• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Un petit lait plein d’énergie

Un petit lait plein d’énergie

Au moment où l’industrie laitière connait quelques problèmes, des filières qui pourraient sauver la mise sont encore très méconnues.

Lors de la fabrication du fromage, il reste un produit dont les fromagers ne savent souvent que faire, à tel point que des entreprises venaient proposer leurs services pour les en débarrasser, le petit lait.

Il faut remonter à l’ancienne Égypte pour découvrir les premières traces archéologiques de la fabrication du fromage, et il est probable que c’est la découverte de lait caillé dans l’estomac d’un animal qui a conduit les fromagers à ajouter de la présure au lait pour le faire cailler, afin d’en faire un fromage. lien

Or, lorsque la prise se fait, une partie du lait, appelée le lactosérum, dit aussi « petit lait », s’évacue des faisselles, et les utilisations de ce dérivé laiteux sont relativement restreintes.

Pourtant ce petit lait a de nombreuses propriétés, vu qu’il contient de nombreuses vitamines, des minéraux, du calcium...

Nos grands parents s’en servaient pour nourrir les cochons, mais aujourd’hui, d’autres solutions ont vu le jour.

Certains le boivent, sous forme de cocktails originaux, mélangés à des jus de fruits, même si l’expression « boire du petit lait » a une autre origine, d’autres s’en servent pour faire des crêpes, d’autres, parfois corses, adeptes de solutions économiques autant qu’écologiques, l’utilisent pour nettoyer leurs ustensiles. lien

Mais il peut aussi être intégré à une purée, ou servir à faire des brioches, des pains, remplaçant ainsi la levure et le lait permettant ainsi de fabriquer des pâtisseries d’une belle couleur dorée.

Toutes ces utilisations sont bien sûr intéressantes, mais les fromageries n’ont généralement pas d’autres solutions que de s’en débarrasser, vu la quantité de petit lait produit, même si certaines le revendent à Lactalys qui le transforme en « poudre de lait » en échange de quelques centimes. lien

L’appellation « poudre de lait » n’a évidemment rien à voir avec celle de « lait en poudre ». lien

C’est lors du tournage d’un documentaire, dans lequel j’officiais en temps qu’intervieweur, que je me suis retrouvé à l’Abbaye de Tamié, laquelle, par moines interposés, produit le fromage du même nom, et que j’ai découvert comment les moines cisterciens avaient contourné la difficulté, et tourné à leur avantage l'utilisation de tout ce petit lait souvent perdu.

Par les années passées, une entreprise venait les en débarrasser, et leur donnait quelques sous par-dessus le marché, jusqu’au jour ou elle n’a plus voulu payer et leur a demandé de l’argent pour les en débarrasser.

C’est alors que, dans les années 2000, les moines ont eu la lumineuse idée de transformer ce lactosérum en énergie, en le mettant dans un méthanisateur, lequel s’est mis à produire de l’électricité et de la chaleur, faisant réaliser à l’abbaye d’importantes économies.

Depuis cette innovation a fait des petits, et le célèbre Beaufort, ce grand fromage savoyard, a suivi le même chemin, à une échelle beaucoup plus importante.

L’usine Valbio, a couté 13 millions d’euros, permettant d’employer 10 personnes, produisant chaleur et électricité.

Couvrant une surface de 800 m², située à Albertville, elle récupère le petit lait de 600 producteurs locaux, et traite les 100 000 litres de petit lait généré, lequel produit 3 millions de kWh annuellement, ainsi que de la chaleur, répondant aux besoins de 1500 foyers.

le procédé est assez simple : des bactéries vont se nourrir du sucre et des sels minéraux composant le petit lait, et ainsi générer du biogaz par fermentation, qui sera utilisé pour produire eau chaude et électricité. lien

Depuis, une dizaine d’autres installations ont vu le jour, telle celle du Lot, de la fromagerie Baechler, situé dans la commune du Temple-sur-Lot, qui traite 5 millions de litres de lait par an, dont 4,25 millions de litres de petit lait et qui avec ses 2 digesteurs produit 200 000 m3 de biogaz qui au final se transformeront en 1 200 000 kWh/an. lien

Des progrès donc, et pourtant il reste beaucoup à faire, car dans le pays aux 1200 variétés de fromages, selon le CNIEL, (centre national interprofessionnel de l’économie laitière) les fromageries se comptent par milliers. lien

Pour fabriquer tous ces fromages, le ministère de l’agriculture a recensé pas moins de 3500 établissements de transformation de lait et produits laitiers, qui sont potentiellement autant de source de production énergétique...lien

Quand l’on songe que notre pays collecte annuellement 24,6 milliards de litres de lait, soit quasi autant de petit lait, une simple règle de trois, permet d’affirmer qu’il pourrait être transformé en quasi 30 milliards de kWh/an, ce qui est loin d’être négligeable quand l’on sait que notre pays consomme annuellement 475,4 TWh. lien

Entre les éoliennes qui prennent de l’ampleur, le photovoltaïque qui augmente son rendement, la technique qui progresse dans le domaine des batteries, notamment avec le VOSS, et toutes les autres énergies propres, on a de la peine à comprendre pourquoi ce gouvernement, et ceux qui les ont précédé, continuent à s’enfoncer dans une logique d’électricité nucléaire de plus en plus chère, et de plus en plus dangereuse.

Comme dit mon vieil ami africain : « l’oiseau né en cage pense que voler est une maladie  ».

Le dessin illustrant l’article est de l’auteur

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Les éoliennes sont dans le vent

L’électricité, c’est gratuit

Les énergies, c’est du propre

Après Totness, Feldheim

Totness enlève le haut.

Le caillou dans la chaussure

Un avenir radieux ou irradié

Sans transition, la chute !

L’énergie en partage

Il y a ceux qui nous pompent l’air…

Comment tourner la page du nucléaire, du pétrole et du charbon

Au pays du soleil, le vent !

De l’eau dans le gasoil

Roulez, roulez, petits plastiques

Faire le plein avec du vide

MHD, l’énergie cachée du futur

Quand les ordures se changent en or

Vive l’énergie positive

Sortir en douceur du nucléaire

Du pétrole sous les sabots

Energies propres en Suède

De la fuite dans les idées

L’imagination au pouvoir

Tel un avion sans kérosène

Rouler malin

D’autres énergies pour sortir de la crise

Au chaud sur la terre de glace

Simple comme l’eau chaude

Témoignage sur le photovoltaïque en France

Le plein de cochon à la pompe

Le nucléaire dépassé par des cochons

Déchets, de l’or dans nos poubelles

En France on a pas de pétrole, et pas d’idées non plus


Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 7 octobre 2016 10:29

    Cela fait plus de 65 ans qu’une entreprise suisse commerciale et exporte, y compris en France, une boisson composée, essentiellement de lactosérum.

    Le goût en est surprenant au départ, mais ensuite on apprécie. Très désaltérant après un effort physique.

    Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rivella
    Et : http://www.rivella.fr/fr/a-propos-de-rivella


    • Alex Alex 7 octobre 2016 11:12

      Les rendements donnés par notre « scientifique » sont très variables puisque l’un est 100 fois supérieur à un autre (je laisse les curieux faire les « règles de 3 »).


      Étonnant que le grand voyageur qui est allé vérifier dans les pays arabes l’écriture des chiffres ne mentionne pas le leben qui accompagne qui m’est servi chaque fois que je mange du couscous. (je ne peux cependant pas garantir à 100% qu’il s’agit exactement du petit lait mentionné).

      • Henry Canant Henry Canant 10 octobre 2016 23:00

        @Alex
        Qui êtes vous pour refuser d’avaliser les travaux du Dr Cabanel, reconnu par ses compétences par ce site ?



      • shyroki (---.---.56.238) 7 octobre 2016 11:28

        Voici un article sur l’énergie qui est bien meilleur que le précédent ^^


        Contrairement à l’Eolien, la méthanisation a un réel potentiel de production énergétique et donc un avenir. Toute source de déchet organique peut servir à la production d’énergie via la méthanisation avec plus ou moins de rendement.

        Malheureusement certain ont une approche un peu archaïque de cette technologie et cela crée des problèmes. Actuellement les usines de méthanisation se développent avec les usines à vache (ferme aux milles vaches) ils recyclent les bouses, mais c’est au détriment du bien être des vaches, qui n’ont plus de lit de paille (elle bloque les écoulement) et ne sortent plus pâturer car ils veulent récupérer leur bouse là où elles sont.

        Utiliser le petit lait, c’est très bien, mais je suis persuadé qu’il y a beaucoup de filière sur les déchets alimentaires qui peuvent trouver un débouché dans la méthanisation, elle a un potentiel de rentabilité.

        Mais à elle seul, cela ne suffira pas comme source d’énergie, mais combiné avec d’autre, comme la filière bois et surtout alguo-carburant il y a moyen de développer de nouvelle source d’énergie.

        • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2016 13:16

          @shyroki
          comme je l’ai écris dans d’autres articles, produire du méthane est facile, et pas seulement avec le petit lait, et j’ai apporté la preuve que tout le méthane qui pourrait être produit permettrait à notre pays d’e faire tourner tous les véhicules (pl y compris) du pays, améliorant ainsi considérablement la balance commerciale du pays, et limitant considérablement la pollution.

          merci de votre commentaire

        • shyroki (---.---.56.238) 7 octobre 2016 15:38

          @olivier cabanel
          Soyons réaliste, la Méthanisation ne pourra jamais remplacer le pétrole ou être la source principal d’énergie. Pour une raison simple nous n’avons tout simplement pas suffisamment de produit organique pour compenser nos besoins en pétrole.


          Petit comparatif entre le Blé environ 40 Millions de Tonne et le Pétrole environ 500 Millions de Tonne annuel pour la France.

          Difficile de concevoir qu’on puisse trouver plusieurs millier de Millions de Tonnes de produit organique pour les convertir en Méthane avec un rendement qui n’est pas de 100%, (et je ne compte pas le poid de l’eau)

          Pour les voitures il y aurait bien la solution électrique via l’Hydrogène, mais pour le produire il faudrait trouver le moyen de démultiplier nos productions d’électricité et seul le nucléaire de 4em génération en serait capable.

          Mais le débat tourne autour de l’énergie « propre », donc oui la méthanisation peut trouver une place et apporter quelques pourcentages à nos productions annuel, c’est largement meilleur que l’Eolien qui a pourtant 2,8% de nos productions (en 2013).

        • abcdef (---.---.70.146) 7 octobre 2016 21:44

          @shyroki
          http://www.web-agri.fr/actualite-agricole/economie-social/article/les-pionniers-de-la-methanisation-tirent-la-sonnette-d-alarme-1142-106588.html
          Tout est possible si on augmente le prix de l’énergie (comme l’électricité en Allemagne qui est une forme de subvention indirecte à l’agriculture par la méthanisation, mais quand c’est Allemand la concurrence c’est moins important et si la France veut un peu protéger sa filière photovoltaïque, là l’Allemagne nous dénonce aux Chinois, c’est classe), mais c’est forcement du pouvoir d’achat en moins, le plus facile sera toujours de bruler des hydrocarbures que des millions d’années ont concentrés, si on méthanise c’est souvent qu’on a besoin de chaleur et de défiscaliser un bénéfice.
          Le problème quand on voit l’avenir en blanc ou noir, c’est qu’on passe à coté des problèmes, l’usure des installations de méthanisations a été sous-estimé (comme souvent avec les innovations, notamment les robots).
          Sans changement du modèle économique, à savoir considéré les ressources comme des stocks comptable (et non des cornes d’abondance) et les déchets comme des pertes comptable (et non un trou noir de valeur, dont la prise en charge est mutualisé), y à que des micro-solutions (très bien géré, pas fantasmé par des non-techniciens) qui sont possibles.


        • olivier cabanel olivier cabanel 8 octobre 2016 09:32

          @abcdef
          l’usure des méthaniseur ?

          vous plaisantez ?!!!
          l’une des plus anciennes installation se trouve en Isère...
          il s’agit d’une simple fosse, étanche, dans laquelle on déversait du lisier de porc, qui se vidangeait lorsque le produit avait cessé de produire du méthane, et avec un réseau de chaleur pour permettre le processus de méthanisation.
          elle a fonctionné plus de 20 ans sans problème, et fonctionnerait encore aujourd’hui si son concepteur n’avait atteint l’age de la retraite.
          quand au totem, le moteur au gaz qui produisait l’électricité, vu le carburant utilisé, il n’y a quasi pas d’usure.

        • olivier cabanel olivier cabanel 8 octobre 2016 09:34

          @shyroki
          j’ai apporté la preuve que tout le méthane qui pourrait être produit permettrait à notre pays d’e faire tourner tous les véhicules (pl y compris) du pays,


        • sarcastelle sarcastelle 8 octobre 2016 12:27

          @olivier cabanel

          .
          j’ai apporté la preuve que tout le méthane qui pourrait être produit permettrait à notre pays de faire tourner tous les véhicules du pays.
          .
          Et ce qui est formidable, c’est que le méthane étant plus léger que l’air avec sa densité de 0,55, il est particulièrement adapté à la propulsion des avions puisque des réservoirs remplis de méthane auraient un effet « ballon » qui en allégeant l’appareil réduiraient ses besoins de carburant. 

        • olivier cabanel olivier cabanel 8 octobre 2016 16:40

          @sarcastelle
          merci pour ce moment,

           smiley

        • abcdef (---.---.70.146) 8 octobre 2016 17:53

          @olivier cabanel
           :) voilà le mysticisme technique, bien sur toute les voitures sont immortelles jamais besoin d’une révision, alors une installation basé sur un gaz inflammable c’est éternelle !, y à pleins de mécanismes dans un méthaniseur (c’est pas parce que votre maison à 4 murs et un toit que le chauffe au marche encore et que les plombs n’ont pas sautés, moi aussi j’en ai visité et c’est la remise à niveau du site qui avait 40 ans qui a arrêté sont fonctionnement il y a 15 ans, c’est bien plus facile de retaper une vieille voiture...), c’est pas juste du béton, enfin bon si au moins vous m’aviez parlé de la méthanisation par voie sèche, j’aurai pût vous croire informé, car là il y a moins d’usure, moins d’investissement et moins de rendement, forcement y à toujours des limites, sauf si on souhaite ne pas les voir...
          Au fond tout ce que vous voulez c’est avoir bonne pour vos vieux jours, un peu moins de culpabilité pour la suite, bah on est désolé, l’après vous sera au mieux très compliqué, c’est la vie.


        • abcdef (---.---.70.146) 8 octobre 2016 17:59

          @abcdef, quand à la magie de la ressource infini, bah en Allemagne ils mettent directement des plantes cultivés (pas des sous-produits ou du fumier) dans les méthaniseurs et ils sont loin d’être autonomes, enfin bon à quoi bon


        • olivier cabanel olivier cabanel 8 octobre 2016 18:47

          @abcdef
          si c’est vous qui le dites !

           smiley

        • abcdef (---.---.70.146) 8 octobre 2016 20:42

          @olivier cabanel
          Faites pas comme ci vous connaissiez personne qui bien qu’ayant une cheminé et faisait du bois, ont rachetés du fioul, parce que le bois c’est sympa le week end, mais au pris du fioul ça vaut pas le coup de s’embêter...
          Économiquement parlant, tant que le prix de l’énergie est aussi faible, toute les solutions alternatives sont trop coûteuses, il faut de la politique (intervention, taxe, planification, sortie du marché) et pas 3 exemples qui arrangent notre vision du monde.


        • olivier cabanel olivier cabanel 9 octobre 2016 07:12

          @abcdef
          tout faux !

          aujourd’hui les solutions alternatives, et surtout propres, coutent bien moins cher que les solutions fossiles.
          c’est une donnée connue, partagée par les experts, et je suis surpris que vous ne le sachiez pas encore !

        • abcdef (---.---.70.146) 9 octobre 2016 11:26

          @olivier cabanel
          La France dispose de prix Nobels en physique et en Chimie, ils sont de nature humble de leurs personnes et de leurs savoir, je suis sur qu’ils seront vous expliquer que le père Noël n’existe pas, sinon il y a Jancovici qui fait de beau graphique on consomme toujours plus de charbons (bien venu dans les réalité) de pétrole et de gaz, les renouvelables c’est quelques pour cents et encore, ils n’ont même pas réussit à compenser le surcroit de demande énergétique des dernières années (par les serveurs notamment), c’est dire que tout les renouvelables additionné aux fossiles ne compense pas le surcroit de consommation (alors d’ici à ce qu’il le remplace....).
          C’est une chose d’être intéressé par la technique, je vous conseille :http://quanthomme.free.fr/index.html, mais votre point de vue n’a rien de réaliste (le petit lait est très peu méthanogène, c’est de l’eau, si vous voulez en faire de l’énergie mieux vaut en faire une hydrolyse afin d’avoir le comburant et le carburant à savoir l’oxygène et l’hydrogène, enfin c’est pas si simple comme installation au niveau sécurité), ce que vous ne voulez pas voir c’est que les fossiles sont concentrés c’est un avantage colossal, la preuve l’Allemagne remplace son nucléaire, par du charbon (importé des States c’est dire si c’est écolo...)


        • olivier cabanel olivier cabanel 9 octobre 2016 11:39

          @abcdef
          ce qui est caractéristique chez le troll, c’est cette capacité à faire des phrases, de nature à faire croire à une éventuelle culture scientifique, alors qu’on s’aperçoit assez rapidement qu’une fois le vernis enlevé, il ne reste qu’une triste réalité, qu’il manquait de la confiture, raison pour laquelle elle était tant étalée, démontrant à l’évidence qu’il était illusoire de continuer un dialogue perdu d’avance, tout comme le temps que je viens de vous consacrer.

          sans rancune...

        • abcdef (---.---.70.146) 9 octobre 2016 13:08

          @olivier cabanel
          Bah mon lapin c’est que tu es drôle toi alors :), non pas de rancunes, si au moins vous aviez essayé de contre argumenter avec des données, en repartant des sites que je vous propose (ça va web agri c’est un niveau aisé, quanthomme c’est plus ardu, mais les vortex c’est jouable, le système gillier-pantone aussi), mais non pas de rancune :) c’est pas la peine, l’homme va toujours au plus facile (les fossiles) si il ne la fait pas c’est que c’est plus difficile, vous êtes un homme, vous allez au plus facile (la croyance, pas la science).


        • abcdef (---.---.70.146) 9 octobre 2016 19:59

          @abcdef
          Quitte a avoir écrit autant explicité ce qu’il manque dans cet article
          La méthanisation est un phénomène naturel, dans un milieu anaérobie, c’est a dire sans oxygène, permettant a des bactéries (anaérobiques) de décomposer la matière organique en méthane et en un fumier stabilisé.
          La matière organique c’est tout ce qui est produit par le vivant, grossièrement la matière organique est produite par la photosynthèse (des plantes et des algues marines, après est-ce utile de rappeler que 6CO2 + 6H2O=C6H12O6+6O2...) elle est réutilisé par les animaux et les champignons (les prédateurs réutilisant la matière organique qu’on réutilisé les herbivores). Cette matière organique ce dégrade par les bactéries (alors oui une barre de fer s’oxyde avec le temps et rouille ce qui est aussi une dégradation et les os ce dégradent moins vite, mais on reste schématique).
          Le méthane est un gaz simple composé d’un atome de carbone et de 4 atomes d’hydrogène (CH4) il est produit naturellement dans des fermentations anaérobies :
          - soit avec les réserves carbones enfouies (le pétrole, le gaz, etc..),
          - soit dans les tourbières, en gros une tourbière est un stade intermédiaire entre un lac et une forêt, sans parler d’eutrophisation, un lac accumule des sédiments qui vont limiter l’oxygène au fond du lac qui deviendra une tourbière (de la matière organique qui ce décompose avec trés peu d’oxygène, c’est un peu le principe pour faire du pétrole) qui dégage du méthane,
          - soit dans l’estomac des ruminants (en gros les ruminants ne vomissent pas, pour que leurs estomacs restent anaérobiques, la rumination permet de limiter le ph dans l’estomac pour que la fermentation des végétaux soient optimales), cela permet au ruminant de valoriser bien mieux les végétaux riche en cellulose (l’herbe) mieux que les cervidés, équidés (monogastriques), mais cela produit du méthane qui est un gaz a effet de serre (alors on dit souvent que le méthane est 4 fois plus efficace que le CO2 pour faire de l’effet de serre, mais on dit rarement qu’il dure 10 fois moins longtemps en haute atmosphère),
          - soit dans des méthaniseurs, bon ceux qui auront compris les paragraphes précédents devineront qu’un méthaniseurs à voie sèche c’est en gros votre composteur au fond du jardin, sauf que ce fout des verres de terre, nous on veut des bactéries anaérobies, par conséquent on rend hermétique le composteur et on perce un trou au dessus (le méthane est lège) qu’on raccorde à un sac étanche (pour collecter le méthane. Et pour les méthaniseurs à voie humide (ou conventionnels) on y ajoute ce qui sort des toilettes (l’urine, les selles) et on remue le mélange pour avoir plus de méthane.
          Bien à partir de là quel est le problème avec cet article, bah c’est simple le méthane c’est de l’hydrogène et du carbone, or le petit lait c’est surtout de l’eau, donc pas de soucis on a de l’hydrogène, par contre même si il faut 4 fois moins d’atomes de carbone, bah le petit lait c’est pas grand chose en carbone, alors expliquer qu’on va produire assez de méthane avec du petit lait pour remplacer toute nos énergies c’est juste du foutage de gueule d’un géotrouvetout du pauvre.


        • abcdef (---.---.70.146) 9 octobre 2016 20:20

          @abcdef
          à partir de là, je pourrai espérer que l’auteur de l’article me rétorque, mais puisque l’eau et le dioxyde de carbone sont abondants sur notre planète ne pourrait-on pas espérer faire du méthane avec ses éléments, sans les contraintes d’une valorisation secondaire (mais en fait tertiaire) de la photosynthèse...
          N’étant pas prix Nobel de chimie, j’en sais fichtrement rien, mais c’est pas le problème puisqu’au fond j’ai affaire à un Jorion-bis, quel’qu’un qui espère que les idées dominent le monde, or les lois de la physique ce foutent jusqu’au dernier degré de la politique et pourtant l’auteur de cet article est persuadé que s’il vote écolo-bobo, son méthaniseur aura un meilleur rendement...
          Au fond j’aimerai lui donner raison, mais j’ai un vécu et les lois physiques (et les tarés qui espèrent en faire de même avec l’économie) ce foutent de nos sentiments, ainsi va la vie.


        • shyroki (---.---.56.238) 11 octobre 2016 13:39

          @abcdef
          LOL, même si Mr Cabanel prend ses calculs hasardeux pour des donnés scientifiques, il ne faut pas non plus dénigrer l’information principal du poste.


          On peut produire de l’énergie dans l’industrie fromagère, ils ont suffisamment de déchet organique pour cela. On peut extrapoler et trouver d’autre secteur ou la Méthanisation peut trouver une place et être économiquement viable pour apporter quelques pourcentages à nos différentes source d’énergie.

          Après il faut être réaliste et les lois physique s’applique, il n’y a tout simplement pas des Millier de Millions de tonnes de matière organique (en poid sec) pour que le Méthane devienne notre source d’énergie principale.

          Je n’ai pas vue la démonstration sur la théorie que tout les véhicules pourraient fonctionner au méthane, mais il est presque sur qu’il y aurait un gros manque en produit organique sans trop toucher à l’espace dédié aux cultures, pour que cela soit viable.

        • shyroki (---.---.56.238) 11 octobre 2016 16:01

          Ha trouvé !

          Alors pour produire le Méthane, Mr Cabanel utiliserait bien les 868 millions de tonnes de déchets que la France produit annuellement 

          + les déchets des 38 Millions de porc qui pourrait produire 400 Millions de M3 de methane (soit avec une masse volumique de 1.83Kg/m3) 732 Millions de Kg, soit 0.732 millions de tonnes de méthane

          + les 125 Millions de M3 du potentiel des industries laitières, soit 0.229 millions de tonnes de méthane

          + les 4 Millions de tonnes de fumier de cheval pour également 0.732 millions de tonnes de méthanes

          (chiffres théoriques donnés par Mr Cabanel, j’ai juste revu les unités)

          A ces chiffres, il ne faut tenir compte que des déchets organiques, car beaucoup de déchets sont non-organiques. 
          Il faut déduire tout les déchets qui sont déjà valorisé (engrais, recyclage)
          Et surtout il faut retirer le poid que représente l’eau dans ces déchets.

          Donc en cherchant beaucoup on peut trouver quelques dizaines de millions de tonnes de déchets organiques que l’on pourrait consacrer à la Méthanisation, mais les rendements n’étant pas à 100% et en étant très optimiste, on pourrait produire quelques Millions de Tonnes annuel.

          Face aux 500 Millions de Tonnes de Pétrole.

          Donc je ne pense pas qu’on puisse faire tourner toute les voitures et camions de France avec le Méthane, après on peut trouver d’autre source de produit organique que les déchets.

          Pour en revenir à la physique et à la photosynthèse, je revoie le débat vers les alguo-carburants, car cette technologie sur le papier fonctionne parfaitement et pour Mr Cabanel qui aime bien les voitures à énergie bizarre je l’invite à se renseigner sur l’ ALGAEUS de Toyota

        • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2016 16:25

          @abcdef
           smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2016 16:30

          @shyroki
          tout faux...

          la preuve ici
          et je donne tous les liens le prouvant.
           smiley

        • shyroki (---.---.56.238) 11 octobre 2016 18:57

          @olivier cabanel
          Vue que ce sont vos chiffres, je suis d’accord sur le tout faux ^^


          J’ai juste converti des m3 en Tonne de Méthane, et on est forcé de constater que même si on transforme la totalité du fumier, bouse et lisier de France, il manque encore un facteur 100 avant de pouvoir s’approcher des consommations que nous avons en pétrole.

          Après la démonstration sur le fumier est assez réaliste, effectivement avec 76 millions de tonnes de fumier on doit pouvoir fournir de électricité pour 600 000 logement

          Ce que je remet en question, c’est l’argument farfelu qui affirme qu’on peut faire tourner tout le parque automobile Français uniquement avec du méthane, c’est faire preuve d’un gros manque de connaissance sur les niveaux de consommation et les capacités possible de production.

        • olivier cabanel olivier cabanel 11 octobre 2016 20:03

          @shyroki
          ce que je remet en question, c’est surtout vos compétences en conversion...

          à ce niveau là, je ne peut rien pour vous.
          désolé.
          d’autant que je n’ai pas l’intention de vous convaincre, 
          vous avez vos certitudes, 
          gardez les.
           smiley

        • shyroki (---.---.88.237) 11 octobre 2016 21:15

          @olivier cabanel
          MDR !

          Je n’ai pas spécialement de certitude et remettre en question mes conversions c’est juste des mathématiques, comme pour vos analyses on peut y trouver des erreurs.

          Effectivement j’ai fais une erreur, car la masse volumique du méthane est de 0,656kg/m3 selon google et 0,6709 selon wikipédia

          Cela veut dire que pour 1m3 vous avez 0,656kg
          Donc pour le chiffre 400 000 000 m3 vous avez 262 400 000 kg

          Comme vous le savez surement il faut 1000kg pour faire 1 tonne, donc on divise ce chiffre par 1000
          262 400 000 kg = 262 400 tonne

          Les chiffres données sont en millions de tonne, il faut donc encore diviser par 1 000 000
          262 400 tonne = 0,2624 millions de tonne

          Pour comparer des chiffres entre eux, il est important qu’ils aient la même unité, comparer des m3 avec des millions de tonnes c’est loin d’être parlant.

          Ainsi en comparant les 500 millions de tonnes de pétrole aux 0,2624 millions de tonne de méthane qu’on pourrait produire en utilisant la totalité du fumier, on peut se rendre compte a qu’elle point l’argument « toute les voitures peuvent fonctionner au méthane » est loin d’être possible.


        • Ni naïf Ni Crédule Ni naïf Ni Crédule 12 octobre 2016 04:55

          @olivier cabanel

          Encore au fond de la classe, collé au radiateur !
          Toujours pas décidé à faire quelques efforts en maths et en physiques ?

        • abcdef (---.---.70.146) 15 octobre 2016 21:11

          @shyroki, une autre approche du problème (mais votre approche est bonne pas de soucis) c’est de ce dire que le pétrole c’est de la photosynthèse du passé à une époque plus favorable à la végétation, à cette époque la terre était plus chaude, donc plus favorable aux plantes, car comme vous le savez l’hiver on ne tond pas la pelouse et les arbres n’ont plus de feuilles, le pétrole est une sorte de concentrés de matière organique sous pression (de biomasse, d’énergie stocké sous forme de carbone) et en rejetant dans l’atmosphère ses réserves on va reproduire le climat passé, à vitesse accéléré et c’est pas une bonne nouvelle.
          Anciennement avec la photosynthèse on ce nourrissait, s’habillait (tout les textiles étaient naturels), on ce chauffait (au bois), c’est grâce à la photosynthèse passé (le pétrole) qu’on a augmenté la capacité de répondre à ses besoins par humain et pour de plus en plus d’humain, alors faire la même chose avec seulement notre photosynthèse présente (on peut mettre les panneaux photovoltaïques comme une photosynthèse), cela va être très difficile et pour 7 à 9 milliards avec notre niveau de vie c’est impossible.
          Mais effectivement vous avez raison le gros problème c’est de laisser croire qu’il y aura une solution pour la voiture individuelle, au moins si on commençait par les alléger (moins de masses à déplacer, moins d’énergie à transformer), mais vu que la solution des journaux c’est des tanks équiper de caméra, on est bien partie pour rendre la terre habitable pour beaucoup moins que 10 milliards d’humains et c’est un euphémisme.


        • Surya Surya 7 octobre 2016 11:30

          Bonjour Olivier,


          Le Sérac, ce délicieux fromage (surtout la version un peu salée) produit en Savoie où je l’ai connu, est produit avec du petit lait. C’est frais, c’est léger et vraiment exquis. Par contre quand on en achetait, on devait le manger très rapidement car il ne se gardait pas. Raison pour laquelle, sans doute, je n’ai jamais réussi à en trouver à Paris. Rien que d’y penser, je m’en découperais bien une petite tranche... 

          Cette solution, de produire de l’énergie avec du petit lait, est géniale ! En effet, avec toutes les fromageries qu’il y a en France, il y aurait de quoi produire énormément d’énergie. 

          Merci pour ton excellent article smiley

          • amiaplacidus amiaplacidus 7 octobre 2016 16:24

            @Surya

            II y a aussi la tomme ou tome, les deux orthographes sont admises.

            Et cela va bientôt être la saison d’une spécialité : la tomme dont l’affinage se termine en la mettant dans un tas de marc (résidu de pressage du raisin) en fermentation alcoolique. Le résultat est simplement somptueux.

            Dans deux-trois mois, les premières tommes de cette année vont arriver. J’en pleure de joie rien que d’y penser.


          • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2016 19:29

            @Surya
            exact ! pardonne moi d’avoir oublié le Sérac !

            bonne fin de soirée.
             smiley

          • xc (---.---.78.220) 7 octobre 2016 11:51

            Dommage de produire de l’énergie avec un produit alimentaire.
            On peut en faire un fromage type brousse
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Brousse_(fromage)
            Sinon, certains sportifs comme les body-builders consomment la protéine de petit-lait prédigérée par des enzymes, ce qui la rend assimilable en un temps très bref par rapport à la protéine entière. Je laisse ceux que cela intéresse chercher « whey protein » (je ne vois que des pubs).


            • sarcastelle sarcastelle 7 octobre 2016 12:19

              Ces moines nous montrent le chemin à suivre, ce qui est normal car en imposant à toute la population un niveau de vie monacal, il est possible que les diverses énergies renouvelables finissent par suffire. Lorsque de temps à autre le frère cuisinier devra aller faire avec la 2CV de la communauté les provisions (bio) au marché, un gazogène suffira. D’ailleurs l’abbaye Saint-Olivier aux Cabanelles auto-produit comme beaucoup d’autres établissements religieux une grande part de ses légumes et quelques volailles, notamment des pigeons.

              .
              L’auteur nous apprend que 5 millions de litres de lait aboutissent à 1,2 million de kWh, ce qui fait donc 0,24 kWh par litre.
              Après quoi l’auteur extrapole aux 24,6 milliards de litres de lait produits en France (je ne vérifie pas le chiffre) qui au prix « d’une simple règle de trois » fourniraient « quasi 30 milliards de kWh ». Cela fait donc cette fois quasi 1,22 kWh par litre, ou encore 5 fois plus que précédemment. 
              .
              Ce miracle de la multiplication des kWh est soit dû à quelque réévangélisation de la France au départ de nos abbayes, soit à un effet d’échelle imprévu, soit enfin à une erreur de calcul de l’auteur. 
              .
              Cette dernière hypothèse semble pourtant exclue puisque cet auteur depuis huit jours se moque à répétition d’une erreur de calcul faite dans un de ses messages par votre servante (d’âge canonique). Il est en outre pittoresque de relever que cette erreur de calcul a été aussitôt rectifiée par la même bonniche quelques minutes après, ce qui a permis à M. Cabanel de s’en apercevoir... en lisant ma confession. Or j’ai beau écarquiller mes jolis yeux je ne vois toujours pas l’auto-correction de M. Cabanel. 
              .
              Saluons l’écriture correcte de « kWh » désormais maîtrisée par l’auteur.

              • olivier cabanel olivier cabanel 7 octobre 2016 13:13

                @sarcastelle
                bien sur,bien sur

                sinon, qu’est ce qui est FEC ?
                 smiley

              • Alex Alex 7 octobre 2016 15:56

                @sarcastelle

                Avec 1 L, l’usine Valbio produit 30 kWh alors que la fromagerie Baechler n’en produit que 0,3 kWh, soit 100 fois moins.
                La « simple règle de trois » indique 1,2 kWh pour 1 L...
                Mais sans lunette, je peux me tromper...
                Le silence du savant se traduit par 1 étoile, sans autre explication. Comme il n’a jamais été pris en défaut de malhonnêteté intellectuelle (ne reconnaît-il pas systématiquement ses erreurs ? smiley ), j’en déduis qu’il ne s’agit pas de mépris ou de honte d’avoir encore écrit des bêtises, mais qu’il a sanctionné ma faute dans la phrase concernant le leben, boisson qu’il semble ignorer alors qu’elle est consommée par la majorité des maghrébins vivant en France, une population qu’il n’hésite certainement pas à fréquenter smiley


              • shyroki (---.---.56.238) 7 octobre 2016 16:24

                Effectivement les chiffres sont un peu farfelu


                Perso j’imagine mal un radiateur pouvant tourner pendant une heure avec 1L de petit lait constitué à 94% d’eau ^^, soit juste avec 60g de matière, mais ça reste mathématiquement dans le domaine du possible ^^

                Après si on se penche un peu sur la méthanisation, on voit que cela peut être viable pour toute industrie qui possède des déchets organiques en grande quantité et savoir que l’industrie fromagère peut s’y intéresser est une info en soit ^^

              • sarcastelle sarcastelle 7 octobre 2016 16:52
                @ Alex
                .
                Je n’ai pas tenu compte de l’usine Valbio, car on sait qu’elle produit 3 millions de kWh annuellement, mais on ignore en combien de temps elle traite les 100 000 litres de ses 600 fournisseurs. Cela ne peut être en un an aussi, car le chiffre par fournisseur serait dérisoire. J’ai donc laissé tomber ces éléments mal exploitables.
                En revanche on sait que l’usine occupe 800 m², même si ce renseignement ne présente aucun intérêt.

              • Robert Lavigue Robert Lavigue 8 octobre 2016 10:18

                @sarcastelle & alex,

                1) D’après Valbio Canada, 1m3 de lactosérum peut être transformé en environ 265 kWh de biogaz substituable à une énergie fossile. (Rendement d’environ 0,265 kWh/litre).

                2) Les 100m3 sont probablement une moyenne quotidienne.

                3) Mais surtout, et c’est ce que le faussaire oublie de préciser, l’unité de méthanisation n’est qu’un élément accessoire dans tout un PROCESSUS INDUSTRIEL de valorisation des sous-produits laitiers. (Production de 500 Tonnes de poudre de lait, 300 tonnes de beurre, 40 tonnes de ricotte.)
                Voir le dossier de presse ici
                http://www.fromage-beaufort.com/InfoliveDocuments/actualites/dp_upb_savoie-lactee_081015.pdf

                On est loin des calembredaines cabaneliennes !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires