• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Une drôle d’église

Une drôle d’église

Le Figaro, sous la signature de Jean-Marc Philibert, nous apprend que l’église des cités, en construction à Sartrouville, n’aura pas de cloche pour ne pas "provoquer" la population du quartier à majorité musulmane. Quand j’ai lu cette nouvelle, j’en ai douté, tant elle me semblait invraisemblable, en dépit des mauvaises surprises que l’évolution de la société ne cesse de susciter.

Pourtant, elle est vraie. Le pire, ou le comble, c’est qu’Alexandre de Bucy, le jeune curé de 36 ans qui sera responsable de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul, semble ravi de cette émasculation religieuse, soutenant que par "respect pour les habitants tout proches qui n’ont pas eu de cloche jusqu’à présent, nous ne voulions pas non plus en mettre".

Ainsi, "alors qu’islam, judaïsme, protestantisme ou catholicisme connaissent un regain inédit dans les tours et dans les barres des cités difficiles" et parce que la plupart de ces lieux de culte demeurent silencieux, le catholicisme officiel a décidé, pour ne pas porter ombrage à des ferveurs qui s’acceptent et ne lui demandent rien, de se censurer et de faire disparaître de sa configuration familière, avec la cloche, un symbole aimé bien au-delà de la communauté des catholiques.

En effet, personne apparemment n’a eu le front, dans cette population à majorité musulmane, d’exiger cette suppression, décidée seulement par les serviteurs de la foi catholique. Au contraire, les passants s’étonnent de cette étrange église qui se construit sans cloche et semble s’en féliciter ! Autrement dit, lorsque le père de Bucy souligne que "beaucoup ne partagent pas notre foi, même s’ils nous respectent", il manifeste seulement qu’à Sartrouville, malgré sa totale harmonie avec les autres communautés, l’église catholique a résolu de placer au premier plan de ses préoccupations non la sauvegarde de ce qui la fonde et l’ennoblit, mais la considération de données qui lui sont extérieures et qui n’auraient dû avoir aucune incidence sur ses choix. On se soumet en rase campagne alors qu’aucun combat n’impose cette absurde reddition. On est tout fier de montrer une tolérance qui n’est plus une vertu, quand elle se construit en permanence sur une volonté d’effacement de ses propres valeurs. Ce n’est plus alors que de la faiblesse déguisée en discours pieux.

Peut-on imaginer une seule seconde imams ou rabbins, dans les mêmes circonstances, s’abandonner au saugrenu triste d’une telle capitulation au motif qu’ils pourraient faire de la "peine" au catholicisme environnant ? A force de tendre tout de suite les deux joues, il ne faut pas s’étonner que les imbéciles prennent pour une déroute fatiguée ce qui voudrait être qualifié de généreuse attitude.

Une nouvelle fois se manifeste cette perversion contemporaine qui fait se déliter les institutions par le haut et de l’intérieur. Aucune force externe n’est capable de détruire ce qu’une énergie collective, une fierté commune, une croyance solidaire maintiennent debout. Si celles-ci font défaut parce que les gardiens deviennent les fossoyeurs, si par une sorte de masochisme, les chefs se plaisent à saper les fondements de ce dont ils ont la charge, nul besoin d’adversaires. Le catholicisme secrète les siens qui, avec une infinie bonne conscience, s’acharnent à instiller le doute sur lui-même et la complaisance pour les autres confessions. Quel est donc ce poison qui fait consentir à une église sans cloche, à une religion tellement soucieuse de séduire ailleurs qu’elle en oublie d’exister pour elle-même, quel est donc ce poison qui fait confondre respect et démission, coexistence et dépendance ?

A quand la prochaine église sans église, pour ne pas gêner le regard de ceux qu’elle pourrait troubler dans leur foi différente ou dans leur indifférence ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • Alake 7 mai 2007 11:49

    J’habite dans en Seine-Saint-Denis. Dans ma ville il y a une église avec cloches, qui sonnent tous les dimanches (2 fois car il y a 2 messes par dimanche). Cette église ce situe au milieu de barres HLM en centre ville et personne ne se plaint ! D’ailleurs à certains endroits de la ville nous avons des crucifix et des statues de la Vierge qui sont là depuis très très longtemps et qui n’ont jamais été dégradés parce que ce sont des signes religieux respectés.

    Il faudrait arrêter de supprimer des signes qui font partie de notre culture pour ne pas déranger des communautés qui elles-mêmes ne nous ont rien demandé et qui bien souvent ne comprennent pas comment on peut renoncer à un certain nombre de nos symboles...


    • La mouche du coche 7 mai 2007 13:23

      J’ai été moi-même stupéfait de cette triste nouvelle.

      J’ajoute que dans certains marché français avec de nombreux musulmans, il s’en trouve toujours un pour mettre la radio avec le muezzin appelant à la prière, ce qui donne tout à fait l’impression d’un chouette marché méditerannéen.

      Alors pourquoi ne pouvons-nous pas entendre nos cloches ? smiley


    • Icks PEY 7 mai 2007 12:25

      Au second tour non plus la cloche n’a pas été à la fête !

      Icks PEY


      • 7 mai 2007 12:34

        Même si les pouvoirs ont été séparés,la France est catholique. Vivre en France cela suppose que l’on accepte les coutumes du pays. Ne pas mettre de cloches sur le clocher d’une église est une drôle d’idée. Va-t-on demander aux paysans de n’avoir que des coqs muets ? La bétise peut aller loin comme cela.


        • 7 mai 2007 13:19

          Même si les pouvoirs ont été séparés. La France est catholique. Vivre en France cela suppose que l’on accepte les coutumes du pays. Ne pas mettre de cloche sur une église est une drôle d’idée. Va-t-on demander aux paysans de n’avoir que des coqs muets ? La bétise peut aller loin comme cela.


          • 7 mai 2007 13:57

            « Histoire de cloches.. »

            Je connais un petit village de Côte d’Or où une plainte a été déposée par des néo-ruraux (travaillant à Dijon et résidant à la campagne) contre l’angelus qui trouble leur sommeil.

            Notre société ne supporte plus certains bruits et même les éboueurs n’ont plus le droit de siffler pour annoncer le départ du camion.

            Mais Monsieur Bilger, qui fait feu de tout bois, est heureux de nous présenter encore un article de nature à faire partager sa xénophobie.

            gAZi bORAt


          • 7 mai 2007 14:46

            Bonjour Gazi Borat,

            d’accord avec vous : les occidentaux dans leur ensemble ont depuis longtemps jeté à la poubelle tout ce qui faisait la noblesse et la beauté de leur culture et de leurs traditions, pour mieux pouvoir « s’en mettre jusque là ».

            Et ce sont les mêmes qui viennent aujourd’hui se plaindre de leur retrait culturel, qui se sentent « envahis », et qui voudraient se faire passer pour les « défenseurs de leur société ».

            De même que ceux qui font le plus de mal à la religion islamique et qui la font déconsidérer sont la masse des musulmans d’origine, par leur ignorance et leur comportement souvent sans gêne, agressif et indigne, de même ceux qui ont fait le plus de mal à la culture occidentale sont les occidentaux eux-mêmes.

            Et les descendants des uns et des autres voudraient maintenant se venger sur leurs voisins de la frustration qu’ils en ressentent...

            Cordialement Thierry


          • tvargentine.com 7 mai 2007 13:57

            Oui,j’habite cette ville est en quelques années c’est devenu une ville musulmane avec tous les commerces qui se ratachent à cette religion obscurantiste.

            Nous étions débarassé des curés,revoila des curés barbus !

            Voila une raison supplémentaire de mon vote Sarkozy car dans la mesure ou ces gens ne se considerent pas français mais islamistes et adorateurs des idées réactionnaires sur les femmes et la vision de la société.

            l’Etat n’est pas capable de proposer des logements sociaux à ses citoyens,mais qu’elle les offrent à des adorateurs de Ben Laden (oui,il faisait tous la fête le 11 septembre !! quand j’ai vu ça à l’époque j’ai eu la haine)

            Quand l’Etat laisse l’économie de la drogue et des trafiquants qui blanchissement ensuite leur argent dans l’économie dans des boutiques en tout genre il ne faut pas s’étonner un jour d’avoir ce que vous lisez maintenant dans la presse.

            Je ne comprendrais jamais cela !

            Il convient de lutter contre toute les religions porteuses de haine et d’idées réactionnaires.


            • 7 mai 2007 14:27

              @IP:xxx.x1.72.24)

              « .. ces gens ne considèrent pas comme français mais islamistes.. »

              C’est ce qu’on appelle un amalgame..

              gAZi bORAt


            • miaou 7 mai 2007 15:24

              ’idéologie athée est très bien placée comme support de haine (cf : généocide dû à l’athéisme communiste et au néo-paganisme nazi) et d’idées réactionnaires (exécution de Lavoisier lors de la Terreur ; envoi au goulag de généticiens per Lyssenko ; intransigeance de Gabriel de Mortille sur sa théorie pseudo-« évolutionniste » des cultures préhistoriques (incompatible avec les faits) ; étroitesse d’esprit du positivisme incarné par Auguste Comte ; méfiance de certains face au Big Bang...) , même si l’Islam se défend bien.

              Je ne comprends d’ailleurs pas qu’on puisse à la fois s’opposer à l’Islam et voter Sarkozy, lui qui a mis en place le CFCM (infiltré par les islamistes de l’UOIF) et proposé de subventionner les mosquées, au mépris de la loi de 1905. Il serait illusoire de croire que « l’immigration choisie » de notre futur président bien-aimé y change quoi que ce soit. Rappelons que c’est la droite de Chirac et Giscard (tous deux soutiens de Sarkozy) qui a fait de l’immigration un phénomène de masse (regroupement familial...), droit dans la logique libérale de l’ouverture des frontières, dans le but de « maîtriser » les exigences salariale des autochtones.


            • Senatus populusque (Courouve) 7 mai 2007 15:29

              L’athéisme n’est pas une idéologie, seulement une position philosophique.

              Les génocides sont causés par des idéologies (communiste, nazi) qui n’ont qu’un rapport lointain et douteux avec l’athéisme.


            • miaou 7 mai 2007 15:47

              Le christianisme n’est pas une idéologie, seulement une position philosophique.

              L’Inquisition, les guerres de religions... sont causées par des idéologies (liées à l’Ancien Régime) qui n’ont qu’un rapport lointain et douteux avec le christianisme.


            • Senatus populusque (Courouve) 7 mai 2007 15:51

              L’Inquisition, les guerres de religions... sont liés au christianisme, pas à l’athéisme !!

              Mais il faut reconnaître que le christianisme s’est depuis humanisé, ce qui n’est pas le cas des deux autres religions monothéistes.

              Le socialisme marxiste se cherche un visage humain ...


            • miaou 7 mai 2007 17:24

              « L’Inquisition, les guerres de religions... sont liés au christianisme, pas à l’athéisme !! »

              Bien évidemment ; mais tous ces désastres humains (Inquisition, massacres communistes et nazis..) ne sont que l’expression que la nature du lien entre le communisme et l’athéisme est de la même nature qu’entre l’Ancien Régime et le christianisme, ou qu’entre le nazisme et le darwinisme : l’instrumentalisation d’un point de vue philosophique par le pouvoir temporel. Cela ne suffit pas à décrédibiliser l’athéisme, le christianisme ou le darwinisme. Mais « Mein Kampf » décrédibilise définitivement le nazisme, tout comme le Coran, l’Islam (pour le marxisme, en revanche, il y a encore, un peu, la place au doute)

              « Mais il faut reconnaître que le christianisme s’est depuis humanisé, ce qui n’est pas le cas des deux autres religions monothéistes. »

              Suite à l’effondrement de la puissance temporelle des papes, le christianisme est simplement revenu à ses fondamentaux (séparation du pouvoir temporel et spirituel ; enseignement par Jésus de la supériorité de l’Amour du prochain, quel qu’il soit, sur le respect de la Lettre de Loi et des rituels ; abrogation des interdits alimentaires ; importance du libre arbitre, donc liberté religieuse).

              Le judaïsme et surtout l’islam (qui tous deux ne s’intéressent véritablement qu’aux membres de leurs propres communautés) ne disposent pas d’un corps de doctrine aussi engagé dans la modernité, d’autant que celle-ci est largement influencée, directement ou indirectement, par le christianisme. Le retour à leurs fondamentaux de ces deux systèmes de pensée ne peut donc apporter de véritables progrès.


            • Senatus populusque (Courouve) 7 mai 2007 17:36

              « pour le marxisme, en revanche, il y a encore, un peu, la place au doute »

              Vouc croyez vraiment ???


            • 7 mai 2007 19:08

              @ lerma (IP:xxx.x1.72.24) [Tiens, quand il s’ait de poster des commentaires haineux, vous ne mettez pas votre pseudonyme ?]

              Autant de virulence en un seul commentaire, ce n’est pas banal. J’ai l’impression que vous avez même légèrement dépassé les bornes de l’agressivité.

              « Ville musulmane », Sartrouville (Avec DEUX « R », un avant et un après le « T », c’est mieux) ? Vraiment. Bizarre . . . travaillant à Montesson (3 km), je ne l’avais même pas remarqué. Ce n’est pas si envahissant, comme Islam.

              « Nous étions débarassé des curés . . . » Je ne trouve pas qu’il y ait matière à s’en féliciter. Mais peut-être que votre complexe de Robespierre vous interdit toute complaisance envers la religion.

              « Adorateurs des idées » . . . Il n’y a que des athées qui peuvent adorer des idées. Dans une religion, a fortiori dans l’Islam, on n’adore que Dieu.

              Quant à voter phrase suivante (« l’Etat n’est pas capable de proposer des logements sociaux à ses citoyens,mais qu’elle les offrent . . . »), elle est complètement incompréhensible. Vous cumulez un nombre de fautes de grammaire et d’accord qui ferait honte à un enfant de sixième. « Etat » est à ma connaissance un nom masculin, et singulier en l’occurence. Mais passons.

              Vous suggérez donc que l’Etat (qui ne gère pas les HLM, ce sont les OPAC et OPHLM) « donnerait » (à louer ? gracieusement ?) prioritairement aux musulmans des logements sociaux.

              Outre le fait qu’un logement social n’est pas « donné » mais « loué », que la religion ne joue aucun rôle dans les critères d’attribution, et que, si elle en jouait un, ce serait plutôt négativement (hélas), c’est une stupidité de prétendre que la citoyenneté pourrait se fonder sur la religion. Sinon, moi, chrétien (et pratiquant, de plus ! Un vrai scandale !), je n’aurais plus le droit de vote.

              « Adorateurs de Ben Laden » est un terme qui n’a aucun sens. Même les memebres fanatiques d’Al-Qaïda ne sont pas des « adorateurs » de Ben Laden, tout au plus des zélés disciples endoctrinés « à mort » (c’est hélas le cas de le dire). Quant aux musulmans à 95 % modérés de France, ils n’adorent certainement pas un homme. Leur religion le leur interdirait formellement, quand bien même il s’agirait du Prophète. Musulman, on n’adore que les 99 noms d’Allah.

              Le paragraphe suivant, outre qu’il n’a auun sens grammatical (« blanchissement » n’est pas un verbe, savez-vous ?), est vraiment une accusation gratuite sans aucun fondement. Et surtout sans le moindre rapport avec le reste. Mais la cohérence et la vindicte vont rarement de pair.

              « Je ne comprendrais jamais cela ». Moi non plus, je ne comprends pas ce que vous écrivez. Veuillez être plus lisible. Et réapprendre à écrire en français. (« Comprendrai » ne devrait pas prendre de « S » final).

              « Il convient de lutter contre toutes les religions porteuses de haine et d’idées réactionnaires ». Ah ! Enfin une phrase à la fois compréhensible et avec laquelle je peux être d’accord !

              A cela près que je ne pense pas que l’islam soit une telle religion (le christianisme non plus, d’ailleurs. Ni le judaïsme).


            • ZEN 7 mai 2007 14:11

              Mr Bilger fait feu de tout bois. Maintenant que son idole , faisant de la religion (catholique, bien sûr !)un caution de moralité et d’ordre social, est en passe d’être au pouvoir, il se révèle tel qu’en lui-même, espérant peut-être une fonction ministérielle...

              « On est tout fier de montrer une tolérance qui n’est plus une vertu, quand elle se construit en permanence sur une volonté d’effacement de ses propres valeurs. » Les cloches, des valeurs ? ou des valeurs de cloches ?...

              Parions qu’il ne répondra pas , selon son habitude...


              • omar 7 mai 2007 15:12

                Désolé de rajouter au néant de ce non article sur un non évènement.

                Les religions sensées rapprocher les hommes (c’est leur sens premier en tout cas) ne font que leur faire miroiter de nouvelles pommes de discorde.

                Quand je lis ces expressions de « quartier à majorité musulmane », de « cités difficiles », de « communauté des catholiques » et autres du même acabit, je ne peux m’empêcher de penser à une usine à fabriquer de la colère et du ressentiment.

                Qui prétend que les Français sont tous catholiques, que c’est la religion légitime et officielle, le culte d’état ? Quelle place pour la liberté de culte et de croyance ? Les religions sont-elles soumises elles-aussi aux lois de la concurrence et du marché ?

                Quand on voit les problèmes liés au fait religieux et les innombrables conflits que cela génère de par le monde, il n’est pas utile de rajouter de l’huile sur le feu comme le fait monsieur Bilger.

                Il faudrait être aveugle et sourd à la souffrance de millions de personnes pour poursuivre une telle démarche.

                Je suis né dans une famille musulmane et mes parents sont croyants et pratiquants, grand bien leur fasse. Mais pour ma part, lors de mes séjours dans mon pays d’origine, l’appel à la prière du muezzin m’apparaissait comme une véritable gêne, une incursion non désirée dans ma vie privée.

                Tout comme les regards et les remarques déplacées de coreligionnaires si j’osais rompre la sacro-sainte règle du carême en public.

                Et ma liberté ? Et mes aspirations à une pratique religieuse plus discrète, plus intimiste, qui ne concerne en fait que moi et personne d’autre ?

                Vous voudriez nous faire croire que les 6 millions de Français d’origine Nord Africaine se définissent avant tout par la religion et qu’ils sont musulmans avant que d’être des citoyens Français, que vous ne vous y prendriez pas mieux.

                Arrêtez de penser à la place des gens, y compris ceux que vous rangez de votre coté dans votre hypothétique communauté catholique, la France reste malgré tout un pays laïque et c’est une très bonne chose.

                La religion catholique, tout comme l’islam et le judaïsme ne sont pour rien dans la folie des hommes, ce ne sont que des chemins de spiritualité.

                Seul l’usage qu’en font les hommes est déterminant et quand ces croyances sont mises à contribution pour des objectifs bassement matérialistes ou est la spiritualité, l’élévation, la sortie de la condition animale ?

                J’ose espérer qu’avoir foi en dieu c’est un peu plus que de se chamailler autour d’une querelle de cloché...


                • 7 mai 2007 15:17

                  « Effacement.. »

                  L’effacement dont parle Mr Bilger est une volonté propre de l’Eglise et non pas la pression de l’intolérance d’autres groupes religieux comme cet article tente de nous amener à le penser..

                  L’Eglise a, depuis longtemps, amorcé un mouvement de rapprochement avec la société séculière en gommant tout ce qui pouvait sembler, surtout visuellement, des particularisme.

                  La langue liturgique est passée du latin savant à la langue populaire, les costumes religieux, sont devenus « passe-partout », les processions ne sont plus un spectacle courant, etc.. Les prêtres se sont mêlés en nombre un temps à la population des usines..

                  Cette discrétion dans l’usage du symbole va dans ce sens et non pas dans celui où la xénophobie omnivore de Mr Bilger voudrait nous emmener.

                  Il ne faut pas tout mélanger..

                  gAZi bORAt


                  • LE CHAT 7 mai 2007 15:30

                    il y a quand 30% d’athés en France qui aiment pas plus les cloches que les muezzins , il ne faudrait pas l’oublier !


                    • Senatus populusque (Courouve) 7 mai 2007 15:33

                      « il y a quand 30% d’athés »

                      Vous voulez dire : il y a quand même 30% d’athées ?

                      Mais moi, je préfère les cloches de mon village aux muezzins.


                    • LE CHAT 7 mai 2007 15:38

                      Salut courouve , je te donnes pas tort là dessus , surtout à 5h du mat , j’ai des frissons smiley


                    • Senatus populusque (Courouve) 7 mai 2007 15:41

                      Comment ça « à 5h du mat »

                      Le post est daté de 15 h 30


                    • miaou 7 mai 2007 15:42

                      correction : il y a en France 30 % de « sans religions », qui ne sont pas tous des athées militants : agnostiques, athées non militants (voire sympathisants, comme Oriana Fallaci, qui se défisissait comme athée chrétienne), indifférents, croyants en sans étiquettes, en recherche ...

                      C’est comme Le Pen qui prétend récupérer les abstentionnistes. En fait, il y a surtout ce confort de justifier l’aversion envers l’Islam (qui a ses spécificités) par une aversion générale envers l’ensemble du fait religieux (dans la droite lignée du « tous pourris » dans le domaine politique.)


                    • Senatus populusque (Courouve) 7 mai 2007 15:56

                      Le « fait religieux » est un lamentable anachronisme, un résidu des époques obscurantistes où l’on croyait que le Soleil tournait autour de la Terre et que le tonnerre était le signe de la colère de Dieu.

                      La Grèce a donné au monde la physique, qui ne cesse de progresser.

                      Toute religion est un dogme négateur de tout progrès intellectuel ou moral.


                    • LE CHAT 7 mai 2007 15:57

                      @COUROUVE

                      Chagrin d’amour

                      5 Heures du mat’ j’ai des frissons Je claque des dents et je monte le son Seul sur le lit dans mes draps bleus froissés C’est l’insomnie, sommeil cassé. Je perds la tête et mes cigarettes Sont toutes fumées dans le cendrier. C’est plein d’kleenex et d’bouteilles vides J’suis tout seul, tout seul, tout seul. Pendant qu’Boulogne de désespère J’ai d’quoi m’remplir un dernier verre. Clac ! fait le verre en tombant sur le lino. J’m coupe la main en ramassant les morceaux. Je stérilise, les murs qui dansent, L’alcool ça grise et ça commence. « Bêê, Bêê, Bêê », Font les moutons sur la parquet (Et à c’moment-là qu’est-ce que vous avez fait ?) J’crois qu’j’ai remis la radio.


                    • 7 mai 2007 16:32

                      @ Courouve

                      « Les cloches de mon village.. »

                      A titre personnel, tôt le matin, un bon muezzin vous réveille avec plus de douceur et d’harmonie qu’une volée de cloches..

                      Je suis athée mais apprécie le chant grégorien, le requiem de bach, le tajwid musulman et me suis souvent rendu dans une petite église grecque d’Istanbul pour écouter les chants de l’office..

                      ..mais les cloches, j’ai plutôt du mal..

                      gAZi bORAt


                    • miaou 7 mai 2007 16:57

                      « Le »fait religieux« est un lamentable anachronisme, un résidu des époques obscurantistes où l’on croyait que le Soleil tournait autour de la Terre et que le tonnerre était le signe de la colère de Dieu. »

                      Toutes les sociétés primitives furent d’essence religieuse ; c’est la preuve, darwinienne s’il en est, du caractère indispensable du facteur religieux, au moins à un stade ou un autre. En effet, selon René Girard, le fait religieux a constitué la clé de voûte de toutes les sociétés humaines, empêchant leur implosion (mimétisme, désir, violence, bouc émissaire, sacrifice, rites, christianisme...).

                      « La Grèce a donné au monde la physique, qui ne cesse de progresser. »

                      Le christianisme est également l’héritier (et le transmetteur durant les temps troublés des invasions barbares) de la pensée grecque. Et surtout, je n’ai pas le souvenir que les Grecs de l’Antiquité étaient tous des athées.

                      « Toute religion est un dogme négateur de tout progrès intellectuel ou moral. »

                      Dogme athée répandu, mais largement réfuté par les faits :

                      * le caractère obscurantiste de l’athéisme dans le domaine scientifique (voir de multiples exemples dans un de mes commentaires ci-dessus)

                      * la qualité du travail scientifique de certains ecclésiastiques (Mendel, Lemaître, Breuil, Haüy, Mariotte...)


                    • Jean Bourdariat 7 mai 2007 16:27

                      Imphy, Nièvre. 1970. La vie des habitants de la ville est rythmée à 8h, 12h, 14h, 18h, par la puissante sirène de l’usine Creusot-Loire. Cette sirène s’est irrémédiablement tue quand le site industriel est entré en agonie.

                      Ludesse. 1990. Dans ce petit village, des citadins lancent une pétition contre le coq qui chante tôt le matin, troublant la tranquillité de leur résidence secondaire. Les autochtones ne s’y sont pas laissés prendre, et le coq chante toujours.

                      Djeddah. 2000. La puissante sono du muezzin rythme les journées des employés des tours de bureau. 5 fois par jour, les magasins ferment pour 1/4 d’heure, les clients attendent dans la rue, les employés font leur prière sur le vaste espace face aux cages d’ascenseur.

                      Paris 12ème. 2007. 8h, 12h, 19h, les cloches de la rue du Rendez-Vous sonnent à toutes volées. J’entends cette musique familière en me rendant à bureau, comme le paysan de mon petit village marchant vers son champ.


                      • 7 mai 2007 17:26

                        @ adama

                        Vous oubliez le shofar, et le cantor.. Si vous qualifiez le muezzin d’hystérique, celui-ci peut l’être aussi..

                        Toutes les synagogues ne sont pas des modèles d’insonorisation.

                        gAZi bORAt


                      • Senatus populusque (Courouve) 7 mai 2007 17:41

                        Pour avoir vécu dans les années 1950 dans un immeuble oranais (rue Thiers) abritant une synagogue, je peux confirmer que c’était une véritable nuisance sur le plan sonore.


                      • jamesdu75 8 mai 2007 12:03

                        Desolé mais le shoffar n’est pas actif tt les jours a heures fixe.

                        Si c’est par respect je suis pour. Si c’est par peur des autres religions c’est stupide.

                        Le jour où la religion disparaitra, l’humanité fera un grand pas. La religion a aidé uniquement à construirenotre société actuel, il y à d’autres moyen de nos jours.


                      • 8 mai 2007 12:07

                        Pas de cloches dans le judaïsme, vous êtes optimistes


                      • 7 mai 2007 17:19

                        J’apprends avec intérêt que l’un des symboles de la foi catholique est la cloche !

                        Franchement je ne savais pas cette secte dotée d’une si haute idée d’elle-même...

                        Moi qui, naïvement, pensait que la cloche était plutôt le symbole des insomnies villageoises, supplanté en ville par d’autres inventions diaboliques (pardonnez-moi l’expression !).


                        • 7 mai 2007 17:33

                          Dans ce cas d’espèce , la prudence du curé n’est pas une vertu...Il me fait penser aux esclaves qui mangent dans la main de leurs maîtres...


                          • 7 mai 2007 17:48

                            @ adama Vous oubliez le shofar, et le cantor.. Si vous qualifiez le muezzin d’hystérique, celui-ci peut l’être aussi..

                            Toutes les synagogues ne sont pas des modèles d’insonorisation.

                            gAZi bORAt


                            • Senatus populusque (Courouve) 7 mai 2007 18:05

                              L’avocat général [Philippe Bilger] de la cour d’assises de Paris a requis de 15 à 18 ans à l’encontre de Dominique Szymczak-Mouton, jugé, lundi 7 mai, pour le meurtre d’un prêtre parisien, le père Dominique Pessin. Celui-ci avait été retrouvé mort étranglé, ligoté sur son lit dans son appartement de la rue Jeanne-d’Arc, dans le XIIIe arrondissement, le dimanche 7 novembre 2004.

                              Dominique Szymczak-Mouton, 44 ans, est accusé d’homicide volontaire et encourt trente ans de réclusion criminelle.

                              L’avocat général Philippe Bilger a révélé que le meurtre avait été commis sur fond de violences sadomasochistes. Il a dressé le portrait des deux protagonistes de l’affaire, et expliqué qu’il était son « devoir » de tenter d’« élucider les tréfonds » de la personnalité du père Pessin, « pris dans des contradictions insolubles ».

                              Philippe Bilger a rappelé que l’enquête et les débats au procès avaient démontré que le prêtre, dépeint comme un « boute-en-train » assumant mal la chasteté imposée par sa fonction, aimait se faire attacher par certains des anciens détenus qu’il recevait chez lui. Dominique Szymczak-Mouton, sorti de prison en 2003, était l’un de ses partenaires.

                              L’enquête révèle que le « premier saucissonnage » qu’a effectué l’accusé a eu lieu en avril 2004. « L’expression du désir du père Pessin était tout à fait évidente », a expliqué Philippe Bilger, qui a affirmé croire « à la réalité de ces jeux ».

                              « Quand on accomplit une contrainte, quand on exerce une violence n’y a-t-il pas une forme de contagion sur celui qui va les exercer ? », a ensuite interrogé l’avocat général. Il a suggéré que tous les gestes de ligotage effectués par l’accusé lors de la soirée fatale avaient « créé une envie de violence ».

                              Philippe Bilger a réfuté la thèse défendue par l’accusé, selon laquelle l’étranglement relève d’un « accident », son discernement ayant été altéré, ce soir-là, par un cocktail d’alcool et d’antidépresseur. « L’hébétude était si peu évidente que très rapidement après l’acte accompli il a passé des coups de fil, poursuivi sa vie tout à fait normalement ».


                              • Senatus populusque (Courouve) 7 mai 2007 18:08

                                D’après Nouvel Obs.


                              • Senatus populusque (Courouve) 7 mai 2007 19:07

                                Meurtre du curé : 16 ans de réclusion

                                Dominique Szymczak-Mouton, 44 ans, reconnu coupable du meurtre en 2004 d’un prêtre parisien, ancien aumônier de la prison de la Santé en 2004, a été condamné à 16 ans de réclusion criminelle aujourd’hui par la cour d’assises de Paris. (Avec AFP)


                              • Odal GOLD 7 mai 2007 18:39

                                Je pense qu’en se positionnant contre l’islam, nous avons surtout un couteau dans le dos. En Occident nous avons vaincu temporairement le christianisme et sa soif de domination. Mais eux, ils ne pensent qu’à prendre leur revanche.

                                Ils nous mettent la soif de domination de l’Islam par devant, et nous les avons par le travers : http://elhaz.blog4ever.com/blog/lirarticle-73740-208331.html

                                Odal GOLD www.odalgold.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès