• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Un président en panne d’inspiration...

Un président en panne d’inspiration...

Nicolas Sarkozy avait contribué à empêcher le démantèlement de la compagnie Alstom en 2004. Il était ministre des Finances à l’époque. Il s’est donc tout naturellement rendu mardi dernier à La Rochelle, pour la présentation du prototype de l’AGV (Automotrice à Grande Vitesse), le nouveau train d’Alstom.

Sarkozy aux commandes de l'AGVCe train au look ultramoderne roulera jusqu’à 360 km/h en vitesse commerciale, tandis que l’actuel TGV roule, quant à lui, à une vitesse maximale de 320 km/h.

Mais, au-delà de la présentation du train, c’est l’intérêt même du chef de l’Etat pour ce qu’on lui dit ou lui explique qui est en question... Lorsque les dirigeants d’Alstom lui offrent une visite guidée de la cabine de l’AGV, le président paraît s’ennuyer profondément. Dans les nuages. Il semble penser que le temps passe trop lentement. Il ne porte tout simplement aucun intérêt à quelque explication que ce soit et s’amuse au contraire avec les manettes du conducteur, comme un enfant de 10 ans.

Connaissant l’incontournable penchant du président Sarkozy pour le mélange vie privée-vie publique, toutes sortes de questions nous viennent alors à l’esprit :
Le président a-t-il secrètement toujours rêvé d’être cheminot ? Avait-il assez dormi la veille ? A-t-il trop de travail à terminer à l’Elysée ? Voudrait-il passer plus de temps avec sa nouvelle épouse et beaucoup moins à bord d’un train ? Ou bien le président ne se fout-il pas tout simplement de ce train qui ne circulera de toute façon pas avant 2011 en Italie et 2012 voire bien plus tard en France, puisque la SNCF ne s’est toujours pas prononcée sur l’évolution du parc TGV par l’AGV ?

Faites-vous en une idée :


Sarko en AGV
envoyé par Nico75

Si vous préférez voir la version originale sans sous-titrage, c’est ici ! (reportage signe lci.fr)

Enfin, pour en savoir plus sur l’AGV, la véritable star de cet article en fait, cliquez ici !


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • morice morice 11 février 2008 10:47

    Y’a longtemsp qu’on a pas vu quelq’un ne pas écouter ce qu’on lui dit. .En fac, même, les étudiants du lundi matin ont un œil au moins d’ouvert... là, franchement il s’emmerde à cent sous de l’heure... cent sous pour 360km, remarquez, il est é"conome notre président !!!


    • Mango Mango 11 février 2008 13:35

      Effectivement, c’est à la limite de l’incorrection : chapeau aux professionnels qui ne se démontent pas et poursuivent leur exposé avec sang-froid.

      Dans une classe ou une salle de réunion, quelqu’un ayant une telle attitude est rappelé à l’ordre , enfin , du moins, dans mon établissement.

      Tout au long du reportage, on rêve de voir le gars s’arrêter pour apostropher le Président : "Répétez-moi un peu ce que je viens de dire, hum !?"


    • tvargentine.com lerma 11 février 2008 14:00

      Je suis scandalisé par l’instrumentalisation que vous faites ici sur une information dont j’avais fait un article mais qui à été censuré

      En effet chacun ici pourra aller chercher l’information

      http://www.elysee.fr/webtv/index.php?intHomeMinisterId=0&intChannelId=3

       

      Discours de M. le Président de la République lors de l’inauguration de l’AGV "et regarder la video (le discours qu’a prononcer le Président)

      Un moment tres fort quand il parle de l’industrie française et la perte de nombreux entreprises françaises durant les 20 dernieres années

      Rien à voir avec votre manipulation qui ressemble à du mauvais troskisme

       


      • tvargentine.com lerma 11 février 2008 14:08
        La France aurait encore une industrie ?
        Avec Raymond Barre comme 1er ministre de Giscard d’Estaing en 1976 c’est enclenché un processus de fermeture d’usines et de suppression d’emploi dans des activités considérées comme très forte : l’industrie.

        La "vision" du 1er économiste de France de l’époque était purement comptable et consistait à laisser des entreprises en mauvaise passe, livrées à elles mêmes, généralement en sous capitalisation est donc dans l’impossibilité de moderniser leurs outils de production.

        La gauche au pouvoir après un zeste de social, a décidé dans "une vision sur 20 ans " (à l’époque j’écoutais l’argumentation de cette vision par des responsables socialistes) de partir du principe que l’industrie laisserait sa place aux services.

        Leur vision était à 20 ans, une société de service en France ou l’industrie n’aurait plus autant d’emplois et surtout plus de mines de charbon en France et plus de production d’acier en France, car nous n’en n’aurions plus besoin.

        Bref, glisser ces emplois de la case INDUSTRIE à la case SERVICE

        La gauche en suivant cette politique n’aura fait qu’accroitre la précarisation de la classe ouvrière durant des années en plan de restructuration, de reclassement et plan de reconvertion....

        Tout cela au frais du contribuable !

        Aujourd’hui,en tant qu’ homme de gauche, faisons le bilan de la gestion de la gauche au pouvoir. Des dizaines de milliards de francs (à l’époque) investis pour reconvertir des salariés dans des activités de services pauvres avec des salaires de pauvre. Des dizaines de milliards de francs qui n’ont plus été investi dans les outils de production industrielle française. Des centaines de milliers de travailleurs pauvres sans parler des retraités dont la gauche au pouvoir n’a jamais rien fait.

        Où était la politique industrielle de la gauche ?

        Pour cette gauche techno et libéral (plus qu’à droite), l’industrie française n’existait plus et seul les services seraient l’age d’or de la France

        Aujourd’hui, avec la croissance mondiale, le prix des matières premières ont explosé et nous nous retrouvons sans aucunes industries pour produire de l’acier,et plus aucunes mines de production de charbon pour ramener des devises à notre pays !

        Bref,l’age d’or c’est maintenant et nous n’avons plus d’industrie !

        Voila donc les erreurs stratégique de "ces visionnaires de gauche", de Michel Rocard à J Attali, Mr Delors, Mr Bérégovoy qui, lui, aura surtout développé les services financiers pour mettre la spéculation à la portée de tous, aux détriments des entreprises.

        Le Président Nicolas Sarkozy à rappelé mardi 5 février l’histoire de la société ALSTOM et la nationalisation qu’il avait dû faire pour recapitaliser la société et mettre le paquet sur l’investissement technologique.

        Aujourd’hui heureux sont les petits porteurs qui ont vue le cours de l’action flambé sur une société capitalisée et restructurée QUI NE VALAIT PLUS RIEN,après la gestion catastrophique d’un inspecteur des finance reconverti dans l’industrie par le pouvoir techno-socialiste :Pierre Bilger

        Aujourd’hui Mr Pierre Bilger dispose d’un blog ! http://www.blogbilger.com/blogbilger/

        Mais les salariés du nouveau ALSTOM dispose d’un outil de travail moderne et d’un carnet de commande plein

        C’est cela une politique industrielle,c’est savoir investir ou soutenir les entreprises afin qu’elles deviennent encore plus forte dans leur secteur d’activé et soit exportatrice

        Encore Merci Monsieur le Président d’avoir sauvé ALSTHOM de la faillite et invitant les lecteurs à écouter un vrai plaidoyer pour une politique industrielle http://www.elysee.fr/webtv/index.php?intChannelId=3&intVideoId=349
         

         


        • wesson wesson 11 février 2008 18:14

          "Un président en panne d’inspiration..."

          Encore fallait-il qu’il en eût pour deux sous...

          C’est juste les baudruches de ses conseillers, les Guéant et autres sous-plumitifs qui se dégonflent un peu


          • Jason Jason 11 février 2008 20:58

            Bonjour,

             

            Quelque chose me turlupine. J’ai entendu dire qu’Alstom employait 10.000 salariés. Fort bien. Mais, est-ce vrai que sur ce nombre seulement 1.500 se trouvent en France ? Où se trouvent les autres ? Et à quoi a servi l’investissement de l’état ?

             

            Merci


            • ernst 12 février 2008 03:24

              La droite comme la gauche ont abandonné l’industrie française à partir des années soixante.

              En dépit des cris d’alarmes des industriels responsables de l’époque, la gourmandise vers les voix de l’agriculture poussa Chirac à négliger les voix des industriels héréditairement acquises à la droite. Le problème n’est plus de pleurer et d’accuser tous azimuts aujourd’hui, il est trop tard, mais de collectivement essayer de trouver une solution.

              Personnellement, je n’en vois pas.Et ce n’est pas en laissant partir à l’étranger nos brillants cervaux qu’on arrangera les choses.

              Alstom qui semble le grand gagnant du jour a fait en son temps exactement la même chose en achetant la Société Franco-Belge de matériel de chemin de fer, sise à Raismes et en la démantelant jusqu’à la ruine, elle et ses 1.500 ouvriers qualifiés...

              Nous n’avons eu que des crétins politiques à la tête de la France depuis quarante ans.

              Aux électeurs politisés de s’en mordre les doigts aujourd’hui.Et de prier Bernadette Soubirous...


              • Patience Patience 12 février 2008 10:04

                Monsieur Nicolas Sarkozy s’est fait bombarder président pour impressionner et garder sa Cécilia.

                Maintenant, toutes les Carla du monde ne pourront le consoler.

                Cet homme est mélancolique et c’est une maladie qui peut présenter de sérieux risques de dérapages.

                www.doctissimo.fr/html/psychologie/principales_maladies/9058-melancolie.htm

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires