une bête sauvage, j’ai l’humeur massacrante et bien plus encore. Il ne fait pas bon m’approcher, l’ours grogne et montre des dents d’autant plus qu’il est enfermé là, dans sa demeure à attendre vainement l’appel du coursier.

Voilà la punition pour celui qui n’a pas de portable. Il ne peut quitter son domicile ne serait-ce que pour se rendre chez le boulanger ou bien au fond du jardin. La pelouse attendra, tout comme la haie, que ce maudit transporteur daigne enfin tenir son engagement. Pire encore, je ne peux le joindre, ignorant tout de ses coordonnées, je suis pris au piège comme un rat dans le meilleur des cas.

L’hypothèse la plus défavorable étant alors que je suis victime d’une arnaque, que le livreur et l’imprimeur ont joué les filles de l’air pour entourlouper joyeusement. Ce serait alors le drame et le camouflet pour ce livre qui nous a demandé tant de temps, d’efforts et d’énergie. Nous l’attendions tel le messie et même la septième merveille du monde et lui disparaît dans les arcanes du fret routier.

Je suis en train d'échafauder des hypothèses qui ne tiennent pas debout. Je perds la boule à avoir ainsi passé tout ce temps à surveiller un téléphone qui reste aphone. J’ai la tête prête à exploser moi qui, en d’autres circonstances, ne fais jamais appel à ce genre de livraison. Je suis foncièrement hostile à ce système de messagerie, à ces grands mouvements erratiques qui mettent sur la route des camionnettes furieuses pour livrer à domicile des quidams en mal de déplacement.

Savez-vous que fixer ainsi un téléphone rend chèvre ? Comme une biquette qui tourne autour de son piquet pour brouter un cercle restreint quand toute la prairie s’offre à son regard. Je rumine ma rancœur pour ce professionnel de la route qui a même osé prétendre à son commanditaire qu’il m’avait donné un rendez-vous par téléphone. Quel culot ! L’envie me prend de lui botter le train si jamais il vient jusqu’à moi.

J’entends déjà les rieurs qui se gaussent de ma mésaventure. Certains espèrent même que l’aventure du roman à quatre mains se termine dans le plus effroyable fiasco. Depuis le temps que je vous bassine avec cette expérience, que l’affaire tombe à l’eau ne serait qu’un caprice de langage. Prenez bien garde que je ne vole pas dans les plumes des rieurs, je suis à bout de patience, incapable de raisonner ni même de me raisonner.

La seule thérapie que je connaisse constitue à prendre le clavier et à frapper les touches de doigts vengeurs pour débiter mes tourments et évacuer ma bile. Je vous prie de m’excuser de faire de vous les témoins passifs et innocents de mon courroux. Je vais mieux depuis que je vous narre la farce qui tant qu’elle n’a pas tourné à la tragédie peut encore être décrite.

Les supputations les plus folles vont bon train. Mais si j’étais le dindon de la farce ? Je connais un autre volatile qui se poilerait. Voilà bien ce qui advient à qui veut jouer au plus malin, ce que d’ailleurs je n’ai jamais été. Toutes mes expériences attestent de ma maladresse tout autant que de mon incapacité chronique à mener convenablement ma barque. Même quand je prends un canoë, il pleut des cordes sur le trajet.

Je laisse en suspens ce billet d’humeur. L’ironie pousse les analogies à leur comble. Ce maudit transporteur porte le sigle TNT et c’est moi qui suis en train d’exploser. Mais qui donc est de mèche avec lui ? La nouvelle va se répandre comme une traînée de poudre dans le Landerneau ligérien ; règlement de Conte sur la Loire a sombré corps et biens entre l’imprimerie et cet insupportable cabot. Pourvu que je me trompe, laissons passer une nuit de plus sur cette angoisse incommensurable.

Une semaine plus tard, le mystère enfin se déchire. Le sus-dit transporteur a trouvé route barrée, chose qui durera longtemps encore dans ce quartier en rénovation et a fait demi-tour sans demander son reste. Nul appel téléphonique durant une semaine avant qu’il se décide à affronter les nids de poule et autres facéties semées sur le chemin. Le Livre est désormais entre nos mains et il ne reste plus qu’à vous le proposer à la vente, sous le manteau bien sûr, loin des réseaux officiels.

N’hésitez pas à nous contacter. Il est en vente pour la modique somme de 15 euros et nous vous demanderons une participation de 3 euros si vous souhaitez le recevoir par la poste. À bientôt j’espère.

Livraisonnement vôtre.

Documents joints à cet article

Tourments et désagréments

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • juluch juluch 5 août 13:29

    Pour vous consoler de TNT....le titre d’un groupe phare !!  smiley



    • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 16:22

      @juluch

      Merci

      Je suis consolé depuis


    • La mouche du coche La mouche du coche 5 août 22:23

      A propos de la Loire. J’y vais presque chaque année (j’y suis en ce moment ) et je me dis à chaque fois que le bord de la Loire, qui est magnifique, serait le paradis total s’il n’y avait pas deux routes la longeant qui la gâchent un peu. C’est vraiment dommage. Si vous pouvez faire quelque chose...


    • Aristide Aristide 5 août 15:45

      Tout cela pour nous annoncer que l’on peut acheter son livre ... Nul besoin de ce prétexte assez ridicule du livreur en retard. Allons, TNT dispose d’un outil sur internet qui existe pour tous les transporteurs d’ailleurs, le suivi de colis, un numéro de colis et on sait sur le site où et quand sera livré le colis. On peut même choisir le lieu de dépôt du colis en cas d’absence, ces fameux relais colis les plus proches qui stockent vos colis pour que vous veniez les récupérer quand vous serez libre.


      Bon, il s’agissait ici d’enrober sa publicité dans un fatras assez ridicule de livraison ....

      • Robert Lavigue Robert Lavigue 5 août 16:11

        @Aristide

        Vous ne voudriez quand même pas que M. Orléans s’abaisse à faire comme le commun des mortels ?
        C’est un nartiste, c’est un nauteur ! Il a des droits !


      • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 16:23

        @Aristide

        Les astuces de l’écriture pour un pauvre bougre en mal de reconnaissance


      • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 16:23

        @Robert Lavigue

        Le droit d’être méprise par votre hauteur


      • Aristide Aristide 5 août 16:26

        @Robert Lavigue

        Cela devient assez préoccupant tout de même qu’il prenne à ce point les lecteurs AV pour des zozos qui avaleraient ses mensonges de vendeur de bagnoles maquillées. 

        A chacune de ses histoires vraies à dormir debout, il essai de nous fourguer ses oeuvres. La rencontre plus que douteuse d’un gueux à qui il promet son « bouquin dès qu’il aura de l’argent », SIC. Et maintenant son histoire de livreur assez mal fagotée pour tenter encore de nous refourguer son bouquin.



      • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 17:10

        @Aristide

        Demandez ma radiation de l’endroit

        Votre détestation a besoin de cela pour trouver la paix


      • Aristide Aristide 5 août 17:43

        @C’est Nabum


        En l’occasion, c’est tout de même vous qui prenez tous les lecteurs pour des zozos tout justes bons à avaler vos élucubrations.

        Sans vouloir vous faire de peine, la détestation est un sentiment bien trop important pour avoir à faire avec vos petites mesquineries assez ridicules. J’hésite ... je dirais plutôt que j’ai de la peine de vous voir capable de telles minuscules manipulations pour vendre vos ... créations.

      • Robert Lavigue Robert Lavigue 5 août 17:48

        @Aristide

        Cela devient assez préoccupant tout de même qu’il prenne à ce point les lecteurs AV pour des zozos...
        Prendre ses clients pour des gogos est dans l’ordre naturel des choses dans les cercles humanistes que fréquente M. Orléans...

        A chacune de ses histoires vraies à dormir debout, il essai de nous fourguer ses oeuvres.
        Business as usual.


      • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 22:11

        @Aristide

        Je ne suis qu’un misérable indigne de votre intérêt

        Passez donc votre chemin


      • C'est Nabum C’est Nabum 6 août 08:36

        @Aristide

        Puisque vous le dites


      • Aristide Aristide 5 août 18:10

        Si vous aviez la moindre once de lucidité, vous conviendriez que Robert et moi font un buzz du tonnerre autour de votre illustre personne.


        Vous devriez être reconnaissant de notre attention soutenue envers vos articles.J’ajouterais que ce n’est pas sans mal tellement il faut se faire violence pour les lire sans tomber du nez ou abandonner après deux lignes.

        Pour ma part, c’est aussi la curiosité qui me pousse à voir jusqu’où vous irez dans votre errance sur ce site.



        • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 22:12

          @Aristide

          C’est bien pourquoi je vous réponds toujours
          Vous avez toute ma gratitude


        • marmor 5 août 19:15

          Nabum, je n’écrirai qu’un mot : pathétique !


          • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 22:13

            @marmor

            C’est excessif comme adjectif


          • Xenozoid Xenozoid 5 août 19:40

            c’est qui,nous ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès