• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Un instrument à vent, à effet de serre

Un instrument à vent, à effet de serre

Chez un bouquiniste d’un quai de la Seine, je trouve, un jour, Curiosa, une petite revue de 2è rayon, depuis longtemps disparue. Pour ne pas aggraver l’indécence ambiante et contenir l’ordre public dans le désordre que vous connaissez, je retire aussitôt du commerce, pour une somme modique, cet opuscule licencieux. L’âme et le corps blindés par 30 ans d’apostolat au service de l’humanité décatie, je me plongeais derechef dans l’étude des cas cliniques éloquemment exposés et plaisamment illustrés. Un des articles, je m’en souviens, parlait de la pétomanie dans son expression artistique. Cet art musical fort prisé de nos aïeux a disparu aujourd’hui victime de l’évolution des goûts, d’un changement alimentaire et, aujourd’hui, des écologistes radicaux qui prétendent qu’il nuit à la couche d’ozone.

Je rangeai cet illustré désuet dans mon cabinet des curiosités. Son souvenir fut réactivé par l’additif opportun fait par Gasty en juin dernier à la série remarquable d’articles de Don Léon sur les instruments insolites. Musicologue que je déclare d’utilité publique, Gasty le magnifique comblait un oubli en attirant l’attention sur un instrument - certes primitif car remontant à la genèse de la vie mammiférique - mais dont l’universalité ne peut être niée. Avec une technicité qui n’excluait pas la délicatesse, il remettait à sa place l’instrument injustement écarté. Des censeurs n’aimant pas la World music l’ont écarté des colonnes du média citoyen. Les vrais mélomanes furent chagrinés par cet ostracisme malsonnant. Pour ma part, impressionné par le courage qu’il a fallu à Gasty pour sortir de l’oubli et aussi de l’opprobre, avouons-le, l’instrument, j’avais tenu à le remercier en apportant une contribution certes modeste mais autorisée par une expertise ancienne sous forme d’un témoignage que je tiens à la disposition de Mireille Dumas. J’y exprimais tout ce que j’en sais et puis en dire :

« Je me permets d’ajouter quelques compléments à votre belle défense et illustration. Autoportable, il ne se fait pas remarquer. C’est aussi le seul instrument qui permet de s’applaudir soi-même. Un détail peu connu : il a failli connaître la gloire avec Karajan à la Philharmonique. Il avait voulu introduire, dans les instruments à vent, un pétomane à la sonorité exceptionnelle. Le syndicat des grosses caisses refusa. Lé méthane dégagé aurait perturbé les vibrations du xylophone. L’artiste repoussé sombra dans les drogues dures. Le charbon de Belloc lui fit perdre son talent. On n’en entendit plus parler.

Mitzou-Mitzou, des Nuls, avait réussi à rendre populaire et montrait - en gros plan – le musicien au travail. On se rendait bien compte que seul un artiste complet peut y réussir. L’effort s’accompagne d’une mimique expressive qui épouse toutes les subtilités de la partition. Ce doit être un athlète car l’effort exige des abdominaux d’acier. C’est aussi un instrument capable de tout : à l’opéra, à lui seul il simulera l’orage dans tous ses vibratos ; dans le lieder, il enrichira le piano car, parfumé éventuellement à la marjolaine, il enveloppera l’atmosphère de la suavité romantique qui incline à l’abandon des sens.

J’aurais aimé pouvoir l’opposer au rot, son équivalent antipodique. Cette éructation mal sonnante, émanation délétère d’un estomac maladif. Bref, incongru, involontaire, remarquez le petit « Oh pardon ! » confus qui le ponctue, les doigts sur la bouche pour l’étouffer, à l’opposé de la mine satisfaite, joviale, détendue et le soupir d’aise qui conclut la partition réussie.

Mais le temps presse et je dois m’interrompre, appelé par une répétition urgente.
Votre dévoué… etc ».

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • norbert gabriel norbert gabriel 23 août 2008 11:52

    Salut
    il me semble que cet article documenté et parfaitement écrit aurait beaucoup plu à Brassens, qui en aurait sûrement fait une chanson ...
    Je vais le classer ’(l’article) dans l’excellente série sur les instruments bizarres... 
    Il ne faut jamais rater une occasion de s’instruire.
    Cordialement
    Norbert Gabriel


    • norbert gabriel norbert gabriel 23 août 2008 12:05

      j’ai visité le blog avec plaisir, (et le facteur en croute de sel ? c’est moins bon que le pigeon, mais plus copieux)
      mais je n’ai pas trouvé le moyen de laisser un commentaire, je suis un peu primaire, mais je me soigne...


    • HELIOS HELIOS 23 août 2008 22:38

      Avait il inventé le string, a cette epoque ? Le seul instrument a vent ne possedant qu’une seule corde....
      Vive la musique


      • SANDRO FERRETTI SANDRO 27 août 2008 10:13

        Toujours un plaisir de vous lire, Doc.
        Un instant, j’ai cru que ca allait déraper, conscience professionnelle oblige, vers les vents des flatulences, mais non...


        • Gasty Gasty 3 octobre 2008 22:27

          Merci Dancharr de votre participation à la réabilitation de cet instrument.

          Je viens d’en prendre connaissance aujourd’hui au hasard d’une recherche.Etant en vacances durant cette période, preuve que les écrits restent et réaparestent un jour ou l’autre.

          Gasty  smiley



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès